La nuit dernière, dans notre lit, mon mari et moi avons eu une conversation que je vais partager avec vous. Ne soyez pas choqués ! Vous devriez avoir déduit à ce moment-ci que les discussions sur l'oreiller entre un mathématicien physicien et une historienne ne sont probablement pas ce que l'on pourrait qualifier de discussion osée ! Mais je suppose que cela dépend de ce qu'on entend par « osé ». Enfin bref, je lui parlais de certaines choses qui me préoccupaient à cause du livre que je suis en train de lire : The Origin of Comets de Clube, Bailey et Napier. Les thèmes abordés dans ce livre incluent le résultat scientifique plus que lamentable auquel nous sommes parvenus dans les domaines de l'astronomie et de la cosmologie. Je me lamentais de ce que notre science actuelle est incroyablement arriérée à cause de toutes les grandes idées qui ont été étouffées par les gouvernements et les religions dans le but de contrôler les populations, ce qui a mené à l'état épouvantable de notre monde et de notre soi-disant « civilisation ».

Comme je l'écrivais dans Moyen-Age et Inquisitions :

La science a pris un très mauvais tournant au milieu du 19e siècle, à peu près à l'époque où Darwin a publié son De l'Origine des Espèces et c'est la raison pour laquelle, par voie de conséquence, nous vivons effectivement au moyen-âge. Ce n'est pas que la Sélection Naturelle était fausse en soi mais la façon dont ces principes ont été appliqués a été désastreuse. La Sélection Naturelle a été érigée au rang de seule et unique loi universelle sous-jacente et cela fut accompli par des individus ayant un caractère psychologique très particulier, comme nous le verrons. Les mêmes genres de personnes qui deviennent ultra-religieuses et tuent des gens au nom de leur dieu peuvent adhérer à la religion de la science et c'est d'ailleurs souvent ce qu'ils font [...]

Au 19e siècle, certaines découvertes ont engendré des considérations économiques et politiques, et c'est là que la science a pris un mauvais tournant parce que ces gens qui ont tendance à penser uniquement en noir ou blanc possèdent aussi d'autres traits de caractère qui comprennent le besoin de dominer les autres ainsi qu'une forte tendance à la cupidité. La poursuite de la science est devenue une carrière plutôt qu'une passion et l'on fit appel à une armée de travailleurs scientifiques pour servir les intentions de ce qui est devenu connu sous le terme de Complexe militaro-industriel.
Fritz Zwicky and Dark Matter
© inconnu
L'« excentrique » Fritz Zwicky
Comme certains d'entre vous le savent, mon mari travaille actuellement sur un livre qui traite de la corruption de la science des temps modernes (à paraître à la fin du printemps ou au début de l'été) et il avait une histoire à me raconter lors de notre discussion sur l'oreiller. Apparemment, dans les années 1930, un homme nommé Fritz Zwicky, un astronome suisse qui travaillait à CalTech, eut l'idée de la Matière Sombre. Zwicky utilisa les mathématiques pour déduire la masse moyenne des galaxies et il obtint une valeur environ 160 fois plus grande que ce à quoi l'on pouvait s'attendre de par leur luminosité et il proposa que la plus grande partie de la matière était noire. Alors, où je veux en venir ? Zwicky avait raison mais personne ne l'a cru car il avait la réputation d'être « excentrique ».

Maintenant, qu'est-ce qui cloche dans cette dernière phrase ? Vous avez capté ? Personne n'a CRU Zwicky. Ce que cela veut dire, c'est qu'une CROYANCE a empêché toute la communauté scientifique de faire une seule chose scientifique toute simple : vérifier les calculs ! Et ainsi, pendant 30 ans, la science ignora la Matière Sombre et il manqua une donnée essentielle dans tous les travaux - des carrières entières - de centaines, si ce n'est des milliers ou des millions, d'individus.

Parce que personne ne croyait Zwicky.

