Science et Technologie
Carte


Magnify

Les cyclones tropicaux s'éloignent de l'équateur et menacent de nouvelles régions

Katrina (2005, Louisiane, 1 800 morts), Nargis (2008, Birmanie, 138 000 morts et disparus), Sandy (2012, Antilles et Côte est des Etats-Unis, 210 morts), Haiyan (2013, Philippines, 8 000 morts et disparus)...

Les cyclones tropicaux - appelés ouragans dans l'Atlantique et typhons dans le Pacifique - comptent parmi les phénomènes météorologiques les plus dévastateurs, par les pluies torrentielles et les violentes rafales (près de 380 km/h pour le typhon Haiyan) qui les accompagnent. Or, depuis trois décennies, ils atteignent leur pic d'intensité à des latitudes toujours plus élevées, au nord comme au sud, mettant en péril des régions qui n'y sont pas préparées.

C'est l'alarmant tableau que dresse une étude de climatologues américains, publiée jeudi 15 mai dans la revue Nature. James Kossin (National Oceanic and Atmospheric Administration, NOAA) et ses collègues ont compilé les données issues des observations satellitaires sur la période 1982-2012, pour laquelle existent des séries de données homogènes.
Magnify

Dans la tête des tueurs en série

© Andrey Burmakin - Fotolia.com
Des scientifiques de l'Université de Glasgow ont voulu savoir s'il pouvait y avoir des causes neurologiques aux comportements des tueurs en série et des meurtriers de masse.

A chaque nouveau fait divers rapportant la folie d'un tueur en série ou d'un meurtrier de masse, la question revient : Pourquoi a-t-il fait ça ? Qu'est ce qui a bien pu passer dans sa tête ? Pour le savoir, des scientifiques de l'Université de Glasgow ont étudié le lien possible entre des problèmes de développement neurologique, des facteurs psychosociaux et les comportements de ces tueurs. Leur étude - la première dans son genre - a permis de montrer que 28% des « meurtriers multiples » étaient connus comme présentant des troubles du spectre autistique (ou « autisme ») et 21% avaient pu subir un traumatisme à la tête. Parmi ces tueurs, 55% avaient vécu des évènements traumatisants ayant causé un stress psychologique (exposition à la violence physique ou sexuelle pendant l'enfance par exemple).
Sherlock

Selon des chercheurs français, les abeilles se parleraient

© Wikimedia photo by Wausberg
Une équipe de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) à Avignon a isolé des vibrations particulières émises dans les ruches, comme un claquement sec, qui correspondraient à une forme de communication avec une poignée de « mots ».

Pour Yves Le Conte, directeur de l'unité Abeilles et Environnement à l'Inra, « cela voudrait dire qu'elles disposent d'un autre mode de communication que celui des phéromones », le langage des hormones. Pour passionné qu'il soit, le biologiste ne s'avance pas à parler de « sons » mais envisage l'hypothèse d'un « profil vibratoire » de cinq à six « mots » échangés dans la ruche, enregistré grâce à des capteurs hypersensibles.

Une fois modélisées, ces vibrations indétectables à l'oreille forment une émouvante bande-son sur l'écran de son ordinateur, des « kak kak » proches des sons du criquet, qui semblent se répondre et dont le chercheur conserve jalousement l'enregistrement en laboratoire dans l'attente d'une publication prochaine de ses travaux.
Bomb

Argentine : découverte d'un « cimetière » de dinosaures

frdinosaures
© Reuters : Daniel Feldman
Les paléontologues argentins ont découvert les restes fossilisés de sept dinosaures dans la province de Chubut (sud), a annoncé le site Internet Infobae.

Dimanche, les paléontologues ont annoncé avoir découvert plus de 200 ossements fossilisés qui devaient appartenir à sept dinosaures au moins. Ces ossements ont été retrouvés dans une ferme située à 260 km à l'est de la ville de Trelew dans la province de Chubut. Les médias locaux ont déjà baptisé cet endroit « cimetière de dinosaures ».

