Bienvenue à Sott.net
jeu., 11 fév. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte

Syringe

Tchad : au moins 40 enfants paralysés par un nouveau vaccin contre la méningite

Traduit par Initiative Citoyenne

Image
Le 20 décembre 2012, une tragédie vaccinale a frappé le petit village de Gouro, localisé au nord du Tchad, en Afrique. Selon le journal La Voix, au moins 40 enfants sur les 500 qui ont reçu le nouveau vaccin contre la méningite, MenAfriVac, et âgés de 7 à 18 ans, ont été paralysés. Ces enfants ont aussi souffert de convulsions et d'hallucinations.

Depuis que ces cas ont été rapportés, l'ampleur réelle de cette tragédie est en train d'être mise à nu, et les parents d'autres enfants vaccinés ont déjà rapporté d'autres effets secondaires supplémentaires. Les autorités de la région sont mises sous pression, depuis qu'un véhicule sanitaire a été incendié par des citoyens, en guise de manifestation de leur frustration et de leur colère face à la négligence du gouvernement. [1]

"Nous voulons que l'on rende la santé qui a été volée à nos enfants » a réagi le parent d'un enfant malade.

People 2

Danser le tango pour lutter contre la psychose et la dépression

Image
Les hôpitaux argentins ont recours à une thérapie originale pour aider les personnes atteintes de troubles mentaux et les retraités souffrant de solitude : l'apprentissage du tango.

Dreamsicle

Le fructose fait manger davantage : la preuve par l'imagerie

Des scientifiques ont utilisé pour la première fois l'imagerie médicale pour montrer que le fructose déclenche des modifications au niveau du cerveau qui conduisent à la surconsommation de nourriture. Le fructose est couramment utilisé dans la fabrication de nourriture industrielle. Il suffit de boire du fructose pour que le cerveau continue de vouloir remplir l'estomac ; ce phénomène ne se produit pas avec du glucose.

L'étude reste encore à confirmer à plus grande échelle. Cela ne prouve bien sûr pas que l'usage de fructose conduit fatalement sur la pente de l'obésité, mais cela rajoute du poids sur le rôle que joue cette substance sur notre comportement. Le fructose a été de plus en plus employé dans l'industrie alimentaire depuis les années 70, notamment via l'utilisation de sirop de maïs dont le coût de production est faible. Pendant ce temps, l'obésité a augmenté de manière stupéfiante.

Pills

Décès, AVC, embolies, thromboses... 30 nouvelles plaintes contre les pilules de 3e génération en France

© Inconnu

Suite à la plainte déposée le 14 décembre par Marion Larat, 30 nouvelles plaintes seront déposées en janvier au tribunal de Bobigny contre les fabricants de pilules contraceptives de 3e et de 4e générations, a indiqué l'avocat Philippe Courtois, et ce nombre devrait augmenter dans les prochaines semaines. Les plaintes viseront Bayer, Schering, Merck et Pfizer.

Les plaignantes, âgées de 17 à 48 ans, ont subi de graves problèmes de santé : AVC (15 d'entre elles), embolies pulmonaires (3), thromboses veineuses, phlébites. Certaines ont gardé d'importantes séquelles : tétraplégie, hémiplégie, épilepsie et aphasie. L'une d'elle est décédée.

Dans un communiqué en date du 21 décembre, l'Agence française du médicament (ANSM) rappelait aux médecins de privilégier la prescription des pilules de 2e génération. Celles de 3e et 4e générations ne seront plus remboursées par la Sécurité sociale à partir du 30 septembre 2013.

Health

La vitamine D pourrait accélérer la cicatrisation des plaies

© Inconnu

Des chercheurs Brésiliens ont voulu examiner le lien entre le taux de vitamine D dans le sang et la vitesse de cicatrisation. Ils ont étudié 52 malades âgés en moyenne de 57 ans dont la moitié était touchés par des ulcères aux jambes.

Leur taux de vitamine D a été mesuré au début, pendant et à la fin de l'étude. Au début de l'étude presque tous les participants avaient un déficit en vitamine D, les chercheurs ont donc administré de la vitamine D (50 000 UI par semaine) à la moitié des personnes touchées par un ulcère et un placebo aux autres.

Au bout de deux mois la taille de l'ulcère est passée de 25 cm² à 18 cm² pour le groupe ayant pris de la vitamine D contre 27 cm² à 24,5 cm² pour le groupe ayant pris le placebo. Les chercheurs expliquent que le bénéfice apparaît encore plus marqué lorsqu'on tient compte des grandes variations des tailles des ulcères et concluent que la vitamine D semble accélérer la cicatrisation.

Syringe

Une étude démontre que les bébés qui reçoivent le plus de vaccins ont plus de chances d'être hospitalisés et de mourir

Traduit par Les Chroniques de Rorschach

Image
Une nouvelle étude, publiée dans " toxicologie humaine et expérimentale", une revue scientifique indexée par la National Library of Medicine, a analysé plus de 38.000 rapports d'hospitalisations et de décès infantiles à la suite de vaccinations. Les chercheurs ont trouvé des corrélations statistiquement significatives entre le nombre de doses de vaccins administrés à des nourrissons et leur taux d'hospitalisation et de mortalité : les bébés qui reçoivent le plus de vaccins ont tendance à avoir de plus hauts d'hospitalisation et de mortalité.

