Enfant de la Société
Carte


Magnify

Lomidine, exemple de médecine coloniale que certains voudraient oublier

© Jérémy André
L'anthropologue Guillaume Lachenal, auteur du livre "Le médicament qui devait sauver l'Afrique".
Afrique noire, années 1950. Une administration en roue libre injecte un médicament dangereux et inefficace à des populations entières. L'intrigue d'un nouveau John Le Carré ? Non, car Le médicament qui devait sauver l'Afrique est une enquête très sérieuse sur une histoire vraie. Une de plus que tout le monde a préféré oublier. Guillaume Lachenal, maître de conférences à l'université Paris-Diderot, y ressuscite "un médicament médiocre, qui échouera même à faire scandale" : la Lomidine. Hommage à des victimes oubliées, ce livre est aussi une piqûre de rappel sur les dérives de la médecine coloniale. Une clé indispensable pour diagnostiquer deux maux qui aggravent la crise sanitaire du Continent : la défiance des populations et les vains espoirs dans des solutions miracles.

Le Point Afrique : Qu'est-ce que cette Lomidine dont vous dîtes écrire la "biographie" ?

Guillaume Lachenal : Un médicament contre la maladie du sommeil. Dans la première moitié du XXe siècle, cette maladie parasitaire est la grande épidémie tropicale, un enjeu humanitaire pour les pays européens. Et la Lomidine est le médicament miracle tant attendu.
Che Guevara

Etats-Unis : des milliers de manifestants marchent contre la brutalité policière à Saint Louis


Des manifestants à Saint Louis, dans le Missouri (Etats-Unis), le 11 octobre 2014. (SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP )
L'incendie n'est pas éteint. Après les émeutes de Ferguson dans le Missouri (Etats-Unis) en août, des milliers de personnes ont manifesté dans les rues de Saint Louis (Missouri), samedi 11 octobre. Ils protestaient contre le racisme et la violence policière.

"Les vies des Noirs comptent aussi"

Les manifestants, environ 5 000 personnes, avaient écrit sur des banderoles "Justice pour tous" et "Les vies des Noirs comptent aussi". Des femmes portaient une large banderole blanche sur laquelle étaient accrochés des morceaux de papier découpés représentant des mains et des coeurs colorés en signe de solidarité avec toutes les femmes qui ont perdu des enfants dans des violences policières à Ferguson, proche banlieue de Saint Louis. C'est là que le jeune Michael Brown, 18 ans, avait été tué par balle le 9 août.
Che Guevara

47 ans aprés, le Che, toujours vivant

© Inconnu
Peu de gens auront autant marqué l'histoire révolutionnaire et humaniste que Ernesto Guevara, Son courage, ses luttes, ses idéaux restent un exemple pour tous ceux qui continuent à lutter aujourd'hui pour un monde plus juste, définitivement débarrassé de la pauvreté, des injustices sociales, du racisme, de l'exploitation et de l'impérialisme, en bref du système de domination capitaliste.

De l'Argentine, son pays natal à la Grèce, en passant par la place Tahrir du Caire, son portrait est omniprésent pour symboliser les différentes manifestations contre l'austérité, le néolibéralisme, les dictatures... Il est de ces personnes qui ont marqué éternellement l'Histoire avec un grand « H ». Sa soif de justice et de liberté qui le conduira à la lutte armée à Cuba, au Congo et en Bolivie aura raison de lui. Il sera assassiné le 9 octobre 1967 par l'armée bolivienne et la CIA à la Higuera en Bolivie, alors qu'il tentait une énième insurrection révolutionnaire dans ce pays rongé par les injustices et la misère.

Mais, malgré les années de dictature fasciste et de politique néolibérale, sa mémoire reste vive et continue d'alimenter les luttes sociales qui ont porté au pouvoir des gouvernements progressistes et révolutionnaires en Amérique Latine.
Magnify

Morales réélu

© Inconnu
Le président bolivien Evo Morales a remporté une victoire écrasante à l'élection présidentielle de dimanche, renforçant ses efforts visant à donner plus de poids politique à la majorité amérindienne du pays sous la bannière socialiste.

Le sondage à la sortie de bureaux de vote ont attribué environ 60% des suffrages à M. Morales, loin devant Samuel Doria Medina, son principal rival du parti de l'unité démocratique, qui n'en a recueilli que 24%. Bien que le dépouillement ne soit pas encore terminé, les rivaux de M. Morales ont reconnu leur défaite et les partisans du président ont commencé à fêter leur victoire dans la capitale, La Paz.

