Bad Guys

Décryptage - Les historiens, le 11-Septembre et les armées secrètes de Gladio

Traduit de l'anglais par VD pour Il Fatto Quotidiano.fr

Les armées secrètes de l'Otan, coverbook
© Collection Résistances
Les historiens d'aujourd'hui et de demain font face à un énorme défi : relater les événements du 11 septembre 2001. Ce qu'ils écriront sera enseigné dans les livres d'histoire. Mais que raconteront-ils ? Est-ce Ben Laden qui a envoyé 19 musulmans attaquer par surprise les USA ? Ou bien écriront-ils que l'administration du Président George W. Bush est responsable de l'attaque, soit en la concevant elle-même, soit en la laissant délibérément se produire de façon à générer un choc au sein de la population américaine et à créer un prétexte pour augmenter drastiquement les dépenses militaires et pour attaquer l'Afghanistan et l'Irak ?

J'ai étudié la plupart des données relatives aux événements du 11-Septembre, et je suis convaincu qu'une nouvelle enquête est nécessaire. Mais lorsque j'ai remis en cause la narrative officielle du 11/9 dans mon pays natal, la Suisse, j'ai dû faire face à de vigoureux reproches de la part de nombreuses personnes. On m'a par exemple demandé pourquoi un gouvernement, quel qu'il soit, devrait attaquer sa propre population ou, chose un peu moins criminelle, laisser délibérément un groupe étranger mener une telle attaque ? Tandis que les dictatures brutales comme le régime de Pol Pot au Cambodge, sont connus pour le peu de considération qu'ils portent à la vie et à la dignité de leurs concitoyens, on est amené à penser qu'une démocratie occidentale ne se permettrait jamais un tel abus de pouvoir. Et si des éléments criminels au sein d'une démocratie occidentale, en Amérique du Nord ou en Europe, avaient perpétré un tel crime, les élus ou les médias ne s'en rendraient-ils pas compte et ne le dénonceraient-ils pas ? Est-il concevable que des criminels à l'intérieur d'un gouvernement puissent mener des opérations terroristes contre des citoyens innocents, lesquels soutiennent ce même gouvernement au travers des impôts qu'ils paient tous les ans ?

Est-il possible que personne ne le remarque ? Voilà des questions difficiles, même pour des chercheurs spécialisés dans l'histoire des guerres secrètes. En fait, il existe des exemples historiques de telles opérations menées par des démocraties occidentales. Dans cet article, je ne traiterai pas directement du 11-Septembre, mais plutôt de ce que l'Histoire peut nous apprendre. Je vous propose d'examiner certaines des informations les plus récentes concernant les guerres secrètes durant la Guerre froide. Il existe bel et bien une stratégie militaire secrète qui utilise le terrorisme contre les populations civiles. Cela s'appelle la « stratégie de la tension. » Et une telle stratégie a effectivement été mise en oeuvre par des démocraties occidentales.

Commentaire:

Voir aussi : OTAN - La guerre secrète en Allemagne et la série de quatorze extraits de l'ouvrage Les armées secrètes de l'OTAN : Réseaux Stay-Behind, Gladio et terrorisme en Europe de l'Ouest de Daniele Ganser, en fin d'article.

1. « Quand le juge Felice Casson a dévoilé le Gladio... »
2. « Quand le Gladio fut découvert dans les États européens... »
3. « Gladio : Pourquoi l'OTAN, la CIA et le MI6 continuent de nier »
4. « Les égouts de Sa Majesté »
5. « La guerre secrète, activité centrale de la politique étrangère de Washington »
6. « La guerre secrète en Italie »
7. « La guerre secrète en France »
8. « La guerre secrète en Espagne »
9. « La guerre secrète au Portugal »
10. « La guerre secrète en Belgique »
11. « La guerre secrète aux Pays-Bas »
12. « La guerre secrète au Luxembourg »
13. « La guerre secrète au Danemark »
14. « La guerre secrète en Norvège »


Ainsi que le documentaire relatif au livre de Daniele Ganser :



Hearts

Retrouver d'urgence un sens à la vie et mourir dans la tendresse

Détail de la danse macabre de l'église Saint-Germain de La Ferté-Loupière dans l'Yonne
© Wikimedia Commons
Détail de la danse macabre de l'église Saint-Germain de La Ferté-Loupière dans l'Yonne
La mort idéale serait de mourir d'un coup, sans douleurs, sans même avoir le temps de voir la mort arriver. Ainsi seraient évitées la déchéance, les souffrances préalables et inutiles. Cette approche, qui nous paraît évidente, ne l'était pas pour nos ancêtres.

