Bienvenue à Sott.net
lun., 08 fév. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Jet3

Pour le Général Desportes, « La France n'est plus défendue »


Un brûlot, doublé d'un cri d'alarme. Vincent Desportes, général de division de l'armée de terre et indéfectible libre-penseur de la chose militaire, publie ce jeudi 29 octobre un livre au titre éloquent : La dernière bataille de France (éd. Gallimard). Tout part d'un constat : jamais l'armée française n'a été mobilisée sur autant de fronts, y compris sur le territoire national avec l'opération Sentinelle ; pourtant, les moyens qui lui sont alloués sont en constante diminution depuis 25 ans : 3% du PIB en 1982, 1,7% en 2011, 1,44% en 2015. « Réveillons-nous, écrit Vincent Desportes. Ce n'est pas parce que l'Europe est en paix depuis 70 ans que cela durera ».

Face à la multiplication des menaces (en Afrique, au Moyen-Orient, mais aussi sur le territoire national), la France et l'Europe continuent de désarmer, déplore l'auteur. Qui qualifie même les lois de programmation militaire successives (LPM) de « lois de déprogrammation militaire » : « De 1982 à 2014, le PIB a crû annuellement de 1,8% en moyenne, contre 0,15% pour le budget de défense, écrit le général Desportes. Il s'agit donc bien d'un redéploiement de la dépense publique au détriment de l'effort de défense. »

Bad Guys

Hystérie ? Dressage par la menace ? Alerte à la bombe dans 6 lycées à Paris

Six lycées parisiens ont reçu, mardi 26 janvier au matin, des appels anonymes faisant état de la présence de colis piégés au sein des établissements, qui ont aussitôt confiné leurs élèves, a fait savoir le rectorat.

Est-ce qu'on voudrait instaurer la peur chez la jeunesse?
Les lycées Charlemagne, Fénelon, Montaigne, Cordorcet, Henri-IV et Louis-le-Grand ont reçu un coup de fil anonyme en milieu de matinée, entre 10 h 20 et 11 h 20 selon les cas, a précisé la police. Ces appels, quasiment identiques, indiquaient que des colis piégés se trouvaient au sein des écoles, selon le rectorat.

Les élèves ont été regroupés à l'abri selon les plans de sécurité adaptés à chaque établissement, a précisé le rectorat. Des journalistes de France Info ont annoncé sur Twitter qu'il n'y avait rien à signaler à Montaigne, Condorcet et Charlemagne. Un colis suspect, qui pourrait être simplement un sac abandonné, a été trouvé à Henri-IV, selon la police.

Commentaire: Pour plus d'information sur la stratégie du choc et son fonctionnement sur la population, vous pouvez voir : Lire aussi:


Handcuffs

Premiers pas vers les camps de concentration ? La « Jungle » et ses containers

Présenté comme « humanitaire », le nouveau camp de Calais est entouré d'un enclos, vidéo-surveillé, contrôlé par un système biométrique, sans eau, ni douche, ni possibilité de cuisiner. Les réfugiés disent qu'il ressemble à une prison et beaucoup refusent d'y aller. Ils ont raison : derrière ces rangées de containers chauffés se dessine un piège sécuritaire.


Commentaire : Nous voyons de plus en plus qu'il se forme, en Europe, une résistance envers les réfugiés avec du racisme et de la discrimination, comme si les gouvernements ne voulaient pas la présence de ces personnes qui fuient la guerre. De plus en plus l'Europe crée des murs et des murailles pour ne pas affronter ses responsabilités et culpabiliser la victime. Ce camp à Calais nous rappelle malheureusement d'autres camps survenus dans une époque très sombre de notre histoire. Est-ce que nous allons installer d'autres camps similaires partout en Europe pour éloigner les réfugiés de nos villes ? Pour les séparer, les contrôler, empêcher toute intégration ? Est-ce que Calais est un camp-essai ?

Pour comprendre, lire : Nouvel An à Cologne : crimes sexuels et radicalisation de la société européenne



La Jungle a changé de visage
Au mois de janvier, sur cette zone dunaire de Calais, dire que le climat est rude est un euphémisme. Il y fait froid, humide, il y a beaucoup de vent, peu d'infrastructures et de réels problèmes de santé. Avec l'arrivée annoncée des premières neiges, chacun sera donc rassuré de savoir que les réfugiés de Calais, qui attendent sur notre sol inhospitalier une occasion de passer en Angleterre, dorment enfin au chaud.

Sauf qu'il n'en est rien.

Commentaire: Lire aussi:


Eye 1

« Vers un état d'urgence permanent » : analyse de Laurence Blisson, magistrate


Laurence Blisson, magistrate et secrétaire générale du Syndicat de la magistrature. milite pour une justice indépendante, protectrice des libertés et égale pour tous. Au micro de L'Humanité.fr, elle réagit aux grands sujets d'actualité tels que la déchéance de la nationalité et la prolongation de l'état d'urgence.

