© Inconnu
Le président Kennedy reçoit le drapeau des exilés de Cuba (Brigade 2506) à Miami le 29 décembre 1962 et déclare : "Je promets de rendre ce drapeau à une Havane libre." Kennedy avait été mal informé des détails exacts de l'invasion cubaine projetée.

Le 18 novembre 1963, John F. Kennedy a prédit que le mois d'avril 1964 apporterait "l'expansion économique de temps de paix la plus longue et la plus forte dans toute l'histoire de notre Nation." Et il a ajouté : "La conquête permanente des ennemis sûrement efficaces de la misère et du désespoir, de la faim et de l'injustice est la tâche centrale pour les Amériques dans notre temps... ' Rien n'est vrai excepté qu'un homme ou des hommes y adhèrent - pour vivre pour elle, pour se consacrer à elle, pour mourir pour elle... '"

Le temps glissait dans ses mains... il lui restait quatre jours à vivre.

Et aujourd'hui - nous sommes si loin de son rêve que la plupart des citoyens américains ne peuvent pas même imaginer qu'il l'a presque fait se réaliser. Jamais auparavant dans l'histoire écrite de l'humanité, nous n'avions été aussi précairement en équilibre sur le point de la guerre totale et mondiale - une guerre dont l'humanité ne peut en sortir vivante - que nous pouvons seulement penser que ces forces qui ont horriblement mis fin à la vie de John Kennedy ont prévu le résultat. Mais, nous y viendrons assez tôt.

La prédiction de John Kennedy - ses espoirs pour le mois d'avril à venir, mois qu'il n'a jamais vu - peut avoir été reliée d'une façon indirecte à certaines remarques qu'il avait faites un jour d'avril précédent en 1961. Le titre du discours était "le Président et la Presse" et il a été donné à l'American Newspaper Publishers Association (l'Association des Éditeurs de la Presse Américaine) à l'Hôtel Waldorf-Astoria à New York. C'est un discours curieux pour plusieurs raisons et j'en ai transcrit une partie quoique vous puissiez télécharger et écouter toute la conversation, de sa propre voix, Ici. Je pense que vous serez capables de détecter dans sa voix la sérieuse manœuvre extrême qu'il faisait dans ce discours, qu'il disait des choses qui devaient être dites très soigneusement, parce que le message était délivré à plusieurs niveaux.

Après certaines des remarques d'introduction intelligemment humoristiques, John Kennedy passe au cœur du sujet; il identifie non seulement "l'ennemi", mais la façon de vaincre cet ennemi :
Notre mode de vie est attaqué. Ceux qui se font notre ennemi s'avancent autour du globe. La survie de nos amis est en danger. Et pourtant on n'a déclaré aucune guerre; aucune frontière n'a été traversée par des troupes en marche; aucun missile n'a été tiré.

Si la Presse attend une déclaration de guerre avant qu'elle n'impose l'autodiscipline des conditions de combat, alors je peux seulement dire qu'aucune guerre n'a jamais posé une menace plus grande à notre sécurité. Si vous attendez une découverte de danger clair et présent, alors je peux seulement dire que le danger n'a jamais été plus clair et sa présence n'a jamais été plus imminente. Cela exige un changement de perspective, un changement de tactique, un changement de missions, par le gouvernement, par le peuple, par chaque homme d'affaires, chaque leader de travail et par chaque journal.

Car nous sommes confrontés, dans le monde entier, à une conspiration monolithique et impitoyable qui compte principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d'influence; par infiltration au lieu d'invasion; par subversion au lieu d'élections, par intimidation au lieu de libre choix; par guérillas la nuit au lieu d'armées en plein jour. C'est un système qui a enrôlé des ressources humaines et matérielles énormes dans la construction d'un tricot serré, une machine extrêmement efficace qui combine armée, diplomatie, renseignement, opérations économiques, scientifiques et politiques. Ses préparatifs sont cachés, non publiés. Ses erreurs sont enterrées et ne font pas les gros titres, on fait taire ses dissidents, on ne les glorifie pas; aucune dépense n'est mise en question, aucune rumeur n'est imprimée, aucun secret n'est révélé. Elle conduit la guerre froide, en bref, avec une discipline de guerre qu'aucune démocratie n'espérerait jamais vouloir égaler...

Peut-être n'y a-t-il aucune réponse au dilemme auquel est confrontée une société libre et ouverte dans une guerre froide et secrète. Dans les temps de paix, toute discussion de ce sujet et toute action qui en résultent sont tant douloureuses que sans précédent. Mais c'est un temps de paix et de péril qui ne connaît aucun précédent dans l'histoire.

C'est la nature sans précédent de cela qui provoque aussi votre deuxième obligation, une obligation que je partage et c'est notre obligation d'informer et alerter les Américains, rendre certain qu'ils possèdent tous les faits dont ils ont besoin et les comprennent aussi; le péril, les perspectives, les buts de notre programme et les choix auxquels nous faisons face.

Aucun président ne devrait craindre l'examen minutieux public de son programme, car de cet examen minutieux vient la compréhension et de cette compréhension vient le soutien ou l'opposition; et tous les deux sont nécessaires.

Je ne demande pas à vos journaux de soutenir une administration, mais je demande votre aide dans la tâche énorme d'informer et d'alerter les Américains, Car j'ai une confiance complète dans la réponse et le dévouement de nos citoyens chaque fois qu'ils sont entièrement informés. Non seulement je ne pouvais pas étouffer la controverse parmi vos lecteurs, je l'accueille. Cette administration a l'intention d'être franche de ses erreurs puisque comme un homme sage a dit une fois, "Une erreur ne devient pas erreur tant que vous refusez de la corriger. Nous avons l'intention d'accepter la pleine responsabilité de nos erreurs et nous nous attendons à ce que vous les désigniez quand nous les manquons.

Sans débat, sans critique, aucune administration ni aucun pays ne peut réussir et aucune république ne peut survivre. C'est pourquoi les législateurs athéniens ont décrété autrefois comme un crime pour tout citoyen de se dérober à la controverse. Et c'est pourquoi notre presse est protégée par le Premier Amendement.

La seule affaire en Amérique spécifiquement protégée selon la Constitution, pas principalement pour amuser et distraire, pour ne pas souligner l'insignifiant et le sentimental, pour ne pas simplement donner au public ce qu'il veut, mais informer, réveiller, réfléchir, exposer nos dangers, nos opportunités, indiquer nos crises et nos choix, mener, modeler, instruire et parfois même irriter l'opinion publique. Cela signifie une couverture et une analyse plus grandes des nouvelles internationales. Car ce n'est plus loin et étranger, mais tout proche et local. Cela signifie une attention plus grande à la compréhension améliorée des nouvelles aussi bien qu'une transmission améliorée. Et cela signifie finalement que ce gouvernement à tous les niveaux doit satisfaire à son obligation de vous fournir l'information la plus complète possible à l'extérieur des limites étroites de la sécurité nationale. Et nous avons l'intention de le faire.

C'était au début du 17ème siècle que Francis Bacon a remarqué trois inventions récentes transformant déjà le monde : la boussole, la poudre à canon et la presse d'imprimerie. Maintenant les liens entre les nations d'abord forgés par la boussole nous ont tous faits citoyens du monde, les espoirs et les menaces de l'un devenant les espoirs et les menaces de nous tous.

Dans cet effort mondial de vivre ensemble, l'évolution de la poudre à canon à sa limite ultime a averti l'humanité des conséquences épouvantables de l'échec.

Et donc c'est de la presse d'imprimerie, l'enregistreur des actes des hommes, le gardien de sa conscience, le courrier de ses nouvelles, que nous cherchons la force et l'aide, confiant qu'avec votre aide l'homme sera ce pour quoi il est né: Libre et Indépendant.
Le discours ci-dessus a été donné le 27 avril 1961, environ dix jours après le fiasco de la Baie des Cochons qui a été annoncé rétrospectivement comme "l'embarras" principal de l'Administration Kennedy. Cette "Baie des Cochons" est presque devenue une sorte "de slogan". L'autre jour, un troll du Net ignorant a sorti brusquement comme mot final sur John Kennedy. "Rappelez-vous la Baie des Cochons!" Ah oui ?! Il n'y a qu'un partisan fasciste du Reich de Bush - le même gang qui était derrière la Baie des Cochons - qui dirait quelque chose comme ça.

Wikipedia nous parle de la Baie des Cochons::
Suite à l'échec, le directeur de la C.I.A. Allen Dulles, le sous-directeur de la C.I.A. Charles Cabell et le sous-directeur des Opérations Richard Bissell ont tous été forcés de démissionner. Tous les trois ont été tenus pour responsables de la planification de l'opération à la C.I.A. La responsabilité de l'Administration Kennedy et du Département d'Etat américain pour les modifications des plans ne fut apparente que plus tard...
C'est-à-dire que la responsabilité présumée de Kennedy pour le désastre la Baie des Cochons n'a été fabriquée que plus tard. Le fait est, tant la Mafia que la C.I.A. ont fait face à la perte de millions et de millions de dollars après que Castro les a éjectés eux et leur jeu, drogue et commerce d'esclaves blancs de Cuba. Jusqu'au temps de Castro, Cuba avait été pratiquement un "état client" de la Mafia et de la C.I.A. et ils voulaient le récupérer! C'est en quoi consistait réellement la Baie des Cochons.

Zack Shelton, agent du FBI retraité et enquêteur de l'assassinat de Kennedy dit : "La Mafia couchait avec la C.I.A.."

