Les Maîtres du Monde
Carte

Dollar

Ploutocratie : la moitié des membres du Congrès américain sont désormais millionnaires

Image
Pour la première fois de l'histoire, la majorité des membres du Congrès américain possèdent une fortune supérieure à un million de dollars, révèle jeudi 9 janvier une étude menée par l'organisme Center for Responsive Politics. La valeur médiane nette, au-dessus de laquelle 50 % des législateurs se situent, serait d'exactement 1 008 767 dollars, soit un peu plus de 740 000 euros, en augmentation de 4,4 % par rapport à l'année précédente. Le Congrès, parlement bicaméral composé du Sénat et de la Chambre des représentants, accueillerait ainsi 268 heureux millionnaires sur les 534 élus actuellement en poste.

L'étude, qui s'appuie sur les déclarations des membres du Congrès faites en 2013 sur leurs patrimoine de 2012, dresse un classement des personnalités les plus riches. En tête, le républicain Darrell Issa affiche un pactole de 464 millions de dollars, engrangés dans le commerce d'alarmes pour voitures. En queue de peloton, l'élu le plus pauvre du Congrès est le républicain David Valadao, qui souffre d'un compte en banque débiteur de plus de 12 millions de dollars, en raison selon lui de prêts accordés à son exploitation laitière.
Cette analyse permet également de mettre en lumière les entreprises dans lesquelles ce capital est majoritairement investi par les membres du Congrès : sur le podium, le géant de l'énergie General Electrics est préféré à la banque Wells Fargo, et à la multinationale de l'informatique Microsoft.

Dollars

Évry : Mediapart accuse Valls de conflit d'intérêts

Le ministre de l'intérieur a attribué, en avril 2011, un marché public de l'agglomération d'Évry à une urbaniste qui n'est autre que... son ex-compagne. Un candidat non retenu s'étonne de certaines modalités de l'appel d'offres. Metronews revient sur les éléments troublants du dossier.

L'omniprésence médiatique du ministre de l'Intérieur risque de durer encore un peu. En effet, Mediapart révèle ce vendredi que Manuel Valls, maire d'Évry à l'époque, a attribué, en avril 2011, un marché public de l'agglomération d'Évry à... son ex-compagne.

"En avril 2011, le député et maire d'Évry a attribué, en sa qualité de président de la communauté d'agglomération Évry Centre Essonne (CAECE), le marché "d'élaboration du projet de territoire" à son ex-compagne, Sybil Cosnard, urbaniste et ancienne directrice générale de l'urbanisme de la ville d'Évry", révèle Mediapart. Ce marché public avait effectivement fait l'objet d'un appel d'offres en 2010.

Attention

Brisons le silence sur ce qui se passe en Espagne

Image

Des policiers arrêtent des manifestants lors d’un défilé contre la réforme du droit à l’avortement, le 20 décembre 2013 à Madrid (Andres Kudacki/AP/SIPA)
Sous couvert de l'inattaquable excuse de la sécurité, le gouvernement de Mariano Rajoy considère préventivement le manifestant comme dangereux. Il est ainsi automatiquement regardé comme une menace à la loi grâce au nouveau projet législatif de « Sécurité citoyenne » adopté par le conseil des ministres le 29 novembre dernier.

Metteur en scène et dramaturge, Astrid Menasanch Tobieson travaille entre la Suède et l'Espagne. Elle est membre du groupe de théâtre Sta ! Gerillan. La lettre ci-dessous était initialement adressée aux journalistes suédois et a été publiée le 19 décembre. Avec l'autorisation de l'auteure, la traductrice a pu la retranscrire en français.

Star of David

Décès du criminel de guerre Ariel Sharon

© Inconnu
Après 8 années d'un coma profond, Ariel Sharon est mort.


Ariel Scheinermann est né le 26 février 1928 à Kfar Malal (près de Jaffa en Palestine sous mandat britannique), dans la région de Sharon, dont il prendra le nom. Sa famille est originaire de Biélorussie (à l'époque Russie tsariste), son père Shmuel Scheinerman était technicien agronome, sa mère Véra, médecin.

Le soldat

Il rejoint en 1948, le groupe terroriste Haganah [1], qui commet des attentats contre les Arabes et les autorités britanniques.

En 1948, il participe à la première guerre israélo-arabe en tant que commandant dans la brigade Alexandroni [2]. Durant la première bataille de Latroun contre la Légion arabe, il est sérieusement blessé.

