USA

L'empire anglo-sioniste est vraiment devenu « l'Empire des Illusions »

Traduction c.l. pour Les Grosses Orchades

Image
Curieux, non ? Les deux récents sommets (APEC et G20) ont fini en désastre, je le soutiens, pour les États-Unis et ses alliés (voir ici, ici et ici), tandis que la Russie, la Chine et le reste des BRICS ont visiblement pris le contrôle de la situation, et pourtant, il y en a encore qui croient les médias de masse occidentaux, qui s'évertuent à dépeindre Poutine et la Russie comme « faibles ».

Je suppose, à notre époque virtuelle, que les perceptions sont tout, et dans ce cas, il est clair que les perceptions prennent la forme du moule que leur donnent les médias dominants, dont le savoir-faire, en matière de lavage de cerveaux, est réellement impressionnant. Mais voyons les faits.

Le résultat le plus notable qu'aient produit ces deux sommets, c'est que Xi Jinping a, pour la première fois, montré sans doute possible qu'il soutient à fond Poutine et la Russie.

Je me rappelle très bien qu'au début de l'année, il y en avait beaucoup qui doutaient de la politique chinoise à l'égard de la Russie ; beaucoup disaient que « l'effet Walmart » (l'étendue des liens US-Chine) ne permettrait jamais à la Chine de s'aligner avec la Russie contre les États-Unis, et pourtant, c'est exactement ce qui s'est produit, à au moins trois niveaux :
1. Économique : non seulement la Russie et la Chine ont signé ce qu'on ne peut qu'appeler des méga-contrats, mais en outre, les Chinois ont été plus qu'heureux d'offrir aux banques russes (frappées de sanctions US/UE) l'accès aux crédits chinois. La Chine aide aussi la Russie à remplacer SWIFT.

2. Politique : les Chinois sont même sortis de leur chemin pour montrer que, non seulement Poutine n'était pas isolé du tout, mais qu'il était au contraire l'invité d'honneur de l'APEC, ce qui revenait à défier ouvertement les États-Unis.

3. Militaire : la Russie et la Chine sont engagées, sur une base régulière, dans d'importants exercices militaires conjoints, qui comprennent des opérations navales et au sol. Et les deux pays ne se contentent pas de s'entraîner de concert, ils sont également en train de créer des états-majors inter-armées.

Family

Contre la capitulation et l'abolition de l'homme

Image
© Inconnu
Certains livres vous tombent dessus comme un météore dont l'impact n'est que lumière. C'est ainsi qu'au détour d'un échange avec un éditeur Suisse installé à Paris, j'ai entendu parler pour la première fois de « L'abolition de l'homme », un bouquin fulgurant, d'une actualité sidérante, pourtant écrit durant la Seconde guerre mondiale par l'auteur irlandais C.S. Lewis (1). L'écrivain y démontre que le rejet de toute morale universelle, le subjectivisme absolu de notre modernité en somme, a conduit notre civilisation à remplacer l'éducation des individus par leur «conditionnement» à des valeurs détachées du réel et qui, à terme, conduisent à la « capitulation de la Nature humaine » au profit d'une élite de surmorts (2). L'occasion idéale d'un épisode VI donc, à notre série «De la bataille contre le Système» (3)...

De Orwell à Huxley

Dans son roman « 1984 », Orwell avait imaginé un État totalitaire s'imposant par la violence, la surveillance, la manipulation de la langue et le contrôle des médias. Dans son « Meilleur des mondes » (4), Huxley avait quant à lui eu l'intuition que le totalitarisme auquel aboutirait fatalement le capitalisme dans sa version ultime serait un totalitarisme dans lequel, ivres de consommation et gavés de divertissements (5), les esclaves auraient « l'amour de leur servitude ».
Aujourd'hui, nous constatons que la réalité qui s'impose peu à peu se situe exactement entre les deux : surveillance, Novlangue et contrôle des médias pour tous ; « amour de la servitude » pour ceux que le Système a correctement formatés et, lorsque la situation l'exige (et elle l'exigera toujours davantage à mesure qu'il deviendra impossible de satisfaire aux désirs des masses), violence et répression pour les récalcitrants.