Les nourrissons qui ont reçu 2 vaccins en même temps étaient beaucoup moins susceptibles d'être hospitalisés que les nourrissons en ayant reçu 3 en même temps. Les nourrissons qui ont reçu 3 vaccins en même temps étaient beaucoup moins susceptibles d'être hospitalisés que les nourrissons qui en ont reçu plus de 4 en même temps. Les bébés qui ont reçu 6, 7, ou 8 vaccins au cours d'une seule séance de contrôle pédiatrique étaient les plus susceptibles d'être hospitalisés à la suite de leurs injections. En fait, le taux d'hospitalisation augmente de façon linéaire, passant de 11,0% pour les nourrissons recevant 2 doses du vaccin à 23,5% pour les enfants de réception 8 doses de vaccin.

Health

Une nouvelle étude révèle que l'intimidation par les pairs laisse une trace pouvant changer l'expression d'un gène relié à l'humeur

© Louis Boilly, 35 têtes d’expressions

L'intimidation chez les enfants : une menace a leur sante mentale future ?

Une récente étude réalisée par une chercheure du Centre d'études sur le stress humain (CESH) de l'Hôpital Louis-H. Lafontaine et professeure à l'Université de Montréal suggère que l'intimidation par les pairs change la structure entourant un gène impliqué dans la régulation de l'humeur, ce qui rendrait les victimes plus vulnérables aux problèmes de santé mentale en vieillissant.

L'étude parue dans la revue Psychological Medicine visait à mieux connaître les mécanismes qui expliquent comment les expériences difficiles dérèglent notre réponse à une situation stressante. « Beaucoup de gens pensent que nos gènes sont immuables. Or, cette étude suggère que l'environnement, même social, peut influer sur leur fonctionnement. C'est en particulier le cas d'une expérience de victimisation à l'enfance qui modifierait à la fois notre réponse au stress mais aussi le fonctionnement de gènes impliqués dans la régulation de l'humeur » explique Isabelle Ouellet-Morin, auteure principale de l'étude.

Candy Cane

Les index glycémiques élevés favoriseraient les anomalies congénitales

Tous les glucides alimentaires ne se digèrent pas de la même manière. La consommation régulière d'aliments à index glycémique élevés pendant la grossesse augmenterait le risque de malformations congénitales chez l'enfant.

De précédentes études ont déjà montré que les femmes enceintes obèses ou atteintes d'un diabète de type 2 ayant des perturbations des niveaux de glucose et d'insuline dans le sang avaient beaucoup plus de risque de donner naissance à un enfant atteint de malformations graves. Des chercheurs Américains se sont donc demandés si les variations des taux de sucre et d'insuline chez les personnes en bonne santé présentaient les mêmes dangers. Pour cela ils ont observé l'alimentation de plus de 35 000 femmes et ont mis en relation les habitudes alimentaires avec le risque de malformations congénitales.

Heart

Le régime paléo à l'assaut des maladies de civilisation

Selon une étude récente du scientifique européen le plus calé sur la question, un régime de type paléo pourrait prévenir, voire même traiter, les maladies de civilisation les plus connues : diabète de type 2, maladies cardiovasculaires et même certains cancers.

Le Dr Staffan Lindeberg de l'université Lund en Suède a examiné toutes les études scientifiques ayant trait à l'alimentation paléolithique en Afrique et à la nutrition préventive actuelle. Son but : déterminer si le régime de nos ancêtres pouvait aider à prévenir les maladies de civilisation, précisément celles qui sont apparues avec l'agriculture et la sédentarité.

Focus sur les aliments paléo

Les principaux aliments à la disposition de nos ancêtres bipèdes africains étaient des fruits mûrs et sucrés, des plantes (pousses, fleurs, bourgeons, jeunes feuilles et racines), viande, os à moelle, abats, poisson, fruits de mer, insectes, larves, œufs, noix et graines (hors graminées). Comme le souligne le Dr Lindeberg, ces aliments qui constituaient les seules sources de calories disponibles pendant des millions d'années ne représentent aujourd'hui qu'un quart de l'apport calorique d'un Occidental moyen.

À l'encontre des idées reçues

Ce qui surprend le plus dans l'alimentation de nos ancêtres par rapport aux connaissances actuelles en nutrition, c'est qu'ils ingéraient au final beaucoup de fructose via les fruits et le miel. Or, des études montrent que le fructose peut provoquer des troubles métaboliques (diabète de type 2, hypertension artérielle, etc.) et une prise de poids abdominale. Malgré tout, les scientifiques s'accordent pour dire qu'au-dessous de 60 g de fructose par jour, il n'y a pas de risque. Et le Dr Lindeberg de rappeler que le fructose consommé aujourd'hui ne provient pas d'aliments frais mais d'aliments et d'additifs industriels.

Health

Le système immunitaire pourrait bien ne pas s'affaiblir avec l'âge

© Inconnu

Une étude remet en doute l'affaiblissement du système immunitaire lors du vieillissement.

C'est toute une nouvelle que rapporte www.nlm.nih.gov, alors qu'une étude qui remet en doute l'affaiblissement du système immunitaire lors du vieillissement vient de paraître.

C'est du moins ce que croient les chercheurs canadiens à l'origine de l'étude, qui déclarent que les gens âgés sont encore assez forts pour combattre et terrasser les virus connus.

Encore une fois, ce sont les fameuses cellules T qui sont à l'honneur. Ces cellules de défense permettent de lutter contre les infections virales avec la même vigueur et force chez un jeune que chez une personne plus âgée.