Les Maîtres du Monde
Carte

Beaker

Et le prix Nobel de la paix est décerné... aux fauteurs de guerre (encore une fois)

Traduction : SOTT

© Inconnu
Siège de l'OIAC, La Haye, Pays-Bas.
Ce matin, j'ai failli recracher tout mon thé sur mon clavier quand j'ai lu que le prix Nobel de la paix avait été décerné à l'« organisme international de surveillance des armes chimiques », l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques (OIAC). Pardonnez mon cynisme, mais après que le va-t-en-guerre en chef Obama ait reçu la médaille en 2009, et la fourbe Union européenne l'an dernier, il me semble plutôt clair que la sélection du vainqueur de cette année soit à nouveau une déclaration politique en faveur de la guerre.

Ni la Syrie, ni le travail de l'OIAC avec les inspecteurs de l'ONU en Syrie ne sont mentionnés dans le communiqué de presse du Comité du Nobel. En fait, les États-Unis et la Russie sont épinglés pour leur non-respect des obligations du Traité. Toutefois, soyez tranquilles, CNN et tous les autres grands médias foireux en font tout un foin pour recentrer l'attention internationale sur le programme de « choc et stupeur », mené par les États-Unis, en Syrie.
CNN
Vendredi 11 octobre 2013

« Le prix Nobel de la paix a rallumé le projecteur mondial sur le conflit en Syrie.

Le Comité du prix à Oslo, en Norvège, l'a décerné vendredi à l'organisme international de surveillance des armes chimiques qui aide à l'élimination des stocks de gaz toxiques de l'armée syrienne, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Ses inspecteurs viennent tout juste d'entamer cette mission dans la zone de guerre active et le Comité norvégien du Nobel lui a décerné le prix pour soutenir la tâche ardue et dangereuse qui les attend. »

Beaker

Monsanto reçoit le « prix Nobel » de l'agriculture pour ses recherches sur les OGM

Cette année, le célèbre prix World Food Prize (prix mondial de l'alimentation) a été décerné à un scientifique de Monsanto, pour ses recherches sur les OGM. La biotechnologie végétale aurait permis de lutter contre la pauvreté et la faim dans le monde, en plus d'être une mode de culture durable. Ironique ? Hélas, non.

© Inconnu
Voilà une histoire qui va en irriter certains. Le prix mondial de l'alimentation, souvent comparé à un prix Nobel pour la nourriture ou l'agriculture, a été décerné cette année à trois scientifiques cadres dans des entreprises chimiques, dont Robert Fraley, vice-président de Monsanto.

Le prix en question est décerné à des individus ou des organisations qui aident à réduire la faim dans le monde et apporte un effet positif et durable sur la nutrition. Ces trois scientifiques ont reçu le prix en raison de leur développement de la biotechnologie végétale moderne pour soutenir (parait-il) la sécurité alimentaire et une agriculture durable.

Robert Fraley partage le prix World Food Prize avec deux autres chimistes, avec lesquels il a mis au point, puis commercialement lancé, une méthode permettant d'implanter des gènes extérieurs dans une plante : les OGM. Pour un prix qui prétend honorer les hommes qui contribuent à une alimentation à la fois plus nutritive et durable dans le monde, l'objectif est raté sur les deux points. Explications...

Commentaire:
Et le prix Nobel de la paix est décerné... aux fauteurs de guerre (encore une fois)
Le prix Nobel de la paix, ou prix Nobel de la propagande occidentale
La guerre, c'est la paix : l'Union européenne remporte le prix Nobel de la Paix 2012


Play

Hollande en Savoie : une journée de propagande ordinaire


Gear

Le prix Nobel de la paix, ou prix Nobel de la propagande occidentale

Traduction : MR pour ISM

Image
Le Prix Nobel de la Paix devrait être rebaptisé Prix Nobel de la Propagande après l'attribution cette année de la récompense toujours aussi artificielle à l'équipe de spécialistes en armes chimiques agréée par l'ONU pour désarmer la Syrie. Parmi les autres lauréats douteux du prix "illustre", on trouve le criminel de guerre présumé et ancien secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger, qui a supervisé le bombardement génocidaire intensif de l'Indochine dans les années 1970. Plus récemment, un autre criminel de guerre présumé, le président américain Barack Obama, fait partie des lauréats malgré son recours continu aux assassinats et aux agressions meurtrières dans plusieurs pays, dont l'Iran, la Libye, la Corée du Nord, la Somalie, le Yémen et la Syrie.

