NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Enfant de la Société
Carte


Family

Etats-Unis : 4000 $ hors taxe un enfant sur le marché « seconde main »

child
© Sylvie Serprix
Beaucoup d'Etats américains ferment les yeux sur les annonces en ligne proposant l'adoption d'enfants abandonnés par leurs parents adoptifs.
Abandonnés par leurs parents adoptifs américains, des centaines d'enfants se retrouvent « en vente » sur Internet. Le « rehoming » est un business chapeauté par des agences privées, hors de tout contrôle.

Dylan sourit sur la photo. Il a 10 ans, le regard malicieux, et une passion pour le jardinage. « Il n'a pas été diagnostiqué hyperactif et ne prend pas de médicaments. Il est capable de bien se concentrer et il adore faire des puzzles », explique la page Facebook qui le présente à l'adoption. Même son « prix » est affiché : 3 500 dollars (2 600 euros) de frais d'agence, plus 200 dollars d'enregistrement et de 1 500 à 2 500 pour les avocats. Le tout déductible d'impôts, précise l'annonce publiée sur Second Chance Adoptions. Dylan a été adopté en Russie mais ses parents ne veulent plus de lui.

Comme des dizaines d'autres enfants aux Etats-Unis, il est sur le « marché » de « seconde main » : le « rehoming » disent les Américains, même si le terme est controversé. Le mot est plus souvent employé pour les animaux, et réprouvé par l'agence qui propose Dylan. Comme sur un vrai marché d'occasion, les prix sont aussi cassés : tandis qu'une adoption internationale coûte facilement 10 000 à 30 000 dollars aux Etats-Unis, ces enfants changent de parents pour moitié moins, parfois même gratuitement.
Nuke

Les enfants de Fukushima sont gravement malades

child, Fukushima
© inconnu
Plus de 48 % des 375.000 jeunes – presque 200.000 enfants – testés par l'Université de Médecine de Fukushima vivant à proximité des réacteurs souffrent aujourd'hui d'anomalies pré-cancéreuses de la thyroïde, principalement de nodules et de kystes
Quelque 39 mois après les multiples explosions à Fukushima, le taux de cancers de la thyroïde chez les enfants des environs sont montés en flèche, dépassant de 40 fois la normale.

Plus de 48 % des 375.000 jeunes - presque 200.000 enfants - testés par l'Université de Médecine de Fukushima, vivant à proximité des réacteurs souffrent aujourd'hui d'anomalies pré-cancéreuses de la thyroïde, principalement de nodules et de kystes. Le taux est en voie d'accélération.

Plus de 120 cancers infantiles ont été relevés quand on ne s'attend qu'à trois seulement, déclare Joseph Mangano, directeur exécutif du Projet Radiation et Santé Publique. L'industrie nucléaire et ses chantres continuent de nier cette tragédie sanitaire.

Certains ont en fait affirmé que « pas une seule personne » n'a été affectée par la libération massive des radiations de Fukushima, qui, pour certains isotopes, a dépassé de presque 30 fois celle d'Hiroshima. Mais l'épidémie mortelle de Fukushima concorde avec les impacts subis par les enfants après l'accident de Three Mile Island en 1979 et l'explosion de Tchernobyl en 1986, de même qu'avec les conclusions rapportées pour d'autres réacteurs commerciaux. La probabilité que l'énergie atomique puisse causer de telles épidémies a été confirmée par la Commission Canadienne de Sécurité Nucléaire, qui dit qu'une « augmentation du risque de cancers infantiles de la thyroïde » accompagnerait une catastrophe nucléaire.
Vader

La police de New York tabasse et arrête un homme car il s'était endormi dans le métro en rentrant du travail

Traduit par Fawkes News


Une vidéo troublante a été soumis au Free thought Project, via facebook, qui montre un homme de New York agressé par des policiers du NYPD.

La raison invoquée pour le harcèlement de la police, c'est qu'il s'est endormi dans le train.

Dans la vidéo on peut entendre l'homme demander à la police de lui permettre de rester dans le train pour qu'il puisse rentrer à la maison. Il rentrait chez lui après son travail, d'après la vidéo.

La situation dégénère rapidement vers la violence et plusieurs officiers commencent à battre l'homme avec des matraques.

Enfin deux grands policiers du NYPD se précipitent dans le train et prennent cet homme par ailleurs pacifique par le bras.

