Bienvenue à Sott.net
ven., 24 nov. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

La Science de l'Esprit
Carte


Bulb

Voici des conseils pour réussir sa vie avec Ralph Waldo Emerson

Contrairement aux idées reçues, réussir sa vie ne consiste pas à gonfler son compte en banque. En fait, c'est beaucoup plus dur ( et excitant ) que ça ! L'expression « réussir sa vie » est l'une de plus galvaudées qui soient.
© Inconnu
Ralph Waldo Emerson
Réduite à son sens le plus trivial « gagner beaucoup d'argent », elle ne signifie presque plus rien. Un dévoiement sémantique qui en dit long sur la façon dont on mesure désormais nos échecs et nos succès. Alors, pour redonner toute sa noblesse et son humanité à cette expression, rappelons-nous comment la définissait le penseur Ralph Waldo Emerson. Lumière sur un texte magnifique et puissant.

Brain

Exploitez la puissance de vos lobes frontaux pour maximiser le potentiel de votre cerveau

Votre cerveau est câblé pour effectuer votre travail le plus important chaque jour à travers les connexions neuronales les plus complexes et à travers les quatre principaux lobes du cerveau : frontal, temporal, pariétal et occipital. Mais la façon dont vous parvenez à surmonter les complexités que vous rencontrez repose sur une stratégie frontale.

Accomplir tout ce que vous faites - penser, planifier, raisonner, gérer vos émotions, prendre des décisions et résoudre des problèmes - est un exploit majeur de votre lobe frontal. Les compétences de haut niveau en matière de réflexion que vous tenez si souvent pour acquises - comme déterminer quelle maison acheter, quel emploi chercher, quels conseils médicaux prendre et quel investissement investir - proviennent de la puissance cérébrale de votre lobe frontal.

En tant que centre de commandement central de votre cerveau, votre lobe frontal relie l'information d'un bout à l'autre du cerveau et possède le plus vaste réseau neuronal et les interconnexions les plus réciproques avec d'autres structures cérébrales.

La nouvelle science du cerveau révèle que la voie vers une pensée plus intelligente, semble se trouver dans les réseaux complexes du lobe frontal de votre cerveau. Cependant, votre lobe frontal ne fonctionne pas isolément; vos régions cérébrales travaillent de concert, du niveau cellulaire à la totalité des réseaux cérébraux, pour accomplir des exploits chaque jour.

La grande capacité du système de votre lobe frontal et les riches possibilités de recâbler son logiciel grâce à une pensée complexe vous placent, vous et tous les humains, loin devant toutes les autres formes de vie.

Commentaire: Pour aller plus loin :


Brain

Si ce dessin vous fait rire, vous êtes probablement intelligent

Selon une étude autrichienne, votre réaction devant ce dessin pourrait déterminer votre capacité à saisir l'humour noir et révèler si vous êtes d'un tempérament décontracté ou au contraire plutôt agressif. Alors, verdict ?
On dit de vous que vous maniez le sarcasme comme personne et que vous avez un côté cynique assumé ? Alors, ce dessin devrait probablement vous faire rire. A fortiori si vous êtes futé.e. C'est en tout cas ce qu'affirme une étude autrichienne publiée dans la revue Cognitive Processing.

Dirigée par des psychologues et des neurologues de l'Université de Vienne, l'expérience a été menée sur 156 adultes volontaires (dont 76 femmes). Leur "mission" consistait à observer un croquis du dessinateur allemand Uli Stein. Les participants ont ensuite dû réaliser des tests d'intelligence verbale et non-verbale, destinés à évaluer leurs troubles de l'humeur et leur penchant pour l'agressivité.

L'humour noir, signe d'intelligence

Au terme de l'étude, les chercheurs ont constaté que plus le dessin amusait les volontaires, plus ceux-ci étaient sensibles à l'humour noir et sarcastique. Les auteurs de l'étude ont par ailleurs remarqué que ces personnes étaient généralement plus cultivées et mieux éduquées, mais aussi plus stables émotionnellement, avec un tempérament généralement plus décontracté.

