NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK


Bad Guys

Ukraine : Révolution orange, acte 2

Les impérialistes occidentaux ne renoncent jamais. Après avoir tenté en vain de faire tomber le régime de Bachar al-Assad à grands renforts de campagnes médiatiques mensongères et de livraisons d'armes aux rebelles (voir ici), ils ont réussi à écarter l'Iran de la conférence de Genève 2 destinée à trouver une issue politique à la guerre en Syrie (voir ici).

Autre front : l'Ukraine, pivot géostratégique entre l'Ouest et l'Est, repassée depuis 3 ans dans le giron russe après la période calamiteuse de la gouvernance « orange ». La tactique est la même - aide financière à une opposition factice, diffusion de contrevérités médiatiques à propos de la répression menée par le pouvoir - , de même que le but : affaiblir la Russie en la privant de ses partenaires commerciaux et en l'isolant diplomatiquement. Révolution orange, le retour.

Acte 1

On se souvient sans doute de la « Révolution orange », largement médiatisée à l'Ouest. Viktor Ianoukovitch, le candidat proche de Vladimir Poutine, est élu président de l'Ukraine le 21 novembre 2004. Une série de manifestations suivent la proclamation des résultats. Organisées par le candidat malheureux, Viktor Iouchtchenko, financées par des milliardaires ukrainiens et des organisations américaines (voir ici), soutenues par de nombreux pays occidentaux dont les États-Unis (elles ont été financées à hauteur de 65 millions de dollars par l'administration Bush), elles prennent rapidement de l'ampleur et forcent le gouvernement à organiser un nouveau scrutin un mois plus tard. Entaché de nombreuses fraudes, il verra la victoire de Viktor Iouchtchenko et ouvre une période marquée par un rapprochement avec le camps occidental et l'OTAN mais aussi par une gouvernance calamiteuse gangrenée par la corruption. Les multiples malversations du « clan orange » (délits financiers, détournements de fonds, évasion fiscale, favoritisme) conduiront notamment Ioulia Timochenko, l'ex-Première ministre ukrainienne, derrière les barreaux. Le président sortant ne recueillera que 5,45 % des voix lors du scrutin de 2010. Rideau sur le premier acte de la « Révolution orange ».
Red Flag

Du 9/11 à Dieudonné: l'alignement parfait

Quel est le dénominateur commun entre les événements du 11 Septembre 2001, la liquidation de Kadhafi, la guerre en Syrie ou le lynchage de Dieudonné? Réponse : l'alignement parfait, uniforme et zélé des médias sur la narrative du pouvoir. En un peu plus d'une décennie, de Washington à Paris, nous avons ainsi assisté à l'incorporation, à l'assimilation complète des médias «qui font l'opinion» par la machinerie du Système. La servitude est totale, consentie, et les voix discordantes sont combattues avec une rage d'autant plus haineuse que les arguments et/ou la raison font défaut, que le mensonge à propager est gros. Avec l'affaire Dieudonné, on a pour la première fois invoqué «l'atteinte à la cohésion nationale» pour justifier la censure. C'est une étape significative dans l'avènement de cette société de l'obéissance en devenir, où «cohésion» rime avec nivellement, avec soumission.

Du contrôle de l'opinion à celui de la contestation

La machine à écraser les différences, à niveler les opinions, est désormais bien rôdée : mobilisation générale des serviteurs-en-chef de tous les JT et grands titres «qui font l'opinion»; uniformité parfaite du discours; dramatisation à outrance des événements; déformation des faits et mensonges; isolement et attaque en meute des éventuels contradicteurs. Plus la couleuvre à faire avaler est grosse, plus la mobilisation doit être bruyante, hystérique, assourdissante pour empêcher toute nuance, forcer l'alignement.

Dans l'affaire Dieudonné, la machine a été saisissante d'efficacité. En quelques semaines, l'humoriste n'était plus qu'un simple «antisémite» déversant un «discours de haine» contraire «aux valeurs de la République», sa quenelle n'étant même, diagrammes et graphiques à l'appui, qu'un «salut nazi inversé». Du gros, du lourd donc, du définitivement incontestable.
Snowman

La Terre face à un mini âge glaciaire : la NASA détecte une activité solaire particulièrement faible


Un nouvel âge de glace serait sur le point de se produire Crédit Nasa
Les conditions météorologiques actuelles rappellent celles qui ont précédé l'ère du "minimum de Maunder", entre 1645 et 1715.


