Enfant de la Société
Carte

Gingerbread

Un homme donne naissance à un garçon à Berlin

© Occupy Corporatism
Un homme transgenre a accouché à Berlin, devenant ainsi le premier en Europe à donner naissance à un bébé. L'homme non identifié est né femme, a gardé ses organes reproducteurs et a souhaité accoucher à domicile, ce qui lui permettait ainsi de ne pas être répertorié comme "la mère" du bébé, une obligation légale en Allemagne.

Officiellement, l'enfant, né le 18 mars dernier mais dont la naissance vient d'être dévoilée, n'a pas de mère. Il n'a qu'un père. Un porte-parole des Affaires Intérieures de l'Administration du Sénat de Berlin a confié: "La personne en question ne voulait pas apparaître en tant que mère mais comme père sur le certificat de naissance et cette demande a été honorée."

Cult

États-Unis : sur Internet, une bourse d'échange pour enfants adoptés

Une journaliste américaine de Reuters révèle l'existence d'un marché noir pour les enfants adoptés sur les sites de Yahoo! et Facebook.
© Sipa / dr
Une journaliste américaine a enquêté sur un réseau de groupes Facebook et Yahoo! permettant aux parents américains lassés des enfants qu'ils ont adoptés de les donner à d'autres familles (image d'illustration)
Aux États-Unis, certaines familles d'accueil ont trouvé une solution pour "se séparer" des enfants adoptés dont elles ne veulent plus : le "child exchange". Cette pratique, aussi appelée "private re-homing" [changement de foyer privé, NDLR], consiste à "donner" les enfants à de nouveaux parents en postant des petites annonces sur Internet.

Après dix-huit mois d'enquête, la journaliste d'investigation de Reuters Megan Twohey a révélé ce trafic dans un reportage interactif, publié entre le 9 et le 11 septembre. On y découvre l'existence d'un réseau de groupes Yahoo! et Facebook dédiés au "child exchange" et reprenant le modèle du marché d'animaux de compagnie. Après avoir convenu de l'échange, les parents adoptifs lassés de leurs enfants n'ont qu'à déléguer leurs responsabilités à une nouvelle famille d'accueil, via un simple acte notarié. Ces dernières contournent ainsi les conditions très strictes régissant l'adoption légale aux États-Unis, évitant par la même occasion de payer des frais s'élevant parfois à plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Che Guevara

Laurent Louis lance un appel à l'union des hommes de dissidence


Pour le député belge indépendant Laurent LOUIS, face aux criminels organisés qui dirigent notre monde, le succès de la dissidence ne passe que par l'union de ses différentes branches et acteurs.

Stock Down

L'accord national interprofessionnel : ce qui nous attend

Image
Le 11 janvier 2013, des organisations patronales ( MEDEF, UPA, CGPME) et trois organisations syndicales ont signé l'accord national interprofessionnel (l'A.N.I) ou accord sur la compétitivité et la sécurisation de l'emploi.

L'Accord national interprofessionnel comportait deux volets. Le premier volet avait cinq points modificatifs concernant les parcours professionnels. Le second volet comportait quatre points modificatifs concernant la flexibilité. Ces deux volets présentaient les différentes réorganisations prévues pour les salariés.

Premier volet : à propos des parcours professionnels

1- Des droits à l'assurance-chômage « rechargeable » :

Tous les travailleurs émettent des cotisations sociales pour l'assurance-chômage, afin de percevoir de l'argent s'ils sont victimes d'un licenciement.

Après le vote et la validation de la loi sur l'accord national interprofessionnel, les droits à l'assurance chômage seront rechargeables.
Actuellement, un chômeur qui retrouve un emploi avant d'avoir utilisé tous ses droits à l'assurance-chômage, perd automatiquement tous ses droits. Il recommence à cotiser avec son nouveau patron.

Avec l'A.N.I, un chômeur qui retrouvera un emploi avant d'avoir utilisé tous ses droits liés à l'assurance-chômage, ne les perdra plus. Ses nouveaux droits à l'assurance-chômage s'ajouteront aux anciens.

