Enfant de la Société
Carte

Eye 1

Loi sur le renseignement : quoi de neuf ?

Image
© Inconnu
Le pouvoir actuel, socialiste, met en place une nouvelle loi de surveillance. Devons-nous être étonnés de cette initiative ? Est-ce réellement une surprise que de voir ce pouvoir de « gauche » mettre en place des outils sécuritaires et liberticides dans ce qu'ils appellent une démocratie républicaine ? Qu'ils soient de droite ou de gauche, les gouvernements successifs n'ont cessé de promulguer des lois visant à surveiller, collecter, ficher, maîtriser, punir, emprisonner, au nom de la sacro-sainte sécurité. Mais la course à la sécurité dans un monde de plus en plus précaire cache mal les volontés d'asservissement du peuple. Faute d'assurer une sécurité réelle à chacun, les puissants assurent leur propre avenir.

Ainsi, depuis les années 1980 notamment, en matière de sécurité, comme en matière économique et sociale, les différents partis politiques travaillent les détails et la forme afin de masquer leur appartenance et adhésion commune au système capitaliste totalitaire marchand. Ce qu'ils appellent encore la social-démocratie ne ressemble qu'à une parodie tant les inégalités sociales, les injustices, et la mainmise de l'oligarchie sur les structures politiques empêchent l'application des droits fondamentaux de chaque individu. Il n'est pas d'égalité sans liberté et aujourd'hui, par cette énième loi, les libertés sont un peu plus rognées.

Propaganda

Propagande climatique : ça se réchauffe, cette fois c'est certain...

Image
© Inconnu
Il y a des semaines que je n'ai pas écrit de billet au sujet du changement climatique et des catastrophes qui en résultent comme par exemple les coraux qui disparaissent parce que l'eau des océans aurait tendance à s'acidifier. Encore que les coraux ça ne se mange pas, donc à peu près tout le monde s'en moque. Mais la pire des conséquences du changement climatique qui a été « visible » ces derniers jours est la vague de chaleur qui comme chaque année précède la mousson dans le sous-continent indien.

Ça se passait cette année plus critiquement au Pakistan et on compte les morts, parce que chaque Pakistanais mort de chaud, c'est de notre faute, nous, vivant dans des pays développés où quand vient l'été et ses soirées un peu plus tièdes que d'habitude on met les conditionneurs d'air à fond et nous sommes tous coupables de la mort de 1500 Pakistanais, au moins (le dénombrement des morts a été finalement revu à la baisse, ouf !). Le RTCC, organe de propagande de l'IPCC ( http://www.rtcc.org/2015/05/29/india-heat-wave-kills-1500-in-taste-of-climate-change-impacts/ ), est très clair : ces 1150 morts (au Pakistan seulement, aux dernières nouvelles) sont « un avant-gout des conditions météorologiques extrêmes qui vont devenir de plus en plus fréquentes avec le réchauffement de la planète par les gaz à effet de serre ». Le Financial Times a repris l'information en confondant Inde et Pakistan et titrant, je cite : « Le changement climatique montré du doigt alors que des milliers de personnes meurent en Inde dans la fournaise climatique ».

Wolf

Apologie de la pédophilie au sein des universités anglaises

Image
Des universités anglaises tolèrent-elles l'apologie de la pédophilie ? « L'intérêt pédophile est naturel et normal pour les mâles humains ». « Au moins une minorité non négligeable d'hommes normaux aimerait avoir des relations sexuelles avec des enfants ... » Ces citations ne proviennent pas de la presse soixante-huitarde ou de la propagande immonde du PIE (Paedophile Information Exchange) qui bénéficiait autrefois du soutien de personnalités politiques de premier plan.

Non, ces propos qui présentent la pédophilie comme « naturelle et normale » datent de juillet 2014 et ont été prononcés lors d'une session académique d'été organisée par l'Université de Cambridge ! Parmi les thématiques abordées très officiellement : « Libérer le pédophile: une analyse discursive » et « Les enjeux de l'hébéphilie »... L'hébéphilie est présentée comme la préférence sexuelle pour les très jeunes adolescents dans la puberté précoce, généralement entre 11 et 14 ans !