Nous mettrons à jour cette histoire avec plus de détails lorsque nous les recevrons.
Quenelle - Golden

Pour queneller le système, Dieudonné veut lancer une banque et une assurance

Key

Viol collectif sur handicapée autorisé... par la justice

La « Justice » française a choisi de relaxer ce matin les cinq violeurs d'une jeune handicapée mentale. Le président du tribunal de grande instance pris cette décision parce que la « conscience de l'absence de consentement de la victime » n'était pas établie...
Viol
© Inconnu
Les cinq violeurs ont pourtant prouvé leur monstruosité. A la question de savoir pourquoi l'instigateur de ces multiples agressions sexuelles avait agit, Stéphane, 37 ans, répond : « Je ne voulais pas de cette fille, donc c'est pour ça que je leur ai refilé, pour m'en débarrasser ».

Avec les quatre autres hommes, âgés de 31 à 48 ans, ils ont tenu un discours fixe : lors de deux soirées, les 25 mai et 19 juin 2013, ils sont allés à Chalaischez « pépé », un septuagénaire non poursuivi dans cette affaire, pour « boire l'apéro ».

Pendant la soirée, Stéphane propose à son amie, Sophie, de leur faire à chacun des fellations. Elle refuse, mais il insiste, lui remplit son verre d'alcool. Les deux soirs, les cinq comparses se relayeront dans une chambre pour profiter de ses faveurs.

Ils ont profité de cette jeune fille de 22 ans, handicapée mentale et dotée d'un QI d'un enfant de 6 ans, selon les experts.
Balance, justice
© Inconnu
Cette affaire sordide, dans laquelle la justice fait preuve une fois de plus d'injustice, pose deux questions :

S'il est impossible de déceler le consentement d'une enfant ayant l'équivalent mental d'une enfant de six ans, dès lors qui nous protègera de la pédophilie ?

Et comment être sûr alors du consentement de Vincent Lambert pour mourir, lui qui est muet depuis des années, bien plus handicapé que cette jeune fille ?
Gingerbread

La mode du « Selfies » : narcissisme, addiction et désordre psychologique

Danny Bowman

Danny Bowman tentant de prendre un « parfait selfie ».
Danny Bowman tentant de prendre un « parfait selfie ».

La mode montante et ravageuse qui consiste à prendre des selfies [autoportrait, ndlr] avec son smartphone est liée directement à un conditionnement défaillant de la santé mentale, qui concentre la personne sur l'obsession de son apparence.

Selon le psychiatre David Veal : « Deux personnes sur trois qui viennent me consulter ont de gros désordres psychologiques déclenchés entre autre par l'apparition des téléphones portables avec caméra, dits smartphones, et développent de manière compulsive le besoin de se prendre régulièrement en photo pour ensuite les partager sur les réseaux sociaux. Les thérapies comportementales sont mises en place pour aider le patient à reconnaître son besoin compulsif pour qu'il puisse ensuite le modérer ».

Un adolescent britannique a tenté de se suicider après avoir raté une tentative de « selfie parfait ».

Danny Bowman est devenu tellement obsédé par son projet de prendre le cliché parfait qu'il y a passé 10 heures par jour avec une moyenne journalière de 200 selfies. Le jeune de 19 ans a perdu quasiment 15 kilos, s'est fait renvoyer de l'école, et n'est pas sorti de chez lui pendant près de 6 mois, tout sa pour obtenir le cliché parfait. Frustré par toutes ses tentatives manquées, le jeune Bowman a tenté de mettre fin à ses jours, mais a été sauvé in extremis par sa mère.

« J'étais constamment en recherche du parfait selfie et quand j'ai réalisé que je ne pourrais jamais y parvenir, j'ai voulu mourir. J'ai perdu mes amis, gâché mon année scolaire, ma santé et presque ma vie », a-t-il déclaré au Sunday Mirror en mars 2014.
Eye 1

Retour de la Guerre Froide : quand l'Otan accuse les opposants aux gaz de schiste d'être soutenus par la Russie

Des anciens agents du KGB recyclés en militants anti-gaz de schiste ? C'est le secrétaire général de l'Otan qui l'affirme : « La Russie, dans le cadre de leur information de pointe et d'opérations de désinformation, est engagée activement avec les organisations dites non gouvernementales - qui œuvrent contre le gaz de schiste - pour maintenir la dépendance européenne au gaz russe importé », déclare le danois Anders Fogh Rasmussen lors d'une conférence à Londres, le 20 juin. « Les rangs des militants anti-gaz de schiste largement infiltrés par des agents russes », titre de son côté le site Atlantico, sans apporter, à l'instar du secrétaire général de l'Otan, le moindre élément factuel sur cette infiltration massive (lire ici). Dans Les Echos, un « expert » avance lui aussi « les possibilités d'un lobby russe ». Du Larzac à la Pologne, en passant par le Royaume-Uni, faut-il voir la main manipulatrice de Vladimir Poutine ou du géant russe de l'énergie Gazprom dès qu'une manifestation contre les gaz de schiste s'organise ?

