Les Maîtres du Monde
Carte


Eye 1

Google confesse surveiller des milliers de comptes d'internautes pour le FBI et la CIA

Google confesse surveiller des milliers de comptes d’internautes pour le FBI et la CIA/Camera,Google logo et ordinateur
© Inconnu

On savait que la CIA et le FBI pouvaient mettre sur écoute de nombreuses personnes, voire quasiment la totalité de la population américaine, mais ce que révèle Google est très surprenant ! La firme a publié près de mille lettres de demande de surveillances de comptes d'internautes.

Ce sont des révélations qui vont peut-être mal passer dans l'opinion publique américaine. Le géant d'Internet, Google, a publié un peu moins de mille lettres de demande de mise sous surveillance de comptes Internet d'américains. Après les mises sur écoute, ce sont donc les boîtes de courriers électroniques, les profils de réseaux sociaux voire les comptes de messagerie comme Hotmail ou Skype qui pourraient avoir été surveillés. Tout ça en vertu du Patriot Act, une loi votée juste après les attentats du 11 septembre et qui vise à contrer le terrorisme par le renseignement.

Sur son blog, Google se justifie : « Vous remarquerez que nous publions des éventails de chiffres mais pas de chiffres exacts. C'est pour répondre aux demandes du FBI, du département de la Justice et d'autres agences qui craignent que la publication de chiffres exacts révèle des informations sur les enquêtes en cours ». Pour la firme californienne, c'est aussi un moyen de satisfaire les associations de défense des droits de l'Homme aux États-Unis qui ont vivement critiqué la mise en action du Patriot Act. L'Electronic Frontier Foundation se félicite d'ailleurs de cette avancée et estime que c'est « une victoire sans précédent de la transparence ».

Reste à savoir si cela se reproduira à l'avenir et si c'est le cas, à quelle fréquence. On peut quand même comprendre que le gouvernement et les services de renseignements tiennent à garder le secret sur les enquêtes en cours.
Eye 1

Ingérence occidentale en Asie... Comme prévu le chaos impérialiste s'étend à l'Asie...

Nous l'avions dit il y a plusieurs semaines déjà : le chaos est exporté par l'empire en Asie, nouvelle zone de turbulences créée pour continuer la ligne du chaos, quo pour les oligarques est génératrice à terme, de l'avènement de leur Nouvel Ordre Mondial. Nous y sommes : cette invasion impromptue d'une partie de la Malaisie, le torchon qui brûle entre le Japon et la Chine à propos d'îlots paumés insignifiants et la Corée du Nord récemment réactivée par la Chine suite aux manœuvres militaires américano-sud-coréennes à sa porte... L'Asie est la prochaine sur la liste du chaos programmé de l'empire. Excellente analyse de Tony Cartalucci ci-dessous. Son martelage du boycott des entreprises criminelles sponsorisant les conflits dans le monde résonne au plus juste !

La Malaisie envahie : des centaines de terroristes arrivent sur les plages, silence radio sur les médias occidentaux

Traduit de l'anglais par Résistance 71

Malaysia_AIR_F-18D_La Malaisie a appelé l'assistance aérienne et l'armée pour confronter une bizarre invasion terroriste dans son état oriental de Sabah
© Inconnu
La Malaisie a appelé l'assistance aérienne et l'armée pour confronter une bizarre invasion terroriste dans son état oriental de Sabah

Des centaines de terroristes lourdement armés ont traversé depuis les Philippines et ont atteint les plages de l'état oriental malais de Sabah (Bornéo). Des douzaines ont déjà été tués et l'armée malaise a amené de l'aviation et des véhicules blindés pour confronter cette invasion bizarre et audacieuse, diffusant des militants au fin fond des jungles de Bornéo. Ce qui pourtant paraît-être une manchette facile pour les médias, a été minimisé et pirouetté par les médias occidentaux, bon nombre appelant ces militants armés liés à Al Qaïda, « un clan philippin armé ».
Eye 1

Des heurts entre la police et les travailleurs en lutte contre la fermeture de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord

Entre cinq et six cents travailleurs de l'usine de pneus Goodyear d'Amiens-Nord, dans le Nord de la France, ont été impliqués jeudi dans de violents heurts avec les CRS qui ont lancé des gaz lacrymogènes et utilisé des sprays au poivre. Les travailleurs ont jeté des pneus enflammés et autres projectiles sur eux et ont endommagé un camion anti-émeute de la police qui les filmait.