Samedi, les paléontologues ont découvert au même endroit les restes fossilisés du plus grand dinosaure ayant jamais vécu la planète selon eux. Il s'agissait d'un titanosaure qui devait mesurer 40 mètres de long pour 20 mètres de haut et peser environ 77 tonnes, soit autant que 14 éléphants africains.

Les spécialistes estiment qu'il s'agit d'une nouvelle espèce de titanosaures, dinosaures herbivores qui vivaient à l'époque du Crétacé supérieur, il y a entre 99,6 et 65,5 millions d'années.
Jupiter

Vers une disparition de la mystérieuse tache rouge de Jupiter

© NASA
La NASA a récemment révélé que l'emblématique Grande Tache Rouge de Jupiter s'est réduite pour atteindre sa plus petite taille et les astronomes n'ont aucune idée du pourquoi.
La Grande Tache rouge est une tempête (vortex) anticyclonique géante qui fait rage depuis au moins 400 ans, depuis que les astronomes ont été en mesure de construire un télescope assez grand pour l'apercevoir. Comment s'est-elle formé et durée dans le temps est encore un mystère.
Les premières observations, dans les années 1800, ont estimé que la tempête faisait environ 41000 km de travers, assez large pour accueillir confortablement trois Terres (3 X 12700 km). Mais en 1979-1980, quand la sonde Voyager a eu l'occasion de l'observer de plus près, elle avait déjà diminué de 23335 km.


Maintenant, avec l'incroyable précision du télescope spatial Hubble, des astronomes ont pu mesurer avec précision l'étendue de la Grande Tache Rouge au cours des 20 dernières années et ils ont constaté qu'elle avait diminué d'environ 1000 km par an.
Cloud Lightning

Foudre et vent solaire : y a-t-il un lien ?


Les particules chargées émises par le Soleil favoriseraient le déclenchement de la foudre, selon une étude britannique. Crédits : NOAA
Les épisodes de foudre seraient plus fréquents lorsque les flux de vent solaire augmentent en intensité, selon une nouvelle étude.

La foudre tombe-t-elle plus souvent lorsque l'intensité du vent solaire, ce flux de particules chargées en provenance du Soleil, est plus élevée ? C'est en tout cas ce que suggère une étude publiée le 15 mai 2014 dans la revue Environmental Research Letters.

Selon cette étude, les particules solaires auraient pour effet, en arrivant dans l'atmosphère terrestre, de ioniser les moléculaires d'air (l'ionisation est l'action qui consiste à enlever ou ajouter des charges à un atome ou une molécule ; une molécule ionisée cesse d'être neutre électriquement). Une fois ionisées, ces molécules agiraient alors comme un conducteur entre les différentes parties d'un même nuage, ce qui aurait alors pour effet de produire de la foudre.
Cow Skull

D'autres dinosaures pourraient être découverts en Patagonie

© Photo Reuters
Des observateurs admirent un os géant de dinosaure découvert à La Flecha, en Patagonie, le 16 mai.
La découverte sans précédent en Patagonie, dans le sud de l'Argentine, d'une grande quantité de restes fossilisés d'un gigantesque dinosaure pesant plus de 100 tonnes pourrait mener à d'autres découvertes du même type dans la région, mais aussi lever une partie du mystère sur cette époque mal connue.
Stock Down

Le déclin inéxorable des abeilles aux États-Unis

© Pedro Ruiz Le Devoir Archives
Les abeilles, dont le nombre disparaît dangereusement, sont responsables, par leur pollinisation, de plus d’un tiers de notre alimentation.
Les abeilles continuent de mourir à un rythme inquiétant aux États-Unis. En fait, les pertes sont si importantes que leur survie à long terme n'est plus du tout assurée, souligne un nouveau rapport gouvernemental américain.
Selon les données publiées jeudi par le ministère américain de l'Agriculture (USDA), la mortalité a éliminé pas moins de 23,2 % des colonies au cours de l'hiver qui vient de se terminer. Ce taux est cependant légèrement moins élevé que celui de l'hiver précédent, au cours duquel 30 % des colonies avaient disparu.


