NOUVEAU ! Disponibles en français sous format électronique (Amazon Kindle) !

L’Onde, Tome 6 – Affronter l’inconnu, de Laura KNIGHT-JADCZYK

L'histoire secrète du monde, tome 2 - Les comètes et les cornes de Moïse, de Laura KNIGHT-JADCZYK

Santé et Bien-être
Carte


Pills

Pourquoi beaucoup d'études montrent que les vitamines sont absolument sans valeur

Traduction copyleft de Pétrus Lombard

Est-ce que la vitamine E naturelle aide à protéger des effets du vieillissement, ou bien entraîne-t-elle des dommages au foie et des complications associées au cancer du poumon ? Eh bien, tout dépend de ce que les auteurs de l'étude veulent vous dire. La version synthétique de la vitamine E, un dérivé pétrochimique analogue à la vitamine E naturelle, est capable de perturber le système endocrinien, tandis que la vitamine E naturelle est efficace contre le vieillissement, le stress oxydatif, et des centaines d'autres affections. La vérité en la matière, c'est que beaucoup - si ce n'est la majorité - des études sur les vitamines sont absolument inutiles, car elles utilisent des vitamines synthétiques isolées ou des suppléments multivitaminiques de faible qualité, avec des produits de remplissage toxiques et des ingrédients synthétiques.

Les auteurs des études pourraient utiliser des préparations multivitaminiques à base d'aliments de haute qualité, sans produits de remplissage ni ingrédients nocifs, mais ils ne le font généralement pas. Que ce soit dû à l'ignorance nutritionnelle concernant la vraie nature des suppléments de sociétés sous domination pharmaceutique (pensez au très populaire Centrum, dont nous parlerons plus loin), ou bien au fait que ces chercheurs pensent vraiment que les nutriments essentiels sont nuisibles pour la santé, la vérité en la matière, c'est que très peu d'études utilisent les bonnes formes de vitamines.
Beaker

Guerre autour de la fluoration de l'eau : le gouvernement reconnaît ses dangers, les experts parlent

© fluoridationfacts.com
Il y a quelques années à peine, parler du fluor comme d'une substance dangereuse, c'était s'exposer aux moqueries et au mépris. Pendant des années, une poignée d'individus étaient les seuls à attirer l'attention sur ses dangers pour la santé. Leurs appels étaient, et continuent, à ne pas être entendus malgré le fait que l'opinion publique sur le fluor a beaucoup changé en peu de temps.

En fait, même le gouvernement des États-Unis a réclamé la baisse des taux de fluoration de l'eau à la suite d'une étude publiée dans Environmental Health Perspectives et qui a trouvé que la consommation accrue de fluor provoquait une baisse du QI chez les enfants.

Le grand public essaie de mettre fin à la fluoration, les journaux traditionnels reconnaissent ses effets négatifs et même un certain nombre de dentistes professionnels ont reconnu les dangers du fluor et se sont prononcés contre son utilisation et sa distribution. Plus récemment, le Conseil municipal de Palmer en Alaska a passé un décret abrogeant l'autorisation de la fluoration de l'eau de la ville.
Health

L'acupuncture réduirait bel et bien le stress

Selon une récente étude américaine conduite sur des rats, l'acupuncture, cette branche de la médecine traditionnelle chinoise, aurait réellement la capacité de réduire le stress en agissant sur une protéine particulière.

Branche de la médecine traditionnelle chinoise, l'acupuncture séduit aujourd'hui de plus en plus d'adeptes. Pourtant, si l'on prête de nombreux bienfaits à cette pratique, celle-ci reste aujourd'hui assez mystérieuse. De quoi intriguer les scientifiques, et en particulier une équipe de l'université de Georgetown aux Etats-Unis qui s'est penchée sur la question et a ainsi réussi à confirmer l'un des effets de l'acupuncture. Cette discipline qui consiste à implanter de fines aiguilles en différents points aurait bel et bien un effet positif sur le stress... du moins chez le rat.

En effet, les scientifiques menés par le Dr Ladan Eshkevari ont mené une expérience de 14 jours sur quatre groupes de rongeurs. Le premier, de contrôle, n'a été ni stressé ni traité par acupuncture. Le deuxième a été stressé une heure par jour exposé à des températures hivernales mais n'a pas reçu d'acupuncture. Le troisième a été stressé de la même manière et a lui subi une acupuncture 'factice'. Quant au quatrième groupe, il a été stressé et a reçu de la véritable acupuncture.
Syringe

Un vaccin efficace pour la rougeole?

Une étude menée à l'école secondaire Marie-Rivier de Drummondville, le foyer de l'épidémie de rougeole, démontre que la moitié des élèves qui ont contracté le virus avaient pourtant reçu les deux doses du vaccin contre la rougeole. En pourcentage, cela représente 5% de la population d'élèves vaccinée, or on croyait que le vaccin était efficace à 99%.

Entre mai et juin 2011, 108 élèves sur 1 300 ont contracté la rougeole à l'école marie-Rivier. La moitié des élèves avaient pourtant reçu le vaccin. «Il n'y a pas de vaccin qui sont à 100% efficace. Mais quand même, les élèves qui l'ont reçu était 20 fois plus protégés que les autres!», explique Dr Gaston de Serres, médecin épidémiologiste à l'Institut national de santé publique.

Malgré tout, les spécialistes en santé continuent de dire que le vaccin demeure la meilleure façon de se protéger.

«Si vous contractez quand même le virus, ce sera sous une forme beaucoup moins sévère. Pour éviter toute forme d'épidémie, il faut que le taux de vaccination frôle les 100%», informe Dr Linda Milette, médecin conseille à l'Agence de santé. «80% des gens qui ne sont pas vaccinés seront malades et un cas sur mille peut avoir des complications au cerveau, encéphalite, causée par un virus qui cause des retards mentaux chez les jeunes enfants. C'est des séquelles permanentes», rappelle-t-elle.
Syringe

Des bons de réduction sur la nourriture à ceux qui acceptent de se faire vacciner contre la grippe

Les marchands de vaccins ne savent plus que faire pour liquider leurs stocks.

Ils ne savent plus comment vendre leurs poisons car les consommateurs sont de plus en plus avertis et conscients qu'on les prend pour des imbéciles. Ils achètent ainsi de moins en moins de vaccins et les vendeurs se voient déposédés de leur emprise sur les citoyens et leur porte-monnaie.

Aussi sont-ils obligés d'avoir recours aux subterfuges les plus inattendus pour conserver une certaine clientèle et leur cotation en bourse.

Aux États-Unis, ils ont déjà eu recours aux bons d'achats pour des vêtements et autres avantages en nature qu'on distribuait aux candidates au vaccin Gardasil, mais ils ont trouvé un autre attrape-nigaud. Les drugstores donnent à présent des bons de réduction sur la nourriture à ceux qui acceptent de se faire vacciner contre la grippe.

Walgreens est une chaîne de pharmacie américaine qui représente plus de 6 500 magasins sur l'ensemble du territoire américain. Ces pharmacies, qui sont avant tout des drugstores avec des horaires d'ouverture assez larges, vendent toute sorte de marchandise, médicaments, cartes de vœux, appareils photographiques, produits de beauté et cosmétiques, et plats préparés. Leurs employés ont reçu la consigne d'inciter fortement les clients, lorsqu'ils passent à la caisse, à se faire vacciner contre la grippe. D'ailleurs, leur insistance est considérée comme du harcèlement par une bonne partie de la clientèle. Mais il est difficile de les blâmer car ils sont pris en otage et risquent d'être renvoyés s'ils n'obtiennent pas des résultats satisfaisants. En revanche, lorsque ils atteignent leur quota, ils sont remerciés par un iPad.
Heart - Black

Fumer du cannabis avant 15 ans a un effet néfaste sur le cerveau

SÃO PAULO, Brésil - Fumer du cannabis avant l'âge de 15 ans diminue les capacités cognitives du cerveau, selon une étude réalisée par des chercheurs brésiliens.

Une équipe de scientifiques de l'Université de São Paulo a constaté que les consommateurs réguliers de cannabis qui ont commencé à fumer avant l'âge de 15 ans obtiennent de moins bons résultats aux tests de fonctions cognitives que ceux qui ont commencé à fumer plus tard.

Pour parvenir à ces résultats, les auteurs de ces travaux ont interrogé plus de 100 adolescents gros consommateurs de cannabis et leur ont fait passer divers tests neuropsychologiques. On retrouvait notamment des tests sur l'attention, la persévérance et la capacité d'élaborer des concepts abstraits.
MIB

Absence d'impacts des OGM sur la santé : une étude « biaisée [et] orientée »

La revue Food and Chemical Toxicology va publier les résultats d'une étude menée par une équipe de chercheurs, dont Agnès E. Ricroch de l'institut AgroParisTech [1].