Video

Fukushima mon amour : Réapprendre à vivre

Encombrée par un passé traumatisant, Marie, jolie Allemande d'une vingtaine d'années, débarque un jour à Tokyo. Elle y rejoint Moshe Cohen, le fondateur de "Clowns sans frontières". Ensemble, ils se rendent à Fukushima pour tenter de dérider les quelques habitants, âgés, qui ont décidé de rester sur place après le tsunami et la catastrophe nucléaire de mars 2011.
© Inconnu
Face à cette population désarmée, son compteur Geiger à la main, la jeune femme se demande ce qu'elle fait là. Un jour, alors qu'elle conduit une vieille dame dans la zone contaminée, elle décide de rester. Dernière geisha de Fukushima, Satomi a en effet décidé de revenir vivre chez elle. Dans les décombres, la Japonaise et sa protégée vont apprendre à s'apprivoiser, à retrouver le goût à la vie.

Brain

Le merveilleux pouvoir des mots

© Nos Pensées
En 2004, un scientifique japonais du nom de Masaru Emoto mena une étude pour démontrer le pouvoir des mots. L'expérience consistait à faire bouillir du riz et à le répartir dans trois récipients identiques. L'un d'eux porterait une étiquette positive, l'autre une étiquette négative et le dernier, une neutre.


Pendant un mois, il dit des mots agréables et gentils au riz qui portait une étiquette positive et fit tout le contraire avec le pot qui portait l'étiquette négative : il lui cria des insultes et des mots de mépris, d'indifférence ou de haine.

Une fois ce mois écoulé, le riz qui avait reçu les messages agréables avait conservé un bel aspect et n'avait pas d'odeur désagréable. En revanche, le pot qui avait reçu des mots désagréables et des insultes était plein de champignons ; le riz avait pris une couleur noirâtre et sentait le pourri.

Cette expérience révèle le pouvoir que nous possédons à travers les messages que nous transmettons. Si cela se produit avec du riz tout simple, imaginez ce qui peut arriver avec les personnes qui nous entourent et avec qui nous communiquons de façon quotidienne ?

Snakes in Suits

Cas d'école : le déni pathologique d'Hillary Clinton à accepter la défaite


Commentaire: Avant, pendant, après les élections, la décatie Clinton nous donne un bel exemple de pathologie mentale ; de celle que se trimbale dans son ensemble la clique politicienne, à divers degrés, dans ses multiples variations, américaine ou pas. Il faut dire ici que la harpie joue dans la cour des grands et nous donne une inestimable et fameuse démonstration de que l'on appelle "déni". Qui est, rappelons-le, « un phénomène de refus de prendre en compte une part de réalité externe inacceptable, c'est-à-dire, non métabolisable sur le plan psychique. (...) En psychiatrie, il représente une modalité défensive permettant parfois la coexistence de représentations isolées. La clinique nous confronte régulièrement à différentes formes de déni, relevant d'élaborations psychopathologiques multiples. Lorsque le déni n'est pas structurel, comme dans le cas de la perversion mais conjoncturel, il apparaît réversible et accessible aux soins. »

Alors, structurel où conjoncturel pour Hillary ? Voyons voir... :

© Inconnu
Les efforts incessants et soutenus d'Hillary Clinton pour expliquer sa défaite à la course à la présidence frisent le ridicule et indisposent même ses alliés.

Difficile de battre Hillary Clinton dans l'art du déni. Si elle avait investi autant d'efforts dans une course efficace à la présidence que dans la recherche approfondie des raisons de ses insuccès, elle serait à la Maison Blanche.

Mais ce n'est pas Hillary. Hillary ne fait pas d'erreurs. Elle est la victime des les gens qui l'entoure, des organisations où elle oeuvre, des partis politiques et, ultimement, de l'électorat. Tous ses problèmes viennent de l'extérieur. Elle n'y est pour rien.

