Histoire Secrète
Carte

Magnify

Le genre humain serait plus vieux de 400.000 ans

Image

Le paléonanthropologue éthiopien Chalachew Seyoum tient dans ses mains un fragment de mâchoire inférieure d'un hominine qu'il vient juste de découvrir sur le terrain en 2013. Son étude a révélé qu'il s'agissait d'un reste fossilisé du plus ancien individu faisant partie du genre Homo. © Kaye Reed, Science
Il est difficile de dater certains événements importants sur l'arbre phylogénétique de la vie car les données de la paléontologie viennent souvent le chambouler. Ainsi, la découverte récente d'un fossile d'hominine en Éthiopie a conduit les chercheurs à vieillir d'au moins 400.000 ans la date de l'apparition du genre Homo.

Vers la fin de l'année 1974, une équipe d'une trentaine de chercheurs éthiopiens, américains et français codirigée par Donald Johanson (paléoanthropologie), Maurice Taieb (géologie) et Yves Coppens (paléontologie) conduisait des fouilles près d'Hadar en Éthiopie lorsque certains d'entre eux sont tombés sur des restes fossilisés affleurant d'une formation géologique au bord de la rivière Awash. Ce cours d'eau désormais mondialement célèbre prend sa source dans les plateaux d'Éthiopie, coule vers le nord dans la vallée du grand rift et la dépression de l'Afar et se jette dans le lac Abbe, proche de Djibouti.

Magnify

Découverte d'un nouveau royaume en Mésopotamie

Image

Statuette trouvée à Kültepe (Kaniš).
Bilgi, Ö., 2012, Anadolu’da İnsan Görüntüleri. Klasik Çağ Öncesi, İstanbul.
La découverte d'un grand bâtiment en terre crue révèle l'existence d'un important royaume dans l'actuelle Turquie, qui commerçait avec la Mésopotamie il y a plus de quatre mille ans.


Vers 3300 ans av. J.-C. nait dans le sud de l'Irak actuel la plus ancienne écriture connue, le cunéiforme − un petit peu avant les futurs hiéroglyphes égyptiens. L'importance de cette invention dans l'histoire de l'humanité et la richesse des informations qu'elle a permis de livrer ont légitimement focalisé l'attention sur sa région d'origine, la Mésopotamie. Mais ces civilisations apparaissent au sein d'un vaste ensemble, le Proche-Orient, où vivaient depuis une dizaine de milliers d'années de nombreuses populations aux mœurs sophistiqués, en même temps que s'y développaient l'agriculture et l'élevage.

C'est le cas en particulier de l'Anatolie, qui forme la plus grande partie de l'actuelle Turquie. Faute d'écriture, cette région serait-elle passée à la trappe − un peu à la manière de la civilisation gauloise, sans textes, longtemps laissée dans l'ombre par l'abondance des écrits grecs et romains ? C'est ce que suggèrent de nouvelles découvertes dans le site de l'ancienne ville de Kaniš, dans le centre de la Turquie. Elles dévoilent par petites touches l'existence probable d'autres puissances au nord-ouest de la Mésopotamie.

Einstein

Histoire : Les secrets de la genèse de l'arme atomique

© ru.wikipedia.org
Le projet Manhattan est-il un plagiat américain fondé sur les recherches des scientifiques du Troisième Reich ? De nombreux chercheurs posent actuellement cette question, mettant en doute le « leadership » américain dans le domaine nucléaire.

L'examen des documents déclassifiés permet de conclure que le rôle clé dans la création de l'arme superpuissante a été joué par les services de renseignement collectant les informations de par le monde. Au premier chef, les informations provenant de l'Allemagne nazie, en enlevant des documents et en débauchant les scientifiques allemands.

Les nazis étaient les premiers à avancer dans leurs recherches atomiques. Il va de soi qu'elles étaient top secret. Le processus exigeait beaucoup d'idées, d'essais et de preuves de la part des scientifiques du Troisième Reich. Hitler a trouvé un sens particulier dans cette puissance extraordinaire encore inconnue pour l'humanité.

