Enfant de la Société
Carte

MIB

Un avocat accuse un policier du Michigan d'avoir planqué du Crack pour faire accuser un homme noir qui venait de s'être fait tabasser par la police




L'avocat de l'homme noir qui a été violemment battu par des policiers étatsuniens a déclaré que la police US a caché du Crack dans sa voiture.


Une vidéo troublante montre plusieurs policiers blancs dans la banlieue de Detroit, dans le Michigan, battre un homme afro-étatsunien non armé, Floyd Dent, lors de son arrestation en janvier.

La vidéo publiée mercredi montre des policiers qui tabassent un homme noir de 57 ans. Quand il a ouvert la porte, les flics l'ont traîné hors de la voiture et l'un d'eux a commencé à l'étrangler.

L'officier a commencé à frapper Floyd Dent dans la tête à 16 reprises et un autre officier est venu et a utilisé son pistolet paralysant sur lui à trois reprises dans l'estomac et à la jambe.

Propaganda

« Vous pouvez en boire un grand verre et ça ne vous fait aucun mal » rapporte un défenseur de Monsanto, à propos du glyphosate


Ce qui va suivre n'est pas très bon pour la promotion de Monsanto. Interrogé par la chaîne de télévision française Canal +, un défenseur de Monsanto, le Dr Patrick Moore a assuré que le produit chimique que contient l'herbicide Roundup ne présentait aucun danger pour l'être humain.

« Je ne crois pas que le glyphosate en Argentine cause le cancer (de la rate). Vous pouvez en boire un grand verre et ça ne fait aucun mal, explique au journaliste de l'émission Spécial Investigation, le Dr Patrick Moore.
- Ah bon, vous en voulez ? J'en ai là si vous en voulez », lui demande le journaliste.
Le Dr Moore lui dit oui juste avant de se rétracter : « Bon en fait, pas vraiment, reconnait-il. Je ne suis pas un idiot. »

Gear

L'incidence de la technologie sur nos sociétés, en 5 chiffres clés

Image
© Inconnu
Les grecs de l'antiquité méprisaient la Technique au plus au point. Lorsqu'une application technique se révélait nécessaire pour l'avancé de la connaissance, leur idéal de vie tourné vers la contemplation les amenait même à détruire leur construction une fois qu'ils en avaient compris le fonctionnement. Aujourd'hui le front est renversé, le monde occidental s'est pris de fascination pour les technologies, qui ont infiltré la totalité des moments de notre existence, sans que l'on trouve judicieux de se questionner sur ce phénomène. Quel est l'impact des technologies sur la société ? C'est ce que ces 5 chiffres clés tenteront d'illustrer.

Le démographe Alfred Sauvy disait : « Les chiffres sont des êtres fragiles qui, à force d'être torturés, finissent par avouer tout ce qu'on veut leur faire dire. » ; Certains chiffres manqueront probablement d'objectivité, de nuance ou simplement de précision, c'est qu'ils ne sont pas à prendre individuellement mais plutôt dans leur globalité.

Airplane

Expert : les pilotes du vol 4U9525 étaient inconscients pendant la descente

© Wikipédia
Selon Pekka Henttu, responsable de l'aviation civile finlandaise, les pilotes de Germanwings étaient inconscients pendant la descente de l'avion avant le crash. Sa déclaration est basée sur les enregistrements sonores du vol 4U9525.

« Les enregistrements indiquent que les pilotes étaient apparemment inconscients », a dit Henttu à Yle, ajoutant que la chute s'est interrompue plusieurs fois.

Henttu pense que la situation est exceptionnelle. Ce n'est pas un incident typique ou régulier. « Soit le pilote automatique a été engagé à un moment donné et laissé en place, soit les pilotes ont repris conscience par intermittence et pris quelques mesures pour maintenir l'altitude », a dit Henttu.

Le vol 4U9525 Barcelone-Dusseldorf de la compagnie Germanwings s'est écrasé mercredi au sud des Alpes françaises. L'Airbus A320 avait décollé à 9h25 de l'aéroport du Prat à Barcelone mardi avec un retard inexpliqué de 30 minutes. L'avion a envoyé un signal de détresse aux alentours de 10h47 et puis a disparu des écrans radars vers 11h.

