Ces fous qui n'ont aucun respect pour la vie ont décidé qu'ils pouvaient enfin aller tuer massivement.

Les journalistes qui s'associent à ces criminels répètent le mantra : «Assad tire sur sa population sans défense». Le même mensonge, le même mantra qu'on utilisait pour aller tuer la Libye et ses dirigeants.

Bien que jamais un mensonge n'ait été aussi visible, ces criminels nous le livrent comme étant une Vérité ! Avec un aplomb incroyable !
Le mensonge ne gêne plus. C'est maintenant lorsqu'on décrit la réalité qui crève les yeux que nous sommes attaqués. Le monde est plongé dans un univers virtuel où les valeurs sont inversées. Goebbels est un enfant d'école si on le compare aux propagandistes d'aujourd'hui et c'est peu dire.

De fulgurants lavages de cerveau collectif se font de façon régulière sans que personne ne réagisse. Ceux qui pourraient nous en préserver sont ces journalistes qui ont choisi de servir le clan des criminels qui bombardent en utilisant nos impôts.
Combien va dépenser notre criminel Harper ? Personne ne le saura précisément et aucun débat sur le coût ne sera fait. Et pourtant si un thème est important dans notre société capitaliste, c'est bien le coût ! Quel que soit le dossier, on en vient toujours au coût, sauf pour ce qui touche le militaire... Là, l'argent ne fait jamais défaut. Pour tuer, nous débordons de moyens, mais pour aider, c'est autre chose.

Le vocabulaire de circonstance est employé.
On parle de frappes chirurgicales ! Oui, chirurgicale, cela sonne presqu'inoffensif.
On va déverser des milliers de bombes qui ne tueront pas.
Ce sera des cibles « militaires » !

Nos journalistes ayant pour mission de faire avaler, accepter et même applaudir les atrocités ont sorti leur vocabulaire soporifique. Les journalistes sont devenus des spécialistes de l'anesthésie.
Voilà pour les mots, les discours et le rôle du bataillon médiatique.

Mais dans les faits.
Les bombes vont tuer et massacrer.
La Syrie ne se laissera pas tuer sans tenter de survivre.
On va cibler la maison présidentielle. On va cibler la télé d'État.

Si les fous du haut de leur cheval de Troy du «grand bien» attaquent, nous verrons si les forces alliées contre cet impérialisme meurtrier vont répliquer avec leurs meilleures armes.

Si les fous ont décidé de passer à l'attaque, c'est qu'ils croient que la puissance qu'ils affrontent n'est pas sérieuse. Nous verrons.

Encore une fois nous constatons toute l'hypocrisie de ces gens qui disent travailler pour la Paix. Après avoir recruté, financé et armé des fanatiques du «allah wakbar» pour mener la Syrie et ses habitants en enfer, ils vont maintenant bombarder.

On nous dit comme on dit toujours en début de guerre que ce sera court et ciblé.

Quelle tristesse incroyable de voir que nous sommes menés par des fous à lier !