Les chercheurs et les autorités de la plupart des autres États considéraient la création de la bombe atomique comme une abstraction. Mais les secrets d'Hitler ont été dévoilés par des espions britanniques. Le 2 août 1939 Albert Einstein a envoyé une lettre au président des Etats-Unis Franklin Roosevelt pour avertir que l'Allemagne nazie était en effet capable de se doter d'une bombe atomique. Franklin Roosevelt a pris acte de l'opinion du physicien génial et le 28 juin 1941, il a signé l'ordre exécutif 8807 sur la création du Bureau de recherches et de développement scientifiques.

Commentaire: Le problème c'est que les savants nazis recrutés par les Etats-Unis n'ont pas pour autant laissé leur idéologie derrière eux.


Evil Rays

La débâcle de juin 1940 expliquée par la NSA...

Du 10 mai au 22 juin 1940 et l'invraisemblable armistice : les mystérieuses raisons de la défaite-éclair figurent noir sur blanc dans les archives de la NSA...

© Ruptly
En Mai 1940, l'armée allemande a mis en pièces les forces conjuguées de la France, la Grande Bretagne, la Belgique et les Pays Bas au terme d'une campagne terrestre qui aura duré moins d'un mois et demi.

Depuis, historiens et stratèges de tous bords émettent de savantes hypothèse sur les causes d'un tel désastre. Les uns insistant sur une prétendue supériorité allemande en hommes et en armement, d'autres mettant en exergue la supériorité supposée des divisions de Panzers allemandes sur leurs homologues françaises.

On connaît d'ailleurs la formule du Général Maurice Gamelin expliquant à Churchill non sans une immodestie assez malvenue compte tenu de ses prestations comme Commandant en Chef jusqu'à son limogeage du 17 mai et son remplacement par Weygand, les raisons de la rouste que lui a infligée le camp d'en face : « une infériorité en nombre, une infériorité en équipement, une infériorité dans la méthode ... ».

Sauf que la légende de l'infériorité des moyens a fait long feu

Question

Géoglyphes d'une ancienne civilisation amazonienne

Image
© Projetos Geoglifos / CNPQ
Plus de 450 géoglyphes ont été découverts dans les zones défrichées de la forêt amazonienne
La découverte récente de géoglyphes, ces constructions uniquement visibles du ciel, dans la forêt amazonienne suggère qu'au moins une ancienne civilisation y a vécu au cours de ces 3000 dernières années. Des chercheurs britanniques s'apprêtent à lancer une campagne de détection systématique de ces géoglyphes, afin d'en savoir plus sur ces civilisations disparues.

Jusqu'à il y a peu, les scientifiques pensaient que les groupes humains ayant peuplé la forêt amazonienne dans le passé n'étaient constitués que de petits clans de chasseurs-cueilleurs. Mais depuis 1999, les chercheurs ont commencé à réviser cette conception : il apparaît désormais comme très probable qu'une ou plusieurs civilisations anciennes ont vécu dans la forêt amazonienne au cours de ces 3000 dernières années.

A l'origine de cette nouvelle vision, il y a la découverte récente de 450 géoglyphes (les premiers ont été découverts en 1999), ces constructions uniquement visibles depuis le ciel, dans les zones défrichées de la forêt amazonienne. Des géoglyphes qui révèlent que des constructions de taille parfois importante y ont été bâties au cours de ces derniers millénaires.

Grâce à une subvention européenne du European Research Council, une équipe internationale de chercheurs dirigée par des scientifiques britanniques va désormais entamer une vaste campagne de détection de ces géoglyphes, à l'aide de drones survolant la forêt amazonienne. Une annonce faite au cours de la dernière conférence annuelle de la Société américaine pour l'avancement des sciences (AAAS), qui s'est tenue à San Jose (Californie, États-Unis) du 12 au 16 février 2015.

Book 2

Un livre d'oracles vieux de 1500 ans, intitulé « Évangile des destinées de Marie », déchiffré

Image
Un ancien recueil d'oracles, écrit il y a 1500 ans en langue copte, a été déchiffré par un chercheur américain. Intitulé "Évangile des destinées de Marie", cet ouvrage était vraisemblablement utilisé à des fins de divination.

Sept centimètres sur six. Telle est la minuscule taille de ce livre vieux de 1500 ans, écrit en copte, et qui vient d'être déchiffré par le professeur de religion Anne-Marie Luijendijk (Université de Princeton, États-Unis). L'information est publiée le 3 février par nos confrères de la revue en ligne anglophone LiveScience.