L'opération pour tuer Castro et reprendre Cuba était une opération commune de la Mafia/C.I.A.. Un apologiste pour la Mafia/C.I.A. et vecteur de désinformation évident, John Hughes a dit dans un interview :
Et ensuite nous avons la Baie des Cochons. La Baie des Cochons - bien sûr, c'était un désastre - c'était un désastre grâce à John Kennedy qui, à 1h30 le 16 avril, avait approuvé le vol des avions du Nicaragua pour s'occuper de l'invasion de la Baie des Cochons. Et puis, à 21h30 cette nuit-là, il l'a annulé.
Hughes est faiblement horrifié par cette mention du nombre de combattants anti-Castro qui ont été capturés ou tués. Cela ne semble pas l'affecter du tout de penser au destin du peuple cubain une fois que le régime de la C.I.A./MAFIA a été re-installé.

Une question intéressante est : Que John Kennedy a-t-il appris dans cette période de temps entre l'autorisation de l'invasion de la Baie des Cochons et ensuite l'annulation ? Et avons-nous quelques indications dans le discours qu'il a donné à la Presse dix jours plus tard quant à ce qu'il a appris ? Si vous relisez soigneusement l'extrait du discours et le comparez ensuite à la chose suivante de Wikipedia, je pense que vous pourriez vous rendre compte que Kennedy a compris que la Baie des Cochons était un piège qui avait été installé pour les Etats-Unis, conçu pour l'impliquer dans les débuts d'une guerre mondiale :
Wikipedia : La presque certitude de la C.I.A. que le peuple cubain se soulèverait et se joindrait à eux était basé sur la présence extrêmement faible de l'agence sur le terrain à Cuba. Le contre-espionnage de Castro, formé par des spécialistes du Bloc soviétique incluant Enrique Lister, avait infiltré la plupart des groupes de résistance. À cause de cela, presque toute l'information qui venait d'exilés et de transfuges était "contaminée". L'agent de la C.I.A. E. Howard Hunt avait interviewé des Cubains à la Havane avant l'invasion; dans une interview future avec CNN, il a dit, "... tout que je pouvais trouver était beaucoup d'enthousiasme pour Fidel Castro."
Le 29 avril 2000 l'article du "Washington Post", "les Soviétiques connaissaient la date de l'attaque de Cuba", annonçait que la C.I.A. avait l'information indiquant que l'Union soviétique savait que l'invasion allait avoir lieu et qu'elle n'avait pas informé Kennedy. La radio de Moscou a émis réellement des actualités en langue anglaise le 13 avril 1961 prévoyant l'invasion "dans un complot élaboré par la C.I.A." utilisant des "criminels" payés en l'espace d'une semaine. L'invasion a eu lieu quatre jours plus tard. Selon le ministre britannique David Ormsby-Gore, des évaluations du renseignement britannique, qui avaient été rendues disponibles à la C.I.A., montraient que le peuple cubain était principalement derrière Castro et qu'il n'y avait aucune probabilité de défections massives ou d'insurrections après l'invasion.
Apparemment, Kennedy travaillait rapidement dans les coulisses et s'activait à toute vitesse sur cette chose qui lui était tombée dessus presque comme un fait accompli. Les indices sont dans ce qu'il en a dit 10 jours plus tard :
Car nous sommes confrontés, dans le monde entier, à une conspiration monolithique et impitoyable qui compte principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d'influence; par infiltration au lieu d'invasion; par subversion au lieu d'élections, par intimidation au lieu de libre choix; par guérillas la nuit au lieu d'armées dans la journée. C'est un système qui a enrôlé des ressources humaines et matérielles énormes dans la construction d'un tricot serré, une machine extrêmement efficace qui combine armée, diplomatie, renseignement, opérations économiques, scientifiques et politiques. Ses préparatifs sont cachés, non publiés. Ses erreurs sont enterrées et ne font pas les gros titres, on fait taire ses dissidents, on ne les glorifie pas; aucune dépense n'est mise en question, aucune rumeur n'est imprimée, aucun secret n'est révélé. Elle conduit la guerre froide, en bref, avec une discipline de guerre qu'aucune démocratie n'espérerait jamais vouloir égaler...
Je crois que John Kennedy choisissait ses mots avec grand soin pour y transmettre son message, sa déclaration de guerre contre cette "conspiration monolithique et impitoyable." J'ai aussi suggéré dans un chapitre précédent de cette série que John et Bobby Kennedy avaient un plan pour utiliser le système qui était en place pour entrer dans la fonction et la nettoyer ensuite; ils savaient qu'il n'y avait aucune autre façon de le faire. Et, comme noté ci-dessus, il y a abondance d'apologistes pour le système de corruption dans ce pays, comme John Hughes qui émet cet avis :
Joseph Kennedy a appris à ses gosses qu'ils pouvaient échapper à tout et peu importe de quoi ils pouvaient toujours échapper. Et donc, nous avons la toxicomanie dans certains des gosses de Kennedy - bien, nous pouvons y échapper, nous résoudrons tout. Mais Bobby Kennedy - oh, beaucoup, beaucoup de cas où il a pensé qu'il pourrait échapper à tout; John Kennedy croyant qu'il pouvait avoir des relations avec n'importe quelle femme dans le monde et y échapper; et donc, je pense qu'il y avait absolument un sentiment parmi tout le clan Kennedy que quoi que nous voulions faire, nous pouvions le faire et nous y échapperions. Je pense que c'était l'attitude des Kennedy.
Et, si Bobby était vraiment intelligent, il aurait su - et je suis sûr qu'il a vraiment su - la promesse que son père a faite à la Mafia - s'il était vraiment intelligent il n'aurait pas pourchassé la Mafia de la façon dont il l'a fait. Mais c'était très égoïste de sa part - il allait se faire un nom - se débarrasser de la Mafia. Bien sûr, il est dit que Bobby Kennedy s'est vraiment rendu compte - d'une façon intéressante - qu'il était la raison pour laquelle son frère a été tué.
Le susdit est juste le type d'ordures gluantes, psychopathiques qui sont propagées par les artistes de diffamation habiles qui sont des déviants dans l'âme. Quelle pauvreté d'âme doit exister dans une personne pour avoir une telle vision, tordre et déformer la réalité de cette manière!

Mais il était vrai que la Mafia a aidé Kennedy à être élu. Il est aussi possible que John et Bobby Kennedy n'aient pas été au courant d'un accord de leur père avec la Mafia, que John a cru honnêtement que ce fut son propre travail de campagne difficile qui l'a aidé jusqu'à la fonction. En tout cas, c'est typiquement psychopathique d'accuser la victime d'être responsable de sa propre mort. "Vous devriez avoir su que si vous vous êtes levés contre le mal que le mal allait se retourner contre vous, alors vous méritez ce que vous avez obtenu!" C'est exactement ce que dit Hughes.

L'agent du FBI retraité, Zack Shelton confirme la connexion de la Mafia :
Essentiellement, Joe Kennedy a promis la Maison Blanche à la Mafia : "Elisez mon fils et la Maison Blanche est à vous."
Ainsi, qu'ont-ils fait ? Ils ont pensé qu'ils avaient élu son fils parce que l'Illinois est [l'état] qui a donné un petit coup [à l'élection] (et la Virginie Occidentale). Ils leur a semblé qu'ils avaient fait élire Kennedy. Ainsi, quand Bobby est intervenu, ils se sont sentis trahis.
L'Auteur David Scheim ajoute à la légende de la Mafia étant derrière les assassinats de Kennedy :
Au Printemps et à l'été 1963, selon des témoins fédéraux crédibles, 3 figures principales de la Mafia discutaient toutes de pensées pour tuer John et Robert Kennedy. (Marcello, Trafficante, Hoffa.)
Et nous ne pouvons pas oublier que la Mafia couchait avec la C.I.A.. Zack Shelton commente :
La C.I.A ne rendait compte à personne et Kennedy était sur le point de la licencier. Il n'était pas heureux avec la Baie des Cochons, il n'était pas heureux avec toutes les opérations qu'ils avaient en cours pour tuer Castro. Il était plutôt embarrassé par certaines des opérations qu'ils avaient en cours. Il a renvoyé Dulles, il a renvoyé le Général Cabell et, assez étrangement, le maire de Dallas au Texas était le frère du Général Cabell.
Mais évidemment, bien qu'il ait retiré certains des meneurs et se préparait à en pourchasser d'autres et à mettre des hommes convenables dans les positions administratives, quelque chose était toujours en mouvement.

En 1962, le Président du Etat-Major Interarmées, le Général Lyman Lemnitzer, approuva l'Opération Northwoods, un complot pour recueillir le soutien public pour l'intervention militaire à Cuba. Le complot appelait aux actes de terrorisme contre les Etats-Unis, y compris le développement d'une "campagne de terreur". Nous commençons à nous rendre compte que Kennedy ne parlait pas juste des Communistes "là-bas" quand il a dit que nous sommes confrontés "à une conspiration monolithique et impitoyable qui compte principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d'influence; par infiltration au lieu d'invasion; par subversion au lieu d'élections, par intimidation au lieu de libre choix; par guérillas la nuit au lieu d'armées dans la journée. C'est un système qui a enrôlé des ressources humaines et matérielles énormes dans la construction d'un tricot serré, une machine extrêmement efficace qui combine armée, diplomatie, renseignement, opérations économiques, scientifiques et politiques."

Beaucoup de personnes sont mortes pour garder les secrets de l'assassinat de Kennedy incluant des hommes militaires, des truands et des agents de la C.I.A. aux niveaux les plus hauts, donc il est clair que l'apex de cette pyramide de pouvoir ne doit pas être trouvé dans l'armée, la Mafia ou la C.I.A.. Tous sont juste des outils pour "la conspiration monolithique et impitoyable." Il est certainement probable que la C.I.A. et la Mafia avaient toutes les deux des équipes de tireurs à Dallas ce jour-là. Il est aussi évident que le FBI a fermé les yeux sur la question indiquant l'approbation tacite de Hoover de l'assassinat même si le FBI n'a pas été directement impliqué. Mais il y a plus que cela qui saute aux yeux.

