Traduction : SOTT

© Sott.net
De nombreux scientifiques sont très heureux de parler ouvertement d'une « sixième extinction » qui a commencé il y a environ 10 000 ans, car ils tiennent l'homme pour responsable. Blâmer l'homme sous-entend de manière anthropocentrique que nous sommes en quelque sorte à l'abri d'une extinction soudaine et que l'on peut remédier à la disparition des autres espèces, le tout étant de changer nos habitudes de vie qui favorisent le « réchauffement planétaire » ! Cependant, les véritables faits de l'histoire de la vie sur terre suggèrent que, du point de vue de la « nature », les humains ne sont qu'une espèce de plus dont les jours aussi sont comptés. En effet, les données historiques montrent qu'à maintes reprises, la nature a fait preuve d'une grande aptitude et d'une grande créativité pour remettre les pendules à l'heure, et ce, même pour les civilisations les plus « avancées ».

Pour ceux qui ne veulent pas en lire davantage (ou qui ne désirent pas être confrontés aux preuves), la dure réalité est que, au cours de ces dernières années, les signes célestes - sous la forme d'un nombre croissant de météorites/fragments cométaires envahissant notre atmosphère pas si isolée que cela - indiquent que l'humanité est au bord d'un événement de type « extinction ».

Explosion en Louisiane - Une de plus sur une longue liste

Sott.net suit la surprenante augmentation des rapports d'observations et d'impacts de météorites/fragments cométaires depuis au moins 8 ans, et durant cette période, il y a en a eu plusieurs centaines. Ce seul fait devrait nous alarmer. Consultez le lien ci-dessus pour avoir une idée de la fréquence importante des observations de météorites/fragments cométaires. Bien sûr, on peut toujours dire que cette augmentation apparente pourrait être due au fait que nous y prêtons plus attention, mais les chiffres ne mentent pas. Par exemple, en consultant les liens du menu de droite sur le blog Sott.net ci-dessus, vous remarquerez qu'en 2004, 2005 et 2006, les rapports sont regroupés par périodes de deux mois, et qu'il y avait en moyenne moins de 10 observations bimensuelles. En revanche, en 2008, les rapports furent suffisamment nombreux pour que nous commencions à les regrouper dans des archives mensuelles ; depuis lors, leur nombre n'a cessé d'augmenter régulièrement.

Pour en revenir au présent, au cours des derniers jours, plusieurs rapports d'observations et d'impacts de météorites/fragments cométaires ont été enregistrés à travers le monde. Cependant, je souhaite examiner un événement spécifique qui s'est produit il y a deux jours, le lundi 15 octobre.

Cette nuit-là, à travers le Texas, la Louisiane et le Mississippi, des gens ont rapporté avoir vu des éclairs lumineux dans le ciel et des traînées de boule de feu. Dans la région de Shreveport, au Nord-Ouest de la Louisiane, de nombreux habitants ont également entendu de forts « boums » qui ont fait trembler les maisons et ont brisé de nombreuses fenêtres dans la ville de Minden. Voici le témoignage d'Amy Mealey, qui habite à quelques kilomètres du Camp Minden :
« Honnêtement, j'ai pensé qu'on nous bombardait », a déclaré Mealey à propos de l'explosion dans un bunker d'Explo-Systems, également connu sous le nom d'igloo, à Webster Parish. « C'était la chose la plus effrayante que j'aie jamais vécue. »

Mealey était en train de consulter ses derniers e-mails avant d'aller se coucher quand elle a ressenti une sensation bizarre au creux de l'estomac - comme un roulement de tonnerre dans le lointain. « Ça se rapprochait de plus en plus, et je sentais que tout bougeait avec moi », raconte cette mère de deux enfants. « Je pouvais littéralement le sentir arriver vers moi. »

L'explosion a fait trembler sa maison, faisant voler en éclats une fenêtre en verre au plomb et explosant son encadrement.
Quelques extraits de messages postés sur Facebook par des résidents de Minden :
Elaina McKissack Pepper : « ... Pas de dégâts, mais Zeb et moi nous sommes levés tous les deux et sommes allés voir les enfants parce que nous étions sûrs que quelque chose n'allait vraiment pas. Après avoir vérifié à l'extérieur, Zeb a laissé tomber. Ça a secoué toute notre maison comme un tremblement de terre... »

Lela Bryan Lemoine : « À Minden, c'était comme si notre maison avait été touchée par quelque chose. Pourtant je n'ai rien entendu de spécial. Mais ça nous a vraiment fichu la trouille ! »

