Bienvenue à Sott.net
lun., 29 mai 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Science et Technologie
Carte


Snowflake

Les incroyables cristaux d'eau de Masaru Emoto

Cette page est consacrée au travail de chercheur japonais Masaru Emoto et ses belles photos de cristaux d'eau.

Masaru Emoto est né à Yokohama en juillet 1943. Il est diplômé du département Yokohama de l'Université Municipale des sciences et de la science humaine avec un focus sur les Relations Internationales. En 1986 il établit la Corporation IHM à Tokyo. En octobre 1992 il a reçu la certification de l'Université Internationale Ouverte comme Docteur de Médecine Parallèle. Par la suite il a été initié au concept de groupes microscopiques de l'eau dans les techniques d'Analyse par Ultra Son et Résonance Magnétique. La quête a donc commencé par la découverte du mystère de l'eau.

Il a entrepris des recherches étendues sur l'eau tout autour de la planète pas tant comme un chercheur scientifique mais plus d'un point de vue d'un penseur original. Au cours du temps il s'est rendu compte que c'était dans la forme des cristaux gelés que l'eau nous montrait sa vraie sa nature. Il a continué avec ces expérimentations et a écrit divers livres en japonais qui ont été bien reçus ainsi que le Message séminal de l'Eau publiée en bilingue. Il est marié à Kazuko Emoto qui partage sa passion et est à la tête de Kyoikusha, la branche d'édition de sa société. Ils ont trois enfants.

M. Emoto a pris des échantillons d'eau tout autour du monde, les a lentement gelés, et les a alors photographiés avec un microscope de champ sombre qui a la capacité de faire des photos. Comme chaque cristal d'eau est unique, autour de 90 photos sont prisent d'un même échantillon d'eau, et la photo du cristal d'eau qui représente la majorité sera choisie.

Les quelques images suivantes sont de cristaux d'eau d'échantillons différents. Généralement, l'eau saine et propre, crée des cristaux géométriques admirables, alors que l'eau polluée est trop malade pour former un quelconque cristal.

Japon - Yusui Moutain Spring

France - Fontaine à Lourdes

Zélande - Glacier du Mt Cook

Japon - Eau polluée de la rivière Yodo

Commentaire: Visiblement l'eau est quelque chose de spécial. Les expériences de Jacques Benveniste sur la « mémoire de l'eau » sont là pour en témoigner. L'expérience relatée concerne une rivière mais l'eau ne pourrait-elle pas également servir à nous soigner en la « programmant » de manière adéquate ?


Beaker

La preuve de l'ADN peut être fabriqué et mis sur des scènes de crimes

Les scientifiques peuvent faire des copies de votre ADN par PCR à partir de l'échantillon d'ADN qui se trouve dans la base de fichage d'ADN.
© Inconnu
La PCR permet de produire des millions de copies d'une séquence d'ADN dans un tube à essai en quelques heures, même avec une très petite quantité initiale d'ADN : Scientists Can Make Copies of a Gene through PCR - The Surprisingly Imperfect Science of DNA Testing.

Avec le fichage ADN généralisé de la population, il est donc possible de prendre un extrait d'ADN d'une personne au hasard, de la faire amplifier dans un tube à essai avec la méthode du PCR et la mettre sur la scène du crime. L'expert en ADN Dan Krane de Wright State University à Dayton, Ohio, qui a témoigné pour la défense, a spéculé que les pinceaux d'empreintes digitales des enquêteurs auraient pu transférer l'ADN de Brian sur l'enveloppe.

"Une personne qui portait simplement un vêtement qui avait essuyé le cou de quelqu'un d'autre pouvait transférer l'ADN de cette personne sur un objet qu'il n'a jamais touché, selon une étude publiée plus tôt cette année dans le International Journal of Legal Médicine" : When DNA Implicates the Innocent.

Les scientifiques montrent aussi que la preuve par l'ADN peut être fabriquée :
"Les scientifiques d'Israël ont démontré qu'il est possible de fabriquer des preuves d'ADN, ce qui nuit à la crédibilité de ce qui a été considéré comme l'étalon-preuve-or dans les affaires criminelles."

Les scientifiques ont fabriqué des échantillons de sang et de salive contenant de l'ADN d'une personne autre que le donneur du sang et de la salive. Ils ont également montré que s'ils avaient accès à un profil d'ADN dans une base de données, ils pourraient construire un échantillon d'ADN pour correspondre à ce profil sans avoir obtenu de tissu de cette personne.
"Vous pouvez simplement créer une scène de crime", a déclaré Dan Frumkin, auteur principal du document, qui a été publié en ligne par la revue Forensic Science International: Genetics.

Microscope 1

Un anticorps peut aider à tuer les cellules cancéreuses

Des chercheurs américains ont découvert par hasard qu'un anticorps, développé à l'origine pour étudier la sclérose en plaques (SEP), pouvait favoriser la capacité du système immunitaire à lutter contre le cancer et diminuer la croissance tumorale.

