Les Maîtres du Monde
Carte


Better Earth

Sergueï Lavrov : « Le monde a changé et la Russie ne ratera pas sa chance »

Moscou propose à l'Occident de revenir à un partenariat authentique. De l'avis des experts, la situation n'aurait pas été si dramatique si certains adversaires géopolitiques de la Russie avaient évalué la réalité d'une façon plus adéquate.

La semaine dernière le ministre des Affaires étrangères de Russie Sergueï Lavrov a fait part de ses idées sur les moyens d'atténuer la tension internationale au cours de l'Assemblée du Conseil pour la politique extérieure et de défense réunie à Moscou. Son intervention a donné le « la » au débat sur la stratégie de la Russie à court et moyen terme. Selon le ministre, la politique extérieure russe fait montre de retenue et de fermeté bien que sa position ne trouve pas la compréhension des concurrents géopolitiques de Moscou.

Sergueï Lavrov a déclaré que les relations entre la Russie et l'Occident se rapprochaient du moment de la vérité. « Nos partenaires européens font déjà banco », estime le ministre. Selon lui, l'Occident a tenté de contraindre la Russie à avaler l'humiliation des Russes et des russophones en Ukraine. Au fond, l'Europe a foulé aux pieds ses propres principes de changement démocratique de pouvoir ayant soutenu les extrémistes ukrainiens.
Laptop

L'Europe est en train de renoncer à la neutralité du Net


Matteo Renzi, Président du Conseil de l'Union européenne
Après le billet scandaleux d'Oettinger, les mauvaises nouvelles continuent d'arriver sur le front de la neutralité du Net. Ce principe, fortement défendu par les parlementaires européens le 3 avril dernier, est gravement mis en péril par un agrément actuellement discuté au sein du Conseil de l'Union européenne. Les gouvernements sont prêts à céder aux demandes des grands opérateurs Telecoms en créant des « voies rapides » dont l'accès sera vendu aux services en ligne dominants tels que YouTube ou Netflix. Cette évolution inacceptable doit être dénoncée par les citoyens européens et leurs représentants au Parlement européen !

Un document fuité1 (note et addendum), présenté par la présidence italienne le 14 novembre dernier, révèle le mauvais tournant que les États membres de l'UE sont en train de prendre sur la neutralité du Net pendant les négociations concernant le règlement européen sur le marché unique des télécommunications. En avril dernier, le Parlement européen a adopté en première lecture une version du texte qui inclut une forte protection de la neutralité du Net, conçue pour protéger les communications en ligne des citoyens européens contre toute discrimination. Aujourd'hui, les gouvernements européens sont en train de démanteler ce texte totalement.

La proposition de la présidence italienne suggère, entre autres, la suppression des définitions de la « neutralité du Net » et des « services spécialisés », ce qui efface toutes les protections que le texte du Parlement européen avait élevées pour structurer un Internet ouvert contre les stratégies commerciales nocives des plus grandes entreprises de l'Internet.
Cult

Terry Bean, soutien financier d'Obama et militant LGTB, accusé de pédophilie

Traduit par Fabio Coelho pour Croah.fr

Terry Bean, 66 ans, est un activiste gay et un des plus importants soutiens financiers du camps démocrate. Il a été arrêté mercredi dernier à Portland, dans l'Oregon, pour relation sexuelle présumée avec un garçon de 15 ans.

L'ancien petit-ami de Bean, Kiah Lawson, âgé de 25 ans, a été arrêté jeudi dans le cadre de cette même affaire.

Ces arrestations font suite à une rupture fracassante du couple, puisque Bean a accusé par son ancien petit-ami d'extorsion. Lawson avait en effet eu accès à des vidéos et images cachées dans la chambre de Bean.

Les autorités affirment que les deux hommes ont trouvé le garçon de 15 ans sur internet et ont eu un rapport sexuel avec lui dans un hotel de l'Oregon en 2013.

Bean, qui a rassemblé plus de 500.000 dollars pour la campagne d'Obama en 2012, est accusé de sodomie au troisième degré et d'abus sexuel au troisième degré lors de ce rapport sexuel.
Arrow Down

Burkina Faso : comment les militaires ont arnaqué le peuple en beauté

Un brillant intellectuel camerounais m'avait dit, lors d'un entretien, ceci: « Sans armée, vous ne pouvez pas prendre le pouvoir en Afrique ».Il s'agissait de Shanda Tonmé. Aujourd'hui, avec ce qu'il se passe au Burkina Faso, cette citation prend une ampleur insoupçonnée. Les nouvelles autorités provisoires du Burkina Faso ont nommé dimanche les 25 ministres chargés de conduire les affaires du pays. Une vraie arnaque.

