Le Pen, Melenchon... le maquillage coquin de la pseudo démocratie


"Melechon a la vent en poupe". "Les jeunes sont avec le FN"... Ils sont gentils tout à coup les médias. Dissonances imprévues ou arythmie ? À quoi on joue ?

La réalité, c'est que les médias en sont à refaire un peu le maquillage de la démocratie pour cacher les cernes de la vieille baderne... N'importe quoi pour stimuler la libido électorale et avoir quelques votes de plus qui permettront de tricher moins quand on en sera aux chiffres pour montrer que la cocotte séduit toujours.

Mais le Systeme qui fait du lifting me rappelle cette phrase de Guitry. "On voyait très bien que son fond de teint était invisible"...

De moins en moins de gens croient encore que ces élections soient autre chose qu'une fumisterie et je regarde avec une certaine tristesse ceux que l'on convaincra d'aller voter.

Des gens - autrement sains d'esprit - admettent sans sourciller qu'une petite minorité sur cette planète contrôle le plus clair de la richesse réelle... et tout ce qu'elle veut de la richesse virtuelle qu'elle se crée et distribue à sa discrétion. Ces mêmes gens constatent que cette minorité à le contrôle total des médias qui façonnent les opinions et celui des forces militaires et policières, incluant leurs services secrets. Ils ne peuvent ignorer non plus que la corruption est partout et ils savent très bien en leur fors intérieur qu'ils ne sont pas eux-mêmes insensibles à de discrets appels du pied. Pourtant...

Pourtant, mieux que des augures de la Rome antique, ils peuvent se regarder maintenant sans rire et proclamer, la main sur le coeur, que le peuple est roi et que la démocratie va triompher. Ils feignent de croire que, si quelques millions de quidams en décidaient ainsi, cette minorité dominante tyrannique qui mène le monde s'inclinerait loyalement, rendrait les armes et permettrait que viennent les jours de la justice et de la fraternité. Ces gens nous disent: votez à gauche, votez à droite... Qu'est ce qu'on ne se raconterait pas les uns les autres pour se créer l'illusion que l'on n'est pas complètement impuissant ! ...

J'en parle encore par acquis de conscience, mais ce sera sans doute la dernière fois: je suis résigné à voir s'effilocher notre société. Je suis résigné à voir le peuple manipulé, comme était sans doute résigné Julien l'apostat, comprenant que le déclin de l'empire était irréversible. En votant à ces élections, on va prouver que le dispositif "démocratique" mis en place par l'oligarchie est sans faille.

Le peuple votant aura réussi à scotomiser l'évidence que, quel que soit le résultat de cette présidentielle, il n'y aura pas un traître sou de moins pour les riches, ni un sou vaillant de plus pour les autres, à moins qu'on n'ait hypocritement soutiré ce sou à leurs voisins encore plus mal en point. En votant, le people manipulé se sera placé pour être aussi culpabilisé à quia au moment opportun... car ce sera lui qui l'aura voulu, n'estce pas ?....

Regardez la superbe simplicité du dilemme...

Sarkozy a fait tout le mal qu'il pouvait ? Bon. Voici Hollande qui vous en changera ... Mais il est clair que Hollande en fera tout autant. Il ne reviendra pas sur les retraites, ni sur les ententes avec l'UE, ni sur les pouvoirs de la BCE, ni donc sur la menace d'un euro qui va au diable. On continuera avec Hollande à tuer et à mourir en Afghanistan, en Libye, peut-être en Syrie... N'ayez aucune crainte, vous ne sentirez rien... Bien sûr... puisque tout va changer pour que rien ne change !... Votez Hollande...

Mais supposons que Hollande ne vous excite pas... Pas de panique, vous pouvez vous émoustiller en votant Le Pen ou Melenchon au premier tour. Oui, oui, vous pouvez... Ca ne changera strictement rien.... ou ce sera pire. Car supposons un second tour Hollande-contre-Marine ou Sarko-contre-Melenchon... ? Vous croyez que ce serait une victoire du changement ?

Erreur. Rien ne serait plus jouissif pour le Systeme, car si un tiers candidat centriste avait atteint le deuxième tour, il aurait écrasé Hollande comme Sarko, mais l'un comme l'autre de ces deux-là gagnera facilement contre un dangereux "extrémiste". Or ce sont les médias qui vous diront entre les deux tours qui est un extrémiste...

Ils le diront ad nauseam et, quelles que soient les médisances ou les calomnies, il sera impossible de les réfuter en temps utile, car les outils pour diffuser la vérité hors des médias traditionnels ne sont pas encore rodés.

Les extrémistes auront-ils mangé des enfants, sodomisée des nonnettes, reçu du fric du Saint-Siege ou des Chinois ? On trouvera ce qui les rend odieux. Les médias trouveront, c'est leur mission. Il est invraisemblable que la presse aux ordres du pouvoir ne puisse pas effrayer le peuple entre les deux tours.

On aurait donc alors la situation de Chirac-Le Pen en 2002, et au moins 70% des Français choisiront alors la continuité dans l'exploitation tranquille "à la UMPS", contre tout ce qui pourrait ressembler à une dérive vers la gauche ou vers la droite dites "extrêmes".

Le Système, qui veut bien se contenter d'une pseudo rivalité PS-UMP pour gagner à tous les coups, serait donc néanmoins fou de joie si Hollande ou Sarkozy n'arrivait pas au deuxième tour. D'où cette presse qui, sans en avoir l'air, mousse maintenant le FN et Melenchon.

Un outsider au deuxième tour, Ce serait l'occasion que le peuple choisisse massivement la "démocratie" - qu'on assimilera au statu quo - et se donne un gouvernement fort par une majorité écrasante.

Cette majorité écrasante sera ensuite interprétée comme un mandat clair donnant au pouvoir la légitimité de poser les "gestes nécessaires"... c'est-à-dire d'aller encore plus loin dans l'injustice.

C'est à ça que servira votre vote. Il n'y a pas de vote utile en 2012. Ni en France, ni aux USA, ni où que ce soit. Cette année tous les votes sont complices.

Votez et, dans tous les cas de figure, rien ne changera. L'on pourra penser à Copé en "17, à un socialiste rose-bonbon en "22, à Jean Sarkozy en "27.... Ou à n'importe qui. Ça n'aura plus d'importance. On ne vous a pas dit que l'Histoire était finie ? Votez et ce sera chose faite pour longtemps.