Enfant de la Société
Carte


Eye 1

France : de bons pretextes pour une liberté d'expression et de mouvement piétinée

© Inconnu
Qu'on soit en régime ultra-néo-libéral de droite fasciste sous Sarkozy, ou en régime turbo-libéral de gauche sous Hollande, il ne fait pas bon être un vilain terroriste, notamment islamiste, notamment sur le départ pour aller faire le djihad. Et une chose est certaine : entre les conférences de presse d'un président de plus en plus accessoire et le retour éventuel d'un ex-président tout aussi dispensable, l'esprit des Français est suffisamment occupé pour ne pas l'encombrer de considérations complexes sur sa liberté d'aller et venir, d'expression ou d'opinion politique ou religieuse.

En plus, ça tombe bien, les autorités compétentes, investies de l'onction républicaine, ont largement décidé à leur place, et leur conclusion est sans appel : les Français n'ont que faire de leurs libertés, et sont bien plus intéressés par une sécurité ouatée que le monde d'aujourd'hui a bien du mal à leur fournir. Heureusement, nos élus travaillent (discrètement) à résoudre ce problème. Et c'est ainsi, un peu après le raout médiatique bidon sur le « vote de confiance » (au suspens ridiculement monté en épingle par des médias affamés d'audience) que nos fiers représentants ont courageusement décidé d'amputer une nouvelle fois un bon morceau de liberté qui vivotait encore, en approuvant, mardi 16 septembre, l'interdiction administrative de sortie du territoire visant à empêcher le départ de candidats au djihad, par exemple en Syrie et en Irak.
Display

Les enfants européens scotchés à leur télé

Malgré la concurrence d'internet, les enfants européens passent encore deux heures par jour devant la télévision, constituant une audience fidèle que les chaînes se disputent âprement, selon une étude.

En France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni, les enfants ont en moyenne regardé la télévision 2 heures et 6 minutes par jour au 1er semestre, soit 9 minutes de moins qu'en 2013 et 3 minutes de moins qu'en 2009, d'après l'étude publiée jeudi par Eurodata TV Worldwide. Des aléas minimes que la météo peut expliquer.

En France uniquement, les enfants âgés de 4 à 14 ans ont eux aussi passé en moyenne 2 heures par jour devant le petit écran. Les 2-14 ans n'auraient regardé des vidéos sur internet que 4 heures 2 minutes par mois.
Display

Pourquoi Steve Jobs et Cie ont gardé leurs enfants éloignés des iPads

Les dirigeants de la Silicon Valley transforment le monde en un environnement totalement technologique, mais se montrent comme parents particulièrement réticents à l'égard de ces applications innovantes, écrit Nick Bilton, journaliste spécialiste de la technologie auprès du journal américain The New York Times.

Bilton a en effet constaté que l'élite de la Silicon Valley contrôle de manière stricte l'utilisation de la technologie par leurs enfants.

« Le défunt Steve Jobs a admis à l'époque que ses enfants n'avaient jamais utilisé un iPad, un des grands succès d'Apple », explique Nick Bilton. Jobs faisait également remarquer aussi que l'utilisation de la technologie était particulièrement limitée dans sa maison.

Plus tard, il est apparu que Jobs n'était pas une exception. Dans la famille de Evan Williams, un des fondateurs de Twitter, les enfants n'ont pas non plus de tablettes et en outre, la lecture de livres imprimés est encouragée. Chris Anderson, ancien rédacteur en chef du magazine de technologie Wired, a même admis qu'il ne tolérait pas d'écran d'ordinateur dans la chambre de ses enfants
Books

Livre : En liberté surveillée, réquisitoire contre un système liberticide

© Inconnu
L'actuel Premier ministre Manuel Valls (ou hyper-premier ministre ?) représente parfaitement la mise en cohérence du système politico-médiatique dominant. D'un côté, nous avons le libéralisme économique, de l'autre, nous avons un libertarisme sociétal mais qui est obligatoire. En d'autres termes, l'idéologie libertaire, celle du libéralisme sociétal (pas celle de Proudhon bien sûr, non plus celle de Bakounine), est appliquée autoritairement. Il est ainsi obligatoire d'acquiescer à ses prémices sous peine d'être exclu du « cercle de la raison » et d'être assimilé à des « factieux ». Du coup, des moyens disproportionnés sont mobilisés contre les ennemis des lois « libertaires », lois qui ne sont autres que celles qui appliquent à la société les principes du libéralisme marchand.