Nuke

Nucléaire : Fessenheim et les bobards d'EDF

Image
© Inconnu
« Défaut d'étanchéité » sur une tuyauterie. C'est le motif pour lequel EDF a mis à l'arrêt du réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim (Alsace), le 28 février dernier vers 17h30. Le dysfonctionnement, tel qu'il est présenté, semble sans gravité. Un simple problème de plomberie... En réalité il s'agit d'une fuite de plus de 100 m3 d'eau suite à la fissuration d'une tuyauterie, révèle le rapport de l'Autorité de sureté nucléaire (ASN). Soit l'équivalent d'un semi-remorque d'eau, déversé dans la salle des machines. Éclaboussant des boîtiers électriques, la fuite a provoqué un défaut d'isolement sur un tableau électrique, qui est en lien avec l'alimentation de circuits de commande de disjoncteurs, électrovannes, « parmi lesquels figurent les éléments importants pour la protection » du réacteur nucléaire, décrit l'ASN. Un « défaut d'étanchéité » qui n'est donc pas si bénin que cela dans la plus vieille centrale nucléaire de France.

Le 5 mars, quelques minutes après une inspection de l'ASN suite à cet « incident », une seconde rupture de canalisation se produit, sur la même tuyauterie. Celle-ci avait été remise en service « alors même qu'EDF n'avait toujours pas identifié les causes de la rupture », dénonce le réseau Sortir du nucléaire. « Comment pouvez‐vous autoriser le redémarrage d'un réacteur nucléaire alors que des "éléments importants pour la "protection" sont alimentés par un boîtier peut‐être défectueux ? », s'alarme cinq associations hostiles au nucléaire dans une lettre ouverte au directeur de la centrale.

Pistol

Une vidéo montre la police de Dallas tuer un homme noir sur le seuil de sa porte parce qu'il tenait un tournevis, alors qu'elle savait qu'il était schizophrène

La police de Dallas a tué un homme noir souffrant de maladie mentale sur le seuil de sa porte parce qu'il tenait un petit tournevis, comme l'atteste une vidéo publiée récemment.

Jason Harrison, 38 ans, a été abattu par la police de six balles dans la poitrine, au bras et au dos le 14 juin de l'année dernière. L'événement a été capturé par la caméra corporelle d'un des officiers, mais l'enregistrement n'a été diffusé que cette semaine par l'avocat de la famille de Harrison, qui poursuit la ville pour meurtre.

Harrison souffrait de schizophrénie et de troubles bipolaires, et sa mère Shirley avait appelé la police à plusieurs reprises pour qu'il puisse se rendre à l'hôpital. La vidéo la montre sortant tranquillement de la maison, pour dire aux officiers que son fils était "malade" et souffrait de "schizophrénie et de troubles bipolaires". Dès que les agents ont vu Harrison tenir un petit tournevis entre ces mains, ils ont néanmoins commencé à crier pour qu'il le laisser tomber. Quelques secondes plus tard, l'un d'eux a ouvert le feu.
La vidéo originelle est de 18 minutes. Le Dallas Morning News a publié une version révisée montrant la minute de la fusillade. Attention images choquantes !


Bad Guys

Fascisme étasunien : la police américaine tue des centaines d'handicapés chaque année

Image
L'Union américaine pour les libertés civiles a déposé un rapport qui indique que des centaines de personnes handicapées sont tuées chaque année aux Etats-Unis lors d'interventions des forces de l'ordre.

Ce rapport a été rédigé pour soutenir une femme souffrant de maladie mentale et qui a porté plainte contre la police car des agents lui ont tiré dessus à cinq reprises.

Terese Sheehan affirme en effet que la police a utilisé des armes à feu contre elle à cinq reprises alors que son état nécessitait des soins psychiatriques d'urgence. La Cour Suprême américaine procédera lundi à des auditions dans le cadre de cette affaire.

Selon Terese Sheedan, des policiers ont violé le Quatrième Amendement et ses droits qui découlent de la Loi relative aux personnes handicapées (Americans with Disabilities Act, ADA) lorsqu'ils sont venus dans sa chambre dans un foyer en 2008 pour l'emmener à l'hôpital. Son aide-soignant avait appelé la police pour la transporter à l'hôpital et lui faire subir un contrôle, après qu'il s'est aperçu qu'elle avait arrêté de prendre ses médicaments et n'avait pas changé de vêtements depuis quelques jours.