M. Morales, 55 ans, a remporté cette victoire populaire grâce à sa politique sociale d'autonomisation des populations marginalisées. Le chef du Mouvement pour le socialisme est devenu le premier président amérindien du pays en janvier 2006, avant de remporter un référendum par la suite qui a renouvelé son mandat pour deux ans supplémentaires. Grâce à un vote de confiance, M. Morales a inauguré une nouvelle Constitution en 2009 qui a accordé plus de droits et d'autonomie pour les populations autochtones. Il a été réélu la même année avec une victoire écrasante.

S'il est réélu, M. Morales entamera son troisième mandat consécutif le 22 janvier 2015. A l'issue de ce nouveau quinquennat, M. Morales pourrait devenir le président qui aura occupé ce poste le plus longtemps dans l'histoire de la Bolivie.

Commentaire: Pour en savoir un peu plus sur le sujet :

- Evo Morales, où quand la Bolivie se redresse petit à petit et se libère du joug étasunien

Dollar

Projet de ferme-usine concentrationnaire aux 250 000 poules

© Inconnu
Productivisme et gigantisme : découvrez la ferme des 250.000 poules de Doullens
À Doullens, dans la Somme, est en train de naître un projet de ferme-usine qui compte enfermer 250.000 poules pondeuses. Ce projet s'inscrit dans le développement de l'industrialisation de l'agriculture, dans lequel la France espère rattraper son retard pour augmenter sa croissance.

Alors que tout le monde a encore en tête l'ouverture controversée de la ferme des 1.000 vaches à Abbeville, un poulailler gigantesque devrait également voir le jour, bien que les débats sur le bien-être animal sont de plus en plus fréquents. L'établissement samarien devrait ouvrir ses portes dans quelques mois à Doullens, situé à moins de 50 kilomètres de sa cousine, la fameuse ferme usine. Les 250.000 volailles seraient logées dans deux hangars de trois étages chacun, tous éclairés à la lumière artificielle.

Le projet est initié par Pascal Lemaire, un entrepreneur local qui espère à terme pouvoir produire 400 millions d'oeufs par an. Il défend son projet comme étant une alternative aux oeufs en cage. Selon lui, les fermes-usines représentent le futur de l'élevage. Il proclame : "on ne peut pas mettre toutes les poules en plein air. C'est la solution pour sortir de la crise et manger français le moins cher possible".

Commentaire: Et oui, une poule, c'est un être vivant, et sensible qui plus est :

- Les poules sensibles aux souffrances de leurs semblables

Che Guevara

Madrid : des fascistes ukrainiens virés d'une conférence sur l'Ukraine

Des radicaux ukrainiens ont tenté de saboter un cours de l'Université complutense de Madrid consacré à la catastrophe humanitaire en Ukraine. Cette tentative a échoué : les étudiants ont chassé les pro-Bandera de toutes leurs forces.


Du 7 au 23 octobre, à la faculté de politologie et de sociologie de l'Université complutense de Madrid, se déroulent une série d'actions diverses consacrées à la situation en l'Ukraine, en particulier des expositions de photographies, Khatyn d'Odessa et Catastrophe humanitaire au Donbass, ainsi qu'une série de cours pour les étudiants.

Pendant l'un des cours donné par Sergey Markhel, témoin des événements tragiques du 2 mai 2014 à Odessa, dont une partie des photos sont présentées à l'exposition Khatyn d'Odessa, plusieurs personnes portant des drapeaux de l'Ukraine, du parti Svoboda et de l'organisation Trizub ont fait irruption dans le centre de conférences publiques.

Selon les dires de Markhel, les éléments radicaux en question ont déclaré qu'ils n'admettraient pas la tenue du cours, criant régulièrement « Gloire à Bandera ! », « Gloire aux Héros ! », pour empêcher les professeurs de se préparer à la conférence.
Bad Guys

Les faces cachées du chocolat


Le chocolat, un plaisir innocent ? Des ONG soupçonnent les producteurs de cacao d'exploiter des enfants dans leurs plantations. Parti enquêter au Mali et en Côte d'Ivoire, Miki Mistrati en ramène des preuves accablantes.

