Bienvenue à Sott.net
mar., 11 mai 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte


Bizarro Earth

Yellowstone n'est pas le volcan le plus dangereux

yellowstone Campi Flegrei
Campi Flegrei a été désigné comme le volcan le plus dangereux du monde, propulsant Yellowstone au premier titre. Également connu sous le nom de champs phlégréens, Campi Flegrei est le seul supervolcan d'Europe, situé sous Naples, en Italie.

Sa formation il y a quelque 39 000 ans a vu de la lave et des roches projetées à des centaines de kilomètres au cours de l'éruption la plus violente des 200 000 dernières années en Europe.

C'est la région volcanique la plus densément peuplée du monde, avec trois millions de personnes vivant dans la ville voisine de Naples.

Même une petite éruption pourrait déclencher des évacuations massives, selon un expert.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Star

Trous noirs : leurs jets peuvent être courbés par les champs magnétiques intergalactiques

Bien que les trous noirs n'émettent pas de lumière et soient donc invisibles pour nos instruments d'observation, il est possible de les détecter indirectement via leur disque d'accrétion. Ces disques de gaz et poussière en rotation émettent de puissants jets astrophysiques polaires composés de particules chargées à haute énergie. Des astrophysiciens ont montré que ces jets astrophysiques pouvaient être courbés à angle droit par les champs magnétiques intergalactiques. Une découverte qui devrait aider à mieux comprendre la dynamique complexe des champs magnétiques régnant au sein des amas de galaxies.
trou noi champ magnétique
© NASA
Dans l'amas de galaxies Abell 3376, situé à environ 600 millions d'années-lumière de la Terre, une galaxie possède un trou noir supermassif actif, absorbant la matière à un rythme effréné ; un processus qui donne naissance à des jets astrophysiques de grande amplitude. Les astronomes ont découvert qu'à une certaine distance du trou noir, ces jets sont courbés à angle droit par de puissants champs magnétiques intergalactiques.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Cassiopaea

Ces particules mortelles venant de l'espace pourraient rayer toute vie sur Terre

Notre planète risque-t-elle d'être touchée par un sursaut de rayons gamma ? Voilà une question qui mérite une réponse suite à la découverte d'un système binaire d'étoiles qui sont toutes les deux sur le point d'exploser à quelques milliers d'années-lumière de la Terre.

rayons gamma
© Crédit photo : Shutterstock / Vladi333
Des particules mortelles voyageant presque à la vitesse de la lumière.
Il existe divers phénomènes naturels susceptibles d'entrainer l'extinction de la race humaine et de la plupart des espèces vivant autour de nous. De l'éruption d'un super-volcan à l'impact d'un astéroïde suffisamment grand pour provoquer des dégâts irréversibles à l'échelle mondiale, les scénarios sont multiples.

Mais que se passerait-il si notre monde était touché par un faisceau de rayons gamma ? Cette question est d'autant plus importante dans la mesure où les chercheurs ont découvert à la fin des années 90 un système d'étoiles binaire en fin de vie à une distance plus ou moins proche du système solaire. Le système en question, baptisé WR 104, se trouve à environ 8475 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Sagittaire.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Comet

« Les micrométéorites ne sont pas de la poussière de météorite »

micro météorite
© J. Duprat C./Engrand, CNRS
Photo Une : spherule cosmique
Récemment, une étude parue dans Earth & Planetary Science Letters évaluait à près de 5 200 tonnes la masse de micrométéorites qui atteignent chaque année le sol de notre planète. Mais les micrométéorites sont-elles de la poussière d'étoile filante ou de météorites ? Entretien avec la cosmochimiste Cécile Engrand pour y voir plus clair.

Chaque année, près de 5 200 tonnes de micrométéorites atteignent le sol de notre planète. Voici le résultat d'un programme international mené depuis près de 20 ans dont les découvertes ont été publiées récemment dans la revue Earth & Planetary Science Letters. Cécile Engrand est cosmochimiste, chercheuse au laboratoire IJCLab de l'Université Paris-Saclay (CNRS/IN2P3) et spécialiste de l'analyse de ces micrométéorites. Coauteure de cette étude, elle nous en dit plus sur les micrométéorites et l'intérêt de les étudier. Entretien.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Microscope 2

Certains virus possèdent un mystérieux « génome Z »

Dans le génome de certains phages, la base azotée A est remplacée par une base Z, ce qui rend l'ADN plus stable et plus résistant. Une possible voie vers une forme de vie alternative aux applications infinies.

adn genome
Chez tous les être vivants (plantes, mammifères, invertébrés...), l'ADN est composé de la combinaison de quatre types de nucléotides, respectivement cytosine (C), thymine (T), adénine (A) et guanine (G). L'adénine se lie à la thymine et la cytosine à la guanine pour former la double hélice de l'ADN. En 1977, des scientifiques découvrent pourtant un phage, un virus mangeur de bactéries, où la base A est remplacée par la diaminopurine, notée Z, qui se lie à la thymine de la même façon. En d'autres termes, l'alphabet CTAG est remplacé par un alphabet CTZG.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Telescope

Une émission radio découverte dans l'atmosphère de Vénus

Vénus semble peut-être plus inaccessible que Mars, mais cela n'empêche pas les astronomes de s'intéresser à la planète. Et justement, la sonde solaire Parker de la NASA vient de faire une découverte majeure en étudiant son atmosphère. Lors de son passage à proximité de la planète, elle a en effet détecté un signal radio à basse fréquence.