Que contient ce livre ? Des oracles, au nombre de 37 : "Lorsque j'ai commencé à déchiffrer le manuscrit et que j'ai rencontré le mot "évangile" au début du texte, je m'attendais à lire des faits au sujet de la vie et de la mort de Jésus, comme dans les évangiles canoniques", explique Anne-Marie Luijendijk. Mais à la place, le chercheur américain a découvert une série d'oracles, dont très peu faisant allusion à Jésus.

Eye 1

Georges Orwell, petit rappel

Image
© Inconnu
Georges Orwell (de son vrai nom Eric Blair) fut un homme engagé qui échappa pourtant à tout dogmatisme. Quand la majorité des intellectuels de son époque succomberont aux sirènes du totalitarisme, lui, restera un esprit libre (chose qui ne lui fut pas pardonnée). Socialiste convaincu, ses positions politiques s'inspirent plus de son expérience de l'existence que de lectures théoriques.

Quand pensée et action s'unissent

Né au Bengale en 1903, sa famille fait partie de ses fonctionnaires zélés qui firent la grandeur de l'empire Britannique. Envoyé suivre ses études en Angleterre, il retourne aux Indes pour devenir officier de police en Birmanie. Au bout de cinq ans de service, il rentre en Europe dégoûté à jamais de l'impérialisme. Lui qui avait déjà montré, pendant sa scolarité, son aversion pour toute forme d'injustice, réprouve l'étroitesse d'esprit de la petite caste coloniale et la misère dans laquelle elle maintient les peuples colonisés. Renonçant à toute forme de carrière, il veut se consacrer à l'écriture et se tourne vers le journalisme. Collaborant à la presse de gauche et libertaire, on l'envoie dans les bassins houillers du Nord de l'Angleterre pour faire un reportage sur les conditions de vies des mineurs.

Commentaire: On pourra lire les articles suggérés et réaliser pleinement, en jetant un regard sur l'actualité (mais n'est-ce pas elle qui se jette sur nous ?), que pour une phrase de travers, un tweet ou un commentaire Facebook mal placé, nous entendrons quelqu'un frapper à notre porte (ou plutôt la défoncer).
La délation des temps modernes a muté et s'accompagne de l'outil informatique, d'une impitoyable efficacité. Inutile d'employer futur et conditionnel, dorénavant : le cauchemar totalitaire est une réalité.

- Conscience politique et résistance au totalitarisme (George Orwell)
- Notre époque de mensonge universel a besoin d'un Georges Orwell


Video

Wallstreet et l'ascension d'Hitler

© Inconnu
Dans cet ouvrage, Antony C. Sutton démontre comment le système bancaire international et des grandes entreprises mondiales sont effectivement de vastes institutions de tyrannie privée comme les appelle Noam Chomsky. C'est leur contribution active et pas autre chose, qui a permis l'ascension d'Hitler et son abomination.

Description de l'éditeur :

En mettant au jour un cloaque de mensonges, de tromperies et de duplicités, Antony Sutton, révèle l'un des faits le plus marquant, et pourtant jamais rapporté, de la Seconde Guerre mondiale : que des banques de Wall Street et des grandes entreprises nord-américaines ont soutenu l'ascension de Hitler vers le pouvoir, en finançant l'Allemagne nazie et en faisant des affaires avec elle. En suivant minutieusement la piste de ce secret bien gardé, grâce à des documents et des témoignages incontestables, Sutton parvient à la conclusion que la catastrophe de 1939-45 bénéficia surtout à un groupe privilégié d'initiés financiers.

Il donne le compte-rendu détaillé, preuves à l appui, du rôle abjecte que jouèrent les Morgan, les Rockefeller, les frères Warburg ou les Ford, directement ou à travers leurs entreprises, et tous ceux qui financèrent les préparatifs de la guerre la plus sanglante et la plus destructrice de l'Histoire. Wall Street et l'Ascension de Hitler est le troisième volume d'une trilogie consacrée à l implication directe des financiers new-yorkais dans la révolution lénino-trotskiste en Russie, l'élection de Franklin D. Roosevelt aux États-Unis et la montée du nazisme en Allemagne.

