Enfant de la Société
Carte


Dominoes

Les scientifiques du climat sont-ils contraints de rester sur la même ligne ?

Après avoir rejoint un groupe de lobbying controversé critiquant le changement climatique, le météorologiste Lennart Bengtsson se plaint d'avoir été banni par des collègues, l'amenant à démissionner. Certains scientifiques se plaignent que les pressions à se conformer à l'opinion du consensus soient devenues un frein sérieux dans le domaine(1).

bengtsson
La nouvelle de l'adhésion de Lennart Bengtsson, l'ancien directeur respecté de l'Institut de Météorologie Max Planck de Hambourg, à la Global Warming Policy Foundation (GWPF) a fait des vagues au sein de la communauté de la recherche climatique. La GWPF est particulièrement connue pour son scepticisme à propos du changement climatique et ses efforts pour saper la position du GIEC. Le séisme que sa décision a provoqué dans la communauté scientifique a bouleversé Bengtsson.

Le scientifique déclare que des collègues exerçaient tellement de pression sur lui après son adhésion au GWPF qu'il a quitté la fondation par crainte pour sa santé. Bengtsson a ajouté que ce traitement lui avait rappelé les persécutions des personnes soupçonnées de communisme aux Etats Unis à l'époque du Maccarthysme dans les années 50.

Tous ses confrères en climatologie ne sont pas d'accord. Gavin Schmidt, un climatologue et modélisateur de climat à la NASA, qualifie « le parallèle avec McCarthy » de « ridicule ». « Ayant été réellement menacé de sanctions pénales par un Sénateur des Etats Unis simplement pour de la publication scientifique, je ne vois vraiment pas que la totale liberté de Bengtsson de s'associer avec qui il veut - et laissez-moi être clair, il a cette liberté - ait été en aucun cas été compromise. »

Mais Bengtsson maintient que même des collègues proches l'ont fui. Il dit qu'un partenaire de recherche, craignant que sa réputation ne soit compromise, s'est retiré d'une étude qu'ils effectuaient en commun. Bengtsson ne donne pas de détail se bornant à dire que l'incident fut blessant.
Chess

Jean-Claude Elfassi se désiste face à Joe le Corbeau

Suite à notre article, Le sioniste Elfassi confirme sa haine de Dieudonné en toute impunité, que nous avions publié le 13 mai 2014, le paparazzi avait attaqué Joe le Corbeau en justice, audience qui s'était tenue le 18 juin 2014, coïncidant symboliquement avec la date de l'anniversaire de l'appel à la Résistance du général de Gaulle en 1940.

Le juge avait été récusé par Maître François Danglehant, le valeureux avocat de Joe Le Corbeau et de Dieudonné, et l'audience avait été renvoyée au 4 août.

Nous avons donc appris avec une satisfaction ponctuée d'un petit goût de victoire que Jean-Claude Elfassi s'était désisté, chose que Maître François Danglehant nous explique plus en détails dans la vidéo ci-dessous :
Pistol

Crime raciste avéré. Ferguson: Obama, le jeune noir tué a le corps criblé de 6 balles


Michael Brown
Barack Obama, alors qu'il est à son dernier mandat, ne pourra plus se cacher derrière sa neutralité morbide. Morbide parce que, quand un noir est victime de racisme, il doit le dénoncer, et vice versa. Mais, il ne l'a jamais fait, une prudence qui n'a pas de sens quand le crime est raciste, comme celui de Ferguson. En effet, Michael Brown, le jeune Noir tué par la police à Ferguson (Missouri) a été atteint d'au moins six balles, mais aucune trace de lutte n'a été retrouvée sur son corps, selon les résultats de l'autopsie réalisée à la demande de la famille publiés lundi.

"Six balles ont été tirées", a déclaré l'ancien médecin légiste de la ville de New York. Les quatre premières balles ont atteint l'adolescent au bras droit, les deux dernières à la tête. C'est pourtant élémentaire, quand on veut arrêter un bandit, on lui tire aux jamabes pour ne pas le tuer. Pire, ce gamin n'était même pas armé. La police de Ferguson dit que le policier est jeune. A 28 ans, ce n'est pas si sûr que ça...

"Il n'y avait pas de trace de lutte", a également ajouté le médecin légiste, contredisant la version officielle selon laquelle Michael Brown, qui n'était pas armé, aurait été impliqué dans une altercation avec la police avant d'être tué par balles en pleine rue le 9 août par un policier blanc de 28 ans. L'excuse ne tient plus, on est en face d'un racisme criard.

Le médecin légiste a ajouté que seule la dernière balle, qui a atteint le jeune homme au sommet du crâne avait été fatale. Un autre médecin légiste a précisé que la victime, "se penchait en avant", lorsqu'il a été touché en haut de la tête.

"L'autopsie confirme ce que les témoins ont dit sur le fait qu'il essayait de se rendre, nous pensons que le policier aurait du être arrêté", a commenté un des avocats de la famille. Le garçon avait les mains levées. Que fait encore ce policier en liberté ? C'est quoi cette impunité ?

