Santé et Bien-être
Carte


Health

De nouvelles recherches montrent qu'Alzheimer ne serait en fait qu'un diabète de type 3

Traduit par Chantalouette et Hélios

Des recherches récentes sur la fréquente maladie cérébrale dégénérative connue sous le nom de maladie d'Alzheimer suggèrent que cette forme répandue de démence serait en réalité une variété de diabète. Publiée dans le Journal de la Maladie d'Alzheimer, une étude récente faite à l'Hôpital de Rhode Island (RIH) confirme que la maladie d'Alzheimer est marquée par une résistance cérébrale à l'insuline et une inflammation correspondante, maladie que certains chercheurs nomment aujourd'hui diabète de type 3.

C'est le Dr Suzanne de la Monte de l'Hôpital de Rhode Island (RIH) qui a effectué cet intéressant lien, elle a trouvé dans ses recherches que le diabète est associé de près à plusieurs facteurs neuronaux-clés impliqués dans la démence. Il apparaît que la progression de l'Alzheimer résulterait d'une résistance du cerveau à l'insuline, ce qui à son tour perturbe le métabolisme normal des lipides. Avec le temps, ces lipides s'accumulent dans le cerveau au lieu d'être correctement absorbés, ce qui conduit à une augmentation de contrainte et à de l'inflammation, symptômes semblables à ceux communément associés à la démence.
Heart

Un coeur en santé simplement en jardinant régulièrement

Même si vous n'avez jamais été sportif, mais que vous atteindrez bientôt la cinquantaine, il n'est pas trop tard pour réduire le risque de maladies cardiovasculaires.

Une étude britannique, menée par l'University College de Londres, se base sur des résultats obtenus auprès de 4200 volontaires. Ceux-ci ont été suivis sur une période de 11 ans. Ils avaient à l'époque 49 ans.

L'étude a démontré que ceux qui pratiquaient des activités modérées comme le jardinage ou l'entretien de la maison de façon régulière vieillissaient mieux. Ainsi, ceux du groupe qui pratiquaient ces activités 2 h 30 par semaine réduisaient non seulement le risque des maladies du cœur, mais aussi les facteurs de risques reliés notamment au diabète et à l'ostéoporose.
No Entry

L'Aspartame - Notre poison quotidien


L'Aspartame - Notre poison quotidien : Une enquête de Marie-Monique Robin sur la contamination de la chaîne alimentaire par des milliers de produits chimiques, utilisés depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Notre poison quotidien - Le film
http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/Notre-poison-quotidien/3673748,CmC=...

Une coproduction d'Arte France et INA, diffusée le Mardi 15 Mars 2011 à 20h45 http://www.arte.tv/fr/3673928.html

" Au cours des 30 dernières années, le cancer, les maladies neurologiques (Parkinson et Alzheimer) ou auto-immunes, le diabète et les dysfonctionnements de la reproduction n'ont cessé de progresser. Comment expliquer cette inquiétante épidémie, qui frappe particulièrement les pays dits « développés » ? C'est à cette question que répond Notre poison quotidien, fruit d'une enquête de deux ans en Amérique du Nord, en Asie et en Europe.
Family

Les bébés nourris à la demande et ceux nourris à heure fixe

Une étude britannique a démontré que les enfants qui avaient été nourris à la demande quand ils étaient bébés avaient de meilleurs résultats aux tests de QI que ceux nourris à heure fixe.

Des chercheurs de l'Institute for Social and Economic Research des Université d'Essex et d'Oxford ont expliqués que si on veut que les enfants réussissent certains tests et examens, il faut nourrir les bébés à la demande et non à heure fixe, quelque soit la méthode d'allaitement, sein ou biberon.

Cette recherche a été effectuée sur quelques 10.419 enfants nés au début des années 90, en prenant en considération le niveau d'éducation des parents, revenus, âge et sexe des enfants, santé de la mère, et style d'éducation, ceux qui ont été nourris quand ils avaient faim réussissaient mieux les tests SAT à 5, 7, 11 et 14 ans et qu'à l'âge de huit ans, leur QI était supérieur de cinq points.
Heart

Manger du chocolat réduit la tension artérielle

C'est en tout cas ce que montre l'analyse de 20 études scientifiques sur le sujet.

Vous n'aurez plus aucune raison de culpabiliser de manger du chocolat. Ce petit plaisir de tous les jours réduirait en effet légèrement la pression artérielle selon l'analyse de 20 études différentes.

Le rapport indique que des agents chimiques présents dans le cacao permettraient en effet aux vaisseaux sanguins de se "détendre". Le sang circule donc plus facilement, ce qui entraîne une réduction de la tension artérielle de 2, voire 3mmHg (millimètres de mercure). Or, une tension artérielle normale est équivalente à 120 mmHg.
Gingerbread

Sucre : comment l'industrie vous rend accros

Chaque année, les Français consommeraient 34 kilos de sucre, soit deux fois plus qu'il y a quinze ans.

On en trouve jusque dans les charcuteries industrielles ou les plats préparés : le consommateur n'a que très peu d'information sur la réelle quantité de sucre des produits qu'il achète. Or, les conséquences de cette surconsommation de sucre sont graves. Organisée en lobby, l'industrie du sucre en France mène, depuis une quinzaine d'année, une véritable offensive.

L'émission se termine par un portrait de l'Equatorien Pablo Fajardo, qui a permis le plus grand procès environnemental de l'histoire contre la compagnie pétrolière Chevron, responsable de graves dégâts dans la forêt amazonienne.
Heart - Black

Des médicaments anti-cholestérol provoqueraient la cataracte

Les statines, des médicaments anti-cholestérol, augmenteraient fortement le risque de développer la cataracte.

