Bienvenue à Sott.net
sam., 13 fév. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte

Eye 1

Aux racines de l'obsession sécuritaire


Commentaire : Un article qui présente une double utilité : la première est celle de nous brosser un petit tableau historique des notions de sureté et de sécurité, et la façon dont elles peuvent être perverties. La seconde est celle de nous montrer que lorsque l'on ne prend pas en compte certaines données, et nous parlons ici de tout ce qui se rapporte à la psychopathie, on ne peut pas réellement comprendre la nature du problème. Dans le meilleur des cas, l'analyse ne reste qu'une description du phénomène, dans le pire des cas, l'on fait intervenir des notions philosophiques pour tenter d'énoncer, par des théories complaisantes et du verbiage sociologique, ce que l'on ne s'explique pas vraiment.

Le pouvoir attire irrésistiblement les pathologies en tous genres. La psychopathie s'exprime pleinement lorsqu'elle occupe un place d'autorité ; elle sait s'entourer de toutes les déviances lui permettant d'assouvir ses ambitions et ses désirs. Le psychopathe fait perdurer le système qui l'a propulsé au sommet ; il l'améliore, puisqu'il y va de sa survie. Nous constatons, en parallèle, une dégradation constante des conditions de vie des gens normaux. La technologie aidant, ce que certains se plaisent à nommer "progrès" ne se révèle être en réalité qu'un moyen d'asservissement supplémentaire.

© Inconnu
L'article 20 de la loi de programmation militaire, promulguée le 19 décembre, autorise une surveillance généralisée des données numériques, au point que l'on parle de « Patriot Act à la française ». Érigé en priorité absolue, l'impératif de sécurité change souvent de prétexte (subversion politique, « terrorisme ») mais conserve sa visée : gouverner les populations. Pour comprendre son origine et tenter de le déjouer, il faut remonter au XVIIIe siècle...
La formule « pour raisons de sécurité » (« for security reasons », « per ragioni di sicurezza ») fonctionne comme un argument d'autorité qui, coupant court à toute discussion, permet d'imposer des perspectives et des mesures que l'on n'accepterait pas sans cela.
Il faut lui opposer l'analyse d'un concept d'apparence anodine, mais qui semble avoir supplanté toute autre notion politique : la sécurité. On pourrait penser que le but des politiques de sécurité est simplement de prévenir des dangers, des troubles, voire des catastrophes. Une certaine généalogie fait en effet remonter l'origine du concept au dicton romain « Salus publica suprema lex » (« Le salut du peuple est la loi suprême »), et l'inscrit ainsi dans le paradigme de l'état d'exception. Pensons au « senatus consultum ultimum » et à la dictature à Rome [1] ; au principe du droit canon selon lequel « Necessitas non habet legem » (« Nécessité n'a point de loi ») ; aux comités de salut public [2] pendant la Révolution française ; à la Constitution du 22 frimaire de l'an VIII (1799), évoquant les « troubles qui menaceraient la sûreté de l'État » ; ou encore à l'article 48 de la constitution de Weimar (1919), fondement juridique du régime national-socialiste, qui mentionnait également la « sécurité publique ».

Quoique correcte, cette généalogie ne permet pas de comprendre les dispositifs de sécurité contemporains. Les procédures d'exception visent une menace immédiate et réelle qu'il faut éliminer en suspendant pour un temps limité les garanties de la loi ; les « raisons de sécurité » dont on parle aujourd'hui constituent au contraire une technique de gouvernement normale et permanente.

Health

Attentat à Istanbul : la plupart des victimes sont des touristes allemands

Au moins dix personnes ont été tuées et quinze blessées, dont deux gravement, lors d'une explosion dans le quartier historique de Sultanahmet, près de la basilique Sainte-Sophie, dans la partie touristique d'Istanbul. La détonation, violente, a été entendue et à 10 h 18, heure locale (9 h 18 à Paris), jusqu'à la place Taksim, à plusieurs kilomètres de distance de Sultanahmet.

Alors que le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a annocné que toutes les victimes sont de nationalité étrangère, un responsable turc, sous couvert d'anonymat, a annoncé qu'au moins neuf Allemands font partie des victimes. Des touristes norvégiens figureraient également parmi les blessés, selon la chaîne de télévision CNN Turk.


Au moins dix personnes ont été tuées et quinze blessées, dont deux gravement

Take 2

« Derrière les fronts » un film sur la résistance et résilience en Palestine

DERRIÈRE LES FRONTS, est un documentaire qui rend compte des conséquences psychologiques de l'occupation israélienne, et des ressources dont disposent les palestiniennes et palestiniens pour y résister et résilier. Alors que continuer de vivre en Palestine est déjà aux yeux de beaucoup une forme de résistance, des habitant-es de Jérusalem, de Naplouse, de Ramallah ou encore d'Haïfa tentent de déjouer le système et contrer les tentatives de division, d'attaques psychologiques et idéologiques.