La « grâce » d'une bonne mort

J'ai découvert récemment la célèbre Danse des Morts du peintre allemand de la Renaissance Hans Holbein.

C'est une série de gravures si fines que vous avez besoin d'une énorme loupe pour en voir tous les détails. Ces gravures représentent des personnages de toutes conditions, de la plus humble mendiante jusqu'au pape, en passant par l'empereur, l'impératrice, les rois et reines, dames et chevaliers, bourgeois et artisans, jeunes filles, servantes et jeunes gens, paysans et paysannes, nourrissons et vieillards. Chacun se fait saisir par un squelette hideux et grimaçant, armé d'une faux, représentant la Mort, avant même de s'être aperçu qu'elle approchait.

Pour nos ancêtres, c'était là l'aspect le plus terrifiant de la mort : qu'elle puisse vous prendre par surprise, à tout moment, au détour d'un chemin, dans votre sommeil, sans que nous n'ayez eu le temps de vous y préparer.

C'est pourquoi il existait des prières, oubliées aujourd'hui y compris des chrétiens pratiquants, pour recevoir « la grâce d'une bonne mort », autrement dit une mort à laquelle on aurait eu le temps de se préparer sur le plan spirituel et matériel. Que la mort existe et attende tout le monde, il était impossible de l'ignorer à cette époque. Il était rarissime dans une famille de ne pas perdre des enfants en bas âge. Accidents, maladies, épidémies, guerres rendaient la mort omniprésente. À chaque décès, des veilles, cérémonies, processions et habits de deuil rendaient la mort encore plus visible à tous, si besoin était.

Mais le simple fait de vivre à la campagne faisait qu'on côtoyait la mort en permanence, ne serait-ce que celle des animaux. Par contraste, qui, parmi nous, a déjà tué un cochon ou égorgé un agneau de ses propres mains ? Ou même un poulet ou un lapin ? Ce geste, que connaissaient les enfants dès le plus jeune âge, participait à rendre la mort extrêmement familière à chacun.

C'est pourquoi la grande terreur n'était pas de mourir, mais de mourir sans préparation.
USA

Ukraine : la CIA coordonne nazis et jihadistes


Le 8 mai 2007, à Ternopol (ouest de l’Ukraine), des groupuscules nazis et islamistes créent un prétendu Front anti-impérialiste afin de lutter contre la Russie. Des organisations de Lituanie, de Pologne, d’Ukraine et de Russie y participent, dont les séparatistes islamistes de Crimée, d’Adyguée, du Dagestan, d’Ingouchie, du Kabardino-Balkarie, du Karatchaïévo-Tcherkessie, d’Ossétie, de Tchétchénie. Ne pouvant s’y rendre du fait des sanctions internationales, Dokka Umarov, y fait lire sa contribution. Le Front est présidé par Dmytro Yarosh, qui deviendra lors du coup d’État de Kiev, en février 2014, secrétaire adjoint du Conseil de sécurité nationale d’Ukraine.
Le monde change. Jadis, il y avait une droite capitaliste et une gauche socialiste. Aujourd'hui, le monde est dominé par les États-Unis et la première question qui se pose est de les servir ou de leur résister. Comme lors de la Seconde Guerre mondiale, on trouve toutes les idéologies dans chaque camp. Pour l'heure Washington coordonne l'alliance en Europe entre nazis et jihadistes avec la bénédiction des Russes anti-Poutine.

L'affrontement entre les putschistes de Kiev, soutenus par l'Otan, et les fédéralistes ukrainiens, soutenus par la Russie, est arrivé à un point de non-retour. Le 2 mai, le président Olexander Turchinov et l'oligarque israélien Ihor Kolomoïsky ont organisé un massacre à la Maison des syndicats d'Odessa que la presse occidental a d'abord minimisé, puis qu'elle a tue lorsque les témoignages et les preuves se sont accumulés [1]. Après ces horreurs, il n'est plus possible aux deux populations de continuer à vivre ensemble.