Un comité norvégien de neutralité apparemment scandinave décide de la remise du prix tous les ans, et il le fait depuis plus d'un siècle, depuis 1901. Le prix fut créé par Alfred Nobel, un important marchand d'armes. Cela en soi en dit long sur la nature contradictoire de l'Institution.

L'an dernier, le lauréat du prix Nobel fut encore une autre honte à la morale et au bon sens, sous la forme de l'Union européenne. Comment un bloc de gouvernements peut-il être considéré comme pacifique quand il réduit à néant les services sociaux de base de millions de ses citoyens pour le compte de banques criminelles et d'une élite privée richissime ? Ou quand il lève un embargo sur les armes des extrémistes qui se déchainent en Syrie ? Ou lorsqu'il est de mèche dans l'application de sanctions économiques paralysantes contre l'Iran - sur la base de calomnies nucléaires concoctées par le renseignement militaire occidental -, des sanctions qui tuent des femmes et des enfants par manque de médicaments vitaux ?

Dollar

Russie : 35 % de la richesse du pays entre les mains de... 110 personnes

Image

Après la chute de l'Union soviétique, la richesse du pays a été répartie entre un certain nombre de de politiciens et de magnats des affaires, qui se sont assurés une position leur permettant de devenir simplement de plus en plus riche.

Suite à l'implosion du système communiste, les actifs les plus importants de la Russie ont été vendus à un petit cercle d'hommes d'affaires connu sous le nom d'oligarques. Il s'agit de l'une des disproportions les plus absurdes dans le monde qui est en soit le plus haut niveau d'inégalité dans le monde, sauf pour quelques petites îles des Caraïbes.

Selon le rapport sur la richesse mondiale établi par le Crédit Suisse, 35% de la richesse de la Russie sont concentrés dans les mains de quelque 110 personnes.

USA

Nouvelle obsession, nouvel ennemi : la Chine

Traduit par Avic

Image
Les pays sont des "pièces d'un échiquier sur lequel se joue un grand jeu pour la domination du monde», écrivait Lord Curzon, vice-roi des Indes, en 1898, rien n'a changé. Le massacre du centre commercial de Nairobi était une façade derrière laquelle une sanglante invasion en bonne et due forme de l'Afrique et une guerre en Asie sont le grand enjeu.

Les tueurs du centre commercial du groupe Al-Shabaab sont venus de Somalie. Si un pays est une métaphore impériale, c'est la Somalie. Partageant une langue et une religion commune, les Somaliens ont été divisés entre les Britanniques, les Français, les Italiens et les Ethiopiens. Des dizaines de milliers de personnes ont été ballotées d'un pouvoir à l'autre. «Quand on les fait se haïr les uns les autres», écrit un fonctionnaire colonial britannique, la «bonne gouvernance est assurée."

Aujourd'hui, la Somalie est un parc à thème de divisions artificielles, brutales, appauvrie durablement par la Banque mondiale et le programme "d'ajustement structurel" du FMI, saturée d'armes modernes, notamment l'arme personnelle favorite du président Obama, le drone. Le seul gouvernement somalien stable, les tribunaux islamiques, a été "bien accueilli par les gens dans les zones sous son contrôle", a rapporté le service de recherche du Congrès américain, «[mais] a reçu une couverture médiatique négative, en particulier en Occident." Obama l'a écrasé; et en Janvier, Hillary Clinton, alors secrétaire d'Etat, a présenté son homme au monde. "La Somalie reste reconnaissant de l'appui indéfectible du gouvernement des Etats-Unis," avait déclaré avec effusion le président Hassan Mohamud, «merci, l'Amérique."

Nuke

Exhumation d'Arafat : des experts suisses confirment la présence de polonium

Image
L'ancien président de l'autorité palestinienne Yasser Arafat pourrait avoir été empoisonné au polonium-210 radioactif, indiquent les résultats d'une étude menée par des médecins suisses publiés par la revue britannique Lancet.