Whistle

Une ville dépotoir empoisonnée par nos déchets : Agbogbloshie au Ghana

Une banlieue de la capitale du Ghana est devenue une énorme déchetterie où sont importés des appareils électroniques des pays développés. Des enfants et des adultes y travaillent dans des conditions désastreuses pour gagner quelques dollars par jour.

La terrible condition des travailleurs au dépotoir de Agbogbloshile au Ghana
Le Ghana est un des pays d'Afrique où aboutissent les appareils électroniques après avoir été utilisés dans les pays développés. Agbogbloshie est une énorme déchetterie située près de la ville d'Accra, où ces articles sont recyclés. Le processus qu'accomplissent les travailleurs, consiste à faire brûler le plastique afin d'en libérer les composants métalliques.


Commentaire : « Chaque fois que la dignité et la liberté de l'homme sont en question, nous sommes concernés, Blancs, Noirs ou Jaunes, et chaque fois qu'elles seront menacées en quelque lieu que ce soit, je m'engagerai sans retour », ainsi parlait Franz Fanon. L'Afrique n'a pas changé, est toujours colonisée par les grandes corporations et par notre insouciance des effets négatifs de notre société de consommation.


Nuke

France : la sûreté nucléaire moyennement sûre...


Commentaire : La France pérore dans le monde entier avec son fameux « savoir-faire nucléaire » ; elle vend sa technologie mortifère à coup de « sureté nucléaire » inscrite dans ses gros contrats juteux . Un monopole et un pouvoir qui permettent tous les discours, celui notamment de la sécurité des procédés. A écouter le président de l'Autorité de sûreté nucléaire, on redescend vite sur terre. Une centrale défaillante suffirait à contaminer un pays, un continent. Nous en avons une cinquantaine. Quels esprits inconscients ou criminels peuvent encore promouvoir l'exploitation d'une énergie qui recèle en elle un tel potentiel de destruction et de pollution ?

Quelques articles concernant le nucléaire :

© Fotolia
La Normandie, outre la centrale de Flamanville en devenir, compte déjà trois centrales nucléaires : à Penly (photo) et Paluel, en Seine-Maritime
Mercredi 20 janvier 2016, Pierre-Franck Chevet, le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a présenté, au siège de Montrouge, ses vœux à la presse. L'occasion pour le président d'exprimer ses inquiétudes et d'expliquer que ses demandes d'attribution de moyens humains restent lettre morte, alors même que les enjeux en matière de sûreté nucléaire, à tenir dans un avenir proche, nécessiteraient cet apport supplémentaire. Pierre-Franck Chevet a fait état d'une « situation préoccupante ». Il s'est attardé, notamment, sur les anomalies de la cuve de l'EPR de Flamanville dans la Manche. La Normandie, outre cette installation (peut-être) en devenir, compte déjà trois centrales nucléaires : à Penly et Paluel, en Seine-Maritime, ainsi qu'à Flamanville dans la Manche.

La moitié des 58 réacteurs français bientôt contrôlés

« La sûreté nucléaire et la radioprotection sont confrontées à des enjeux sans précédent », a martelé le président. L'ASN va devoir traiter notamment de l'éventuelle extension de longévité des 58 réacteurs installés en France.

Cow Skull

J'ai parfois peur du futur


Commentaire : Les informations remontées par cet article sur les problèmes rencontrés par la Floride sur sa production de fruits et les vraisemblables causes sont vraiment intéressantes.


Deux mises en échec des humains par la nature dans la banane et les oranges / citrons devraient nous faire réfléchir...
Je suis assez souvent dérangé par la manière dont l'homme traite la terre.

La terre nous nourrit mine de rien.

J'ai vu récemment une formation faîte par un spécialiste français du sol reconnu internationalement. Il expliquait la chimie, les bactéries et les organismes vivants présents dans la terre qui œuvraient en complément des arbres pour maintenir en place un système étonnant qui fait vivre tout le monde. Et il s'étonnait de cette obsession que je qualifierais de névrotique, des agriculteurs à laisser le sol nu sans aucune végétation dessus, ces derniers estimant qu'un sol nu et propre est le signe d'une bonne agriculture... alors que les bactéries, clef de la fertilité meurt à partir de 41 degrés et que le soleil qui tape un sol nu, fait monter la température facilement au-delà de 50 degrés tuant toutes les bactéries, alliées incontournables de la fertilité et de l'agriculteur.


Commentaire : Il s'agit sûrement de Claude Bourguignon. Voir cette conférence : Où va le monde ?


Face à ces absurdités, les hommes répondent qu'on peut s'affranchir du système naturel et augmenter la productivité grâce à la chimie, aux engrais, aux pesticides et herbicides, aux cultures maraîchères hors sol...

Et c'est là où je suis perplexe.

Peut-on vraiment s'en affranchir ?

Peut-on le faire à horizon 50 ans ? 100 ans ?

Car l'enjeu est juste notre survie... ce qui est loin d'être anodin.

