La Science de l'Esprit
Carte

Magnify

Les processus de la créativité mis en évidence grâce à une étude sur le cerveau de rappeurs

Le cerveau est un organe encore peu connu du corps humain. Que ce soit pour comprendre les maladies, les émotions ou encore les rêves, des examens divers ont lieu tous les jours sans relâche. Dernièrement, des chercheurs américains se sont d'ailleurs penchés sur le processus de la créativité. Ils ont essayé de le décrypter en étudiant les cerveaux de plusieurs rappeurs en pleine improvisation.

La science est partout, même dans le rap ! L'association est surprenante et pourtant elle est au coeur d'une récente étude concernant les processus cérébraux humains - une étude publiée jeudi 15 novembre dernier dans Scientific Reports. En effet, il y a peu des neuroscientifiques américains ont essayé de percer les mystères de la créativité en étudiant les cerveaux de plusieurs rappeurs.

C'est à l'Institut national sur la surdité et les désordres de la communication du Maryland que s'est déroulée l'étude. 12 rappeurs - possédant cinq ans d'expérience au moins dans l'improvisation de rimes rythmées - se sont prêtés au "jeu". Equipés d'écouteurs dans lesquels une musique instrumentale était diffusée, ils ont été soumis à des IRM. Durant celle-ci, chacun d'entre eux devait rapper un texte appris par coeur puis improviser. Les sujets on été dans un état de "complète immersion dans le processus créatif" ont expliqué les chercheurs. Et l'étude a été concluante car les résultats des imageries cérébrales ont mis en évidence les zones du cerveau activées durant le processus de création.

Magnify

Coup de foudre : 2 critères, 2 régions cérébrales décident du résultat

Ces chercheurs de Caltech identifient 2 régions cérébrales qui vont faire le résultat d'un speed dating et permettre de décider du « potentiel romantique » de quelqu'un en quelques secondes seulement. L'étude publiée dans l'édition du 7 novembre du Journal of Neuroscience, est l'une des premières à étudier ce qui se passe dans le cerveau en cas de décisions rapides à conséquences sociales réelles.

Les psychologues savent que les gens peuvent porter des jugements sur les autres rapidement et à partir d'informations limitées, comme l'apparence, explique John O'Doherty, professeur de psychologie, co-auteur de l'étude. Cependant, on connaît fort peu du mécanisme cérébral des interactions sociales lorsqu'elles peuvent avoir de lourdes conséquences dans la vie. Ces chercheurs de l'Institut de Technologie de Californie (Caltech) ont décrypté une partie du mécanisme neurologique de décision en jeu, dans le speed-dating. Ils nous dévoilent une combinaison de 2 facteurs liés à l'activité de 2 parties distinctes du cerveau. Sans surprise, le premier facteur est l'attractivité physique. Le second facteur, peut-être moins évident, intègre la notion de compatibilité nécessaire chez un partenaire, c'est-à-dire si le candidat répond bien aux critères souhaités. 2 facteurs auxquels correspondent deux régions du cerveau.

2 + 2 = 4

Les lésions cérébrales liées aux migraines ont-elles un impact sur les capacités mentales?

Image
© Inconnu
Les femmes qui souffrent de migraine sont plus susceptibles de présenter de petites lésions cérébrales, montre une étude néerlandaise publiée dans Journal of the American Medical Association. Mais ces lésions ne semblent pas avoir un impact significatif sur les capacités mentales et la mémoire.

Dollar

La tristesse peut faire perdre beaucoup d'argent

Image
© Inconnu
La tristesse peut entraîner des pertes financières substantielles, selon une étude publiée dans Psychological Science.

Magnify

Interview de Barbara E. Hort sur le vampirisme psychique

Image

Les Faims Malsaines – A la rencontre du vampire psychique en nous-mêmes et chez les autres
Dans cette émission « La boîte de Pandore » présentée par Kaleah, Barbara Hort aborde le sujet du vampirisme psychique. Barbara Hort, Ph.D, est depuis 20 ans psychologue jungienne à Portland, dans l'Oregon. Elle a étudié les aspects vampiriques des relations avec l'éclairage des théories jungiennes des archétypes et du transfert.

Kaleah introduit le sujet en évoquant son histoire de couple, lorsqu'elle vivait en Arizona. Elle avait un petit ami qui semblait attachée à elle d'une manière très peu saine. Une femme clairvoyante voyait alors une « corde psychique » se déployer entre elle et son petit ami (voir à ce propos le DVD « Couper la corde psychique » ). Peu après, elle eut une session de guérison. Son petit ami, qui l'attendait dans une pièce adjacente, fut tout d'un coup désorienté et énervé, débarquant violemment dans la salle. Les jours d'après, elle reçut trois emails. Un d'un ex-petit ami, un de son ex-femme, et un autre de sa fille. Kaleah n'avait plus eu de nouvelles d'eux depuis au moins deux ans. Ils semblaient tous vouloir se reconnecter à elle. L'énergie psychique est une chose bien réelle et nous ne la comprenons pas, ce qui fait que nous n'arrivons pas à nous protéger.

Barbara E. Hort évoque alors l'importance des mythes traditionnels et de leurs équivalents modernes. Dans l'expression « vampirisme psychique », le terme « vampire » est métaphorique. De vrais vampires existent-ils ? Tout est possible, mais dans notre cas, il faut le voir comme une métaphore. Les métaphores et les mythes sont pour les êtres humains une manière de parler de choses trop complexes pour être énoncées concrètement.