venus
© Pixabay – image recadrée
La NASA lui a en effet donné pour mission d'étudier la couronne solaire, et donc la partie extérieure de l'atmosphère du Soleil. Une partie qui s'étend sur plusieurs millions de kilomètres autour de l'astre.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Bizarro Earth

Séismes : la magnitude compte mais d'autres paramètres liés au terrain ont des conséquences sur les dommages

Les tremblements de terre peuvent être comparé à de la gelée alimentaire. Une analogie simple, mais souvent utilisée, est que si vous êtes assis dans une vallée ou un bassin, cela agit comme un bol de gélatine et il secouera plus que la roche environnante. Mais tous les tremblements de terre ne sont pas créés égaux et le sol sur lequel vous marchez peut faire toute la différence.
séisme graphique
Les tremblements de terre génèrent deux types d'ondes de base : les ondes corporelles (souvent appelées ondes P ou ondes S qui traversent la Terre) et les ondes de surface (qui voyagent le long de la surface de la Terre).

La surface de la Terre est composée d'une variété de types de sols - du sable à l'argile en passant par la roche et bien d'autres, de sorte que les dommages résultant de ces types de vagues de base peuvent varier à mesure qu'un tremblement de terre se propage sur ces différents types de terrain.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Bug

Coronavirus — Le bon sens d'un médecin de campagne : de l'anthropologie médicale à la génétique moléculaire

Pas un jour sans entendre parler du Covid 19 : recherche de traitements ou de vaccins, essais cliniques en cours, et une polémique enflant toujours plus autour de l'hydroxychloroquine... La stratégie thérapeutique mise en place il y a plus de 35 ans par le Dr Mirko Beljanski et le Dr Tadeusz Nawrocki dénote quelque peu dans ce paysage de tumultes, pleine du bon sens du praticien de campagne, mêlant médecine humaniste et scientifique appliquée à la biologie moléculaire. Efficace et non toxique, elle pourrait bien mettre à mal le dernier-né des coronavirus.


Commentaire : Si vous avez lu cet article publié récemment : Dr Tadeusz Nawrocki — Les conséquences indésirables des « vaccins » à ARN messager, le Dr Nawrocki, dans la vidéo à 1h33'24", parle « d'une autre orientation plus proche de la nature » pour se soigner...

Cet article vous présente cette autre méthode du Dr Nawrocki.


Éclairage

Le Dr Tadeusz Nawrocki est médecin clinicien, anthropologue et chercheur. Dans les années 1980, il a mené, conjointement avec le Dr Mirko Beljanski, des travaux au laboratoire de pharmacodynamie qui était une unité du CNRS à la Faculté de Pharmacie de Châtenay-Malabry, et ensuite avec divers laboratoires de manière contractuelle, qui ont permis de bâtir une stratégie thérapeutique reposant sur trois molécules. Cette stratégie thérapeutique a tout d'abord montré la preuve de son efficacité sur le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Les travaux réalisés au CHU de Montpellier se sont soldés par « des résultats remarquables vérifiés et publiés ».(1)

Dr Radeusz Nawrocki
© Inconnu
Dr Radeusz Nawrocki
Une stratégie thérapeutique qui s'est révélée également efficace contre le virus de la grippe aviaire il y a une dizaine d'années. À l'époque, des proches du Dr Nawrocki qui travaillaient à Shanghai dans la communauté consulaire, craignaient de contracter le virus. Il leur a donc proposé de prendre ces produits actifs. Finalement, c'est toute la communauté française qui a fini par les prendre. Cela s'est répercuté au niveau de l'ambassade de France et même à celle de Tokyo. Finalement, ces produits ont fini par figurer dans nombre d'armoires à pharmacie.

Microscope 2

Des molécules assemblées en un même état quantique : « on essayait depuis des décennies »

Des physiciens sont parvenus à réaliser un condensat Bose-Einstein avec des molécules. Un défi très difficile, car les molécules sont plus grosses que les atomes et plus difficiles à maitriser.

condensat Bose-Einstein
© Wikimedia
Représentation du condensat Bose-Einstein.
« On essayait de faire cela depuis des décennies, alors on est très excité », s'est félicité Cheng Chin, professeur de physique à l'UChicago. Dans une étude parue dans Nature le 28 avril 2021, ce physicien et son équipe expliquent avoir accompli un défi majeur de la physique : rassembler des milliers de molécules différentes en un seul et même état quantique, au même moment. « C'est l'un de mes objectifs depuis que je suis étudiant », a confié Cheng Chin dans le communiqué associé à l'étude.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Nebula

Cette carte confirme qu'un sillage d'étoiles perturbe le halo de la Voie lactée

Une nouvelle carte de la Voie lactée confirme la présence d'un sillage d'étoiles laissées par le Grand Nuage de Magellan. Cette perturbation du halo galactique pourrait être une occasion d'étudier la matière noire.

voie lactée
À quoi ressemblent les parties les plus externes de notre galaxie ? Une nouvelle carte de la Voie lactée, présentée par la Nasa le 21 avril 2021, offre un aperçu du halo galactique. Cette zone s'étend au-delà de la partie visible de la galaxie, à l'extérieur de ses bras en spirale qui forment le disque central, et est assez peu peuplée d'étoiles.

L'agence spatiale estime que l'élément le plus intéressant de cette carte est « un sillage d'étoiles, agité par une petite galaxie prête à entrer en collision avec la Voie lactée ». Elle fait ainsi référence au Grand Nuage de Magellan (ou LMC pour « Large Magellanic Cloud »), une galaxie naine satellite de la Voie lactée, située à 160 000 années-lumière de la Terre. En traversant le halo galactique de la Voie lactée, le Grand Nuage de Magellan a laissé des étoiles dans son sillage.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :