NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK


Snakes in Suits

Washington peut-il renverser trois gouvernements à la fois

La puissance d'un État se mesure à sa capacité à se défendre et à celle d'attaquer sur un ou plusieurs fronts. Dans cette optique, Washington tente pour la première fois de montrer qu'il peut renverser trois gouvernements simultanément, en Syrie, en Ukraine et au Venezuela. S'il y parvenait personne ne serait plus en mesure de lui résister.


Depuis quand les révolutions sont-elles soutenues par l’impérialisme ? (ici : place Maidan, Kiev).
Washington, qui a échoué en 2011 à bombarder simultanément la Libye et la Syrie, est en train de tenter une nouvelle démonstration de sa force : organiser des changements de régime dans trois États à la fois, dans des régions du monde différentes : la Syrie (CentCom), l'Ukraine (EuCom) et le Venezuela (SouthCom).

Pour ce faire, le président Obama a mobilisé presque toute l'équipe de son Conseil de sécurité nationale.

D'abord la conseillère Susan Rice et l'ambassadrice à l'ONU, Samatha Power. Ces deux femmes sont des championnes du parler « démocratique ». Elles se sont faites une spécialité, depuis de nombreuses années, de préconiser l'ingérence dans les affaires intérieures des autres États sous prétexte de prévenir des génocides. Mais derrière ce discours généreux, elles se moquent des vies non-états-uniennes comme l'a montré Mme Power lors de la crise des armes chimiques de la ghoutta. L'ambassadrice, qui connaissait parfaitement l'innocence des autorités syriennes, était partie avec son époux assister en Europe à un festival de cinéma consacré à Charlie Chaplin, tandis que son gouvernement dénonçait un crime contre l'humanité dont il rendait responsable le président el-Assad.
Gingerbread

Gluten, comment le blé moderne nous intoxique - Julien Venesson

Dans son enquête, Julien Venesson explique comment les manipulations génétiques sur le blé ont conduit à l'explosion des intolérances au gluten.

Bad Guys

Coup d'État en Ukraine - Thierry Meyssan et Alain Benajam

La situation en Ukraine est passée à la loupe de l'œil expert de Thierry Meyssan et d'Alain Benajam qui nous décryptent l'envers du décor de la situation.

Coupe d'état en Ukraine avec Thierry Meyssan et Alain Benajam
© Meta TV
Un coup d'état à base de troubles organisés depuis l'étranger par les puissances de l'OTAN s'est abattue sur ce pays hautement stratégique pour les intérêts de la Russie.

L'avenir de l'Ukraine est compromis par cette opération extérieure de déstabilisation qui risque de faire basculer le pays dans la guerre civile aux portes de l'Europe.




Commentaire : Il est préférable pour l'Empire étasunien de détruire l'Ukraine plutôt que de la laisser faire le choix d'un rapprochement avec la Russie. Les États-Unis n'ont que faire de l'entrée de l'Ukraine dans l'Union européenne, et pour tout dire, ils s'en moquent. Leur but ultime est de suivre les recommandations de Zbigniew Brzezinski :

« Sans l'Ukraine, la Russie cesse d'être un empire »
- Zbigniew Brzezinski, Le Grand Échiquier

Eiffel Tower

Le nouveau tango terroriste France/USA: la criminalité subventionnée par l'état

Traduit par Gobal Relay Network

La France est en train d'émerger comme le nouveau complice criminel des machinations impérialistes états-uniennes autour du monde.

Jusqu'à récemment, ce rôle patibulaire était rempli par les Britanniques au cours de ce qui était appelé avec euphémisme la "relation spéciale anglo-américaine". Maintenant les Français parlent de remplacer les Britanniques en tant que "plus ancien allié".

Le dirigeant français François Hollande est actuellement (à la date d'écriture, ndt) en visite aux USA pour trois jours, accueilli par le Président Barack Obama avec les honneurs militaires complets et un salut à 21 coups de canon. "La France et les USA jouissent d'une alliance renouvelée," rapporte le Washington Post.

