Et si les abeilles disparaissaient... L'hypothèse conduit les apiculteurs à pousser un véritable cri d'alarme. Selon eux, l'abeille est en danger de mort.
© LP/JEAN-MARC NAVARRO
Des causes multiples. D'abord le frelon asiatique, cette grosse guêpe d'Asie du sud-est et qui décime les ruches. Le ministère de l'Agriculture vient de le déclarer «espèce nuisible». Mais il faudrait que le ministère de l'Ecologie en fasse de même pour que les préfets puissent prendre des arrêtés permettant d'intervenir sur les propriétés privées afin de détruire les nids. Les OGM ensuite. Si les cultures sont pour le moment encore interdites en France, de nombreux miels d'importation en contiennent, produits avec des plantes modifiées qui n'ont fait l'objet d'aucune étude d'impact sanitaire sur l'homme. Troisième cause à l'origine de l'hécatombe, et non des moindres : les pesticides.

La France championne d'Europe des pesticides. «Avec une consommation de 70 000 à 120 000 tonnes par an, la France se classe premier pays utilisateur européen», s'insurge Henri Clément, le porte-parole de l'Unaf (Union nationale de l'apiculture française). Et le troisième mondial après les Etats-Unis et le Japon. «A terme, toute la biodiversité de notre pays est en cause, avertit Olivier Belval, président de l'Unaf. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll vient de lancer un plan de défense de l'apiculture. Mais il est loin d'être suffisant pour contrer l'immense danger qui menace. En participant à la pollinisation, les abeilles contribuent la pluralité des organismes vivants. D'un côté, le ministre affiche l'ambition d'installer 200 à 300 apiculteurs professionnels par an. Mais de l'autre, il annonce vouloir attendre la décision de l'Union européenne pour éventuellement interdire une famille d'insecticides particulièrement nocifs sur le marché français (les néonicotinoïdes, ndlr). Pourquoi attendre ? De nombreuses études ont démontré leur dangerosité. La moitié des colonies en France a déjà été décimée depuis la mise sur le marché de ces produits. Nous courons le risque de voir à terme de nombreuses espèces végétales disparaître de façon définitive.»

Les abeilles indispensables à la biodiversité. Car si les abeilles ont besoin des plantes pour se nourrir et produire leur miel, les plantes, et donc derrière les producteurs, d'arbres fruitiers par exemple, ont besoin des abeilles pour le processus de pollinisation. Petit rappel de science nat' : la pollinisation, c'est le processus de transport d'un grain de pollen depuis l'étamine (organe mâle d'une plante) vers les stigmates (organe femelle, de cette même plante ou d'une autre plante de la même espèce). Or le transport se fait dans 80 % des cas... par les abeilles. Sans abeille, pas de pollinisation. Sans pollinisation, pas de reproduction des plantes. Adieu le miel donc, mais adieu également le blé du pain, les fruits ou les légumes...

Certains pays obligés de polliniser à la main. «Le problème est mondial, reprend Henri Clément. Dans certaines provinces de la Chine, les abeilles ont pratiquement disparu. La pollinisation des arbres fruitiers se fait désormais à la main.» Une partie du «miel» fabriqué là-bas serait coupé avec du faux miel, fabriqué sans abeilles, à base de sucre et de maïs. Certes la France n'en est pas encore là. Mais sa production a été divisée par deux depuis la mise sur le marché de certains produits, passant de 32 000 tonnes dans les années 90, à moins de 16 000 tonnes l'année dernière.