Pendant plus de 400 ans, du début du XVe siècle au milieu du XIXe siècle, la Terre a été frappée par un phénomène météorologique peu commun : le petit âge glaciaire. Cette période, qui toucha l'Europe et l'Amérique du Nord, fut marquée par un refroidissement important des hivers et par des étés courts. Et plus particulièrement durant la période appelée "minimum de Maunder" approximativement située entre 1645 et 1715, durant laquelle le nombre de taches solaires était significativement plus faible qu'aujourd'hui. A cette époque, les hivers étaient tellement froids que la Tamise avait gelée. Mais un nouvel âge de glace est-il encore possible ? A en croire les scientifiques de la Nasa, oui. En effet, comme le relaie le Daily Mail, les chercheurs de l'agence américaine ont observé que l'activité solaire est à l'heure actuelle à son plus bas niveau depuis près d'un siècle.

Ces mêmes scientifiques assurent aussi avoir constaté que le Soleil se retrouvait dans des conditions assez similaires que lors de la période du minimum de Maunder. Ainsi, s'ils affirment que 2013 a été l'année du « maximum solaire » ils établissent à 20% la probabilité que les températures évoluent vers « des modifications majeures ». C'est le cas de Richard Harrison du Rutherford Appleton Laboratory, qui a assuré à la BBC « n'avoir jamais rien vu de tel en trente ans ». « Nous allons tout droit vers des hivers très rudes, vers un mini âge de glace » certifie ce scientifique.
Star of David

Qui est Julien Dray ? L'histoire secrète de SOS-Racisme, son implication dans la propagande contre Dieudonné...

Histoire secrète de SOS-Racisme - SOS RACISME = comment entretenir le racisme pour le business politique (LBS)

Julien Dray
© Inconnu
Le bureau de Julien Dray à l'Assemblée nationale a aussi été perquisitionné vendredi dans le cadre de l'enquête préliminaire du parquet de Paris sur des mouvements de fonds suspects à partir de comptes des Parrains de SOS Racisme et de l'organisation lycéenne Fidl, a-t-on appris samedi auprès de l'avocat du député PS. Lire la suite de l'article.

Première publication le samedi 18 Novembre 2006

Serge Malik est l'un des fondateurs de SOS-Racisme. Il est à la fois arabe et juif, un « faux beur », un « margarine » comme il aime se définir lui-même. Dans son livre, Histoire secrète de SOS-RACISME, écrit en 1990 il nous livre l'arrière-plan de l'association « antiraciste » où se dissimule en réalité une manipulation politique au service du PS et de François Mitterrand.

Dans ce texte, il est question de livrer une synthèse de ce livre.

Dans les années 83-85 le racisme était à son comble : bavures policières, meurtres d'arabes et d'antillais, alliance RPR -FN à Dreux et vedettariat de Le Pen.

Serge Malik croyait au combat antiraciste comme moyen efficace pour vaincre l'intolérance, l'exclusion et les inégalités sociales. L'apparition soudaine d'Harlem Désir dans l'émission de Michel Pollac « Droit de Réponse » a été un véritable tremplin pour lui. Enfin, il a trouvé un espace au sein duquel il pourrait s'exprimer et aider les jeunes à comprendre et à se faire comprendre. Sans la moindre hésitation, il laissa tomber son métier de comédien et s'engagea à fond dans SOS.
Attention

USA : le scandale des adoptions forcées

Les États-Unis commenceraient-ils à comprendre que le placement des enfants peut ouvrir la voie à de nombreux abus, et qu'il relève là-bas davantage de la pompe à fric que de l'aide sociale ? C'est du moins la conclusion de Nancy Schaefer, sénatrice conservatrice de Géorgie (USA), qui a rédigé en 2008 un mémoire intitulé « Child Protective Services predators and corruption  » (Les prédateurs des services de protection de l'enfance et la corruption). État des lieux d'un système d'adoption aberrant et de ses dérives.

Nancy Schaefer expliquait donc (elle est décédée en 2010 [1]) qu'il y a beaucoup d'argent qui circule grâce aux placements d'enfants, souvent faits en dépit de l'intérêt de ces mêmes enfants et des familles.Schaefer dit que des enfants sont enlevés sans raison valable à leurs familles, dans le seul but de faire du profit. Des placements qui souvent ne sont ni utiles ni nécessaires, effectués avec de plus en plus d'entrain depuis 1974, année du Child Abuse Prevention and Treatment Act [2]et depuis 1997, quand Clinton a fait passer l'Adoption and Safe Families Act.

Cette année-là, Clinton a aussi demandé aux États qu'ils doublent le nombre d'adoptions en l'espace de cinq ans (et elles ont augmenté, mais de 57% 'seulement' au lieu de 100%). On va voir ensuite pour quels résultats.

