Illustration
© Yep

Rafik Abdessalem, le ministre tunisien des Affaires étrangères, se rendra samedi à Gaza. Ceci n'empêchera pas Israël de poursuivre son offensive sur Gaza.

D'ailleurs, malgré la présence du Premier ministre égyptien Hicham Qandil, il n'a pas respecté la trêve. Le plus radical semble être celui que, urbi et orbi, on défend bec et ongles, nous, soi-disant défenseurs autoproclamés des libertés et de la démocratie. Nous venons d'apprendre que le président français rencontrera demain, le nouveau représentant de la nouvelle opposition syrienne. C'est un vrai paradoxe, une folie. Pendant ce temps, celui qui fait semblant de se préoccuper du cas des Syriens s'en contrefiche du sort des Palestiniens de Gaza et parle de retenu. Retenu, alors qu'Israël a le soutien affiché des États-Unis ?

Mes amis sionistes vont encore dire que je suis antisioniste mais, il n'en est rien. Il est juste de défendre le droit, aussi, à la Palestine, au Hamas, de prévenir des attaques ou agressions israéliennes. Cela fait 60 ans que la Palestine s'effrite par le bon vouloir d'Israël qui occupe illégalement les terres palestiniennes sans que ces clowns d'Occident et du Golfe s'émeuvent. Il ne faut quand même pas oublier que Gaza est une prison à ciel ouvert où, il est même interdit d'avoir une vie normale sous de faux prétextes, avec un embargo unilatéral sur ce bout de terre de la Palestine.

Quand Israël justifie ses attaques en annonçant que c'est pour éradiquer les terroristes, on lui donne raison. Soit. En revanche, quand Bachar al-Assad dit la même chose, les cris d'orfraie se confondent avec ces indignations sélectives abusives. Les positions scélérates de ces vierges effarouchées sont simplement l'expression d'un foutage de gueule indescriptible, un mépris pour la vérité, une violation flagrante de la raison. Comment peut-on justifier l'agression israélienne contre Gaza depuis des lustres ? Cette question par rapport aux déclarations américaines arguant que la « violence » du Hamas ne se justifie pas ?

Comment peut-on accepter qu'un pays refuse l'existence d'un autre ? Comment peut-on accepter que chaque jour davantage, par la rapine, le viol et la violence, un pays détruise un autre et projette même d'éliminer le représentant de ce dernier si la Palestine est plus ou moins reconnue par l'ONU ? Les mêmes acceptent qu'une horde de barbares détruisent la Syrie simplement parce qu'ils détestent ledit souverain. Mais, en réalité, ce refus d'Israël de voir la Palestine reconnue réside dans le fait que, le Hamas est plus populaire que le Fatah et en cas de réconciliation palestinienne, il n'y a pas de doute possible, le Hamas dirigera ce pays...

Map Palestinian loss of land 1946 to 2000

Carte des territoires palestiniens perdus entre 1946 et 2000
Le fameux printemps arabe risque de se transformer en printemps anti-Israël en réalité. Enfin, vu ce qui se dessine en ce moment. Les salafistes sont pris dans leur propre piège mais, ils ne peuvent éternellement fermer les yeux. Quand Israël recommence à détruire les infrastructure de Gaza, notamment l'immeuble du ministère de la Défense, on comprend tout de suite le but de cette opération...Voilà donc où ces clowns doivent aller faire le jihad que de s'entre-tuer en Syrie...