Comme John Kennedy a noté dans son discours cité ci-dessus, il a cru qu'une erreur n'était pas une erreur tant que vous refusez de la corriger et il trouvait beaucoup d'erreurs dans la politique étrangère américaine et il s'est mis à les corriger. Cela, en soi, est devenu les "actes de guerre" contre les conspirateurs que Kennedy avait identifiés. Parmi ces erreurs était la guerre au Vietnam. Peu après l'entrée en fonction il avait été confronté avec une crise au Laos où les Communistes se battaient contre une force d'opposition soutenue par la C.I.A.. Comme la situation dans la Baie des Cochons, l'Etat-Major Interarmées lui a conseillé "d'envoyer plus de troupes."

Kennedy a refusé.

Il devenait de plus en plus clair que John Kennedy ne prenait pas la perte de vies américaines aussi légèrement que ceux qui menaient les guerres et les sociétés qui en profitaient et les conspirateurs qui tiraient les ficelles dans les coulisses.

Juste avant sa mort, John Kennedy a signé le Mémorandum de Sécurité Nationale 263 qui appelait efficacement au retour de toutes les troupes américaines du Vietnam vers la fin de 1965. Son ordre de ramener les troupes a été annulé seulement quelques jours après son assassinat selon le Mémorandum de Sécurité Nationale 273, autorisé par Lyndon B. Johnson. Le plus particulier est que le projet initial de cet ordre signé par Johnson était daté du 21 novembre 1963 - le jour avant que John Kennedy ne rencontre son destin à Dallas. S'il n'y a rien d'autre, c'est presque une preuve fumante que LBJ était au courant de la conspiration.

Ainsi, non seulement les choses devenaient serrées pour la C.I.A. et la Mafia sous John Kennedy, les choses devenaient inconfortables pour le complexe militaro-industriel dont l'affaire principale était la guerre et la mort.

La question est : De qui Kennedy parlait-il vraiment quand il a dit : "une" conspiration monolithique et impitoyable qui compte principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d'influence. "Aujourd'hui, nous voulons regarder un visage de cette bête dans un autre chapitre de

Farewell America.
"Il y a peu dans l'éducation, formation ou expérience de la plupart des officiers militaires pour les équiper de l'équilibre de jugement nécessaire pour imposer leurs propres solutions ultimes... dans la perspective appropriée dans la stratégie totale Présidentielle pour l'ère nucléaire." Sénateur J. William Fulbright
Trois jours avant que Kennedy n'entre à la Maison Blanche, le 17 janvier 1961, le Président Eisenhower, dans son discours d'adieu à la Nation, a publié un avertissement aux Américains :
"Des menaces, nouvelles en type ou en degré, surgissent constamment... Aujourd'hui notre establishment militaire a peu de rapport avec cela connu par tous mes prédécesseurs en temps de paix... Jusqu'au dernier de nos conflits mondiaux, les Etats-Unis n'avaient aucune industrie d'armement. Les fabricants américains de socs de charrue, avec du temps et selon ce qui était exigé, pouvaient aussi faire des épées. Mais maintenant nous ne pouvons plus risquer l'improvisation d'urgence de la défense nationale; nous avons été contraints de créer une industrie d'armement permanente de dimensions énormes. Ajouté à cela, trois millions et demi d'hommes et femmes sont directement engagés dans l'establishment de la défense. Nous dépensons annuellement pour la sécurité militaire plus que le revenu net de toutes les sociétés des Etats-Unis. (1)
"Cette conjonction d'un establishment militaire immense et d'une grande industrie de l'armement est nouvelle dans l'expérience américaine. L'influence totale - économique, politique, même spirituelle - est ressentie dans chaque ville, chaque Siège de la législature d'un Etat, chaque bureau du gouvernement Fédéral...
"Dans les conseils gouvernementaux, nous devons nous prémunir contre l'acquisition d'influence injustifiée, recherchée ou non recherchée, par le complexe militaro-industriel. Le potentiel pour la montée désastreuse de pouvoir mal placé existe et persistera...
"Nous ne devons jamais laisser le poids de cette combinaison mettre en danger nos privilèges ou nos processus démocratiques..."
Pendant les deux mandats d'Eisenhower en fonction, les dépenses militaires fédérales se sont étendues à un niveau de 350 milliards de $, 182 milliards de $ de plus que les dépenses de défense sous Truman, malgré le fait que son terme a coïncidé avec la fin la Deuxième Guerre mondiale et le conflit coréen. (2) Si le coût des pensions des vétérans et la partie de la dette nationale attribuable aux dépenses militaires est ajouté à ce chiffre, il peut être dit que 77 % du budget des Etats-Unis en 1960 ont été consacrés au paiement pour les guerres du passé et la préparation de celles de l'avenir.

Le Pentagone était non seulement l'acheteur d'armes le plus important dans le monde, mais aussi la plus grande société du monde. En 1960, le Pentagone avait des actifs cumulant 60 milliards de $. (3) Il possédait plus de 32 millions d'acres de terre aux Etats-Unis et 2,5 millions à l'étranger. Ses biens étaient deux fois plus grands que ceux de General Motors, US Steel, AT&T, Metropolitan Life, et Standard Oil de New Jersey combiné. Peu d'états dans l'Union - et peu de pays dans le monde - ont un budget aussi grand que celui du Département de la Défense et un tiers a une population plus petite. (4)

En 1941, le Secrétaire à la Défense Charles Wilson avait déclaré que l'économie de guerre devrait être une institution permanente et pas le résultat d'une situation d'urgence. Les industries de défense, a-t-il dit, ne devraient pas avoir leurs activités limitées par des chasses aux sorcières politiques, ni sacrifiées à la poignée des isolationnistes qui les avaient surnommés "marchands de mort." Avec le retour de la paix en 1945, James W. Forrestal, Secrétaire à la Marine en 1944, a fondé "l'Association de l'Industrie pour la Sécurité Nationale."

Le budget militaire de 1960 incluait 21 milliards de $ pour l'achat de marchandises. Trois-quarts de cette somme sont allés à moins de cent sociétés. Les plus grands entrepreneurs du Pentagone étaient à ce moment-là General Dynamics (1,26 milliards de $ en 1960), (5) Lockheed et Boeing (1 milliard de $ chacun), General Electric et North Aviation (900 millions de $ chacun). Quatre-vingt-six pour cents de ces contrats de défense ne furent pas attribués sur des offres. Les Conseils d'administration des entrepreneurs les plus favorisés comprenaient plusieurs officiers militaires retraités de haut rang. General Dynamics, le premier entrepreneur de l'Armée, comptait 187 officiers militaires retraités, y compris 27 Généraux et Amiraux, parmi son personnel.

Les activités de relations publiques des fabricants d'armes étaient particulièrement agréables pour le Pentagone. En 1959, le Département de Relations Publiques de Martin Aviation de Baltimore a offert un "long week-end de relaxation" avec des activités appropriées de loisirs (connu comme Opération 3B, pour la Baignade, les Blondes et les Bars) à 27 officiers de haut rang, y compris le Général Nathan F. Twining, Président de l'Etat-Major Interarmées. En 1960, on a attribué à Martin Aviation pour 800 millions de $ de contrats de défense. Les sociétés comme Hughes Aircraft, Sperry Gyroscope et Chesapeake and Potomac Telephone employaient des techniques semblables.

Depuis la fin de la Guerre de Corée, l'existence et l'expansion de l'industrie de l'armement en général et l'industrie aéronautique en particulier avaient été étroitement connectés avec la suite de la Guerre Froide, qui était essentielle à de nombreuses entreprises industrielles. (6) Le Vice-président Nixon avait déclaré : "Plutôt que permettre aux Communistes de nous grignoter à mort dans de petites guerres dans le monde entier, à l'avenir nous compterons sur notre pouvoir de vengeance massive et mobile "Le Pentagone a été préparé à toutes les éventualités. Il avait même fait une étude détaillée sur "la manière de préserver une société viable après un conflit nucléaire"

Au cours de sa campagne électorale, John Kennedy avait promis une augmentation des dépenses militaires. Le candidat démocrate a déclaré après son élection à la Présidence qu'il avait été mal informé à cette époque de la proportion réelle des forces américaines et soviétiques. Il avait cru l'information imaginaire lancée par l'Armée de l'Air et le Pentagone et avait réimprimé dans les journaux que l'Union Soviétique possédait 500 à 1.000 missiles nucléaires intercontinentaux (en fait, elle en avait 50). Une fois qu'il fut à la Maison Blanche et eut l'accès à de plus précises évaluations (mais toujours gonflées) de la C.I.A., il découvrit que la force soviétique avait été exagérée, mais que cette exagération faisait partie de la stratégie du Pentagone.

Le 28 mars 1961, Kennedy a déclaré devant le Congrès,
"En janvier, en ordonnant certains changements immédiatement nécessaires, j'ai chargé le Secrétaire à la Défense de réévaluer toute notre stratégie, capacité, engagements et besoins de défense à la lumière des dangers présents et futurs. Le Secrétaire d'Etat et d'autres ont été consultés dans cette réévaluation et j'ai soigneusement passé en revue leurs rapports et conseils."
Cette nouvelle politique exigeait la coopération et le contrôle des hommes responsables pour la réaliser. Le nouveau Secrétaire à la Défense de Kennedy, Robert McNamara, venait d'achever une réorganisation réussie de la Ford Motor Company. "L'Amérique produit peu d'hommes du calibre de McNamara... Un homme d'une volonté dure comme le diamant et de physique en titane," a écrit Time de lui. McNamara avait 45 ans, rarement socialisé, s'intéressait aux problèmes raciaux et à l'urbanisme et aimait l'alpinisme et la poésie (Yates, Frost et Yevtochenko). Il arrivait à son bureau à 7h15 et travaillait jusqu'après 20 heures. Au Pentagone il avait "une horreur presque calviniste de l'émotion, une révérence presque mystique pour la raison. Il fut le premier Secrétaire à la Défense avec la capacité, l'expérience et juste le cran pour amener l'énorme establishment étendu de la défense américaine, affreusement bureaucratique, sous un contrôle civil efficace." (7)

Dès le 21 janvier 1961, L'Etat-Major Interarmées a compris que dorénavant ils allaient être gouvernés. Durant sa première semaine au Pentagone il a posé 96 questions de base. Il a fait clairement comprendre que désormais, la stratégie de base serait définie par le Président et lui-même. Il a supprimé 500 comités (sur 4.000) et a coordonné les activités de ceux qu'il maintenait. Il a surmonté l'inertie et l'incompétence à l'aide des ordinateurs, des planificateurs d'éventualité et des coordonnateurs. Son but était de délivrer les hommes militaires du besoin d'être intelligent. Lui et ses députés fourniraient l'intelligence, aux moments et aux endroits nécessaires. "La guerre est un art simple et tout est dans l'exécution," avait dit Napoléon. Les officiers militaires et même les civils de haut rang dans le Pentagone furent obligés d'apprendre un nouveau langage tridimensionnel pour lequel ils n'avaient pas du tout été préparés.