Du même coup, les humoristes qui ont le malheur de faire de l'humour sur des sujets décrétés « sensibles », et a fortiori quand ils sont tabous, sont privés de toute liberté d'expression, comme si la loi devait se faire l'arbitre des convenances, des élégances, des bonnes manières. C'est ce qui est arrivé à Dieudonné et c'est ce que relate Georges Feltin-Tracol dans En liberté surveillée.
Family

Le contenu horrible du livre caché aux parents par l'« Education nationale »

Nous évoquions il y a quelques jours le livre « que font les petits garçons ? », dont il était recommandé sur le site de l'Education nationale en 2006, qu'il soit tenu loin du regard des parents mais soumis en classe aux enfants de 8 ans. Un internaute a pris en photo certaines illustrations de cet ouvrage, et il n'est pas exagéré d'y voir une inspiration proprement satanique.

Ce livre est paru en 2000. Il promeut notamment la « théorie du genre », et cela s'est fait il y a dix ans sous un gouvernement « de droite ».A part ça, il paraît que les parents qui redoutent qu'on bourre le crâne de leurs enfants de théories contre-nature sont paranoïaques...
« L'intégralité du livre se présente de la même manière : à gauche le nom d'un garçon qui est systématiquement représenté par « un clone du petit garçon version fille ». A droite, le même garçon cette fois habillé en garçon qui fait des activités complètement loufoques. Dès la première page, cela sent déjà très fort la théorie du genre. En voici quelques exemples. »
Nuke

Comment l'Europe empoisonne sa propre population

© Inconnu
Il existe une histoire terriblement triste qu'on a cachée à des générations d'Européens. Ils sont donc nés, ont grandi et sont morts restant complètement idiots, ignares de tout ce qui les entourait. Ils sont morts idiots car ils n'ont jamais pu se poser une question qui pourtant était tellement élémentaire : Depuis la révolution industrielle au 19ème siècle, qu'a-t-on fait de tous les déchets toxiques résultats des erreurs et tâtonnements du début de l'industrialisation ?

L'Europe, une vraie poubelle radioactive

La vérité tenue secrète est que l'Europe, toute l'Europe est une sorte de poubelle radioactive. En Europe s'est passé quelque chose de très préoccupant. C'est que chaque pays cherchant à faire le malin a en toute confidentialité enfoui ses déchets radioactifs chez le voisin. Et ce voisin, ignare de ce que l'autre était venu enterré chez lui, est aussi allé enterrer ses propres déchets chez un autre voisin encore. Des années ont passé. Et la facture se présente très lourde à supporter et se traduit en prolifération des cancers dans toute l'Europe.

Commentaire: Pour bien prendre conscience de l'ampleur de la situation, dans notre simple vie de tous les jours :

- Mensonges et radioactivité : rendre acceptable une nourriture contaminée
- Imagerie médicale : nouvelle mise en garde contre la radioactivité
- La tromperie sur le Césium : pourquoi les massmédias ne parlent que des taux pour l'iode et oublient ceux du Césium radioactif
- Les radiations de Fukushima avancent dans l'océan Pacifique et dans les poissons qui vont avec...

Megaphone

Gaza : le silence tue, la désinformation rend complice

gaza silence on tue

Nous publions, sous forme de tribune [1], un texte signé par plusieurs chercheurs, intellectuels, et par le Secrétaire général de la Fédération Européenne des Journalistes. Ce texte a été rédigé en Belgique et adressé en priorité aux médias belges, mais aucun des titres de presse sollicités n'a souhaité le publier. Il dénonce des mécanismes également identifiables dans les médias français (Acrimed).

Quel bilan tirer de l'opération israélienne « Bordure Protectrice », 3 semaines après l'accord d'un cessez-le feu ? C'est avec amertume, indignation, mais aussi avec inquiétude que nous nous interrogeons sur le traitement médiatique de la tragédie qui a frappé la Bande de Gaza. En faisant - consciemment ou non - usage d'expressions communément acquises, la presse s'est rendue coupable de désinformation.


Commentaire : Malheureux de dire cela, mais ce n'est pas nouveau que « la presse s'est rendue coupable de désinformation ». Il semblerait que la mission de la presse n'est plus d'informer mais bien de désinformer. Et nous constatons tous les jours qu'elle accompli bien sa mission.


