Enfant de la Société
Carte


Gear

Dossier Charlie Hebdo : Se poser, tenter d'analyser pour comprendre


Empathie : sentiment universel et sans frontières
Ne restons pas désarmés par cette tragédie. Pour réagir justement, il faut analyser les racines du drame. Sur le plan politique et géo-politique, nous avons de sérieuses pistes (1), tous ceux qui s'intéressent à la marche du monde se souviennent de la déclaration de H.Clinton devant le Sénat américain reconnaissant que les US ont soutenu et organisé Al Qaeda, mais ce n'est pas le seul plan intéressant de l'histoire. Il y a aussi la question politique, sociale et économique intérieure. Il est facile de discriminer les petits beurs de banlieue, dealer à la dérive (selon l'image implantée dans les esprits par les médias), pour régler le problème.

Qu'est-ce qui peut bien amener un enfant à écouter les sirènes extrémistes ?
Quel vide intérieur cela vient-il combler ?
Qu'est-ce qui a pu changer à ce point ces dernières années pour créer cette folie ?
Quelle est la part des choix politiques et médiatiques qui ont été faits (ou pas faits) qui ont conduit à cette situation ?

Je vous propose deux analyses assez fouillées d'Investig'Action et Jacques Sapir ainsi que l'interview du psychiatre Boris Cyrulnik pour réfléchir à la question, ceci, afin de nous permettre de ne pas stagner dans un jugement émotionnel à l'emporte-pièce, moutonnier et piloté qui ne peut que conduire notre société en enfer...

Une fois encore, il ne s'agit pas d'excuser mais d'analyser et de tenter d'être honnête et juste. Un peu d'empathie peut nous y aider...
Handcuffs

De lourdes peines de prison pour quatre personnes soutenant les frères Kouachi

Quatre ans de prison pour avoir félicité les frères Kouachi à Valenciennes

L'homme a été condamné lundi par le tribunal de Valenciennes. Sa peine a été considérablement alourdie par le fait qu'il soit multirécidiviste, avec 16 condamnations déjà à son actif.


«Il devrait y en avoir plus des Kouachi. J'espère que vous serez les prochains (...) Vous êtes du pain béni pour les terroristes». C'est pour avoir tenu de tels propos, samedi soir alors qu'il était interpellé pour conduite en état d'ivresse, qu'un homme de 34 a été condamné lundi à 4 ans de prison. L'homme a eu beau assurer n'avoir plus aucun souvenir de ces propos lors de l'audience, raconte La voix du Nord, il n'a pas convaincu la présidente. Une peine sévère, au regard des autres condamnations prononcées ces derniers jours pour les mêmes actes, tournant plutôt autour des quelques mois de prison ferme.

Le prévenu, originaire de Douchy-les-Mines (Nord), a fait l'objet d'une comparution immédiate pour conduite sous l'emprise d'un état d'ivresse manifeste et refus de se soumettre aux vérifications en état de récidive, blessures involontaires, et apologie d'actes de terrorisme. Il avait percuté un autre véhicule et blessé légèrement un père et sa fille de 12 ans samedi à Haulchin (Nord).
Family

La grande hypocrisie

Traduction : Michèle Mialane, édité par Fausto Giudice

© Inconnu
J'aurais aimé être bouleversée par l'attentat de Paris. Mais comment le pourrais-je, à la lecture de ce qui suit (par exemple) : « Effectivement personne ne peut s'étonner que de plus en plus de gens aient peur de l'Islam. En son nom et celui du Coran on répand la terreur et l'effroi. Les voix timides contestant que « l'État islamique » et autres organisations terroristes représentent le véritable visage de l'Islam, sont constamment couvertes par le bruit des bombes et les cris de ceux qu'on assassine de façon barbare » (Frankfurter Allgemeine Zeitung-FAZ)

Moi je formulerais cela autrement. Par exemple : « Effectivement personne ne peut s'étonner que de plus en plus de gens aient peur de l'Occident. En son nom et celui des droits humains on répand la terreur et l'effroi. Les voix timides contestant que l'OTAN et autres organisations terroristes représentent le véritable visage de l'Occident sont constamment couvertes par le bruit des bombes et les cris de ceux qu'on assassine de façon barbare ».

