Bienvenue à Sott.net
sam., 05 déc. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte


Microscope 1

Covid-19 - Le rôle des télomères quant au risque plus élevé de décès

Âge, obésité, diabète, hypertension... De nombreux facteurs de sévérité de l'infection au Covid-19 sont désormais bien identifiés. Toutefois, de nombreux patients ne répondant pas à ces critères peuvent aussi souffrir du virus et parfois sévèrement. Une équipe de chercheurs des Cliniques universitaires Saint-Luc et de l'UCLouvain en Belgique a investigué le rôle potentiel des télomères dans le cadre du Covid-19.
Télomères
© Inconnu
Les télomères sont des séquences d'ADN qui protègent l'extrémité des chromosomes et qui raccourcissent à chaque division cellulaire. Leur taille diminue en fonction de l'âge de la cellule et de l'individu. Lorsqu'ils deviennent trop courts, notamment chez les personnes âgées, les cellules entrent en sénescence — un phénomène proche de la mort cellulaire Ces structures jouent donc en quelque sorte le rôle d'horloge biologique cellulaire.

La longueur des télomères n'est toutefois pas la même pour tous les individus du même âge et dépend, entre autres, de certains variants génétiques. À côté d'un impact démontré sur la survenue de nombreuses maladies chroniques, un raccourcissement des télomères semble affecter les défenses contre les virus. On suppose que les individus dont les télomères sont plus courts épuisent plus rapidement leur stock de cellules immunitaires.

Phoenix

De nouvelles souches du COVID pourraient rendre les vaccins complètement inutiles, et deux mutations dangereuses se propagent déjà

Et si toutes les hypothèses que les gens font sur cette pandémie de COVID étaient complètement fausses ? Lorsque Pfizer a annoncé qu'il avait mis au point un vaccin efficace contre la COVID, le monde entier s'est réjoui. Et quand Moderna a annoncé qu'il avait mis au point un vaccin efficace contre la COVID, le monde a applaudi encore plus fort. Mais le COVID a muté, et les scientifiques nous assurent qu'il continuera à muter. Que se passera-t-il donc si les vaccins qui sont mis au point finissent par être complètement inutiles contre les nouvelles souches mutantes du virus ? Cela nous ramènerait-il à la case départ (ou pire encore) ?

virus
Pour mettre ce problème en perspective, parlons un instant de la grippe. Chaque année, les autorités sanitaires proposent un vaccin antigrippal qui, selon elles, sera efficace contre la ou les variations de la grippe dont elles pensent qu'elle sera dominante cette année-là. La plupart des gens supposent simplement qu'un "vaccin antigrippal" leur procurera une protection complète contre "la grippe", mais ce n'est pas du tout vrai en réalité. Certaines années, la correspondance entre le vaccin antigrippal et les variations de la grippe est assez bonne, et d'autres années, ce n'est absolument pas le cas. Ce qui suit provient du site officiel du CDC...

Stock Down

Didier Raoult : Chute brutale de la circulation du virus à Marseille

Covid, 2eme vague
« Là vous voyez, on a représenté sous une autre forme l'épidémie tel qu'on l'a mesuré nous à Marseille, avec tous les patients de l'hôpital universitaire, pas que ceux de l'IHU, l'hôpital universitaire. Et ce que l'on voit, c'est qu'en réalité la fermeture des restaurants est arrivée au moment où la pente de la première scène du deuxième acte, était en train de diminuer de manière spectaculaire et qu'au contraire elle a remonté avec la fermeture des restaurants donc on peut pas en conclure que les fermetures de restaurants a aider à contrôler la première partie.

Et le confinement lui en revanche est arrivé aussi au début de la chute brutale du nombre de cas et ceci avait été anticipé par les dosages que font les pompiers dans les égouts, qui mesurent avec un peu d'avance sur nous, il faut dire la réalité, les augmentations et les descentes, ils avaient pu voir l'augmentation avant qu'on la voie nous, ils ont pu voir la descente avant qu'on la voie nous.

Donc on ne peut pas voir sur ces données d'effet des mesures sociales contraignantes sur l'évolution de l'épidémie, qui a donc d'autres raisons pour évoluer que celle-là. »

Syringe

Les critères de référence des tests des vaccins anti-Covid sont truqués et les effets secondaires sont désastreux

