Bienvenue à Sott.net
jeu., 29 sept. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte


Jupiter

NASA : bientôt une annonce importante à propos d'Europa, l'une des lunes de Jupiter

© NASA
Europe, satellite de Jupiter
La NASA a annoncé qu'elle tiendra une conférence le 26 septembre 2016 pour des activités surprenantes sur Europa, l'une des lunes de Jupiter.

Le 26 septembre à 6 h UTC, la NASA va tenir une conférence de presse pour annoncer des activités surprenantes sur Europa, l'une des lunes de Jupiter. Ces découvertes se basent sur les images du télescope Hubble et la NASA est restée très vague sauf que ça a quelque chose à voir avec un océan sous-terrain sur Europa.

Europa est un corps céleste très prometteur pour trouver des traces de vie avec Io, une autre lune de Jupiter. Des hypothèses suggèrent qu'Europa pourrait avoir des océans salés sous sa surface. Au début de 2016, les scientifiques de la NASA avaient même calculé que si ces océans d'Europa existent, alors ils auraient une composition chimique similaire à ceux de la Terre signifiant qu'ils posséderaient suffisamment d'oxygène et d'hydrogène pour favoriser l'apparition de la vie.

Mais quels sont les indices de la présence des océans souterrains sur Europa ? En premier lieu, on a sa surface remarquablement lisse qui est caractéristique à de l'eau qui est présente dans le sol. Ensuite, on a des observations qui suggèrent des vapeurs d'eau à certains endroits de la surface. En général, l'eau gèlerait instantanément si elle est trop loin du Soleil. Mais des chercheurs estiment que Jupiter exerce une force des marées tellement intense sur Europa que cette dernière pourrait avoir suffisamment d'énergie afin d'avoir de l'eau liquide.

Et cette force de Jupiter provoque aussi des activités géologiques similaires aux plaques tectoniques qui pourraient former des cheminées hydrothermales qui sont de véritables usines pour les organismes vivants. La conférence de la NASA sera diffusée en Live. Donc pas d'aliens ou de vaisseaux intergalactiques ? On est déçu.

Commentaire: Les lunes de Jupiter sont intéressantes et semblent potentiellement pouvoir abriter de la vie. La NASA nous fera-t-elle part de la découverte d'une forme de vie plus évoluée que les simples micro-organismes qui vivent sans doute déjà dans les lacs et océans d'Europe, Ganymède, Io ou Callisto ? Et puis pour le plaisir :


Question

Création d'organismes synthétiques : les scientifiques sont en passe de réécrire le code génétique de la vie


Commentaire : Si la science moderne améliore réellement, par certains côtés, notre vie quotidienne, notre santé et notre compréhension de l'univers, les mises en garde restent toujours les mêmes. L'état actuel de notre monde nous montre que les découvertes scientifiques, des plus anodines au plus importantes, créent plus de difficultés qu'elles n'en résolvent. Si la science n'est pas mauvaise en elle-même, les motivations qui nous animent, elles, semblent mener notre espèce dans la même voie sans issue : celle de la souffrance et de la destruction. On aura tôt fait, peut-être, de réaliser que le degré de conscience, aussi moteur de nos actions, est ce qui pose vraiment problème.

Quelques pistes :

Traduction : Virginie Bouetel

© Inconnu
Embryon cloné
La plupart d'entre nous apprécions l'idée de posséder des super pouvoirs. Bien que nous ne possèderons probablement jamais la force de Superman, nous pourrions être plus forts, plus rapides, ou encore plus beaux, avec un contrôle total sur notre génome, ou la constitution génétique. Que diriez-vous d'être résistants aux maladies, à l'obésité, ou encore de ralentir les processus de vieillissement ? Cela sera peut-être possible dans les décennies à venir, puisque les généticiens s'approchent de plus en plus, non pas de la possibilité de juste changer ou remplacer des gènes, mais bien de réécrire des génomes entiers. Vous pensez que cela reste du domaine de la science fiction ? Et pourtant, imaginez que les généticiens d'Harvard ont récemment recodé le génome d'une bactérie Escherichia coli de synthèse ! L'étude a été conduite par le Professeur George Church et son équipe. La recherche a été publiée sur Science.

Les chercheurs ont remplacé 62 214 paires de base d'ADN. La manipulation a consisté à recréer l'ADN à partir de zéro. A l'heure où nous parlons, ils n'ont pas encore ranimé la bactérie. Ce qui paraissait inconcevable il y a encore quelques années est aujourd'hui possible. C'est le tout premier génome synthétique jamais assemblé, et il a été salué comme le plus grand aboutissement dans le domaine extrêmement complexe de l'ingénierie génétique à ce jour.