Ils n'ont pas pris la peine de vérifier ses calculs parce qu'il était « excentrique ». C'est-à-dire qu'il n'était pas un suiveur autoritaire.
Les suiveurs autoritaires possèdent une caractéristique psychologique connue sous le terme d'autoritarisme de droite. Ce trait de personnalité consiste en une soumission à l'autorité, un haut degré de soumission aux autorités établies au sein de sa société ; l'agression autoritaire, agression dirigée contre diverses personnes au nom de ces autorités ; et le conventionnalisme, une forte adhérence aux conventions sociales établies par ces autorités. Pourquoi les psychologues nomment-ils les suiveurs autoritaires « personnalités autoritaires de droite » ? Sont-ils tous membres d'un parti politique conservateur ? Non. Droite est utilisé ici dans un sens psychologique qui signifie vouloir plaire à l'autorité en place. Une des significations originelles de l'adjectif droit (du latin directus) était « juste, honnête, loyal », ce qui dans les temps anciens signifiait faire ce que votre seigneur et le roi voulaient.

-Dictionnaire Cambridge de Psychologie
Encore et encore, on observe, rétrospectivement bien sûr, que les croyances irrationnelles, promulguées par les autorités qui désirent maintenir leur contrôle et crues par les suiveurs qui veulent être « bons », l'emportent sur la Vraie Science ; et ici je parle du mode de Cognition Scientifique, pas juste de « science » depuis le soi-disant Siècle des Lumières. Encore et encore, au cours de l'histoire, reculant même dans les temps anciens, on peut remarquer qu'il y avait quelques libres penseurs vraiment intelligents qui ont fait des observations, en ont tiré des conclusions et ont suggéré des solutions qui ont été ignorées, ridiculisées, injuriées, enterrées ; et souvent le penseur qui avait osé proférer ses idées fut démoli par un moyen ou un autre car les Suiveurs Autoritaires sont aussi agressifs envers tout ce qui n'est pas décrété « exact » par leurs leaders. La plupart du temps, cette destruction était - et est encore de nos jours - due à des considérations de pouvoir : l'individu a eu une idée qui, d'une certaine façon, menace la structure de pouvoir politique/sociale.

Pourquoi se fait-il, doit-on se demander, que la vérité menace autant le pouvoir ?

Hier j'ai lu l'article de Hugh Gusterson, Irak : Un enseignement dans l'Occupation et la Destruction Institutionnelle, publié dans le Bulletin of the Atomic Scientists. Hugh Gusterson est un anthropologue dont la spécialité est la « culture nucléaire ». Il est très actif dans le Network of Concerned Anthropologists [NdT : réseau indépendant d'anthropologues qui cherchent à promouvoir une anthropologie éthique] et pense que la science en général, et l'anthropologie en particulier, ne doit pas être militarisée. L'article parle de la destruction des universités, des bibliothèques, de la culture et du système scolaire en Irak par l'invasion illégale et immorale étasunienne ainsi que les multiples assassinats de scientifiques, de professeurs et de l'intelligentsia en général. C'est bouleversant car cela m'a immédiatement rappelé Katyń. Vous connaissez Katyń ? Laissez-moi vous en parler.

Le Massacre de Katyń

Fin août 1939, Hitler signait un pacte de non-agression avec Staline qui, en réalité, était un accord entre eux pour diviser la Pologne. Quand les Allemands envahirent la Pologne le 1er septembre 1939, les Polonais ne se doutaient guère de ce que les Nazis leur réservaient. Dans le grand dessein des Nazis pour résoudre le problème du « lebensraum » (espace vital), tout le territoire polonais devait être graduellement débarrassé de sa population d'origine pour la colonisation par les populations germaniques et finalement son incorporation dans le Grand Empire Germanique.

Ainsi, malheureusement, les Polonais étaient une des premières cibles des Nazis, peut-être davantage que les Juifs. Les Allemands considéraient les Polonais comme une race inférieure tout comme les autres nations slaves. Aussi, selon le plan, les Polonais devaient être triés en fonction de critères racistes stricts. Les Polonais d'ascendance allemande allaient être reclassés en germains. La transformation de la Pologne en province allemande devait se faire sur une courte période de 25 ou 30 ans. Aussi, aucune pitié ne devait être montrée à l'égard de cette population. Et pour garantir le succès de cette spoliation rapide, l'intelligentsia devait être liquidée. « Cela paraît cruel », aurait dit Hitler à Hans Frank, « mais c'est la dure loi de la vie ».