X

Asie-Pacifique : près d'un quart des hommes reconnaissent avoir déjà commis un viol

Près d'un quart des hommes reconnaissent avoir déjà commis un viol, selon une grande enquête de l'ONU dans la région Asie-Pacifique publiée aujourd'hui. D'une ampleur inédite, avec plus de 10.000 hommes de 18 à 49 ans interrogés sous couvert de l'anonymat, cette étude confirme que "la violence contre les femmes est une dure réalité", a déclaré Roberta Clarke, représentante de l'ONU, lors de la présentation de cette étude aujourd'hui à Bangkok.

Cette étude a été réalisée au Bangladesh, au Cambodge, en Chine, en Indonésie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Sri Lanka. Dans l'étude de l'ONU, il n'a pas été demandé frontalement aux 10.000 s'ils avaient violé mais s'ils avaient déjà "forcé une femme qui n'était pas leur épouse ou petite amie à avoir des relations sexuels" ou s'ils avaient eu des relations avec une femme trop ivre ou droguée pour dire si elle était consentante.

Che Guevara

La contestation en Turquie ravivée avec la mort lundi d'un manifestant

Image
La mort lundi soir dans des circonstances encore floues d'un jeune manifestant turc lors d'affrontements avec la police est susceptible de raviver la contestation qui a ébranlé en juin le pouvoir islamo-conservateur turc.

Ahmet Atakan, 22 ans, est mort à l'hôpital à Antakya, dans le sud de la Turquie, des suites de ses blessures après qu'un groupe de 150 manifestants eut affronté la police anti-émeutes, ont rapporté mardi les médias turcs.

Selon l'agence de presse Dogan, le jeune homme, qui manifestait en mémoire d'un autre manifestant tué dans cette même ville, un fief de la fronde anti-régime cet été, a été mortellement touché à la tête par une grenade lacrymogène tirée par les policiers.

Mais les autorités locales ont réfuté cette thèse, affirmant que le jeune homme était tombé du toit d'un bâtiment lors des incidents alors qu'il répliquait avec des pierres à l'intervention policière.

Che Guevara

Argentine - Gaz de schiste : les Mapuche se mobilisent face à Chevron et Total

C'est au tour de la communauté Mapuche en Argentine de se mobiliser contre l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste. Plus de 5 000 personnes sont descendues dans la rue à Neuquén en Patagonie le 28 août dernier, contre la ratification par le Parlement provincial d'un accord entre la compagnie publique argentine YPF et le pétrolier américain Chevron. L'accord prévoit le forage d'une centaine de puits à Vaca Muerta, l'une des plus vastes réserves mondiales de gaz et de pétrole de schiste, selon l'US Geological Survey. Si les résultats sont positifs, Chevron aura la possibilité d'étendre l'exploitation à une zone de 300 km2, avec un investissement à hauteur de 15 milliards de dollars.

© Inconnu
La présidente argentine Cristina Kirchner estime que l'accord avec Chevron permettra au pays de satisfaire ses besoins et de devenir exportateur d'hydrocarbures, d'ici 2020. Or, cet accord n'a été précédé d'aucune consultation, y compris avec les communautés Mapuche dont les terres sont incluses dans le projet d'exploitation [1]. La Fondation France Libertés pointe également les menaces sur la qualité des réserves et cours d'eau environnants (voir nos articles sur les impacts de la fracturation hydraulique). « Les communautés indigènes de Neuquén souffrent déjà des lourds impacts sanitaires, économiques et environnementaux laissés par plusieurs décennies d'exploitation pétrolière », réagit Diego di Risio, de l'Observatorio Petrolero Sur en Argentine.

