Attention ! Rien n'est impossible et on l'a bien vu en novembre et décembre 2005

La France va mal, les millions d'hommes et de femmes qui survivent en ont assez....

Les émeutes de la Faim et notamment celles de 2008 (voir la carte jointe) peuvent toucher l'Europe ....

LA QUESTION SOCIALE : PRIORITE DES PRIORITES

Les questions sociétales passionnent l'intelligentsia et les médias qui en sont friands.

Sans minimiser ces questions, pour moi et pour les dizaines de milliers de militants bénévoles qui agissent au sein des associations familiales et de solidarité, la question sociale est prioritaire.

Ces associations n'en peuvent plus : alors que le nombre de familles pauvres augmente de plus en plus, alors que le nombre de demandeurs de repas est en hausse, c'est l'aide alimentaire européenne qui est en berne.

Les nouvelles lues sur le site du Secours Populaire ne peuvent que nous inquiéter :
« Les chefs d'Etat ont fini par s'accorder pour fixer la politique budgétaire de l'Europe 2014‐2020.

L'aide européenne aux plus démunis est heureusement maintenue mais elle est considérablement réduite (2.5 milliards pour 28 Etats contre 3.5 milliards pour 20 Etats actuellement). La situation sociale en Europe et l'accroissement du nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté auraient au contraire justifié une augmentation de l'aide destinée aux européens les plus fragiles.

Les 4 associations (Banques Alimentaires, Croix Rouge, Restaurants du Coeur et Secours Populaire français), qui se sont battues sans relâche, sont déçues et préoccupées par les conséquences de cette décision.

A partir de 2014, en France, près de la moitié des 130 millions de repas pourraient ne plus être distribués. Les associations se trouveront donc devant un choix inhumain : donner moins, à qui et sur quels critères ?

Nos associations restent déterminées et mobilisées. Même si le symbole de la solidarité semble préservé, nous demandons aux dirigeants français, à la Commission et au Parlement européen qui, toutes tendances politiques confondues ont toujours soutenu notre combat, de s'organiser pour aboutir à un programme cohérent avec l'objectif ambitieux de l'Union Européenne : réduire de 25% le nombre de pauvres d'ici 2020 mais surtout avec les besoins criants de millions d'Européens !
Il est scandaleux de constater que la réduction budgétaire européenne touche ainsi les plus démunis dans une Europe où le chômage augmente, dans une Europe où la précarité, la pauvreté et même la misère deviennent le lot quotidien de millions et millions de familles.

Il faut que cela cesse et que l'appel des associations caritatives soit repris....

Attention ! si rien n'est fait dans l'urgence avec le maintien voire l'augmentation de l'aide aux démunis, dans la durée avec une politique sociale réelle de solidarité en France, non seulement les bénévoles ne pourront plus accomplir leur action, mais ont peut s'attendre à des émeutes de la fin qui peuvent partir dans n'importe quelle direction !