Parmi les participants à cette session d'été de l'Université de Cambridge, il y avait un homme très enthousiaste, Tom O'Carroll, délinquant sexuel pédophile multirécidiviste, militant de longue date pour la légalisation des rapports sexuels avec des enfants et ancien dirigeant du Paedophile Information Exchange (PIE) . « Merveilleux! », Écrivit-il sur son blog à propos de ce qu'il entendit à l'Université de Cambridge en juillet 2014.

Family

La Grèce n'a pas à payer pour une dette qui n'est pas la sienne !

Image
© Inconnu
De grandes institutions qui violent les règles élémentaires de droit, bafouent leurs propres statuts, tolèrent des malversations et des fraudes, de grands responsables politiques et financiers pris en flagrant délit d'infraction et de malversation, et pour finir un peuple grec floué, humilié et spolié, telle est la triste réalité que révèle en pleine lumière le Rapport préliminaire de la Commission pour la Vérité sur la Dette grecque[1].

Contrairement à ce que répète à l'envi la cohorte d'experts et de journalistes invités à demeure des plateaux de télévision, des radios et de la presse écrite, la crise grecque ne trouve pas son origine dans un peuple essentialisé comme fainéant, fraudeur et vivant à bon compte sur le dos de l'Europe et de ses habitants. C'est une toute autre histoire que met en évidence la Commission à l'issue de ses premières investigations.

Aléa (moral) jacta est
En effet, la crise de la dette publique grecque est en réalité une crise générée par quelques grandes banques, en particulier françaises et allemandes, qui après avoir privatisé des profits conséquents, ont socialisé une bonne partie de leurs pertes, non moins conséquentes, par une manipulation digne des praticiens du jeu de bonneteau. Dans cette escroquerie à grande échelle, le rôle du bonneteur ou manipulateur est tenu par les banques, celui des complices ou « barons » par la Troïka (le Fonds monétaire international, la Banque Centrale Européenne et la Commission européenne), celui des seconds couteaux par les gouvernements des États européens, et enfin celui de la victime par le peuple grec. Le préjudice subi s'élève à 320 milliards d'euros, le montant de la dette grecque.

Arrow Down

Le « Système » est par terre : la fin du rêve américain

Traduit par Ludovic et relu par Diane pour le Saker francophone

Image
© Inconnu
Les fondations du Système s'effondrent, on ne peut plus se le cacher...

Un nouveau sondage Gallup constate que la confiance - déjà basse - dans le gouvernement américain, l'économie, les médias, les banques, les grandes entreprises, les institutions religieuses et les organes de surveillance... continue de baisser.

« La confiance des Américains dans les principales institutions des États-Unis reste sous la moyenne historique pour chacune d'entre elles », résume le porte-parole de Gallup. Tout compte fait, nous avons l'image d'un pays découragé par son état présent, inquiet pour son avenir, et franchement sceptique sur la capacité de ses institutions à redresser la barre.

Gear

Attentat en Isère bien évidemment déjà instrumentalisé

Image
© Inconnu
Nouvel attentat, nouvelle justification de la surveillance et du projet de loi renseignement. Mais que demanderont de plus les responsables politiques lorsque la loi renseignement entrera en vigueur, et que se produira tout de même un nouvel attentat ?

C'est, espérons-le, la dernière fois qu'il pourra dire cela. "Ce nouvel attentat confirme l'impérieuse nécessité du projet de loi renseignement", a tweeté vendredi le député Eric Ciotti (Les Républicains), en guise de première réaction à l'attentat commis ce matin en Isère, qui a fait un mort et plusieurs blessés. D'ici maximum un mois, la loi sera promulguée au Journal Officiel et entrera en vigueur aussitôt que le président de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR) aura été désigné, ce qui devrait se faire rapidement.