Des corps exhumés dans la forêt de Katyń par les Nazis en 1943
Par la restriction des mariages, la dégradation des conditions sanitaires, la réduction de l'approvisionnement en nourriture et la déportation de centaines de milliers d'hommes robustes pour aller travailler en Allemagne, une campagne biologique fut menée pour réduire radicalement la population polonaise. Les enfants polonais ayant de fortes caractéristiques aryennes étaient enlevés de force à leur famille et envoyés en Allemagne pour une « re-germanisation ». La langue polonaise fut bannie et l'on donna des noms allemands aux communes et villes polonaises. Dans la région orientale de Zamość, quelques 110 000 Polonais furent évacués des villages et remplacés par 25 000 colons allemands.

Dix-sept jours après qu'Hitler ait envahi la Pologne par l'Ouest, l'URSS envahissait par l'Est. La politique de « Terre Brûlée » de Staline exigeait l'évacuation des industries, usines, machines, travailleurs qualifiés et bétail - tout devait être déplacé de l'Est vers la Russie. Presque 200 grandes usines industrielles furent déplacées en Russie depuis l'Ukraine en 2 mois. Et pire encore, Staline considérait AUSSI nécessaire d'annihiler l'intelligentsia d'Ukraine.

Dans un discours prononcé par Lech Walesa, président de la République polonaise, au cimetière des officiers polonais de Katyń le 4 juin 1995, il y eut la mention suivante (traduit par Chester A. Kisiel) :
« En septembre 1939, leur monde s'est effondré. Tout fut réduit en miettes : l'indépendance, la loi, la joie de construire son pays, la tranquillité intérieure. Un assaut venu de l'Ouest s'abattit sur la Pologne isolée, bientôt suivi par un autre depuis l'Est. [...] Nombre d'entre eux [devinrent des prisonniers de guerre soviétiques] comme les défenseurs de Lwów [et furent] assurés que rien de dommageable ne leur arriverait, qu'ils n'étaient internés que temporairement, qu'on les autoriserait à retourner chez eux. [...] Comment pouvaient-ils savoir que le 5 mars 1940, quelques signatures au bas d'un petit document allaient condamner à mort plus de vingt milliers d'innocents ? Ce document stipulait : « régler les affaires sans citer les prisonniers à comparaître et sans notifier les accusations ; la condamnation : à fusiller ».

Le NKVD obéit aux ordres précisément et méthodiquement. Une balle différente pour chaque homme condamné... heure après heure, jour après jour après jour ; la procession mortelle continua. À la fin, il ne restait qu'une fosse commune anonyme. Pas de croix, de noms, ni de prières. »
Plus de 20 000 des plus brillants et des meilleurs éléments de la réserve génétique d'Ukraine se retrouvaient morts en un seul acte. Mais ce n'était que le sommet de l'iceberg. Par exemple, la population de Kiev était de 900 000 en 1940. En 1945, elle n'était plus que de 186 000.
« S'en suivirent des décennies de dissimulation de la vérité. Mensonges, subterfuges et persécutions. Dans la Pologne totalitaire, le mot KATYŃ était un terme anti-étatique. La menace de lourdes peines planait sur quiconque oserait placer une chandelle sous une croix avec une telle inscription. Les familles des victimes de Katyń devaient dissimuler les souvenirs de leurs chers disparus. »
Les Russes mirent l'assassinat des classes instruites sur le dos des Allemands et les Allemands accusèrent les Russes. Pour finir, il fut prouvé que Staline avait donné les ordres et que le NKVD russe était responsable du massacre. La vérité, cependant, est qu'À LA FOIS les Nazis ET les Russes étaient coupables. Plus encore, il y a des preuves que l'Holocauste Juif était du même ordre : les Juifs les plus intelligents et talentueux étaient envoyés ad patres par divers moyens tandis que les psychopathes de la population juive soit ont collaboré avec les Allemands, soit ont reçu un billet gratuit pour Israël.

J'ai lu une fois un récit du génocide cambodgien perpétré par Pol Pot et son régime. Il était écrit par un instituteur. Il expliquait qu'il avait dû cacher ses lunettes parce que les Khmers Rouges fusillaient automatiquement tous ceux qui portaient des lunettes car c'était censé indiquer qu'ils savaient lire et écrire !