Trois scénarios sont envisageables : soit les États-Unis vont faire de l'Ukraine une nouvelle Yougoslavie et y provoquer une guerre dans l'espoir d'y impliquer la Russie et l'Union européenne et de les y embourber ; soit ils vont multiplier les théâtres d'affrontement autour de la Russie, en commençant par la Géorgie ; soit encore, ils vont pousser des combattants non-étatiques à déstabiliser la Russie elle-même, en Crimée ou au Daguestan.

Quelle que soit l'option choisie, Washington met d'ores et déjà en place une armée de mercenaires.

Le Conseil de Défense de Kiev a dépêché des émissaires en Europe occidentale pour engager des militants d'extrême droite à venir se battre contre les fédéralistes (qualifiés de « pro-Russes »). Ainsi, a déjà été créé une cellule Pravy Sektor France dont les membres seront prochainement intégrés à la Garde nationale ukrainienne.

Par ailleurs, le Conseil de Défense de Kiev entend « faire nombre » en ajoutant à ces néo-nazis ouest-européens des jihadistes ayant déjà une véritable expérience militaire.

En réalité, si l'on veut bien faire abstraction du bric-à-brac symbolique des uns des autres, nazis et jihadistes d'aujourd'hui ont en commun à la fois le culte de la violence et le rêve sioniste de domination mondiale. Ils sont donc compatibles avec toutes les autres organisations soutenues par Washington, y compris avec le Front de gauche russe de Serguei Oudaltsov et avec son ami le leader anti-Poutine Alexeï Navalny. Il existe d'ailleurs déjà de nombreux contacts entre eux.
Heart - Black

Plan Cancer 2014 - La grande imposture des « molécules innovantes »

Plan cancer 2014
© Inconnu
Le Plan Cancer 2014 relègue les traitements éprouvés au bénéfice de ceux fondés sur la génétique - et des profits qui y sont liés. Qu'on cherche à améliorer les traitements et qu'on favorise l'innovation, c'est bien. Qu'on remplace délibérément les traitements qui marchent par des « essais précoces » sans validation par des expérimentations jusqu'alors obligatoires et sans recul sur l'efficacité ou les effets délétères parfois retardés, c'est inadmissible (1).

Cette substitution des traitements éprouvés ne repose pas sur une démarche scientifique élaborée par des cancérologues indépendants des lobbies. Les injonctions de prescription viennent d'en haut et les lanceurs d'alerte sont automatiquement exclus, réprouvés et harcelés. Les traitements sont imposés aux patients en dépit des codes de déontologie de la médecine. Ils deviennent des cobayes, privés du choix thérapeutique entre les différentes options.

Regardons ensemble les phrases clefs du Plan Cancer, ce texte qui va régir les soins des patients par leurs médecins sommés d'obéir à ces contraintes thérapeutiques.

La médecine dite « personnalisée » n'a jamais modifié le pronostic des cancers

Dès la page trois, les pions sont avancés au bénéfice d'une nouvelle cancérologie basée sur la génétique : « Plus que jamais, l'avènement d'une médecine personnalisée oblige à repenser les méthodes de diagnostic et de traitement des cancers. Des progrès significatifs ne seront possibles que par un décloisonnement entre la recherche et le soin. Ces innovations doivent être anticipées et accompagnées par les pouvoirs publics, garants de leur pertinence et de leur accessibilité à tous sur tout le territoire » (2).

Commentaire: C'est vraiment un scandale, les soins de santé (Sécurité sociale) sont supposés être en mauvais état, mais ils créent de nouvelles molécules jamais testés en lieu et place du bénéfice de Big pharma !