Sheeple

La science fait naitre des êtres vivants sans utiliser d'ovule...


Comment: La soupe habituelle nous est servie : blablabla... grand progrès médical et technique blablabla... ceux qui ne peuvent pas avoir d'enfants vont être heureux, c'est une injustice réparée blablabla... on comprend toujours mieux comment la nature fonctionne blablabla.

Un énième compte à rebours a commencé : celui de nombre d'années qui nous sépare de la « naissance » des premiers humains d'élevage, ceux qu'on cultivera pour le plus grand bien de l'humanité, on nous l'assure.

© filo / istock
Selon plusieurs experts interrogés, cette publication entrouvre aussi des perspectives d'application pour la procréation médicalement assistée
Les scientifiques ont injecté du sperme de souris dans une cellule qui n'est pas un ovule. Une méthode qui ouvre des perspectives en matière de procréation médicalement assistée.

C'est une petite révolution. Des chercheurs sont parvenus pour la première fois à faire naître des souris en injectant du sperme dans une cellule qui n'est pas un ovule, selon une étude publiée mardi.

"On pensait que seul un ovocyte était capable d'activer le sperme pour rendre possible le développement de l'embryon. C'est la première fois que l'on obtient un développement mené à terme en injectant du sperme dans des embryons", a déclaré le docteur Tony Perry, principal auteur de l'article, publié dans la revue Nature.

Des souris vivantes dans 24% des cas

L'"embryon" utilisé est une forme très particulière et artificielle, obtenue en stimulant chimiquement un ovule pour qu'il commence le processus de division cellulaire sans intervention de spermatozoïdes. En injectant du sperme dans ces cellules particulières, appelés parthénotes, les chercheurs sont parvenus à faire naître des souris vivantes dans 24% des cas.

Better Earth

Un changement brutal est intervenu dans la stratosphère et personne ne sait pourquoi

Une perturbation brusque est intervenue dans un pattern (modèle) de vents qui n'avait pas changé depuis 60 ans. Bien qu'il n'y aura aucun impact sur le climat terrestre, les scientifiques tentent de comprendre pourquoi ce changement brutal est arrivé.

« L'oscillation quasi biennale (OQB) est une caractéristique remarquable de la circulation générale des vents dans la stratosphère, une couche de l'atmosphère située en moyenne entre 12 et 50 km d'altitude. En basse couche, il existe un régime de vent zonal dont la direction varie d'est en ouest selon une période de 24 à 30 mois : c'est l'OQB. Lorsque la circulation s'inverse, elle affecte les courants de la zone équatoriale. » définition tirée du site Futura Sciences.

L'intrigue réside dans le fait que ce modèle vient de subir un changement brusque, ce qui, selon une publication de la NASA, inquiète les scientifiques. Paul Newman, un des responsables scientifiques du Goddard Space Flight Center de l'agence spatiale américaine, déclare :
« L'oscillation quasi biennale dans la stratosphère n'a jamais changé. Et si ce phénomène, si stable, a été perturbé du jour au lendemain, alors vous feriez mieux de vous poser des questions sur ce qui se passe. »
Cette déclaration sonne comme une sorte d'avertissement provenant de ce scientifique, auteur de la récente étude ayant identifié cet intrigant changement dans la stratosphère, publiée dans la revue Geophysical Research Letters le 20 août 2016.

Rocket

Mission OSIRIS-REx : voyage au bout de l'astéroïde

La première mission spatiale de l'histoire vers l'astéroïde Bénou, qui menace de rentrer en collision avec la Terre, décollera demain de la base de lancement de Cap Canaveral. Le 8 septembre 2016, à l'aide du lanceur Atlas V de la compagnie United Launch Alliance (ULA), la fusée dotée de l'appareil spatial OSIRIS-Rex sera lancé depuis la base de lancement de Cap Canaveral afin d'effectuer l'étude de l'astéroïde Bénou.

© Google
Un voyage dans l'espace pour aller rejoindre l'asteroïde Bénou
La sonde devrait atteindre l'astéroïde en août 2018, prélever des échantillons sans atterrir, et revenir sur Terre en 2023. Le satellite de 800 millions de dollars (711,7 M EUR) est déjà installé à bord du lanceur. Les essais avant l'embarquement sur le cosmodrome ont été renforcés en raison de l'accident récent du missile Falcon 9 de la compagnie SpaceX.

Commentaire: Pendant ce temps-là d'autres astéroïdes dansent autour de la planète terre et risquent de venir s'y écraser... Est-ce que ce long voyage de Osiris-Rex est vraiment nécessaire pour empêcher que Bénou vienne s'écraser sur nous? Il y aurait-il d'autres raisons qu'on nous cache?