Che Guevara

De la nécessité de se révolter

Image
© Inconnu
Howard Zinn (né le 24 août 1922 et mort le 27 janvier 2010 à Santa Monica, Californie) est un historien et politologue américain, professeur au département de science politique de l'université de Boston durant 24 ans.Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage dans l'armée de l'air et est nommé lieutenant bombardier naviguant. Son expérience dans l'armée a été le déclencheur de son positionnement politique pacifiste qui élève au rang de devoir la désobéissance civile. Il a été un acteur de premier plan du mouvement des droits civiques et du courant pacifiste aux États-Unis.

Petit texte publié par le monde diplomatique, le jour de sa mort :

« Militant politique puis universitaire militant, Howard Zinn n'a jamais redouté de s'engager au service des Américains, dont il a écrit l'histoire « par en bas », mémoire du peuple plutôt que mémoire des États. Radical, pacifiste, Zinn voyait « dans les plus infimes actes de protestation les racines invisibles du changement social ». Pour lui, les héros des États-Unis n'étaient ni les Pères fondateurs, ni les présidents, ni les juges à la Cour Suprême, ni les grands patrons, mais les paysans en révolte, les militants des droits civiques, les syndicalistes, tous ceux qui s'étaient battus, parfois victorieux, parfois non, pour l'égalité. Son Histoire populaire des États-Unis, publiée en 1980, a été lue par des millions d'Américains et traduite presque partout dans le monde, y compris tardivement en France (éditions Agone). Elle constitue une lecture irremplaçable. »

USA

Asian Games : Poutine-Obama 2-0

Image

A aucun moment, les membres de l’Otan n’ont osé aborder la question ukrainienne lors du sommet du G20.
L'échec occidental au G20 aura été masqué aux populations européennes et états-uniennes grâce à un vaste effort de propagande montrant un président Poutine conspué par ses homologues à propos de sa politique ukrainienne. Or, à aucun moment, le nom de l'Ukraine n'a été prononcé lors de ce sommet. La propagande atlantiste a créé une confusion entre les déclarations agressives des chefs d'État occidentaux en marge du sommet et le sommet lui-même. Manlio Dinucci revient sur ce G20 et l'avancée sino-russe.

Un Poutine envoyé dans les cordes par Obama à Pékin comme à Brisbane, obligé de quitter le G20 de façon anticipée : c'est l'image médiatique qu'on nous a présentée. Exactement l'opposé de ce qui s'est passé. À Pékin pour le sommet de l'Apec, Obama a conclu avec la Chine un accord aussi « historique » que fumeux qui prévoit la réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Poutine a conclu avec la Chine 17 accords opérationnels d'importance stratégique. Avant tout celui trentennal sur la fourniture de 30 à 40 milliards de mètres cubes de gaz naturel à travers un couloir énergétique allant de la Sibérie occidentale à la Chine nord-occidentale. Une fois réalisé, la Chine deviendra le plus grand importateur de gaz russe.

Ont en outre été signés des accords sur des projets énergétiques conjoints dans la région d'Arkhangelsk et en Extrême-Orient russe. Les plus grandes compagnies énergétiques russes - Gazprom, Rosneft et Lukoil - sont sur le point de coter leurs actions à la Bourse de Hong Kong, non pas en dollars mais en monnaies asiatiques : yuan chinois, dollar de Hong Kong, dollar de Singapour. Le processus de dédollarisation des échanges commerciaux, extrêmement redouté aux États-Unis, accomplit un nouveau pas avec l'accord entre la Banque centrale russe et la Banque populaire de Chine. En outre, Exim Bank, qui finance l'export-import de la Chine, a effectué des investissements dans des banques russes - Vnesheconombank, Vtb et Rosselkhozbank - touchées par les sanctions des USA et de l'Union européenne.

Chess

G20 : Poutine saute la clôture pour échapper à la meute et au troupeau

Image

Manifestation contre Poutine et la Russie, le 15 novembre 2014 à Brisbane
Hier samedi 15 novembre, les médias occidentaux retenaient surtout de ce sommet que l'offensive américaine destinée à isoler Vladimir Poutine aurait atteint son but. Face aux accusations complètement délirantes d'Obama le qualifiant de menace pour le monde, reprises en chœur par la meute des anglo-saxons fanatiquement antirusses (Grande Bretagne, Australie et Canada), il se serait borné, selon les médias, à opposer un visage fermé, comme s'il reconnaissait sa faute et préférait se taire. La pilule a manifestement été trop difficile à digérer pour celui qui persiste toujours à appeler ses tourmenteurs des collègues, il est finalement retourné en Russie ce dimanche 16 novembre en début d'après-midi (heure locale), sans attendre la clôture de la rencontre.