Nuke

Nouvel incident à la centrale nucléaire du Blayais

Image
© Bonnaud Guillaume
L'augmentation du taux de particules radioactives jeudi dernier avait été provoquée par une défaillance dans le confinement d'un chantier à l'intérieur du bâtiment réacteur
Nouvel incident à la centrale nucléaire du Blayais. Ce mercredi 24 juin en fin d'après-midi, 125 personnes ont été évacuées du bâtiment réacteur numéro 4 après le déclenchement de deux balises de mesure du taux de radioactivité.

Conformément à la réglementation, chaque personnel évacué subit actuellement un examen médical d'anthropogammamétrie pour contrôler s'il a été contaminé ou non. Un processus assez long puisqu'il faut compter environ une heure pour examiner trente personnes.

Les investigations sont en cours pour comprendre l'origine de l'augmentation du taux de radioactivité. Les balises sont réglées sur un seuil de mesure "extrêmement bas de manière à ce qu'elles se déclenchent avant qu'il y ait un risque de contamination", précise-t-on à la centrale nucléaire du Blayais.

Handcuffs

Surprise ! Le Pr. Henri Joyeux poursuivi par l'Ordre des médecins...

Image
© MEHDI FEDOUACH
L'Ordre des médecins a lancé une procédure disciplinaire contre le professeur Henri Joyeux à l'origine d'une pétition controversée sur les dangers de la vaccination, a annoncé jeudi l'instance professionnelle. L'affaire, selon l'Ordre, est « en cours d'instruction » auprès de sa chambre disciplinaire.

La pétition lancée par ce chirurgien cancérologue retraité affichait jeudi près 680.000 signatures sur le web. « Les propos du Pr. Joyeux ne se fondent sur aucune preuve scientifique, voire alignent des contre-vérités, comme l'a rappelé » l'Académie de médecine, relève par ailleurs l'Ordre sur Twitter.*

Une pétition jugée dangereuse...

« La vaccination est un outil capital de santé publique. Il est dangereux et totalement irresponsable d'attiser les craintes à son sujet », ajoute ainsi l'Ordre professionnel qui dénonce les « propos outranciers » du médecin.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a fustigé fin mai l'initiative de ce médecin connu, selon elle, pour avoir « pris des positions rétrogrades sur toute une série de sujets » et a souligné que sa responsabilité serait plutôt de « rassurer, expliquer et non pas inquiéter et faire peur ».

Commentaire: Quelle surprise ! Il est vrai qu'avec la couverture médiatique qui fut la sienne et la réticence constante que l'on sent monter chez la populace à l'encontre des vaccins, il fallait calmer tout ça et commencer à organiser le petit lynchage approprié à l'encontre du Dr Joyeux. Nul doute que d'ici quelques jours, on nous affirmera que le professeur est à peine docteur, et que ses compétences inappropriées participent, à travers ses déclarations intempestives et complotistes, à troubler l'ordre public, et qu'il faut derechef replacer le mensonge la vérité à sa juste place.

En attendant, histoire de se vacciner contre la propagande médiatique :

- Petit tour d'horizon des politiques vaccinales criminelles actuelles
- Chaque vaccin (sans exception) provoque des dommages
- Vaccin : ce que tout parent doit savoir


Books

Exclusivité SOTT : propagande anti-russe dans les manuels scolaires hollandais

Il y a quelques jours, un parent d'élève hollandais a posté sur sa page Facebook deux illustrations issues du manuel scolaire de sa fille. Le manuel s'intitule « Thèmes en sciences sociales 1 pour VMBO-KGT, VMBO signifiant « formation professionnelle préparatoire de niveau secondaire », et désignant une filière niveau lycée aux Pays-Bas,. Le manuel est fourni aux élèves de la VMBO (âgés d'environ 15-16 ans) au cours des deux dernières années de leur cursus dans cette filière.

On peut lire dans la description du manuel : « Le manuel est mis à jour annuellement et contient de nombreuses sources d'informations actuelles et diverses, ainsi que des exercices ». Le manuel a certes été mis à jour, car la Russie y est dépeinte comme un pays tout à fait hostile, ce qui est dans la ligne de l'actuelle propagande occidentale anti-russe.