S'intéressant aux travaux d'analyses toxicologiques de maïs, pomme de terre, soja, riz et triticale GM, les chercheurs ont étudié 24 articles scientifiques dont 12 portaient sur des études des effets à long terme (plus de 90 jours) et 12 consistaient en une analyse multigénérationnelle. Ces 24 études ont été sélectionnées par le biais d'une base de données contenant 32 000 références bibliographiques, mise en place par A. Ricroch notamment. La sélection a été faite à l'aide de mots clefs (55 articles scientifiques comme résultats) puis en retenant les études conduites sur des tests de plus de 90 jours ou multigénérationnels. La conclusion des chercheurs est sans détour : « les résultats de toutes ces 24 études ne suggèrent aucuns effets sur la santé et, en général, aucune différence statistiquement significative [entre plantes GM et plantes non-GM] n'a été observée dans les paramètres étudiés ». En clair, les OGM ne posent pas de problème sur le plan sanitaire, ce qui permet à Agnès E. Ricroch d'affirmer, un peu vite on va le voir, que « le débat sur les OGM d'un point de vue sanitaire est clos » [2]. Mais pour Marc Lavielle, membre du comité scientifique du Haut Conseil des Biotechnologies (HCB), et interrogé par Gilles van Kote du journal Le Monde, cette étude est « biaisée » et « extrêmement orientée » [3].
Ambulance

La psychiatrie gouvernée par les normes américaines


Et que deviennent les malades psychiatriques qui n'entrent pas dans les bonnes cases ? © FLAMAND THIERRY / SIPA
Le manuel américain des troubles mentaux déshumanise la médecine et veut à tout prix faire entrer les malades dans des "cases".

Le Pr Maurice Corcos part en guerre contre le fameux DSM (Diagnostic and Statistical Manuel) américain. Ce psychiatre et psychanalyste, qui dirige le département de psychiatrie de l'adolescent et du jeune adulte à l'institut mutualiste Montsouris de Paris, s'insurge contre "le nouvel ordre psychiatrique", tel qu'il est enseigné aujourd'hui dans les facultés de médecine. Et il le fait savoir dans le livre qu'il vient de lui consacrer*. Il regrette la seule prise en compte des faits et donc la disparition de toute interprétation subjective, ce qu'il considère comme une grave régression pour les malades. Et il s'emporte contre la réduction des existences à de simples accidents biologiques.

Dès l'introduction, le ton est donné : "La pensée stérilisée par l'apprentissage à répondre efficacement à des QCM (questionnaires à choix multiples) pour valider leurs examens" réduit les étudiants en psychiatrie à "collecter les symptômes que leur impose le DSM, les additionnant sans fin, puis les soustrayant pour aboutir à un résultat qu'ils livrent joyeux comme le bon élève qui a vaincu une équation à une inconnue. Mais l'équation a plusieurs inconnues et l'homme, surtout quand il devient "fou", sont une machine déréglée qu'aucune check-list ne parviendra à résumer..."
Red Flag

Des médicaments contre le rhume dangereux pour la santé

Suite aux 15 cas graves d'effets indésirables d'ordres cardiovasculaires et neurologiques constatés depuis janvier 2011, l'Afssaps vient de publier une note concernant les abus d'auto médication destinés à soigner les rhumes par le biais un vasoconstricteur.

L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé vient de publier, ce vendredi 16 décembre, un rappel concernant le non respect des recommandations pourtant indiquées sur les notices des médicaments utilisés pour soigner un rhume.

Cette annonce fait suite à un bilan alarmant, faisant état de 15 cas graves d'effets indésirables survenus chez des patients ayant pris « une spécialité renfermant un vasoconstricteur » depuis le début de l'année.

Destinés à soigner les cas de rhinites, ces médicaments sont pour certains disponibles uniquement sur ordonnance tandis que d'autres sont accessibles dans les pharmacies et parapharmacies sans prescription médicale.

Quelque soit le mode d'obtention de ces derniers, l'Afssaps rappelle qu'il est extrêmement important de respecter la posologie journalière recommandée sans chercher à l'outrepasser. Un traitement ne doit pas être poursuivit au-delà des 5 jours normalement nécessaires à notre organisme pour éliminer les congestions des oreilles, du nez et du larynx avec ces produits médicaux.
Health

Opinion d'un agronome indépendant sur l'état de l'agriculture actuelle

M. Claude Bourguignon dit ce qu'il pense de l'agriculture actuelle.

Top