Stop

Boycottez les jeux olympiques radioactifs mortels de 2020

Traduit de l'anglais par le BBB

Pas besoin d'avoir une vision de 20 sur 20 pour réaliser qu'un gouvernement japonais corrompu a soudoyé le CIO pour lui faire prendre la décision suicidaire d'envoyer de jeunes athlètes dans les retombées radioactives de Fukushima. La décision à Buenos Aires d'attribuer à Tokyo le rôle de ville hôtesse pour les Jeux de 2020 ne venait pas du manque de choix entre Istanbul et Madrid mais d'une volonté incompréhensible si on ne tient pas compte du facteur corruption. Risquer la vie de jeunes gens et de leurs supporters va au-delà de l'erreur d'éthique, c'est un homicide au plus haut degré.

La mise sur les rangs pour les Jeux était truquée dès le départ par un groupe de cinq personnages peu recommandables dont l'association était suspecte, comprenant l'ancien gouverneur de la capitale, Shintaro Ishihara, le premier ministre Shinzo Abe, le ministre de l'éducation Habukun Shimomura et le président olympique japonais Tsunekazu Takeda, dauphin et successeur d'un odieux criminel de guerre. Leur partenaire industriel est Fujio Cho, président honoraire de Toyota Motor Company et directeur de l'association sportive japonaise.

Durant leur campagne de promotion des Jeux de la Mort, ces cinq officiels japonais ont fait circuler des mensonges éhontés qui prétendaient qu'il n'existe aucune fuite d'eau radioactive à la centrale nucléaire de Fukushima.

Dans un courrier aux délégués des comités nationaux, le directeur du Comité Olympique Japonais (COJ) Takeda a déclaré faussement : « Le niveau de radiation de Tokyo est le même qu'à Londres, New York et Paris, le même que celui des grandes villes du monde ». Excusez-moi, Votre Excellence, SPEEDI, le système de surveillance des radiations, montre que le bassin d'Oku-Tama, la source d'eau potable de Tokyo, est massivement contaminé.

Info

Les « antifas » s'attaquent à une manifestation contre l'ingérence en Syrie

Image
Communiqué de la Dissidence Française

Ce dimanche 8 septembre 2013, la Dissidence Française organisait un rassemblement contre la guerre et les ingérences atlanto-sionistes en Syrie. Ce rassemblement, déclaré en Préfecture, eut lieu devant le siège de France Télévisions, et a réuni plusieurs dizaines de Français et de Syriens unis dans un même élan anti-impérialiste et pacifiste.

Peu après le début de l'événement, un groupe "d'antifascistes" s'est attaqué à notre rassemblement, molestant un camarade Syrien et dérobant son drapeau, avant de prendre la fuite devant l'arrivée nos militants. Les forces de l'ordre, stationnées non loin de là, n'ont pas réagi.

Nous déplorons cet incident qui témoigne à lui seul des accointances entre les "antifascistes" autoproclamés et l'axe américano-sioniste dont ils sont les chiens de garde les plus zélés. Et si nous n'hésiterons jamais à recourir à la légitime défense face à ces milices téléguidées par le Régime, nous rappelons que nous condamnons toutes les formes de violence horizontale. Nous appelons nos militants au calme et à l'esprit de responsabilité. Des poursuites pénales ont d'ores et déjà été engagées.

Airplane

Afghanistan : au moins 10 civils tués par une frappe de l'Otan

Au moins dix civils ont été tués samedi soir dans l'est de l'Afghanistan par une frappe aérienne de la force de l'Otan visant des insurgés talibans, ont annoncé dimanche de hauts responsables locaux.

"Un véhicule civil (...) a été frappé par un drone des forces internationales" dans la province de Kunar, le long de la frontière pakistanaise, une zone où les insurgés islamistes sont très présents, a indiqué à l'AFP le chef de la police locale, Abdul Habib Sayedkhil.

"Quatorze personnes ont été tuées", dont dix civils (quatre femmes, quatre enfants et deux chauffeurs), a-t-il ajouté, précisant que l'attaque avaient aussi causé la mort de "quatre insurgés armés". Ces derniers seraient montés avant la frappe aérienne dans le véhicule, un pick-up où se trouvaient les civils, dans des circonstances qui restent à déterminer.