Derrière les fronts, traite des effets psychologiques de la colonisation israélienne, à partir du travail de la psychiatre psychothérapeute palestinienne, le Dr. Samah Jabr. Le documentaire propose de cheminer sur les routes de Palestine et dans nos esprits, pour mieux comprendre quelles sont leurs ressources psychologiques pour résister et résilier face à une occupation commencée il y a maintenant plusieurs décennies.

Dominoes

L'espace Schengen au bord de l'abîme

Face à la pression migratoire en Europe, de plus en plus d'Allemands exigent que le contrôle soit durci aux frontières du pays. La chancelière fédérale promet de le faire, mais on la croit de moins en moins, constate une édition américaine.

Les migrants risquent de faire voler en éclats l'espace Schengen, de plus en plus d'Européens revendiquant un durcissement du contrôle aux frontières, et les Allemands n'y font pas exception et critiquent les autorités pour leur incapacité de relever les défis liés à l'afflux de réfugiés, écrit The National Interest.


Commentaire : Les réfugiés sont seulement les révélateurs d'une mauvaise gestion de l'espace Schengen. Les responsables sont en réalité les dirigeants de l'Union Européenne qui, en participant à la coalition étasunienne pour attaquer la Syrie, ont causé cette grave "crise de réfugiés". Ce sont eux qui devraient assumer l'arrivée massive de ces pauvres gens qui fuient la guerre. Qu'ils mettent en place un plan d'accueil digne de ce nom, et aucune menace ne sera à redouter.



Le grand projet Schengen qui traîne de la patte...

Commentaire: Vous pouvez voir aussi:


Propaganda

Mythes et légendes du réchauffement climatique, période 2013-2015 (partie 1)


Commentaire : Rappelons-nous, en 2014, dans les médias :
  • ♪ ♫ L'année 2014 est la plus chaude jamais enregistrée ♪ ♫ ; sauf que depuis 18 ans, le GIEC reconnaît lui-même qu'il n'y a pas de réchauffement... pas grave hein. ♫
  • ♪ ♫ L'Arctique menace de disparaître ♪ ♫, et si l'Arctique connaît présentement sa superficie la plus étendue depuis une décennie, c'est que... ben ça signifie autre chose, un point c'est tout. ♫
  • ♪ ♫ Les ours polaires sont en danger ♪ ♫ et si la population de ces plantigrades a quintuplé en 40 ans, c'est qu'on les confond sans doute avec des peluches laissées par les esquimaux.
  • ♪ ♫ Une augmentation du CO2 amènera famine et misère ♪ ♫ ; le CO2 expiré par les psychopathes qui s'y entendent pour affamer et appauvrir, on est d'accord. Pour le reste, il paraîtrait que ce vilain gaz augmente en réalité le rendement de cultures.
  • ♪ ♫ La sécheresse en Californie est sans précédent ♪ ♫, eh bien... non.

© Inconnu
Pour commencer, voici une analyse des événements qui se sont déroulés au pôle Nord durant la transition 2015-2016 et qui ont provoqué une floraison d'articles alarmistes de la part d'organes d'information bien mal informés.

1) Le 31 Décembre 2015, c'est la panique : le pôle Nord est au dessus de 0°C...nous affirment les médias !

Partant d'un communiqué de presse (inepte) de l'AFP, nos médias s'en sont donné à coeur joie :
  • My TF1 News (avec AFP) ((31/12) : "La douceur est partout : il fait plus de 0°C au Pôle Nord" (dans le texte : "Le mercure est passé de -37°C à -8°C en deux jours sur une balise située à 300 km du Pôle Nord").
  • L'express (31/12) : "Plus de 0 degré : il fait anormalement chaud au Pôle Nord".
  • Maxisciences (gentside) (31/12) : "Des températures jamais constatées à cette période de l'année au Pôle Nord".
  • Le Figaro (31/12) : "Au Pôle Nord, le thermomètre affiche 20 degrés de plus que les normales de saison".
  • 20 Minutes (31/12) : "Pôle nord trop chaud"ces températures vont devenir de plus en fréquentes"", sauf que ce n'est pas ce que nous dit le scientifique interrogé. Ce dernier a dit (selon le texte) : "Si ces températures en hiver devenaient plus fréquentes, alors oui on pourrait pointer du doigt le changement climatique".
  • Les Echos.fr (31/12) (J-M Gradt d'après l'AFP) : "Climat : Le pôle Nord n'est plus ce qu'il était".
  • Le Monde (31/12/) (avec l'AFP): "Douceur anormale sur l'Arctique : Plus de 0°C au pôle Nord".
  • Etc.

