Bienvenue à Sott.net
jeu., 23 nov. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte


Moon

Science décalée : on dort moins bien les nuits de Pleine Lune

La vieille croyance populaire aurait trouvé une vérification scientifique. De nombreux paramètres du sommeil seraient en effet perturbés les nuits de Pleine Lune. Des résultats inattendus pour les chercheurs suisses à l'origine de ce travail, puisque ce n'était pas leur but premier...
© Inconnu
On associe à la Pleine Lune des pouvoirs presque mystiques. En effet, de nombreuses croyances populaires font état d'événements bizarres lorsque l'astre de la nuit brille de tout son éclat. Sans aller jusqu'à parler des loups-garous, on dit souvent qu'il y a davantage de délits commis sous la pleine lueur de la Lune, qu'il y a plus de naissances ou que l'on dort moins bien. De nombreuses études sont venues invalider ces affirmations. Mais une nouvelle recherche, réalisée après une discussion dans un bar, pourrait bien confirmer l'influence du cycle lunaire sur notre sommeil.

Commentaire: Lire aussi :


Cassiopaea

La fusion de deux « petits » trous noirs permet une nouvelle détection d'ondes gravitationnelles

© SXS, the Simulating eXtreme Spacetimes (SXS) project
Capture d'écran d'une simulation de fusion de trous noirs.
Pour la cinquième fois, les chercheurs ont saisi les petits soubresauts de l'espace-temps qui nous traversent de temps à autre quand des événements extrêmement énergétiques surviennent dans l'univers. Il s'agit encore une fois d'une fusion de trous noirs.

Cela ne fait que deux ans que les chercheurs de la collaboration internationale LIGO-Virgo ont détecté les premières ondes gravitationnelles et l'on commence déjà à s'y habituer. Pour preuve, l'annonce mercredi d'une cinquième détection est passée relativement inaperçue (soumise à l'Astrophysical Journal Letters, prépubliée sur le site arXiv). Cette science, pourtant nouvelle et enthousiasmante, vient déjà de basculer dans une certaine forme de «banalité».

© LIGO/VIRGO
Les cinq fusions de trous noirs détectées à ce jour par ondes gravitationnelles, ainsi qu'un sixième signal putatif en pointillé qui n'a pas pu être confirmé. La 5e détection, GW170608, correspond aux trous noirs de plus faibles masses
Si la quatrième détection, annoncée il y a un mois exactement, avait suscité un engouement extraordinaire, c'est avant tout parce que l'événement qui avait secoué l'espace-temps était la fusion de deux étoiles à neutrons. Et cet événement avait produit un feu d'artifice de lumières, depuis les ondes radio jusqu'aux rayons gamma en passant par le spectre visible, fournissant aux astronomes du monde entier un cas d'étude unique en son genre. Une nouvelle fenêtre s'ouvrait pour eux sur l'univers.

Commentaire: Les ondes gravitationnelles semblent être un sujet vraiment important pour pouvoir comprendre comment l'univers est construit, la gravitation étant une brique de base du monde qui nous entoure.


Robot

Le robot humanoïde de Boston Dynamics sait maintenant faire un salto arrière

Le robot prénommé Atlas de Boston Dynamics, une société qui appartient à l'entreprise japonaise SoftBank Group, rivalise désormais avec les gymnastes.


Le robot Atlas.
Voici une nouvelle prouesse du robot Atlas de Boston Dynamics. L'entreprise américaine, qui appartenait à Alphabet, la maison mère de Google, et qui est désormais la propriété de la société japonaise SoftBank Group, a publié jeudi 16 novembre une vidéo de l'un de ses fameux robots autonomes dans laquelle on le voit sauter sur des blocs mais surtout réaliser un impressionnant salto arrière.


Présenté dans sa nouvelle version en février 2016, le robot Atlas est "conçu pour opérer à l'extérieur et dans des bâtiments", selon Boston Dynamics. L'humanoïde mesure environ 1,75 mètres et pèse 82 kilos. Dans les précédentes vidéos, on pouvait le voir marcher dans la neige, ramasser des cartons et les poser sur des étagères.

Galaxy

Astronomie : Une planète prometteuse découverte non loin de la Terre

© EPA / ESO
Vue d'artiste de l'exoplanète Ross 128 B.
C'est l'une des exoplanètes les plus proches de la Terre jamais découvertes. De plus, elle est d'une masse similaire à notre planète et pourrait abriter de l'eau liquide, selon l'annonce faite ce mercredi par l'ESO. Et peut-être de la vie...

A l'échelle de la galaxie, elle est une "voisine d'à côté" pour la Terre. Située à 11 années-lumière de notre système solaire, cette nouvelle planète à peine plus massive que la nôtre vient d'être identifiée. Une découverte réalisée grâce au spectographe HARPS monté sur le télescope de 3,6 m de l'ESO (European southern observatory) au Chili. De son nom Ross 128 B, elle tourne autour d'une étoile naine rouge en un peu moins de dix jours, précise le site du magazine Ciel & Espace. A une distance qui est 20 fois inférieure au rayon Soleil-Terre.

Se situe-t-elle dans la zone habitable de son étoile ? Si c'était le cas, il serait possible de penser que de l'eau liquide, vectrice de vie, coule à sa surface. Mais ses découvreurs n'en ont pas encore la certitude. Ils préfèrent indiquer qu'il s'agit d'une "planète tempérée" et non d'une "planète de la zone habitable".

Plus intéressante que Proxima b ?

Pills

Big Brother médical ? Le premier médicament mouchard va être mis en vente

© Getty
L'Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA) a autorisé la mise sur le marché du premier comprimé électronique, qui permet de savoir si un patient a bien pris son traitement et à quelle heure.