Le nouveau Secrétaire à la Défense a substitué la révolution à l'évolution. Le concept et la pratique d'analyses fonctionnelles ont été présentés. Le but : l'évaluation scientifique des développements d'armes majeurs et d'autres projets coûteux pour déterminer aussi objectivement que possible le retour sur un investissement proposé, comparé à son alternative. McNamara n'était pas intéressé par les avis, les recommandations ou les conclusions des officiers au Pentagone. Il exigeait des réponses écrites aux questions spécifiques. Concernant n'importe quel problème administratif avec des répercussions politiques ou financières, il demandait seulement une chose : "Quelle est l'alternative ? Quels sont les choix ?" Il interdisait aux généraux de participer aux réunions en uniforme (un général à deux étoiles est quelque peu effrayé devant un général à trois étoiles, particulièrement quand il porte ses étoiles). En 1961 il a rédigé une liste de 131 mesures urgentes et l'a présentée à ses subalternes. Vers la fin de l'année, 112 de ses suggestions avaient été effectuées. Jamais auparavant on n'avait fait appel aux Généraux pour répondre à tant de questions. Le Pentagone se tenait derrière le postulat de l'Armée de l'Air, "L'extermination du système soviétique doit être notre objectif national primordial, notre obligation envers les peuples libres du monde. Nous devons commencer la bataille immédiatement."

Après le désastre de la Baie des Cochons, McNamara a fait savoir que le Pentagone ne jouerait plus le rôle de complice passif de la C.I.A. et du Département d'Etat. Il avait nommé Charles J. Hitch et Paul H. Nitze comme ses adjoints. En 1960, Hitch avait écrit un livre intitulé l'Économie de Défense dans le Siècle Nucléaire, qui présentait un nouveau concept de stratégie militaire. Il suggérait que l'armée et les exigences de la défense doivent être subordonnées à l'économie nationale sur une base à long terme et à court terme. Paul H. Nitze, l'ancien directeur du Personnel de Planification de la Politique au Département d'Etat, estimait que le Président devait considérer son Secrétaire d'Etat comme le directeur général d'une politique étrangère "où des aspects diplomatiques, militaires, économiques et psychologiques doivent être joints conformément à un concept essentiellement politique."

Cette théorie est devenue la base de la politique de Kennedy. Il avait l'intention de remplacer la stratégie de représailles massives de John Foster Dulles par une stratégie de réponse flexible. Il a ordonné un examen de tous les plans existants et tous les sacro-saints concepts stratégiques. Kennedy sentait que la stratégie de guerre nucléaire devait être basée sur quelque chose de plus que l'intuition. Il a dit au Congrès :
"Nos armes doivent être soumises au contrôle et au commandement civil suprême à tout moment, dans la guerre aussi bien que la paix. Les décisions de base concernant notre participation à n'importe quel conflit et notre réponse à n'importe quelle menace - en fait toutes les décisions touchant à l'utilisation d'armes nucléaires ou l'escalade d'une petite guerre en une grande - seront faites par les autorités civiles régulièrement constituées. Cela exige une organisation, des procédures, des équipements et des communications efficaces et protégés en cas d'attaque dirigée vers cet objectif, ainsi que des mesures défensives conçues pour assurer des décisions réfléchies et sélectives par les autorités civiles. Ce message et ce budget reflètent aussi ce principe de base...
"Le but primordial de nos armes est la paix, pas la guerre - pour s'assurer qu'elles ne doivent jamais être utilisées - pour dissuader toutes les guerres, générales ou limitées, nucléaire ou conventionnelle, grande ou petite - pour convaincre tous les agresseurs potentiels que n'importe quelle attaque serait futile - pour fournir un soutien pour le règlement diplomatique des querelles - pour assurer l'adéquation de notre pouvoir de négociation pour une fin de la course aux armements. Les problèmes de base faisant face au monde ne sont pas susceptibles aujourd'hui d'une solution militaire. Ni notre stratégie ni notre psychologie en tant que nation - et certainement pas notre économie - ne doivent devenir dépendants de la maintenance permanente d'un grand establishment militaire. Notre position militaire doit être suffisamment flexible et sous contrôle pour être compatible avec nos efforts pour explorer toutes les possibilités et prendre toute mesure pour diminuer les tensions, obtenir des solutions pacifiques et sécuriser les limitations des armements. La diplomatie et la défense ne sont plus des alternatives distinctes, l'une doit être utilisée là où l'autre échoue - toutes les deux doivent se compléter l'une l'autre...
"Nos armes ne seront jamais utilisées pour frapper le premier coup lors de n'importe quelle attaque. Ce n'est pas une confession de faiblesse, mais une déclaration de force. C'est notre tradition nationale. Nous devons compenser tout avantage que cela peut sembler donner à un agresseur en augmentant la capacité de nos forces pour répondre vite et efficacement à n'importe quel mouvement agressif pour convaincre tout agresseur potentiel qu'un tel mouvement serait trop futile et coûteux à entreprendre."
Kennedy a proposé une augmentation de 650 millions de $ dans les dépenses militaires, mais son nouveau budget était façonné pour éliminer "la perte, la duplication et les articles de dépense démodés ou injustifiables." Le Président a justifié sa pensée dans les mots suivants :
"C'est une entreprise longue et laborieuse, contrée par des arguments spéciaux et des intérêts de groupes spéciaux économiques, militaires, techniques et autres. Il y a des centaines de manières, la plupart d'entre elles avec un certain mérite, pour dépenser des milliards de dollars dans la défense et il est compréhensible que chaque critique de ce budget aura une préférence forte pour l'économie sur une dépense autre que celles qui affectent sa branche du service, ou son usine, ou sa communauté.
"Mais des décisions difficiles doivent être faites. Les équipements ou les projets inutiles doivent être éliminés progressivement. L'establishment de la défense doit être mince et sain, efficace et utile, s'adaptant toujours à de nouvelles occasions et avances et planifiant pour l'avenir. L'intérêt national doit être soupesé contre les intérêts spéciaux ou locaux." (8)
Néanmoins, Kennedy a demandé au Congrès d'approuver la construction de dix sous-marins nucléaires de plus et il a exigé une expansion considérable du programme Polaris, qu'il a décrit comme "un investissement sage pour l'avenir." Il a aussi recommandé le développement du missile stratégique Minuteman, la suite du missile aéroporté Skybolt, une augmentation du budget du Strategic Air Command, l'expansion de projets de recherche militaires et le transport aérien pour supprimer l'équipement obsolète (le Titan, le B 47, le Snark) et il a exigé l'annulation des projets pour le bombardier intercontinental B70 et le missile naval Eagle. Les deux programmes étaient déjà démodés, mais leurs fabricants ainsi que le Pentagone avaient des raisons de vouloir les continuer. (9)

Le Pentagone était en faveur du programme de missile antimissile Nike-Zeus, qui devait être effectué par Western Electric. L'administration d'Eisenhower avait déjà ordonné un gel sur les fonds votés par le Congrès et quand ils ont été votés de nouveau, l'administration Kennedy a fait de même. Il a aussi gelé les fonds pour le bombardier B70. (10) Mais le Pentagone avait déjà dépensé 1 milliard de $ sur ce projet et les évaluations les plus prudentes au moment plaçaient le coût total vers quelque chose proche de 10 milliards de $. (11)

Ces politiques présidentielles, l'intelligence et l'efficacité avec laquelle McNamara et son équipe avaient l'intention de les effectuer, constituaient une révolution au Pentagone. "En établissant un contrôle civil du Pentagone comme un fait de vie aussi bien qu'une théorie, McNamara est peut-être allé trop loin en aliénant des officiers de carrière. Il prenait non seulement le dessus sur des potentats comme le Général Curtis LeMay, mais parfois il les humiliait aussi," a écrit Time.

"Avec l'esprit d'un ordinateur et le pouvoir volontaire d'un chef intransigeant, McNamara a remodelé la machine de guerre des Etats-Unis de la rigidité des représailles nucléaires massives au calibrage délicat de la réponse flexible. Il a réduit les coûts, fait tomber des têtes d'officiers de haut rang, bafoué des alliés dans la ligne, effrayé des satrapes du Congrès, s'est fait des ennemis presque partout," a ajouté Newsweek.

