Bad Guys

Les nervis de Kiev brûlent vifs des pro-russes à Odessa, l'armée ukrainienne attaque les populations de l'est : que peut faire Poutine ?

Traduction : Dominique Muselet

Ce qui est arrivé à Odessa hier est beaucoup plus grave que ce que les premières informations laissaient entendre : il s'est agi d'un massacre délibéré à vous glacer le sang.

Pour résumer :

A Odessa, les manifestants pro-Russes n'avaient jamais occupé un bâtiment, tout ce qu'ils avaient fait était d'installer des tentes sur la place et de rester là. Il n'y avait eu quasiment aucune violence. Mais hier les néo-nazis sont passés à l'action :

1) Ils ont amené en bus de nombreux voyous du Secteur Droit.

2) Puis ils ont fait venir les hooligans locaux du football (payés par des oligarques selon certaines sources) pour faire une manifestation nationaliste.

3) Les voyous du Secteur Droit ont alors rejoint les hooligans et ensemble ils ont sauvagement attaqué le petit village de tentes des pro-Russes : les tentes ont été déchirées et les manifestants anti-régime ont été méchamment passés à tabac. La police locale regardait sans rien faire.

4) Les manifestants anti-régime ont tenté de sauver leur vie en se réfugiant dans le bâtiment syndical qui avait été leur lieu de rassemblement. Le bâtiment a été cerné et on y a mis le feu.

5) Ceux qui essayaient de sortir étaient sauvagement battus et beaucoup ont été assassinés. Beaucoup d'autres ont été tués par balles alors qu'ils se tenaient aux fenêtres pour échapper aux flammes.

6) Les néo-nazis ont empêché les pompiers de passer.

7) Chaque fois qu'un manifestant sautait par la fenêtre ou était tué par balle la foule hurlait : "Gloire à l'Ukraine ! Gloire à nos héros !" Beaucoup ont pris des vidéos en souvenir. Pour eux, c'était un événement joyeux et libérateur.

8) Les réseaux sociaux ukrainiens ont été envahis de joyeux messages félicitant les "héros" d'Odessa et promettant d'en faire encore baver aux maudits Ruskoffs.

9) Les médias occidentaux et ukrainiens ont parlé de "heurts" et de "morts" mais sans mentionner les responsables du massacre.

10) Aux dernières nouvelles, il y a eu 46 morts. Mais avec ceux qui ont inhalé des gaz toxiques et surtout ceux qui ont été profondément brûlés, leur nombre va certainement augmenter.
Vader

Les hordes néonazies de Kiev frappent : massacre à Odessa

Plus de 30 morts dans les affrontements à Odessa ! Que s'est-il vraiment passé dans la grande cité portuaire de la Mer noire ? Que vous ont caché les politiciens et les médias de l'OTAN sur le massacre perpétré par les hordes de la Junte de Kiev ???

4 personnes ont tout d'abord été tuée et des dizaines ont été grièvement blessées dans les affrontements entre les membres de Praviy sektor (Secteur droit) et les habitants de la ville d'Odessa qui sont sortis dans les rues en soutien des membres de la milice populaire de Slaviansk. Selon les médias locaux, une bagarre a éclaté dans centre de la ville, non loin de la place Gretcheskaïa. Les manifestants en colère ont utilisé des pierres, des cocktails Molotov et des engins explosifs artisanaux pour viser le côté ennemi, armé.
Pirates

Guerre des brevets ? Blackstone et Jacob Rothschild bénéficieraient de la disparition de l'avion de Malaysia Airlines

Jacob Rothschild, président de RIT Capital Partners plc et administrateur de Blackstone. Président de l’Institute for Jewish Policy Research.
© Inconnu
Jacob Rothschild, président de RIT Capital Partners plc et administrateur de Blackstone. Président de l’Institute for Jewish Policy Research.
Les recherches internationales de l'avion disparu MH 370 ont montré que Washington était en mesure de suivre l'appareil bien au-delà de ce qu'il prétendait jusqu'ici et qu'il a mis une semaine pour révéler ce qu'il savait. Elles ont aussi montré que la Chine n'avait pas de ports de ravitaillement pour déployer sa marine dans une zone aussi vaste. Mais au-delà du fait divers et de ce qu'il révèle des capacités stratégiques de chacun, force est de constater que cette énigmatique disparition fait des heureux : Blackstone et Jacob Rothschild.

Jacob Rothschild, président de RIT Capital Partners plc et administrateur de Blackstone. Président de l'Institute for Jewish Policy Research.Dans l'ère géostratégique tripolaire du monde de l'après-Crimée entre les États-Unis, la Russie et la Chine, il est impératif de mettre en contraste la désinformation écrasante de l'Occident moyennant l'incontournable regard du portail multimédia russe Russia Today.

Comme cela arrive souvent dans des accidents mystérieux, la disparition inhabituelle de l'avion du vol MH 370 de Malaysia Airlines - dont l'explication ne satisfait personne, encore moins la plupart des Chinois touchés - a conduit à d'innombrables interprétations, certaines loufoques et d'autres dérangeantes.

Alors que fait rage la guerre des sanctions depuis les États-Unis et l'Union Européenne contre Vladimir Putin, Russia Today publiait de manière pressée quatre jours après que le vol MH 370 ait disparu, qu'un brevet de semi-conducteur a été approuvé par l'Office des brevets des États-Unis [1]. La guerre des brevets a-t-elle éclaté ?

Commentaire: Voir aussi : En considérant qui était à bord, la disparition du Boeing 777 de la Malaysia Airlines n'est peut-être pas un mystère

Question

Le virus de l'Armageddon ? Les experts craignent qu'une maladie transmise aux humains par les animaux ne dévaste l'humanité dans les cinq prochaines années

Traduction : SOTT

© Alamy
Armageddon : Les scientifiques ont prévenu qu'une pandémie virale mondiale était inévitable dans les cinq ans.
Les symptômes apparaissent soudainement avec un mal de tête, une fièvre élevée, des douleurs articulaires, des maux d'estomac et des vomissements. Au fur et à mesure que la maladie progresse, les patients peuvent développer de vastes zones d'ecchymoses et des saignements incontrôlés. Dans au moins 30 pour cent des cas, la fièvre hémorragique virale Congo-Crimée est fatale. Et cela s'est confirmé ce mois-ci lorsqu'un garagiste de 38 ans originaire de Glasgow qui s'était rendu au mariage de son frère en Afghanistan est devenu la première victime confirmée au Royaume-Uni de la maladie virale transmise par les tiques, lorsqu'il est décédé dans l'unité de haute sécurité des maladies infectieuses au Royal Free Hospital de Londres.

Il s'agit d'une maladie très répandue chez les animaux domestiques et sauvages en Afrique et en Asie - laquelle a franchi la barrière des espèces pour infecter les humains avec des conséquences mortelles. Mais la mort de cet homme anonyme n'est pas le seul exemple récent d'un virus étranger frappant le pays pour la première fois. Le mois dernier, un homme de 49 ans était admis à l'hôpital St Thomas de Londres avec une forte fièvre, une toux sévère et d'énormes difficultés à respirer.

Il portait toutes les caractéristiques du SRAS, virus mortel qui tua près de 1 000 personnes en 2003 - mais les tests sanguins montrèrent rapidement que cette terrible infection virulente n'était pas le virus du SRAS. Ce n'était pas un virus connu de la science médicale.

Pire encore, le patient essouflé, en sueur, a rapidement succombé à une insuffisance rénale, une complication potentiellement mortelle qui n'avait jamais été observée dans un tel cas.

Commentaire: « L'épidémie d'Ebola est-elle arrivée en Europe ? Malgré « tous les efforts de confinement », plusieurs cas sont suspectés à Pise en Italie »

USA

Le gouvernement parallèle secret ou l'État profond derrière la démocratie étasunienne

Traduit de l'anglais par Maxime Chaix pour le Réseau Voltaire

Aigle, Etats-Unis
© Inconnu
Dans un ouvrage enfin disponible en français, le professeur Peter Dale Scott retrace l'histoire de « l'État profond » aux États-Unis, c'est-à-dire de la structure secrète qui pilote la politique extérieure et de Défense au-delà de l'apparence démocratique. Cette étude est l'occasion de mettre en lumière le groupe qui a organisé les attentats du 11-Septembre et qui se finance via le trafic mondial des drogues. Ce livre de référence est d'ores et déjà conseillé à la lecture dans les académies militaires et diplomatiques.

Réseau Voltaire : Professeur Scott, sachant que votre travail n'a pas encore la notoriété qu'il devrait avoir dans le monde francophone, pourriez-vous commencer par nous définir ce qu'est la « Politique profonde » (Deep Politics), et nous expliquer la distinction entre ce que vous appelez l'« État profond » et l'« État public » ?

