Les Maîtres du Monde
Carte


Eye 1

Trois fractures dans les postulats de nos classes dominantes

Top executive room, fauteuils vides
© Inconnu

Tout va mal. L'économie va mal. Rentrez la tête dans les épaules. Tout va mal. Soyez certains que quand la bourgeoisie vous serine ce message, via ses appareils idéologiques médiatiques et autres, c'est que tout va mal pour elle et qu'elle voudrait bien pouvoir continuer de chevaucher l'âne mort et bien mort du consensus de classes.

Ledit consensus de classes, c'est le gobage axiomatique et sans questionnement de ce dogme lancinant de nos strates dominantes quand elles n'en finissent plus de gauler et de pédaler afin que se perpétue sans critique la synonymie structurellement menteuse, de plus en plus fendillée et fallacieuse, entre Économie et Capitalisme. Or les postulats jadis tranquilles de nos susdites classes dominantes prennent en ce moment de fameux coups de semonce.

Et cela ne doit pas faire illusion. N'allons pas confondre, comme d'aucun voudraient tant qu'on le fasse, le déclin d'un mode de production spécifique avec la grande capilotade cosmologique de l'intégralité de l'univers social. Sourdement, comme inconsciemment (mais de plus en plus ouvertement), la société civile résiste aux postulats étroits de nos classes dominantes actuelles.

Par delà le détail fourmillant des conjonctures nationales et des scandales locaux, dans la poussière flatulente desquels on cherche constamment à noyer et à dissoudre notre attention militante, trois principes tendanciels s'imposent. Depuis la crise financière de 2008, trois fractures cruciales dans les postulats de nos classes dominantes se mettent en place, confusément, réformistement, mais l'un dans l'autre: sans ambivalence et finalement, quand on y regarde avec le bon œil, eh bien, en toute simplicité de tendance aussi. Observons les grandes lignes de la chose.
USA

Spéculation sur la mort aux États-Unis

Fosse commune-illustration
© Inconnu

Le capitalisme financier a décidé de tout acheter et de tout vendre : l'eau, l'air, le génome humain, les recettes de grand-mère, les contrepoisons amazoniens à base de plantes. Il achète maintenant les vies et les morts, en s'attaquant aux plus faibles. C'est ce que nous a expliqué tout récemment le magazine de France 3 " Pièces à convictions ".

Outre-Atlantique, des personnes âgées revendent leur assurance décès, pour pallier au plus pressé, c'est-à-dire pour se payer des soins qui ne sont pas gratuits parce qu'elles ne disposent pas de la couverture sociale adéquate. Ces assurances sont rachetées à des malades aux abois par des épargnants privés ou, mieux encore, par des fonds d'investissement. Cela peut se passer dans de véritables foires, où il est proposé aux chalands du cancer de la prostate ou du pancréas (une valeur sûre), des problèmes respiratoires, du diabète etc. Dans cette forme de viager moderne, si la personne meurt, l'acheteur touche l'argent de l'assurance.

Lorsque le risque a été « réalisé », les bénéficiaires peuvent être informés en ces termes : « Aujourd'hui, nous avons le plaisir de vous informer que la police 7200490 a expiré plus d'un an avant l'échéance pronostiquée ! »

Les spéculateurs proviennent du monde entier, d'Europe, de France. Des banques comme le Crédit Agricole ou Parisbas proposent à leurs clients ces produits sur la mort à l'intérieur de portefeuilles divers et variés.

Pour le capitalisme, l'imagination est au pouvoir. On a récemment appris qu'un anonyme avait déboursé près de 500 000 euros pour pouvoir prendre un café avec Tim Cook, le patron d'Apple. À des fins caritatives, cela va sans dire.
Attention

Canada : les droits fondamentaux niés au nom de la lutte « anti-terroriste »

L'habeas corpus, le droit au silence, et le droit de contester ses accusateurs, tous des principes juridiques démocratiques fondamentaux ont été niés au nom de la lutte contre le terrorisme dans une nouvelle loi votée à toutes vapeurs par le gouvernement conservateur du Canada.

La Loi sur la lutte contre le terrorisme réintroduit deux mesures qui étaient auparavant incluses dans la loi antiterroriste de décembre 2001 : la détention préventive et les audiences d'investigation. Elles étaient devenues inopérantes en 2007 à cause d'une «clause crépusculaire» . La nouvelle loi augmente la sévérité des sentences pour les personnes qui refusent de coopérer avec des audiences d'investigation et criminalise le voyage à l'étranger ou la tentative de quitter le Canada pour commettre des actes terroristes.

Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et la force de police nationale du Canada, la Gendarmerie royale du Canada (GRC), ainsi que Stephen Harper et ses conservateurs, ont pendant longtemps fait pression pour faire réintroduire la détention préventive et les audiences d'investigation.
Eiffel Tower

La débâcle hollandaise ou la première bougie sans lumière

« On résiste à l'invasion des armes,
on ne résiste pas à l'invasion des idées
 »
Victor Hugo
« Ramener le point d'indignation à l'amorce de toute précarité.
Seul moyen de s'extraire des eaux mortes de la fatalité
et de ne plus prendre de vieilles mœurs avec l'inadmissible. »
Patrick Chamoiseau
Comme elle fut longue la première année d'un règne qui pourrait en compter cinq. Longue de l'attente de changements qui ne viendront pas. Longue de l'amertume du constat que le Président nouveau est, tous comptes faits, un fieffé conservateur. Longue du dégoût du mensonge perpétué au sommet de l'Etat pour camoufler de vils conflits d'intérêts. Les Français ont-ils prié l'ancien hôte de l'Elysée d'aller s'occuper de ses affaires pour en voir d'autres défrayer la chronique et que les leurs se détériorent au fil de l'adaptation aux lois destructrices du Marché dérégulé ? Il est pourtant à craindre que « la bande à Hollande » continue de jouer avec nos nerfs , sourde qu'elle est au grand désarroi qui étreint le corps social. Les médecins attentifs savent qu'à tout moment les nerfs peuvent craquer. Alors, les tranquillisants de la « communication politique » deviendront totalement inefficaces. De cette faillite le vide surgira qui soit nous aspirera, soit nous inspirera.
Bomb

Turquie : l'effet boomerang des bombes d'Erdogan

Le régime d'Ankara parle de 51 morts dans les attentats qui ont frappé la ville de Reyhanli à la frontière avec la Syrie. Mais la population affirme que les autorités cachent le nombre réel de victimes. Côté médias officiels, c'est le blackout. Ils ne relaient plus que les rapports de police et les scénarios édictés par l'AKP au sujet du double attentat. Et pour cause : le Procureur de la République de Reyhanli a réussi à faire valider dimanche un décret de censure par le Tribunal de simple police de Reyhanli. La colère gronde en Turquie à la fois contre le gouvernement Erdogan et contre ses mercenaires syriens.

A Reyhanli, au milieu des décombres, les gens accusent le gouvernement turc de vouloir faire la guerre contre la Syrie pour le compte des USA et d'Israël.


Certains journalistes et blogueurs bravent la censure au prix de leur liberté comme Ferdi Özmen qui a comptabilisé le nombre de victimes du double attentat de Reyhanli. D'après Özmen, les victimes sont réparties dans sept hôpitaux de la région de manière suivante :
USA

Associated Press accuse Washington de l'espionner


Le patron de l'agence a condamné « une intrusion massive et sans précédent (...) dans les activités de collecte d'informations d'Associated Press ».
L'agence de presse américaine Associated Press (AP) a dénoncé lundi une «intrusion massive et sans précédent» du département de la Justice américain, qui se serait secrètement saisi de deux mois de relevés téléphoniques de l'agence et de certains journalistes.

L'agence a indiqué avoir envoyé une lettre au ministre de la Justice Eric Holder dans laquelle elle affirme qu'il n'existe «aucune justification possible à une telle collecte de communications téléphoniques».

Le patron de l'agence Gary Pruitt condamne dans ce courrier «une intrusion massive et sans précédent (...) dans les activités de collecte d'informations d'Associated Press».

Dans une dépêche, l'agence précise que les relevés d'appels saisis à son insu concerne un article publié en mai 2012 sur une «opération de la CIA (agence de renseignement américaine, ndlr) au Yémen qui a empêché au printemps 2012 un complot d'Al-Qaïda visant à faire exploser une bombe dans un avion pour les États-Unis».
Laptop

Rapport Lescure, le catalogue répressif de l'industrie


Christine Albanel et Pierre Lescure
Le rapport Lescure rendu public ce lundi s'inscrit dans la même philosophie répressive que la loi Hadopi. Au lieu d'entamer une réforme en profondeur des politiques culturelles pour les adapter à l'ère numérique, notamment en autorisant le partage des œuvres entre individus, ce rapport poursuit la fuite en avant répressive qui caractérise l'approche des pouvoirs publics français et européens depuis plus de dix ans. En pérennisant les missions répressives de la Hadopi, notamment au travers du maintien du délit de « négligence caractérisée » et des sanctions pécuniaires, et en encourageant la censure privée sur Internet sous couvert d'en appeler à « l'auto-régulation » des hébergeurs, fournisseurs d'accès, moteurs de recherche ou des services de paiement en ligne, le rapport Lescure représente une grave menace pour la protection des droits fondamentaux sur Internet.