Nous, citoyens belges et européens, accusons la majorité des médias d'appliquer - délibérément ou non - la politique des « deux poids, deux mesures » lorsqu'il s'agit d'aborder ces événements atroces. Ainsi, parler de « guerre » est-il correct alors que le conflit oppose David à Goliath ? L'histoire atteste que nous sommes face à une répression de type colonial contre une population en résistance face aux occupants. Nous sommes consternés par la représentation d'un « conflit » où oppresseurs et opprimés se valent. Le principe d'« équidistance » a-t-il quelque sens dans un affrontement qui oppose l'armée israélienne - considérée comme la cinquième armée la plus puissante au monde - à des roquettes palestiniennes, pour la plupart artisanales ?
Pirates

Révolte populaire à Fergusson : Trois manipulations médiatiques

© DR
La pancarte de ce jeune homme interroge : « Suis-je le prochain ? »
Inégalités sociales massives, discriminations racistes insoutenables, harcèlement policier systématique et militarisation de la police...Les révoltes populaires en France, en Belgique ou aux Etats-Unis révèlent des points en commun. Dès lors, la solidarité internationale avec les révoltés devient nécessaire.

Le samedi 9 août 2014, un jeune Noir de 18 ans, Michael Brown, est assassiné de six balles dans la ville de Fergusson au Missouri par un policier alors qu'il est désarmé et s'enfuit les mains en l'air. Pendant dix jours, la révolte populaire occupe la rue. Les habitants défilent jours et nuits en scandant des slogans significatifs comme « No Justice, No Peace » (Pas de justice, pas de paix). Des magasins et des bâtiments publics sont saccagés, le quartier général de la police est attaqué. La riposte policière est violente, l'état d'urgence et le couvre-feu sont décrétés. Les militaires de la garde nationale sont appelés en renfort pour réprimer les manifestations.
Heart - Black

« Salauds de pauvres ! »... qui n'ont pas la côte

© Inconnu
Le regard des Français sur les pauvres se fait plus dur selon une enquête du Crédoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) portant sur un échantillon représentatif de 2 000 personnes de décembre 2013 à janvier 2014 publiée le 12 septembre 2014. 37 % des Français pensent que les personnes qui vivent dans la pauvreté n'ont pas fait d'effort pour s'en sortir alors qu'ils n'étaient que 25% en 2009 au déclenchement de la crise...

Il faut dire que la crise touche aujourd'hui de plus en plus de monde. Le pouvoir d'achat des classes moyennes a baissé Le niveau de vie médian a fléchi de 1 % en 2012 en euros constant et même 2 % pour les 20 % de population la plus modeste. Au point de parfois générer une « hiérarchisation » entre eux des précaires et des pauvres.

Une tendance dangereuse qui pousse ceux qui « se maintiennent » difficilement à imaginer que si les autres n'y parviennent pas, c'est parce qu'ils ne « veulent pas ». 64 % pensent que, s'ils le voulaient, les chômeurs pourraient retrouver un emploi. Quand aux immigrés, il est bien connu qu'en période de crise ils sont les premières cibles de la grogne, ceux qu'on montre du doigt comme des « voleurs d'emploi » alors que sans eux, il n'y aurait plus de système de protection sociale depuis longtemps !

Commentaire: La pauvreté, subie, constatée, observée, a toujours fait sortir ce qu'il y a de meilleur et de pire en l'homme. Quelle direction prendra donc notre société? Où sont nos modèles de liberté, d'égalité, de fraternité?

- France : 8,7 millions de personnes en « état de pauvreté »...
- Aux États-Unis 49,7 millions de personnes sont maintenant pauvres, et 80% de la population totale est proche de la pauvreté
- Extrêmes inégalités - La richesse s'accumule et la pauvreté s'étend
- La pauvreté en Allemagne atteint un nouveau record

Info

Qu'est-ce que la « Novorossia » ?

La présentation des événements à Donestsk et Lougansk par la presse atlantiste passe sous silence les revendications des populations. Or, il ne s'agit pas d'un simple soulèvement contre le pouvoir de Kiev, mais bien de l'affirmation d'un idéal particulier. Alain Benajam, qui a sillonné ce pays depuis quarante ans, explique ici les symboles du nouvel État de « Novorossia ».

Novorossia

Le drapeau de l’Union des Républiques populaires de nouvelle Russie (Novorossia)
« Novorossia » dont la dénomination exacte est : « Union des Républiques populaires de Novorossia » ou mieux en français « Union des Républiques populaires de nouvelle Russie » est une nouvelle venue parmi les États constitués démocratiquement, bien qu'il ne soit pas reconnu par la communauté internationale il existe et fonctionne. L'existence même de l'« Union des Républiques populaires de Nouvelle Russie » est une petite révolution, voyons pourquoi.
Top