Les jours et les mois passaient fiévreusement. Face aux ordres impérieux du sommet, les Généraux et les Amiraux ont d'abord cédé, ensuite se sont révoltés. Une sorte de guérilla a éclaté parmi les 7.000 bureaux, 18 miles de couloirs et 150 escaliers du Pentagone. Des déclarations anti-administration par des officiers de haut rang se sont multipliées au printemps 1961. Le Général Edwin Walker a déclaré, "Nous devons rejeter les traîtres et si ce n'est pas possible, nous devons organiser la résistance armée pour défaire les conceptions des usurpateurs et contribuer au retour d'un gouvernement constitutionnel." (12) Il était soutenu par le Général P. A. del Valle et l'Amiral Arthur Radford.
"Certains des conseillers entourant maintenant le Président ont des philosophies quant aux affaires étrangères qui refroidiraient l'Américain moyen," a déclaré l'Amiral Chester Ward (retraité). "La Troisième Guerre mondiale a déjà commencé et nous y sommes profondément engagés," a déclaré l'Amiral Felix B. Stunny. L'Amiral Ward a accusé les conseillers de la Maison Blanche de donner la priorité "non à la liberté, mais à la paix" et a ajouté, "Je ne suis pas en faveur d'une guerre préventive, mais je suis en faveur d'une frappe préventive" (sic).
Le Général White, président de l'Etat-Major de l'Air Force, a déclaré,
"Je suis profondément appréhensif du type fumeur de pipe loin du monde réel des intellectuels de la défense soi-disant professionnels qui ont été amenés dans cette capitale de la Nation. Je ne crois pas que beaucoup de ces jeunes professeurs, mathématiciens et autres théoriciens présomptueux, parfois arrogants, ont l'accomplissement ou la motivation suffisante pour résister à la sorte d'ennemi à qui nous faisons face."
Le New-York Times (13) a écrit,
"Le Pentagone a ses ennuis avec des membres de la droite en uniforme. Un certain nombre d'officiers de haut et moyen rang endoctrinent leurs états-majors et la population civile près de leurs bases avec des théories politiques ressemblant à celles de la Société John Birch. Ils soutiennent aussi la critique et ridiculisent certaines politiques officielles du gouvernement américain. L'exemple le plus remarquable de certains de ces officiers est le Maj. Général Edwin A. Walker..."
Le Sénateur Stuart Symington du Missouri s'est levé au Sénat pour condamner les activités périscolaires de certains officiers militaires et le Sénateur J. William Fulbright de l'Arkansas a déclaré qu'en proclamant que les Etats-Unis étaient engagés dans une lutte désespérée et que son objectif unique dans la Guerre Froide ne devrait pas être une coexistence paisible, mais la victoire totale, les leaders militaires prêtaient l'appui aux éléments les plus irresponsables de l'extrême droite. Suite à ces dénonciations, le Général Walker a été délivré de ses devoirs pour l'extrémisme et la propagande dans l'Armée.

McNamara était suffisamment fort pour résister aux pressions combinées de ses conseillers militaires et du Congrès. Avec l'approbation de Kennedy, il opta pour l'expansion du programme de missile balistique intercontinental aux dépens des bombardiers conventionnels si chers aux cercles militaires et industriels.

Le Pentagone avait été son propre maître pendant vingt ans - après la Deuxième Guerre mondiale, pendant le conflit coréen et finalement sous l'administration compatissante du Général Ike. Les guerriers comprenaient maintenant que les bonnes années étaient parties. Non seulement ils craignaient pour leurs privilèges, mais ils considéraient de leur devoir d'essayer et "sauver la nation."

Pendant la Guerre de Corée, l'Armée avait été secouée par le succès des techniques de lavage de cerveau appliquées aux prisonniers de guerre américains. Avec la bénédiction d'Eisenhower, le Conseil de Sécurité Nationale avait installé un programme civil d'éducation pour réveiller le public "à la menace de la Guerre froide" et la nécessité de la survie nucléaire. En se sentant persécutés par le Président et son Secrétaire à la Défense, les guerriers ont décidé d'utiliser ce forum pour informer le public civil de la conspiration anti-américaine des hommes de la Nouvelle Frontière.

Au printemps 1961, les "alertes publiques," les "forums de liberté," la "stratégie pour des conférences de survie" et les "séminaires de guerre de quatrième dimension" ont proliféré. Les buts déclarés de ces programmes étaient "d'alerter tous ceux présents sur les objectifs spécifiques du communisme international," "pour révéler les secteurs d'influence communiste sur la jeunesse américaine," "pour réorienter l'Américain pensant vers des idées non-américaines," et "identifier les fonctionnaires publics et la politique affichant une 'douceur' envers le Communisme." Les adresses caractéristiques portaient des titres comme "Ce que Vous Pouvez Faire dans le Combat Contre le Communisme," et "Pas étonnant Que Nous Perdions." Bref, opérations psychologiques.

L'Amiral Ward était l'orateur principal à un séminaire de guerre de quatrième dimension donné le 15 avril à Pittsburgh. Le 14 et 15 avril, des conférences "Stratégie de Survie" patronnées par le Major Général William C. Bullock, le commandant de la région, ont été données dans plusieurs villes de l'Arkansas. Les invitations à un séminaire sur "l'Éducation pour la Sécurité Américaine" furent envoyées en Illinois dans des enveloppes officiellement en franchise postale! Le "Projet Alert" à Pensacola en Floride était soutenu par le quartier général local de la Marine et des participants au "Projet Action," étrangers à la ville, tenu les 28-29 avril à Minneapolis, se sont vus offrir l'hébergement pour la nuit à l'Aérodrome Naval. Un séminaire organisé par le croisé anti-communiste Dr Fred Schwarz était patronné à la Nouvelle Orléans par le Vice-Amiral W. S. Schindler et à Corpus Christi, l'Amiral Louis J. Kirn, Chef de l'Entraînement Avancé de l'Aéronavale, était assis sur l'estrade.

Le sénateur Fulbright a accusé que
"Le contenu a sans doute varié de programme à programme, mais il y a un thème central qui se retrouve dans tous disant que le danger primordial, sinon exclusif, pour ce pays est l'infiltration communiste interne. La thèse de la nature de la menace communiste est souvent développée en égalisant la législation sociale avec le socialisme et ce dernier avec le communisme. Une grande partie du programme législatif intérieur de l'administration, y compris la suite de l'impôt sur le revenu progressif, l'expansion de la Sécurité Sociale (en particulier des soins médicaux sous la Sécurité sociale), l'aide Fédérale à l'éducation, etc, sous cette philosophie seraient caractérisés comme des étapes vers le Communisme.

"Cette vision de la menace communiste présente l'aide à l'étranger, les échanges culturels, les négociations de désarmement et autres programmes internationaux, comme extrêmement gaspilleurs, sinon réellement subversifs...

l y a beaucoup d'indications que la philosophie des programmes est représentative d'un élément substantiel de pensée militaire et a un grand attrait pour l'esprit militaire...

Il y a peu dans l'éducation, la formation ou l'expérience de la plupart des officiers militaires pour les équiper avec l'équilibre de jugement nécessaire pour mettre en œuvre leurs propres solutions suprêmes... dans la perspective appropriée dans la stratégie totale Présidentielle pour une ère nucléaire... "
Et il a conclu avec un avertissement :
"On peut s'attendre à ce que le radicalisme de la droite ait un grand attrait massif. Il offre la solution simple, facilement comprise, fouettant les démons dans le corps politique, ou, à l'extrême, envoyant de violents coups de poing à l'ennemi.

"Si l'armée est infectée par ce virus de radicalisme de droite, le danger est digne d'attention. Si elle croit que le public l'est, le danger est augmenté. Si, par le processus de l'armée instruisant le public, les fièvres des deux groupes sont augmentées, le danger est grand en effet.
"C'est peut-être tiré par les cheveux d'inciter la révolte des généraux français (14) comme un exemple du danger suprême. Néanmoins, les officiers militaires, français ou américains, ont quelques caractéristiques communes résultant de leur profession et il y a de nombreuses armées avec ' le doigt sur la détente ' dans le monde entier."
En juillet, un ordre du Département de la Défense a été publié, limitant le droit des officiers militaires d'exprimer leurs avis politiques en public et participer à de tels programmes d'information. (15) Il y eut une réaction violente des conservateurs. Le sénateur J. Strom Thurmond, un Républicain de la Caroline du Nord et Général de Réserve de l'Armée, a attaqué le mouvement comme "une tentative infâme d'intimider les leaders de la Force Armée des Etats-Unis: et les empêcher d'informer leurs troupes de la nature exacte de la menace communiste." (16)

Le 8 juillet, Khrouchtchev a annoncé que le gouvernement de l'URSS était obligé de reporter la réduction de ses forces armées. Kennedy s'inquiétait suffisamment de l'information qu'il avait reçue de la C.I.A. pour faire un discours télévisé le 25 juillet 1961 demandant au pays d'être préparé pour défendre la liberté à Berlin et ailleurs. Il a annoncé un développement de défense supplémentaire qui comprenait le doublement et le triplement des appels du contingent et l'appel de réservistes au service actif. Finalement, il a recommandé la construction d'abris atomiques.

Ces déclarations pessimistes éveillèrent l'esprit des hommes militaires, mais effrayèrent les Américains.

Le gouvernement fédéral a imprimé des brochures décrivant la manière de construire un abri atomique pour une famille. Les journaux et la télévision ont discuté les conséquences d'une attaque nucléaire. Le savant atomiste, le Dr Edouard Teller a déclaré, "Si nous ne nous préparons pas, 100 millions d'Américains pourraient mourir dans les premiers jours d'une guerre nucléaire généralisée. Trente à 40 millions de plus pourraient mourir de famine et de maladie. Les Etats-Unis cesseraient d'exister..." Un prêtre Jésuite, le Père McHugh, déclara pour sa part que les propriétaires d'abris avaient le droit moral de ne pas laisser entrer leurs voisins affolés. Une brochure publiée par le Bureau de la Défense Civile conseillait à tous les propriétaires de bateau de se diriger vers la haute mer aussitôt que l'alerte serait sonnée.

