Traduction : JPP

L'assassinat du chef militaire du Hamas, Ahmed Jabari, mercredi, était le début d'une opération militaire israélienne contre la bande de Gaza. L'opération, « Pilier de Défense », n'est pas une réponse à cinq jours d'escalade militaire à la frontière de Gaza, mais une offensive préméditée, préparée plusieurs mois auparavant par l'armée et les services de Sécurité générale (GSS) d'Israël.

Les parents d’Ahmed al Derdsawi, lors de ses funérailles dans le quartier d’al-Shoja’iya à l’est de la ville de Gaza - Photo : Anne Paq/al-Jazeera
L'offensive israélienne a été déclenchée alors qu'à l'évidence, l'Égypte avait réussi à négocier une trêve entre Israël et les factions palestiniennes, trêve qui aurait mis fin à la flambée de violences de la semaine passée.

Durant la semaine qui a précédé l'offensive israélienne contre la bande de Gaza, l'armée de l'air israélienne a attaqué des bâtiments civils de même que plusieurs sites d'entraînement de la résistance palestinienne. De plus, les forces israéliennes ont tué six civils palestiniens, dont trois enfants, et deux membres de la résistance palestinienne dans la bande de Gaza. La même semaine, 53 civils, dont 12 enfants et 6 femmes, ont été blessés par les attaques israéliennes à Gaza.

Le 8 novembre, les forces israéliennes ont tué un enfant en entrant dans le village d''Abassan, à l'est de Khan Yunis. Vers 8 h du matin, le même jour, ces mêmes forces se sont déplacées à l'est d'al-Qara, village au nord-est de Khan Yunis, saccageant les terres au milieu de tirs aveugles. L'opération de nivellement des terres s'est étendue au village d''Abassan quelques heures plus tard, les soldats israéliens continuant de tirer à l'aveuglette. Un hélicoptère israélien, en soutien des troupes israéliennes, a lui aussi fait feu sur la zone.

16 h 30, conséquence de ces tirs indiscriminés, Ahmed Abu Daqqa, 13 ans, est gravement blessé d'une balle dans le ventre, alors qu'il joue au foot avec ses copains, devant sa maison.

Mohammed Abu Daqqa, 14 ans, qui jouait avec Ahmed, dit que celui-ci était en tenue de sport et qu'il jouait comme goal. Mohammed ajoute qu'ils se sentaient en sécurité malgré l'incursion de l'armée israélienne, « car nous étions relativement loin de la zone attaquée ».

« A quatre heures et demie, j'ai vu qu'une balle avait touché la porte de la maison d'Ahmed. J'ai vu bientôt Ahmed tomber à terre. Il s'est relevé, en serrant ses mains sur son ventre et il criait ».

Ahmed Abu Daqqa est mort de ses blessures pendant qu'on l'évacuait vers l'hôpital.

Un obus de mortier palestinien a blessé légèrement un soldat israélien le long de la frontière, plus tard dans la journée.

Le lendemain, 9 novembre, les Palestiniens ont tiré un missile antichar sur une jeep israélienne qui patrouillait le long de la frontière avec Gaza, blessant quatre soldats. Immédiatement après, des chars d'assaut israéliens tiraient sur le quartier d'al-Shoja'iya, à l'est de Gaza ville, tuant cinq Palestiniens, dont deux enfants, et en blessant 38 autres. Les Palestiniens ont tiré ensuite plusieurs roquettes Qassam sur le sud d'Israël. L'un des blessés palestiniens est décédé le 13 novembre.

Le 11 novembre, un membre de la résistance palestinienne a été tué dans l'attaque d'un drone. Un civil a été blessé par des tirs d'obus d'artillerie israéliens sur l'aéroport international de Gaza, au sud-est de Rafah.

Le 13 novembre, onze civils, dont cinq femmes et deux enfants, ont été blessés par des obus d'artillerie israéliens à Khuza'a, village à l'est de Khan Yunis. Un combattant palestinien, des Brigades Al-Quds, a été tué dans le nord de la bande de Gaza dans l'attaque d'un drone israélien contre des membres des Brigades Al-Quds (la branche armée du Jihad islamique) dans le nord de la bande de Gaza.

Plus tard le même jour, l'Égypte réussissait dans sa médiation pour un cessez-le-feu entre Israël et les factions palestiniennes, garanti par le Hamas. Les deux parties conditionnaient leur silence par la fin des agressions de la partie d'en face.

Dans la bande de Gaza, Mohammed Jabari, chef militaire du Hamas, ordonnait à ses troupes de s'opposer à toute tentative de tirs de missiles sur le territoire israélien. Et lee Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu met en garde contre de nouvelles frappes, disant « Je suis chargé de choisir le bon moment pour exiger le prix le plus élevé possible - et il en sera ainsi. »

Le lendemain, 14 novembre, dans l'après-midi, Israël assassine Mohammed Jabari, lançant ainsi une offensive d'importance contre la bande de Gaza. Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barack, affirme, « les frappes de mercredi marquent le début, et non la fin, des opérations militaires ».