Bienvenue à Sott.net
ven., 18 août 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Enfant de la Société
Carte


Chess

« Racisme » à Charlottesville : la manipulation mondiale s'aggrave à l'instigation de l'ONU et des anti-Trump

L'affaire de Charlottesville est l'objet d'une manipulation mondiale contre la défense des identités nationales. Sous couleur de combattre le « racisme », les réseaux anti-Trump font feu de tout bois. L'ONU et son secrétaire général Antonio Guerres sont à la manœuvre.

Le président américain et son conseiller Kenneth Frazier.
Pour ce qui s'est réellement passé à Charlottesville, on voudra bien se rapporter à l'article de Reinformation.tv d'hier. Hélas, dans la manipulation politique d'ampleur mondiale qui se développe, la réalité a bien peu l'importance. Ce qui pèse vraiment dans l'ensemble du monde occidental est le déluge d'information orientée qui, sans revenir nullement sur ce qui s'est passé ni les incohérences du récit, vise sans la moindre ambiguïté ni la moindre retenue, à imposer une vérité et sa morale, dans un dessein sans conteste politique.

Trump et le racisme ciblés par Obama : on like !

La première cible de cette manipulation est Donald Trump. Tous les anti-Trump des Etats-Unis et du monde entier se sont remobilisés pour l'occasion, comme dans les premiers temps de son mandat. L'ancien président Obama est sorti de sa naphtaline pour tweeter que « Personne ne naît en haïssant quelqu'un pour sa couleur, son origine ou sa religion », ce qui ne mange pas de pain et peut s'appliquer à n'importe quoi. Or les mêmes qui reprochent depuis des mois au président Trump (qu'ils persistent à nommer « le milliardaire américain ») d'être un geek fana de réseaux sociaux se réjouissent de constater que « le tweet d'Obama est le plus liké » de l'histoire. Les Démocrates, bien sûr, battent la grosse caisse. Et une part du gros argent s'intègre à la manœuvre.

Attention

Nouvel attentat en Espagne, quatre terroristes abattus

Au moins quatre assaillants ont été éliminés lors d'une opération spéciale menée par la police à Cambrils, en Catalogne, après qu'ils eurent foncé sur des piétons à bord d'une fourgonnette. Plus tôt dans la journée, un attentat similaire avait eu lieu à Barcelone.
© Inconnu
Les forces de l'ordre ont abattu quatre terroristes dans un nouvel attentat en Catalogne
La police catalane a confirmé avoir éliminé plusieurs terroristes à Cambrils, station balnéaire à 120 km au sud-ouest de Barcelone, qui préparaient une nouvelle attaque, a annoncé la radio Cadena Ser.

Info

Mise à jour : Que sait-on de Driss Oukabir, suspect numéro un de l'attentat de Barcelone ?

La police a donné l'identité de l'un des auteurs présumés de l'attaque à la fourgonette de Barcelone. Selon la presse espagnole, Driss Oukabir était fiché par la police, il aurait résidé dans la petite ville catalane de Ripoll. L'un des auteurs de l'attentat de Barcelone du 17 juillet a été identifié comme étant Driss Oukabir. Selon le quotidien El Pais, la police le surveillait depuis sa sortie de prison en 2012. Selon des sources policières citées par le même quotidien espagnol, Driss Oukabir aurait résidé dans la ville de Ripoll, dans les Pyrénées catalanes, il serait né au Maroc en 1989, serait résident régulier en Espagne, et son arrivée à Barcelone daterait du 13 août dernier, en provenance du Maroc.

Photo fournie par la police espagnole, correspondant au nom de Driss Oukabir
Citant aussi une source policière, le journal El Mundo explique que d'après le profil Facebook de Driss Oukabir, désormais supprimé, ce dernier aurait également résidé en France, à Marseille, avant de s'installer en Catalogne

Commentaire: Un autre terroriste connu des services de l'ordre.

Cet événement qui survient quelques semaines avant le referendum en Catalogne, il sera utilisé sans aucun doute par les autorités espagnoles pour inciter a un « NON ». Après tout si cette attaque peut se produire dans le cœur de la Catalogne, sûrement les Catalans seront plus « protégés » et bien mieux dans le sein de l'État Espagnol.

Lire aussi :


Ambulance

Un véhicule fonce sur la foule à Barcelone, la police parle d'un attentat

Une fourgonnette a foncé sur un groupe de passants au centre de Barcelone, faisant au moins 20 blessés. Selon les médias, des coups de feu se font entendre dans le quartier. La police évoque la piste terroriste, d'après l'AFP.
© Antonio Gaspar
Une camionette fonce sur les passants à Barcelone
​La police a appelé les habitants de la ville d'éviter la place de Catalogne. D'après les médias locaux, deux hommes armés sont entrés dans un restaurant de Barcelone après l'incident.

Ambulance

Portugal: La chute d'un arbre en pleine fête religieuse tue au moins 11 personnes

Plusieurs personnes sont mortes écrasées par la chute d'un arbre lors d'une fête religieuse sur l'île portugaise de Madère, ont rapporté ce mardi plusieurs médias locaux. La télévision publique RTP évoque un bilan d'au moins onze morts et 35 blessés tandis que le journal local Diario de Noticias da Madeira parlait de son côté de dix morts et 15 blessés. La protection civile régionale doit présenter un premier bilan officiel dans les prochaines heures.

Un chêne vieux de 200 ans s'est écrasé sur les pèlerins lors de la fête du Mont à Madère
En milieu de journée, ce chêne vieux de 200 ans est tombé sur une foule de fidèles qui allumaient des bougies près d'une fontaine devant une image de Notre-Dame du Mont, rapportait également la chaîne de télévision SIC Noticias.

