Science et Technologie
Carte


Music

Musique et agriculture travaillent de concert

© DR
Ils sont une centaine dans l'Hexagone, vignerons et maraîchers, à diffuser des mélodies particulières plutôt que des produits chimiques près de leurs cultures. Incroyable, ça fonctionne !

Deux millénaires que ce champignon parasite les vignes, et toujours aucun remède pour l'en retirer. L'esca, qui a la mauvaise manie de détruire les ceps de vignes depuis au moins l'époque romaine, a un temps été combattu avec l'arsénite de soude, jusqu'à ce que produit très toxique soit interdit en 2001. Depuis, les vignerons sont démunis. Mais, depuis 2009, une poignée d'entre eux tentent de résister à l'envahisseur... en diffusant de la musique. Pour comprendre d'où vient ce remède étrange, il faut remonter à la fin des années 1960, l'époque où une gloire éphémère de la chanson nommée Evariste lançait le tube « Connais-tu l'animal qui inventa le calcul intégral ? »

Commentaire: Et oui, on s'en doutait, la musique soigne et rend intelligent.

Sun

Une incroyable éjéction solaire filmée de façon inédite

En profitant du regard d'un nouveau satellite, la NASA a pu observer une grande éruption solaire avec un détail sans précédent. Désigné IRIS, pour Interface Region Imaging Spectrograph, ce télescope spatial a été lancé en juin 2013 afin de documenter l'activité qui fait rage dans les basses couches de l'atmosphère du soleil et pour la première fois, il a repéré une éjection de masse coronale se propulsant à plus de 670 km/s.


L'éruption a eu lieu le 9 mai et de réussir à obtenir un enregistrement vidéo de celle-ci nécessita à la fois supposition et chance. En raison de la nature de la mission et des distances à parcourir, l'Observatoire IRIS devait être déplacé par le Lockheed Martin Solar & Astrophysics Laboratory et le Ames Research Center de la NASA, un jour à l'avance. Les équipes suivent l'activité des taches sur la surface du Soleil et essayent de prédire celle qui sera la prochaine à entrer en éruption.

Commentaire: Pour aller un peu plus loin et bien comprendre que les activités solaire et terrestre sont interconnectées, et ceci à bien des niveaux, lire l'article passionnant ci-dessous :

- Le Palmarès des Cassiopéens n°6 - Dansons le twist planétaire sur l'air des Frères Héliopolis

Magnify

Épigénétique, souvenirs et prédestination

© Inconnu
« Tout ce que la nature a fait acquérir ou perdre aux individus [...] elle le conserve pour la génération de nouveaux individus ». Jean-Baptiste de Lamarck.

Dans un article récent rapporté par Elsa Abdoun: « ADN, il transmet aussi nos souvenirs! » paru sur le magazine Science et vie de mars 2014, une découverte importante: des souris soumises à une expérience désagréable, ont transmis via leur ADN, la mémoire de cet évènement à leur progéniture. Un héritage «épigénétique» qui interroge la notion de l'inné... Pour ceux qui reprochent aux jeunes gens de faire peu de cas des leçons de leurs aînés et qui s'offusquent que la mémoire des événements passés se dissolve dans l'agitation du présent, la nouvelle devrait singulièrement apaiser leurs craintes: le souvenir de ce qu'ont vécu nos ancêtres, loin d'être perdu se trouve tapi au plus profond de nous. Mieux, c'est en droite ligne que chacun profiterait en droite ligne de l'expérience de ses aïeux...Par exemple, vous avez peur des chiens, il se peut que votre grand-père ait été douloureusement mordu par un chien dans sa jeunesse. Vous aimez particulièrement manger gras? C'est peut être que votre arrière grand-mère a connu les affres de la faim.
Gear

Manipulation scientifique - L'incroyable machine à lire dans les pensées

Il s'appelle Spintronics et c'est un bien curieux appareil d'imagerie cérébrale mis au point par des chercheurs de l'université McGill de Montréal. Dans le jargon de ces scientifiques, cette espèce de scanner d'un nouveau genre décode « les corrélations neurales de la pensée ». Pour le dire plus clairement, cette machine lit dans les pensées.
Cerveau
© Inconnu
Pour son premier test, dont rend compte une étude à paraître dans la revue Frontiers in Human Neuroscience, 58 cobayes ont été recrutés. Ces derniers devaient s'asseoir dans un fauteuil, se faire coller quelques électrodes sur le visage et placer leur crâne dans ce qui ressemblait à un casque séchant de salon de coiffure. Auparavant, ils avaient dû choisir mentalement et écrire sur une feuille de papier (pour vérification ultérieure) un nombre à deux chiffres, un autre à trois chiffres, une couleur et un nom de pays. Puis, l'expérience commençait réellement. Le scanner était lancé avec son bruit caractéristique et l'on demandait aux participants de se concentrer sur chacun de ses quatre choix secrets, un par un. Spintronics moulinait et sur l'écran de la console de contrôle apparaissaient des images de synthèse du cerveau en trois dimensions.