Peter Dale Scott : L'expression « État profond » vient de la Turquie. Elle dut être inventée en 1996 après l'accident d'une Mercedes roulant à vive allure - voiture dont les occupants étaient un membre du parlement, une reine de beauté, un important capitaine local de la police, et le principal trafiquant de drogue de Turquie, qui était également le chef d'une organisation paramilitaire - les Loups Gris - qui assassinait des gens. Et il devint flagrant qu'il existait en Turquie une relation secrète entre la police - qui recherchait officiellement cet homme, bien qu'il soit alors dans la voiture avec un policier - et ces individus qui commettaient des crimes au nom de l'État. L'État pour lequel vous commettez des crimes n'est pas un État qui peut montrer sa main au public. C'est un État dissimulé, une structure secrète. En Turquie, ils l'ont appelé l'« État profond » [1], et j'avais depuis longtemps parlé de « Politique profonde », donc j'ai utilisé cette expression dans La Route vers le Nouveau Désordre Mondial.
Blackbox

L'épidémie d'Ebola est-elle arrivée en Europe ? Malgré « tous les efforts de confinement », plusieurs cas sont suspectés à Pise en Italie

Traduction : SOTT

Bien que les responsables de l'Organisation mondiale de la santé travaillent fiévreusement pour stopper la diffusion du virus Ebola qui touche maintenant sept pays africains, leurs efforts pourraient être vains. En Guinée, un lieu à haut risque pour la contagion mortelle, les fonctionnaires du département de la Santé ont rapporté que l'épidémie était presque sous contrôle. Pourtant, Reuters rapporte que le gouvernement « a prévu de stopper d'énoncer publiquement le décompte des morts afin d'éviter de causer une panique inutile. ».
Virus Ebola
© Fuse/Thinkstockphotos
Mais la panique pourrait s'imposer.

Malgré les meilleurs efforts du personnel d'urgence, il apparaît que le virus pourrait avoir traversé l'Afrique jusqu'en Europe.
« L'épidémie du virus Ebola dans sept pays de l'Afrique de l'Ouest a déjoué tous les efforts de confinement et se répand comme un feu de brousse. D'après les groupes de secours chrétiens travaillant en Guinée et au Libéria, le nombre d'infections confirmées a grimpé de quinze pour cent juste dans les dernières vingt-quatre heures. De plus, quarante travailleurs clandestins venus de la zone d'épidémie et qui ont débarqué à Pise en Italie, y sont isolés du fait de fièvres et de « conjonctivites » (ensanglantées autour des yeux) et parce qu'ils montrent des signes d'infection au virus Ebola. Bien qu'elle soit proche de la souche du Zaïre, cette souche d'Ebola est - d'après l'Organisation mondiale de la santé - entièrement nouvelle et différente, expliquant ainsi les faux résultats négatifs des tests...depuis des semaines !

Ces faux résultats négatifs signifient que des personnes en réalité infectés par le virus Ebola, étaient rentrés chez elles pour se remettre de ce qu'elles pensaient être la grippe ou un cas d'empoisonnement alimentaire, avec pour conséquence de propager davantage le virus Ebola.

Le résultat a été une perte complète de cloisonnement de cette épidémie du virus Ebola.

Avec son arrivée probable à Pise, le continent européen est à présent en grave danger. »
Les officiels italiens nient les rapports, mais les médias alternatifs dans le pays suggèrent que c'est la raison pour laquelle un hôpital à Pise a été complètement fermé, parce que quelques quarante personnes y auraient été infectées. D'autres rapports tombant au goutte à goutte de sources variées - telles que les médias sociaux - indiquent que le virus pourrait également être apparu à environ quatre-vingts kilomètres de Pise, en Toscane.

Commentaire: Le temps nous le dira...

La peste noire serait en fait le virus Ebola
Nouvelle lumière sur la Peste Noire : la connexion cosmique
Comètes, épidémies, tabac et origine de la vie sur Terre
La Peste noire, mère de toutes les épidémies modernes
La peste aurait-elle contribué au déclin des romains ?
La peste et ses mystères
Peste de Justinien - Des scientifiques trouvent l'ADN de la toute première peste bubonique et avertissent d'une potentielle nouvelle épidémie
La Mort Noire serait d'origine céleste
De l'espoir dans le traitement de la fièvre Ebola

Black Magic

Influence et manipulation - Robert Cialdini décrypte nos comportements « innés », failles qu'exploitent les vendeurs et les marketeurs

Manipulation, illustration
© Inconnu

Conseils Marketing a le plaisir d'accueillir comme chaque mois Olivier Roland, animateur des blogs
« Des livres pour Changer de Vie » et « Habitudes Zen ». Olivier s'est lancé le défi de lire 52 livres fondamentaux en marketing et en management en un an, et nous en faire le compte rendu. Dans cet article Olivier nous présent le livre Influence et Manipulation de Robert Cialdini qui décrypte nos comportements « innés » qui se transforment en failles à exploiter pour les vendeurs et les marketeurs...