© Stephan Savoia
Un anticorps contre le cancer
Une équipe de chercheurs et médecins aux États-Unis a découvert qu'un anticorps avait diminué la croissance de la tumeur dans les modèles de mélanome (cancer de la peau), de glioblastome (cancer du cerveau) et de carcinome colorectal, ce qui en fait un candidat attrayant pour l'immunothérapie contre le cancer, lit-on dans une étude publiée dans la revue Science Immunology.

Control Panel

Se dirige-t-on vers la création d'un ADN synthétique humain ?

Dans le cadre d'un événement baptisé Genome Project-Write qui se tiendra les 9 et 10 mai prochains à New York, près de 200 chercheurs de premier plan en génétique et en bio-ingénierie se réuniront pour discuter des prochaines échéances à venir concernant la création d'un ADN synthétique humain.

© iStock
La manipulation des éléments fondamentaux de la vie est l'un des plus grands débats éthiques de la science. Lancé en 1990 et achevé en 2003, le Human Genome Project (HGP) a déjà permis de décoder le premier génome humain, mais les chercheurs ne le comprennent pas complètement. Ce projet-ci est donc considéré comme la prochaine étape logique selon les chercheurs qui partent aujourd'hui à la pêche aux financements dans le but de produire de l'ADN végétal synthétique, animal et finalement humain. Pour ce faire, les chercheurs ont besoin de cent millions de dollars, et d'après la chaîne CNBC, le projet pourrait être mené à bien dans les cinq prochaines années.

Les chercheurs impliqués dans cet ambitieux projet se disent « impatients de pouvoir communiquer sur cette collaboration ouverte et internationale pour approfondir notre compréhension de la science du génome », comme l'assure Nancy J. Kelley, coordinatrice du projet. Ce dernier avait pourtant suscité une vive controverse lors d'une première « rencontre » organisée il y a un an qui n'avait concerné qu'un groupe restreint d'experts invités uniquement à tenir des pourparlers à huis clos. Cette année, les chercheurs veulent donc encourager le public à s'intéresser au sujet et à s'immiscer dans le débat. « Lorsque nous touchons à l'humain, tout le monde a une opinion et veut que sa voix soit entendue. Nous voulons entendre ce que les gens ont à dire », explique le généticien et biochimiste Jef Boeke, du NYU Langone Medical Center. Selon lui, incorporer de l'ADN synthétique dans des cellules mammifères (dont humaines) serait être possible dans quatre ou cinq ans.

Commentaire: L'homme sera-t-il un jour capable de créer des êtres vivants, éventuellement d'autres corps humains, artificiellement ?


Cassiopaea

Jean-Pierre Petit nous parle anti-matière et contrôle de la science


Jean-Pierre Petit

JANUS 13 Mon modèle Janus


Commentaire: Vu les conséquences qu'auraient, notamment sur notre compréhension du temps, les idées de Jean-Pierre Petit si elles étaient démontrées, il n'est pas étonnant qu'il soit ostracisé.


Sun

Science en délire : géo-ingénierie solaire pour bientôt ?


Comment: Et oui, ce n'est pas une blague : dans l'esprit de certains scientifiques, il faut que l'être humain puisse arriver à contrôler les différentes énergies solaires qui arrivent sur la Terre pour lutter contre le réchauffement climatique... Inconscience maladive, ignorance crasse, arrogance téméraire, trouble mental ? Un peu des quatre, n'en doutons pas. Ce n'est malgré tout pas totalement surprenant : par delà les idées et les motivations que les êtres humains considèrent entièrement comme les leurs, on peut imaginer que certaines forces à l'oeuvre dans notre monde tireraient avantages à voir la lumière de notre Soleil, source de vie, entièrement contrôlée. Si une telle chose était possible.

Bien sûr, concernant le mythe du réchauffement climatique : Quand à la propagande médiatique qui fait de notre merveilleux Soleil notre pire ennemi...


Mr Burns cache le soleil...
D'ici 2022, les chercheurs de Harvard prévoient de disperser de petites quantités de deux matériaux dans la stratosphère dans l'espoir de répliquer les effets atmosphériques rafraîchissants d'une éruption volcanique d'envergure.

Une équipe de scientifiques américains sont prêts à procéder à des injections par aérosols dans la stratosphère (jusqu'à 20 km d'altitude = 12.4 miles) afin de valider la faisabilité technique d'une méthode permettant de résoudre le problème du réchauffement climatique. L'objectif est de simuler en toute sécurité les effets atmosphériques rafraîchissants d'une éruption volcanique de grande ampleur. Le projet de 20 millions de dollars porté par la Harvard University est le plus grand programme de géo-ingénierie jamais imaginé, et il sera lancé dans les prochaines semaines (début avril 2017).

Les scientifiques porteurs du projet visent à réaliser deux dispersions à petite échelle d'ici 2022. La première dispersera de l'eau dans la stratosphère, et la seconde dispersera des particules de carbonate de calcium. Dans le futur, des tests pourraient inclure également l'émission, dans l'atmosphère supérieure, d'oxyde d'aluminium ou peut-être même d'un élément plus exotique : des diamants.