Le business de l'adoption

De fait, ces lois visaient à faciliter l'adoption (c'est-à-dire à l'accélérer) et à attribuer des subventions aux États qui augmentent leur nombre ou aux centres privés qui sont sur ce créneau : ce sont les « primes d'encouragement à l'adoption ». La loi de 1997 prévoit notamment qu'on cesse les tentatives des réunification familiale 15 mois après que les enfants soient placés en foyer[1]. Au bout de 15 mois, l'enfant est adoptable ! Entre 1996 et 1998, le nombre d'adoptions dans l'Illinois, par exemple, est passé de 2.000 à 4.000 par an. Et entre 1999 et 2003, l'État fédéral a versé 20 millions de dollars par an aux États qui augmentaient le nombre d'adoptions. Des primes étaient également prévues pour les parents adoptifs (au moins 350$ par mois), pour les inciter à adopter.

Cela a marché, évidemment. On nous explique ainsi que dans l'Illinois, 8.180 enfants ont été adoptés entre 1985 et 1994, et ils ont été 4 fois et demi plus nombreux après la loi de 1997.

Mais étrangement, d'après une étude intitulée « overview of adoption in the United States  », on apprend que depuis 1992, « le nombre total d'adoptions chaque année n'a pas été compilé de manière compréhensible ». On estime que cette année-là environ 127.000 adoptions ont eu lieu, que les enfants soient nés aux États Unis ou à l'étranger.
Bad Guys

Funérailles d'Ariel Sharon, l'homme clé du 11-Septembre

Tabou. Panamza vous propose de découvrir les faits relatifs à la responsabilité -passée sous silence- de l'ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon dans les attentats du 11 septembre 2001.
Hier encore, il était l'une des personnes les plus haïes en Israël et dans le monde. Aujourd'hui, après l'évacuation de Gush Katif, il est devenu presque partout le chouchou de l'opinion publique. Les dirigeants des nations l'ont sacré « grand guerrier qui s'est transformé en héros de la paix ».

Tout le monde est d'accord pour dire que Sharon a totalement changé, qu'il est passé d'un extrême à l'autre, qu'il est devenu l'Ethiopien proverbial qui a changé de peau, le léopard qui a changé ses taches.
Toutes ces analyses n'ont qu'une chose en commun : elles n'ont rien à voir avec le vrai Ariel Sharon. Elles sont basées sur l'ignorance, l'illusion et l'aveuglement.

Un Napoléon made in Israël, Uri Avnery, 7 janvier 2006
Le coeur du titre de l'article ("homme clé") peut choquer ou surprendre certains lecteurs. C'est volontaire.

Bizarro Earth

« À jouer la guéguerre des machines, nous serons toujours perdants »

Grégoire Chamayou et Thomas Hippler ont tous deux consacré un ouvrage à la question du gouvernement par les airs, dont les drones sont l'ultime sophistication. Le premier est l'auteur de « Théorie du drone » (La fabrique, 2013), le second du « Gouvernement du ciel » (à paraître en février 2014 aux éditions Prairies Ordinaires). Entretien croisé.

Cet entretien avec Grégoire Chamayou et Thomas Hippler a été publié dans le numéro 14 de la version papier d'Article11, disponible en kiosques jusque fin janvier 2014.

Première machine volante-1900_Glider_Kited-ac22b
© Inconnu
L'armée états-unienne dispose à ce jour d'environ 7 000 drones, dont une partie sert à bombarder des pays comme le Yémen ou le Pakistan. Leurs frappes « silencieuses » ont déjà causé des milliers de victimes - combattants ou civils. Un désastre qui en annonce d'autres, les drones étant de plus en plus utilisés à l'intérieur même des nations occidentales pour le maintien de l'ordre. Comment leur échapper ?

Dans l'histoire des guerres, comment situer l'apparition d'avions sans pilotes ?

Thomas Hippler : Un siècle sépare quasiment jour pour jour les opérations aériennes de l'Otan en Libye de 2011 et la première bombe de l'histoire, lancée dans la même région en 1911 par l'Italie. Les bombardements aériens sont dès l'origine une pratique coloniale, expérimentée d'abord en Libye puis perfectionnée en Irak dans les années 1920, sous l'appellation de Police bombing. Conceptualisée par les Britanniques, cette stratégie militaire a aussi été employée par la France (en Syrie ou au Maghreb) et par toutes les puissances impériales.

Au départ technique de police coloniale élaborée pour mater les insurrections indigènes, le bombardement va devenir une machine de guerre au fil des grands conflits mondiaux. Jusqu'à la fin du XXe siècle, on assiste ainsi à la mise en place d'un gouvernement mondial par les airs, qui se décline aujourd'hui encore selon deux logiques : d'une part, des stratégies « néo-douéthiennes » - d'après Giulio Douhet, théoricien de la guerre aérienne - selon lesquelles l'aviation peut vaincre à elle seule l'ennemi et, d'autre part, des logiques de guerre perpétuelle, c'est-à-dire des bombardements à des fins policières, conduits aujourd'hui grâce aux drones.