Le fait est que si vous lisez suffisamment de comptes-rendus historiques, vous découvrirez que tuer l'intelligentsia d'abord est le but de tout envahisseur et conquérant car c'est par l'élimination et la suppression des penseurs compétents que n'importe quel régime d'oppression s'établit. Cela a été accompli si régulièrement et si largement au cours de l'histoire que c'est stupéfiant d'y penser. Ce que cela veut dire, essentiellement, c'est qu'encore et toujours, les psychopathes et leurs suiveurs autoritaires ont systématiquement éliminé de la population humaine les esprits les meilleurs et les plus brillants, enlevant leur ADN de la réserve génétique humaine et c'est TOUTE l'humanité qui souffre. Il se pourrait très bien que cette seule stratégie explique pourquoi l'humanité est maintenant au bord de l'extinction.

Bien sûr, les darwinistes malthusiens diront qu'il ne s'agit que de la « survie du plus apte ». Je suppose que cela dépend de ce qu'on entend par « plus apte ». Dans le règne animal où l'aptitude se mesure à la force et à la puissance, à la capacité à flanquer une raclée à tous vos rivaux pour les écarter de votre nourriture et de vos partenaires sexuels, une sélection de ce type peut être utile. Mais dans l'espèce humaine, où l'aptitude, le progrès et la survie même dépendent de la puissance intellectuelle, tuer les gens les plus intelligents de n'importe quelle culture donnée, ne peut que mener à la dégradation et à la rétrogradation de l'espèce entière. Et quand cette espèce a la capacité de détruire toute vie sur la planète, et bien je pense que vous pouvez imaginer où ce genre de sélection mènera : beaucoup de pouvoir et pas assez de cerveaux pour savoir ce qu'on ne doit jamais utiliser.

J'aimerais vous inviter à vous arrêter un instant pour imaginer comment pourrait être la vie sur Terre si la Science avait réellement rempli sa mission d'expliquer notre réalité et de nous apprendre comment y répondre au mieux. Si la science était vraiment une exploration libre de la Nature et en tirait des conclusions exactes, créait des théories, testait ces théories sans intentions cachées, que pourrait-elle avoir accompli jusqu'ici ? Le pouvez-vous ? Pouvez-vous penser à un quelconque domaine de la vie qui ne pourrait pas être amélioré par une vraie compréhension scientifique et des propositions de réponse soutenues et mises en application par la structure de pouvoir/sociale ?

Oh, vous pensez que cela a déjà été fait ? Pensez-y encore. Lisez l'histoire de la science et du développement social humain. Quand vous voyez à maintes reprises les quelques individus qui avaient la bonne idée être marginalisés et/ou détruits, si vous avez quelques neurones qui fonctionnent après être nés au sein d'une humanité qui a été génétiquement modifiée pour moins d'intelligence, vous réaliserez immédiatement que les mêmes conditions - seulement pires - prévalent aujourd'hui : le courant principal suit presque toujours ce qui est convenable politiquement pour ceux qui sont au pouvoir, avec juste assez de vérité injectée pour rapiécer les déchirures évidentes d'un tissu sociétal en pleine désintégration.

Si une science vraie, libre et intelligente, soutenue et encouragée par la société entière avait effectivement été la norme et pas l'exception, nous vivrions dans un monde où notre existence même ne serait pas une honte pour la planète qui nous a donné naissance. Nous aurions une énergie libre et propre. Nous ne verrions pas une vaste majorité d'êtres humains vivre dans la pauvreté. Nous n'aurions pas de problèmes de surpopulation. Les problèmes de santé qui dominent la société occidentale et la mettent à genoux ne seraient plus un souci car il y aurait plein de nourriture nutritive pour tous. Il n'y aurait pas de guerres car l'anthropologie scientifique et la psychologie sociale auraient trouvé les meilleures formes possibles de structure sociale qui permettent à la plus large expression des genres humains de prospérer en harmonie. Les enfants ne seraient pas médicamentés de plus en plus jeunes car la science cognitive aurait établi le meilleur moyen de les élever et les éduquer et les couples pourraient suivre des cours de soins infantiles et de parentage qui seraient réellement efficaces. Les meilleures formes d'éducation seraient connues de sorte que la plus large variété d'options soit disponible pour les divers types humains, niveaux d'intelligence et aptitudes afin que chaque individu progresse dans une vie satisfaisante en faisant ce qu'il aime vraiment et ce en quoi il excelle. La conscience - et l'esprit immatériel - seraient compris et le profond respect envers la Nature et le Cosmos ferait naturellement partie de la vie de tout un chacun. Bref, l'humanité saurait comment vivre en harmonie non seulement avec les autres mais aussi avec le monde dans lequel ils sont nés.