Commentaire: La suite dans la Partie II et la Partie III


Gear

Corruption de la science : quand la non-expertise fait avancer les choses


Commentaire : Nous vivons l'époque de l'expertise, du spécialiste. Quand celui-ci parle, l'on se tait. Quand il énonce, l'on écoute. Quand il affirme et conclut, l'on acquiesce. C'est que depuis notre enfance, les figures de l'autorité, toute-puissantes et omniscientes à nos yeux, nous ont habitué à penser que le savoir est une question d'habilitation. Habilitations sanctionnées par des diplômes, potentiellement habilitant eux-aussi, remis par des personnes habilitées à distribuer ces habilitations... qu'il n'est pas possible de remettre en question. Les discours de l'autorité, comprenant ceux des parents, du système éducatif et des politiques, ont imprimé de manière durable, souvent indélébile, des réflexes de croyances qui entrainent assentiment puis soumission.

Cette soumission peut s'exprimer par des biais cognitifs courants : le biais de confirmation qui est "la tendance, très commune, à ne rechercher et ne prendre en considération que les informations qui confirment les croyances et à ignorer ou discréditer celles qui les contredisent." Et quand on sait que les croyances sont façonnées par les figures mentionnées plus haut, on prend bien vite la mesure de la situation... Le biais de croyance, ou quand des anomalies sont détectées mais malgré tout ignorées car elles vont à l'encontre des croyances. Le tout complété par l'effet de halo ou de notoriété qui se produit quand "la perception d'une personne ou d'un groupe est influencée par l'opinion que l'on a préalablement pour l'une de ses caractéristiques" : difficile de contredire un docteur en médecine, tout de blouse blanche vêtu et de lunette chaussée, assis derrière un bureau, qui use du ton définitif de celui qui sait ; ne nous a-t-on pas rabâché de tout temps qu'il-faut-faire-confiance-au-docteur-qui-sait-mieux-que-tout-le-monde-ce-qui-bon-pour-nous ?

On voit donc qu'il peut être salutaire de remettre en question le discours souvent truffé de mensonges des experts en tout genre, et que les médias sortent constamment de leur chapeau magique pour nous dire quoi penser. En particulier quand on comprend à quel point il est aisé, en utilisant les leviers psychologiques adéquats, de manipuler un auditoire, une foule, une nation. Quand au domaine qui nous intéresse ici, celui de la science, le processus reste le même : les experts hurlent au réchauffement climatique, à l'utilité des politiques vaccinales, à la nocivité du gras ou du tabac. On voit ce qu'il en est :

© Inconnu
Mon article intitulé "Quand la Science s'égare", publié en mars 2015, a suscité plusieurs critiques. Mon argument est que l'écosystème de la science a tendance à favoriser le statu quo au détriment des idées novatrices. Les champs d'expertises sont dominés par des leaders de pensée carriéristes qui tout à cœur de préserver les théories qu'ils défendent de manière à ce qu'elles forment l'orthodoxie. Ces leaders de pensée contrôlent directement ou indirectement le financement de recherche dans les universités et la sélection d'articles dans les journaux scientifiques les plus réputés, ce qui leur permet d'assurer le maintien d'un consensus.

Est-ce que l'expertise favorise l'innovation ?

J'ai récemment fait la lecture du livre "Medici Effect", par Frans Johansson, qui ajoute quelques arguments intéressants à ce que j'ai déjà mentionné dans l'article ci-haut mentionné. Johansson pense que la grande majorité de l'innovation survient dans l'intersection, qui est un concept représentant le mélange entre différentes disciplines et cultures. L'intersection permet de combiner des concepts provenant de différents champs d'étude de manière à multiplier les possibilités d'innovation. C'est ce phénomène que Johansson nomme l'Effet Médicis, référant à cette famille qui a grandement contribué à la renaissance italienne du 15e siècle.

Better Earth

Les soldats russes accueillis comme des héros en Syrie

L'arrivée des militaires russes apporte non seulement la paix mais participe également au redressement de l'économie syrienne.

Le train de vie des habitants de Lattaquié a radicalement changé depuis le lancement de l'opération russe en Syrie en septembre 2015.

Des entrepreneurs locaux ont pris les devants et la vodka commence à se faire une place sur les étagères à côté des boissons traditionnelles syriennes.

Les magasins de textiles et de vêtements connaissent eux aussi un élan remarquable. Les ventes d'habits militaires ont augmenté dans les petites boutiques syriennes dont les murs affichent fièrement le drapeau russe.

