Traduction SOTT

© Trish Van Housen
Photo (prise près de Phoenix, Arizona) de la traînée laissée par un fragment de météorite/comète qui a explosé au dessus du sud-ouest des États-Unis le 13 septembre 2012.
Le jeudi 13 septembre 2012 au matin, les lève-tôt du sud-ouest des États-Unis - Californie, Nevada, Utah, Colorado et Nouveau-Mexique - ont été surpris par l'apparition d'une vive traînée luminescente haute dans l'atmosphère. Des photos prises par des habitants m'ont rappelé la traînée brillante observée à travers le Caucase le 7 juin 2012 (et dont je parle ici). Mon soupçon selon lequel il s'agissait de l'arrivée et de l'explosion en altitude d'un nouveau fragment météoritique ou cométaire (MoCF = meteor or cometary fragment) s'est confirmé lorsque j'ai lu certaines déclarations ridicules de l'armée US affirmant qu'elle avait testé un missile/fusée à 5h30 heure locale le 13 septembre.

Des gens ont contacté les forces de l'ordre dans le nord du Nouveau-Mexique et le sud du Colorado pour signaler « un crash ». Dans le nord du Nouveau-Mexique, un shérif adjoint a déclaré avoir été témoin « d'une explosion » et du fait qu'une partie de l'objet s'était séparée du corps principal. Personne n'a signalé de traînée partant du sol vers le haut, juste un point évoluant très rapidement dans le ciel qui a laissé une traînée très brillante dans la moyenne atmosphère, indiquant ainsi que rien n'avait été lancé à partir du sol.

Le damage control s'est rapidement mis en branle, avec l'Associated Press annonçant que :
Drew Hamilton, un porte-parole du White Sands Missile Range de l'US army, a déclaré : « L'explosion » était une séparation normale des premier et second étages du missile balistique Juno non armé qui a été tiré à 6h30 MT depuis Fort Wingate, près de Gallup, au Nouveau-Mexique. Après utilisation, le premier étage a atterri dans une zone désignée de l'U.S. Forest Service land.
Le Juno I était une large fusée d'appoint utilisé pour les lancements de satellites dans les années 1950, alors que le Juno II était un véhicule de lancement spatial utilisé aux États-Unis à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Récemment, une fusée Juno a été utilisée pour lancer un Atlas V vers Jupiter en 2011. Donc l'idée que l'armée US a lancé un de ces géants depuis Fort Wingate au Nouveau-Mexique dans le but de le « tester » - à l'aube, pas moins, et au-dessus d'une zone densément peuplée - est incroyable, c'est le moins qu'on puisse dire. Fort Wingate, incidemment, a été fermé en 1993.

Le rapport de l'Associated Press est devenu encore plus bizarre lorsqu'il a déclaré que TROIS missiles, et non pas un, avaient été lancés par l'armée US :
Le missile Juno a été ensuite visé par des versions avancées du missile Patriot tiré depuis White Sands, à environ 350 miles (560 km), dans le cadre d'un essai. Deux des missiles ont été tirés et ont atteint le missile Juno en approche, a déclaré Dan O'Boyle, un porte-parole de l'arsenal de Redstone en Alabama et responsable des Patriots utilisés pour cet essai.

Les missiles Patriot détruisent les cibles en approche par une frappe directe et n'explosent pas.
Ils peuvent dire ce qu'ils veulent sur les missiles d'interception Patriot qui « détruisent des cibles en approche par une frappe directe sans exploser », ils n'en repoussent pas moins les limites de la crédulité, avec cette histoire de missiles lancés par l'armée US contre des fusées d'appoint au-dessus du territoire étasunien. Écoutez un peu les mensonges du porte-parole de l'armée, qui nous raconte que cet incident est « l'un de nos exercices haut-de-gamme, quelque chose de très intense que nous faisons ici... pas le genre de choses qu'on fait tous les jours » :


Maintenant, comparez le compte-rendu de l'événement diffusé par l'Associated Press avec le communiqué suivant publié par un organe de presse basé dans l'Utah :
C'est le 14e missile lancé depuis la zone de Fort Wingate (Nouveau-Mexique) depuis le milieu des années 90. En fonction de la lumière du soleil, il est visible par moment. Le soleil levant a éclairé par derrière la traînée du missile et a offert un spectacle matinal fantastique aux lève-tôt de la région.

Les vents dans les diverses couches de l'atmosphère ont déformé la traînée du missile, créant un nuage sinueux observé dans le ciel. Le missile est ensuite retourné à la base.