Lire aussi :


Robot

L'homme augmenté : des nano-robots dans le corps, contrôlés par l'esprit

Traduction : Virginie Bouetel

© Wikimedia/Jarek Tuszyński
Les scientifiques de la Bar-Ilan University, avec l'aide du Interdisciplinary Center en Israël, ont conçu des nanorobots injectables, et ils les testent sur ces petites créatures. Étonnamment, cette technologie contrôle la libération de médicaments nécessaires au cerveau pour le fonctionnement même de ce dernier. Ce travail a été publié dans le journal PLOS ONE.

Ces robots microscopiques sont équipés de nanoparticules en oxyde de fer qui agissent comme des « portes » pour le contrôle de la libération de médicaments nécessaires au cerveau. Ces portes peuvent être contrôlées par électroencéphalographie (EEG) induite par des électroaimants. Ces derniers répondent, et « ouvrent » lorsque se présente un motif cérébral spécifique détecté par l'EEG. En particulier, l'EEG peut être calibrée pour répondre à un épisode psychotique et les robots vont alors libérer les médicaments pour soulager le patient.

A cette fin, l'équipe affirme que les nanorobots peuvent être très utiles dans le cas de problèmes mentaux tels que la schizophrénie ou les troubles de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité.

Quoi qu'il en soit, à ce jour, ces méthodes n'ont pas été approuvées pour la phase de test sur les êtres humains, et c'est à ce moment-là que les cafards font leur entrée : l'équipe les utilise pour perfectionner cette technologie.


Comment: Faut-il faire un dessin pour prendre conscience de la nuisance potentielle d'une telle technologie ? Les "problèmes mentaux" font partie d'une classification à géométrie variable. Qu'il suffise de voir que certains toubibs considèrent que le fait de vouloir se nourrir sainement peut être considéré comme une pathologie -l'orthorexie-, ainsi que la créativité et le non-conformisme, il y a de quoi être très inquiet. A quand les faux diagnostics et les traitements obligatoires pour les cas avérés d'indépendance d'esprit, d'opinions politiques libertaires, de refus d'obéir à ce qui va à l'encontre de nos convictions ?

Quand aux maladies que ces travaux scientifiques sont censés améliorer, ils nous confirment une fois de plus à quel point la médecine moderne se trouve dans une impasse et qu'elle se fourvoie dans la compréhension des maladies de notre époque :

Robot

Projet de création d'un génome humain artificiel

Après le décryptage des 3 milliards de paires de bases que compte le génome humain, des chercheurs voudraient passer à l'étape suivante et créer un génome humain artificiel.

En mai 2016, quelque 150 scientifiques, juristes et entrepreneurs se sont réunis à la faculté de médecine de l'Université de Harvard à Boston pour discuter à huis clos de la possibilité de créer un génome humain synthétique, autrement dit un humain fabriqué de toutes pièces en laboratoire.

Cette initiative fait suite au projet de lecture du génome humain (Human Genome Project-Read ou HGP-Read) lancé en 1990, dont la mission était d'établir le séquençage complet du génome humain, c'est-à-dire de trouver l'ordre des 3 milliards de paires de bases qui composent l'ADN humain. Une première ébauche du génome a été publiée en 2001 et le séquençage complet a été terminé en 2003. Tandis que le programme de lecture du génome humain consistait à décrypter l'alphabet du patrimoine génétique de chacun d'entre nous, le projet récemment dévoilé d'écriture du génome humain (HGP-Write) vise ni plus ni moins à créer un génome humain synthétique.

La description du projet HGP-Write a été publiée le 2 juin 2016 dans la revue Science. On peut y lire que la synthèse du génome humain est de plus en plus faisable, mais qu'elle nécessite de toute urgence d'impliquer le public, en considérant les aspects éthiques, juridiques et sociaux soulevés par cette perspective. D'après les chercheurs, les applications seraient nombreuses, comme la production de lignées de cellules résistantes aux virus ou aux cancers, l'élimination de gènes nocifs tels le gène responsable de la protéine prion, la stabilisation du génome ou encore l'amélioration des thérapies basées sur les cellules souches.


Comment: Qui sait si le traficotage du génome humain ne permettra pas aussi de créer des hommes avec un peu moins d'empathie par-ci, un peu plus de docilité par-là ?

L'objectif est de lancer le projet HGP-Write encore en 2016. D'après les estimations, il devrait coûter un peu moins que les 3 milliards de dollars qui avaient été investis dans le programme antérieur, le HGP-Read.