La cataracte est une opacification du crystallin, une lentille convergente située dans l'oeil. Les radicaux libres produits au cours de la vie endommageraient cette partie de l'oeil et provoqueraient la maladie. Ses conséquences sont la perte d'acuité visuelle, plus ou moins importante et plus ou moins rapide. Le traitement est souvent chirurgical avec l'insertion d'une lentille artificielle.

Le Dr Carolyn Machan (université de Waterloo, Canada) et ses collègues ont utilisé les données d'une vaste étude Canadienne intitulée Waterloo Eye Study. Les participants à l'étude (près de 6500) ont été divisés en plusieurs groupes : les diabétiques non utilisateurs de statines (une classe de médicaments anti-cholestérol), les diabétiques utilisateurs de statines et les non diabétiques.
Arrow Down

Le stress a des conséquences sur le cerveau

NEW HAVEN, Connecticut - La dépression majeure et le stress chronique peuvent entraîner le rétrécissement du cerveau et mener à une détérioration des fonctions cognitives et émotionnelles, selon une étude menée par des chercheurs de l'Université Yale.

Les résultats de l'étude, publiés dimanche dans la dernière édition de la revue Nature Medicine, indiquent que l'activation d'un seul commutateur du cerveau lors de périodes de grand stress refoule l'expression de plusieurs gènes qui sont nécessaires à la formation de connexions synaptiques entre les cellules du cerveau.
2 + 2 = 4

Extrait de « FAT - Pourquoi on grossit », de Gary Taubes


Gary Taubes
  • Gary Taubes est le plus célèbre journaliste scientifique américain. Ses livres ont été récompensés par plusieurs prix.
  • Son dernier livre s'appelle FAT- Pourquoi on grossit. Il est considéré par de nombreux spécialistes comme le livre de nutrition le plus important de ces dernières décennies.
  • Selon Gary Taubes, la théorie sur laquelle est basée la gestion du poids (moins de calories, moins de graisses, plus d'exercice) est fondée sur de la mauvaise science, et les messages nutritionnels actuels font fausse route.
  • Sa démonstration s'appuie sur près de deux siècles d'histoire des sciences passionnante pour terminer par une conclusion stupéfiante, voire choquante pour certains, sur les vraies raisons du surpoids.
  • Voici les premières pages du livre pour que chacun se fasse une opinion.
L'écriture du présent ouvrage a demandé plus de dix ans. Tout a commencé par une série d'articles d'investigation que j'ai écrits pour la revue Science puis pour le New York Times Magazine et qui traitaient de l'état étonnamment affligeant de la recherche sur la nutrition et les maladies chroniques. Ce livre est à la fois le prolongement et la substantifique moelle des cinq ans de recherches qui ont fourni la matière de mon livre précédent, Good Calories, Bad Calories (2007, ouvrage non traduit en français - NDLT). Les arguments qu'il expose ont été affinés au fil des conférences que j'ai données dans des écoles de médecine, des universités et des organismes de recherche à travers les États-Unis et le Canada.

Ce que j'ai souhaité démontrer dans Good Calories, Bad Calories, c'est que la recherche sur la nutrition et l'obésité s'est fourvoyée après la Seconde Guerre mondiale suite à la disparition de la communauté médicale et scientifique européenne qui avait défriché ces disciplines. Depuis lors, toutes les tentatives de rectifier le cours ont échoué. Résultat : les personnes engagées dans ces domaines de recherche ont perdu des décennies en termes de temps, d'efforts et d'argent et ont par-dessus le marché causé d'incalculables dégâts collatéraux. Leurs convictions sont non seulement restées imperméables au nombre croissant des preuves qui les réfutaient mais ont, de plus, été adoptées par les autorités de santé publique, ce qui a engendré des recommandations inadaptées sur ce qu'il convient de manger et, plus important encore, de ne pas manger si l'on veut se maintenir à un poids sain et vivre longtemps en bonne santé.

Commentaire: Lire aussi l'entretien avec Gary Taubes ici.

Bacon

Pour maigrir, mangez gras mais aucun sucre

C'est la théorie de Gary Taubes, qui n'a pas peur d'aller à l'encontre des idées reçues dans son dernier livre traduit en français FAT : pourquoi on grossit. La fin du mythe des calories, les vraies réponses de la science. Tout un programme.

On vous en avait déjà parlé avec le régime paléo et le sujet est revenu sur le devant de la scène diététique avec le Dr Dukan: les protéines ont la cote quand il s'agit de perdre du poids.

Sauf que... le Dr Dukan s'est fait radier - à sa demande - de l'ordre des médecins. Que la pyramide alimentaire place les glucides, à savoir les sucres- à la base de tout repas équilibré. Que les recommendations habituelles encouragent l'apport de céréales complètes.

C'est pour cela que le livre de Gary Taubes est intéressant. Que l'on soit d'accord avec lui ou pas, en véritable journaliste d'investigation, il est allé rechercher toutes les données scientifiques sur le sujet: articles, textes de loi, études pour les décortiquer. Si une étude dénonçant les méfaits de la viande a été publiée, il ira vérifier si le médecin n'est pas acquis à la cause végétarienne. Si le gouvernement américain fait passer des recommendations alimentaires sous l'influence de lobbies, il va rechercher les mises en garde des médecins de l'époque.
Top