Voir aussi :
Cancer et études frauduleuses
La (malfaisante) industrie du cancer dévoilée par des médecins
Un régime fort en glucides lié à la progression du cancer ?
La vitamine D, le cancer du sein et Big pharma, ou le bon la bête et le truand !
Un lien évident entre le sucre et le cancer
La (malfaisante) industrie du cancer dévoilée par des médecins
Le régime cétogène pourrait être la clé pour guérir du cancer
Cancer du cerveau : guérir grâce au régime cétogène

Extinguisher

Des milliers d'évacués suite aux feux de forêts qui ravagent la Californie

D'importants incendies qui font rage dans le sud de l'État depuis mardi dernier, ont forcé environ vingt mille personnes à fuir leurs maisons dans le sud de la Californie et ont également entraîné l'évacuation partielle de la centrale nucléaire de San Onofre, au sud de Los Angeles, et de la base militaire de Camp Pendleton, ainsi que la fermeture d'une autoroute. Ces incendies ont démarré tôt dans la saison des feux de forêts à laquelle est habituée les habitants de la Californie, et fait suite à une vague de sécheresse de plusieurs mois.
Incendies Californie
© AP
Dans le Comté de San Diego, une épaisse fumée noire et un mur de feu qui cache l'horizon s'élèvent comme le montrent les images diffusées par les chaînes de télévision. Au total, ce sont plusieurs dizaines de feu qui se sont déclarés, alimentés par les vents chauds de Santa Ana. Ces vents attisent non seulement les incendies, mais provoquent également des tornades de feu à l'instar de celle-ci dans le Comté de San Diego :


Selon Le Parisien :
« La ville de Carlsbad est particulièrement touchée. Entre 15 et 18 bâtiments, dont trois maisons, sont partis en flammes, a indiqué Michael Davis, le chef des pompiers de la ville. Selon les autorités, plus de 11 000 personnes ont dû quitter leur logement. Des lignes électriques sont à terre et le parc d'attractions Legoland a dû être évacué. »
Incendies Californie
© Karen Kaplan/Twitter
Des centaines de pompiers sont mobilisés pour lutter contre ce qui s'annonce comme l'une des pires catastrophes environnementales qu'ait connu la Californie depuis plusieurs décennies, les météorologues n'étant guère optimistes quand aux conditions météorologiques qui vont perdurer et qui devraient favoriser d'autres incendies dans les semaines à venir. En effet, « un puissant anticyclone est actuellement positionné sur l'ouest américain, apportant une masse d'air extremement chaud s'étirant de la Basse-Californie (Mexique) à l'Etat de Washington (USA), et même d'une façon attenuée jusqu'en Alaska (USA) ». Il fait par exemple 22° C à Anchorage, et près de 25° C à Burwash dans le Yukon au Canada.

Commentaire: Retrouvez la carte interactive de Sott, et visualisez tous les feux de forêt/incendies depuis un mois :



Bizarro Earth

Signes de changement - Météorologies extrêmes, activité sismique et boules de feu météoriques pour avril et début mai 2014

Traduction SOTT

La hausse de l'activité sismique continue tout au long de la ceinture de feu. Au centre de ces changements, les États-Unis font face à une « inondation historique » qui a été qualifiée d'exceptionnelle et comme se produisant une fois tous les cinq cents ans !
HDC Credits
© HDC
Il y a eu beaucoup plus pendant ce mois d'avril et ce début de mai comme cette vidéo le montre. Le déluge continue de frapper les zones fortement peuplées ! Soyez prêt pour les catastrophes à grande échelle dans votre région. Elles continuent et continueront de s'aggraver que nous le voulions ou pas. Restez en sécurité et merci de visionner !


Ce devrait être la dernière vidéo mensuelle de cette série. Cherchez-les un peu plus souvent !

Ces vidéos sont mieux visualisés avec un bon son ou un casque.

*Cette série ne signifie pas que le monde se termine ! Ce sont des documentaires sur des séries d'événements météorologiques extrêmes qui nous conduisent à des changements plus grands pour la planète. Si vous suivez la série, alors vous voyez les signes.

Commentaire: Découvrez la carte interactive Sott et les nombreux événements relatifs aux changements terrestres et à l'activité météorique pour le mois passé.



Bad Guys

Impérialisme humanitaire - Le Jarba... le Coronavirus... et le Boko Haram !