En 1953, Sharon intègre avec le grade de major la première unité de forces spéciales de l'histoire de l'armée israélienne : l'Unité 101 [3]. Son fait d'arme le plus sinistre sera l'« Opération Shoshana », le « nettoyage » du village de Qibya, qui fit 69 morts parmi les civils palestiniens.

Star of David

Sharon échappe définitivement à la justice humaine

A l'occasion de la mort du criminel de guerre Ariel Sharon, nous publions cet article de Robert Fisk écrit il y a plus d'un an, lors du trentième anniversaire des massacres dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila à Beyrouth. Sharon, comme tout le pouvoir israélien derrière lui, s'est rendu coupable au fil des années d'une litanie de meurtres, vols, massacres, à l'encontre des Palestiniens comme des populations arabes. Mais pour évoquer au mieux qui était cet abject personnage, quoi de plus adapté que l'évocation de ces massacre de Sabra et Chatila qu'il avait lui-même orchestrés avec ses supplétifs libanais. Une question intéressante : quels dirigeants occidentaux oseront faire le déplacement pour aller se lamenter sur la tombe de ce sinistre criminel ? [La rédaction]
The Independent, 15 septembre 2012

Image
© AFP
Corps dans le camp de Sabra, à Beyrouth, en septembre 1982
Les souvenirs demeurent, naturellement. [...] Mais - comme les déchets empilés au milieu des parpaings de béton, la puanteur de l'injustice infiltre toujours les camps où 1700 Palestiniens ont été envoyés à la boucherie il y aura 30 ans la semaine prochaine. Personne n'a été jugé ni condamné pour ce massacre, que même un auteur israélien avait alors comparé au massacre de Yougoslaves par les sympathisants des Nazis durant la deuxième guerre mondiale. Sabra et Chatila sont un mémorial aux criminels qui ont échappé à leur responsabilité, qui s'en sont allés avec elle.

Khaled Abu Noor était alors dans ses années d'adloscence. Un milicien en devenir parti pour la montagne avant que les phalangistes alliés d'Israël n'entrent dans Sabra et Chatila. Est-ce que ceci lui a donné un sentiment de culpabilité ? N'aurait-il pas dû être là pour combattre les violeurs et les meurtriers ? « Tout ce que nous ressentons aujourd'hui, c'est de la dépression, » dit-il. « Nous avons exigé la justice, des procès internationaux, mais il n'y a rien eu. Pas une seule personne n'a été jugée responsable. Personne a été déféré devant la justice. Et dans ces conditions, nous avons dû souffrir la guerre des camps en 1986 (face aux milices chiites libanaises) et les Israéliens ont pu abattre tant de Palestiniens dans la guerre de 2008-2009 contre Gaza. S'il y avait eu des procès pour ce qui s'est produit ici il y a 30 ans, les massacres de Gaza ne se seraient pas produits. »

Vader

Des éléments armés venus de Centrafrique infiltrés en République démocratique du Congo

Image
© AFP
La République démocratique du Congo (RDC) connaît de multiples problèmes sécuritaires, notamment dans le Nord-Kivu, où des groupes armés commettent régulièrement des exactions. Si celui appelé M-23 a été contraint de déposer les armes suite à l'action conjuguée des forces armées régulières et des casques bleus de la Mission de l'ONU pour la stabilisation du Congo (MONUSCO), il n'en reste pas moins que d'autres demeurent actifs.

A cela s'ajoute une instabilité au Katanga, où des combats ont récemment impliqué des miliciens indépendantistes. Et c'est sans compter sur les dizaines de personnes tuées à Kinshasa, le 30 décembre dernier, dans ce qui ressemble fort à une tentative de coup d'Etat fomenté par le pasteur Mukungubila.

Light Sabers

Centrafrique : heurts meurtriers après le départ de Djotodia

Image
© AFP/ Eric Feferberg
Un véhicule blindé français de l'opération Sangaris patrouille dans les rues de Bangui, le jeudi 9 janvier 2014. Si le départ du président Djotodia, vendredi, a provoqué des scènes de joie, la tension reste vive dans les plusieurs quartiers de la capitale.
La démission, vendredi, du président centrafricain Michel Djotodia avait provoqué des scènes de liesse à Bangui. Une fois la nouvelle parvenue dans la capitale centrafricaine, des milliers d'habitants sont descendus dans la rue pour laisser éclater leur joie.Sur les avenues de France, des Martyrs, de l'Indépendance ou encore au carrefour des Nations unies, ils chantaient, ou hurlaient, en courant :«C'est fini, c'est fini !».