Reste que selon l'USDA, les taux de mortalité des dernières années sont tellement élevés qu'ils compromettent littéralement la survie des abeilles à long terme. Sans que les experts s'accordent sur un facteur déterminant, quelque 30,5 % en moyenne des colonies d'abeilles meurent chaque année depuis l'hiver 2006-2007.

Le risque que cela représente pour la population est d'ailleurs bien réel, puisque pas moins de 25 % des cultures américaines dépendent directement de la pollinisation des abeilles. La Californie, l'État le plus gourmand en abeilles, est le plus touché par ces pertes. Pour sa seule production d'amandes, cet État de l'ouest des États-Unis a besoin de 1,5 et 1,7 million de colonies, soit 60 % des abeilles élevées dans le pays.

Commentaire: La disparition « mystérieuse » des abeilles recèle en fait de moins en moins de mystère.

Elle est sans doute le résultat d'une conjonction de facteurs délétères. Comme le dit très justement M. Neumann, du Centre agroscope Liebefeld-Posieux (Berne, Suisse) : « on peut supporter séparément une maladie, une mauvaise alimentation, un empoisonnement aux pesticides, mais quand tous les facteurs se conjuguent, il arrive un moment où la limite de résistance est atteinte ».

Voici une liste non exhaustive des causes participant à la disparition des abeilles :

- les flaques d'eau toxiques
- les insecticides et champignons pathogènes
- les pesticides
- Les ondes electro-magnétiques

Une autre facteur très important : la qualité de l'alimentation des abeilles. Comment s'étonner en effet que les abeilles succombent plus facilement aux agressions extérieures, quelles qu'elles soient, lorsque par souci de productivité et d'exploitation commerciale, on leur soutire constamment leur miel (qui constitue leur aliment principal ) pour leur donner à la place... du sucre industriel, bio, ou pas.

R2-D2

Hong-Kong : le premier robot patron vient d'être nommé au conseil d'administration

Si jamais vous en doutiez, voici une preuve que les robots nous remplaceront un jour au bureau. Le 13 mai, la société hongkongaise Deep knowledge ventures, ou DKV, a nommé un algorithme à son conseil d'administration. Le logiciel siégera donc aux côtés d'êtres en costume, qui respirent et sûrement diplômés d'universités prestigieuses.

Spécialisée dans les investissements en capital risque, DKV s'implique dans des sociétés privées et publiques des secteurs de la lutte contre le cancer, de la médecine régénérative et des traitements personnalisés. La mission de l'algorithme, nommé Vital, sera donc d'analyser les résultats prévisionnels, les premiers tests de médicaments, la disponibilité des brevets et les levées de fonds précédentes des sociétés dans lesquelles DKV envisage d'investir.

Un robot incorruptible

Sixième membre du conseil d'administration, le logiciel participera à la prise de décision de l'entreprise, recommandera ou au contraire écartera des investissements trop risqués. Vital -un acronyme qui signifie "outil de validation pour les investissements dans la recherche scientifique"- a été développé par une société britannique, Aging analytics. "Il prend ses décisions de façon totalement indépendante", précise le communiqué de presse.
Flashlight

Des spermatozoïdes vieux de 17 millions d'années

© AFP
On peut voir un gros plan des spermatozoïdes en question dans la partie E. Ils étaient incrustés dans la pierre tel que montré dans la partie D.
Sydney - Une équipe de chercheurs a découvert les plus vieux spermatozoïdes fossilisés, appartenant à des crustacés qui vivaient il y a quelque 17 millions d'années, sur un site riche en trouvailles préhistoriques, dans le nord de l'Australie.
Top