Enfant de la Société
Carte


Stock Down

Le point sur le chômage en France en 10 chiffres inquiétants

Après la publication d'une nouvelle statistique décevante en ce qui concerne le chômage français ce matin (baisse de 0,3% de l'emploi au T4 2012), il convient de faire le point sur la situation du chômage en France, via 10 chiffres représentatifs.

10,2% : C'est le taux de chômage en France métropolitaine à la fin 2012. Si on prend en compte l'outre mer, le taux grimpe à 10,6%. On rappellera ici que le record historique se site à 10,8% pour la France métropolitaine (11,1% DOM inclus), et avait été atteint en 1994 et 1997.

3,169 millions : C'est le nombre de demandeurs d'emploi sans activité (catégorie A) inscrits à Pôle Emploi à la fin janvier 2013. Le record de 1997 avait été établit à 3,19 millions. Si on prend en compte les activité réduites imposées et les DOM, le nombre de demandeurs d'emploi frôle même les 5 millions de personnes.

2,9 millions : C'est le nombre de chômeurs en France selon le mode de calcul du Bureau International du Travail.
Video

Michel Collon répond à Caroline Fourest : « Pourquoi fuyez-vous le débat ? »

Le droit de réponse de Michel Collon qui revient sur le documentaire de Caroline Fourest, « les Obsédés du Complot » dont quelques minutes lui sont consacrées. Il s'explique et invite Caroline Fourest à débattre.

Newspaper

42 % des Autrichiens pensent que « tout n'était pas mauvais sous Hitler »

Selon un sondage réalisé par le Market Institut et publié dans l'édition du 9-10 mars du journal autrichien Der Standard, 42% des Autrichiens pensent que "tout n'était pas mauvais sous Hitler".

Ce sondage a été commandé à l'occasion des 75 ans de l'annexion (Anschluss) de l'Autriche par l'Allemagne Hitlérienne en mars 1938.

Par ailleurs, ce sondage révèle d'autres chiffres inquiétants :

- 61% des Autrichiens souhaiteraient un "homme fort" à la tête du gouvernement.

- une majorité d'Autrichiens (54%) pensent qu'il serait "hautement probable" que le parti nazi obtiendrait aujourd'hui des sièges au parlement s'il redevenait légal.
Laptop

Vos « j'aime » sur Facebook permettent de vous connaître avec une grande précision

J'aime - Facebook
© Inconnu

Les clics sur le bouton « J'aime » de Facebook en disent plus sur quelqu'un qu'on pourrait le penser, montre une étude anglaise publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Les clics « J'aime » qui déclarent les préférences pour une variété de choses tels que livres, films, vidéos, révèlent en fait plusieurs autres caractéristiques tel que l'orientation sexuelle, l'affiliation religieuse et politique, etc.

Une grande variété de caractéristiques personnelles sont corrélées avec les choix de produits et d'activités (considérez par exemple les différentes population à un opéra ou au NASCAR), ce qui est la raison pour laquelle les entreprises sont si intéressées à recueillir des renseignements personnels sur les gens afin de cibler leur publicité.
Recycle

200 kg de produits de la mer périmés saisis à Gennevilliers

Crevette
© Inconnu

Près de 200 kilos de produits de la mer périmés depuis 2007 ont été saisis en début de semaine chez un grossiste de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) puis détruits, a-t-on appris vendredi de sources concordantes. Le montant de la marchandise avariée est évalué à 25.000 euros, selon une source proche de l'enquête menée par le Codaf (Comité opérationnel départemental anti-fraude).

Une seconde source, proche du dossier, précise qu'il s'agit de près de 200 kilos de produits détruits. Les enquêteurs ont réquisitionné notamment poissons, écrevisses, langoustines et du surimi congelés dans cette entreprise qui livre aussi des produits frais.