Pour l'heure, faisons le point sur les tests des vaccins anti-Covid pour ceux qui ont été divulgués. Nous savons que de nombreuses sociétés du cartel des Big Pharma ont dû faire état de résultats embarrassants concernant leurs essais d'un vaccin anti-Covid. Récemment, nous avons appris qu'un participant volontaire brésilien est décédé lors du test du vaccin anti-Covid mené par AstraZeneca — en collaboration avec l'université d'Oxford.
Vaccin Covid-19
© Inconnu
De nombreuses grandes entreprises pharmaceutiques mènent des tests sur des vaccins anti-Covid dans lesquels les volontaires sont victimes d'effets secondaires désastreux. De plus, ces tests sont organisés de manière à ce que le critère de « performance » soit incroyablement bas.
Avant cela, dans la même série de tests d'AstraZeneca, deux femmes ont développé de graves effets indésirables, dont l'une a présenté des symptômes neurologiques correspondant à un grave trouble inflammatoire de la colonne vertébrale appelé myélite transverse [atteinte neurologique rare causée par une inflammation de la moelle épinière responsable d'une atteinte motrice, sensitive et sphinctérienne - NdT]. Pendant ce temps, dans les tests du vaccin contre le Covid de Johnson and Johnson — oui, la même grande entreprise pharmaceutique qui était présente lors de la simulation prophétique de l'Event 201 de Bill Gates [et de l'Institut Hopkins - NdT] — une « maladie inexpliquée » s'est développée chez l'un des volontaires.

Même pour ceux qui croient passionnément aux vaccins, ces effets secondaires désastreux sont inquiétants, d'autant plus que le programme du Nouvel Ordre Mondial impose le déploiement d'un vaccin anti-Covid dans le monde entier sur une base contraignante ou totalement obligatoire.

Des effets secondaires graves et généralisés dans tous les tests des vaccins anti-Covid

Dans un autre cas, un participant au test du vaccin développé par Moderna a développé une fièvre de plus de 39,4º C et s'est évanoui chez lui. Lors de la phase 1 du test Moderna chez l'homme, 100 pour cent des volontaires du groupe ayant reçu la dose élevée ont souffert d'effets secondaires systémiques — fatigue, frissons, maux de tête et myalgie (douleurs musculaires). En fait, le vaccin Moderna a montré un taux de blessures « graves » de 20 pour cent dans le groupe à forte dose ; un participant au test a déclaré qu'après avoir pris le vaccin, il n'avait « jamais de sa vie été aussi malade ».

Dans cette interview avec Bill Gates, le présentateur de CBS révèle qu'après la deuxième dose, 80 pour cent des participants au test ont présenté une réaction systémique. La corruption est encore plus profonde, car la FDA vient d'autoriser une autre grande entreprise pharmaceutique, Pfizer, à tester son vaccin expérimental anti-Covid sur des enfants américains ! Un autre test Covid a été interrompu, bien qu'il n'était pas mené pour le vaccin Covid : le NIH [Institut national de la Santé aux États-Unis - NdT] a stoppé le test d'anticorps du Covid de la société pharmaceutique Eli Lilly pour des raisons de sécurité. La quantité douteuse d'effets secondaires ne constitue apparemment pas un problème pour AstraZeneca, qui, selon Reuters, a pu conclure des accords avec de nombreux pays lui permettant de se protéger contre de futures actions en responsabilité liées au vaccin.

Satellite

La Chine déploie déjà son matériel pour la 6G (Forum économique mondial)

La Chine vient de mettre en orbite le tout premier satellite 6G au monde. Cette technologie devrait offrir un débit multiplié par 100 par rapport à la 5G et permettre des communications sans perte dans l'espace.
China people
© REUTERS/Albert Gea
Cette technologie devrait offrir un débit multiplié par 100 par rapport à la 5G.
La 5G commence à peine à être déployé à travers le monde que la course à la 6G a déjà commencé. Selon Yicai Global, la Chine vient de mettre en orbite 13 nouveaux satellites, dont le tout premier satellite 6G. Cette technologie promet des transferts de données jusqu'à 100 fois plus rapides qu'avec la 5G, ainsi qu'une latence réduite à moins d'une milliseconde.

Les chercheurs chinois souhaitent étudier les performances de la 6G dans l'espace. La prochaine norme mobile devrait permettre des transmissions sans perte et une consommation énergétique réduite sur des communications longue distance. Là où la 5G utilise des fréquences millimétriques jusqu'à 30 gigahertz, cette nouvelle génération de communications passe dans la bande des fréquences térahertz.

Microscope 2

Pourquoi meurt-on du COVID-19 ?

Didier Raoult « Il faut faire une prise en charge très précoce des patients. »
Didier Raoult
© IHU Marseille
Pr Didier Raoult - Pr Stéphanie Gentile
La vidéo :

Microscope 2

Une étude évaluant l'efficacité du port du masque a été rejetée par les journaux scientifiques car personne n'est assez « courageux » pour en publier les résultats selon des chercheurs danois

Une étude à grande échelle au Danemark qui cherchait à déterminer si les masques aident à arrêter la propagation de la Covid-19 a été rejetée par plusieurs revues prestigieuses. Les auteurs ont laissé entendre que leurs conclusions ne convenaient pas au statu quo.
Masque mondial
© Inconnu
The Lancet, le New England Journal of Medicine et l'American Medical Association Journal ont tous refusé le document, ont rapporté les médias danois jeudi.
L'étude, qui a débuté fin avril, a impliqué 6 000 Danois, dont la moitié a été invitée à porter un masque à tout moment dans les lieux publics. L'autre moitié a été sélectionnée comme groupe de contrôle et a reçu l'instruction de ne pas se couvrir le visage. Au bout d'un mois, les participants ont été testés pour la Covid-19 ainsi que pour les anticorps contre le virus.