Le président US a mis les petits plats dans les grands pour souligner les liens historiques entre les deux pays, avec la visite d'ouverture pour les deux chefs d'état se déroulant sur le domaine de Thomas Jefferson à Charlottesville, en Virginie.

Jefferson fut l'émissaire US envoyé en France peu de temps avant la Révolution Française, avant de devenir le troisième président des USA à la suite de sa guerre d'indépendance contre la Couronne britannique.

Afin de marquer le début du voyage de Hollande, les deux dirigeants ont écrit un éditorial dans le Washington Post dans lequel ils se sont flattés de leur rôle de premier plan dans la "sécurité mondiale".
"Davantage de nations doivent s'avancer et partager [notre] fardeau et les coûts du leadership. Davantage de nations doivent assumer leurs responsabilités pour le maintien de la sécurité et de la paix dans le monde ainsi que pour l'avancement de la liberté et des droits de l'homme," ont écrit Obama et Hollande.
En d'autres termes, Obama et Hollande exhortent d'autres nations à outrager pareillement le droit international et à embrasser leur style de criminalité subventionnée par l'état.
Che Guevara

Gandhi voyait en 14 - 18 un « test de virilité »

Une histoire paradoxale de la non-violence Le philosophe italien Domenico Losurdo révèle ici une histoire très paradoxale de ce qu'on appelle la « non-violence ». Il semble que des colonies à la Première Guerre mondiale et aux révolutions, la définition ait été très variable. Selon les intérêts aussi. Savez-vous que Gandhi considérait la guerre de 14-18 comme un test de virilité : « Il n'y a pas d'amitié possible entre le courageux et l'efféminé », « Sacrifier ses fils dans la guerre ne devrait pas être une cause de chagrin mais de plaisir. » ? Et qu'il s'engagea à recruter cinq cent mille hommes pour l'armée britannique : « Si je devenais votre recruteur en chef, je ferais pleuvoir des hommes sur vous. » Titre original : Dilemmes moraux et promesses non tenues. Panorama historico-philosophique du mouvement non violent.

Gandhi
© Inconnu
Guerre, révolution et le « sérieux du négatif »1

Une atmosphère de fête marqua l'éclatement de la Première Guerre mondiale, en particulier en Allemagne. Des photos d'époque montrent de jeunes gens pressés de s'engager avec l'enthousiasme généralement réservé aux rendez-vous galants. L'attrait de cette « grande et magnifique guerre », selon les mots de Max Weber, fut également ressenti par les intellectuels dominants et de larges couches de la population. Un témoin en vue, Stefan Zweig, décrivit ainsi le climat émotionnel à Vienne dans les jours qui suivirent immédiatement la déclaration de guerre : « Chacun fut sollicité pour jeter son moi infinitésimal dans la masse brillante, afin d'être purifié de tout égoïsme. Toute différence de classe, rang et langue fut débordée à ce moment par un sentiment pressant de fraternité. »2

Comme le pays devait faire face à une épreuve difficile, il devint nécessaire d'unifier le peuple, en créant une fusion d'existences et de consciences qui n'avait encore jamais été tentée. Partout des soldats se précipitèrent sur le front, volontaires pour sacrifier leurs vies, mais en Allemagne plus qu'ailleurs la culture et la philosophie dominantes célébraient l'ordalie par le combat et les actes défiant la mort comme des exercices spirituels capables de libérer l'individu de la banalité et de la vulgarité de la vie quotidienne.

Alors que la guerre en était encore à ses débuts, et avant que l'Italie n'y participe, Benedetto Croce espérait qu'elle conduise à « une régénération de la vie sociale actuelle ».
Eye 1

Main basse sur la mémoire, les pièges de la loi Gayssot

Main basse sur la mémoire, les pièges de la Loi Gayssot, Affiche

Vingt ans après l'adoption de la loi Gayssot, de nombreux historiens, philosophes, hommes politiques de tous bords, dénoncent les dérives qu'elle a engendrées. La « mère de toutes les lois mémorielles », votée en 1990, pénalise la contestation de l'existence des crimes contre l'humanité, tels que définis par le Tribunal de Nuremberg.