Les autres membres du G20, notamment le club des pays asiatiques, en particulier les deux très grands, Chine et Inde, par ailleurs membres du BRICS avec la Russie, semblent n'avoir rien dit pour contrer les accusations des occidentaux adressées à Vladimir Poutine. Quant à la France ? François Hollande a été moins véhément, mais, à notre grande honte, manifestement il n'a rien fait pour se démarquer de la meute. Il en sera quitte pour perdre sur les deux tableaux, à propos de la livraison du Mistral, remise à ce jour sine die : l'État français va se brouiller avec la Russie et le pays va devoir payer de très lourdes pénalités.

Propaganda

Incompétence feinte : Quand l'AFP confond 40 camions-citernes avec des chars russes


Commentaire : Voici une bonne initiation aux méthodes de manipulations utilisées dans les médias à travers un décryptage vraiment poussé !


Un truc me fascine vraiment, comme l'heure que je viens de passer (et c'est assez fréquent).

Je ne suis pas journaliste, et n'ai pas la moindre formation approchante. Mais souvent, je lis un papier qui me semble étrange, je décide de passer du temps à contrôler, et bingo, 3 fois sur 4, je tombe sur des trucs - comment dire ? Ah oui : - énormes...

Donc, hier, je vois ça
Bon, le mot magique : AFP, donc l'Obs, n'y est pour rien, et a simplement recopié la dépêche telle quelle - le travail du journaliste du copiste se résumant là à trouver une image, comme on l'a vu plusieurs fois.

Cela signifie en gros qu'il n'y a plus qu'un seul organe de presse officiel dans le pays - l'AFP - recopié par tous les journaux, ce qui me semble poser un léger souci - mais tout le monde s'en moque.

Bref, c'est l'image qui m'a arrêté, je trouve piquant que l'Obs montre une maison détruite (par l'armée bien entendu, et ce n'est évidemment pas précisé) et semble s'indigner que "des renforts arrivent"...

Ce qui m'a fait sursauter c'est le :
"L'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) s'est déclarée samedi soir "très inquiète" de la présence de convois militaires et de chars dans l'Est rebelle. "Plus de 40 chars et camions" ont été vus circulant sur une voie rapide"

V

Des milliers de personnes ont recréé la scène de fin du film V pour Vendetta en marchant devant le Parlement anglais


Souviens-toi du 5 Novembre 2012 ! 9000 Anonymous se sont retrouvés face au Parlement d'Angleterre pour le #5Nov @ London pour l'opération Vendetta.

Remember the Vth of November !
Image

Chess

Comment déclencher une guerre et perdre un empire

Traduction : Les crises

Image
© Inconnu
Il y a un an et demi, j'ai écrit un essai sur la façon dont les USA ont choisi de voir la Russie, intitulé l'Image de l'ennemi. A l'époque, je vivais en Russie et, après avoir observé la rhétorique antirusse américaine et les réactions des Russes, j'ai fait des observations qui m'ont paru importantes à l'époque. Il s'avère que j'avais réussi à déceler une tendance importante, mais étant donné l'allure rapide des derniers développements, ces observations sont tristement dépassées, et par conséquent, en voici une mise à jour.

A cette époque, les enjeux n'étaient pas encore très importants. On faisait beaucoup de bruit au sujet d'un type dénommé Magnitsky, un avocat d'affaires véreux qui s'était fait arrêter et qui mourut en détention provisoire. Il détenait des informations sur quelques escrocs occidentaux de plus grande envergure, qui, bien sûr, n'ont jamais été inquiétés. Les Américains ont choisi de traiter toute l'affaire comme une violation des droits de l'homme, et ont répondu par ce qui est communément appelé Loi Magnitsky, qui sanctionnait certains individus russes étiquetés comme "contrevenants aux droits de l'homme". Les législateurs russes ont répliqué avec la "Loi Dima Yakovlev", nommé d'après un orphelin russe adopté par des Américains qui avaient provoqué sa mort en le laissant dans une voiture fermée pendant neuf heures. Cette loi interdisait aux démons américains tueurs d'orphelins de continuer à adopter des enfants russes. Le tout se résumait à un mélodrame stupide.