Dans une lettre ouverte, environ 130 organisations et collectifs européens opposés à l'exploitation des hydrocarbures de schiste demandent au secrétaire général de l'Otan de s'expliquer : soit d'apporter « la preuve de ces accusations », sinon « de procéder à des excuses publiques pour cette fausse déclaration ». Les signataires de la lettre considèrent que ce type de propos « sape le débat public » et « porte atteinte à nos institutions démocratiques ».
Gear

Incidents suite au match Algérie-Russie : des antifas parmi les casseurs

Quel intérêt peut-on avoir de casser son véhicule ou de le brûler lorsque son équipe gagne ? Arnaque aux assurances ? Dès le 27 juin, j'avais émis des doutes suite aux noms des interpellés que j'avais obtenu de la part des autorités. Alors, sur Facebook, j'ai posté ce message:
Aujourd'hui, les faits semblent me donner raison. La photo en dessous qui circule sur les réseaux sociaux montre un homme encagoulé (cerclé en jaune) très connu à Lyon. Ce dernier ferait partie de la mouvance "antifa". La question est de savoir pour les "qui" ces gens travaillent pour tenter de diaboliser les Algériens et par extension les "issus de l'immigration" comme ils aiment bien présenter les basanés, même s'ils sont nés ici en France...

D'autres sources affirment que de nombreux français, issus de toutes les couches de la société payent des casseurs et des pyromanes, qui, pour mettre le feu à un bien, qui, pour saccager des biens. Ensuite, eux, ils se retournent vers les assurances. Un vandalisme pas vraiment spontané. Du coup, on comprend, la police a vraiment du travail...
Question, à qui profite le crime ? J'ai ma petite idée...
Che Guevara

Brésil 2014 : une manifestation contre la Coupe du monde dispersée par la police

La police brésilienne a tiré des grenades de gaz lacrymogène samedi 28 juin pour disperser quelque 350 manifestants anti-Mondial non loin du stade Maracana de Rio de Janeiro, alors que s'y disputait la rencontre Colombie-Uruguay (2-0).

Une manifestante maîtrisée par la police brésilienne, le 28 juin près du stade Maracana à Rio de Janeiro. | AP/LEO CORREA
Lorsque les manifestants se sont approchés des alentours du stade, environ 250 policiers les ont repoussés avec des grenades lacrymogènes et un journaliste de l'AFP a assisté à l'interpellation de trois manifestants, dont les camarades s'indignaient aux cris de « fascistes ! ».

Les policiers, appuyés par des collègues à moto et en voiture, ont ensuite chargé sur plusieurs petits groupes de jeunes encagoulés, les faisant reculer vers le point de départ de la marche, à environ 1 kilomètre du stade. « Cela ne se terminera pas avec la Coupe du monde. Même si le Brésil l'emporte, la coupe n'apportera rien aux pauvres, à ceux qui vivent dans les favelas, aux démunis », a déclaré Pablo Rodriguez, un des manifestants.
Gingerbread

Laboratoire: Facebook manipule les émotions de ses utilisateurs pour des expériences

facebook
© Karen Bleier
Une recherche publiée récemment expliquant comment Facebook a manipulé des informations de près de 700.000 utilisateurs anglophones pour étudier « la contagion émotionnelle » dans les groupes suscitait l'inquiétude d'internautes ce weekend.

Pendant une semaine, du 11 au 18 janvier 2012, Facebook et des scientifiques des Universités Cornell et de Californie à San Francisco, ont utilisé le système d'algorithmes du réseau pour modifier le contenu des informations reçues par un groupe d'utilisateurs afin d'étudier l'impact sur leurs émotions.

La recherche a été publiée dans la revue scientifique américaine Comptes rendus de l'Académie nationale des sciences (PNAS), datées du 17 juin.

Les auteurs cherchaient à savoir si le nombre de messages positifs ou négatifs lus par les utilisateurs influençait la teneur de ce qu'ils postaient eux-mêmes sur le site.

Ils ont constaté que les utilisateurs ciblés commençaient à utiliser davantage de mots négatifs ou positifs selon l'ampleur des contenus auxquels ils avaient été « exposés ».

« Les états émotionnels sont communicatifs et peuvent se transmettre par un phénomène de contagion, conduisant les autres personnes à ressentir les mêmes émotions sans en être conscientes », écrivent les auteurs de cette recherche.

Selon eux, « ces résultats montrent la réalité d'une contagion émotionnelle de masse via les réseaux sociaux. »

Commentaire: Est-ce la seule expérience ?

Top