Présentée à l'époque comme un rempart contre l'antisémitisme, son bilan est pourtant aujourd'hui désastreux : atteintes aux libertés, concurrence génocidaire, surenchère victimaire, renouveaux identitaires et racistes, gigantesques détournements financiers.

Au plan international, le verrou idéologique institutionnalisé par la loi Gayssot participe également à justifier les guerres coloniales de ces dernières années et à couvrir la politique d'Israël d'une caution inoxydable.

Un film documentaire de Béatrice Pignède
Family

Décryptage - 11 documents gouvernementaux qui prouvent que la Théorie du Genre existe

N'en déplaise aux membres du gouvernement et à la majorité socialiste qui continuent d'affirmer que la « théorie du genre » ne serait qu'une rumeur, voici une série de 11 documents qui prouvent le contraire.

1- Les circulaires du Premier Ministre Jean-Marc Ayrault d'août 2012

Dès août 2012, Jean-Marc Ayrault, dans le cadre de deux circulaires (disponibles ici, et ici) invite les ministres à se former contre les stéréotypes de genre : « J'ai demandé à la ministre des droits des femmes de mettre en place, pour vous et vos équipes, des actions de sensibilisation et de formation, qui permettront de nourrir votre réflexion et contribueront à la prise de conscience par l'ensemble de l'équipe gouvernementale des conséquences directes et indirectes des stéréotypes qui existent dans notre société. ». Il confie cette mission à une militante radicale, Caroline de Haas.

Pdf : Journal officiel de la République française - Texte 4 sur 80

Pdf : Journal officiel de la République française - Texte 3 sur 80
Stock Down

Crise : l'UE à l'épreuve de la « stratégie du choc »


Mario Draghi, président de la Banque Centrale Européenne
Qu'y a-t-il de commun entre le Chili de Pinochet, la Russie d'Eltsine, les USA de George Bush, l'Afrique du Sud de Mandela, l'Irak post-Saddam Hussein, la Chine de Deng Xiaoping, la Pologne de Lech Walesa, l'Indonésie de Suharto, l'Argentine de Videla ? Tous ont été victimes de la « stratégie du choc », une politique ultralibérale dévastatrice menée après une situation de crise économique, politique ou environnementale ; ou aussi après une guerre, comme l'évoque le nom donné à la campagne de bombardements intensifs américains sur l'Irak en avril 2003 : Shock and Awe (choc et effroi). Il s'agit ni plus ni moins que d'appliquer à grande échelle les techniques de torture mentale et de privation sensorielle employées par la CIA afin de contrôler la volonté, les facultés de compréhension et les perceptions de l'adversaire et le priver de toute capacité à agir et réagir. Sans points de repères, littéralement en état de choc, les populations victimes de ce traitement se sont vues spoliées de leurs biens publics (éducation, santé, retraites) et de leurs libertés par l'oligarchie et ses élites sans même pouvoir et vouloir se défendre. L'Europe de l'Ouest a été relativement épargnée par ce scénario cauchemardesque... jusqu'à la crise des subprimes de 2007-2008.