Le camion anti-émeute de la police
© Inconnu
Le camion anti-émeute
Ils s'étaient rendus au siège de l'entreprise américaine Goodyear-Dunlop à Rueil-Malmaison en région parisienne pour manifester pour la défense de leurs emplois et contre la fermeture de l'usine de pneus. Une réunion d'information-consultation du comité central d'entreprise (CEE) s'y tenait.

Gaz lacrymogènes, rue et manifestants
© Inic
Des gaz lacrymogènes, lâchés sur les manifestants à Rueil-Malmaison (92)
Newspaper

Ce dangereux vent de folie qui souffle sur les médias (ou les révélations post-mortem de Chavez)

Folie, homme fou
© Inconnu

Les médias sont devenus fous. Je sais, ils l'étaient déjà, mais là ils le sont devenus. C'est vrai que c'est dans les moments de crise que l'on peut juger du véritable caractère d'un homme, ou d'un système. Et depuis quelques jours, on peut dire que nous sommes servis.

Tout a commencé lorsque... quoi, exactement ? Y a-t-il eu un moment précis où ils ont basculé d'un état relativement stable d'incompétence et/ou de bêtise et/ou de parti-pris, ou cela s'est-il traduit par un processus lent et constant de dégradation ? La situation s'est-elle réellement dégradée ou sommes-nous devenus simplement plus lucides - ou moins naïfs ?

Mais la question qui me taraude est celle-ci : ont-ils touché le fond, là, présentement, ou reste-t-il encore de la marge ? Dans les deux cas, il est temps de s'affoler sérieusement, car ce qui transparaît derrière leur attitude est de nature à nous préoccuper tous.
War Whore

Syrie : l'aveu de Manuel Valls sur les djihadistes français en Syrie

Syrie embleme
© Inconnu

Toute honte bue, la langue n'ayant pas fourché, Manuel Valls (vidéo) a reconnu qu'il y a une vingtaine de djihadistes français en Syrie. Plutôt une centaine, des petits voyous à la semaine recrutés en banlieue par le Qatar. Mais ça, il ne le dit pas. Ces derniers, désoeuvrés, avec des parcours tortueux et abracadabrantesques se sont donc retrouvés en Syrie, pour avoir un petit pécule pour subvenir aux besoins de leurs familles. Mais, pourquoi personne ne lui demande quel sera le sort réservé à ces gtens quand ils rentreront en France, s'ils sont vivants ? Motus et bouche cousue, ils servent une cause « juste » à leur yeux. Et pourtant, ceux qui combattent au Mali sont...chut...

Selon un journal, le Daily Star, la Grande-Bretagne a mis en exécution ses promesses, et aurait déjà envoyé des armes d'une valeur de 30 millions de dollars aux terroristes en Syrie, suivant ainsi le pas du Qatar et de l'Arabie saoudite. Ce dernier, selon des documents confidentiels, serait le créateur du Front al-Nusra, oeuvre du sombre et triste sire son altesse pourrissime, le prince Bandar bin Sultan. L'incursion des terroristes à bab Amro, s'est finalement mal terminée pour eux. Avec des gens prêts à mourir pour 1000 vierges, la tâche est ardue...
Bad Guys

Marseille : nouveau scandale dans la police

Police Marseille
© Nicolas José/Sipa
Plusieurs services de la police marseillaise sont désormais visés par une enquête

Le parquet de Marseille vient d'ouvrir une enquête préliminaire contre plusieurs services de police pour de nouveaux agissements délictueux.

Nouveau scandale dans la police marseillaise. Cinq mois après le coup de filet contre la BAC Nord lancé par deux juges d'instruction, une nouvelle enquête préliminaire a été ouverte au début de l'année par le parquet de Marseille contre d'autres services de police pour des faits délictueux présumés. Selon nos informations, cette nouvelle affaire aurait été déclenchée sur la base d'un rapport remis au procureur Jacques Dallest. Ce mémoire rédigé par d'anciens policiers de la brigade anti-criminalité raconterait par le menu de nouvelles exactions (extorsions, trafic, vols) commises au sein de la BAC Nord, mais aussi par d'autres services.