Le Police bombing est la face obscure du cosmopolitisme - bâtir un monde unifié nécessite de recourir contre toute tentative de subversion à des forces de maintien de l'ordre. Soit à une police analogue aux polices nationales, mais à l'échelle mondiale.

Grégoire Chamayou : Pour saisir l'usage actuel des drones chasseurs-tueurs américains, il faut effectivement passer par cette généalogie coloniale du pouvoir aérien, qui se perpétue aujourd'hui sous d'autres formes au Yémen, en Somalie ou au Waziristan (région du Pakistan). Il s'agit d'une stratégie de « Technologie plutôt qu'occupation », selon l'expression de l'architecte israélien Eyal Weizman : on contrôle le territoire par les airs, de façon verticale, plutôt qu'horizontalement, par la présence au sol.

Première machine volante - 21orq7m-45e3b
© Inconnu
Ce que le juriste et ancien nazi Carl Schmitt écrivait en son temps sur la verticalisation du pouvoir induite par l'arme aérienne vaut toujours pour le drone employé comme arme autonome : « En transformant de nos jours la guerre en une opération de police contre des trublions, des criminels et des agents nuisibles, il faut bien aussi amplifier la justification des méthodes de ce police bombing. On se voit ainsi contraint de pousser la discrimination de l'adversaire jusqu'à des proportions abyssales. »1

Le pouvoir de police létale mondiale dont les drones chasseurs-tueurs forment le bras armé a cependant ceci de spécifique, par rapport aux bombardements d'antan, qu'il s'exerce sur un mode à la fois individualisé (on prétend pouvoir cibler des individus déterminés) et préventif (on s'attaque à des menaces que l'on assure imminentes, on abat des présumés dangereux). Et puis, et peut-être surtout, on voit : le drone armé est une caméra de surveillance, volante et équipée de missiles.
Attention

Revue 2013 des événements cosmiques et météorologies extrêmes en 2013

Traduction : SOTT

Des records de vagues de chaleur et d'incendies de forêt, des inondations graves et généralisées, d'énormes sinkholes/dolines avalent des bâtiments et des personnes, des hécatombes d'animaux, un astéroïde explose au-dessus de la Russie, des milliers d'autres boules de feu illuminent le ciel tout au long de l'année, des records de blizzards et de chutes de neige, un printemps boréal le plus froid en 100 ans, des glissements de terrain massifs, des tornades « rares » qui se produisent dans des endroits où elles ne devraient pas, une tornade la plus large jamais observée, augmentation des éruptions volcaniques, augmentation des tremblements de terre formant de nouvelles îles, une tempête tropicale la plus forte de l'histoire, des ouragans successifs en Europe, une température la plus froide jamais enregistrée, de la neige au Caire... Ce sont des signes du changement climatique, alias les changements terrestres.


Bienvenue dans le nouveau normal.
Che Guevara

Jacob Cohen, juif antisioniste, glisse une quenelle à Manuel Valls en soutien à Dieudonné

Interview complète à venir...

Brick Wall

France : premiers pas vers les camps de rééducation

Pendant que la Chine ferme ses camps de rééducation un à un, nous allons peut-être ouvrir notre premier camp pour nous apprendre à penser de manière conforme. En pleine affaire Dieudonné, nous venons de franchir la première étape en douceur, sans bruit. Une convention vient d'être signée jeudi entre le Mémorial de la Shoah et le parquet de Paris permettant de condamner les auteurs d'infractions antisémites à des stages d'endoctrinement pour les sensibiliser à l'histoire de l'extermination des Juifs il y a près de 70 ans.

Ils ont décidé que si quelqu'un tient des propos antisémites, c'est qu'il ne connait pas assez ses leçons d'histoire. Espérons qu'au sortir de ce stage un diplôme sera remis au stagiaire. Mais le problème de fond sera-t-il résolu ? Certainement pas, car le but final est une tentative désespérée de contrôler la pensée, ce qui n'a jamais été possible. Tout ce qui était contrôlable l'est désormais. Il ne reste plus que cette p... de pensée insaisissable. Après les stages qui échoueront, à coup sûr, on passera au degré supérieur, les camps de rééducation, où on lave les cerveaux plus blanc que blanc. Peut-être même y aura-t-il quelque génie qui proposera la lobotomie chimique pour les durs à cuire. Qui aurait pu dire qu'un jour les incomparables idées de Mao de la glorieuse Révolution Culturelle des années 60 - 70 allaient déferler dans la belle et douce France, pays de liberté et des droits de l'Homme ?
Top