Angela Davis Bogues : « ... Nous vivons sur Fort Avenue. J'étais à l'étage et notre maison a tremblé et tangué. »

Judy Savell Jackson : « ... Je l'ai entendu et ressenti chez moi, comme tout le monde à Minden et dans ses environs ! »

Mickie Howard Young : « J'ai ressenti l'explosion ici, à S. Sibley, j'ai d'abord pensé que c'était le pipeline. Ça a secoué toute la maison, mais nous n'avons pas de dégâts. Juste le cœur qui a failli jaillir de ma poitrine... »

Amy, de Princeton, en Louisiane : « Un boum extrêmement fort, comme une explosion, a fait trembler la maison pendant quelques secondes. »

Donna de Benton, en Louisiane : « Une grande explosion ressentie comme un souffle de pression à travers la maison, et la maison qui tremblait. »
Étant donné le nombre important de témoignages similaires au cours de ces dernières années, cet événement n'aurait été qu'un incident météoritique/fragments cométaire de plus, si ce n'était la surprenante réponse officielle.

Les volte-face du shérif

Lorsque des dizaines de personnes appelèrent le bureau du shérif de Webster Parish ainsi que la rédaction de KSLA News 12 pour signaler des observations d'éclairs de lumière dans le ciel et de forts bruits d'explosions qui avaient fait trembler les maisons, le bureau du shérif déclara d'abord qu'il était « possible qu'un météore ait frappé le sol » dans la région. Le lendemain matin, cependant, Gary Sexton, le shérif de Webster Parish prétendit que le mystère avait été résolu, que des « experts en matières dangereuses » lui avaient dit que ce que les gens avaient vu et entendu était en fait une explosion qui s'était produite lundi soir dans un bunker souterrain du Camp Minden contenant des explosifs. Non seulement il n'y avait rien à voir ici, mais l'explosion « s'était déroulée exactement comme prévu. »

Le shérif Sexton a décrit le bunker de la « zone L-1 » comme un « igloo » en béton bâti dans les années 50 et conçu pour renvoyer n'importe quel souffle vers le haut plutôt que vers l'extérieur, pour atténuer l'impact de l'onde de choc. Étant donné que le bunker en question appartient à une société dénommée Explo Systems Inc., il semble plausible que les informations sur « l'explosion dans le bunker » viennent de cette entreprise. Cependant, assez curieusement, une conférence de presse que devaient tenir les dirigeants d'Explo mercredi matin a été annulée à la dernière minute, sans qu'aucune explication ne soit donnée.

Le premier problème concernant la réponse « explosion d'un dépôt de munitions » est un problème de coïncidence.

Quelles sont les chances que l'explosion d'un dépôt de munitions coïncide plus ou moins avec l'observation par des témoins à travers trois États (le Mississippi, le Texas et la Louisiane, et à des centaines de kilomètres de distance) de ce qui était clairement une météorite/fragment cométaire en train de se consumer dans la basse atmosphère terrestre ? Plus précisément, si un dépôt de munitions a effectivement explosé, quelles sont les chances qu'une météorite/fragment cométaire, dont de nombreux témoins oculaires pensent qu'elle a impacté le sol dans la région, n'ait aucun rapport avec l'explosion ?

Le second problème concerne les preuves.

Mardi matin, aux premières lueurs, les braves gens de KSLA News sont montés à bord de leur hélico et ont survolé l'usine de munitions militaire de Louisiane. Voici ce qu'ils ont filmé :


La première chose qu'on remarque est que la trace calcinée n'est pas compatible avec une explosion souterraine, en particulier d'un bunker « conçu pour renvoyer n'importe quel souffle vers le haut plutôt que vers l'extérieur ». Cela laisserait sûrement un trou béant dans le sol, non ? Au lieu de cela, ce que nous voyons, c'est une longue trajectoire roussie compatible avec un projectile qui frappe la Terre d'en haut selon un angle assez aigu. En fait, c'est assez similaire aux marques laissées par un accident d'avion.


La trajectoire calcinée de l'objet qui a frappé la région du Camp Minden
La deuxième chose qu'on remarque est que les indices matériels indiquent formellement que le train qui a déraillé a été frappé par un objet ou par une onde de choc qui se déplaçait le long du sol (pas vers le haut et vers l'extérieur). Un seul wagon semble recouvert de terre, celle-ci ayant été projetée par la force de l'impact, et ce même wagon semble aussi être le seul à avoir été littéralement coupé en deux (minutes 1,27 et 1,35 dans la vidéo) avec une force concentrée dans une zone spécifique.


