Traduction partielle : Truth pour Christ Roi, via Marucha

Aujourd'hui à Baltimore s'ouvre une conférence, avec la participation de chercheurs venant de différents milieu universitaires Etats Uniens, qui se propose de débattre des moyens pouvant amener la légalisation de la pédophilie. Ces savants vont réfléchir sur les moyens de convaincre l'Association Américaine de Psychologie de la nécessité de retirer la pédophilie de la liste des troubles psychiques, tout comme cela fut fait pour l'homosexualité.


Commentaire : Notez que ceci est la traduction (partielle) d'un article issu d'un site « chrétien conservateur » ; nous passerons donc sur le sous-entendu douteux ci-dessus, qui semble considérer l'homosexualité comme un trouble psychique. Certains psychos au Vatican font un amalgame puant entre homosexualité et pédophilie - mettant au même niveau une simple orientation sexuelle - l'attirance pour une personne adulte du même sexe - et la perversion abjecte, pathologique, qu'est la pédophilie.
Ce qu'il faut retenir de l'article, ce n'est évidemment pas cette vision rétrograde, mais l'information concernant la normalisation progressive de la pédophilie, via les médias, et maintenant dans des « conférences ».
Toutefois, cela n'est pas nouveau, il y a déjà eu des tentatives :
Rappelons, pour rafraîchir la mémoire des lecteurs, que les illustres modèles Lang et Kouchner prônaient il n' y a pas si longtemps la "libération" du tabou que constitue la "sexualité infantile". Florilège :

« pédophilie douce... Dans les années soixante-dix,... des pétitions circulaient avec, parmi les signataires, Bernard Kouchner, Jack Lang, le philosophe Scherer, Philippe Sollers... , tous ont compris qu'il n'était plus question de se poser en victimes des lois archaïques d'une société qui opprimerait la sexualité des enfants. »
Source : Boite à pandore n°44 d'après le journal internet de l' "Humanité".

Jack Lang en remet une couche en 1991 :

« La sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXIe siècle d'en aborder les rivages. »
Source : Boite à pandore n°21 d'apèrs journal "Gay Pied" du 31 Janvier 1991.

et en suivant un lien donné par M. Charlton, on trouve :

Publié en 1976 dans un journal allemand, le député Vert Daniel Cohn-Bendit narrait ses relations avec des enfants dans le cadre d'un programme écolo-baba "anti-autoritaire".

« Mon flirt permanent avec les enfants" écrivait-il, "prit bientôt un tour érotique. Je pouvais parfaitement sentir comme les petites filles de cinq ans avaient appris à m'exciter (...) il m'est arrivé que plusieurs fois des enfants m'ont ouvert la braguette et ont commencé à me caresser. Selon les circonstances, j'ai réagi de façons diverses. Quand ils le voulaient, je les ai caressés alors on m'a accusé de perversion. »

Source : Blod Dbminos d'après l'hebdomadaire britannique The Observer, et National Hebdo.

Extrait de l'article de Pouvoir et Psychopathie : Pédophilie décomplexée

L'organisateur de la conférence est un groupe de militants pédophiles de l'institution B4U-ACT. Elle regroupe des psychiatres qui contestent le fait que les penchants sexuels d'adultes pour des enfants relèvent d'un trouble psychique devant etre soigné.

Participent à cette conférence un certain nombre de représentants du monde universitaire, notamment d'Harvard et de la Johns Hopkins University ainsi que d'écoles supérieures de Louisville et de l'Illinois.

Le Président de l'organisation B4U-ACT, Howard Kline a critiqué, fin de Juillet, la définition de la pédophilie formulée par l'Association des Psychologues Américains estimant que les critères ayant donné lieu à cette classification sont « erronés et dépourvus de bases scientifiques ». Il a ajouté que se proposer de traiter les pédophiles était « inconvenant » et « erroné ». De l'avis de Kline l'Association des Psychologues Américains se base avant tout sur des recherches effectuées sur des prisonniers, hors ce ne sont pas toutes les personnes ayant des penchants sexuels envers les enfants qui s'avèrent etre des délinquants. Il a ajouté que son Organisation « peut aider » l'American Psychologists Association à changer sa classification de la pédophilie « puisqu'existent des gens qui écrivent sur ce thème ».

Le B4U-ACT classe la pédophilie comme une simple orientation sexuelle autre et condamne « la stigmatisation » dont elle est l'objet. « Nul ne décide de ses penchants sexuels pour les enfants. La cause en est inconnue. En réalité nul ne connaît non plus les causes des penchants sexuels pour les adultes » - assurent les militants de la légalisation de la pédophilie qui n'aiment pas l'idée d'avoir à soigner ce dérèglement.

Dans son communiqué de presse la B4U-ACT informe l'APA qu'elle a critiqué sa classification des maladies psychiques.

Dans son interview pour LifeSiteNews le professeur de droit Judith Reisman, expert en matière d'éthique sexuelle et de pornographie, a critiqué la conférence de Baltimore. Elle a reconnu que déjà, dans les années 70, elle s'est confronté avec de multiples initiatives visant à légaliser la pornographie infantile. Les pédophiles avaient alors engagé des « savants » amenant divers « travaux scientifiques » sur la pornographie, la prostitution et sur d'autres aberrations sexuelles. Ils envoyaient ensuite leurs conclusions à divers parlementaires qu'ils voulaient convaincre d'adopter leurs scandaleuses lois. [...]