La moitié - soit 1,5 million de tonnes par an - de la production mondiale de chocolat est consommée par les Européens. Mais que savent-ils des conditions dans lesquelles le cacao est récolté ? Malgré les promesses de traçabilité des géants du chocolat, des rumeurs persistantes évoquent des trafics d'enfants exploités dans les plantations, au mépris des lois locales et internationales.

Pour en avoir le cœur net, le journaliste d'investigation Miki Mistrati est parti en Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, et au Mali. Des représentants de la filière jusqu'aux responsables ivoiriens haut placés, tous nient l'existence d'agissements illégaux. Pourtant, les images d'enfants filmés en caméra cachée, ainsi que le témoignage d'un membre d'Interpol qui s'est attaqué à ces trafics, confirment qu'il s'agit là d'un fléau de grande envergure.
Health

La Russie, en mesure de fournir trois vaccins contre le virus Ebola d'ici six mois

© afp.com/Steve Parsons
La Russie, qui n'a fait état d'aucun cas d'infection du virus Ebola sur son territoire, affirme pouvoir livrer trois vaccins face pour lutter contre l'épidémie.
La ministre russe de la Santé, Veronika Skvortsova, a annoncé être en mesure de fournir trois vaccins contre le virus Ebola d'ici six mois. L'un d'eux serait déjà prêt pour un essai clinique.

La Russie pourra fournir trois vaccins contre le virus Ebola d'ici à six mois, a assuré la ministre russe de la Santé, Veronika Skvortsova, selon l'agence de presse Ria Novosti. "L'un est déjà prêt pour un essai clinique" affirme la ministre qui a précisé que l'un des vaccins avait été créé à partir d'une souche inactive du virus.

La fièvre Ebola a déjà fait 4033 morts selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé. Au total, 8399 personnes ont été infectées dans sept pays.

"Plus de 450 personnes sont sous surveillance constante"

La Russie, qui n'a fait état d'aucun cas d'infection sur son territoire, a envoyé fin août une équipe de virologues et un laboratoire mobile pour aider à lutter contre l'épidémie en Guinée. Mais Veronika Skvortsova est revenue sur le dispositif mis en place au sein de son pays: "Depuis mars, nous avons mis en place un régime de protection contre le virus Ebola. En juillet, ce régime est passé au niveau supérieur".
Snakes in Suits

La France et son administration psychopathique

© Inconnu
Beaucoup se sont moqués du cas Thévenoud, ce député socialiste qui, toute honte bue et le doigt encore en l'air de ses admonestations à bien payer « l'impôt-citoyen » comme il faut, révélait au grand jour qu'il ne payait pas les siens. C'est dommage parce que ce faisant, la foule n'a pas compris l'appel que lançait aux médias le député désespéré, expliquant à ceux qui voulaient l'entendre être atteint de phobie administrative, cette peur panique d'avoir à gérer les cerfas et autres formulaires arides d'une administration française pléthorique et envahissante.

Or, il faut bien l'admettre : cette peur existe. Cette phobie n'est pas une illusion ni même l'échappatoire facile d'un énième socialiste à la moralité pliable, autant en délicatesse avec l'argent quand il s'agit du sien qu'il est détendu de la dépense quand il s'agit de celui des autres. Aussi incroyable que cela puisse paraître, cette aversion poussée des petits papiers administratifs n'est pas réservée à l'élite de la nation qui, naviguant joyeusement d'un poste au chaud à un autre, protégé des intempéries de la vie réelle, ne se rend rapidement plus compte des tempêtes qui sévissent plus bas. Non, en réalité, cette exécration quasi-réflexive de la paperasserie étatique est très répandue.
Snakes in Suits

La violence des riches : entretien avec les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot


Monique Pinçon-Charlot est une sociologue, directrice de recherche au CNRS jusqu'en 2007, année où elle part à la retraite pour se rattacher à l'Institut de recherche sur les sociétés contemporaines ou IRESCO.

Son mari Michel Pinçon-Charlot a le même parcours, c'est pourquoi l'essentiel de ses œuvres ont été écrites avec la collaboration de sa femme. Sinon, ses études sont consacrées à l'étude de la haute bourgeoisie et des élites sociales.

Et ce couple cogne dur et parle clair autour de leur livre « La violence des riches - Chronique d'une immense casse sociale » (Editions Zones - La Découverte 2013).
Top