La mort de Michael Brown continue de provoquer des émeutes dans la petite ville du Missouri où un couvre-feu est en place depuis samedi. Après une nouvelle nuit particulièrement tendue, le gouverneur du Missouri, Jay Nixon, a ordonné l'intervention de la Garde nationale pour "ramener le calme et l'ordre" à Ferguson, à la suite de nouveaux incidents dans la nuit de dimanche à lundi, a-t-il indiqué.

Trois autopsies du corps de Michael Brown ont été ordonnées, l'une par les autorités locales, qui n'en ont révélé aucun détail, et pour cause, le policier a menti. L'autre par la famille, dont les détails ont été rendus publics lundi et une troisième, dimanche, par le ministre américain de la Justice Eric Holder.
Ambulance

Les médecins de Gaza : une autre facette de la résistance

enfant palestinien
© AFP
Un enfant palestinien, pauvre petite chose martyrisée... gravement blessée dans un bombardement israélien... s'accroche désespérément au secouriste qui le pose le plus délicatement possible sur une table d'un hôpital de Gaza
Les médecins à Gaza ont, pendant 29 jours, travaillé dans des mares de sang et au milieu des parties des corps humains. Comme des centaines de personnes très gravement blessées ne cessent d'affluer, le corps médical est malheureusement contraint d'accorder la priorité à ceux qui peuvent être sauvés. Entre-temps, les concierges qui les assistent n'ont pas arrêté de rincer à grande eau les flaques de sang.

Le docteur Nidal Ahmed vient de finir d'opérer une des victimes de la guerre israélienne sur la Bande de Gaza. En enlevant ses gants, il essuie la sueur qui perle sur son front et respire profondément. A vrai dire, il est épuisé. Dans une demi-heure, il est programmé pour une nouvelle opération chirurgicale sur un patient qui a perdu une de ses jambes.
Che Guevara

Etats-Unis : la garde nationale mobilisée à Ferguson après une nuit de violences


Quelques heures avant l'instauration d'un nouveau couvre-feu, la police du comté de Saint Louis a rapporté des « coups de feu » et des « cocktails Molotov jetés sur les policiers ». | AP/Charlie Riedel
Après une fin de semaine relativement calme, les rues de la ville de Ferguson, dans le Missouri, ont à nouveau été le théâtre de violences, dans la soirée du dimanche 18 août, entre manifestants refusant d'évacuer les lieux et policiers à cran. La colère dans cette ville de la banlieue de Saint Louis ne retombe pas, plus d'une semaine après la mort de Michael Brown, un adolescent noir tué par un policier.

Face à une « situation de détresse et de risque pour la sécurité », le gouverneur du Missouri, Jay Nixon, a décidé d'envoyer la garde nationale. Cette force militaire fédérale de réserve n'est mobilisée par les Etats que dans des circonstances exceptionnelles. D'autres mesures de « restriction de circulation » et de « fermetures de voies publiques » pourront également être prises pour maintenir l'ordre.

Pour justifier la réponse musclée des policiers au cours de la nuit, les responsables des forces de l'ordre ont fait état de « coups de feu », de « cocktails Molotov lancés sur les policiers » et de barrages construits dans les rues. Ils ont recensé au moins deux blessés et de huit arrestations parmi les manifestants. Un couvre-feu a été décrété pour la deuxième nuit d'affilée entre minuit et 5 heures du matin (soit entre 7 heures et midi à Paris).
People 2

Pas en mon nom : des survivants de la Shoah condamnent le massacre des Palestiniens à Gaza

suzanne weiss

Suzanne Weiss est une survivante de la Shoah basée à Toronto, au Canada. Elle est membre de la Coalition Contre l’Apartheid Israélien
Je suis fière de me joindre à plus de 250 survivants et descendants de survivants de la Shoah pour condamner « le massacre des Palestiniens à Gaza » et « le génocide en cours contre le peuple palestinien ». Notre déclaration de solidarité appelle à « une cessation immédiate du siège et du blocus contre Gaza » et à un « boycott économique, culturel et académique total à l'encontre d'Israël ».

Nous pensons que « plus jamais », la leçon maintes fois répétée issue de l'Holocauste d'Hitler, « doit signifier plus jamais pour qui que ce soit ! » - surtout les Palestiniens.

Nous protestons également contre la publicité en pleine page dans le New York Times et ailleurs du Sioniste Elie Wiesel qui maintient que les Palestiniens sont responsables des morts des centaines d'enfants palestiniens de Gaza tués par des bombes israéliennes. « Rien ne peut justifier de bombarder des refuges de l'ONU, des maisons, des hôpitaux et des universités, » disons-nous. Wiesel, un lauréat du prix Nobel et survivant de la Shoah, accuse le groupe de résistance palestinienne Hamas d'avoir prétendûment rejoint un « culte morbide » de « sacrifice d'enfants » parce que le Hamas a tiré des roquettes vers Israël. En réalité, c'est Israël qui a délibérément bombardé des zones résidentielles densément peuplées, affirme Raji Sourani, directeur du Centre Palestinien pour les Droits de l'Homme. Parmi les cibles israéliennes se trouvait une école de l'ONU à Rafah qui servait de refuge - une attaque que même le State Department US a qualifiée comme « horrible » et « honteuse ».
Quenelle - Golden

La police débarque chez Laurent Louis à la suite d'un canular sioniste

La police a débarqué en force au domicile de Laurent Louis, à Montigny-le-Tilleul, durant la nuit de samedi à dimanche. Un appel faisait état de violences conjugales au sein du foyer. Il s'agissait d'un canular orchestré par Grégory Chelli, un militant sioniste français coutumier du fait.

