Bienvenue à Sott.net
dim., 14 fév. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Brick Wall

L'UE resserre les mailles de ses frontières avec Frontex

L'Autriche souhaite que les migrants pris en charge à leur arrivée en Grèce par l'agence européenne aux frontières Frontex puissent être directement renvoyés en Turquie, a déclaré samedi le chancelier autrichien social-démocrate Werner Faymann à la presse.

"Frontex doit arrêter les gens qui fuient vers la Grèce. Tous doivent être sauvés, mais ensuite ces personnes doivent être renvoyées en Turquie. Ainsi Frontex ne serait pas qu'un programme de sauvetage mais réellement un service de protection des frontières", déclare le chancelier dans le tabloïd Österreich.

© Google
Corps à corps entre les réfugiés et Frontex
Il a ajouté avoir proposé "cette solution optimale" au Premier ministre turc Ahmet Davutoglu lors de la conférence des donateurs sur la Syrie, jeudi à Londres.

Commentaire: Lire aussi:


Question

Affaire Charlie : qui veut cacher l'existence du « troisième homme »?

Épouse d'une victime de l'attentat contre Charlie Hebdo, Maryse Wolinski a réitéré mardi son information relative aux pressions policières exercées sur des témoins pour cacher l'existence d'un «troisième homme».

Le 13 janvier, Panamza avait rapporté et synthétisé en vidéo les propos stupéfiants de Maryse Wolinski, autrice du livre-enquête "Chérie, je vais à Charlie".

Selon l'épouse du caricaturiste Georges Wolinski (abattu le 7 janvier 2015 dans le local de Charlie Hebdo), des témoins présents lors de l'arrivée des terroristes ont subi des pressions lors de leur audition policière au 36, quai des Orfèvres (siège de la police judiciaire parisienne). Le but : les enjoindre au silence à propos d'un «troisième homme» aperçu en compagnie des tueurs.

Le 2 février, sur l'antenne de France Info, elle a maintenu sa révélation au micro de Philippe Vandel (à 2′).


Chalkboard

Une réunion pour contrer la montée des théories du complot à l'école


Commentaire : La machine à abrutir qu'est l'Education nationale s'inquiète fortement ces derniers temps que certaines de ses ouailles osent utiliser leur esprit critique. Il est intéressant de remarquer qu'aujourd'hui le fait de penser est le « marche-pied de la radicalisation. » A quand des camps de rééducation pour les élèves ayant commis des « crimes de pensée » ?

Mardi 9 février pendant toute la journée, des enseignants, des chercheurs et la ministre de l'Éducation vont tenter de trouver des recettes pour lutter contre les théories du complot à l'école. C'est une première. Parmi les participants, il y aura Sophie Mazet, 35 ans. Professeur dynamique et inventive, comme il en existe dans tous les lycées de France d'ailleurs, elle a, avant les autres, pris conscience de l'ampleur du phénomène. Un jour de 2011, au milieu de son cours d'anglais, un de ses élèves explique que "les juifs étaient au courant du 11 septembre". Voire "avaient organisés les attentats". Effarée, elle interpelle ses élèves et constate que beaucoup "ont des doutes", "s'interrogent". Depuis ce jour-là, Sophie Mazet dispense dans son établissement de Seine-Saint-Denis des cours qu'elle a intitulés Manuel d'autodéfense intellectuel (éditions Robert Laffont).

Apprivoiser la rhétorique complotiste

Aux élèves volontaires (ce cours est hors programme), elle tente de leur apprendre à se repérer dans le magma, l'océan d'informations sur Internet. Elle leur propose d'apprendre à identifier des sources. Qui propage ces théories ? Petit à petit, elle met à jour les vieilles ficelles des théories du complot. Elle décortique les argumentaires pseudo-scientifiques. En fin de séance, elle propose à ses élèves de "créer leur théorie du complot, en se mettant seul ou en groupe". "Ils utilisent la rhétorique complotiste telle qu'on l'a décortiquée ensemble pour créer leur théorie qui est souvent assez drôle, parfaitement délirante. C'est une façon d'apprivoiser cette rhétorique. cela aide à démystifier vraiment les théories du complot", poursuit-elle.

Bell

La samba, à Rio, pour oublier le Zika et la crise ?

Danser jour et nuit à moitié nus : grâce au carnaval de Rio qui débute vendredi, les Brésiliens oublieront un temps leurs inquiétudes sur la crise économique et le virus Zika, un échauffement avant la grande fête des jeux Olympiques d'août.