Le contraste est frappant. D'un côté, des attaques inédites contre le droit du travail et les salaires, de l'autre une passivité totale et une résignation à toute épreuve. Bienvenue en Grèce, laboratoire européen du « capitalisme du désastre » : un taux de chômage (officiel) à 28 %, un tiers de la population vivant sous le seuil de pauvreté, plus d'un tiers sans couverture maladie, des services publics en déliquescence laminés par des cures d'austérité draconiennes, un patrimoine public (sites archéologiques, îles, forêts, aéroports, compagnie de gaz ou d'électricité, ...) bradé pour une bouchée de pain à des sociétés privées... et une population atone. La raison de cette paralysie ? le traumatisme provoqué par la crise voulue et programmée par l'oligarchie qui sape toute velléité de résistance à la destruction systématique de la sphère publique : « Attendre une crise de grande envergure, puis, pendant que les citoyens sont encore sous le choc, vendre l'État morceau par morceau, à des intérêts privés avant de s'arranger pour pérenniser les « réformes » à la hâte[1] » est un bon résumé de ce qu'ont subi les Grecs. Ce véritable coup d'État financier a nécessité plusieurs phases de préparation. Récit d'une tragédie (grecque) en 5 actes.
Sherlock

Archéologie secrète - Pourquoi juste des outils en pierre ?

L'Histore secrète de l'espèce humaine, Michael Cremo & Richard Thompson, cover book
© Inconnu

Michael Cremo est l'auteur du livre
Archéologie interdite, l'histoire cachée de la race humaine. Il répond ici à une question qui lui est souvent posée. (Juste une note sur les documentaires vidéo dont je mets le lien dans le texte, ils sont édités par le National Geographic et sont donc par essence sujets à caution (l'homme disparaîtra inéluctablement). Je n'ai mis les liens que pour info, ils ne figurent pas dans l'article original.)

Traduit de l'anglais par Hélios pour le BBB

Fin novembre 2008, j'étais à Dubaï pour la conférence internationale des recherches sur l'antiquité. J'y ai parlé de mon livre Archéologie interdite. Après quoi, un membre de l'audience m'a posé la question habituelle, « Si des êtres humains comme nous sommes présents depuis des dizaines ou des centaines de millions d'années, comme vous le dites, alors pourquoi la plupart des preuves que vous présentez se cantonnent-elles à des outils en pierre et des choses de ce genre ? Qu'en est-il des preuves d'une haute technologie ou d'une civilisation avancée ? »

C'est une bonne question qui mérite une réponse. Une chose à garder à l'esprit, c'est l'idée que des civilisations humaines ont émergé et disparu de nombreuses fois pendant ces millions d'années. Il est donc possible qu'il y ait eu des époques dans un lointain passé où des civilisations comme la nôtre ont existé et de longues périodes avec une population humaine plus réduite vivant d'une manière qu'on qualifierait de plus primitive. Qu'arriverait-il alors aux vestiges de civilisations avancées comme la nôtre pendant les époques de dépopulation ? Nous sommes portés à croire que nos gratte-ciel et nos machines seront durables. Mais ce n'est pas vrai. Les scientifiques qui étudient ces domaines ont conclu que nombre de nos monuments et machines ne dureront pas bien longtemps en étant exposés aux forces incontrôlables de la nature.

Commentaire: le titre original est Forbidden Archeology: The Hidden History of the Human Race et sa traduction française : L'Histoire secrète de l'espèce humaine. Le livre a été écrit conjointement avec Richard Thompson.

Book 2

« La République des censeurs » - Entretien avec Jean Bricmont

La République des censeurs, Jean Bricmont, cover book
© Inconnu

Dans
La République des censeurs, qui vient de paraître*, l'intellectuel belge, Jean Bricmont, se livre à un vigoureux plaidoyer pour la liberté d'expression. Il fait une analyse extrêmement instructive des lois qui, en France, ont limité cette liberté au cours des 40 dernières années, des procès auxquels ces lois ont conduit, et de leurs effets pervers.

M. Bricmont démontre que la « loi Pleven » de 1972 réprimant l'incitation à la haine raciale, ainsi que la « loi Gayssot » de 1990 punissant ceux qui contestent l'existence d'un quelconque « crime contre l'humanité » jugé à Nuremberg, ont introduit le délit d'opinion, ouvert la porte à des appréciations arbitraires, au deux poids deux mesures, confié aux juges la charge de dire la vérité en histoire ; en fin de compte, attisé des sentiments d'injustice et alimenté ce contre quoi elles prétendaient lutter.
Top