{...] tous les débris sont tombés sur un terrain appartenant à l'armée. Le processus a juste créé un spectacle de lumière.
Retourné à la base ?? Non seulement cela contredit l'histoire des missiles intercepteurs Patriot frappant la fusée Juno, mais ce scénario est physiquement impossible, parce que les missiles et les fusées « ne retournent pas à la base » ! Quelqu'un, quelque part dans la chaîne de commandement, a dû se mélanger les crayons. Il semble que cet addendum à l'histoire était nécessaire pour rendre compte des témoignages selon lesquels des morceaux de météorite/MoCF se sont écrasés sur Terre. En tout cas, leurs tentatives d'explication des phénomènes célestes qui prennent place au-dessus de nos têtes montrent à quel point ils sont désespérés.

Si des missiles ont bien été lancés à proximité de ce visiteur céleste, alors je me demande s'ils pistaient ce MoCF en approche, et si un ou deux missiles n'ont pas été tirés afin que l'armée puisse prétendre de façon plausible que ce que les gens avaient vu était « juste un test de missile ».

Un lecteur de Sott nous a envoyé le témoignage et la photo suivants :
C'était une boule lumineuse qui traversait lentement le ciel. Puis la boule lumineuse s'est dispersée, et c'est à ce moment que j'ai pris la photo et la vidéo. C'est arrivé vers 5h30, heure de Phoenix, dans l'Arizona. Il n'y avait qu'une traînée, avec la boule lumineuse en tête. Il n'y avait pas d'autres traînées. La boule lumineuse s'est dispersée ; quelques secondes après, j'ai pris mes photos.

© Jason Glass
Comparons les photos de la traînée de jeudi aux traînées laissées par des explosions antérieures (connues) de fragments de météorites/comètes :

© Linda & Dr. Dick Buscher
Linda et le Dr Dick Buscher ont pris en photo la traînée laissée par le fragment cométaire qui a explosé près de leur domicile, à Anthem (Arizona), à la limite nord de Phoenix, à 5h41 le 13 septembre 2012.

© Mohamed Elhassan Abdelatif Mahir (Noub NGO), Dr. Muawia H. Shaddad
Le 7 octobre 2008, cette traînée déformée, à haute altitude, a été filmée à l’aube dans le ciel du nord du Soudan. La traînée persistante est due à l’impact d’un petit astéroïde catalogué comme 2008 TC3. Cet événement était remarquable, parce que c'est la première fois qu’un astéroïde fut détecté dans l’espace avant de s’écraser dans l’atmosphère terrestre. En fait, après la découverte de 2008 TC3 par les astronomes, l’heure et la position de son impact furent prédites en se basant sur les observations ultérieures. Plus tard, les prédictions d’impact furent confirmées par des sondes, dont une image Meteosat-8 d’un flash brillant dans l’atmosphère.

© Brianna N
Photo prise à 6h45 le 18 novembre 2009 dans le comté de Tooele, dans l’Utah. Des résidents ont rapporté avoir senti la météorite exploser tandis que les sismographes de l’Université de l’Utah enregistraient l’explosion en altitude.


Place aux dragons : mystérieuse traînée brillante laissée par une explosion en altitude le 7 juin 2012, et observée à Astrakhan, dans le sud de la Russie.
Fireball over Argentina

Traînée brillante laissée par le météorite qui a explosé au-dessus de Mendoza, en Argentine, le 29 septembre 2009.
Malgré cette minable opération de dissimulation, la plupart des gens ont accepté encore une fois la version absurde du missile. Mais pour combien de temps cette histoire tiendra-t-elle ? Rien que la semaine dernière, deux objets géocroiseurs nous ont frôlés, des incendies[1] ont éclaté en Colombie-Britannique, apparemment causés par une explosion en altitude qui a fait pleuvoir des météorites incandescentes, et Jupiter a été percuté par un large corps céleste pour la troisième fois en quatre ans. Sans parler de tous les autres incendies[1] causés par des météores/MoCF des derniers mois, ça chauffe de plus en plus.

Gardez les yeux tournés vers le ciel...

Voir aussi : Reading Celestial Intentions Through the Wrong End of the Telescope: Missiles, UFOs and the Cold War [Lire les intentions célestes par le mauvais bout de la lorgnette : missiles, OVNIs et Guerre Froide - NdT]

[1] NdT : Dans la VO, il est question de « ground fire », littéralement « feu de sol », qui correspond à des incendies de forêt où l'humus brûle et qui peuvent ne pas être apparents.