Heart

La méditation modifie durablement le cerveau et les émotions

Image
Cette étude à base d'imagerie médicale identifie des effets durables sur la structure du cerveau avec différentes formes de méditation, pratiquées durant seulement 8 semaines, et de l'activité dans l'amygdale - une région clé de traitement des émotions- en réponse à des images émotionnelles. Ces conclusions publiées dans l'édition de novembre de la revue Frontiers in Human Neuroscience rapprochent encore un peu plus les neurosciences et la conscience subjective qui fait la personne humaine et ses émotions.

Rappelons une précédente étude, publiée dans les Actes de l'Académie des sciences américaines (PNAS) qui constatait déjà, avec une forme spécifique de méditation, issue de la médecine traditionnelle chinoise, une modification de structure de la substance blanche du cerveau, entraînant des changements positifs de comportement, dans la région du cerveau nommée cortex cingulaire antérieur.

Dans cette étude, les participants qui ont suivi un programme de méditation de 8 semaines présentent des effets mesurables sur la façon dont le cerveau fonctionne même hors méditation. Les chercheurs du Massachusetts General Hospital (MGH), de l'Université de Boston (BU), et d'autres centres de recherche ont également identifié par imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) des différences dans les types de méditation pratiquée. Les 2 types de méditation « testés » entraînent quelques différences dans la réponse de l'amygdale, confirme le Pr Gaëlle Desbordes, chercheur au Centre d'imagerie biomédicale du MGH et auteur de l'étude. «C'est la première fois que l'on démontre que la méditation affecte le traitement des émotions dans le cerveau en dehors de l'état méditatif ».

Arrow Down

Sommes-nous en train de devenir de plus en plus bêtes ?

Image
La simplicité de la vie moderne nous aurait-elle rendus de moins en moins intelligents? Selon Gerald Crabtree, un généticien de l'Université de Stanford en Californie, si un Grec ancien d'avant Jésus-Christ se retrouvait parmi nous aujourd'hui, il passerait certainement pour un surdoué. Depuis l'invention de l'agriculture et la hausse de densité de population dans les villes, l'intelligence humaine serait en déclin, rapporte le Guardian.

Dans ses deux articles parus hier dans la revue "Trends in Genetics", le scientifique explique que sa théorie se base sur une idée simple. Pour nos ancêtres primitifs, la punition de la stupidité au sein de leur environnement hostile se résumait plus ou moins à la mort. Les premiers êtres humains ont ainsi été confrontés à une pression évolutive énorme, contrairement à ceux de notre époque.

"Un chasseur-cueilleur qui n'avait pas trouvé de solution correcte pour fournir de la nourriture ou un foyer à sa famille mourait tout simplement, avec sa progéniture. Tandis qu'un cadre de Wall Street recevrait aujourd'hui, pour la même erreur conceptuelle, un bonus important et serait considéré comme un compagnon attirant. Clairement, la sélection extrême appartient au passé", écrit Crabtree.

Clock

Des scientifiques découvrent comment accélérer et ralentir le temps

Fini l'ennui. Deux chercheurs américains de l'université du Minnesota ont isolé plusieurs zones du cerveau où le système nerveux se trouve stimulé différemment en fonction de l'activité que l'on pratique. Une découverte qui non seulement explique pourquoi le temps passe plus ou moins vite mais qui pourrait également permettre, à terme, de manipuler notre notion du temps.

Pour aboutir à ces conclusions, une expérience a été menée sur les cerveaux de deux macaques rhésus. Ces derniers ont été entraînés à réaliser certains type de tâches les obligeant à bouger leurs yeux d'un point fixe à un autre, à un intervalle régulier d'une seconde. Des signaux extérieurs leurs étaient envoyés afin de conserver une certaine notion du temps, tandis que des électrodes captaient l'activité cérébrale de la zone du cerveau correspondant aux mouvements des yeux. Selon les chercheurs, l'activité des neurones diminue de façon régulière entre chaque point. Lorsque le taux de diminution de l'activité est faible, les macaques surestiment la durée de la seconde d'intervalle. En revanche, lorsque ce taux est plus élevé, leurs yeux bougent avant la fin de le seconde d'intervalle.

Sherlock

Politique : la psychologie de l'apparence de vérité

Des chercheurs néo-zélandais et canadiens ont étudié le phénomène que Stephen Colbert (dans la populaire émission américaine de satire politique The Colbert Report) a appelé en 2005 "truthiness", qui est le sentiment intuitif que quelque chose est vrai, indépendamment de la logique et de l'évidence factuelle.

Repris par les médias américains, le terme a été désigné "mot de l'année" en 2005 par le Merriam-Webster. Le concept a été particulièrement pertinent dans la campagne électorale américaine qui vient de se terminer alors que, affirme notamment l'historien Kevin M. Kruse de l'Université Princeton dans le New York Times, la campagne du candidat démocrate Mitt Romney "a parié gros et de façon historique sur l'idée que les faits peuvent être ignorés, plus ou moins, en toute impunité". La réelle perdante de cette campagne, titrait-il, est la vérité.

People

L'empathie inhiberait la pensée analytique et vice-versa

Image
© Inconnu
Une nouvelle étude pourrait aider à expliquer pourquoi même les personnes les plus intelligentes peuvent se faire prendre par les histoires d'escrocs (ou de politiciens véreux, ndlr), commentent ses auteurs.