Bell

Mali : neuf morts dont un casque bleu lors de deux attaques contre la mission de l'ONU

Neuf personnes, dont un casque bleu togolais et cinq agents de sécurité maliens, ont été tuées le 14 août lors de deux attaques distinctes contre la mission de l'ONU au Mali (Minusma).
© Inconnu
Deux attaques contre la mission de l'ONU au Mali sont survenues le 14 août. Une première attaque d'hommes armés non identifiés a visé des camps de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) à Douentza, dans le centre du pays, selon la force de l'ONU dans le pays. Un casque bleu togolais et un soldat malien ont été tués. Un autre casque bleu a été blessé.

Commentaire: Lire aussi :


War Whore

200 protecteurs de la nature tués en 2016

L'an dernier, 200 personnes ont été assassinées dans le monde parce qu'elles défendaient leurs terres et leur environnement. L'extraction minière et la déforestation sont les principales causes de ces conflits mortels.

© Eduardo Verdugo/AP/SIPA
Manifestation à Mexico en hommage à Berta Cáceres, militante écologiste hondurienne assassinée en mars 2016 pour son opposition à un barrage.
C'est une litanie. Le 20 mai dernier, Miguel Angel Vázquez Torres, leader d'une communauté indigène du Chiapas au Mexique, est abattu alors qu'il tente d'empêcher des éleveurs de s'accaparer des terres ancestrales. Le 22 mai, ce sont trois villageois indiens qui meurent lors d'une manifestation contre l'usage de machines extractives de sable. Le 24 mai, 10 protestataires défendant des terres convoitées sont tués par la police brésilienne. Le 27 mai au Guatemala, Carlos Maaz Coc, un pêcheur, est mis à mort parce qu'il s'insurge contre la pollution d'un lac par un site minier. Le quotidien anglais The Guardian, qui vient de décider de compiler tous les assassinats de défenseurs de l'environnement dans le monde, en est déjà à 97 pour les cinq premiers mois de 2017.

Cette année est donc "bien" partie pour battre la précédente. Selon l'ONG Global Witness, en 2016, plus de 200 militants environnementaux ont été tués de par le monde, soit un rythme de quatre par semaine. Une année record, déjà, avec une augmentation de 10% des assassinats par rapport à 2015. Et une extension du phénomène. Ces meurtres très particuliers ont en effet concerné 24 pays, contre 16 en 2015. 60% sont intervenus en Amérique latine, le Brésil étant le pays le plus dangereux pour les environnementalistes avec 49 meurtres répertoriés, devant la Colombie et ses 37 cas. C'est le Nicaragua qui a compté le plus de tués par habitant. Mais c'est surtout en Asie que la violence a pris de l'ampleur. Les meurtres y ont augmenté de 18% l'an dernier, avec en tête les Philippines et ses 28 morts. Autre phénomène inquiétant : en Inde, les assassinats environnementaux ont triplé, avec 16 dossiers en 2016 !


Attention

18 morts dans une attaque terroriste à Ouagadougou ( Burkina Faso )

Trois hommes ont tiré sur la clientèle d'un restaurant burkinabé, faisant au moins 18 morts. L'armée a donné l'assaut rapidement, alors que les terroristes s'étaient retranchés à l'étage avec des otages. La nationalité des victimes n'est pas connue. Le ministre burkinabè de la Communication Remis Dandjinou a annoncé que l'opération avait pris fin, après que deux assaillants ont été tués par les forces d'intervention, le matin du 14 août.
© EFE
Une attaque terroriste fait 18 morts au Burkina Faso
La veille au soir, une attaque terroriste avait été menée contre un restaurant à Ouagadougou, faisant au moins 18 morts et une dizaine de blessés, selon le gouvernement burkinabé.

Bullseye

Comment le monde pourrait finir.

Le capitaine du sous-marin américain dit : « Nous devons tous mourir un jour, tôt ou tard. Le problème a toujours été que vous n'êtes jamais prêt, parce que vous ne savez pas quand cela se produira. Eh bien, maintenant nous le savons et il n'y a rien que nous puissions faire. »
© Inconnu
Il dit qu'il sera mort d'ici septembre. Il faudra environ une semaine pour mourir, même si personne ne peut en être certain. Ce sont les animaux qui survivent le plus longtemps.
La guerre n'a duré qu'un mois. Les protagonistes furent les États-Unis, la Russie et la Chine. Il n'est pas clair si elle fut déclenchée par accident ou par erreur. Il n'y eut pas de vainqueur. L'hémisphère nord est à présent contaminé et sans vie.

Commentaire: Lire aussi :




Bell

Rome envoie ses navires vers les eaux libyennes pour réprimer les réfugiés

Le 3 août, Rome a envoyé un bâtiment, le Commandante Borsini, voguer en eaux libyennes afin d'arrêter des réfugiés fuyant la Libye pour l'Europe. Cette violation des eaux territoriales de la Libye, une ancienne colonie italienne, vise à détruire leurs embarcations et refouler les réfugiés vers la Libye, où les milices qui contrôlent le pays depuis la guerre de l'Otan contre la Libye en 2011 les gardent dans des conditions atroces.
© Alamy.com
Réfugiés libyens
Le parlement italien vient d'approuver une loi permettant à la marine italienne d'envahir les eaux libyennes, sous prétexte d'aider les gardes-côtes libyens à arrêter les réfugiés. La ministre de la Défense italienne, Roberta Pinotti, a même déclaré que le but était de « renforcer la souveraineté libyenne. » Une large majorité des deux chambres a voté pour l'intervention, 328 contre 113 dans la chambre basse et 191 contre 47 dans la chambre haute.