Enfant de la Société
Carte


Arrow Down

Pathologie en action : deux Français se filment en train de jeter un écureuil dans le Grand Canyon



Les autorités du célèbre parc ont décidé d'ouvrir une enquête.


Une vidéo apparue sur Youtube il y a peu sème l'émoi. En cause, l'attitude innommable de touristes à l'égard d'un petit écureuil. Les images tournées à une date indéterminée mais postées début août montrent un homme, torse nu, short foncé et coiffé d'un chapeau, tendre un piège à l'animal sous les yeux d'un autre homme au short clair.

Le pauvre écureuil, attiré par l'appât et habitué à la présence humaine dans l'un des endroits les plus visités des Etats-Unis, se laisse guider vers le bord de la falaise, avant d'y être plongé d'un petit coup de pied. Une méchanceté gratuite, indigne, inexplicable dont on peine à déterminer la véracité. Décidée à tirer au clair cet acte odieux, la direction du Grand Canyon a décidé d'ouvrir une enquête. "Nos rangers pensent que ces images ont été tournées au Grand Canyon", a admis la porte-parole du parc, Kirby-Lynn Shedlowski sur le site d'USA Today.
Nuke

Problèmes dans la centrale nucléaire de Cattenom?

C'est dans le cadre d'un essai sur un circuit d'eau de traitement de l'aéroréfrigérant de l'unité de production n°1 que les équipes de la centrale ont mesuré jeudi dernier la présence de monochloramine à un endroit situé dans la partie non nucléaire des installations.

Les 10m3 de monochloramine collectées ont été réinjectées dans l'aéroréfrigérant. Toutes les mesures effectuées dans les circuits de collecte des eaux d'écoulement dans le sol ainsi que dans les rejets montrent l'absence d'impact dans l'environnement. La monochloramine, utilisée pour le traitement de l'eau, est composée à 95 % d'eau déminéralisée, 4 % d'eau de javel et 1 % d'ammoniaque.
Cell Phone

Etats-Unis : des trottoirs réservés aux zombis accros à leur téléphone

Si nos villes sont souvent très embouteillées, la situation n'est pas nécessairement meilleure pour les piétons. Ceux-là doivent aussi composer avec les rollers, les skateboards, les vélos, les touristes qui ne savent pas où ils vont... et les accros au smartphone qui ne prêtent attention qu'à leur gadget. Un trottoir réservé pourrait-il être la solution ?

La situation a de quoi énerver. Que l'on soit derrière ou que l'on se retrouve face à l'un de ces fantômes les yeux rivés sur son smartphone, difficile d'évoluer en évitant l'accident. Alors certes, deux piétons qui se rentrent dedans, ce n'est pas bien grave, mais cela est parfois bien plus grave. L'équipe de production de la série « Mind over Masses » de National Geographic a décidé de mettre en place une petite expérimentation : intégrer une voie réservée aux accros au téléphone sur les trottoirs de la ville de Washington, DC.

Ces nouveaux trottoirs proposaient donc deux voies de circulation, l'une avec un marquage au sol « NO PHONES » (« pas de téléphone »), l'autre « CELLPHONES : WALK THIS LANE AT YOUR OWN RISK » (« téléphones : empruntez cette voie à vos risques et périls »).
Heart - Black

GPA : un couple acheteur abandonne un enfant trisomique à sa mère porteuse

L'écœurante marchandisation de l'être humain apporte son lot de scandales. En voici un exemple :

Une collecte de fonds lancée sur internet au bénéfice de Pattaramon Chanbua et de son fils Gammy a déjà rapporté plus de 190.000 dollars (140.000 euros). La jeune femme de 21 ans, qui vit dans la province de Chonburi, au sud de Bangkok, a donné naissance en décembre à des jumeaux, Gammy et sa soeur, après avoir reçu l'équivalent de 11.000 euros d'un couple australien.

Le couple est venu chercher la soeur, mais lui aurait laissé le garçon qui souffre de trisomie 21 et d'un grave problème cardiaque. « On m'a demandé de porter l'enfant d'une famille qui ne pouvait pas en avoir », a assuré la jeune femme au journal thaïlandais Thairath, le premier à raconter son histoire il y a quelques jours.