Au terme de l'expérience, la machine livrait ce qu'elle avait « vu ». Tout correspondait, nombres, couleurs, noms de pays... Les personnes testées devaient exprimer ce qu'elles avaient ressenti vis-à-vis de l'expérience et notamment évaluer sa crédibilité.

Commentaire: voir aussi les articles :

L'oligarchie nous inculque la résignation
Conférence Neuro-Pirates, Neuro-Esclaves

Display

LEVAN : une intelligence artificielle en mesure d'apprendre tout sur n'importe quoi

Nombreux sont les domaines de l'informatique qui connaissent un essor important et une évolution continue grâce aux différents travaux de recherche. C'est le cas, par exemple, de l'intelligence artificielle, qui est portée par des projets innovants comme le projet LEVAN.

Ce dernier est un système informatique capable d'apprendre par lui-même différents concepts relevant de toutes les disciplines et thématiques. En clair, il est capable d'apprendre tout sur n'importe quoi, d'où son appellation fort éloquente, LEVAN, abréviation de Learn EVerything about ANything. Il a été développé par un groupe de chercheurs de l'institut Allen pour l'intelligence artificielle de l'Université de Washington.

LEVAN se base sur ses capacités d'indexation des moteurs de recherche et d'analyse de leurs données grâce à sa compréhension du langage naturel et à des techniques informatiques d'interprétation de l'imagerie.

Cette complexité pourrait faire dire par plus d'un que le projet est supervisé par un être humain. Toutefois, ce n'est pas le cas. Le projet est supervisé grâce à une nouvelle approche dite de supervision par le web (webly supervised).

Concrètement, cela implique le recours du système à différentes sources pour apprendre de nouveaux concepts. Un scénario d'apprentissage typique serait le suivant : LEVAN parcourt l'outil Google Books Ngrams à la recherche de phrases associées à un concept particulier. Par la suite, il effectue une recherche avec les précédents résultats en entrée sur différents portails web d'images, comme Google Images, Bing et Flickr.
Gear

Des éoliennes volantes pour générer plus d'énergie

Altaeros Energies
© Altaeros Energies
Une enveloppe de 10 m de diamètre
Une start-up vient de commercialiser la première éolienne volante. Cette turbine d'un nouveau genre est autonome et recherche en permanence les vents les plus forts possibles pour obtenir un rendement optimal.

Altaeros Energies, une start-up émanant du MIT, a mis au point la première éolienne commerciale flottant dans les airs. Baptisée BAT (Buoyant Air Turbine), elle est équipée d'une enveloppe gonflée à l'hélium qui lui permet de flotter à une altitude allant de 300 à 600 m. Cela lui permet de capter des vents beaucoup plus forts (de cinq à huit fois plus forts) et plus réguliers qu'une éolienne classique, résultant en une production énergétique deux fois plus importante.

L'enveloppe circulaire qui lui confère sa portance fait 10 m de diamètre et est fabriquée avec le même matériau que celui utilisé pour les dirigeables ou les voiles de bateaux. La BAT est arrimée à une station au sol par trois câbles, et elle ajuste son altitude et son orientation automatiquement pour obtenir les vents les plus forts possibles, qu'elle détecte à l'aide d'anémomètres. L'électricité générée (sa capacité est de 30 kilowatts) est ensuite transmise à la station par les câbles avant d'être acheminée jusqu'au réseau électrique. Elle peut de plus embarquer une antenne Wi-Fi, afin de connecter un village isolé, un site industriel ou une base militaire. Son altitude lui permet de couvrir une surface de six à huit fois plus importante qu'une antenne classique.
Magnify

Les cyclones tropicaux s'éloignent de l'équateur et menacent de nouvelles régions

Katrina (2005, Louisiane, 1 800 morts), Nargis (2008, Birmanie, 138 000 morts et disparus), Sandy (2012, Antilles et Côte est des Etats-Unis, 210 morts), Haiyan (2013, Philippines, 8 000 morts et disparus)...

