Enfant de la Société
Carte


Cow Skull

Californie : un policier abat un chien devant une foule médusée



Il n'est pas toujours aisé d'évaluer immédiatement la menace que représente un chien, surtout quand l'animal est un rottweiller. La réaction démesurée de la police californienne laisse malgré tout perplexe... Attention, ces images peuvent heurter les sensibilités.


Lors d'une banale arrestation ce dimanche dans la municipalité californienne de Hawthorne, la police a abattu de quatre balles le rottweiller de Leon Rosby, sous les yeux de son propriétaire menotté et de la foule médusée.

Présent sur les lieux d'une enquête de la police locale, le passant semble s'intéresser d'un peu trop près aux investigations. Il filme l'opération avec son smartphone et se rapproche progressivement du périmètre de sécurité. Pendant ce temps, l'installation stéréo de sa voiture résonne dans le quartier au point de déranger le travail des enquêteurs, relaie le New York Mag. Deux agents interpellent alors l'intrus et l'invite à diminuer le volume de la musique. Au lieu d'obtempérer, Leon Rosby joue les récalcitrants, place son chien dans la voiture et se livre aux forces de l'ordre...
Bad Guys

Nouveaux crimes commis par les terroristes en Syrie

Arrow Up

Le nombre de SDF en France a augmenté de 50 % depuis 2001


Photo d'illustration. © OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP
Malgré la loi sur le logement opposable, environ 141 500 personnes, dont 30 000 enfants, étaient sans domicile fixe début 2012, selon l'Insee.

Environ 141 500 personnes, dont 30 000 enfants, étaient sans domicile début 2012 en France, soit une progression de près de 50 % depuis 2001, selon une étude de l'Insee rendue publique mardi.

Près de deux sans domicile sur cinq sont des femmes. Avec ou sans enfants, elles bénéficient de conditions d'hébergement souvent plus stables que les hommes seuls et étrangers.
People 2

« L'Europe ne veut plus de ses jeunes »


De jeunes espagnols manifestent à Madrid le 7 avril 2013. Sur leurs pancartes : "nous sommes forcés d'émigrer".
"Je n'ai plus d'espoir". Qu'ils s'appellent Javier, Vasilis ou Sarah, qu'ils soient espagnols, grecs ou allemands, le sentiment de résignation est partout le même. Alors que le taux de chômage des jeunes Européens varie de 8,1 % en Allemagne à 59,2 % en Grèce, installant une moyenne de 22,6 % dans l'Union européenne, ce sont les mêmes mots qui reviennent.

"Le futur n'attend que toi : il est brillant, il t'appartient. Tu as un diplôme ! Tu auras un bon travail, une vie agréable, ironise le Grec Argyro Paraskeva, 29 ans, dans un appel à témoignages publié par le Guardian et relayé par Le Monde. Et puis là, tu te rends compte que ce n'est pas vrai."
Syringe

Gros plan sur les effroyables prises de sang forcées aux Etats-Unis

Dans « la plus grande démocratie du Cosmos, vous circulez tranquillement au volant de votre voiture, et des agents de police vous arrêtent pour un contrôle d'alcoolémie...

Jusque là tout va bien vous soufflez dans le ballon, et celui-ci réagit positivement. Et c'est là que les choses se gâtent.

Ni une ni deux, les gros bras du Nouvel Ordre Mondial vous saisissent par le col et vous emmènent manu militari au poste central pour vous faire une prise de sang.

Vader

Comprendre la géopolitique - le saccage des richesses de l'Afrique par l'Empire

L'agression de l'OTAN contre la Libye (productrice de pétrole), l'intervention de la France au Mali (or et uranium), la construction d'une base militaire étasunienne au Niger (uranium) et l'encerclement de l'Algérie (pétrole et gaz) sont des chaînons de la stratégie qui vise, devant la crise du capitalisme mondial, à intensifier l'exploitation des travailleurs et le pillage des ressources naturelles de l'Afrique.

Impérialisme en Afrique_Map
© Iran-resist.org
Le journaliste Dan Glazebrook, qui écrit dans des journaux comme The Guardian, The Independent et The Morning Star, a publié un article dans l'hebdomadaire cairote Al-Ahram Weekly dans lequel il dénonce cette conspiration.

Dan Glazebrook commence par rappeler que l'Occident draine chaque année des milliers de millions de dollars provenant du service de la dette, des bénéfices provenant des investissements et des prêts liés au régime de la corruption des secteurs des bourgeoisies compradores.

Une autre façon de dominer l'Afrique consiste à mettre à sac ses richesses naturelles. On peut citer le cas connu du Congo, où des bandes armées contrôlées par ses voisins ougandais, rwandais et burundais pratiquent à l'est du pays le vol de minéraux pour revendre ces derniers à des entreprises étrangères... qui sont elles-mêmes complices du forfait.

L'Afrique finance également les classes dominantes occidentales en fixant le prix de ses matières premières à des tarifs défiant toute concurrence, mais aussi en versant des salaires misérables aux travailleurs qui s'échinent dans les mines ou aux champs.

En somme, le capitalisme impose au continent africain le rôle de fournisseur de matières premières et de main d'œuvre à bas coûts. Mais, afin que cette situation se perpétue, il fait en sorte que l'Afrique continue d'être pauvre et divisée, les coups d'État et des guerres contribuant largement à cette situation.
Che Guevara

Egypte : 17 millions de manifestants contre Morsi, cinq morts lors des heurts


L'Egypte vit des heures de très grande tension depuis dimanche après-midi. Un mouvement populaire d'une ampleur jamais vue a réclamé la démission du président Mohamed Morsi, tandis que ses partisans ont manifesté en ce jour anniversaire de sa prise de fonctions. Toute la journée, des manifestants ont convergé vers la place Tahrir, au Caire, où des centaines de personnes avaient déjà passé la nuit.