Nuke

Le corium disparu de Fukushima

Image
© Kyodo, Reuters
Jusqu'à présent, Tepco et les experts du secteur avaient certes la quasi-certitude que le combustible avait fondu, mais sur la base de calculs et simulations
Le combustible du réacteur 1 de la centrale accidentée de Fukushima a à coup sûr totalement fondu et est tombé on ne sait où, selon des tests de localisation par rayons cosmiques dont les résultats viennent d'être communiqués.

Ces dernières semaines, le gérant du complexe atomique, Tokyo Electric Power (Tepco), ainsi que des chercheurs du laboratoire KEK, de l'Université de Tsukuba et d'un établissement universitaire de Tokyo, ont utilisé un dispositif spécial qui permet de voir où se trouve le combustible nucléaire. Ils ont ainsi réussi à situer le combustible de la piscine de désactivation du réacteur 1, mais pas le combustible du coeur du même réacteur à l'endroit où il aurait pourtant dû être s'il n'avait pas fondu.

Pour se faire ont été utilisées les propriétés de particules de haute énergie et charge négative appelées muons. Lesdits muons, des cousins des électrons, ne sont pas faciles à arrêter: ils traversent librement de nombreux matériaux, au point d'ailleurs de gêner parfois des expériences scientifiques. Pourtant, ils peuvent être stoppés par des substances à haute densité. En traquant les muons bloqués, il est ainsi possible de produire une image de la présence du combustible nucléaire dans le réacteur.

2 + 2 = 4

C'est officiel : les États-uniens sont stupides

Traduction/Relecture : Lionel/JJ, Diane

Image
© Inconnu
En tant qu'États-uniens, nous avons tendance à être imbus de nous même et cela est particulièrement vrai pour les plus jeunes d'entre nous. Mais avons-nous réellement des raisons d'être fiers? Selon une information choquante du Educational Testing Service, ETS [le service des tests de l'éducation, NdT ], les États-uniens entre 20 et 34 ans, en ce que concerne les capacités en lecture, en mathématiques et en technologie, se trouvent loin derrière les jeunes adultes des autres nations industrialisées. Bien que plus d'États-uniens que jamais auparavant aillent au lycée, nous continuons à reculer toujours plus intellectuellement. Qu'est ce que cela nous apprend? La vérité est malheureusement que les États-uniens, sont stupides. Notre système d'éducation est un échec colossal et notre jeunesse passe presque tous son temps libre devant la télévision, des ordinateurs et des appareils mobiles. Tant que nous ne serons pas honnêtes envers nous-mêmes à ce sujet, notre déclin intellectuel va s'aggraver.

Commentaire: Ajoutons à la liste des causes :

- une alimentation complètement polluée par des centaines d'agents chimiques
- une alimentation complètement dénaturée, monstrueuse, issue du « génie » génétique
- des gens baignant dans un electro-smog permanent dont l'influence délétère engendre des dégâts au niveau cellulaire : appareils électriques en tous genres, antennes relais, haarp, etc.

Bien évidemment, nous sommes tous américains.


Eye 2

Big Brother : la loi sur le renseignement, plus en détail

Image
© Balefire9/iStock/Thinkstock
Comme Le Monde, nous avons pu nous procurer l'avis de la Commission nationale de l'informatique et des libertés visant le projet de loi sur le renseignement, pour y revenir profondément. Objectif ? Opposer cet avis à l'une des versions du projet de loi désormais à l'air libre (le texte en PDF), en fait avant son analyse par le Conseil d'État.

Après la loi de programmation militaire, celle contre le terrorisme, ce projet de loi sur le renseignement a été présenté ce matin en Conseil des ministres, avant son dépôt à l'Assemblée nationale, accompagné de l'avis du Conseil d'État. Le vote suivra dans quelques semaines.

Son objectif ? Une profonde mise à jour des règles encadrant, parfois mal, les pratiques du renseignement. Cet « update » serait, aujourd'hui même, d'une impérieuse nécessité, selon l'exécutif : assurer la protection de l'État, celle des agents qui flirtent avec l'illicite, mais également les citoyens. Dans son avis, la CNIL ne dit pas autre chose : « les dispositions projetées doivent (...) permettre d'encadrer juridiquement les pratiques des services de renseignement pouvant porter atteinte à la vie privée et d'assurer ainsi la licéité de la collecte et de l'exploitation de l'ensemble des informations recueillies par l'intermédiaire de ces techniques ».