Le président Michel Kafando et le Premier ministre, le lieutenant-colonel Isaac Zida, y détiennent aussi respectivement les portefeuilles clés des Affaires étrangères et de la Défense. Sur les 25 ministres, six sont issus des rangs de l'armée, dont ceux des Mines, un secteur stratégique, des Communications et de l'Intérieur.

Après le renversement du président Blaise Compaoré, emporté par des manifestations géantes fin octobre alors qu'il voulait modifier la Constitution pour briguer un nouveau mandat après 27 ans au pouvoir, l'armée a brièvement dirigé le pays, avant que le lieutenant-colonel Zida ne cède aux pressions et confie le pouvoir à un président civil proche de...Compaoré.
USA

L'hégémonie mondiale des Etats-Unis touche à sa fin

L'époque de l'hégémonie américaine dans le monde touche à sa fin, a déclaré lundi le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hadi Soleimanpour.
"La conclusion que l'on peut tirer sur la situation actuelle est que l'époque de l'hégémonie des Etats-Unis touche à sa fin. La force et la puissance de l'Europe diminuent elles aussi. C'est pour cette raison que les Etats-Unis refusent d'assumer la responsabilité internationale", a estimé le diplomate iranien.
Selon lui, "des démarches unilatérales, telles que la création de coalitions, l'usage de la force en dehors du cadre des Nations unies, ainsi que le recours aux sanctions unilatérales figurent parmi les facteurs évidents des relations internationales de l'époque révolue".
Magnify

WWF, United for Wildlife, The Nature Conservancy : la face cachée de la conservation

© Selcen Kucukustel/Atlas
Les peuples indigènes sont les meilleurs gardiens du monde naturel. Le nouveau rapport de Survival révèle que les plus grandes organisations de préservation de la nature sont impliquées dans leur expulsion de "zones protégées"
Un nouveau rapport lancé par Survival International - le mouvement mondial pour les droits des peuples indigènes - révèle comment la conservation a conduit à l'expulsion de millions d'autochtones de « zones protégées ».

Plusieurs organisations de conservation parmi les plus importantes au monde, telles que le WWF et The Nature Conservancy sont impliquées dans ce scandale. Et United for Wildlife, l'organisation fondée par le prince William et le prince Harry, ignore les appels qui lui ont été lancés visant à garantir les droits des peuples indigènes à vivre sur leurs terres ancestrales et à y pratiquer la chasse de subsistance.

Le lancement du rapport « Parcs ou peuples? » coïncide avec la Conférence mondiale des parcs naturels qui a lieu à Sydney, une conférence sur la conservation des aires protégées qui se tient chaque décennie et qui prècède le lancement de United for Wildlife par le Prince William et sa femme Kate aux États-Unis le mois prochain.

Le rapport de Survival montre que la plupart des zones protégées sont, ou ont été, les terres ancestrales de peuples indigènes qui en dépendent et qui les gèrent depuis des millénaires. En dépit de cela, au nom de la « conservation » :
Propaganda

Les guerres mondialisées

© Inconnu
La légende d'al-Qaeda et la menace d'un « Ennemi Extérieur » est entretenue par de nombreux médias et par la propagande gouvernementale. Dans l'ère post-11 septembre 2001, la menace terroriste d'al-Qaeda constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire des USA/OTAN. Elle justifie - sous un mandat humanitaire - la conduite « d'opérations anti-terroristes » à travers le monde.

La Guerre Mondiale contre le Terrorisme lancée par les USA constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire états-unienne. « Faire la chasse aux terroristes » est un élément central de la guerre non-conventionnelle. L'objectif sous-jacent est de justifier la conduite d'opérations anti-terroristes à travers le monde, permettant aux USA et à leurs alliés de s'ingérer dans les affaires de nations souveraines.

Connues et documentées, des entités affiliées à al-Qaeda ont été utilisées par les USA/OTAN dans de nombreux conflits comme des « membres actifs du renseignement » depuis les grandes heures du conflit entre l'Afghanistan et l'Union Soviétique. En Syrie, les rebelles d'al Nusrah et d'ISIS sont les fantassins de l'alliance militaire occidentale, qui à son tour supervise et contrôle le recrutement et l'entraînement de forces paramilitaires.
Star of David

Mise en garde de Netanyahou : « la reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur »

© REUTERS/Nir Elias
Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a affirmé dimanche à des journalistes que "la reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur", alors que le Parlement français doit se prononcer le 2 décembre sur cette question.

"C'est ce qu'ils ont à faire en ce moment en France quand on décapite des gens à travers le Proche-Orient, y compris un citoyen français?", a ajouté Nétanyahou, faisant référence à la récente décapitation d'un ressortissant français en Algérie par des jihadistes se revendiquant du groupe État islamique (EI).