On peut remplacer « OTAN » par « Frontex », ou FMI, ou... la liste est longue si l'on cherche des organisations qui assassinent de façon barbare.
Eye 1

France : Après l'émotion, Big Brother

© Inconnu
C'est un grand succès mes petits amis ! Des miyons de personnes se sont rassemblées dans un magnifique élan d'unification républicaine afin de dire non à la méchanceté. Et pour bien marquer l'événement, qui a amalgamé tous les gentils de France (ou presque), étaient venus les leaders des gentils du Monde Entier (ou presque).

Nous sommes lundi et la situation est maintenant parfaitement éclaircie : tout le peuple est derrière son chef, uni par ses décisions courageuses, détaillées avec ce courage et cette diction cristalline qui le caractérise, de lutter contre le racisme et la barbarie. Les analyses de la situation et des racines du mal qui ronge la société française ont été menées, et des solutions sont déjà à portée de main. Il va se passer des choses. Et vu l'urgence, ça va pulser.

Dans la presse, c'est l'extase collective et républicaine. Entre la mobilisation sans précédent, qui permet d'oublier les manifestations clivantes consécutives au Mariage Pour Tous, et la magnifique brochette de chefs d'État et de gouvernement que notre Président a réussi à rassembler sur la photo, difficile de ne pas dégainer les plus gros superlatifs pour en tartiner des articles dont le fond est, partout, sensiblement le même : la France s'est immédiatement dressée comme un seul homme pour dire non au terrorisme. Bref : toute la presse, baignée dans ses propres endorphines, est finalement heureuse de constater que le peuple, et mieux même, le monde entier, peut se rassembler derrière Hollande.
Heart

Attentat contre l'épicerie cachère : Lassana Bathily, ce musulman qui a sauvé la vie de 6 otages

© capture d'écran BFMTV
Lassana Bathily, jeune malien musulman employé de l'épicerie casher de la Porte de



Commentaire : Une attitude héroïque, qui « clashe » avec la vision des musulmans que la plupart des médias sembleraient vouloir nous imposer (tout en insistant sur le « pas d'amalgame ») : celle de l'islamiste fanatique antisémite. Il n'est pas sûr que tout le monde soit désireux d'éviter l'amalgame (déjà que l'association automatique qui s'opère dans la tête de nombre de gens - arabe = musulman - est suffisamment irritante comme cela) : plusieurs lieux de cultes musulmans attaqués en France - Minute de silence pour Charlie-Hebdo en Isère : un lycéen maghrébin roué de coups


Un musulman malien qui travaillait dans l'épicerie casher attaquée par Amedy Coulibaly à Porte de Vincennes est devenu un symbole d'héroïsme après avoir caché six otages et réussi à s'échapper. Il raconte son parcours à France 24.

Depuis hier, Lassana Bathily a un emploi du temps de ministre. De médias en médias, il ne cesse de raconter la même histoire, celle qui relate son acte héroïque lors de la prise d'otage de l'épicerie casher de Porte de Vincennes.

"Je n'en peux plus, je suis très fatigué, ce soir c'est un autre média français, demain j'ai rendez-vous avec les journalistes maliens..." confesse t-il. Le Malien de 24 ans employé du supermarché Hypercasher, où a eu lieu l'attentat perpétré par Amedy Coulibaly vendredi 9 janvier, est pourtant l'un des héros de la prise d'otage de Porte de Vincennes.
Sheeple

La France et son « authentique » liberté d'expression

© Inconnu
Ce fut Charlie Hebdo et pas Minute. Quelque part, c'est un peu déstabilisant pour celui qui suit bien les cailloux laissés par les Petits Poucets de la Pensée Correcte, puisqu'au contraire de Charlie Hebdo, Minute est dans le camp du Mal et aurait donc dû être attaqué depuis fort longtemps. Mais baste, ce fut donc Charlie et presqu'instantanément, tout le monde fut Charlie.

