Ce n'est pas une histoire à dormir debout: le premier ancien squelette complet d'une personne atteint de gigantisme a été découvert près de Rome. Avec ses 2m02, l'homme devait paraître géant au troisième siècle de notre ère où les hommes mesuraient en moyenne 1m67...

Bones archeology
© Simona Minozzi, Endocrine Society
Le tibia géant posé à côté de celui d'un romain de taille normale à la même époque
La découverte de tels squelettes est rare, car le gigantisme lui-même est extrêmement rare. Aujourd'hui, il touche environ trois personnes sur un million dans le monde entier ! Cela commence dans l'enfance, lorsque le dysfonctionnement d'une glande hypophyse provoque une croissance anormale.

Deux squelettes partiels, un de Pologne et un autre d'Egypte, ont déjà été identifiés comme « probables » cas de gigantisme, mais le spécimen romain est le premier cas antique évident d'après ce qu'a déclaré la responsable de l'étude Minozzi Simona, une paléopathologiste de l'Université italienne de Pise.

L'étude du squelette

Le squelette inhabituel a été trouvé en 1991 lors d'une fouille de la nécropole de Fidènes. À l'époque, la Surintendance archéologique de Rome, qui a dirigé le projet, avait simplement noté que la tombe de l'homme était anormalement longue. Ce n'est que plus tard, lors d'un examen anthropologique, que l'on nota la longueur inhabituelle des os. Peu de temps après, ils ont été envoyés au groupe de Minozzi pour une analyse plus approfondie.

Pour savoir si le squelette était atteint de gigantisme, l'équipe a examiné les os et ont constaté des dommages aux crâne compatibles avec une tumeur de l'hypophyse, ce qui perturbe la glande pituitaire, amenant à la surproduction d'hormones de croissance.

D'autres éléments, comme les membres démesurément longs et des preuves indiquant que les os étaient encore en croissance, même au début de l'âge adulte, ont permis de diagnostiquer le gigantisme.

Sa disparition précoce, vraisemblablement entre 16 et 20 ans, pourrait également pointer vers le gigantisme. Il est associé aux maladies cardio-vasculaires et aux problèmes respiratoires, mais la cause du décès reste inconnue.

Un géant intégré à la société ?

Charlotte Roberts , bioarchéologiste à l'Université de Durham en Angleterre, a dit qu'elle était « certainement convaincue par le diagnostic » du gigantisme. Mais elle aimerait en savoir plus : « On ne peut pas étudier la maladie, donc il faut regarder de façon plus large, comme la manière dont ces gens s'intégraient dans la société, et si elles étaient traitées différemment ».

Les biens enterrés avec un corps, par exemple, peuvent fournir des indices sur le rôle de la personne dans leur vie et sur la façon dont elle a été traitée dans leur communauté.

Le géant romain, cependant, a été trouvé sans artéfact funéraire, explique Minozzi. De plus, ajoute-t-elle, son enterrement est typique de l'époque, ce qui suggère qu'il faisait partie intégrante de la société : « Nous ne savons rien au sujet du rôle ou de la présence de géants dans le monde romain », dit-elle, « mise à part le fait que, au IIe siècle, l'empereur Maximin Thrax était décrit dans la littérature comme une montagne humaine. »

Minozzi note, cependant, que la haute société romaine impériale "avait un goût prononcé pour les artistes ayant des malformations physiques évidentes, tels que les bossus et les nains, donc nous pouvons supposer que même un géant devait générer suffisamment d'intérêt et de curiosité."

Source :
National Geographic: « Ancient Roman Giant Found - Oldest Complete Skeleton With Gigantism »