Gem

Le pouvoir de la gratitude

Pour définir la notion de gratitude, je me suis inspirée de la définition du Petit Larousse, claire et succincte. La gratitude est donc « La reconnaissance pour un service, pour un bienfait reçu, un sentiment affectueux envers un bienfaiteur. » Autrement dit, la gratitude consiste à dire merci, du plus profond de son cœur, pour les services etbienfaits apportés par autrui, par un environnement ou des circonstances.

© Inconnu
La gratitude
La reconnaissance exige, en effet, la sincérité du sentiment. Il ne s'agit pas d'énoncer un simple merci comme l'on saluerait de façon automatique. Il s'agit de le ressentir au plus profond de soi et de l'exprimer très chaleureusement, très affectueusement. La gratitude, c'est modifier le regard que l'on porte sur le monde et sa manière d'être au monde. Les bienfaits sont indéniables, comme vous allez le découvrir ci-dessous.

Commentaire: Lire aussi :


Hearts

Pourquoi la perte d'un animal domestique est aussi douloureuse que celle d'un membre de notre famille

Avez-vous déjà entendu un de vos amis dire que la perte de son chien était plus douloureuse que la perte d'un de ses proches ? Cela vous est-il déjà arrivé de penser la même chose ? La société nous a conditionnés pour avoir honte de telles émotions, mais des chercheurs suggèrent qu'il est parfaitement justifié de ressentir un grand vide quand nous perdons un animal domestique.

© mundoperros.es

Brain

Pourquoi les gens les plus incompétents se croient meilleurs que les autres

Le 21 novembre, alors que les vétérans de la droite française terminaient un nouveau tour de poker menteur entre anciens Premiers ministres, Le Monde ressortait des cartons une mémorable étude de psychologie sur l'auto-évaluation des compétences, parue à la fin du millénaire, que résumait le titre de l'article : "pourquoi les incompétents se croient si doués."
© Inconnu
A l'heure où Trump, de l'autre coté de l'océan, distille les noms de sa future équipe gouvernementale, l'occasion de faire le lien était également trop belle pour la presse américaine. Tout sauf une première. Depuis sa publication en 1999 dans le Journal of Personality and Social Psychology, l'étude du psychologue américain David Dunning et de son étudiant de l'université Cornell Justin Kruger va et vient inlassablement dans les couloirs de l'information médiatique, régulièrement oubliée puis redécouverte à la faveur d'un événement d'actualité où l'incompétence saute particulièrement aux yeux - toute ressemblance avec un récent rendez-vous politique ne serait évidemment que fortuite.

En une quinzaine d'années, le désormais culte « effet Dunning-Kruger » a gagné sa place au Hall of Fame de la psychologie, quelque part entre l'expérience de Milgram et la loi de Murphy. C'est que derrière son titre un peu rasoir - "Unskilled and Unaware of It: How Difficulties in Recognizing One's Own Incompetence Lead to Inflated Self-Assessments" -, l'article présente, avec une subtile pointe d'humour, des résultats incontestables : oui, les plus incompétents sont généralement ceux qui ont la plus haute opinion de leurs capacités.

Hourglass

Techniques pour avoir des rêves lucides

Voici une bref aperçu des meilleures techniques qui peuvent apporter la lumière de lucidité à vos rêves. Ceci ne se veut pas le remplacement d'un effort constant et engagé comme lire les livres "Créativité Onirique" par Patricia Garfield ou "Le rêves lucide" par Dr. Stephen LaBerge et/ou de suivre les cours offerts par La Fondation R.E.P.O.S./The DREAMS Foundation.
© Inconnu
Les rêves lucides ou être lucide dans nos rêves
Cependant cela peut servir de tremplin pour ceux qui veulent concentrer leurs efforts immédiatement et efficacement. Quelques unes des techniques sont moins appropriées pour un horaire de travail quotidien, mais plus vous pouvez mettre en pratique ces diverses techniques, plus vous aurez de rêves lucides.

Commentaire: Lire aussi :