Située près du port de Gennevilliers, la société approvisionne des marchés du département, notamment ceux d'Asnières-sur-Seine et de Bois-Colombes, et travaillerait également pour la restauration collective, selon la source proche de l'enquête.
Nuke

11 mars 2011, remember Fukushima

C'était il y a pile deux ans, et malgré les manœuvres des lobbys pro nucléaire tentant d'imposer le silence, la catastrophe de Fukushima reste encore dans toutes les mémoires.

exlosion Fukushima
© Inconnu
Tout comme à Tchernobyl, (ou à Penly), c'est une fois de plus l'erreur humaine qui est à l'origine de la catastrophe, démontrant que toutes les sécurités du monde ne peuvent empêcher un accident majeur, et tirant la conclusion qu'aucun pays ne devrait être autorisé à produire de l'énergie avec une technologie représentant potentiellement un danger majeur.

Une autre leçon pourrait être tirée de cette catastrophe : de Three miles Island, à Fukushima, en passant par Tchernobyl, chacun de ses accidents a dépassé en violence le précédent, ce qui n'augure rien pour la suite, et comme les principaux pays ou le nucléaire est solidement implanté ont chacun eu leur accident, il ne reste plus guère que la France a avoir échappé provisoirement à l'accident majeur.
Che Guevara

Le Venezuela avant et après Hugo Chávez

Je ne suis allé qu'une seule fois dans ma vie au Venezuela. C'était à l'occasion de l'inauguration d'une grande exposition de plusieurs centaines d'entreprises exportatrices françaises, baptisée « Francia 2000 », organisée par le Centre Français des Manifestations à l'Étranger, et qui se tenait à Caracas dans les tout premiers jours de mai 1993.

Décès d'Hugo Chavez, recueillement
© Inconnu
Travaillant à l'époque, et depuis quelques jours, au cabinet du ministre du commerce extérieur, celui-ci m'avait demandé d'accompagner Mme Lucette Michaux-Chevry, ministre chargée de l'action humanitaire et des droits de l'homme, que le Premier ministre français avait désignée pour aller inaugurer cette exposition. Car il est d'usage qu'un membre du gouvernement fasse le déplacement dans de tels cas, pour soutenir les efforts de nos entreprises à l'exportation.
Family

Un manifestant palestinien meurt des suites des blessures subies le 22 février ; les forces de l'occupation attaquent ses funérailles

Palestine : les funérailles de Muhammad Asfour à Aboud, le 8 mars 2013
© Oren Ziv/Activestills.org
Les funérailles de Muhammad Asfour à Aboud, le 8 mars 2013

Le 22 février 2013, Muhammad Asfour, 23 ans, a été blessé à la tête par une balle caoutchouc-acier tirée par les forces de l'occupation israélienne pendant une manifestation pacifique de soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim à Aboud, petit village à 20km au nord-ouest de Ramallah. Il avait alors été évacué à l'hôpital de Salfit puis à l'hôpital Rafidya, à Naplouse. Quelques jours plus tard, il avait été transféré à l'hôpital Echilov, à Tel Aviv, dans un état critique. Le 7 mars, le personnel médical de cet hôpital a déclaré qu'il venait de mourir des suites de ses blessures.

Asfour était en 4e année d'Education physique à l'Université AlQuds, à Abu Dis (Al-Qods occupée) et jouait au football dans l'équipe du village. Né le 9 mars 1990, il est mort deux jours avant son 23e anniversaire.

Ses funérailles ont eu lieu vendredi 8 mars, après les prières de midi à Aboud. Un cortège de voitures ornées de drapeaux palestiniens ont accompagné le corps de Muhammad de Ramallah jusqu'à son village. L'occupation sioniste avait dépêché ses forces de police et militaires en masse, postées de manière provocante à l'entrée du village où sont arrivées environ 2 000 personnes des villages environnants et de toute la Cisjordanie pour participer aux funérailles et soutenir la famille. Le corps du jeune homme a été transporté de sa maison à la mosquée, où des prières ont été dites, puis jusqu'au cimetière du village.
Che Guevara

Notre-Dame-des-Landes : les opposants sont toujours là

Notre-Dame-des-Landes_Les tracteurs viennent régulièrement détruire les installations, comme ici en janvier dernier
© Maxppp
Notre-Dame-des-Landes - Les tracteurs viennent régulièrement détruire les installations, comme ici en janvier dernier

Quelques centaines d'opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) occupent toujours le terrain, malgré l'intervention en nombre des forces de l'ordre en novembre et les multiples décisions judiciaires. Inlassablement, ils reconstruisent des installations, se heurtant régulièrement aux gendarmes qui surveillent la zone.