Mais cette euphorie a été de courte durée avec des scènes de pillages et des affrontements armés. Selon la Croix rouge centrafricaine, au moins trois personnes, un «anti-balaka» (milicien hostile à l'ancien président), un ex-séléka (combattant issu du mouvement de Michel Djotodia) et un civil , ont été tuées par balle dans la nuit de vendredi à samedi.

Radar

Vers la géolocalisation policière en temps réel « de tout objet »

© inconnu
Un projet de loi déposé en procédure d'urgence par le Ministère de la Justice prévoit d'autoriser le parquet à procéder à des géolocalisations en temps réel sur "tout objet".

Le projet de loi de géolocalisation déposé au Sénat le 23 décembre dernier, et qui sera examiné le 20 janvier prochain, prévoit d'autoriser les opérations de géolocalisation en temps réel sur "tout objet" pour une durée de 15 jours dans le cadre des enquêtes sur les infractions pénales condamnées de 3 ans d'emprisonnement ou plus. A l'issue de ce délai, le procureur de la République devra faire appel au juge des libertés et de la détention.

Le projet de loi permet également au procureur d'autoriser la mise en place de mouchards "dans des lieux privés destinés ou utilisés à l'entrepôt de véhicules, fonds, valeurs, marchandises ou matériel ou dans un véhicule situé sur la voie publique ou dans de tels lieux".

Eye 1

Dieudonné oblige les fascistes de France à se démasquer

© Inconnu
En France, la plupart des gens progressistes croient assurément que le fascisme de demain prendra exactement les allures des partis NAZI et des partis fascistes européens des années 1930. D'immenses légions de militants armés déambulant au pas de l'oie, casqués. Que nenni. Il est plus probable que le nouveau fascisme prendra la forme d'un État policier qui assumera lui-même, par en haut, la suppression des libertés fondamentales et la mise aux pas de toutes les résistances, y compris des résistances délinquantes sous les applaudissements de la petite, de la moyenne et de la grande bourgeoisie.

Dans ce contexte, faut-il mettre en contraste les attaques que subit DIEUDONNÉ contre sa liberté de spectacles, et sa liberté d'expression, d'organisation et pour punir sa résistance au délit d'opinion et à l'oligarchie fascisante - et la résistance des syndicalistes CGT qui furent mis en garde à vue par l'État policier pour avoir affiché et placardé ?

Évidemment pas - ce sont deux gestes complémentaires et solidaires de la part de l'État policier français. Si l'État policier français en est rendu à s'afficher de la sorte - outrancier - fasciste - oppressif - répressif - renversant les décisions des cours de justice et imposant la volonté d'une coterie au Conseil manipulé par le ministre Valls, c'est parce qu'il y a quelques années, quand les français se sont fait asséner une série de lois interdisant de nier la Shoah ou de discutailler du nombre de victimes de l'holocauste (le chiffre de 6 millions étant déclaré sacré) - ou de discuter de l'historicité des chambres à gaz - (aucune loi semblable à propos des guerres de Napoléon, ni sur l'esclavage noir et ses victimes); tous les donneurs de leçons d'aujourd'hui - ceux qui voudraient d'abord faire le procès de Dieudonné avant de soulever le petit doigt face à la répression affichée par l'État policier ­ - tous ces bonzes de «gauche», se sont couchés, terrorisés par la fraction sioniste du capital monopoliste français.

Ils étaient tous effrayés d'être accusés d'antisémitisme - ils ont sali leur froc devant la police des riches... et ont joint leur voix fluettes au concert de la chorale des capitulards.

Bomb

La mise à mort de Dieudonné

Depuis 2003, Dieudonné subit une succession ininterrompue de violence médiatique, juridique, politique et physique. Voici un résumé exhaustif des persécutions et des acharnements que Dieudonné a subis de 2003 à 2007. Certaines images peu connues peuvent donner une bonne surprise aux spectateurs et également ouvrir les yeux à ceux qui pensent qu'il est antisémite. Ce documentaire fait partie du bonus DVD de "1905", et s'intitule "La Bête Noire" (spectacle disponible sur le site dieudosphere).

Image
© Inconnu
Dieudonné glissant une quenelle en l'honneur de nos chères élites.