Je trouve particulièrement téméraire que de jouer à ce jeu pour une poignée d'euros de plus à la fin du mois si on compare le poids de l'agriculture dans le PIB mondial...

L'agriculture idiote a été mise en place dans les années 60. Cela fait donc grosso modo 50 ans qu'on détruit méthodiquement notre principal outil de survie.

Commentaire: Voir aussi :


Vader

Nazification de l'Europe : le Danemark souhaite loger les réfugiés des villes dans des camps


Quel visage a l'Europe devant cette tragédie des réfugiés ?
Les députés danois ont poussé le gouvernement à chercher des solutions de relogement des réfugiés dans des camps à l'extérieur des villes.

La résolution est passée au Parlement danois jeudi, ordonnant au gouvernement de dresser un plan pour construire des camps financés par l'Etat hors des villes à partir de mars, selon Reuters. Cette initiative intervient alors que les législateurs finalisent la loi visant à confisquer l'argent et les biens des réfugiés d'une valeur combinée supérieure à 1 320 euros.

Pour l'instant la majorité des familles de réfugiés habitent dans les villes, mais un certain nombre de camps de tentes a été érigé pour les migrants célibataires masculins.

Les migrants vivant déjà dans de tels camps ont exprimé l'inquiétude que cette nouvelle proposition, visant à soulager la pression migratoire dans les villes qui manquent de capacités d'accueil, pourrait finalement créer des ghettos.

Commentaire: Voir aussi :
  • Nazification de l'Europe : Geert Wilders veut que les réfugiés musulmans de sexe masculin soient internés



Vader

Des réfugiés affirment que des membres de Daesh vivent parmi eux en Allemagne

© Screenshot
Des réfugiés chrétiens de Syrie prétendent avoir identifié un membre de Daesh vivant à Francfort, et que ce n'est pas un cas isolé. La police a enquêté mais refuse de mener une action puisque le terroriste présumé n'a encore rien fait de criminel.

Lors de sa dernière visite dans la région allemande de Sarre, à la frontière avec la France, le correspondant de RT Peter Oliver a rencontré un groupe de chrétiens assyriens qui avaient été tenus en otage par Daesh. Ils ont rappelé que lors de leur séjour en captivité, la seule chose qu'ils demandaient à leurs geôliers était d'être abattus et non pas décapités.

La même communauté, habitant maintenant dans la ville de Saarlouis, indique que cette expérience horrible les a poursuivis jusqu'en Allemagne, après avoir appris qu'un homme ayant des liens avec Daesh vivait parmi eux.

Commentaire: Voir aussi :

Témoignage d'un videur sur les événements du Nouvel an à Cologne


Binoculars

Nouvel An à Cologne : crimes sexuels et radicalisation de la société européenne

Tout le monde est au fait des événements qui se sont déroulés à Cologne, en Allemagne, le soir du Nouvel An. Un groupe de 1000 réfugiés avinés auraient semé le chaos dans le centre-ville, tirant des feux d'artifice contre la foule, dépouillant des passants et agressant sexuellement plus d'une centaine de femmes. Selon la police de Cologne, plus de 200 plaintes pour agressions sexuelles ont été enregistrées. Ces événements ont généré un climat de peur ainsi que des réactions violentes contre les autorités, qu'il s'agisse de la police locale ou du gouvernement allemand. C'est du « terrorisme sexuel » à l'état pur, la preuve que l'expérience de multiculturalisme entreprise par l'Allemagne, ainsi que sa politique d'ouverture aux réfugiés du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, sont un échec total.

La couverture médiatique et les réactions des journalistes sont sans équivoque. Mais cette présentation des faits est-elle justifiée ? Nullement. Ce qui s'est vraiment passé à Cologne cette nuit-là reste flou. Le fait que tous les organes de presse soient unanimes - dans un pays où les médias sont contrôlés par la CIA - indique la nature « opérationnelle » et arrangée de la couverture médiatique, et peut-être même de l'événement lui-même.

Pour le moment, la seule vidéo disponible filmée sur les lieux montre une foule de jeunes (pour la plupart, des hommes) dans le centre-ville de Cologne, certains en train de picoler, et certains lançant des feux d'artifice en l'air et parfois dans la foule. En bref, un large groupe - ou plusieurs petits groupes - d'ados et de jeunes d'une vingtaine d'années qui se comportent comme n'importe quel jeune de leur âge dans la plupart des pays occidentaux : de façon irresponsable, et « prenant juste un peu de bon temps ». Ce que les vidéos ne montrent pas, mais qui s'est incontestablement produit, c'est une série d'agressions sexuelles commises dans le centre-ville par un nombre inconnu d'hommes. Des victimes rapportent avoir été forcées de traverser une foule de jeunes - d'apparence moyen-orientale ou nord-africaine - et avoir subi de multiples attouchements, des vols, et au moins des viols pour une ou deux d'entre elles, selon les témoignages.

Commentaire: