Traduit par Hélios

Que feriez-vous si vous croisiez quelqu'un dans la rue qui n'a rien eu à manger depuis plusieurs jours ? Donneriez-vous à manger à cette personne ? Et bien la prochaine fois que vous aurez cette impulsion vous feriez mieux de vérifier s'il est toujours légal de nourrir un sans abri. Nourrir les gens sans abri est devenu illégal dans les grandes villes américaines. D'autres villes ne l'ayant pas déclaré interdit ont mis tellement de préalables pour ceux qui veulent nourrir les sans abri (acquérir des permis coûteux, faire les courses, préparer les repas, etc,) que cette action est devenue hors d'atteinte pour la plupart des gens. Certaines villes font ces choses car elles se sentent concernées par les ''risques sanitaires'' entraînés par la distribution de nourriture par des ''bonnes âmes''. D'autres villes passent ces lois parce qu'elles ne veulent pas de sans abri rassemblés dans les centre ville où ils savent être nourris. Mais à une époque où la pauvreté et la dépendance au gouvernement atteignent des niveaux record, est-ce vraiment une bonne idée d'interdire aux gens d'aider ceux qui ont du mal ?

Ce n'est qu'un autre exemple montrant que notre pays est obsédé par le contrôle. Il semble que c'est le travail du gouvernement et de personne d'autre de prendre soin de tout le monde.

Mais voulons-nous vraiment avoir une nation où il faut obtenir une permission du gouvernement avant de pouvoir faire le bien à vos compatriotes ?

Ce n'est pas comme si le gouvernement ''sauvait'' ces gens sans abri. Les refuges pour sans abri de la nation refusent du monde chaque soir parce qu'ils n'ont plus de place. Il y a de nombreux sans abri qui ont la chance de pouvoir le faire chaque soir pendant l'hiver.

Parfois un sandwich à point nommé ou un bol de soupe chaude peuvent faire un monde de différence pour une personne sans abri. Mais de nombreuses cités américaines ont décidé que nourrir ces gens-là est une telle menace qu'elles ont préféré mettre en vigueur des lois pour s'assurer que cela n'arrivera pas.

C'est complètement tordu. En Amérique aujourd'hui, il faut une ''permission'' pour faire presque tout. Nous sommes censés être une terre de liberté, mais ces temps-ci les bureaucrates du gouvernement ont transformé nos droits en ''privilèges'' qu'ils peuvent révoquer n'importe quand.

Ce qui suit, des exemples pour quelques-unes des grandes villes américaines qui ont tenté de rendre illégal de nourrir les sans abri...

Philadelphie

Le maire Nutter, vient d'interdire de donner à manger aux sans abri dans de nombreux lieux de Philadelphie où il est connu que les sans abri se rassemblent.
Le maire de Philadelphie Michael Nutter a annoncé l'interdiction de nourrir un grand nombre de sans abri et de gens affamés dans des sites à et près du parking Benjamin Franklin.

Le maire impose l'interdiction sur tout don de nourriture en extérieur à un grand nombre de gens sur les parkings de la ville, y compris Love Park (le parc de l'amour!) et celui de Ben Franklin, où il n'est pas inhabituel à des groupes d'assistance d'offrir de la nourriture gratuitement.

Nutter dit que le don de nourriture manque aussi bien de bonnes conditions sanitaires que de dignité.
Orlando

En juin dernier, un groupe d'activistes d'Orlando, en Floride était arrêté par la police pour donner à manger à des sans abri en défiant l'ordonnance de la ville...
La semaine dernière, douze membres du groupe activiste ''Nourriture plutôt que des bombes' ont été arrêtés à Orlando pour avoir nourri gratuitement des groupes de sans abri dans un parc de la ville. Ils agissaient en défiant une ordonnance municipale controversée qui octroie des permis pour que des groupes distribuent de la nourriture dans les parcs dans un rayon de 4 km autour de l'hôtel de ville. Chaque groupe n'a droit qu'à seulement deux permis par parc et par an ; le groupe ''Nourriture plutôt que des bombes'' a déjà dépassé son quota. Ils installent leur buffet végétarien au lac Eola en sachant qu'ils seront probablement arrêtés.
Houston

À Houston, un groupe de chrétiens a reçu récemment l'interdiction de distribuer de la nourriture aux sans abri, et on leur a dit qu'on ne leur accorderait pas de permis pour le faire à l'avenir même s'il le sollicitait...
Bobby et Amanda Herring ont passé plus d'un an à procurer tous les jours de la nourriture aux sans abri de Houston. Ils les ont nourri, nettoyant derrière eux et la distribution des repas chauds s'est toujours passée paisiblement sans qu'un seul crime soit commis, a dit Bobby Herring.

Cela s'est terminé il y a deux semaines quand la cité a fermé son ''Nourris un ami'' par absence de permission. Et les responsables de la ville disent que le couple n'en obtiendra probablement pas.

''Nous ne savons pas vraiment ce qu'ils veulent, nous pensons juste qu'ils ne veulent pas que nous nourrissions les gens à cet endroit-là, a ajouté Bobby Herring.
Dallas...Las Vegas..

Et New York City


New York City a interdit tout don de nourriture dans les centres d'hébergement de sans abri gérés par le gouvernement parce que les bureaucrates considèrent que la nourriture donnée n'est pas assez ''nutritive''.

Oui, sans rire.

Extrait d'un récent article de Fox News...
Pour l'administration Bloomberg (nom du maire de New York, NdT) la ''police de la nourriture'' prend tout son sens par le blocage des dons de nourriture à toutes les installations gérées par le gouvernement qui s'occupent des sans abri de la ville.

Conjointement avec un groupe de travail de la mairie et les services de santé, le département des services de santé a récemment commencé à appliquer de nouvelles lois nutritionnelles pour la nourriture servie dans les hébergements de la ville. Comme le département de la santé ne peut évaluer le contenu nutritionnel des dons de nourriture, les centres d'hébergement doivent refuser les bons Samaritains.
Incroyable, non ?

Les bureaucrates font officiellement la loi.

En Amérique aujourd'hui, il semble que presque tout soit illégal.

Une église de Louisiane a récemment reçu l'ordre d'arrêter de distribuer de l'eau parce qu'elle n'avait pas la permission du gouvernement.

Bien, je ne sais pas pour vous, mais je suis sûr que je vais quand même offrir un verre d'eau froide à quelqu'un s'il en a besoin que j'ai ou non la permission.

C'est comme si le bon sens avait complètement disparu de cette nation.

Dans le New Hampshire, on a poursuivi une femme en justice parce qu'elle avait planté des fleurs dans son propre jardin.

C'est le genre de choses qui me rend heureux d'avoir déménagé vers un endroit beaucoup plus rural.
Là, les gens du coin sont beaucoup moins stressés.

Ceux qui malheureusement adorent faire une micro-gestion des autres continuent d'avoir la main haute sur l'Amérique. En janvier dernier, 40.000 nouvelles lois sont entrées en vigueur partout en Amérique. Les hommes politiques continuent de nous abreuver de vagues de règlements et de lois sans fin.

Tout ceci fait de l'Amérique un endroit bien désagréable à vivre.