C'est la troisième enquête ouverte contre la police marseillaise depuis février 2012. Une information judiciaire avait d'abord été ouverte contre la BAC en octobre 2012 par le parquet de Marseille pour corruption et confiée à deux juges d'instruction. Dans cette affaire, quinze policiers ont été mis en examen, dont sept placés en détention provisoire, puis libérés fin décembre. Fin janvier 2013, tous ces fonctionnaires ont été autorisés à reprendre leur travail. Seules restrictions : pas dans une BAC, en uniforme et en dehors des Bouches-du-Rhône.
Network

Les Etats-Unis seraient la source n°1 des cyberattaques visant la Chine

Cyber café
© Raheb Homavandi/Reuters Archives
Les Etats-Unis sont à l'origine de plus de la moitié des cyberattaques ayant visé la Chine au cours des deux premiers mois de 2013, écrit dimanche l'agence de presse Chine nouvelle, sur fond d'escalade de la tension entre Pékin et Washington à propos de l'utilisation d'internet

Les Etats-Unis sont à l'origine de plus de la moitié des cyber-attaques ayant visé la Chine au cours des deux premiers mois de 2013, écrit dimanche l'agence de presse Chine nouvelle, sur fond d'escalade de la tension entre Pékin et Washington à propos de l'utilisation d'internet.

Pékin et Washington se disputent depuis des mois sur la question des cyber-attaques, chacun accusant l'autre de s'en prendre à des sites internet gouvernementaux « sensibles ».

Sur les deux premiers mois de l'année, 2.196 serveurs de contrôle américains ont « contrôlé » 1,29 million d'ordinateurs hôtes en Chine, ce qui fait des Etats-Unis le premier pays à s'attaquer à des serveurs et à des ordinateurs hôtes en Chine, affirme l'agence de presse officielle.

En février, le ministère chinois de la Défense a déclaré que deux grands sites internet militaires chinois, dont celui du ministère de la Défense, avaient été la cible de 144 000 cyberattaques par mois l'année dernière, dont près des deux tiers provenaient des Etats-Unis.
Che Guevara

Ce qu'ils ne pardonnent pas à Chavez

Traduction : Estelle et Carlos Debiasi pour El Correo

A Hugo Chavez, ils ne lui ont pas pardonné même quand il était évident qu'il allait mourir. Quand il a demandé un an à Dieu, quand il a imploré qu'il lui donne du temps. Quand il a utilisé la métaphore de la pleine lune pour donner une idée de quelle forme, ronde, était sa conviction que Nicolás Maduro garantissait la continuité du projet bolivarien. Les haineux, à l'intérieur et en dehors du Venezuela, ne le lui ont pas pardonné, ni ne lui pardonneront jamais, d'avoir été le premier président du monde à déchirer le voile de la grande cochonnerie néolibérale et d'avoir dynamisé par des idées et du pétrole une région qui juste quatre ou cinq ans après, comme résultat de la grande crise, a voté pour ses collègues de route, les présidents latino-américains qui ont fait que cette région, pour la première fois en deux cents ans, croît, mais pas grâce à plus d'inégalité. Ceci est une donnée ferme. Ici ou là-bas, plus ou moins, meilleur ou pire, d'abord une chose ou l'autre, avec un style ou un autre, mais ils l'ont fait. Ces pays, les nôtres, dans la « décennie gagnée », ont progressé économiquement et socialement. C'est cela qu'ils ne lui ont pas pardonné, ni lui, ni aux autres. Qu'il ait mis l'esprit, le cœur et les politiques sur le social, c'est ce qu'aujourd'hui l'Occident cache sous le tapis.

Chavez a rendu évident ce qui semblait impossible. Que l'on peut être un militaire qui défend sa patrie, mais que la patrie est le peuple, et non les financiers nantis. Que l'on peut redistribuer vers le bas la rente de ce pourquoi on envahit les pays, on ment à l'opinion publique, on tue et on meurt. Les États-Unis vont en guerre pour du pétrole et Chavez l'offrait ou baissait le prix de celui-ci pour les amis. Et ses amis n'étaient pas PDG des holdings ou des banques ou des multinationales : ils étaient les présidents d'autres peuples qui voulaient sortir la tête de l'eau après une souffrance populaire qui avait duré des générations.
Bad Guys

Fais pas la Guerre ! Enseigne la Corruption pour détruire une Nation

Maître de conférences en Génie des procédés, Omar Chaalal entame l'année avec un texte puissant qui traduit le désaroi généralisé face à la corruption et ses méfaits quotidiens. Une réalité diurne, aussi bien présente dans les grandes démocraties que dans les pays en développement, au corps défendant des citoyens. Le texte fait école : du visible Afghanistan au plus reculé Bantoustan, d'Oran, la ville du professeur d'université algérien, à Ottawa, la capitale fédérale canadienne, en passant par la pudique Osaka, plus rien ni personne n'échapperait à la corruption qui semble même devenir sainte et auguste, au besoin, surtout lorsque la raison du plus influent est souvent la meilleure : « Acheter un passeport pour visiter les lieux saints est une corruption permise par le bon Dieu ». Comme quoi, la terre de naissance de Camus possède toujours de ces pertinents Révoltés qui lèvent la patte sur tout.