Brain

Flicage informatique et connecté : Facebook veut lire à l'intérieur du cerveau, sans un mot ni un écrit

Plusieurs dizaines de spécialistes de l'intelligence artificielle travaillent pour Facebook sur un projet qui permettra de lire la pensée dans notre cerveau, sans passer par le mot, parlé ou écrit. L'industrie informatique a pour objectif le flicage connecté et la maîtrise de l'humanité.

J'ignore si c'est possible. J'ai fait mathélem comme tout le monde mais depuis, j'ai préféré lire Closer. Je ne suis donc pas capable de démêler la part du rêve (cauchemar) de celle de l'anticipation dans les projets faramineux que lancent réseaux sociaux et géants de l'informatique pour, sous couleur d'aider l'homme, le surveiller et le transformer. Je ne saurais donc évaluer la faisabilité du nouveau projet de Facebook, pas plus que les perspectives transhumanistes de la fondation Google.

Facebook utilise l'intelligence artificielle pour lire la parole dans le cerveau
Il est facile de constater en revanche que quelques entreprises parties hier de rien ont acquis aujourd'hui un poids gigantesque et ambitionnent de gouverner l'humanité demain. Il serait intéressant de savoir qui, et ce qui meut les dirigeants de Google et Facebook.

Alarm Clock

Etre du soir ou du matin serait codé dans votre génome

La recherche génétique a montré que la plupart des gens sont des « lève-tôt », mais pas moins de 10% de la population mondiale est constituée de « marmottes », et ce n'est pas une propriété de caractère, mais une caractéristique du génome.

Si vous vous couchez tard et avez du mal à vous lever le matin, il se pourrait que votre horloge interne soit génétiquement programmée pour fonctionner lentement, estiment des chercheurs américains et turcs. L'article correspondant sur la prédisposition génétique des « marmottes » et des « lève-tôt » a été publié dans l'une des principales revues scientifiques Cell.

Les chercheurs ont découvert une mutation dans un gène appelé CRY1 qui modifie l'horloge circadienne humaine. Selon l'article, certaines personnes ont des rythmes circadiens qui régissent le sommeil et le réveil, décalés de 2-2,5 heures et si on ne les respecte pas, on s'expose au diabète et à la dépression.
« Les porteurs de cette mutation sont en perpétuel décalage et passent leur vie à essayer de rattraper leur manque de sommeil », explique l'un des auteurs de cet article, Alina Patke, de l'Université Rockefeller.
Il a été démontré statistiquement et de façon fiable que les personnes ayant une mutation du gène CRY1 sont plus actives dans la soirée et la nuit, travaillent efficacement pendant la nuit, mais ils se lèvent beaucoup plus tard.

Telescope

Encelade et son océan qui possède « presque tous les ingrédients » propices à la vie


Commentaire : Enfin, ça y est : nous savons qu'il y a plein d'endroits qui sont « propices à la vie » ; les chercheurs sont « confiants » et « optimistes ». On peut enfin espérer avoir l'espoir d'envisager la possibilité que la vie se serait éventuellement et potentiellement développées ailleurs, dans notre système solaire, sous certaines imaginables et probables conditions. Mais pas sous n'importe quelle forme, faut pas exagérer : les microbes, et rien d'autre. Les maux de tête qu'occasionnent les anomalies martiennes suggérant que la planète a déjà été occupé c'est largement suffisant, il vaut mieux se concentrer sur ce que l'on ne peut pas voir. La Nasa conserve malgré tout notre sympathie : elle est un excellent photographe.


© Nasa
La Nasa a découvert des traces d'hydrogène sur Encelade, une lune de Jupiter
La NASA annonce la découverte d'hydrogène sur Encelade, qui réunirait ainsi "presque tous les ingrédients nécessaires à un environnement habitable".

La Nasa avait entretenu le mystère en annonçant des "découvertes sur les mondes océaniques extraterrestres". Dans une conférence de presse qui s'est tenue ce jeudi, elle a finalement annoncé la détection d'hydrogène dans un panache de vapeur émanant de fissures dans l'épaisse couche de glace d'Encelade, une lune de Saturne, qui ne peut s'expliquer que par des réactions hydrothermales propices à la présence de la vie. Des découvertes permises par le travail de la sonde Cassini.

Sherlock

Le monstre du Loch Storr existe : c'est un ichtyosaure

Interrogé par le Daily Mail début avril 2017, le biologiste Neil Gemmell, de l'université d'Otago (Nouvelle-Zélande), explique son projet d'analyser l'eau du loch Ness pour y découvrir les éventuelles traces d'ADN d'un animal inconnu... ou pour en démontrer l'absence.

© Inconnu
Ichthyosaurus
Ce n'est pas la première fois que des scientifiques étudient un hôte mystérieux de l'un de ces longs lacs d'Écosse. L'an dernier, des paléontologues écossais analysaient le squelette complet d'un ichtyosaure fossile, le monstre du loch Storr...