Le ministre australien de l'Immigration a évoqué dimanche « une histoire à briser le coeur » touchant au sens de « la responsabilité morale » de chacun.« Je peux comprendre le désir et l'angoisse de ceux qui veulent être parents, mais l'affaire pose aussi de graves questions, lesquelles doivent être traitées avec la plus grande prudence », a déclaré Scott Morrison à la télévision australienne ABC.

Selon la mère de la jeune Thaïlandaise, le garçonnet a été hospitalisé jeudi. « C'est un petit garçon silencieux et tranquille (...). Sa mère et moi, nous nous relayons à son chevet », a déclaré Pichaya Nathonchai, 53 ans. Son état « s'améliore », selon elle, mais la famille ne peut seule payer les frais médicaux.

A l'origine de l'appel aux dons, Peter Baines, fondateur d'une association caritative en Australie, a précisé que l'enfant souffrait d'une infection pulmonaire et restait « très malade ». L'Australien devrait prochainement se rendre en Thaïlande pour superviser l'allocation des fonds collectés.

De nombreux couples étrangers viennent en Thaïlande pour utiliser les services de cliniques de fécondation in-vitro et des mères porteuses, malgré un certain flou juridique.
Star of David

Paris : en garde à vue pour un spectacle de rue pro-Palestinien, l'ordre venait « d'en haut »

Samedi 26 juillet, des citoyens ont souhaité dénoncer l'agression israélienne à travers un spectacle de rue. 8 femmes et 4 hommes se sont donnés rendez-vous devant un grand cinéma de Paris Montparnasse afin de jouer une pièce de théâtre intitulée « Check-Point ». Une initiative artistique montrant des soldats de l'armée d'occupation israélienne empêchant les Palestiniens de circuler en Palestine et les brutalisant.

Quelques minutes après le début du spectacle, la police débarque et interpelle les acteurs. Placés en garde à vue, ils seront relâchés 24 heures plus tard. Outre le scandale autour de la censure, les discussions avec les policiers ont permis de comprendre que l'ordre d'arrêter les acteurs de la pièce de théâtre venaient d'en haut. AJIB.fr a pu recueillir le témoignage d'un frère qui faisait parti des gardés à vue, ce qui s'est passé est scandaleux ; ça ne se passe pas en Russie, en Chine ou en Corée du Nord mais bel et bien en France, pays des droits de l'homme et de la liberté d'expression.
Snakes in Suits

Les fonds vautours qui dépècent l'Argentine se jettent sur l'Espagne

Paul Singer

Le milliardaire sioniste Paul Singer est le principal donateur du Parti républicain états-unien. Il s’est particulièrement engagé dans le soutien du militarisme et des gays.
On appelle « fonds vautours » des sociétés qui achètent pour rien des créances insolvables et tentent de les faire rembourser par la force. Le milliardaire Paul Singer s'en est fait une spécialité. Il tente aujourd'hui de consolider sa fortune au détriment du peuple argentin et tourne son appétit vers l'Espagne.

Le fonds vautour NML Capital, qui avec d'autres, maintient l'Argentine au bord de la suspension de paiement, est déjà en train de dévorer la charogne sur le marché espagnol. Elliott Management, fonds opportuniste du multi-spéculateur étatsunien Paul Singer, a déjà récupéré un milliard d'euros en crédits défaillants de Bankia et 300 millions d'euros de Santander. Selon Auraree.com, il aurait payé à peine 50 millions pour les deux portefeuilles.

En mars 2013, la presse économique signalait qu'Elliott avait acquis 300 millions d'euros de crédits à la consommation en souffrance de Santander Consumer Finance, avec un rabais d'environ 96 %. Le prix payé laisse songeur : près de 12 millions d'euros, selon la presse.
Ambulance

Lougansk est au bord d'une catastrophe humanitaire

fr lougansk catastrophe
© Photo : RIA Novosti/Valeriy Melnikov
La ville ukrainienne de Lougansk se trouve au bord d'une catastrophe humanitaire. Selon le service de presse du Conseil de la ville, à la suite du bombardement, la ville est restée sans électricité complètement.

En outre, les habitants de Lougansk connaissent une pénurie d'alimentation en eau potable, le service de téléphonie mobile ne fonctionne pas, et il y a des perturbations dans le système de la téléphonie locale. L'administration de la ville souligne que, à cet égard, il est impossible de recueillir des informations complètes sur la situation à Lougansk.

Selon les données récentes, 5 civils ont péri et 9 autres ont été blessés dans les bombardements incessants réalisés par la Garde nationale de l'Ukraine.
Star of David

L'« eau sale », la torture collective à Jérusalem-Est


Arrestation d'un Palestinien durant des échauffourées avec la police israélienne à Jérusalem Est le 25 juillet. | AP/Mahmoud Illean
Depuis trois semaines, les Palestiniens de Jérusalem-Est endurent une punition collective : la « dirty water », comme on l'appelle ici. Chaque fois qu'une manifestation a lieu - et il s'en produit presque chaque soir dans la partie orientale de la Ville sainte, depuis les événements de Gaza - un camion blanc passe ensuite sur les lieux et projette un mystérieux liquide pestilentiel. Tout s'en retrouve imprégné : les façades des maisons et des immeubles, les fenêtres, les trottoirs, la chaussée, les arbustes, les fleurs... Que contient ce produit ? Personne ne le sait, et la police israélienne reste très discrète sur ce sujet. L'odeur qui se dégage de la « dirty water » agresse les narines. Elle colle aux vêtements et à la peau, et il est impossible de s'en débarrasser pendant deux ou trois jours.

A Souwaneh, l'un des quartiers « chauds » de Jérusalem-Est, les habitants marchent en se couvrant le visage ou se pinçant le nez. Personne ne traîne dans les rues. Est-ce le but de cette sanction collective ? Sans aucun doute. En obligeant les gens à se cloîtrer chez eux, les forces de l'ordre espèrent empêcher toute nouvelle manifestation. L'ennui est que la « dirty water » ne se contente pas de maculer les façades. Elle pénètre dans les habitations, s'incruste dans les rideaux, les tapis, les coussins, et rend la vie des Palestiniens encore plus insupportable. Encore plus humiliante aussi. « Qui sommes-nous pour qu'on nous traite au moyen d'insecticides comme des rats ou des moustiques ? », s'interroge Mounir avec colère, inquiet pour ses enfants.
Bad Guys

Sur Instagram, un psychopathe israélien se vante d'avoir abattu 13 enfants en une seule journée

Traduit par Astu pour Croah.fr


Un « soldat » de l'armée israélienne a posté sur Instagram une photo sous laquelle il explique avoir tué 13 enfants palestiniens en une journée. Vous pouvez observer sur la photo ci-dessus David D. Ovadia, poser avec un fusille à lunette calibre 50.
« @sherri_elkaderi, j'ai tué 13 enfants aujourd'hui et tu es le suivant putains de musulmans allez en enfer salopes »

Ovadia a posté ce commentaire sur le compte d'une palestinienne nommée Sherrii ElKaderj.

L'image a été très vite enregistrée au cas où Ovadia la supprime après avoir réalisé qu'il pourrait être poursuivit en justice pour sescrimes de guerre, qu'il revendique fièrement sur l'Internet. Il est fort probable que les exploits dont il se vante ont été réalisés avec le fusil à lunette présent sur la photo, une arme généralement réservée aux meilleurs snipers d'élite. Dans chaque action menée par Tsahal, Ovadia revendique y participer et faire tout son possible pour tuer le maximum d'enfants Gazaouis. La photo postée sur Instagram est un message envoyé pour tenter d'intimider encore plus la population palestinienne.
Display

Un représentant de l'ONU pleure les enfants de Gaza en direct

Après le bombardement de l'école de l'ONU à Gaza par l'armée israélienne, un représentant de l'ONU, après avoir vu les corps des enfants Palestiniens déchiquetés, s'effondre en larmes en direct. C'est tout ce que peut faire la communauté internationale (des milliards de personnes) contre une poignée de criminels.

Top