Les chercheurs de l'étude sont restés très discrets sur leurs conclusions, mais ils ont laissé tomber de nombreux indices qui suggèrent que c'est la conclusion de l'article, et non sa méthodologie, qui a conduit au rejet des revues.

Robot

Et ce n'est qu'un début : Amazon introduit le paiement sans contact avec la paume de la main

La paume à la place de la carte bancaire : Amazon a dévoilé mardi une technologie biométrique sans contact pour permettre aux clients de payer en magasin d'un simple mouvement de la main.
hyju
Ce service, intitulé Amazon One, sera dans un premier temps déployé dans deux des supérettes Amazon Go situées à Seattle, le siège de la compagnie.

Le groupe de Jeff Bezos compte ajouter la technologie à ses autres épiceries aux États-Unis (à Chicago, San Francisco et New York, en plus des autres points de vente à Seattle) et la vendre à des magasins tiers mais n'a pas annoncé de potentiel partenaire. La chaîne de supermarchés haut de gamme Whole Foods Market, rachetée en 2017 par Amazon, pourrait aussi se voir équipée de ce nouveau système de paiement à l'avenir.

Commentaire: On oublie de nous dire que ceci fera partie de la « nouvelle normalité », que l'idée de la « micro-chip » va apparaître comme étant fantastique et efficace, une nouvelle technologie sans laquelle nous ne pourrons pas survivre... Peu à peu, mais assez vite quand même. En fait trop vite. Pour que nous ne puissions pas réagir.

Une société entièrement contrôlée par l'intelligence artificielle et notre existence contrôlée par des machines ne sont donc plus du domaine de la science-fiction. Et ceci n'est qu'un début.


Magnet

Anxiété, dépression, suicide... Le cerveau humain ressent le champ magnétique terrestre et est sensible aux changements cycliques de son activité

Le champ magnétique dans lequel notre planète est enveloppé fait office de boussole pour la navigation ou l'orientation de certaines créatures. Les oiseaux migrateurs, les tortues de mer et certains types de bactéries sont comptés parmi les espèces équipées de ce système de navigation intégré. Mais qu'en est-il des êtres humains ?
Champ magnétique terrestre
© Shutterstock
Notre cerveau pourrait être capable de s'adapter au champ magnétique qui entoure notre planète et la protège du rayonnement solaire.
Selon une étude publiée en 2019 dans la revue eNeuro, les êtres humains peuvent également ressentir le champ magnétique de la Terre. Les résultats de l'étude fournissent la première preuve directe, à partir de scanners du cerveau, que les êtres humains en sont capables, probablement grâce à des particules magnétiques dispersées autour du cerveau.

La capacité à détecter le champ magnétique, appelée magnéto-réception, a été suggérée pour la première fois chez l'homme dans les années 1980. Mais les études menées ultérieurement sur le cerveau, à partir des années 1990, n'avaient pas permis de prouver cette capacité. Aujourd'hui, et grâce au développement de nouvelles techniques d'analyse des données, un groupe international de chercheurs a décidé de se pencher à nouveau sur la question.

En avril 2016 déjà, Joe Kirshvink — auteur principal de cette étude de 2019 et géophysicien à l'Institut de technologie de Californie à Pasadena — présentait les résultats de ses travaux au congrès du Royal Institute of Navigation, au Royaume-Uni, et affirmait que « les humains possèdent des magnéto-récepteurs fonctionnels ». L'équipe de chercheurs avait alors utilisé une cage de Faraday, plutôt qu'une chambre noire et silencieuse, comme dans l'étude de 2019. Cette découverte est également décrite dans la revue Science Magazine. Selon Joe Kirshvink, l'être humain possède bien un sixième sens, celui de ressentir le champ magnétique terrestre. Selon lui, la magnéto-réception pourrait bien constituer chez l'être humain le sens le plus fondamental.

Car Black

Pollution, travail des enfants, eau : la face sombre des batteries de voitures électriques

Nickel, mine
Les voitures électriques ne sont pas la panacée en matière environnementale. La fabrication de batteries nécessite de grandes quantités de nickel, de cobalt et de lithium. Or l'extraction de ces métaux n'est pas toujours très verte, ni très éthique.

Mais le conducteur qui a choisi de rouler électrique oublie parfois que pour remplacer l'or noir, il faut des quantités colossales de métaux dont l'extraction n'est pas toujours très verte ni éthique.

Tesla en quête de nickel

Le patron de Tesla Elon Musk a jeté un pavé dans la mare lors d'une conférence avec des analystes fin août en promettant un « contrat géant » à la société capable de lui fournir du nickel propre en quantité suffisante. Méconnu du grand public, le nickel est l'un des trois métaux stars des batteries aux côtés du lithium et du cobalt. Il augmente la puissance, donne de l'autonomie et permet de diminuer les quantités de cobalt, mais son extraction est loin d'être neutre.