Corruption illustration
© Kureel
Dans ma mémoire se cachent les beaux souvenirs de mon enfance, les inoubliables histoires de mes amis avec qui j'ai fait l'université ou le service national au barrage vert. Ces souvenirs traduisent la bravoure, le sérieux, l'exactitude et la détermination des hommes forts et honnêtes.

Aujourd'hui, le rythme et la mélodie de la musique ont changé. Le globalisme de la corruption impose la chanson : Je m'en moque ! Je m'en fiche ! Ça ne me regarde pas et ce n'est pas mon affaire ! A vrai dire, je ne prétends pas détenir la solution merveilleuse des problèmes de la corruption dans mon pays. Les racines de ce mal sont si profondes qu'on ne sait plus par quoi débuter ni par où commencer. Je ne suis pas un procureur de la République bien couvert par sa toge noire. Je ne suis pas un inspecteur enquêteur qui pioche dans les affaires louches en guise de punir les actes illégaux. Je ne suis pas non plus un sanglier qui rabaisse son groin pour chercher les racines en profond. Je suis tout simplement un Algérien conscient de la situation actuelle dans son pays. Un éducateur qui constate et décrit les faits tels qu'ils sont.

Dans le dictionnaire universel, la corruption, le crime et la honte sont synonymes. La corruption, ce mot qui nous fait peur et dont la pratique se rencontre partout et sous différentes formes. Elle gangrène le secteur public, tue la confiance dans les gouvernements, diminue l'efficience des politiques, affaiblit les régimes et détruit la nation.
Piggy Bank

Banques : les clients de la Royal Bank of Scotland n'ont plus accès à leur argent ni à leurs comptes, la Barclay's pourrait licencier jusqu'à 40 000 personnes

Bad Bank illustration
© Inconnu

Il y a quelques soucis bancaires actuellement, quoi qu'on en dise ! Commençons pas le groupe Barclays. Le chef de la direction Antony Jenkins qui a suggéré que jusqu'à 40 000 emplois pourraient sauter sur un total de 140 000. Quand aux utilisateurs, à défaut d'avoir à faire à des êtres humains, ils n'auront qu'à se rabattre sur des banques automatisées, tout simplement ! Pour l'instant, toujours suivant Antony Jenkins, aucun objectif n'a été fixé, il s'agit plus d'une réflexion à long terme qu'autre chose...

L'annonce a eut lieu tout juste un mois après que la Barclays ait annoncé la suppression de 3 700 postes dans une refonte majeure de la banque et une réduction des coûts de 1,7 milliard de livres, soit 2 milliards d'euros environ. (info Business insider)

Quand à la Royal Bank of Scotland, c'est à se demander si elle ne travaille pas avec les même logiciels que l'armée française ! Jugez par vous-même. Le groupe qui possède la RBS, la Natwest et la banque de l'Ulster, s'est excusé auprès de ses clients qui ne pouvaient plus ni retirer de l'argent ni accéder à leur comptes. L'événement survient à peine quelques mois après un krach informatique qui a empêché des millions de clients de retirer leur argent ; les clients quand à eux ont affirmé qu'ils avaient été abandonnés puisqu'ils n'avaient plus accès à rien, se retrouvant dans des situations plus que délicates.

La RBS a quand même présenté ses excuses, ce qui est la moindre des choses, celles-ci ayant été présentées sur... Twitter ! Pas même un courrier !
Bref, les clients n'avaient plus accès à rien, ni aux distributeurs automatiques puisque les cartes bancaires étaient refusées, ni à leurs comptes que cela soit via Internet ou par téléphone.

Heureusement, il y a Twitter avec cette magnifique formule pour s'excuser : « Nous sommes conscients des problèmes auxquels nos clients ont été confrontés, nous vous fournirons plus d'informations dès que nous en aurons. » (info Telegraph.co.uk)

Par ce qu'ils ne savent même pas d'où cela vient? Ce qui est fantastique, c'est qu'à l'ère du « tout-informatisé », les informaticiens soient devenus tellement incompétents qu'ils ne parviennent même plus à gérer le moindre bug, dingue !
Top