Beaucoup étaient partis, sous les gaz lacrymogènes des gendarmes, en novembre dernier. Certains étaient restés, d'autres sont revenus, comme à chaque fois précédemment.

Environ 300 opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) occupent la zone d'aménagement différé (ZAD), rebaptisée « zone à défendre ». Face à eux, les gendarmes, ceux qui les avaient déjà délogés à l'automne dernier, alors qu'ils n'étaient qu'un peu plus d'une centaine. Ces gendarmes avec lesquels les rapports sont difficiles. Pour se « protéger », les opposants ont créé de véritables postes de défense, des fosses ou encore des palissades, au cas où.
People

Agro-alimentaire : un suicide d'agriculteur tous les 15 jours

Agriculteur désespéré
© Inconnu

Entre le porc, le lait et la volaille, la Bretagne, première région agricole de France, particulièrement concernée par ces trois filières en grande difficulté, enregistre « un suicide d'agriculteur toutes les deux semaines », a indiqué jeudi à l'AFP Agnès Le Brun, élue de la région au Parlement européen.

« Quand on parle de désespoir des agriculteurs, on n'exagère pas : dans le Finistère, on compte un suicide toutes les deux semaines », a déclaré Agnès Le Brun, également maire de Morlaix, à 60 km de Brest. Mme Le Brun l'a également écrit, dans une lettre ouverte au président François Hollande, dont elle a donné copie à l'AFP : « Depuis le début de l'année, un agriculteur se suicide toutes les deux semaines en Bretagne », la situation est d'une « extrême gravité ».

La région a connu ces deux dernières semaines de violentes manifestations d'agriculteurs qui ont pris pour cible des hypermarchés du Morbihan et du Finistère, ainsi que la maison du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, dans le Finistère. « Même si personne ne cautionne ces actes, ils traduisent une forme de désespoir : il arrive un moment où les agriculteurs n'ont tout simplement plus un rond », relève l'élue. « Je vois passer de plus en plus de demandes d'aides de Rsa », le revenu minimum social.

« Le vrai patron sur l'exploitation, c'est la banque »

Pour Olivier Billon, président des Jeunes agriculteurs (JA) du Finistère et éleveur de porc près de Landivisiau, qui confirme la fréquence des suicides dans sa région, la détresse « ne touche pas que les jeunes, mais tous les âges ». « On voit des plus de 50 ans qui avaient mis de côté l'argent de leur retraite et qui ont été contraints de réinjecter du liquide dans leur exploitation : ils arrivent en fin de carrière, ils n'ont plus rien, a-t-il insisté. Aujourd'hui, le vrai patron sur l'exploitation, ce n'est pas l'agriculteur, c'est la banque. »

Selon les JA, un quart des agriculteurs de Bretagne a plus de 55 ans et 18 % moins de 40 ans. La Bretagne produit 55 % des porcs français et 20 % du lait. Ces deux filières sont particulièrement frappées par la hausse des coûts de production due à la flambée des cours de l'alimentation animale. « Produire un kilo de porc coûte un euro, rien qu'en nourriture. Ensuite, il reste les charges à payer », a souligné le président des JA du Finistère. L'agriculture représente 39 % du chiffre d'affaires de la région Bretagne, tandis qu'un tiers des emplois bretons sont liés à l'agriculture ou à l'agroalimentaire. Récemment, deux grandes entreprises agroalimentaires ont déposé le bilan dans la région, le volailler Doux l'été dernier et, cette semaine, Gad Sas pour le porc.
Top