Le Congrès a exigé un programme d'armements étendu, dont l'argent devait venir des projets aberrants de la société d'abondance. Les sénateurs Jackson et Keating ont déclaré que le Congrès accorderait au Président et aux forces armées tout l'argent qu'ils demandaient et en particulier 500 millions de $ pour le Boeing B 70. Le Pentagone était de nouveau optimiste. Les Généraux et les Amiraux ont multiplié leurs déclarations incendiaires. Mais le 2 août, le sénateur Fulbright s'est de nouveau prononcé :
"Les officiers militaires ne sont pas élus par le peuple et ils n'ont aucune responsabilité pour la formulation de la politique autre que la politique militaire. Leur fonction doit effectuer la politique formulée par les fonctionnaires qui sont responsables envers l'électorat. Cette tradition est enracinée dans le principe constitutionnel que le Président est le Commandant en chef des Forces armées et que, donc, le personnel militaire ne doit pas participer aux activités qui sapent sa politique."
Le 16 novembre 1961 à Seattle, le Président Kennedy a déclaré,
"Nous devons faire face au fait que les Etats-Unis ne sont ni tous-puissants, ni omniscients - que nous ne pouvons pas imposer notre volonté aux 94 autres pour cents de l'humanité - que nous ne pouvons pas corriger chaque injustice ou inverser complètement chaque adversité - et que donc il ne peut y avoir une solution américaine pour chaque problème du monde."
Pour la première fois dans l'histoire des Etats-Unis, un Président avait osé attaquer le mythe de l'infaillibilité nationale. Trois jours plus tard, à un banquet du parti Démocrate à Los Angeles, Kennedy a continué,
"Concentrons-nous plus à maintenir les bombardiers et les missiles ennemis loin de nos rivages et concentrons-nous moins à maintenir nos voisins loin de nos abris. Consacrons plus d'énergie à l'organisation des nations libres et amicales du monde... et consacrons moins d'énergie à l'organisation de bandes armées de guérilleros civils qui vont plus probablement fournir des vigiles locaux qu'une vigilance nationale."
Cette remarque était destinée aux organisations paramilitaires comme la Société John Birch, les Minutemen et le Ku Klux Klan. (17) Tandis que Kennedy parlait, ces groupes extrémistes étaient composés en grande partie de visionnaires, profiteurs et fanatiques. Mais le Général Walker et d'autres officiers de haut rang ont commencé à former de nouveaux leaders en 1962. Les organisations ont gagné de la force et en 1963 eux et d'autres groupes comme les Amis du Général Walker et l'Association Patrick Henry étaient devenus des forces avec lesquelles il fallait compter.

Ceux de l'extrême droite rêvaient d'un monde sans communisme, sans imbroglios étrangers, sans les Nations Unies, sans le gouvernement fédéral, sans syndicats et sans Noirs. Leur but était une Amérique sans Cour Suprême qui envahirait ou détruirait Cuba, supprimerait l'impôt sur le revenu progressif et arrêterait d'importer des jambons polonais. Pour ces gens, même Eisenhower était un agent actif de la conspiration marxiste. Quand Kennedy arriva à la Maison Blanche, ils étaient certains que les Russes avaient atterri. "Mon Dieu, Ike me manque. Même Harry me manque," a dit un homme de Cincinnati à US News and World Report en 1962.

Les mouvements de droite avaient non seulement l'avantage du leadership militaire, mais aussi de fonds privés importants. l'Université Harding dans l'Arkansas (18) fournissait la plupart des orateurs pour les forums extrémistes. Son Président, le Dr George S. Benson, (19) avait le support financier de sociétés comme Lockheed, Boeing, Lone Star Cement, Olin Mathison Chemical, American Iron and Steel Institute, et Acme Steel. En 1961, ces sociétés contribuaient à plus de 6 millions de $ à Harding. General Electric et la C.I.A. étaient parmi ses bienfaiteurs les plus importants.

Néanmoins, la situation internationale continuait à se détériorer. En août, le Mur de Berlin a été construit et en septembre, les Soviétiques d'abord et les Etats-Unis ensuite ont recommencé les essais nucléaires. Le 28 octobre, le jour même où l'Assemblée Générale de l'ONU a demandé de ne pas le faire, l'Union soviétique a fait éclater une bombe de 50 mégatonnes. Le 31 octobre, le sénateur Jackson a critiqué Kennedy pour courir des risques dans la défense nationale en retardant la construction du Boeing B 70, rebaptisé RS 70 pour améliorer son image. Ce même mois, l'Armée a patronné un "Projet Alert" à San Francisco et en décembre la Marine a fait de même.

Kennedy a essayé de dégeler la Guerre Froide par la diplomatie, (20) mais les déclarations exagérées des guerriers du Pentagone n'étaient guère calculées pour l'aider. McNamara, qui "se disputait maintenant constamment" et qui était détesté par le Congrès, qui le trouvait "arrogant et même dédaigneux," a continué à exercer son pouvoir autoritaire, à démontrer son aversion du favoritisme, (21) et à construire un système raisonnable de défense. Il a déclaré,
"La Technologie nous a maintenant tous circonscrits avec un horizon imaginable d'horreur qui pourrait éclipser n'importe quelle catastrophe qui est arrivée à l'homme dans son million d'années et plus sur la terre.

"L'homme a vécu pendant plus de 20 ans dans ce que nous sommes venus à appeler l'ère atomique. Ce que nous oublions parfois est que chaque ère future de l'homme sera un âge atomique. " Si, donc, l'homme doit avoir un avenir, il devrait être un avenir assombri par la possibilité permanente d'un holocauste thermonucléaire. De ce fait, nous ne sommes plus libres.

"Notre liberté sur cette question consiste plutôt à affronter la question rationnellement et avec réalisme et discuter de l'action pour réduire au minimum le danger. Aucun citoyen raisonnable; aucun leader politique raisonnable; aucune nation raisonnable ne veut la guerre thermonucléaire. Mais simplement ne pas la vouloir n'est pas assez.

"Nous devons comprendre la différence entre les actions qui augmentent son risque, celles qui le réduisent et celles qui, bien que coûteuses, ont peu d'influence d'une façon ou d'une autre. La stratégie nucléaire est exceptionnellement complexe dans ses aspects techniques. À moins que ces complexités ne soient bien comprises, la discussion raisonnable et la prise de décision sont simplement impossibles."
La crise des missiles cubains d'octobre 1962 était le tournant dans la Guerre Froide. Le 22 octobre, Kennedy a déclaré,
"Je fais appel au Président Khrouchtchev d'interrompre et éliminer cette menace de la paix du monde clandestine, insouciante et provocatrice et de stabiliser les relations entre nos deux nations. Je l'appelle en outre à abandonner cette course de domination du monde et à se joindre à un effort historique pour mettre fin à la périlleuse course aux armements et transformer l'histoire de l'homme...
"Nous ne risquerons pas prématurément ou inutilement les dépenses de la guerre nucléaire mondiale dans laquelle même les fruits de la victoire seraient des cendres dans notre bouche - mais nous ne nous déroberons pas non plus à ce risque à tout moment où nous devons y faire face...
"Le chemin que nous avons choisi pour le moment est plein de dangers, comme le sont tous les chemins - mais c'est celui le plus compatible avec notre caractère et courage en tant que nation et avec nos engagements dans le monde entier. Le coût de la liberté est toujours élevé - mais les Américains l'ont toujours payé. Et un chemin que nous ne choisirons jamais est le chemin de la reddition ou de la soumission.
"Notre but n'est pas la victoire de la force, mais la revendication du droit - pas la paix au détriment de la liberté, mais tant la paix que la liberté ici dans cet hémisphère et, nous espérons, dans le monde entier. S'il plaît à Dieu, ce but sera réalisé."
Les Soviétiques ont reculé.

En 1963 la détente était devenue une réalité et le Pentagone savait qu'il avait perdu le jeu. Ce printemps-là, le Chef d'Etat-Major de la Marine, l'Amiral George W. Anderson, a remis sa démission. (22) Le Président Kennedy a déclaré le 1er mars que l'Amiral continuerait à servir le pays à un poste important. (23) Le 26 juillet 1963, le Président a annoncé la signature imminente du Traité de Moscou :
"Ce traité n'est pas le millénaire. Il ne résoudra pas tous les conflits, ni ne suscitera les Communistes à renoncer à leurs ambitions, ni n'éliminera le danger de la guerre. Il ne réduira pas notre besoin d'armements ou d'alliés ou de programmes d'aide envers les autres. Mais c'est une première étape importante - une étape vers la raison - une étape loin de la guerre."
En notant la satisfaction du public, le Pentagone a changé sa tactique. Il a employé des généraux retraités comme l'ex-Major Général Johnson pour exprimer son point de vue en termes nouveaux et plus doux. Le général Johnson ne prévoyait pas d'autre issue que "la retraite ou la défaite" jusqu'à ce que les leaders de l'administration aient "déterminé leurs buts."

Il a noté que les Etats-Unis avaient par traité des obligations de défendre 45 nations (24) dans le monde entier et que le pays avait besoin non seulement de continuer la Guerre Froide, mais aussi de "gagner la guerre chaude" s'il elle devait arriver. Il a exprimé son regret qu'en aucun endroit dans le monde la nation ne prenait l'initiative, pas même à Cuba, où chaque mois qui passait voyait Castro plus profondément établi dans le pouvoir. Il a fait remarquer que la taille de l'armée avait diminué de plus d'un million d'hommes depuis la fin de la Guerre de Corée. Il a évalué qu'une invasion de Cuba seul exigerait 22 divisions, plus qu'il n'y en avait sur le sol américain et a conclu que les Etats-Unis n'étaient pas préparés pour une guerre très limitée (comme le Vietnam) (25) ou une guerre limitée (comme Cuba ou Berlin). Il a reconnu que les Etats-Unis étaient relativement bien "couverts" pour une guerre totale, avec des stocks de 40.000 armes nucléaires de 30 types différents qui étaient très coûteuses à maintenir, mais que comme "les civils dans le gouvernement continuent à placer leur foi dans la conversation," l'utilité de cet arsenal atomique devait encore être prouvée. L'ex-Major Général a franchement admis qu'il avait peur que les industriels "ne soient pas satisfaits de la maintenance indéfinie de cette réserve atomique."