Un appel signalant une dispute conjugale émaillée de violences au sein du domicile de Laurent Louis à Montigny-le-Tilleul est parvenu aux forces de l'ordre, durant la nuit de samedi à dimanche. Le requérant affirmait que l'ex-député avait battu sa femme avant de la jeter dans l'escalier, alors qu'elle tenait leur enfant dans les bras. Il ajoutait que Laurent Louis s'était retranché chez lui.
Pills

Les nouveaux anti-coagulants : maladresse ou malhonnêteté délibérée des labos... ?

© Inconnu
Pour toutes sortes de raisons on ne peut pas vraiment dire que les compagnies pharmaceutiques ont bonne réputation. On ne peut donc pas laisser planer de soupçons au sujet de leurs motivations et des procédures qu'ils utilisent pour s'assurer de la sécurité des patients.
Un exemple parmi d'autres est révélateur de la quasi désinvolture de ces compagnies pharmaceutiques en ce qui concerne justement l'évaluation des risques de nouvelles spécialités au cours des essais cliniques, il s'agit du remplacement de la Warfarine par d'autres anticoagulants « plus modernes ». La Warfarine dont l'autorisation de mise sur le marché date de 1954, excusez du peu, a fait ses preuves comme anticoagulant prescrit pour prévenir les thromboses et les embolies.
Le seul souci si l'on peut dire de l'usage de la Warfarine est qu'il est nécessaire d'effectuer périodiquement des tests de temps de coagulation du sang afin d'éviter les risques d'hémorragie induits par ce produit. Comme c'est un produit robuste, peu coûteux et familier au corps médical, les laboratoires pharmaceutiques ont activement recherché d'autres anticoagulants ne nécessitant pas ces tests de temps de coagulation qui doivent au moins être effectués par une infirmière ou un médecin, bref du bon pain à prendre avec de gros bénéfices à la clé.

Commentaire: Question purement rhétorique au vu des exactions dont les labos se rendent coupables depuis des décennies :

- Un médecin « lanceur d'alerte », après 20 ans au service des labos, dénonce...
- Révélations du Dr Moulinier sur les labos pharmaceutiques et la Sécurité Sociale...
- Sovaldi et hépatite C : à 666 euros le comprimé, les labos se frottent les mains
- L'imposture de la chimiothérapie
- Petit tour non-exhaustif des scandales médicaux français du moment
- Escroquerie des statines : cholestérol, un business qui rend malade

Beer

Le boycott de Coca-Cola porte ses fruits

coca-cola
En Espagne, en France et dans plusieurs autres pays, les militants pour la cause Palestinienne boycottent les produits Israéliens, et en particulier la boisson Coca-Cola. Cette campagne mondiale a été prise très au sérieux par les internautes et a causé des pertes colossales pour la société, et donc pour Israél.

Pour remédier à la situation, les grandes surfaces partout en Europe ont décidé de proposer des réductions aux consommateurs, dans le but de promouvoir la vente des produits Coca-Cola. Or la volonté des pro-palestiniens est plus forte que la tentation, comme l'affirme un client : « J'étais un grand consommateur de Coca-Cola et en passant devant cette promotion, certes la tentation était grande, mais je n'ai pu m'empêcher d'avoir ces visions d'enfants palestiniens assassinés par les bombes israéliennes » .
Family

Mensonges de l'Histoire : réflexions sur les expériences démocratiques non-athéniennes


Étienne Chouard
David Graeber est épatant. Après m'avoir remué en profondeur sur le sujet de la monnaie avec son livre Dette : 5 000 ans d'histoire, voici qu'il me retourne sur celui de la démocratie avec son livre La démocratie aux marges (avec une passionnante préface d'Alain Caillé).

Après m'avoir fait comprendre que presque tout ce qu'on nous apprend en « économie » sur la monnaie et la dette est un tissu de contresens, voilà que David me fait réaliser, à moi qui justement croyais avoir déjà fait un bon travail de démystification sur le plan politique autour de la démocratie, que j'ai encore un étage à monter pour prendre conscience des erreurs courantes en la matière.Cet anthropologue observe les sociétés humaines réelles, y compris et surtout les communautés dont l'imaginaire n'a pas encore été colonisé par les marchands (et leurs armées), les sociétés qu'on appelle « primitives » et qui sont, en fait, à bien des égards, plus humaines et plus généreuses que nous, stupides consommateurs matérialistes et compétiteurs égoïstes - décervelés par la réclame et les jeux du cirque - que nous sommes devenus.
Top