Bienvenue à Sott.net
mar., 09 mar. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte


Satellite

C'est le quasar le plus lointain jamais découvert !

Les quasars sont des phares cosmiques qui nous permettent de sonder l'Univers observable à des milliards d'années-lumière et qui témoignent de son histoire primitive. Les astronomes chassent les plus anciens pour les étudier et percer les mystères de la croissance des galaxies. L'un des plus intéressants à ce jour a permis de battre un nouveau record.

quasar lointain
© Wonders of the Universe

Microscope 2

Des virus mortels se logent dans de nombreux laboratoires

virus mortel
Le docteur Fauci, celui qui promouvait l'hydroxychloroquine, durant les épisodes de grippes aviaire et porcine, la bannit maintenant. Sa John Hopkins Institute fut la première instance à prédire que la prochaine pandémie serait de type Sras, à difficulté respiratoire. Quelle coïncidence. À cet effet, on élaborait des modèles de propagation virale. Avec tous les budgets de recherches, les connaissances des membres de l'Organisation Mondiale de la Santé, et surtout, les milliers de laboratoires où l'on étudie les microorganismes, nous pouvons constater que cet argent sert à entretenir les fléaux puisque, depuis 1980, les pics épidémiques ont triplé. Depuis l'ultime décennie du XXe siècle, en moyenne, chaque année, une nouvelle infection nous prend en grippe. ¹

Bell

Il y a un demi-siècle, une théorie sur les rats prédisait l'effondrement de la civilisation humaine

Un éthologue américain a étudié il y a près de cinquante ans les effets apocalyptiques de la surpopulation chez des rats de laboratoire.
bghnmj
© Getty Images
Univers 25
Cette expérience très intéressante est à placer en parallèle de l'évolution de la société humaine.

Commentaire:




Battery

Contrôle numérique : comment les Big Tech se tournent vers l'alimentation et l'agriculture (et ce que cela signifie)

Les entreprises technologiques et les plateformes de distribution les plus importantes du monde, telles que Microsoft et Amazon, ont commencé à s'implanter dans le secteur alimentaire. Quelles sont les implications pour les petits agriculteurs et les systèmes alimentaires locaux ?

Cette évolution conduit à une intégration forte et puissante entre les entreprises qui fournissent des produits aux agriculteurs (pesticides, tracteurs, drones, etc.) et celles qui contrôlent les flux de données et ont accès aux consommateurs. Côté intrants, l'agro-industrie s'inscrit dans la tendance en amenant les agriculteurs à utiliser ses applications de téléphonie mobile pour leur fournir des données, sur la base desquelles elle peut apporter un « conseil » aux agriculteurs. Côté extrants, nous voyons les grandes plateformes électroniques investir pour faire leur entrée dans le secteur et prendre le contrôle de la distribution alimentaire.
mjkju
Ensemble, elles favorisent l'utilisation d'intrants chimiques et de machines coûteuses, ainsi que la production de matières premières destinée à des entreprises plutôt qu'à des marchés locaux. Elles encouragent la centralisation, la concentration et l'uniformité, et sont propices aux abus et à la monopolisation.

Microscope 1

On ne le répétera jamais assez : les innommables tests PCR sont peu fiables pour détecter une infection virale


Comment: « Arrêtez avec ces articles sur les tests PCR, on a compris ! », direz-vous peut-être. Certes, mais « en même temps » (désolé de faire du macronisme), c'est sur ces tests bidons que se fonde le gouvernement pour nous imposer des mesures liberticides et nous assigner à résidence. Alors répétons-le : médicalement (mais pas politiquement), les tests PCR ne servent à rien, ils ne détectent pas les infections actives au COVID.


test pcr
© DR
Selon différentes études et articles, les tests PCR n'ont pas été conçus pour suivre une épidémie et ne permettent de définir si une personne est contagieuse ou malade mais attestent juste de la présence d'un fragment d'ARN du virus SARS-CoV-2. Selon ces études il faudrait surtout utiliser ces tests pour les personnes avec des symptômes, ayant côtoyé des malades ou les personnes à risque afin de limiter les entrées aux urgences. Le suivi des cas positifs via des statistiques tel qu'il est réalisé actuellement ne semble pas utile pour analyser la dangerosité de l'épidémie et encore moins pour mettre en place des politiques de confinement...

Les médias et le gouvernement ne cessent de nous rabâcher les oreilles avec les fameux cas positifs détectés par les tests RT-PCR.

On a constaté une flambée de l'épidémie en France les jours avant le confinement or ces tests PCR ne sont pas un bon indicateur de la dangerosité réelle des cas positifs détectés.

2 + 2 = 4

Il existe au moins 10 variants du coronavirus et des centaines de mutations sont en circulation dans le monde, comme ça, pas de jaloux et tout le monde obéit...

Variants anglais, sud africain, brésilien, japonais... Après avoir utilisé tout le lexique de la virologie et de l'infectiologie, on en arrive à parler des variants comme dans les années 80 avec le VIH-2.
Réflection Arbre Eau
© Inconnu
Note de l'éditeur Sott.net : Marre des images de coronavirus, place à un peu de beauté naturelle...
Il n'y a pas qu'un seul coronavirus, il y en a des milliers, et chaque personne fait un Covid différent. Nextstrain répertorie tous les variants et mutations séquencés à travers le monde. Pour la période du 21 décembre 2020 au 21 janvier 2021, dix variants sont identifiés avec des centaines de mutations à travers le monde. On remarque sur cette carte que les variants sont grandement dépendants de zones géographiques distinctes. Comment, pourquoi ? Mystère...

variants et mutations Covid-19
© Nextstrain
Mais le nouveau variant anglais (séquencé pour la première fois en Angleterre), nourrit toutes les hypothèses et tous les paris, plus contagieux, plus dangereux ?

En regardant les séquençages pour la France sur la même période, on voit deux variants majoritaires, le 20B et le 20I/501Y.V1 (variant anglais, aussi appelé B.1.1.7 ou VOC 202012/01) :

Microscope 2

Bon timing avec Biden - L'OMS admet que les tests PCR à seuil de cycle élevé produisent des faux positifs pour le Covid-19

Les « complotistes » ont-ils eu raison du « faux plan de sauvetage » du COVID ?

Les « scientifiques » viennent-ils d'obtenir la confirmation que ce plan était finalement politique ?

La réponse courte à ces deux questions est OUI et OUI !

Au cours de ces derniers mois, nous avons décrit en détail la controverse entourant le COVID « casédémique » américain et les résultats trompeurs du test PCR.

Pour rappel, les « seuils de cycle » (Ct) sont le niveau auquel le test d'amplification en chaîne par polymérase (PCR), largement utilisé, peut détecter un échantillon du virus COVID-19. Plus le nombre de cycles est élevé, plus la charge virale de l'échantillon est faible ; plus les cycles sont faibles, plus le virus était répandu dans l'échantillon initial.

test pcr

Cult

L'effet « stupefix » ou le secret du « vaccin » Covid

Extrait de « Quels essais vaccinaux ? » de Iain Davis, 3 janvier 2021, depuis Off-Guardian :
[...] les protocoles de l'OMS utilisés par Pfizer pour produire l'ARNm [pour le « vaccin »] ne semblent pas identifier de séquences nucléotidiques uniques au virus du SRAS-CoV-2. Lorsque l'enquêteur Fran Leader a interrogé Pfizer, ils ont confirmé que : « Le modèle d'ADN ne provient pas directement d'un virus isolé provenant d'une personne infectée. »
Stupefix Voldemort
Et nous voilà de retour là où j'ai commencé, il y a quelques temps. Si le virus n'a pas été isolé, comment prétendre l'avoir séquencé ? Et s'il a été séquencé par HYPOTHÈSE et DÉDUCTION, comment peut-on prétendre que le séquençage — ou le virus — est réel ?

Réponse : En AFFIRMANT que le virus et son séquençage sont réels, sans en avoir aucune preuve. Parce que les populations croient sans se poser de question et de manière automatique tout ce qui leur est dit à partir du moment où c'est une « autorité scientifique » qui le DIT.

Un homme visite une vaste casse automobile à la recherche de pièces détachées. Au-dessus de la porte du bureau, il voit un panneau « Ferrari 365 GTB/4 Daytona Spider 1972 — Renseignez-vous à l'intérieur ».

SOTT Logo Media

Covid, vaccin, la généticienne Alexandra Henrion-Caude nous dit tout

Alexandra Henrion-Caude
En juillet dernier, la généticienne Alexandra Henrion-Caude a accordé une interview à TVLibertés particulièrement remarquée. En ce début d'année 2021, l'heure est à la mise à jour. Un an après le début de la crise du Covid, où en sommes-nous réellement ?

Alors que les médias multiplient les controverses avec des médecins en situation de conflit d'intérêts, le vrai débat scientifique a lieu loin des caméras. Alexandra Henrion-Caude revient pour TVLibertés sur les données dont on dispose à ce jour, sur les grands sujets qui occupent - et inquiètent souvent - les Français.


Commentaire: À lire aussi :


Bullseye

Les mesures de confinement n'empêchent pas les décès, la transmission ne se fait pas par contact, les masques n'apportent aucun bénéfice, les vaccins sont intrinsèquement dangereux

Les mesures sans précédent de confinement universel, de confinement institutionnel strict des maisons de soins, de masquage universel de la population, d'obsession hygiénique des surfaces et des mains et de déploiement accéléré des vaccins sont contraires à la science connue et aux récentes études de référence.
cccccc
Le gouvernement a fait preuve d'imprudence par action et de négligence par omission. Des mesures institutionnelles sont nécessaires depuis longtemps pour endiguer la corruption dans le domaine de la médecine et de la politique de santé publique.

Mise à jour des données scientifiques récentes concernant la politique COVID-19

Introduction - Pandémie iatrogène de panique

Le contexte politico-sanitaire est un contexte dans lequel, jusqu'en 2019, le consensus scientifique et politique passé en revue était que les mesures globales généralement et universellement appliquées en 2020 étaient (1) (2) :
  • non recommandées sans être justifiées par des preuves quantitatives suffisantes des circonstances épidémiologiques locales (juridictionnelles) (transmissibilité, gravité de la maladie, impact), et sans être mises en balance avec les préjudices économiques, sanitaires et sociaux locaux qui en résultent ;
  • pour de nombreuses mesures (recherche des contacts, mise en quarantaine des personnes exposées, contrôle des entrées et des sorties, fermeture des frontières), « non recommandé en aucune circonstance », quelle que soit la gravité de la maladie respiratoire virale pandémique (modérée, élevée ou extraordinaire).