Sur ce dernier point, l'administration Kennedy a répondu que le désarmement serait limité et progressif et que les réductions seraient partiellement indemnisées par des utilisations civiles de l'atome et des programmes spatiaux de la NASA. Il a ajouté qu'il planifiait de se battre avec les conséquences d'une conversion trop rapide de l'économie en renforçant l'assurance chômage, en augmentant l'information sur des nouvelles occasions d'emploi, en organisant des programmes de recyclage professionnels, en établissant de nouvelles industries et des programmes de recherche de réorientation vers la chimie, l'exploration spatiale, la maladie, le transport urbain, la construction, l'éducation, la purification d'eau, le contrôle de la population, les maladies tropicales et l'exploitation des ressources océaniques.

Mais ce programme serait long à démarrer et ce ne serait pas assez. Les critiques de l'administration prévoyaient une récession : les consommateurs étaient accablés par leurs obligations de crédit, la compétition internationale devenait plus dure et le dollar restait faible. La paix apportait avec cela le risque de perturbations sérieuses, sinon un renversement, de l'économie. (26) Déjà en 1962, quand Republic Aviation menaçait de fermer son usine de Long Island, mettant 20.000 personnes au chômage, le Président avait sorti 1,3 milliards de $ des fonds de la défense votés par le Congrès, bien que l'Armée de l'air et le Comité des Forces Armées de la Chambre aient demandé 10 milliards de $.

Le 30 mars 1963, McNamara a décidé de fermer 52 installations militaires placées dans 25 états différents, plus 21 bases à l'étranger. Cette réorganisation devait être étendue sur une période de trois ans. Son annonce eut des répercussions importantes dans tout le pays. Les marchands de Del Rio au Texas contribuèrent pour 50 $ chacun pour envoyer une délégation à Washington pour protester contre la fermeture de la Base de l'Armée de l'air de Laughlin. Les délégués firent remarquer que la base était la seule industrie importante à Del Rio (18.612 habitants), que les salaires militaires et civils payés par la base s'élevaient à 10,5 millions de $ par an et que 1.700 familles de la base faisaient leurs achats à Del Rio.

À Benecia, en Californie (6000 habitants), le conseil municipal a appris que le dépôt militaire devait être fermé. Il estima que la ville se trouvait face à une perte de plus de 200.000 $ par an dans les taxes à l'achat, essence et ventes de spiritueux, de même que le business des 2.400 employés du dépôt, tandis que l'égout avait juste été rénové pour un coût de 1,6 millions de $. Le Représentant John Baldwin (Républicain) protesta à Washington, faisant remarquer que le dépôt Benecia était le type même d'installation militaire dont le pays avait besoin s'il devait avoir (comme Kennedy avait promis) une armée formée capable de faire face à toute situation.

À Tacoma, état de Washington, un vendeur de chaussure venait de vendre une paire de chaussures. Le client lui remit un billet de 20 $ et un prospectus qui déclarait, "Vous venez de vendre à un employé du dépôt de Mount Rainier. Combien d'argent perdrez-vous quand 14 millions de $ en salaires payés par le dépôt seront transférés en Utah ? Écrivez à votre Membre du Congrès, à votre Sénateur, à votre Gouverneur." Et l'Amérique a écrit.

En plus des trois millions et demi de personnes directement employées par le Département de la Défense, (27) sept millions et demi d'autres devaient leurs emplois aux contrats de défense. Les conséquences du désarmement affecteraient le pays entier. Les études faites par la Commission de Contrôle du Désarmement des Etats-Unis ont révélé que les industries de défense représentaient plus de 10 % du produit national total et employaient presque 10 % de tous les ouvriers dans le pays. Une réduction annuelle de 5 milliards de $ dans le programme militaire pourrait ralentir l'économie nationale de 10 ou 12 milliards de $ par an. (28)

Le Président de la Standard Oil of Californie, la société la plus directement concernée par la Guerre de Corée, avait déclaré en 1953 :
"Deux sortes de paix peuvent être envisagées. L'une permettrait aux Etats-Unis de continuer son réarmement et maintenir des forces militaires importantes en Extrême-Orient; cela aurait un très petit effet sur l'industrie, puisque la maintenance d'une armée de temps de paix exige presque autant de pétrole qu'en temps de guerre. Mais s'il devait y avoir une grande amélioration des relations entre les Etats-Unis et l'Union Soviétique et en particulier un accord de désarmement, le coup à l'industrie pétrolière et au reste de l'économie serait énorme."
Ni les industriels, ni l'armée n'étaient préparés en 1963 à s'incliner devant des décisions politiques ou des décisions simples et raisonnables. Les généraux se rendaient compte que le traité d'interdiction des essais nucléaires constituait une étape vers le désarmement général.

Le Général Thomas D. White, ancien chef de l'Etat-Major de l'Armée, remarqua,
"La vraie sécurité se trouve dans la supériorité nucléaire illimitée."
L'Amiral Lewis Strauss a ajouté,
"Je ne suis pas sûr que c'est nécessairement une bonne chose de diminuer lors de rapports tendus."
L'Amiral Radford, ancien chef de l'Etat-Major Interarmées, déclara,
"Je me joins à tous mes anciens collègues en exprimant mon inquiétude concernant notre sécurité future."
Le Général Thomas Power, Commandant du Strategic Air Command, a même attaqué le traité d'interdiction des essais nucléaires devant le Comité des Forces Armées du Sénat.

Le 4 avril 1962, le Général Walker a porté témoignage devant le comité. Comme il a quittait la pièce d'audition, le journaliste Tom Kelly du Washington "Daily News" a demandé s'il avait un commentaire. La réponse du général fut un coup de poing dans le nez.

NOTES

1. En 1957, Fortune a écrit : "Nous devons obtenir une réduction de la somme dépensée pour les autoroutes, l'aide à la communauté noire et autres prodigalités non-militaires."

2. Le 1er juillet 1944, le budget de l'armée des Etats-Unis s'élevait à 81,3 milliards de $. Trois ans plus tard il avait chuté à 11,8 milliards de $, mais l'industrie privée s'étendait rapidement pour fournir les besoins du secteur civil de l'économie - automobiles, maison, appareils électroménagers et toutes sortes de gadgets. La Guerre de Corée reprit les rênes et en 1953 le budget militaire se gonfla à 50,4 milliards de $. En 1954, ce chiffre avait baissé à 40,7 milliards de $, mais les réductions d'impôt fournirent un autre boom en 1955, qui marqua une demande record de nouvelles voitures et un record élevé en achats. Depuis le début de la récession en 1960, le budget militaire était monté de 47,5 milliards de $ (1960-1961) à 51,1 milliards de $ (1961-1962) et 52,7 milliards de $ (1962-1963).

3. Les actifs de General Motors en 1966 s'élevaient à 12,9 milliards de $.

4. En décembre 1967, le Département de la Défense contrôlait un budget de 76 milliards de $ et employait 4.500.000 personnes.

5. Dans les neuf premiers mois de 1967, General Dynamics a fait des affaires valant 1,57 milliards de $, une augmentation de 24 % par rapport à 1966. Cette hausse est indicative du boom dans l'aéronautique résultant de la Guerre du Vietnam.

6. Après l'échec de la rencontre Kennedy-Khrouchtchev à Vienne au printemps de 1961, le Los Angeles Mirror News imprima une publicité pleine page qui commençait, "La réunion au sommet a échoué. Qu'est-ce que ça signifie pour vous ? Un boom électronique fantastique. Des milliards de dollars, une industrie saine dans la Californie du Sud employant 110.000 personnes."

7. Stewart Alsop.

8. Le 29 mars 1961.

9. En 1967, 17 experts militaires supérieurs ont évalué que les forces nucléaires des Etats-Unis et de l'Union Soviétique se développeraient de la façon suivante dans la décennie à venir:

Etats Unis Union Soviétique
1962: 25 à 50.000 mégatonnes 1962: 6 à 12.000 mégatonnes
1971: 6 à 15.000 mégatonnes 1971: 30 à 50.000 mégatonnes

Les experts utilisèrent ces chiffres pour confirmer leur demande d'augmentation du potentiel nucléaire américain, mais ils notèrent aussi que sous Kennedy la supériorité nucléaire américaine était de l'ordre de 4 à 1.

10. Le 25 février 1962, l'Armée de l'Air et la Société Boeing ont présenté le bombardier B 70 à la Presse de nouveau, bien que Kennedy ait persisté dans son refus de débloquer les fonds.

11. Ce système serait obsolète avant d'être opérationnel, comme cela a été le cas jusqu'ici avec tous les programmes de missiles antimissile.

En 1967, des arguments identiques et la pression industrielle ont mené le Pentagone à rétablir un projet pour la construction de missiles anti-balistiques ABM. McNamara a essayé de réduire ce programme, sachant que les Russes eux-mêmes admettaient que leur système Tallin de missiles anti-balistiques Galosh et Griffon étaient déjà obsolètes. A cause du progrès dans l'électronique et les techniques de microcircuits ultra-miniaturisés, le système américain, qui ne sera pas opérationnel avant 1974 et que le Pentagone considère insuffisant, est déjà obsolète aussi. La nouvelle technique LSI (pour circuits intégrés à grande échelle) rend possible un assemblage dix fois plus dense et multiplie la sensibilité (la vitesse de réaction) des missiles par cinq. Electronics écrit que "les radars et les ordinateurs qui guideront nos missiles anti-missiles seront aussi démodés qu'une Ford à côté de la dernière Ferrari."

12. Le général Walker a commencé sa carrière politique dans le Théâtre Arie Crown à Chicago le 9 février 1962 devant une foule de 5.000 personnes. Il avait passé trois décennies en uniforme et avait été décoré comme héros de la Guerre de Corée. En 1959 il a rejoint la Société John Birch. Walker aimait dire, "Dans le patriotisme, la fidélité et le combat, il n'y a pas de modérés." Il a conseillé à son auditoire d' "attaquer sur tous les fronts" et "renforcer vos armes et parler courageusement."