Les deux images suivantes figurent à la page 67 du manuel, Chapitre 7 : pays non démocratiques. La première image dépeint la Russie comme un pays « maléfique » tentant de s'emparer de l'Ukraine, tandis que l'Europe tend désespérément la main à l'Ukraine. L'une des questions posées aux élèves est : « Que fait la Russie, et que fait l'Europe sur cette image ? » Eh bien, la réponse est simple : la monstrueuse Russie tente manifestement de dévorer la pauvre Ukraine, sous les yeux d'une gentille Europe très très inquiète !
Image
© M. Philipsen

Family

Transhumanisme : du progrès de l'inhumanité

Image
© Inconnu
Encore un dossier sur le transhumanisme ? Depuis deux ans, pas une semaine sans un article, une émission, un livre, un film sur le sujet. On finira par ne plus en parler, si le transhumanisme devient, comme l' informatique, si familier qu'on ne le remarque plus. Il y a dix ans, le sujet était quasi tabou, et l'on traitait nos alertes de « complotistes » et de « catastrophistes ». En 2015, Les Echos annoncent posément « L'ère de l'homme augmenté a débuté » (1) sans heurter quiconque. Le Monde offre à cette idéologie une chronique hebdomadaire - signée Laurent Alexandre - sans plus de protestations. Le transhumanisme est aujourd'hui une option à discuter parmi d'autres. Quant à la population, c'est à peine si elle a le temps de réaliser ce qui arrive - encore moins de le penser . Or rien n'est plus urgent que de comprendre si l'on espère arrêter les ennemis de l'humain.

L'eugénisme 2.0

On doit le terme « transhumanisme » à Julian Huxley, frère d'Aldous (2) , biologiste et théoricien de l'eugénisme dans les années 1930. Après la guerre et l'industrialisation de la sélection eugéniste, J. Huxley cherche à se démarquer du nazisme. En 1957, il exhorte l'Homme à prendre en main l'évolution : « C'est en fait lui qui détermine l'orientation future de l'évolution sur cette terre. (...) Si elle le souhaite, l'espèce humaine peut se transcender (...). Nous avons besoin d'un nouveau nom pour cette nouvelle conviction. Peut - être le mot « transhumanisme » pourra-t-il convenir : l'homme demeurera l'homme, mais se transcendant en réalisant les possibilités de sa nature humaine et à leur avantage. " Je crois en le transhumanisme " : sitôt que cette conviction sera suffisamment partagée, l'espèce humaine se tiendra au seuil d'une nouvelle existence, aussi dissemblable de la nôtre que la nôtre l'est de celle de l'homme de Pékin. Elle accomplira enfin consciemment son véritable destin. » (3)

Commentaire: Le mirage de l'homme augmenté, amélioré, qui permet encore une fois à l'être humain de ne pas prendre sa part de responsabilité dans le malheur qui est le sien. Pourquoi se soucier de la destruction de son propre corps, pourquoi vouloir comprendre les maladies de son propre esprit, pourquoi se préoccuper de la dégradation de son environnement : n'avons-nous pas les meilleurs pansements, les meilleures béquilles ? Cette négation à peine voilée de la mort elle-même et ce refus de l'inéluctable ne sont pas le résultat de la quête d'une connaissance juste qui permettrait à l'homme de se libérer. On pourra y voir à la place la manifestation d'une volonté de pouvoir et de contrôle sur un corps qui lui a été donné dans un environnement qui lui a été offert, l'expression de son incapacité à faire face à ses propres peurs en cherchant des raccourcis, des « buffets gratuits », des assurances à la vie.

Les commodités valent-elles le sacrifice d'une liberté sempiternellement réclamé par ces mêmes spécialistes, ces mêmes leaders, ces mêmes élites et ces mêmes hommes d'influence qui n'ont toujours su que conduire l'être humain à sa perte ?