Tout cela POURRAIT être les conditions d'un monde où la vraie Science est un domaine estimé de la société. Cela aurait pu être notre monde.

Mais ce n'est pas ce que nous connaissons aujourd'hui. Ce que nous connaissons aujourd'hui c'est le Chaos produit par des individus pathologiques qui provoque l'assentiment des Suiveurs Autoritaires. Comme je l'ai fait remarquer ci-dessus, la science a pris un mauvais tournant lorsqu'elle a été cooptée par le Pouvoir et détournée dans des buts d'Impérialisme et d'avidité matérialiste. Ce qui est vraiment triste c'est que les suiveurs autoritaires qui « croient en l'autorité » pourraient aussi aisément suivre une autorité qui a leurs meilleurs intérêts à cœur si une telle autorité existait. Je pense que cela n'est plus le cas : les psychopathes y ont veillé en cooptant et corrompant même la science jusqu'au cœur. En l'état, les moutons autoritaires suivent et soutiennent le pire des pires de l'humanité ; des individus pathologiques qui ont obtenu le pouvoir par la tromperie et la manipulation. Et pour finir, comme l'a écrit le psychologue Andrew Lobaczewski :
« Les germes ne sont pas conscients qu'ils seront brûlés vifs ou enterrés profondément dans le sol avec le corps humain dont ils ont causé la mort. »
L'humanité est un corps Cosmique et chaque individu est une cellule de ce corps. Mais l'humanité que nous voyons aujourd'hui est un idiot rongé par la maladie - une brute déguenillée qui traîne les pieds, couverte de pustules de corruption suintantes qui représentent la science, les religions et le gouvernement - qui trébuche d'un désastre auto-infligé à un autre. Il ne peut y avoir qu'une issue à ceci, et cela aussi est documenté dans la littérature ancienne qui décrit comment d'autres cultures « grandioses » ont fini :
Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l'homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche ; le déluge vint, et les fit tous périr.

Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ; mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l'homme paraîtra.

En ce jour-là, que celui qui sera sur le toit, et qui aura ses effets dans la maison, ne descende pas pour les prendre ; et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas non plus en arrière. Souvenez-vous de la femme de Lot. Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra, et celui qui la perdra la retrouvera.

Je vous le dis, en cette nuit-là, de deux personnes qui seront dans un même lit, l'une sera prise et l'autre laissée ; de deux femmes qui moudront ensemble, l'une sera prise et l'autre laissée. De deux hommes qui seront dans un champ, l'un sera pris et l'autre laissé.

Les disciples lui dirent : Où sera-ce, Seigneur ? Et il répondit : Où sera le corps, là s'assembleront les aigles. Luc 17: 26-37
Au cas où vous penseriez que cela signifie être « ravi », pensez-y à deux fois et méditez sur le texte suivant en référence à la remarque précédente sur les aigles et les vautours [selon les différentes traductions de la Bible - Ndt] qui s'assemblent autour du corps d'un mort :
Je vis un ange debout dans le soleil. Il cria à tous les oiseaux qui volaient au milieu du ciel : Venez, rassemblez-vous pour le grand dîner de Dieu, afin de manger les chairs des rois, les chairs des chefs militaires, les chairs des puissants, les chairs des chevaux et de ceux qui les montent, les chairs de tous, hommes libres et esclaves, petits et grands.

Je vis la bête, les rois de la terre et leurs armées, rassemblés pour faire la guerre à celui qui monte le cheval et à son armée. La bête fut prise, et avec elle le prophète de mensonge qui avait produit devant elle les signes par lesquels il avait égaré ceux qui avaient reçu la marque de la bête et qui se prosternaient devant son image. Tous deux furent jetés vivants dans l'étang de feu où brûle le soufre. Les autres furent tués par l'épée qui sortait de la bouche de celui qui montait le cheval, et tous les oiseaux se rassasièrent de leurs chairs. Apocalypse 19:17-21

Le Jardin des délices de Jérôme Bosch