Le mystère du port perdu d'Ostie est résolu: une équipe franco-italienne vient de localiser précisément, au nord-ouest de la cité antique, l'emplacement du premier port de Rome, fondé entre le IVe et le IIe siècle avant J.C.

Ces recherches, publiées dans les Chroniques des Mélanges de l'Ecole française de Rome, révèlent également que le port d'Ostie, considéré jusqu'ici comme essentiellement fluvial, avait en fait une profondeur suffisante pour accueillir de grands navires.

D'après les textes anciens, Ostie a été fondée par Ancus Marcius, le quatrième roi de Rome. L'objectif était triple: donner à Rome un débouché sur la mer, assurer son ravitaillement en blé et en sel et empêcher une flotte ennemie de remonter le Tibre.

Si les grands édifices et les principales voies de la cité antique ont été progressivement mis au jour, l'emplacement exact du port restait incertain.

Les premières tentatives de localisation remontent à la Renaissance, mais il a fallu attendre les XIXe et XXe siècles pour que des archéologues italiens définissent un secteur au nord-ouest de la ville, proche du Palais Impérial.

Au début du XXIe siècle, grâce à l'utilisation d'instruments géomagnétiques, les archéologues ont confirmé "la probable localisation" du bassin portuaire dans ce secteur nord.

"Mais il n'y avait toujours pas consensus sur la localisation exacte du port", a souligné le CNRS vendredi dans un communiqué.

Une équipe franco-italienne dirigée Jean-Philippe Goiran, chercheur au laboratoire Archéorient (CNRS/Université Lumière Lyon 2), a tenté de vérifier définitivement l'hypothèse grâce à un nouveau carottier géologique.

Les échantillons sédimentaires obtenus sur une profondeur de 12 m permettent de reconstituer l'histoire en trois étapes.

La strate la plus profonde indique que la mer était présente dans ce secteur au début du Ier millénaire avant J.C.

Au milieu, une couche riche en sédiments "argilo-limoneux de couleur grise" révèle la présence d'un bassin portuaire. Les calculs donnent une profondeur de 6 m au début de son fonctionnement, daté entre le IVe et le IIe siècle avant J.C.

La strate la plus récente témoigne de son abandon à l'époque romaine impériale, par des accumulations massives d'alluvions. Ces résultats recoupent le discours du géographe Strabon (58 av. J.C. - 21/25 ap. J.C.) qui indique un comblement du port d'Ostie par des sédiments du Tibre à son époque.

Un nouveau complexe portuaire du nom de Portus, le plus grand jamais construit par les Romains en Méditerranée, est alors construit à 3 km au nord de l'embouchure du Tibre. Commencé en 42, il sera achevé sous Néron en 64.

Reste maintenant aux chercheurs à expliquer comment la capitale du monde antique, première ville à atteindre le million d'habitants, s'est alimentée en blé entre l'abandon du port d'Ostie et le lancement de la construction de Portus, une période estimée à près d'un quart de siècle.