Traduit de l'arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca
« Puisque Strauss a enseigné que le déterminisme mettait naturellement « la minorité éclairée » en position de diriger « la multitude bornée », puisque la vertu est déterminée par l'élite dirigeante, puisque la moralité n'existe pas, puisque la justice est seulement l'intérêt du plus fort, puisque le pouvoir de la minorité éclairée est absolu, autoritaire et ne peut être remis en question, puisque la religion est « le ciment qui tient la société ensemble », utiliser la religion à des fins politiques, mentir, tricher, dissimuler et intimider sont un bien nécessaire pour atteindre les objectifs recherchés par le gouvernement. La manipulation des « masses bornées » devient une fin en soi et la distorsion des mots et des concepts devient la méthode de manipulation... »

~ William A. Cook [1]
Bring Back our Girls, campaign
© Inconnu
Lorsque le Coronavirus nous infecte [2] à la manière de l'idéologie qui se faufile dans nos âmes, pour nous convaincre qu'il y aurait une différence entre les idéologies « folles » et les idéologies « meurtrières », et que la mort festoie parmi nous en un carnaval terrifiant, comme si nous ne chancelions pas tels des funambules entre cette idéologie infecte et celle du Boko Haram [3], laquelle idéologie correspond à toute une dialectique portant sur « l'obscurantisme fanatique » doctrinaire, politique, et stratégique dans lequel Léo Strauss a prédit [4] que nous nous enfoncerions jusqu'à l'ivresse ; nous sommes censés être dans l'impossibilité d'envisager notre libre arbitre, ni par rapport à Dieu vu l'interprétation barbare de ses Textes, ni par rapport à l'Histoire dont nous ne retenons que les cris sanglants.
2 + 2 = 4

Point de vue Marketing - Big Data : l'onction du nombre

Mind Data
© Arthur Poitevin

Et si on abordait la data en dépassant la question de l'efficacité et de l'éthique, pour s'interroger plutôt sur son rôle dans l'imaginaire social ? Et si l'infaillibilité fantasmée de la data prenait le relais de celle des marques dans l'imaginaire collectif ? A lire dans la nouvelle revue digitale sur
La Data, qui vient de sortir.

Telle une créature fantastique, la data a depuis longtemps échappé à son domaine d'origine. L'emprise grandissante qu'elle exerce sur les esprits dépasse de loin l'enjeu de sa maîtrise technique - même si celui-ci est fondamental. Pas un débat ni un média où elle ne soit régulièrement convoquée, pas une instance de pouvoir ou de décision qui ne l'invoque. Ainsi, la réalité technique de l'objet « data » se transforme en concept qui imprègne l'imaginaire social. Face à son omniprésence, une des attitudes consiste à la diaboliser, en invoquant le spectre d'une société du contrôle et de la « programmation » des comportements et des esprits. Manière de confisquer le débat, en annonçant la fin de la détermination individuelle. Alors qu'à l'autre extrémité, la data génère d'immenses espérances et des promesses euphoriques, en cristallisant tous les espoirs d'une nouvelle forme de « puissance » pour la société.

À l'heure actuelle pourtant, la data semble soulever plus de questions qu'elle n'en résout... L'efficacité des Big Datas par exemple, qui suscite un véritable envoûtement, n'est pas vraiment au rendez-vous. Le marketing personnalisé reste souvent limité au tracking de l'internaute, à la « mémoire » de son acte. Alors, si on s'interrogeait plutôt sur son rôle dans l'imaginaire social ?

Commentaire: Voir aussi l'excellente conférence de Lucien Cerise et Paolo Cioni intitulée Neuro-Pirates, Neuro-Esclaves, et bien sûr l'excellent ouvrage de Paolo Cioni et Marco Della Luna intitulé Neuro-Esclaves - Techniques et psychopathologies de la manipulation politique, économique et religieuse - Apprenez à défendre votre liberté mentale

Bomb

Les massacres d'Odessa sonnent le glas de l'unité ukrainienne


2 mai 2014, dans la République du Donetsk. Les habitants de Kramatorsk tentent de s’opposer au passage d’un véhicule blindé des forces de la Garde Nationale aux ordres de la junte de Kiev.
Les massacres qui ont ensanglanté Odessa le 2 mai 2014, dans les rues et à la Maison des syndicats, montrent la volonté des autorités putschistes de Kiev d'instaurer un ordre de terreur anti-Russe. Loin de réagir, les membres de l'Otan se sont emmurés dans un silence complice. Ces événements rendent impossible la continuation de l'expérience ukrainienne et marquent l'inévitable fin de cet État artificiel.

