C'est dans l'emballage de pierres tombales en polystyrène que Julie Keith a découvert une drôle de lettre. Alors que cette mère de l'Oregon s'apprêtait à décorer son jardin pour Halloween après avoir fait ses emplettes au supermarché local, elle s'est retrouvée face à l'appel au secours d'un travailleur forcé chinois.
Image

La lettre retrouvée par Julie Keith (Huffington post UK)
On peut notamment y lire en anglais et avec quelques mots en chinois : "Monsieur : si vous venez d'acheter ce produit, pourriez-vous avoir l'amabilité de renvoyer cette lettre à l'Organisation mondiale du droit humain (...) Des milliers de personnes, qui sont persécutées par le parti communiste chinois, vous remercieraient et ne vous oublieraient pas". Il est fait mention de journées de 15 heures de travail, sans pause dominicale ni vacances, mais également de tortures, et de salaires dérisoires. Ces travailleurs purgent une peine d'un à trois ans sans jugement.

L'auteur précise que les fausses pierres tombales ont été fabriquées au camp de travail Masanjia à Shenyang, au nord-est de Pékin.

La directrice de la division Asie de l'ONG Humans Right Watch, Sophie Richardson, affirme qu'il est impossible de vérifier l'origine et la véracité de cet appel au secours. Mais les conditions de travail décrites semblent bien réelles "au vu de ce que l'on sait sur ces camps de rééducation", a t-elle déclaré au journal américain The Oregonian.

Pour la mère de famille à l'origine de la découverte, cette lettre est "parfaitement vraie", rapporte la version britannique du site Huffington Post. En observant l'emballage intact, Julie Keith est persuadée que la lettre ne pouvait pas venir d'un autre endroit que l'usine mentionnée.

Les douanes américaines ont lancé une enquête pour déterminer l'authenticité de la missive. Il est en effet illégal d'importer aux Etats-Unis des produits fabriqués par des travailleurs forcés ou prisonniers. La lettre fait d'ailleurs référence à de nombreux travailleurs condamnés à cause de la pratique de la religion Falun Gong, bannie en Chine. Des militants américains pratiquant ce culte ont commenté que certains de leurs membres ont connu des punitions similaires dans le même camp de travail, des années auparavant.