BigFoot
© Maggie Cruikshank, Facebook
Maggie Cruikshank cueillait des baies avec sa cousine aux environs d'Akulivik, une communauté du nord du Québec. Dans cette région où l'on trouve parfois des baies particulièrement grosses, la surprise a effectivement été de taille. Maggie Cruikshank se préparait à prendre le chemin du retour lorsqu'elle a lu une expression d'effroi sur le visage de sa cousine. Cette dernière pointait du doigt un animal imposant.

« J'ai vu une créature plus grande et plus imposante qu'un homme... Elle marchait mais ne se tenait pas aussi droite que nous. Elle sautait et rampait », a-t-elle expliqué au Nunatsiaq News.

Maggie Cruikshank a pris quelques photos des empreintes et les a mesurées. Elle a ensuite mis les clichés en ligne sur Facebook et s'est attiré une litanie de commentaires négatifs. Elle a également expliqué au journal que des cas similaires se sont produits il y a des dizaines d'années sans jamais avoir été signalés.

Dans la même région, des chasseurs de morses ont vu Bigfoot en allant récupérer leur prise. Il a également été aperçu près de l'aéroport et d'étranges rassemblements d'os de caribou ont été signalés aux abords de la ville.

Pour prouver qu'elle a bien vu Bigfoot, Maggie Cruikshank compte diffuser la vidéo prise par les deux cousines. Elle s'est pour le moment abstenue de le faire, de crainte d'effrayer les enfants.

Ces deux dernières années, les insaisissables créatures se sont retrouvées à plusieurs reprises sous les feux de la rampe. En août dernier, un marin écossais a affirmé détenir la meilleure preuve à ce jour de l'existence du monstre du Loch Ness. Plus près de chez nous, un homme de Colombie-Britannique a pris en novembre une vidéo qui, selon lui, prouve l'existence d'Ogopogo.

Au cours des 20 dernières années, le nombre de témoignages relatant l'existence du Yéti a triplé dans une région de Sibérie. Selon un scientifique russe, ces étranges créatures existent bel et bien et leur population se monterait à plusieurs dizaines d'individus. Des scientifiques canadiens invités participent également aux recherches.

Voici pourquoi ils sont convaincus de leur existence.

« Lorsque l'homo sapiens a commencé à peupler toutes les régions du monde, il a exterminé son plus proche cousin de la famille des hominidés, l'homo neanderthalensis », affirme le docteur Igor Burstev, directeur du centre international d'hominologie de Moscou, dans le Voice of Russia.

« Il est possible que certains hommes de Néandertal aient survécu dans des habitats boisés et montagneux, peu fréquentés par leurs frères ennemis. Ils n'ont pas de vêtements ni d'outils et ne maîtrisent pas le feu. Ils sont simplement constamment à l'affût des homo sapiens qui les entourent. »

D'autres pensent simplement que les gens voient ce qu'ils ont envie de voir.

« Lorsqu'une créature entre dans le folklore, nous devenons prédisposés à la voir. Dans notre culture, le mythe de Bigfoot est bien vivant. Un ours, surtout dressé sur ses pattes, peut facilement être pris pour l'homme des bois », explique Joe Nickell, auteur de plusieurs ouvrages sur les gens qui affirment avoir vu des créatures mythiques, dans le National Post. «Certaines personnes croient avoir vu Bigfoot, influencées par le pouvoir de suggestion.»

BigFoot
© Maggie Cruikshank, Facebook
Maggie Cruikshank, quant à elle, est convaincue d'avoir aperçu Bigfoot.

« Je ne raconte pas d'histoires, affirme-t-elle au Nunatsiaq News. Cette expérience effrayante m'a affectée sur le plan émotionnel. »