Enfant de la Société
Carte


Robot

Robot-journalisme où le futur du politiquement correct

© Tcho
« On » n'a pas fini de nous faire aimer le futur. Les drones remplacent les avions de chasse, les robots les chirurgiens trop humains, les automates les passeurs d'ordres en Bourse. Dans Le Quotidien du peuple chinois, édition française, on trouvait ces jours-ci l'information suivante : « Récemment, un robot rédacteur du Los Angeles Times (LAT) a écrit et publié un article sur un tremblement de terre, trois minutes seulement après qu'il a eu lieu, et l'Associated Press a annoncé son intention d'utiliser la technologie d'automatisation d'une société du nom d'Automated Insights pour produire des rapports sur les bénéfices des sociétés. »

Ce n'est pas un hasard si les robots du LAT ont oublié de marquer la France sur leur atlas récemment (cf. Le Monde du 25 juillet, qui n'a semble-t-il rien compris au problème). L'éternelle euphorie américaine a vite fait de rassurer tout le monde à ce sujet : « Narrative Science, une start-up de Chicago spécialisée dans l'écriture par robot, recueille des données d'événements comme le sport et la criminalité, et utilise des algorithmes pour produire des articles. Et de fait, Kristian Hammond, co-fondateur de Narrative Science, a déclaré que 90 % des nouvelles pourraient être rédigées par des ordinateurs en 2030. »

Commentaire: Et oui, les médias façonnent l'intelligence humaine, et en général, c'est pour un nivellement par le bas :

- Ces médias qui changent notre cerveau
- Les médias ne sont-ils qu'un moyen de contrôle comme un autre ?
- « Guerre psychologique » et médias. Qu'est-ce que la « Septième arme » ?

Quenelle

Nouvelle vidéo : Dieudonné, Marine Le Pen et la LDJ

Pour réserver vos place pour "La bête immonde" : http://www.dieudosphere.com ou http://www.aliresa.com
Pour signer la pétifion : http://petifion.dieudosphere.com/

Propaganda

Cachez ce Fukushima que je ne saurai voir

© Inconnu
Plus de trois ans après le désastre nucléaire de Fukushima, pratiquement aucune enquête sanitaire n'a été menée ou publiée à propos des conséquences pour les Japonais. Un rapport des Nations Unies paru en avril dernier tentait essentiellement de faire l'impasse sur ce problème, estimant « improbables » des conséquences sanitaires de la catastrophe.

En fait, le comité des Nations Unies a fait une estimation très large de la pire catastrophe nucléaire de l'histoire (ou la pire depuis Tchernobyl), avant même que des études scientifiques soient réalisées. Pourtant une enquête conduite localement sonne l'alarme.

L'Université médicale de Fukushima a trouvé que 46% des enfants de la région présentaient des nodules ou kystes précancéreux et un cancer de la thyroïde a déjà été diagnostiqué chez 130 d'entre eux, au lieu de 3 attendus (selon les probabilités habituelles). De façon incroyable, l'Université détourne la science en assurant que les fusions de cœurs de réacteurs ne sont pour rien dans ces chiffres élevés.
Pirates

Il n'y a nulle part où se réfugier dans Gaza

jeune palestinien
© Photo : MEE/Mohammed Asad
Un garçon Palestinien qui essaie de prendre avec lui ce qui reste de ses effets personnels suite au bombardement de sa maison par Israël
D'après les Nations Unies, 215 000 Palestiniens sont actuellement à la recherche de refuge dans les installations de l'ONU, alors que 133 écoles ont été bombardées depuis le lancement par Israël de l' « Opération Bordure Protectrice. »

Ville de Gaza - « Netanyahu a transformé nos maisons en ruines, et nos quartiers en villes fantômes, » déplore Anaam Bannar, une Palestinienne sans-abri et âgée de 56 ans.

Bannar n'a plus où aller, excepté des écoles sélectionnées de l'UNRWA où les gens peuvent trouver refuge avant qu'Israël ne les prennent, elles aussi, pour cible. Il y a dix jours, la maison de Bannar a été complètement rasée par des obus de chars israéliens. Lorsqu'un cessez-le-feu de 12 heures a été décrété, la quinquagénaire est retournée chez elle, non sans précaution, et là, elle a retrouvé un décor méconnaissable. Elle n'arrivait plus à retrouver l'endroit où se tenait son domicile, ni de repères familiers capables d'identifier ce qui était il y a à peine quelques jours sa maison et son environnement.
Bell

L'armée ukrainienne se disloque

Les désertions se font maintenant par centaines au sein de l'armée ukrainienne. Selon les chaînes d'information russes 438 officiers, sous-officiers et soldats ukrainiens ont traversé la frontière pour se rendre, sans leurs armes aux forces russes dans la région de Rostov. Les militaires russes leur ont donné des vêtements secs et ont soigné ceux d'entre eux qui étaient blessés. Certains d'entre eux, environ 180, ont demandé à retourner en Ukraine et y ont été ramenés par autobus , les autres préférant rester en Russie. Pour ceux-là, l'armée russe a emménagé un camp avec des tentes militaires.

Les redditions se poursuivent. D'après les garde-frontières, d'autres négociations sont en cours et concernent un nombre encore plus important. On parle de 3000 soldats. Si cela continue, et ça continuera, il ne restera dans l'armée ukrainienne que des polonais et des mercenaires d'ACADEMI. La politique de l'armée d'autodéfense est désormais de favoriser et de faciliter les défections dans l'armée de Kiev.
Family

60 000 Ukrainiens ont demandé l'asile en Russie

fr ukraine asile
© Photo : RIA Novosti/Aleksandr Kondratuk
Environ 60 000 habitants du Sud-est de l'Ukraine ont demandé l'asile en Fédération de Russie, a informé le Service fédéral des migrations (FMS) de Russie.
Le ministère a souligné que la résolution du gouvernement sur ​​l'examen de l'octroi de l'asile dans un délai de trois jours était entrée en vigueur récemment. Par conséquent, le nombre d'Ukrainiens qui obtiennent ce statut va augmenter fortement au cours de la semaine.