Quand le gros roi Momo, symbole de tous les excès et figure tutélaire du carnaval, recevra vendredi midi les clés de la ville des mains du maire, il décrètera "ouvert" le plus grand spectacle à ciel ouvert du monde dont l'apogée sont les deux nuits (dimanche et lundi) de défilés des écoles de samba sur le sambodrome.

© Google
"La Mort" dans le film Orfeu Negro de Marcel Camus, 1959
Momo ordonnera d'emblée à ses sujets de "s'amuser" pendant les cinq jours de festivités frénétiques dans tous les recoins de la "ville merveilleuse".


Commentaire :
« Au temps du carnaval, l'homme se met sur son masque un visage de carton. » ( Sans titre, par un homme noir, blanc de visage - Xavier Forneret (1838) )
Le Brésil vit depuis quelques mois l'horreur du virus Zika, transmis supposément par un moustique, ainsi que des fumigations extraordinaires pour enrayer le danger de celui-ci. Est-ce que le carnaval va faire oublier les problèmes à la fois économiques, sociaux et politiques du pays ? Du moins temporairement ... Parce que Zika est toujours présent, carnaval ou pas, ainsi que la misère, la pauvreté et la violence dans les favelas et les inégalités sociales. Espérons également que le Carnaval ne soit pas la cible d'un attentat.


Commentaire: Malgré le danger de Zika le gouvernement du Brésil a permis le carnaval. Les fêtes populaires sont sacrées partout où elles ont lieu, programmées pour permettre aux citoyens de se défouler afin qu'ils oublient les injustices sociales, les inégalités, le manque de travail, la crise économique. En ce sens, la « fête populaire » a un grand rôle à jouer pour contenir les mouvements sociaux, canaliser l'énergie des citoyens de façon apolitique du moins durant quelque temps, un temps où on masque la réalité...

Lire aussi:


Megaphone

Prédiction de faillites en cascade pour les banques européennes par l'OCDE


Commentaire : L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE, en anglais Organisation for Economic Co-operation and Development, OECD) est une organisation internationale d'études économiques, dont les pays membres — des pays développés pour la plupart — ont en commun un système de gouvernement démocratique et une économie de marché. Elle joue essentiellement un rôle d'assemblée consultative. (source Wikipedia)


William White préside le comité d'examen des situations économiques et des problèmes de développement de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et est aussi l'ancien chef économiste de la Banque des Règlements Internationaux (BRI).

Loin des discours béats relatifs à une prétendue reprise économique, il annonce que le système financier mondial est devenu dangereusement instable et pourrait entraîner une prochaine cascade de faillites.

Commentaire: Ce genre de déclaration officielle peut très bien faire partie d'une tactique de communication visant à mettre la pression pour déstabiliser telles ou telles banques au profit de telles autres. Mais vu la tendance économique, il se pourrait bien que l'argent ne vaille plus grand-chose bientôt. Placer ses avoirs dans des biens matériels est sûrement une bonne idée.


Red Flag

Le Brésil résiste : une ambassade de Palestine ouvre ses portes au pays


Commentaire : Avec le Carnaval de Rio qui débute le 9 février le Brésil va rentrer


Si la présidente brésilienne refuse catégoriquement d'accepter la nomination d'un colon au poste d'ambassadeur d'Israël, elle n'a en revanche pas rechigné à accorder un prestigieux bâtiment à l'ambassade palestinienne.

L'inauguration a eu lieu ce mercredi dans la capitale Brasilia, en présence du représentant de l'Autorité Palestinienne au Brésil, Ibrahim Alzeben. Des membres du gouvernement de Dilma Rousseff, et des représentants de différents pays arabes étaient également présents pour l'occasion.

© Google
Le prestigieux bâtiment a été inauguré ce mercredi
Cette cérémonie prend place dans un contexte de crise diplomatique entre le Brésil et Israël à propos du poste d'ambassadeur de l'Etat hébreu, qui reste vacant depuis décembre 2015. En effet, le Premier ministre Benyamin Netanyahou a désigné Dani Dayan, ancien dirigeant de colonies en Cisjordanie, à ce poste. Mais pour la présidente brésilienne Dilma Rousseff, il est hors de question d'accorder le poste diplomatique à cette personnalité.