Les évènements tragiques d'Odessa, où des militants néonazis ont brûlé plus de cinquante personnes, résonnent déjà dans les consciences comme un nouveau Khatyn. Les deux massacres se ressemblent tellement que l'image de Khatyn a immédiatement resurgi dans les esprits. La population n'a pas oublié comment les martyrs de Khatyn furent précipités dans les flammes par le 118ème bataillon de la police nazie, dont les rangs étaient, pour l'essentiel, constitués par les bataillons Roland et Nachtigall, initialement créés en 1939 avec le concours de Stepan Bandera, pour servir dans l'armée nazie, et passés en 1941 sous le commandement de l'Abwehr [1]. Les mêmes criminels étaient à l'œuvre, et aux commandes, lors de ces deux tragédies. Au début de la guerre (1939-1945), le bataillon Nachtigall était placé sous les ordres de Roman Shukhevych. Ce dernier réaffecta ultérieurement sa bande de tueurs dans une autre unité des forces de répression, nouvellement créée. Le 2 mai 2014, les habitants d'Odessa ont péri dans les flammes du brasier allumé par la nouvelle génération de fascistes ukrainiens qui arpente les rues des cités du pays, en brandissant les portraits leurs devanciers, Stepan Bandera et Roman Choukhevytch.

Une page a été tournée avec le massacre d'Odessa. Une nouvelle réalité s'est imposée aux citoyens ukrainiens qui n'aspirent à rien d'autre qu'à défendre leur droit de parler leur langue maternelle, de préserver leur mode de vie et les valeurs auxquelles ils croient, et qui, pour y parvenir, n'ont d'autre choix que de se dresser contre la junte néonazie qui s'est emparée de Kiev, la capitale de leur pays. À la différence du Donbass, où une milice armée s'est constituée, Odessa est restée jusqu'au 2 mai une cité paisible et les manifestations qui s'y sont déroulées étaient tout à fait pacifiques. C'est pourtant là que, le 2 mars, le Rubicon a été franchi. Le tabou, qui interdit à des hommes en armes de massacrer des citoyens paisibles, a été transgressé. Ce n'est pas une coïncidence si, quelques heures à peine après le massacre d'Odessa, la Garde nationale a sauvagement ouvert le feu sur les habitants de Kramatorsk qui tentaient de bloquer des véhicules blindés, en se plaçant sur leur chemin. Beaucoup d'entre eux ignoraient, sans doute, le sort qui venait d'être réservé à leurs concitoyens d'Odessa, brûlés sous les yeux des forces de police indifférentes à leur calvaire, tandis que les néonazis vociféraient leurs anathèmes : « Grillez, sales Russes !  » et « Mort aux diables russes ! ». Ceux des manifestants qui parvenaient à s'extirper des flammes étaient achevés à coups de haches et de matraques, aux sons de l'hymne national ukrainien, à jamais marqué du sceau de l'infamie par le nouveau Khatyn perpétré à Odessa.
Stock Down

20 ans d'hivers de plus en plus froids défient la thèse d'un réchauffement climatique

(extrait) - Les températures à travers les États-Unis sont sur une tendance au refroidissement depuis 20 ans, défiants les prédictions alarmistes d'un réchauffement climatique et tournent en ridicule les affirmations que des hivers plus chauds sont la cause de catastrophes environnementales.

winter temperature trend
© noaa
Températures contiguës des États-Unis de décembre à février

Commentaire:

Voir aussi :
Le feu et la glace : le jour d'après
Le réchauffement climatique s'est arrêté
Un rapport du Pentagone sur le climat annonce un refroidissement global (première partie)
Un rapport du Pentagone sur le climat annonce un refroidissement global (deuxième partie)
Des experts disent que des pénuries de nourriture et de carburant sont imminentes à l'aube du nouvel Âge glaciaire
Vers un refroidissement climatique

Top