Un wagon du train a subi de plein fouet l'effet de souffle et a été littéralement coupé en deux.
Ce lien vous mènera à la carte Google de la zone où l'incident est censé avoir eu lieu. Vous pouvez voir les bunkers de munitions « igloos » mentionnés par le shérif Sexton. Notez qu'il semble bien y avoir un réseau de voies ferrées avec des wagons autour de la zone.

On nous dit également que l'explosion a envoyé un « panache » à 2 000 mètres dans les airs. AccuWeather.com a réalisé une imagerie radar et produit un rendu 3D de ce « panache » :

Selon Accuweather, « c'était un objet significatif, qui présentait une réflectivité de 42 dBZ (ce qui correspond normalement à de la « pluie modérée ») ».

La suggestion selon laquelle l'image radar du panache est semblable à une image radar de pluie modérée semble étayer les rapports des témoins oculaires faisant état de « cendres noires de suie » (certaines d'entre elles aussi grosses qu'une pièce de 25 cents) pleuvant sur leurs voitures et sur leurs maisons. Ma question est : les explosions entraînent-elles généralement des cendres noires de suie, « comme de la neige fondue », qui tombent à plusieurs kilomètres à la ronde autour de l'explosion ? Je ne peux pas l'affirmer avec certitude, mais ce que je peux dire, c'est qu'il existe des rapports selon lesquels des explosions aériennes de météorites, ou simplement des passages de météorite ou de fragments cométaires à travers notre atmosphère, ont généré des pluies de cendres. Par exemple, le 25 août 2012, au Nouveau-Brunswick, au Canada, Maryann Morgan Fredericton a relaté précisément le même phénomène.

Soit dit en passant, l'image radar ci-dessus m'a immédiatement rappelé une autre image radar de « turbulence inconnue » au-dessus de Beebe, en Arkansas, le 1er janvier 2011, qui a conduit à l'un des nombreux épisodes d'hécatombe d'oiseaux, et que j'aborde en détails ici. Notez que la détonation a également eu lieu à environ 2 000 mètres.


L'image Doppler de la « turbulence inconnue » au-dessus de Beebe, Arkansas, le 1er janvier 2011
Compte tenu des preuves disponibles, ma théorie à l'heure actuelle est la suivante :

Les événements de lundi soir qui ont été signalés dans la région du Nord-Ouest de la Louisiane, et plus précisément près de la base du Camp Minden, ont été causés par l'entrée d'une météorite/fragment cométaire dans l'atmosphère terrestre selon une trajectoire Sud-Est/Nord-Ouest, à peu près au-dessus du centre de la Floride. L'objet a poursuivi sa trajectoire, atteignant le golfe du Mexique puis les États du Mississippi et de la Louisiane. L'objet a alors explosé au-dessus de la zone Nord-Ouest de la Louisiane, provoquant une forte détonation. Un fragment a poursuivi sa course et heurté le sol dans la région du Camp Minden. Les cendres que l'on a vues tomber provenaient de l'explosion aérienne initiale.

Avant de terminer, il y a une autre idée qui, à mon avis, mérite d'être prise au sérieux. On a beaucoup spéculé et soutenu l'hypothèse selon laquelle les virus peuvent provenir - et proviennent en fait - « de l'espace », alias la panspermie. C'est-à-dire que les virus atteignent la terre sur des rochers spatiaux transportant des formes de vie à base de carbone. Ces rochers pénètrent dans notre atmosphère et déposent lesdites formes de vie sur notre planète. Il a été suggéré que la comète de Halley, par exemple, avait provoqué l'épidémie de « grippe espagnole » (qui ne venait pas d'Espagne) de 1918. Cette théorie souligne que la manière dont la « grippe espagnole » s'est propagée ne peut pas s'expliquer par une transmission d'homme à homme, et que la seule explication raisonnable est qu'elle a été transportée par voie aérienne, à très haute altitude, comme dans l'atmosphère supérieure. Plus récemment, d'éminents scientifiques ont rendu les poussières de comètes passant près de la Terre responsables de la saison grippale particulièrement mauvaise de l'année 2000. Par ailleurs, la « météorite » de Toungouska de 1908 était en réalité un fragment de comète qui transportait des matières organiques.

Alors, où je veux en venir ? Peut-être que, tandis que notre société mondiale « avancée », ici sur Terre, continue à partir à vau-l'eau, les cieux au-dessus de nos têtes semblent de plus en plus encombrés de roches potentiellement mortifères venues de l'espace. Et peut-être que, d'une étrange façon, les deux sont liés.