Commentaire: Vous pouvez lire aussi:


Eye 1

Compteurs Linky : une pose qui s'annonce tendue


Commentaire : ERDF vient poser chez les particuliers, gratuitement, gentiment, en douceur, un compteur de haute technologie qui n'a que des avantages : on ne dérange plus les personnes pour les relevés, on peut contrôler sa consommation au plus prés, les demandes de changements sont plus vite pris en compte... Voilà pour le bla-bla marketing qui cache tant bien que mal le vide abyssal du projet en terme de bénéfices réels pour le consommateur. On peut par contre en énumérer les effets négatifs : irradiation électromagnétique assurée, factures qui flambent, au sens propre comme au sens figuré, hacking des réseaux, vie privée plus du tout privée...

© LP/Sophie Bordier
Cannes-Ecluse, 4 février. Plus de 200 personnes ont assisté à la réunion publique organisée par la commune avec ERDF
Ambiance électrique jeudi soir à Cannes-Ecluse à propos des futurs compteurs Linky d'ERDF. Trente-cinq millions de petits boitiers jaunes seront installés en France d'ici 2021, dont 650 000 en Seine-et-Marne. Ils communiqueront à distance, automatiquement et directement, au distributeur d'électricité le relevé de la consommation sans rendez-vous.

Leur installation, qui est gratuite, a commencé dans le sud du département. Elle suscite d'ores et déjà des inquiétudes. Pour en mesurer l'ampleur, nous avons assisté, jeudi soir à Cannes-Ecluse, avec plus de 200 participants à la réunion publique organisée par la mairie avec ERDF.

Riverains et représentants d'associations comme Priartem (plus d'un millier d'adhérents), Robin des toits ou Vigilance Environnenent de La Grande Paroisse, ont de gros doutes sur le caractère inoffensif des ondes électromagnétiques émises par le courant porteur en ligne (CPL), capable de transmettre des informations par le réseau électrique, reliant ce compteur communicant aux ordinateurs relevant la consommation.

Directeur territorial 77 d'ERDF, Thierry Barra rassure : « Les fréquences émises par Linky (63 à 74 kiloHertz) se situent en bas sur l'échelle des fréquences. Elles sont d'une intensité très faible, avec une puissance de l'ordre d'un watt. Elles ne sont émises que quelques secondes, la nuit. Tous les scientifiques disent qu'il n'y a aucun danger ».

Pourtant, dans la commune voisine de Varennes-sur-Seine, le conseil municipal a voté en décembre 2015 contre le déploiement de ces compteurs « dans l'attente de résultats plus complets sur les contraintes de Linky ». Un principe de précaution que brandit Manuel Hervouet, de Priartem : « On demande la transparence ! Selon un rapport de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) datant de 2013, il faut entreprendre de nouvelles études pour les expositions chroniques de faible puissance. Et que faites-vous des quelque 3 500 personnes qui, en France, souffrent d'électrosensibilité ? Le territoire français est déjà couvert d'ondes électromagnétique. ERDF peut-il demander au fabricant une version qui fonctionne sur ADSL ? » Pas de réponse véritable du côté d'ERDF.

Pour Marc Cendrier, de Robin des toits, « quand du CPL circule, il faut blinder les réseaux selon la règlementation, sinon il peut y avoir des répercussions biologiques et médicales ».

Réplique de Thierry Barra: « Je doute que les pouvoirs publics aient pris une décision non conforme ». Rires dans la salle. Un habitant rappelle le scandale de l'amiante...

Laptop

« Ontemanipule.fr » : le gouvernement s'attaque aux « complotistes »


Commentaire : Comme toujours , tout ce que fait le gouvernement français est profondément pathétique, même si là il a touché le fond. Néanmoins, cette information est plutôt une bonne nouvelle, car si le gouvernement en est réduit à autant de ridicule pour rééduquer ses citoyens conspirationnistes (un terme fourre-tout désignant toutes idées qui n'ont pas été approuvées par nos chères élites), c'est que des pans de plus en plus important de la population française rejettent l'immondice médiatique en se tournant vers des sources d'information alternatives. Au final, on est peut-être plus nombreux que ce que l'on pense.


Au sommet de l'Etat, on a décidé de tourner en ridicule les théories «conspirationnistes». Le gouvernement a lancé une nouvelle opération humoristique à destination des jeunes diffusée sur les réseaux sociaux. Elle est loin de faire l'unanimité.
Décidément, en ce moment, le «complotisme» a les faveurs de la presse et de l'Etat. Alors que les émissions se multiplient sur le sujet depuis des semaines, le gouvernement a décidé de s'attaquer au phénomène. Ciblant en premier lieu les jeunes, sa nouvelle campagne a débuté jeudi avec une courte vidéo d'environ 3 minutes visible notamment sur le site dédié www.ontemanipule.fr.