Bad Guys

« Tuer la Russie », et bien plus encore : « tuer les BRICS »...

Image
© Inconnu
Nous ajoutons ici un point de vue complémentaire à celui qui est développé dans notre F&C du 31 octobre 2014, consacré à la radicalisation "forcée" des BRICS due à l'action hostile du Système, qui s'est notamment manifestée lors de l'élection présidentielle brésilienne (réélection de Dilma Rousseff). Ce point de vue consiste dans le constat que l'attaque générale du Système par la subversion, l'action hostile et dissolvante de la communication, etc., est passée de l'objectif de la Russie identifié clairement avec la crise ukrainienne, à l'objectif des BRICS eux-mêmes. C'est une autre facette de l'appréciation de "la radicalisation des BRICS", une facette qui s'intéresse essentiellement à la perception de ce qui devient un "événement" plus qu'à la psychologie des opérateurs du Système, c'est-à-dire de ces personnalités qui sont placées à son service et s'emploient à la tâche de la déstructuration et de la dissolution.

(Soros est aujourd'hui en première ligne à cet égard, comme on l'a vu dans le texte référencé ci-dessus autant que dans le texte du 24 octobre 2014. C'est une façon, pour le vieil homme, de se représenter sur le mur de la caverne de Platon ce qu'il juge être la preuve qu'il sert bien à quelque chose ; hybris d'une psychologie de vieillard, mais d'une psychologie à la fois aux abois et hystérique. Aujourd'hui, dans cette crise sans précédent de l'effondrement du Système, la vieillesse n'est plus un refuge ni pour l'apaisement, ni pour la sérénité, - et cela vaut pour tous, employés-Système comme résistant de l'antiSystème. Les soubresauts extraordinaires du monde ne peuvent laisser personne en paix, ni de bois.)

Magnify

Focus sur la crise espagnole

Image
© Inconnu
Alors que l'Espagne vit une crise humanitaire sans précédent, le mouvement social subit une répression constante d'un régime qui a peur du changement et protège ses intérêts. Le bipartisme qui s'alterne au pouvoir depuis la fin de la dictature est fort affaibli par une succession de luttes sociales victorieuses et l'irruption d'initiatives populaires qui mettent en pratique de nouvelles façons de faire de la politique. A n'en pas douter, l'Espagne entre dans une phase de mobilisation qui augure de possibles changements politiques importants.

« Une situation pré-révolutionnaire éclate, annonçait Lénine, lorsque ceux d'en haut ne peuvent plus, ceux d'en bas ne veulent plus, et ceux du milieu basculent avec ceux d'en bas. »

En Espagne, sous un gouvernement du Parti Populaire (PP) teinté d'une extrême droite |1| monarchiste liée à l'Opus Dei, la dette poursuit son cours ascendant frôlant les 100% du PIB. L'austérité continue de frapper alors que la fraude fiscale des plus aisés supprime 80 milliards d'euros des recettes de l'État chaque année. |2| Les mesures antisociales aux conséquences incalculables imposées par les créanciers empêchent toute vie digne et condamne la population à la misère dans un pays où l'on parle déjà de malnutrition infantile, où des enfants à jeun s'évanouissent sur les bancs d'école ; un pays où l'on compte près de 6 millions de chômeurs dont une grande partie ne reçoit aucune aide ; où le nombre de foyers dont tous les membres actifs sont au chômage a été multiplié par quatre en cinq ans et est passé de 380 000 en 2006 (2,6%) à plus de 1 million 900 000 en 2013 (11%) |3| ; où une personne sur quatre vit dans la pauvreté et trois millions survivent dans l'extrême pauvreté avec moins de 307 euros par mois, soit le double de celles et ceux qui étaient dans cette situation au début de la crise en 2008 |4| ; où des centaines de milliers de familles sont expulsées de leurs logements pour ne plus pouvoir assumer une dette impayable qui les poursuit même après avoir été mis à la rue...