"Je peux confirmer que nous avons découvert un niveau anormalement élevé de polonium-201 dans les affaires de Yasser Arafat, qui contenaient son matériel biologique", a déclaré le directeur de l'Institut de radiophysique du Centre hospitalier universitaire vaudois (Lausanne) Francois Bochud cité par la chaîne Al-Jazeera.

Selon les données publiées, l'étude a permis de déceler un niveau élevé de particules radioactives dans le sang, l'urine et la salive de M. Arafat.

Arrow Down

Nouveau record d'impopularité pour François Hollande

Selon un sondage Ipsos, le Président a perdu trois points de popularité, tombant à 24% d'opinions positives. Manuel Valls prend la tête de ce baromètre, grâce à sa popularité grandissante chez les sympathisants UMP.

François Hollande perd en octobre encore 3 points de popularité, tombant à 24% d'avis favorables contre 27% en septembre, marquant ainsi un record d'impopularité, selon un sondage Ipsos réalisé pour Le Point et publié lundi. Il s'agit du score le plus faible jamais mesuré pour un chef de l'Etat depuis la création de ce baromètre en 1996, précise Ipsos, qui situe ce score dans le contexte fait de «couacs au sein du gouvernement, réforme de la fiscalité et des retraites, et chiffres du chômage erronés».

Star of David

Le nouvel ambassadeur de France en Israël compare Shimon Peres à un dieu grec

Info Panamza. Jeudi, lors de sa première rencontre avec le président israélien, le nouvel ambassadeur français a tenu des propos singuliers pour un diplomate censé représenter un pays souverain et indépendant. La preuve en images.

© Inconnu
Patrick Maisonnave, ambassadeur de France en Israël, avec Shimon Peres
« Dans cette pièce, il y a au moins un type très heureux et je suis ce type.

Dans ce pays, la France a rendez-vous avec sa propre histoire. Vous incarnez, monsieur le Président, ces plus belles pages de la relation entre l'Etat d'Israël et la France.

Vous êtes, de toute évidence, quelqu'un que nous chérissons en France.

Vous êtes le grand Pan pour le peuple français et, dans ce contexte, je crois que chacun comprendra qu'aujourd'hui, je suis, en même temps, heureux et tellement honoré ».
Ces mots ont été prononcés, le 10 octobre, par Patrick Maisonnave à l'attention du président israélien Shimon Peres.

Dans la mythologie grecque, le dieu Pan, célébré par les divinités de l'Olympe après son dévoilement par son père Hermès, porte un nom signifiant « tout ». Ce terme sera d'ailleurs présent dans la dénomination du panthéisme, philosophie selon laquelle Dieu et la Nature se confondent. Les sages d'Alexandrie estimaient que Pan symbolisait l'ordre naturel du cosmos. En 1983, l'historien des religions Philippe Borgeaud rappellait, pour sa part, que « le grand Pan se voit tantôt identifié au Démon, tantôt représenté comme préfiguration du Sauveur ».

Le trac de l'idolâtre

Patrick Maisonnave a été nommé, par décret présidentiel acté le 23 août, « ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès de l'Etat d'Israël ». Ce jeudi matin, en compagnie de quatre autres nouveaux ambassadeurs (Irlande, Paraguay, Brésil, Mongolie), il remettait à Shimon Peres ses lettres de créances.

Bad Guys

Un prix Nobel pour la guerre

Image
Il peut vous paraître insensé de dire que le Prix Nobel de la Paix attribué à l'OIAC (l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) est un Prix Nobel pour la guerre.

Ce Prix Nobel servira probablement dans quelques semaines à alimenter la propagande anti syrienne.
Il serait surprenant que la destruction des armes chimiques de Syrie aille bon train et que le gouvernement syrien ne soit plus harcelé politiquement et diplomatiquement.

Les prédateurs qui veulent prendre le contrôle de la Syrie et y placer un pion servile et complaisant n'ont sûrement pas abandonné leur guerre. Ces prédateurs n'abandonnent jamais. Ils peuvent faire une pause, mais vont revenir à la charge. C'est alors que servira le prestige du Prix Nobel de la Paix pour accentuer la propagande anti-syrienne visant à faire accepter une nouvelle guerre d'invasion. L'attribution de ce Prix Nobel à cet organisme jouant un rôle dans le scénario syrien sera probablement mis à contribution lors de la prochaine campagne de conditionnement médiatique pour justifier la guerre.