Les opposants ont planté des tentes et tendu des banderoles hostiles à Mohamed Morsi, en ce lieu symbolique de la révolte qui a chassé du pouvoir Hosni Moubarak en 2011. D'autres manifestants anti-Morsi se sont dirigés vers le palais présidentiel. Des rassemblements hostiles au président ont également eu lieu dans les provinces. L'armée a annoncé jusqu'à 17 millions de personnes mobilisées à travers le pays. Dans l'autre camp, ses partisans défendent la «légitimité» du premier président civil. Les Frères musulmans, confrérie dont il est issu, appellent à une «mobilisation générale» pour appuyer le chef de l'Etat.

Ces mobilisations rivales ont donné lieu à de nouvelles violences dimanche, après des heurts en Alexandrie et dans les provinces du Delta du Nil entre manifestants pro et anti-Morsi qui ont fait huit morts depuis mercredi, dont un journaliste Américain. Une personne a été tuée à Beni Suef, trois autres dans la province d'Assiout, au sud du Caire, et une cinquième au cours d'affrontements aux abords de locaux des Frères musulmans.
Che Guevara

Brésil : la rue continue de gronder en marge de la finale


Des centaines de contestataires brésiliens, rassemblés près du stade Maracana, ont marché en direction du temple du football quelques heures avant le début du match Brésil-Espagne. | AFP/Tasso Marcelo
En parallèle du match Brésil-Espagne, affiche de rêve de la finale de la Coupe des Confédérations, la rue continue d'exprimer son mécontentement social.

Des centaines de contestataires brésiliens rassemblés sur la Place Saens Pena, à 1,5 km du mythique stade Maracana, ont marché en direction du temple du football quelques heures avant le début du match prévu ce dimanche pour minuit, heure française.

«Nous voulons aller jusqu'au Maracana et espérons ne pas être bloqués par la police. Nous sommes contre la privatisation du stade et les expropriations forcées» provoquées par les travaux d'infrastructures du Mondial de football 2014 et des jeux Olympiques 2016, a déclaré à Renato Constantino. Il est le porte-parole du Comité populaire de la Coupe, l'un des principaux mouvements qui ont appelé sur les réseaux sociaux à manifester pacifiquement.
People 2

A saisir ! Esclaves européens en solde


20 MINUTES/SIPA
Ils viennent trimer sur les chantiers, dans les transports ou les abattoirs, pour 3 à 6 € l'heure, au mépris de toutes les règles de sécurité. Et le plus légalement du monde. Car ces travailleurs "low cost" sont tous européens.

Augusto de Azevedo Monteiro voulait gagner sa vie. Il l'a perdue. Maçon détaché en France par EYP, une boîte portugaise, cet ouvrier usinait sur l'air très en vogue de la sous-traitance à bas coût dans la gadoue d'un chantier de Spie Batignolles, à Villeneuve-la-Garenne. Le 6 décembre, il est mort écrasé par une dalle qu'un coffrage hâtif à force de cadences infernales n'a pas su contenir.

Enfant d'Esposende, ville voisine de Braga irriguée par la crise et ses misérables affluents, Augusto de Azevedo Monteiro avait 35 ans, une famille et plus un euro rouillé en poche. Les 565 € brut de son dernier Smic flambés, ses allocations chômage taries, il avait opté pour une mission en France. « Notre pays agonise et nous constituons une main-d'œuvre bon marché, confie une salariée francophone d'EYP. On sait que Spie fait appel à nous parce que nous coûtons moins que nos concurrents français. »

Roumaines, polonaises, espagnoles ou portugaises, les plaques d'immatriculation des camionnettes de société ou d'agences d'intérim alignées sur le parking de Villeneuve-la-Garenne disent la géographie de la crise. A en croire le communicant de Spie, pourtant, « EYP a été préféré à deux candidats hexagonaux pour des raisons de disponibilité, rien d'autre ! » Les Portugais parlent plus clair : « Nous n'avons presque plus de clients locaux et, quand c'est le cas, ils n'honorent pas leurs factures, tranche l'employée d'EYP. Spie au moins paie nos prestations : la détresse des uns fait les bonnes affaires des autres, c'est comme ça...»
Che Guevara

Egypte : manifestation massive au Caire pour réclamer la démission du président Morsi


Place Tahrir, le 30 juin 2013.
REUTERS/Mohamed Abd El Ghany
La place Tahrir était de nouveau noire de monde ce dimanche 30 juin. C'est une véritable démonstration de force de l'opposition égyptienne, qui réclame le départ du président Morsi un an jour pour jour après son élection.


La mobilisation est très importante. Les rues du Caire sont aux mains des manifestants. Au moins des dizaines de cortèges ont rejoint la place Tahrir depuis différents quartiers du Caire. En fin d'après-midi, ils se dirigeaient vers le palais présidentiel.

Dans ces cortèges, toujours le même slogan : « Dégage ! » Certains disent aussi que le peuple veut la chute du régime. On voit toujours beaucoup de drapeaux égyptiens et les portraits de Khaled Saïd ou d'autres icônes de la révolution.
Top