Si des milliers de personnes ont manifesté mercredi à travers l'Europe lors de la journée d'action unitaire contre les politiques d'austérité, c'est en Espagne que la mobilisation a été la plus forte.

Demonstration in Madrid
© Javier Soriano/AFP
Des centaines de milliers de personnes ont envahi le centre de Madrid mercredi soir pour protester contre l'austérité
Selon le ministère de l'Intérieur quelque 800 000 personnes ont participé aux rassemblements organisés dans le cadre de cette journée européenne de protestation couplée avec une grève générale en Espagne et au Portugal.

Tandis que la préfecture avait évalué mercredi le nombre de manifestants à Madrid à 35 000 et les syndicats à plus d'un million, le journal « El Pais », se fondant sur des images du défilé et une estimation de l'affluence par mètre carré, affirmait jeudi que près de 175 000 personnes étaient présentes sous le slogan : « Ils nous privent de notre avenir, il y a des coupables, il y a des solutions ».

155 interpellations et 77 blessés en Espagne

Pour l'Espagne, quatrième économie de la zone euro étranglée par un chômage de 25 % et une pauvreté grandissante, il s'agissait de la deuxième grève générale depuis l'arrivée au pouvoir, il y a moins d'un an, du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, dont la politique d'austérité prévoit 150 milliards d'euros d'économies d'ici à 2014 et frappe durement les plus modestes.

Comme au Portugal et en Italie, des heurts ont éclaté entre forces de l'ordre et manifestants à Madrid et Barcelone. Dans la capitale, des policiers anti-émeutes ont chargé une centaine de manifestants devant la Chambre basse du Parlement, après avoir été bombardée par la foule de jets de projectiles, de pierres, de bouteilles et de pétards. Au total, 155 personnes ont été interpellées et 77 ont été blessées, dont 43 agents de police.

Affrontements entre des manifestants et la police à Madrid


La mobilisation espagnole contrastait avec la participation plus timide dans les autres pays : 5 000 manifestants à Athènes, selon la police, quelques milliers en Italie à Rome, Milan et Turin, ainsi qu'en France, à Paris notamment.

Italie : un policier gravement blessé à Turin

En Italie, une grève de quatre heures a été organisée à l'appel de la principale confédération syndicale, la CGIL, avec des manifestations notamment à Rome et Turin. C'est dans cette ville du nord du pays que les affrontements les plus sérieux ont éclaté : trois policiers ont été blessés, dont un plus gravement. Deux autres policiers ont aussi été blessés à Padoue et une dizaine ont subi des contusions à Milan dans des heurts en marge des manifestations.

Le Portugal lui aussi tournait au ralenti mercredi, avec les trains et métros à l'arrêt et de nombreux avions cloués au sol, lors de cette journée de protestation contre les mesures d'austérité du gouvernement de centre droit. « La "troïka" dehors », clamaient des affiches réclamant le départ des créanciers du Portugal qui évaluent actuellement les mesures d'austérité mises en oeuvre par le gouvernement en échange de l'aide internationale de 78 milliards d'euros, accordée au pays en mai 2011.

A l'issue du rassemblement de quelques milliers de personnes à Lisbonne, les forces de l'ordre ont repoussé les protestataires à coups de matraque après avoir été la cible de jets de pierres et d'ordures devant le parlement. Plus tôt, des rassemblements avaient eu lieu dans une quarantaine de villes du pays, notamment à Porto, la grande ville du nord.

Infography Employs Europe
© IDE