En quelques jours, quelques heures même, la situation est passée d'assez morose à celle d'un magma effervescent où l'émotionnel semble tout dicter. La tension est presque palpable. Sur les réseaux sociaux, l'électricité règne dans les échanges et on s'étonne presque que, pour le moment, ni Zemmour, ni Dieudonné (par exemple) ne se soient fait buter. Au fait, s'ils tombent sous une rafale, combien porteront un petit panonceau « Je Suis Zemmour » ? Et pour le sulfureux hebdomadaire de droite (extrême ?), un panneau « Je suis Minute », ça le fait ? En tout cas, on peut souhaiter qu'ils seront aussi nombreux que ceux qui portèrent, sans hésiter, le panonceau « Je suis Charlie ».

En effet, on ne pourra que s'accorder sur le fait que, si tout le monde a porté le pin's Je Suis Charlie, s'est procuré le t-shirt ou le mug Je Suis Charlie, si tant ont même poussé la conscience jusqu'à s'abonner à un journal que pourtant, plus personne ne lisait, tout le monde, ou à peu près, est maintenant d'accord sur l'impérative et absolue nécessité de sauvegarder la liberté d'expression.

Commentaire: Et oui, c'est le grand ballet des hypocrisies devant l'autel de la « liberté » bafouée. En France, on s'indigne, on pleure, on s'étreint pour quelque chose qui a disparu depuis bien longtemps. Les mensonges médiatiques hypnotisent les foules, les politiciens bonimenteurs nourrissent le mensonge, la population est occupée, son esprit détourné vers ce qui n'a pas de réalité. Quel sort attend un peuple qui se préoccupe de ce qui n'existe pas ?

Camera

Selfie et tendances psychopathiques

© Inconnu
Selon une étude de l'Université de l'Ohio, les personnes de sexe masculin qui postent de nombreux autoportraits seraient différents.

Selon les chercheurs de l'université de l'Ohio, les hommes qui postent sans cesse des selfies sur les réseaux sociaux sont les plus susceptibles d'avoir des traits mentaux indésirables. Les chercheurs parlent même de psychopathes. "La psychopathie est caractérisée par l'impulsivité. Ils vont prendre une photo et aussitôt la poster. Ils veulent se voir. Ils ne veulent pas perdre du temps à metrre ça en ligne", explique le professeur Fox.

Les photographes en herbe qui immortalisent leur propre visage puis modifient les clichés à l'aide de filtres auraient les comportements anti-sociaux les plus extrêmes, exacerbés par le narcissisme et l'obsession de sa propre apparence.

"Il n'est pas surprenant d'apprendre que les hommes qui postent un tas de selfies et passent du temps à les mettre en ligne sont les plus narcissiques", explique la professeure Jesse Fox au DailyMail. "La conclusion la plus intéressante est qu'ils ont aussi un score supérieur en ce qui concerne leurs traits de caractère antisociaux, la psychopathie et prônent l'auto-objectivation. (...) Nous savons que l'auto-objectivation conduit à beaucoup de choses horribles comme la dépression ou les troubles alimentaires."

Commentaire: Évidemment, poster un selfie ne fait pas de vous un psychopathe. Mais cela nourrit certainement des tendances psychopathiques et narcissiques, qui iront en s'amplifiant, créant dans la foulée une addiction dangereuse, en particulier chez les enfants et adolescents.

- Facebook et les réseaux sociaux nous rendent-ils plus solitaires (et plus narcissiques) que jamais ?
- Narcissisme : La génération réseaux sociaux serait nombriliste

Bomb

Attentat contre Charlie Hebdo : plusieurs lieux de cultes musulmans attaqués en France et mystérieux suicide d'un commissaire lié à l'affaire


Un policier enquêtant dans le kebab situé à côté de la mosquée de Villefrance-sur-Saône. Photo Emmanuel Foudrot-Reuter
Depuis l'attentat perpétré à Charlie Hebdo mercredi 7 janvier, des lieux de culte musulman ont fait l'objet d'attaques.

A Villefranche-sur-Saône (Rhône), aux alentours de 6h ce matin, la vitrine d'un kebab jouxtant la mosquée de la ville était soufflée par une explosion, rapporte Le Progrès. La piste criminelle a été confirmée par une source préfectorale. Sur place, le maire de Villefranche, Bernard Perrut, a estimé que l'explosion était très certainement "liée à l'événement dramatique qui est survenu ce mercredi", avant de déclarer: "Une telle situation est inquiétante et bouleversante et m'amène à lancer un message de cohésion, d'unité et de respect dans cette période douloureuse que traverse la France".