13. Le 18 juin 1961.

14. Une référence au putsch des généraux français d'avril 1961 à Alger.

15. McNamara a été appelé devant le Comité des Forces Armées du Sénat pour expliquer son action. Quand il est parvenu au Capitole, il a été salué par 70 ménagères portant des boutons de la Societé John Birch.

16. Le sénateur Barry Goldwater a écrit :

"Il existe aujourd'hui une nouvelle littérature de la stratégie militaire qui n'est en aucune façon le travail d'officiers de carrière, mais de philosophes nucléaires, comme ils ont récemment commencé à s'appeler et qui expose leur aversion humanitaire pour la bombe dans tous leurs écrits.

"Les généraux et les amiraux d'aujourd'hui ne sont pas des pirates sanguinaires avec des bandeaux noirs sur les yeux et des coutelas entre les dents. Ils sont des hommes intelligents, compétents, instruits qui essayent aussi durement que nos diplomates de trouver des solutions pacifiques aux problèmes internationaux. Nos généraux et nos amiraux sont des stratèges de paix aussi bien que des experts dans les questions militaires.

"Je crois que quelque chose a la fois nouvelle et ancienne arrive dans notre pays et que les grandes traditions de l'histoire américaine trouveront leur vraie place.

17. La Société John Birch, fondée par Robert Henry Winborne Welch, Jr., né en 1899, un ancien de l'École Navale d'Annapolis et de la Harvard Law School, vice-président d'une usine de confiserie à Belmont, Mass., préfère, parmi d'autres choses, la libération immédiate de Cuba, l'abolition de l'aide à l'étranger et la réinstitution de la ségrégation généralisée. En 1961, la société revendiquait une adhésion de 100.000 membres. Elle gardait des fichiers sur les "Comsymps" (quiconque dont on considérait les idées trop libérales) et essayait d'infiltrer les universités et le gouvernement. Elle avait une véritable influence dans l'armée.

La société est nommée d'après le Capitaine John Morrison Birch, un jeune missionnaire qui a été tué à l'âge de 27 ans par les Communistes chinois pendant une mission en Chine du Nord 10 jours après la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Selon Welch, Birch était la première victime de la Troisième Guerre mondiale.

Les Minutemen, une milice clandestine de combat, sont dirigés par Robert Bolivar DePugh, qui dirige une affaire pharmaceutique de 400.000 $ par an. Ses 25.000 membres font quotidiennement des exercices avec tout depuis des pistolets jusqu'aux armes anti-chars pour être prêts à enrayer une invasion communiste et organisent des séminaires de guérilla dans tout le pays. Bien qu'ils soient peu organisés, plusieurs centaines de ses groupes sont armés et dangereux et capables de tout faire dans le soutien de leur idéologie ou les intérêts de leurs leaders. Leur devise est "Action Maintenant" et leur programme appelle à l'assassinat des Communistes dangereux.

Le KKK, dirigé par Robert Shelton, un ancien vendeur de climatiseurs, accepte comme membres seulement "des citoyens loyaux nés aux Etats-Unis, chrétiens, blancs, avec une haute morale, de foi protestante, croyant dans l'américanisme et la suprématie de la race blanche." Mais derrière ce credo relativement modéré se trouve une surabondance de folklore et un groupe des gens sauvages.

18. Qui a reçu son premier cadeau, 300.000 $ de General Motors, en 1949. La décision a été prise par Alfred P. Sloan, qui était le Président de GMC à l'époque.

19. Le Dr Benson a déclaré une fois, "Si vous voulez forcer Washington à faire ce qui a besoin d'être fait, vous devez d'abord atteindre l'opinion publique. Mon but est de le frapper profondément jusqu'aux racines afin de l'orienter vers la piété et le patriotisme."

Il a aussi proclamé que "N'importe quel Américain qui aime la liberté et désire travailler, travailler, travailler pour la protéger peut trouver une direction intelligente et une camaraderie dans le groupe de la Société John Birch."

20. Le 25 novembre, Kennedy a accordé une interview à Aleksei Adzhubei, le rédacteur en-chef d'Izvestia, qui lui a dit, "Votre élection a apporté un grand espoir aux gens de notre pays." Le 28 novembre, l'essai nucléaire a interdit la conférence, qui avait été ajournée depuis le 9 septembre, rouverte à Genève. Le 21 décembre, Kennedy a rencontré MacMillan aux Bermudes pour examiner les relations occidentales avec l'URSS.

21. En octobre 1963, McNamara a demandé au Secrétaire à la Marine Fred Korth de démissionner. Il était accusé de favoritisme envers la Banque Nationale Continentale de Fort Worth, dont il avait été le Président avant sa nomination en 1961. (La Banque Nationale Continentale était une des 20 banques qui avaient prêté 200 millions de $ à General Dynamics pour lui permettre de commencer la construction du TFX, maintenant le F 111.)

22. Principalement parce que McNamara l'avait court-circuité pour entrer en communication directe avec les commandants d'unités navales américaines pendant la crise cubaine. De plus, l'Amiral a désapprouvé le fait que le Secrétaire à la Défense ait décidé contre le conseil de la Marine et de l'Armée de l'air et ait attribué le contrat du TFX à General Dynamics plutôt que Boeing. L'Armée de l'air était aussi fortement contrariée par l'annulation du projet Skybolt en mai 1962. Eisenhower avait signé un accord pour fournir 100 missiles air-air Skybolt à la Grande-Bretagne, mais suite à la crise de L'OTAN, Kennedy a décidé d'annuler ce projet, qu'il considérait comme trop coûteux et superflu.

23. Le 30 juillet, l'Amiral Anderson a été nommé ambassadeur au Portugal, "Un pays maritime, un pays très important en 1963 et les années suivantes," dans les mots du Président. Avant qu'il n'ait pris son poste, l'Amiral a fait les titres de nouveau en déclarant que les choses allaient mal au Pentagone et recommandait que les membres des Etats-Majors soient nommés pour une durée de 4 ans plutôt que 2. Kennedy a refusé et l'Amiral est parti pour Lisbonne, où Lyndon Johnson l'a laissé.

24. Canada, Islande, Danemark, Norvège, Allemagne de l'Ouest, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Royaume-Uni, France, Portugal, Italie, Grèce, Turquie, Iran, Pakistan, Haïti, Costa Rica; République dominicaine, Panama, Venezuela, Equateur, Colombie, Pérou, Bolivie, Paraguay, Brésil, Chili, Argentine, Uruguay, Nicaragua, Salvador, Guatemala, Mexique, Honduras, Australie, Nouvelle-Zélande, Philippines, Thaïlande, Formose, Japon, Corée du Sud, Cambodge, Laos, Sud Vietnam, etc.

25. Cela, bien sûr, était en 1962. À ce moment-là le Général Harkins prévoyait que la guerre du Vietnam serait gagnée vers la fin de l'année suivante et décrivait l'opposition locale comme composée "d'intellectuels neutres et de quelques membres du Vietcong."

26. Huit mois plus tôt, l'Agence du Contrôle des Armements et du Désarmement des Etats-Unis avait publié ses prédictions de ce qui arriverait à l'économie si la Guerre Froide devait finir. Elle prédisait une augmentation des dépenses militaires jusqu'en 1965, suivies par une réduction progressive mais importante jusqu'en 1977 :

1962-63: 52,7 $
1963-64 : 54,0 $
1964-65 : 56,1 $
1968-69 : 38,9 $
1971-72 : 27,0 $
1974-75 : 17,3 $
1977-78 : 10,2 $

(En milliards de dollars par exercice)

En 17 ans, la part du budget consacrée à la construction d'avions baisserait de 6,9 $ à 0,5 milliards de $. La somme dépensée pour les missiles baisserait de 5,1 $ à 0,1 milliards de $, le programme spatial militaire serait réduit de 0.5 $ à milliard de 0,0 $, la construction navale baisserait de 1,9 $ à 0,2 milliards de $ et la somme dépensée sur divers autres équipements diminuerait de 3,6 $ à 0,7 milliards de $ (l'Impact Économique du Désarmement, 1962).

En février 1962, le magazine US News and World Report a publié un diagramme montrant le pourcentage de contrats militaires dans les ventes industrielles. Pour l'aviation et l'équipement aéronautique, ce pourcentage était de 94 %, pour la construction navale 61 %, pour la radio et l'équipement de télécommunications 38 %, pour l'équipement électrique 21 %, pour l'acier et le fer 10 % et pour le pétrole 10 %.

27. 4.600.000 en 1968.

28. La Californie, le Texas, la Floride, l'Alaska, Hawaii, Washington D.C., le Nouveau Mexique, le New Hampshire, la Géorgie, l'Alabama, l'Oklahoma, le Maryland, l'État de New York, l'Ohio, le New Jersey et le Massachusetts ne seraient pas les seuls états à souffrir. Les fabrications de défense représentaient 30 % de tous les emplois d'usine dans le Kansas, 28 % dans le District de Columbia, 24 % au Nouveau Mexique, 23 % en Californie, 21 % dans le Connecticut et l'Arizona, 20 % dans l'Utah, 18 % dans le Colorado, 14 % en Floride, 12 % dans le Maryland et 10 % au Missouri et au Texas. Dix états représentaient les deux-tiers de tous les contrats militaires (pour un total de 17 milliards de $) : la Californie 5,8 milliards de $, New York 2,5 milliards de $, l'Ohio 1,3 milliards de $, le New Jersey 1,2 milliards de $, le Massachusetts, le Texas, Washington et le Connecticut 1,1 milliards de $ chacun, la Pennsylvanie 0,9 milliards de $ et le Missouri 0,7 milliards de $.

Et merci à Marianne K. pour le lien du discours de Kennedy d'avril 1961.

Traduction française: Henri R.

Lire la suite, partie 9.