Notes :

- The New York Times: Scientists Announce HGP-Write

- The New York Times: Scientists Talk Privately About Creating a Synthetic Human Genome

- Science: The Genome Project - Write (avec autorisation d'accès)

- Science Alert

Eye 1

Deux millions d'abeilles victimes d'un insecticide contre le Zika : les autorités irresponsables s'excusent


Commentaire : Ceux qui ont des postes pour diriger cette planète sont des vrais incompétents. Qui est derrière ces décisions qui se prennent comme dans l'hystérie, sans réfléchir aux conséquences ? Le manque d'intelligence et de bon sens sont responsables du grand malheur présent de l'humanité qui subit le joug d'un groupe de personnes qui n'ont vraiment pas la tête sur leur épaule et qui s'en foutent carrément de la destruction qu'ils provoquent. Le mea culpa qui vient ensuite est vraiment d'un cynisme effarant.


Des remords, mais trop tard. En Caroline du Sud, le comté de Dorchester a présenté ses excuses, mardi 30 août, pour avoir tué involontairement des millions d'abeilles en pulvérisant un insecticide anti-moustique deux jours plus tôt. Repérée par Le Parisien, l'affaire est relatée par le quotidien américain The Post and Courier.

© Capture Facebook/Flowertown Bee Farm and Supplies
Des millions d'abeilles ont été victimes d'un insecticide utilisé dans la lutte contre le moustique et Zika

Commentaire: Lire aussi :


Chalkboard

L'expérience de l'attention de René Péoc'h


René Péoc'h
Le jeu qu'a inventé René Péoc'h entre de vrais poussins et des poussins cybernétiques (tychoscopes) auxquels les vrais s'identifient , relève d'une très belle expérimentation quant au pouvoir de " l'attention accordée ".

Pour rappel, l'expérience de René Péoc'h consiste à placer un poussin, assez régulièrement, en compagnie d'un petit robot, robot qui va devenir son "gentil compagnon". Comme tout être intelligent, le poussin à tendance à reconnaître, aimer et s'identifier à l'objet (ce robot, ou même une paire de chaussures...) ou à l'être vivant qui le côtoie, du moment qu'il ressente au même moment des sensations agréables, en sa présence.

Commentaire: Expérience intéressante mais sur Wikipedia on note :
Ces travaux ont fait l'objet de critiques plus ou moins sévères, « coquilles » dans les calculs, « flous » dans les protocoles ou même interprétations erronées et biais statistiques non contrôlés[réf. nécessaire]. Les résultats de Peoc'h auraient été reproduits par la fondation Odier3 mais n'ont fait l'objet d'aucune publication dans les revues scientifiques à comité de lecture et restent donc considérés comme pseudo-scientifiques.
et :
Les critiques sceptiques qui se sont penchés sur ce travail notent que compte tenu du caractère limité de la surface sur laquelle se déplace le tychoscope, celui-ci finira nécessairement par heurter un bord et, alors qu'il est obligé de rebrousser chemin, il laissera plus de traces près de ce coin4 donnant l'illusion d'un biais statistique dans les mouvements aléatoires du robot.



Telescope

L'exoplanète la plus proche de la Terre jamais découverte : Proxima b


Comment: La vie existe probablement ailleurs que sur Terre, n'en déplaise aux scientifiques arrogants, à la pensée étriquée et aux théories réductrices, qui pensent que ce n'est pas le cas. Qui sait s'il n'existe pas des formes de vie autres que celles basées sur le carbone ? Qui rendraient des planètes propice à la vie, comme Proxima b peut-être, malgré des apparences contraires ? Au vu de la diversité de la vie terrestre, est-ce déraisonnable de penser que cette diversité existe aussi à l'échelle de l'univers ? Voir la vidéo plus bas.


© ESO/M. Kornmesser
Vue d'artiste de la planète Proxima b en orbite autour de Proxima du Centaure.
Des scientifiques, dont un français, ont découvert une planète orbitant autour de Proxima du Centaure, l'étoile la plus proche du Soleil. Rocheuse, d'une taille comparable à celle de la Terre, elle est située dans la zone habitable, là où l'eau liquide peut exister en surface... Et donc la vie.

C'est, par définition, l'exoplanète la plus proche de nous jamais découverte. Et pour cause: Proxima b tourne autour de Proxima du Centaure, l'étoile la plus proche du Soleil, qui se situe à "seulement" 4,2 années-lumière d'ici.

Mieux, cette exoplanète, découverte par une équipe internationale de chercheurs -dont un français-, est très probablement rocheuse, comme la Terre. Et sa masse serait comparable à celle de notre planète -environ 1,3 fois plus grosse. Surtout, elle se trouve dans la zone habitable de son étoile, c'est-à-dire là où la présence d'eau liquide à la surface est possible, affirment les scientifiques dans la revue Science.

Commentaire: Pour se faire une (minuscule) idée de l'immensité qui nous entoure :