Si l'on veut résumer ce livre, voici ce qu'il faut retenir :en tant qu'êtres humains, nous réagissons souvent automatiquement à certains événements, car réfléchir posément à chaque action que nous faisons coûterait trop en temps et en ressources. Hors si dans la majorité des cas ces comportements automatiques ont leurs avantages, ils peuvent être détournés par des personnes averties désirant les exploiter pour nous manipuler. Ce livre décortique ces comportements et ces techniques pour nous aider à nous en prémunir.

Idées phares du livre Influence et Manipulation

Robert Cialdini est un chercheur en psychologie sociale à l'université de l'Arizona.

Pour étudier la psychologie de la persuasion il a passé trois ans à s'introduire incognito dans des groupes reconnus comme maîtres dans l'art de persuader :
  • vendeurs d'automobiles
  • démarcheurs en porte à porte
  • entreprises de télémarketing
  • associations caritatives
  • ...
Il nous relate les fruits de ses expériences et des ses recherches dans son livre tourné vers le grand public.

Commentaire: Voir aussi les articles :

L'oligarchie nous inculque la résignation
Conférence Neuro-Pirates, Neuro-Esclaves

Target

Afrique du Sud - Vingt ans d'apartheid sous un autre nom

Traduit de l'anglais par Résistance 71

Sur un de mes murs de Londres, j'ai mis ma photo préférée d'Afrique du Sud, une photo toujours vibrante à contempler, cette photo de Paul Weinberg d'une femme seule, debout entre deux véhicules blindés, les tristement célèbres « hippos », alors qu'ils roulaient dans Soweto. Ses bras sont levés, les poings serrés, son corps fin à la fois invitant et défiant l'ennemi.
Le township sud-africain d'Alexandra, se situe à côté de la banlieue chic de Sandton. Un exemple du gouffre entre riches et pauvres dans l'Afrique du Sud après-apartheid.
© Getty Images
Le township sud-africain d'Alexandra, se situe à côté de la banlieue chic de Sandton. Un exemple du gouffre entre riches et pauvres dans l'Afrique du Sud après-apartheid.
C'était le 1er mai 1985. La dernière des grandes révoltes contre l'apartheid commençait. Douze ans plus tard, mon interdiction d'entrer en Afrique du Sud pendant 30 ans levée, il y eut un moment de « pince-moi je rêve » alors que j'atterrissais à l'aéroport Jan Smuts et que je tendais mon passeport à l'agent de l'immigration sud-africaine noire. « Bienvenue dans notre pays », me dit-elle.

Je découvrais alors rapidement que l'esprit de résistance personnifié par cette femme sur la photo prise à Soweto avait survécu, avec un ubuntu vibrant qui réunit l'humanité africaine, la générosité et l'ingénuité politique, comme par exemple dans la décision toute de dignité de ceux dont je fus témoin, qui firent un cordon humain autour de la maison d'une veuve à qui on avait menacé de couper l'électricité et dans le rejet par les gens de ces « habitations » qu'ils appelaient « clapiers » et dans ces manifestations sociales de masse palpitantes, qui sont parmi les plus sophistiquées et les plus dynamiques au monde.

Au 20e anniversaire du premier vote démocratique le 27 avril 1994, c'est cette résistance, cette force pour la justice et le véritable progrès démocratique qui devrait être célébré, tandis que sa trahison et son gaspillage devraient être compris et gérés en conséquence.