"L'État d'Israël est le foyer du peuple juif, le seul État que nous avons et les Palestiniens qui exigent un État ne veulent pas nous reconnaître le droit d'avoir un État pour le peuple juif", a martelé Nétanyahou dont le gouvernement a adopté dans la matinée un projet de loi prévoyant de ne plus définir Israël comme un État "juif et démocratique" mais comme "l'État national du peuple juif", au terme de débats extrêmement houleux.

Le premier ministre israélien s'exprimait devant des représentants de la communauté française d'Israël. La Suède a récemment reconnu l'Etat de Palestine, qui a le statut d'observateur à l'ONU depuis 2012, et les Parlements britanniques et espagnols ont appelé leurs gouvernements à le reconnaître également. Au total, 135 pays dans le monde ont reconnu la Palestine, selon l'Autorité palestinienne.

Dans Le JDD ce dimanche, l'élue socialiste Elisabeth Guigou défend ce prochain vote et affirme avoir prévenu les représentants d'Israël à l'ONU en leur disant que cette reconnaissance était faite pour la paix. Aux Palestiniens, elle a dit que leur proposition de reconnaissance à l'ONU devait être rédigée de façon à réussir un consensus.
USA

Vingt-six vérités sur le groupe État islamique (EI) qu'Obama veut vous cacher

Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

La guerre menée par les États-Unis contre le groupe armé État islamique est un grand mensonge.

Pourchasser les « terroristes islamiques » et mener une guerre préventive dans le monde entier pour « protéger la patrie étasunienne » sont des concepts utilisés pour justifier un programme militaire.

L'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) est une création du renseignement étasunien. Le programme de « lutte contre le terrorisme » de Washington en Irak et en Syrie consiste à appuyer les terroristes.

L'incursion des brigades du groupe État islamique (EI) en Irak ayant débuté en juin 2014 faisait partie d'une opération militaire et du renseignement soigneusement planifiée et soutenue secrètement par les États-Unis, l'OTAN et Israël.

Le mandat de lutte contre le terrorisme est fictif. Les États-Unis sont le « commanditaire numéro un du terrorisme d'État ».

L'État islamique est protégé par les États-Unis et leurs alliés. S'ils avaient voulu éliminer les brigades de l'État islamique, ils auraient pu bombarder intensément leurs convois de camionnettes Toyota lorsqu'ils ont traversé le désert entre la Syrie et l'Irak en juin.

Le désert syro-arabe est un territoire ouvert (voir la carte ci-dessous). D'un point de vue militaire, cette opération aurait pu être effectuée efficacement, rapidement et de manière extrêmement précise avec des chasseurs à la fine pointe de la technologie (F15, F22 Raptor, CF-18).
Dans cet article, nous abordons 26 concepts qui réfutent le grand mensonge. Alors que les médias interprètent cette opération militaire à grande échelle contre la Syrie et l'Irak comme étant une entreprise humanitaire, elle a engendré d'innombrables morts civiles.
Chess

La Russie ne souhaite pas être isolée par un nouveau « rideau de fer »

Poutine
© Alexander Zamlianichenko
Le président russe Vladimir Poutine lors de la cérémonie de présentation des lettres de créance des ambassadeurs étrangers au Kremlin, à Moscou le 19 novembre 2014
La Russie ne souhaite pas être isolée par un nouveau « rideau de fer », qui serait désastreux pour le pays, a assuré le président russe Vladimir Poutine dans une interview publiée dimanche.

Au journaliste de l'agence de presse russe TASS qui lui demandait si la Russie n'essayait pas d'ériger de nouvelles barrières avec l'Occident, le président a répondu : « Nous ne le faisons pas. Et nous ne le ferons pas. Nous comprenons quelles seraient les conséquences désastreuses d'un nouveau rideau de fer pour nous ».

« Dans d'autres pays, il y a eu des périodes pendant lesquelles ceux-ci tentaient de s'isoler du reste du monde, et ils en payaient un prix très lourd », a rappelé M. Poutine.

Isolée sur la scène internationale en raison du bras de fer qu'elle livre aux Occidentaux sur fond de crise ukrainienne, la Russie, frappée par une série de sanctions occidentales sans précédent, voit son économie au bord de la récession tandis que sa monnaie, le rouble, a perdu près du tiers de sa valeur face à l'euro depuis le début de l'année.


Commentaire : Comme si le monde se résumait à aux USA et à l'Europe ! Poutine établie des partenariats avec la Chine et les BRICS. C'est nous qui allons nous isoler de la scène internationale. Quand aux sanctions elles risquent de faire doucement rigoler les Russes qui sont infiniment plus résilient que nous.


Pour autant, le président a assuré ne pas avoir été affecté par l'accueil glacial que lui ont réservé les dirigeants occidentaux au sommet du G20 à Brisbane (Australie) il y a une semaine.
Top