Le FMS estime que pas moins de 100 000 Ukrainiens pourraient demander l'asile.

Selon les dernières informations des autorités russes, depuis le début du conflit en Ukraine, plus de 730 000 personnes ont été forcées de quitter le territoire ukrainien et de se déplacer en Fédération de Russie.
Document

Massacre de Gaza : le parti pris éhonté des médias anglophones dominants

gaza
© Desconocido
Nous publions, sous forme de tribune [1], un article mis en ligne sur le site anglophone Medialens le 24 juillet dernier. Il offre un aperçu des partis pris des médias anglophones dominants dans leur traitement de l'offensive israélienne contre Gaza, qui ne sont pas sans rappeler certains de ceux que nous avons identifiés dans notre article portant sur le traitement du même sujet par les médias français (Acrimed).

Peu après le crash du vol MH17 de la Malaysian Airlines en Ukraine, près de Donetsk, le 18 juillet, qui a causé la mort de 298 personnes, le site de la BBC a mis en place, à juste titre, un fil d'actualités en continu accompagné de reportages et de commentaires en direct sur cette tragédie. C'était à l'évidence un événement d'ampleur dramatique ayant occasionné la perte tragique de vies humaines tout en ayant de graves implications politiques. C'est pourquoi les lecteurs seraient forcément avides des dernières informations.
Bad Guys

Pour les Indiens d'Amazonie, c'est aussi le temps du génocide et des massacres

© FUNAI
Des Indiens isolés, jeunes et en bonne santé, ont rapporté que des aînés de leur communauté avaient été massacrés.
Une vidéo exceptionnelle du premier contact d'un groupe d'Indiens isolés près de la frontière péruano-brésilienne et la révélation de nouveaux cas de violence contre leur communauté ont amené des experts à demander la protection urgente de leur territoire sans laquelle ils risquent « l'extermination » et le « génocide ».

La vidéo qui a été divulguée par « Amazonia Blog » montre plusieurs jeunes Indiens en bonne santé en train de troquer des bananes et d'autres produits forestiers. Or, des propos inquiétants rapportés par les Indiens laissent penser que plusieurs aînés de leur communauté ont été massacrés et leurs maisons incendiées.

L'interprète Zé Correia a rapporté : La plupart des personnes âgées ont été massacrées par des non-Indiens au Pérou, ils ont tiré sur eux avec des armes à feu et ont incendié leurs maisons. Les Indiens ont dit que beaucoup de gens sont morts et qu'ils n'ont pu en enterrer que trois. Il y avait tant de cadavres qu'ils n'ont pas pu les enterrer tous et ils ont été dévorés par les vautours.

Commentaire: Aucun endroit sur terre ne semble pouvoir être épargné par l'horreur. Pour ne pas oublier les principaux acteurs de cette pièce macabre, avec l'aide des gouvernements, directeurs en chef :

- Génocide silencieux : Indiens menacés par GDF Suez en Amazonie
- Amazonie : Perenco étend ses forages
- La face cachée du Brésil : le géant pétrolier Petrobras atteint le cœur de l'Amazonie
- Une leader indigène du Brésil fustige les méga-barrages en Amazonie au cours d'une manifestation parisienne
- Un rapport sur le génocide des Indiens du Brésil sort de l'ombre
- « Tuez-nous et enterrez-nous ici » : un appel désespéré d'Indiens menacés d'expulsion

Arrow Down

Pathologie en action : deux Français se filment en train de jeter un écureuil dans le Grand Canyon



Les autorités du célèbre parc ont décidé d'ouvrir une enquête.


Une vidéo apparue sur Youtube il y a peu sème l'émoi. En cause, l'attitude innommable de touristes à l'égard d'un petit écureuil. Les images tournées à une date indéterminée mais postées début août montrent un homme, torse nu, short foncé et coiffé d'un chapeau, tendre un piège à l'animal sous les yeux d'un autre homme au short clair.

Le pauvre écureuil, attiré par l'appât et habitué à la présence humaine dans l'un des endroits les plus visités des Etats-Unis, se laisse guider vers le bord de la falaise, avant d'y être plongé d'un petit coup de pied. Une méchanceté gratuite, indigne, inexplicable dont on peine à déterminer la véracité. Décidée à tirer au clair cet acte odieux, la direction du Grand Canyon a décidé d'ouvrir une enquête. "Nos rangers pensent que ces images ont été tournées au Grand Canyon", a admis la porte-parole du parc, Kirby-Lynn Shedlowski sur le site d'USA Today.
Nuke

Problèmes dans la centrale nucléaire de Cattenom?

C'est dans le cadre d'un essai sur un circuit d'eau de traitement de l'aéroréfrigérant de l'unité de production n°1 que les équipes de la centrale ont mesuré jeudi dernier la présence de monochloramine à un endroit situé dans la partie non nucléaire des installations.

Les 10m3 de monochloramine collectées ont été réinjectées dans l'aéroréfrigérant. Toutes les mesures effectuées dans les circuits de collecte des eaux d'écoulement dans le sol ainsi que dans les rejets montrent l'absence d'impact dans l'environnement. La monochloramine, utilisée pour le traitement de l'eau, est composée à 95 % d'eau déminéralisée, 4 % d'eau de javel et 1 % d'ammoniaque.
Top