Commentaire:
« Le pays est à présent l'illustration vivante de ce qui se produit lorsque la réforme économique est dissociée de la transformation politique. Sur le plan politique, les Sud-Africains ont le droit de vote, bénéficient de libertés civiles et vivent selon la règle de la majorité. Sur le pan économique, pourtant, l'Afrique du Sud a supplanté le Brésil au titre de nation où les inégalités sont les plus prononcées au monde.
[...]
D'une certaine façon, c'est là le génie du capitalisme sans entraves : il s'auto-renforce. Une fois les pays ouverts aux humeurs caractérielles du marché mondial, tout manquement à l'orthodoxie de l'école de Chicago est aussitôt puni par les traders de New York et de Londres, qui se liguent contre la devise du pays coupable. »

~ Naomi Klein, La stratégie du choc - La montée d'un capitalisme du désastre, Éditions Leméac/Actes Sud, 2007 et 2008 pour la version française - Chapitre 10 - Quand la démocratie naît dans les chaines - La liberté étranglée de l'Afrique du Sud, pages 243, 247.


War Whore

Perversion de la finance et de la politique - Matteo Renzi, le cheval de Troie de JP Morgan

Traduit de l'italien pour Il Fatto Quotidiano

Matteo Renzi
© Inconnu
Matteo Renzi
Un diner pour décider, un autre pour confirmer les décisions. Premier juin 2012. Premier avril 2014. Les deux mêmes protagonistes : le président du conseil italien, Matteo Renzi, et l'ex-premier ministre britannique Tony Blair. Un troisième (venu avec ses représentants) : l'organisateur et véritable bénéficiaire de ces réunions, la banque d'affaires JP Morgan. Le quotidien britannique
Daily Mirror écrit :
« Renzi est le Blair italien, pas seulement dans les intentions politiques, mais aussi par ses alliances économiques. Un exemple ? La banque JP Morgan. »
Réforme des provinces, du Sénat, du travail, de l'administration publique, de la Justice, du Conseil des ministres, ou encore, réforme électorale. La Constitution italienne, celle votée après la victoire sur le fascisme et la fin de la Seconde Guerre mondiale, celle inventée pour interdire tout revirement autoritaire dans le pays, est sur le point d'être bouleversée. Ainsi en a décidé le nouveau Président du Conseil, Matteo Renzi. C'est ce qu'a suggéré la banque JP Morgan.
Tony Blair et Matteo Renzi, à l'ambassade d'Italie à Londres, le 1er avril 2014
© Inconnu
Tony Blair et Matteo Renzi, à l'ambassade d'Italie à Londres, le 1er avril 2014
Voyons les faits. Le 1er juin 2012, la banque d'affaires américaine organise un diner au Palais Corsini à Florence. Le maitre de maison, Jamie Dimon (administrateur délégué de JP Morgan) invite le maire de la ville à l'époque, Matteo Renzi, et l'ex-premier ministre, depuis quatre ans consultant spécial de la banque, Tony Blair. Le 1er avril 2014, le diner se déplace outre-Manche. Cette fois les honneurs de la maison sont faits par l'ambassadeur italien à Londres, Pasquale Terracciano. Durant le repas à base de poisson, Tony Blair et Renzi parlent en privé.
USA

Impérialisme - 2014 s'annonce comme une année de vérité pour les États-Unis

Traduit de l'anglais par Avic pour Réseau International

dollar, cours de l'or
© Inconnu
Deux pressions sont en train de se mettre en place sur le dollar américain. L'une vient de la baisse de la capacité de la Réserve fédérale à truquer le prix de l'or, parce que les approvisionnements en or occidentaux se ratatinent et que les marchés connaissent de plus en plus ces manipulations illégales des prix par la Fed. La preuve de la sous-évaluation des énormes quantités de transactions à découvert sur le marché à terme de l'or papier, à certains moments de la journée où la négociation est mince, est sans équivoque. Il est devenu évident que le prix de l'or est truqué sur le marché des contrats à terme afin de protéger la valeur du dollar contre le QE (NDT : Quantitative easing - l'assouplissement quantitatif, ou la planche à billets).

L'autre pression résulte des menaces insensées de sanctions du régime Obama contre la Russie. D'autres pays ne sont plus disposés à tolérer les abus de Washington de l'étalon mondial du dollar. Washington utilise le système de paiement international basé sur le dollar pour infliger des dégâts aux économies des pays qui résistent à son hégémonie politique.

La Russie et la Chine en ont assez. Comme je l'ai signalé et comme le rapporte Peter Koenig ici http://www.informationclearinghouse.info/article38165.htm, la Russie et la Chine sont en train de déconnecter leur commerce international du dollar. Désormais, la Russie va effectuer ses échanges, y compris la vente de pétrole et de gaz naturel vers l'Europe, en roubles et dans les monnaies de ses partenaires du BRICS.
Top