Dans le texte qui suit, La Quadrature du Net analyse les mesures répressives proposées dans le rapport (qui sont largement inspirées des récents travaux de la Hadopi) et souligne les effets délétères qu'elles auraient sur les droits fondamentaux si elles étaient mises en œuvre. Le refus de légaliser le partage non-marchand des œuvres culturelles sur Internet est également dénoncé.

Les missions de la Hadopi pérennisées et le contrôle du Net par le CSA

Si l'annonce de la disparition de la Hadopi et de la sanction de déconnexion de l'accès à Internet font croire à la fin de la répression instaurée par la loi Création et Internet, il n'en est rien. La mission Lescure propose de pérenniser le délit de « négligence caractérisée » dans la surveillance de l'accès Internet, en imposant une obligation de moyen. La machine à spam qu'est la Hadopi continuera donc à tourner sous l'autorité du CSA, alors que ce dernier pourra reprendre à son compte la dangereuse tentative d'imposer des outils de « sécurisation des accès Internet »1 (propositions 55, 56 et 57).
Eye 1

Selon les Nations-unies, c'est l'opposition soutenue par les États-Unis et non le régime syrien qui a utilisé du gaz sarin

Dans une série d'interviews, Carla del Ponté, enquêtrice des Nations-unies a dit que le gaz sarin utilisé en Syrie a été utilisé par l'opposition, soutenue par les Etats-Unis, et non par le régime du président Bashar al-Assad.

Son rapport fait voler en éclats les mensonges sur lesquels Washington et ses alliés européens fondent leur campagne pour une guerre avec la Syrie, et selon lesquels les Etats-Unis et leurs alliés se préparent à attaquer la Syrie pour protéger la population syrienne des armes chimiques d'Assad. En fait, les preuves disponibles concernant l'utilisation de gaz sarin mettent en cause les « rebelles » dominés par les islamistes et qui sont armés par des pays du Moyen-Orient, alliés aux Etats-Unis et sous la supervision de la CIA.

Les déclarations de del Ponte coïncident avec les frappes aériennes totalement illégales d'Israël contre la Syrie et qui ont été approuvées par le président Obama. Ces actes de guerre représentent une intensification majeure de la guerre sectaire, instiguée et soutenue par les Etats-Unis, pour un changement de régime en Syrie, guerre qui est elle-même une préparation à des attaques contre le principal allié du régime syrien dans la région, à savoir l'Iran.
Info

Claude Guéant : une nouvelle affaire de tableau met l'ex-ministre dans l'embarras


Claude Guéant est touché par une nouvelle polémique sur un tableau. Crédit Reuters
Selon le journal ivoirien "Le Nouveau Courrier", Claude Guéant aurait oublié de rendre une toile de James Houra reçue en cadeau alors qu'il était ministre.

Claude Guéant aime décidément beaucoup la peinture. Après l'affaire des tableaux flamands, l'ancien ministre de l'Intérieur est cette fois épinglé pour une toile du peintre James Houra. Le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier" révèle ainsi qu'après avoir offert 34 voitures de police à l'Etat ivoirien et avoir été fait commandeur de l'ordre du mérite ivoirien pendant une visite officielle, Claude Guéant a reçu du président ivoirien Alassane Ouattara en novembre 2011 un tableau du peintre James Houra. Jusque-là, pas de problème mais selon le journal ivoirien, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy aurait conservé la tableau après avoir quitté ses fonctions. Or une circulaire signée de la main de l'ancien Premier ministre François Fillon l'interdit.
Cult

Les Verts allemands enquêtent sur un groupe pro-pédophilie


Le député européen allemand Daniel Cohn-Bendit, icône de la contestation de Mai 68 en France, s'est récemment trouvé au centre d'une polémique en Allemagne pour ses écrits sur la pédophilie en 1975.
Image: AFP

Les Verts allemands vont désigner un expert indépendant pour faire la lumière sur l'influence d'un groupe militant pour la pédophilie au sein du parti écologiste dans les années 1980.


Figure emblématique des Verts, Daniel Cohn-Bendit avait été critiqué pour des écrits douteux datant de 1975.

Jürgen Trittin, l'un des deux candidats écologistes à la chancellerie allemande en vue des législatives de septembre, a fait cette annonce lors d'une conférence de presse à Berlin. Il a admis que les Verts, mouvement fondé en 1980 et qui a participé aux gouvernements Gerhard Schröder entre 1998 et 2005, avaient pris «de mauvaises décisions» en leur temps en ce qui concerne la pédophilie.

Jürgen Trittin, aussi président du groupe écologiste à la chambre des députés, faisait référence à la décision en 1985 de la section régionale du parti en Rhénanie du Nord-Westphalie de se prononcer en faveur de l'impunité pour ceux ayant des relations sexuelles avec des enfants. Les Verts avaient ensuite échoué à entrer au Parlement de cet Etat régional, obtenant moins de 5 % des voix.
Top