C'est une première et elle donne le vertige : la pilule qui vous traque et avertit votre médecin si vous l'avez prise ou non, va être mise en vente. L'Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA) a donné l'autorisation de mise sur le marché d'un comprimé électronique indiquant si le malade a bien avalé son médicament et renseignant sur l'heure de la prise. La FDA a tweeté le 14 novembre pour informer les consommateurs au sujet du «capteur qui effectue une traque digitale pour savoir si le patient a ingéré son médicament».
#FDAapproves pill with sensor that digitally tracks if patients have ingested their medication: https://t.co/vJCo4qym0N. pic.twitter.com/Ttc5WuGUuu

- FDA Drug Information (@FDA_Drug_Info) 14 novembre 2017
Une puce insérée dans la pilule émet un signal qui permet de déterminer l'heure et la date de la prise du médicament, selon un communiqué de la FDA publié le 13 novembre.

X

« L'Attaque des clones » est-elle inévitable?

En réponse à une lettre ouverte de 116 experts en robotique, le général britannique à la retraite Richard Barrons a déclaré que l'utilisation de robots tueurs dans les conflits serait « forcée d'advenir » malgré toutes les interdictions possibles. David Stupples, professeur de la City University de Londres, donne son avis à Sputnik à ce propos.
© Reuters
Arme autonome

Commentaire: Et ils tuent. Ils sont tout sauf un symbole de progrès, bien au contraire. Ils sont là pour contrôler, nous empêcher de vivre en paix, ils sont là, les drones, pour continuer la guerre, cette guerre éternelle dont raffolent les USA.


Dig

Un lionceau congelé depuis 50 000 ans retrouvé en Sibérie

La tête reposant sur sa patte, les restes d'un lionceau retrouvé congelé et parfaitement conservé en Sibérie ont été datés à près de 50 000 ans. L'incroyable découverte a d'ores et déjà suscité de nouvelles discussions sur le clonage de ces félins disparus.

© Capture video
Les restes remarquablement intacts ont été découverts par un résident local, Boris Berezhnov, sur l'une des rives de la rivière Tirekhtykh dans le district de Abyisky de Yakoutie, en Sibérie.

Robot

La conférence TED 2017 sur les robots de Boston Dynamics

Cet avenir de science-fiction où les robots peuvent faire ce que les gens et les animaux font est peut-être plus proche que vous ne le pensez. Marc Raibert, fondateur de Boston Dynamics, développe des robots avancés qui peuvent galoper comme un guépard, négocier 25 cm de neige, marcher sur deux jambes et même ouvrir des portes et livrer des paquets. Rejoignez Raibert pour une démonstration en direct de SpotMini, un robot agile qui cartographie l'espace autour de lui, manipule des objets, monte les escaliers - et pourrait bientôt vous aider dans la maison.


P.S. N'oubliez pas d'activer la traduction française.


Commentaire : Evidemment se pose la question de l'utilisation de cette technologie qui risque bien de ne pas être aussi altruiste que nous le vend Marc Raibert.


Black Cat

Ils se prennent pour Frankenstein : ils veulent réveiller les morts avec des cellules souches

Réveiller les morts, est-ce de la science-fiction ou un film d'horreur pour la soirée Halloween ? Non, il s'agit de l'objectif poursuivi par l'entreprise Bioquark avec son projet baptisé « ReAnima ». En juin dernier, nous décrivions le protocole que la société américaine souhaite mettre en œuvre pour redonner vie à des personnes en état de mort cérébrale. Le projet vise à restaurer une activité neuronale chez ces personnes en combinant plusieurs techniques : l'injection de cellules souches, la stimulation nerveuse et le laser.
© nobeastsofierce, Fotolia
Les cellules souches apparaissent de plus en plus comme une piste sérieuse pour traiter de nombreuses pathologies nerveuses : Alzheimer, Parkinson, lésions cérébrales... Alors pourquoi pas réparer le Fonction du cerveau des morts pour ramener ces derniers à la vie ? Cette idée, digne d'un scénario de film de science-fiction (ou d'horreur), est le projet fou porté par une société américaine basée à Philadelphie : Bioquark.

Nebula

Une planète « monstre » qui ne devrait pas exister a été découverte

© RAS/Twitter
Voici à quoi ressemblerait la géante gazeuse découverte à 600 années-lumière de la Terre.
D'une taille comparable à Jupiter, elle contredit le modèle largement accepté de formation planétaire.

Une planète « monstre », qui en théorie ne devrait pas exister, a été découverte en orbite autour d'une étoile naine peu lumineuse, au grand étonnement des astronomes.

Cette découverte contredit le modèle largement accepté de formation planétaire. Selon la théorie, les petites étoiles peuvent former des planètes rocheuses, « mais ne peuvent pas rassembler assez de matière pour former des planètes de la taille de Jupiter », selon un communiqué de la Royal Astronomical Society (RAS) à Londres publié mardi.
'Monster' Planet Discovery Challenges Formation Theory - RAS press release out today: https://t.co/rztQye8Sk8pic.twitter.com/gmGRulKilY

- RAS (@RoyalAstroSoc) October 31, 2017
Or le géant gazeux, surnommé la planète « monstre » du fait de son volume, fait à peu près la taille de Jupiter, la plus grosse planète du système solaire alors que l'étoile ne fait que la moitié du soleil.

Les planètes se forment à partir du nuage de poussières et de débris qui petit à petit s'agglomèrent pour former des planètes autour d'une nouvelle étoile.