Book

Trente siècles d'obscurité et dix années de recherches - « Quand Dieu était femme » de Merlin Stone

La répression par les religions du Père

À l'aube des religions, Dieu était une femme, Créatrice de la Vie, Reine du Ciel. Elle a été adorée par plusieurs peuples depuis le début de la période néolithique jusqu'à la fermeture de ses derniers temples, environ 500 ans après J.-C. Son culte s'est éteint, mais pas de lui-même : il a été victime de siècles de répression de la part des adeptes des nouvelles religions chrétiennes, judaïques et islamiques qui imposèrent la suprématie des divinités mâles. C'est de ces nouvelles religions que nous viennent le mythe de la création d'Adam et Ève et de la fable du Paradis perdu.

Effacer jusqu'au souvenir de ce premier culte

Le pouvoir des mythes est tel qu'ils orientent notre perception du monde, conditionnent notre pensée et même notre sensibilité. Quelles pouvaient être alors les légendes issues d'une religion où l'on vénérait des divinités féminines pour leur courage, leur force et leur sens de la justice ? Quelle pouvait être la vie des femmes et des hommes dans des sociétés où régnaient de telles idées ? Et, pourquoi les adeptes des nouvelles religions se sont-ils battus si férocement pour effacer jusqu'au souvenir de ce premier culte, et pour imposer l'image de la femme éternelle servante ou séductrice ?

Commentaire: Voir les livres suivants, disponibles en français :
Avant les Dieux, la Mère universelle, Françoise Gange, Éditions - Jean-Paul Bertrand
Les mystères de la femme, Esther Harding, Éditions Petite Bibliothèque Payot
Les mythes grecs, Robert Graves, Fayard Éditions

Et ces deux articles :
L'avènement du panthéon patriarcal dans la mythologie grecque
Révisionnisme récentiste (Fomenko) : les jésuites inventent l'histoire du patriarcat


Gold Bar

Quand la France échangeait ses dollars contre de l'or, il y a 50 ans

Le 7 janvier 1965, le gouvernement français du président Charles de Gaulle annonçait qu'il dépenserait 150 millions de dollars pour acheter de l'or et qu'il continuerait à convertir ses excédents de dollars en métal précieux. Le dollar a terminé la semaine à un taux de change de 35,13 dollars l'once, en légère baisse par rapport au taux officiel de 35 dollars l'once. Le 25 février, les États-Unis annonçaient un déclin de 262 millions de dollars de leurs stocks d'or, une baisse plus importante que sur l'ensemble de l'année passée. Le même jour exactement, la France annonçait son intention d'acheter pour 250 millions de dollars d'or de plus.
© Inconnu
Le Trésor étasunien a publié un avertissement en réaction à cette offensive contre le dollar en affirmant que les investisseurs qui espéraient une augmentation de la valeur de l'or « seront inévitablement parmi les perdants ». La position officielle des États-Unis, affirmée trois ans plus tôt par le président Kennedy, était que le dollar resterait « au prix immuable de 35 dollars l'once ». En même temps, les États-Unis retiraient leur précédente clause qui imposait le maintien de réserves suffisantes pour couvrir 25 pour cent des obligations de la Réserve fédérale. À la fin de 1965, les réserves en or des États-Unis se montaient à 13,75 milliards de dollars et ne couvraient plus les 14 milliards d'obligations qu'elles auraient dû couvrir en respectant l'ancienne règle.

Le gouvernement français, l'allié le plus indépendant des États-Unis, fut le premier à réagir au déclin inévitable du système monétaire d'après-guerre, qui s'appuyait sur la suprématie industrielle des États-Unis et la convertibilité du dollar qui servait ainsi de fait de monnaie internationale de réserve, à un taux fixe de 35 dollars l'once d'or. Les achats d'or avec des dollars étaient le fait de toutes les grandes puissances industrielles depuis quelques années. L'aspect très médiatisé de l'annonce du gouvernement français visait à obtenir une révision des relations de pouvoir dans le système de Bretton-Woods, qui était dominé par les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Commentaire: Tandis qu'aujourd'hui, aux États-Unis, le compteur de la dette n'a plus assez de chiffres... et qu'en Russie l'abandon du dollar US comme monnaie de paiement international est en cours.