Les cyclones tropicaux - appelés ouragans dans l'Atlantique et typhons dans le Pacifique - comptent parmi les phénomènes météorologiques les plus dévastateurs, par les pluies torrentielles et les violentes rafales (près de 380 km/h pour le typhon Haiyan) qui les accompagnent. Or, depuis trois décennies, ils atteignent leur pic d'intensité à des latitudes toujours plus élevées, au nord comme au sud, mettant en péril des régions qui n'y sont pas préparées.

C'est l'alarmant tableau que dresse une étude de climatologues américains, publiée jeudi 15 mai dans la revue Nature. James Kossin (National Oceanic and Atmospheric Administration, NOAA) et ses collègues ont compilé les données issues des observations satellitaires sur la période 1982-2012, pour laquelle existent des séries de données homogènes.
Magnify

Dans la tête des tueurs en série

© Andrey Burmakin - Fotolia.com
Des scientifiques de l'Université de Glasgow ont voulu savoir s'il pouvait y avoir des causes neurologiques aux comportements des tueurs en série et des meurtriers de masse.

A chaque nouveau fait divers rapportant la folie d'un tueur en série ou d'un meurtrier de masse, la question revient : Pourquoi a-t-il fait ça ? Qu'est ce qui a bien pu passer dans sa tête ? Pour le savoir, des scientifiques de l'Université de Glasgow ont étudié le lien possible entre des problèmes de développement neurologique, des facteurs psychosociaux et les comportements de ces tueurs. Leur étude - la première dans son genre - a permis de montrer que 28% des « meurtriers multiples » étaient connus comme présentant des troubles du spectre autistique (ou « autisme ») et 21% avaient pu subir un traumatisme à la tête. Parmi ces tueurs, 55% avaient vécu des évènements traumatisants ayant causé un stress psychologique (exposition à la violence physique ou sexuelle pendant l'enfance par exemple).
Sherlock

Selon des chercheurs français, les abeilles se parleraient

© Wikimedia photo by Wausberg
Une équipe de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) à Avignon a isolé des vibrations particulières émises dans les ruches, comme un claquement sec, qui correspondraient à une forme de communication avec une poignée de « mots ».

Pour Yves Le Conte, directeur de l'unité Abeilles et Environnement à l'Inra, « cela voudrait dire qu'elles disposent d'un autre mode de communication que celui des phéromones », le langage des hormones. Pour passionné qu'il soit, le biologiste ne s'avance pas à parler de « sons » mais envisage l'hypothèse d'un « profil vibratoire » de cinq à six « mots » échangés dans la ruche, enregistré grâce à des capteurs hypersensibles.

Une fois modélisées, ces vibrations indétectables à l'oreille forment une émouvante bande-son sur l'écran de son ordinateur, des « kak kak » proches des sons du criquet, qui semblent se répondre et dont le chercheur conserve jalousement l'enregistrement en laboratoire dans l'attente d'une publication prochaine de ses travaux.
Bomb

Argentine : découverte d'un « cimetière » de dinosaures

frdinosaures
© Reuters : Daniel Feldman
Les paléontologues argentins ont découvert les restes fossilisés de sept dinosaures dans la province de Chubut (sud), a annoncé le site Internet Infobae.

Dimanche, les paléontologues ont annoncé avoir découvert plus de 200 ossements fossilisés qui devaient appartenir à sept dinosaures au moins. Ces ossements ont été retrouvés dans une ferme située à 260 km à l'est de la ville de Trelew dans la province de Chubut. Les médias locaux ont déjà baptisé cet endroit « cimetière de dinosaures ».

Samedi, les paléontologues ont découvert au même endroit les restes fossilisés du plus grand dinosaure ayant jamais vécu la planète selon eux. Il s'agissait d'un titanosaure qui devait mesurer 40 mètres de long pour 20 mètres de haut et peser environ 77 tonnes, soit autant que 14 éléphants africains.

Les spécialistes estiment qu'il s'agit d'une nouvelle espèce de titanosaures, dinosaures herbivores qui vivaient à l'époque du Crétacé supérieur, il y a entre 99,6 et 65,5 millions d'années.
Top