Faute d'interprètes, le seul obstacle à la communication reste la langue. Mais les Syriens se mettent au russe, en commençant par l'apprentissage du b.a.-ba, à savoir "priviet" ("bonjour"), "droug" ("ami") ou encore "spasiba" ("merci") et ceci afin d'accueillir cordialement les soldats de l'armée russe.

Commentaire: Washington devrait prendre exemple sur Moscou pour comprendre ce qu'est une véritable guerre humanitaire


Bad Guys

Les violences de Cologne probablement planifiées

Les violences sans précédent contre des femmes à Cologne qui ont scandalisé l'Allemagne ont très vraisemblablement été coordonnées et planifiées, a estimé dimanche le ministre de la Justice, Heiko Maas, dans une interview.

"Quand une telle horde se rassemble pour enfreindre la loi, cela paraît sous une forme ou une autre planifié. Personne ne me fera croire que cela n'a pas été coordonné ou préparé", a déclaré ce ministre social-démocrate à l'édition dominicale du quotidien Bild.

Quelque 379 plaintes ont été déposées à ce jour au sujet des violences du soir du Nouvel An dans la ville, dont 40% pour agressions sexuelles, selon la police. Cette nuit là, des dizaines d'hommes agissant en bandes s'en étaient pris à des femmes en plein centre-ville, au milieu d'une foule masculine estimée au total à un millier de personnes.

Commentaire: Planifiées, sans aucun doute, surtout que ces agressions ont touché aussi la Finlande, la Suède et l'Autriche. En tout cas, si le but était de placer des agents provocateurs au sein des réfugiés afin que la population occidentale les associent à des violeurs et des terroristes pour faire monter le racisme, la xénophobie et la peur, cela fonctionne parfaitement :


Ambulance

Des brutes agressent des réfugiés à Cologne dans une chasse à l'homme

Selon des sources policières, un groupe d'une vingtaine de personnes a agressé dimanche soir des étrangers de nationalité pakistanaise et syrienne aux alentours de la gare de Cologne en Allemagne. Aux alentours de 18h30, une vingtaine de personnes s'en seraient pris à six Pakistanais, dont deux ont été transférés à l'hôpital. Moins d'une demi-heure plus tard, un groupe de cinq personnes s'en seraient pris à un Syrien de 39 ans, légèrement blessé.

Pour l'heure, la police ne se prononce pas sur un éventuel lien entre les différentes agressions ou avec les événements de la Saint-Sylvestre.

Selon le journal local Express, un message appelant à "une chasse à l'homme" à Cologne aurait été posté sur un groupe privé sur Facebook. Des personnes que le quotidien décrit comme proches du milieu du rock, des hooligans ou encore des videurs de bars et boîtes de nuit auraient voulu "mettre de l'ordre" dans la ville. Les forces de l'ordre locales avaient enclenché dimanche soir un dispositif de contrôle d'identité. Plus de 100 personnes auraient été contrôlées.

Commentaire: Madame Merkel devrait aussi régler le problème de l'extrême droite dans son pays. Nous avons ici affaire à un groupe de brutes racistes et xénophobes, dangereux car très violents, qui agressent les immigrants. Mais comme dans bien des crises, politiciens, médias et consorts n'abordent pas réellement le problème de front.


Fire

Ces substances cachées dans la crème Nivea

La mythique boîte bleue de Nivea cacherait-elle son jeu ? Tout le monde connaît la célèbre crème hydratante au parfum si reconnaissable ; rares sont les salles de bains qui n'ont jamais vu l'ombre d'un pot de crème universelle « blanche comme neige » (c'est de cette expression, en latin niveus, que vient le nom de la marque) sur l'une des étagères.

L'intemporelle crème hydratante a quasiment conservé la même recette depuis son invention en Allemagne en 1911.

Présentée comme naturelle et même écologique, les laboratoires Beiersdorf ont carrément poussé le bouchon jusqu'à axer leur communication sur le côté green de leur crème : « Sans Paraben, Sans conservateur, 100 % Amour« . C'est vrai, mais à côté de cela ? N'y a-t-il vraiment que de l'amour dans la petite boîte bleue ?

Les ingrédients de la crème Nivea

La loi impose aux fabricants de lister la totalité des ingrédients qui entrent dans la composition des produits cosmétiques de manière suffisamment visible dans l'ordre décroissant de concentration. Il s'agit de la liste I.N.C.I, International Nomenclature of Cosmetic Ingredients, qui doit mentionner le nom des ingrédients en anglais pour les substances chimiques et en latin pour les produits naturels.

Voici donc ce que l'on peut lire sur la boîte de Nivea Crème :