La veille, aux alentours de 00h30, une explosion se faisait entendre à proximité de la mosquée des Sablons au Mans. Le lendemain matin, les policiers retrouvaient une grenade à plâtre dans l'enceinte du lieu de culte ainsi qu'une balle ayant traversé l'une des vitres. Trois autres grenades intactes seront également retrouvées, rapporte Le Maine libre.
Extinguisher

Non, nous ne sommes pas Charlie

© Inconnu
On peine à imaginer la terreur et l'effroi absolus qu'ont pu ressentir les membres de CharlieHebdo dans les minutes qui ont précédé leur exécution, mercredi en plein cœur de Paris. Une banale séance de rédaction puis, soudain, des cris, des cagoules, des armes qui rugissent, des balles qui fracassent; c'est la guerre qui explose tout autour et ses éclats qui emportent tout, la chair, les os, puis les vies. En un instant, la salle de rédaction de CharlieHebdo n'est plus à Paris mais à Alep, à Homs, à Damas, où depuis trois ans des dizaines de milliers de Syriennes et Syriens connaissent la même horreur. Tous les jours, eux aussi sont arrachés de la banalité de leur vie pour être exterminés par les bouchers d'al-Nosra et affiliés, dont Fabius nous assure que «sur le terrain, ils font du bon boulot» (1). Aujourd'hui, leurs émules ont fait leur «boulot» au cœur de Paris. Reste à savoir pour le compte de qui.

Non « Nous ne sommes pas Charlie »

Le crime est abject, injustifiable et révoltant. Nous laisserons toutefois l'instrumentalisation des grands sentiments larmoyants aux merdias de masse embedded dont la mobilisation générale permet aujourd'hui - hormis de faire davantage d'audience sonnante et trébuchante - , d'offrir un répit inespéré aux pouvoirs agonisants du Système en général, et à celui de Flanby en particulier. Et même si nous condamnons avec la dernière énergie cet acte terroriste - comme nous condamnons toutes formes d'acte terroriste qu'il soit perpétré par des fanatiques ou par un État - , nous nous empressons de dire aussi que non, trois fois non, « nous ne sommes pas Charlie ».
Propaganda

Non, le cancer n'est toujours pas le fruit du hasard

© Inconnu
En ces premiers jours de 2015, les médias ont diffusé le message selon lequel le cancer serait essentiellement le fruit du hasard. Une aubaine pour les industriels de l'amiante, de la chimie, des pesticides, du nucléaire, du pétrole et j'en passe... Pour eux, sans aucun doute, cette « découverte scientifique » devrait clore toute controverse sur le rôle des risques industriels dans la survenue du cancer !

L'origine de cette pseudo-découverte est un article paru dans la prestigieuse revue Science, le 2 janvier, présentant les résultats d'une corrélation statistique particulière (Christian Tomasetti et Bert Vogelstein, « Variation in cancer risk among tissues can be explained by the number of stem cell divisions », www.sciencemag.org, 2 janvier). Partant de l'observation d'une différence de fréquence du nombre de cancers selon les organes (poumon, colon, cerveau, etc.) - à l'exclusion de ceux qui sont actuellement en augmentation vertigineuse (sein et prostate) - , Christian Tomasetti et Bert Vogelstein font l'hypothèse que ces variations s'expliqueraient par des modalités différentes de division cellulaire au sein de ces organes. Ils prennent en considération ce que les biologistes appellent les cellules souches, qui ont la capacité de s'autorenouveler, de se différencier en d'autres types cellulaires et de proliférer en culture. Ils établissent ensuite une corrélation statistique entre le nombre total de divisions cellulaires de ce type de cellule sur la durée moyenne de la vie dans la population américaine et le risque moyen de survenue du cancer de tel ou tel organe aux États-Unis. Statistiquement significative, la corrélation est alors interprétée comme validant l'hypothèse selon laquelle le cancer serait issu - pour l'essentiel - d'un sinistre loto cellulaire. La faute à « pas de chance » !

Commentaire: Voir aussi l'article précédent sur le même sujet :

- Cancer, malchance... et propagande ?

Top