Communication 2.0

Toute la journée de jeudi, l'Elysée a mobilisé ses comptes sur les réseaux sociaux pour annoncer sa nouvelle croisade. Sur Twitter, ce matin, le gouvernement promettait de «révéler la vérité» et donnait rendez-vous sur son nouveau compte Snapchat.


Play

Un reportage de Canal+ sur le coup d'Etat néo-nazi en Ukraine menacé de déprogrammation (+ documentaire complet)

© Unknown
Les troubles en Ukraine, avec l'appui des USA : des tireurs tuant des manifestants ET des policiers. La violence mise en scène et orchestrée en secret est une composante avérée de l'interférence des USA au-delà de ses frontières.
Un documentaire soulignant le rôle des groupes paramilitaires ayant participé à la révolution ukrainienne déclenche l'ire de plusieurs médias français ainsi que la demande de l'ambassade d'Ukraine de ne pas le diffuser.

C'est dans le cadre de l'émission de reportages «Spécial Investigation» diffusée sur Canal+ que le reporter et écrivain Paul Moreira, fort d'une solide expérience journalistique en milieu hostile, présente son dernier film intitulé «Ukraine : les masques de la révolution». Dans ce documentaire, il est allé à la rencontre des groupes d'extrême droite, omniprésents pendant et depuis les événements de Maïdan afin de se rendre compte du rôle exact joué par ces combattants. Une place importante est donnée au recueil de témoignages de personnes ayant vécu le drame d'Odessa, durant lequel en mai 2014 ont péri brûlés 42 manifestants pro-russes en marge de violents affrontements.

Mais voilà, apparemment le sujet abordé n'a pas été du goût de tous, Le Monde et un article du blog de Renaud Rebardy publié sur le site de Libération ont notamment été très critique envers le reportage.


Eye 1

Maintenant on le sait, l'état-d'urgence, ça fonctionne : 3200 perquisitions, 1 mise en examen pour terrorisme


Commentaire : L'efficacité et la légitimité d'une mesure est inversement proportionnelle à l'hystérie déployée par les politiciens pour en parler et l'appliquer, c'est certain. Une hystérie agrémentée d'une bonne dose de mensonge et de mauvaise foi quand, dans la foulée, nous entendons notre Valls national nous dire sans sourciller :
« Les filières sont déstabilisées. De nombreux individus sont identifiés et placés sous surveillance. D'ailleurs, un des projets terroristes déjoués a pu l'être grâce à une perquisition administrative, menée dans le cadre de l'état d'urgence", a avancé le Premier ministre à l'Assemblée nationale. »
On est bien d'accord avec lui, finalement : de nombreux individus, à peu prés la population de la France entière, sont identifiés et placés sous surveillance, déstabilisés aussi, on veut bien le croire, surtout après quelques coup de matraque sur la tête et quelques tabassages en bonne et due forme.


© afp
Dans un rapport consacré à "l'impact disproportionné de l'état d'urgence", Amnesty demande au gouvernement de prouver l'efficacité de ces mesures, en cas contraire de renoncer à sa prolongation. L'ONG a rassemblé de nombreux témoignages montrant les violations des droits humains commises au nom de ce régime d'exception.

« Ce qui m'a surpris le plus, c'est le motif de l'ordre de perquisition... il y aurait eu dans mon restaurant des personnes qui étaient une menace publique. Mais ils n'ont même pas vérifié les pièces d'identité des 60 clients qui y étaient » raconte par exemple le patron d'un restaurant.

Amnesty International relève ainsi toute une série d'exemples illustrant les "violations des droits humains" constatées depuis l'instauration de l'État d'urgence dans la nuit du 13 au 14 novembre. En deux mois, plus de 3200 perquisitions ont été conduites, 400 personnes interpellées et 400 assignées à résidence, mais une seule personne a été mise en examen pour terrorisme. Quatre enquêtes préliminaires sont menées pour des infractions liées au terrorisme et 21 enquêtes pour le motif d' « apologie du terrorisme ».

"Des pouvoirs exécutifs étendus, assortis de très peu de contrôles sur leur application, ont causé toute une série de violations des droits humains", juge John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International, cité dans un communiqué. "Nous ne voyons pas comment les autorités françaises pourraient prétendre qu'il s'agit là d'une réponse proportionnée aux menaces qui pèsent sur elles".