Bienvenue à Sott.net
sam., 05 déc. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Volcans


SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Octobre 2020 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Des records de chutes de neige précoces, un froid exceptionnel, des grêlons d'une taille énorme, des incendies de forêt dévastateurs, des inondations mortelles, des sécheresses, de puissantes éruptions volcaniques, des tremblements de terre, des boules de feu météoriques incroyables... et sans citer tous les événements, ce mois d'octobre les a tous réunis.
Résumé SOTT octobre 2020
© Sott.net
Dire que ce mois-ci fut le plus extrême de 2020, et même des années précédentes, ne serait pas exagéré. Nous conseillons à chacun de prêter attention à ces événements et de se préparer en conséquence.

Ce fut le mois d'octobre le plus froid jamais enregistré pour les États-Unis, avec de nombreux records de chutes de neige précoces battus dans le monde entier. Elles ont recouvert les États américains depuis le Montana jusqu'au Nouveau-Mexique, et certaines régions de l'Ouest et du Midwest des États-Unis ont pulvérisé des records de froid.

Lyman dans le Wyoming a battu tous les records avec -35° C ; Potomac dans le Montana a atteint -33,9° C ; et Boise dans l'Idaho a enregistré -13° C, battant ainsi le vieux record de -8° C établi en 1878... et nous n'en sommes qu'au deuxième mois de l'automne.

Le passage d'une puissante tempête verglaçante a engendré un véritable « carnage pour les arbres » à Oklahoma City. La végétation a été détruite et les lignes électriques se sont effondrées, privant d'électricité jusqu'à 300 000 personnes.

La Colombie-Britannique et le Canada ont été en proie à des chutes de neige telles qu'elles ont battu un record vieux de 120 ans, tandis que 80 % de la Russie s'est retrouvée à des degrés divers nappée de blanc.

Sortez vos lainages d'hiver, car si ces tendances se poursuivent, cet hiver pourrait bien être spectaculaire !

Curieusement, et peut-être pour la première fois dans les chroniques historiques, l'océan arctique n'avait pas commencé à geler comme il le fait habituellement en octobre et la saison glaciaire du Groenland s'est arrêtée un mois plus tôt. Pour autant, cette situation ne relève pas d'un « réchauffement climatique », mais plutôt de la modification des courants océaniques et de l'augmentation de l'activité volcanique, deux symptômes du minimum solaire en cours.

La presse institutionnelle tente de focaliser l'attention sur certains « points chauds » du globe ou de normaliser ce qui semble être le début d'une mini ère glaciaire, tandis que les « mondialistes » planifient une « réinitialisation » économique, politique et sociale, sous prétexte de lutter contre le Covid.

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Septembre 2020 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Un hiver prolongé, des inondations généralisées, des incendies de forêt dévastateurs, des cultures endommagées, des tempêtes tropicales « zombies » [qui redeviennent tempêtes tropicales après avoir été déclassées en système de basse pression post-tropicale comme Paulette, par exemple - NdT], et des ouragans records se sont précipités sur le mois de septembre.
Résumé SOTT septembre 2020
© Sott.net
Les exceptionnelles pluies de mousson ont continué à battre des records, affectant des millions de personnes à travers l'Asie du Sud et de l'Est. Le mois de septembre offrait auparavant un temps clair, les risques de pluie étaient moindres et les températures plus agréables... mais c'est dorénavant tout le contraire qui se produit : nous assistons à de fortes inondations, à un froid inhabituel et à des chutes de neige hors saison.

La tempête subtropicale Alpha, qui s'est abattue sur la côte portugaise et sur certaines régions de l'Espagne, a été le premier événement de ce type à être enregistré depuis le début des relevés météorologiques. Des plages entières ont été dévastées par la montée rapide du niveau de la mer, les zones côtières ont été fortement inondées et des vents allant jusqu'à 100 km/h ont été enregistrés dans certaines régions intérieures.

Plus de cent personnes ont été secourues et cinq cent mille habitants se sont retrouvés sans électricité lorsque l'ouragan Sally a entraîné la chute des lignes électriques dans certaines parties de la Floride et de l'Alabama. Les compagnies d'assurance ont estimé le coût des dommages dans la région de la côte du Golfe entre un et trois milliards de dollars. Et tandis que ce secteur se remettait à peine de Sally, la tempête tropicale Beta provoquait des inondations soudaines sur les côtes du Texas, de la Louisiane et du Mississippi.

Si l'ouragan Delta devait frapper la côte américaine du Golfe du Mexique [ce qu'il a depuis fait - NdT], cette saison des ouragans battrait le record du plus grand nombre de systèmes nommés à toucher les États-Unis en une seule année, surpassant la saison historique de 2005, qui en comptait sept.

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Août 2020 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Plus de cent mille personnes ont dû évacuer leur domicile californien en raison des incendies qui ont brûlé plus de six cent mille hectares. Les incendies se sont en peu de temps concentrés sur la baie de San Francisco et ont été causés par des « orages de foudre sèche » d'une intensité inhabituelle — un événement qui représente environ 11 pour cent de toute l'activité annuelle moyenne de la foudre dans tout l'État...
Résumé Sott Août 2020
© Sott.net
Non, il ne s'agit pas d'un « réchauffement climatique anthropique », comme le prétendent les médias, ni d'un « climat modifié par les élites », comme le prétendent certains médias alternatifs. Le climat mondial est en train de « s'effondrer », en partie parce que l'atmosphère même de la planète change.

Les conditions météorologiques extrêmes n'ont fait qu'aggraver l'exode des Californiens au cours de la dernière décennie. Environ cinq millions d'entre eux ont quitté l'État pour une perte nette de population de plus d'un million de personnes. L'État du Colorado a également été frappé le mois dernier par le plus grand incendie de son histoire. L'incendie de Pine Gulch a brûlé 57 000 hectares entraînant la perte partielle voir totale de pâturage pour le bétail qui suscite des inquiétudes à long terme pour les éleveurs.

En Algérie, plus de mille deux cents incendies ont dévoré près de 9 000 hectares de forêts. Le pays d'Afrique du Nord a ces dernières années connu des incendies de forêt plus fréquents, mais les causes en restent floues. Négligence ? Trafic de charbon ? Augmentation des impacts de foudre ? Qui sait, mais le fait est qu'il se passe là aussi quelque chose d'inhabituel.

Des précipitations diluviennes, qui se traduisent généralement par de fortes inondations, des glissements de terrain et des averses d'énormes grêlons ont continué en ce mois d'août à détruire des maisons, des infrastructures de base et des cultures dans le monde entier, et ont lourdement affecté la vie de dizaines de millions de personnes. Rien qu'en Asie du Sud, on estime que près de dix-huit millions d'entre elles ont subi les conséquences d'inondations records dues à la mousson. Près de sept cents personnes sont mortes et des milliers ont été déplacées. La Chine, le Bangladesh et l'Inde continuent d'être les plus touchés.

Depuis plus de deux mois, la Corée du Sud a inhabituellement été frappée par des pluies diluviennes, marquant la plus longue et la pire saison de mousson jamais enregistrée dans le pays. Tout récemment [le 7 septembre], le typhon le plus puissant de l'année a balayé la péninsule coréenne, si bien que le déluge ne devrait pas s'atténuer de sitôt.

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Juillet 2020 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Alors que le minimum solaire se renforce, tous les phénomènes électriques augmentent en quantité et en intensité, et le globe terrestre a enregistré un autre mois de quantités records de précipitations qui se sont déversées un peu partout, et qui ont affecté des millions de personnes et détruit des récoltes dans le monde entier.
Résumé SOTT juillet 2020
© Sott.net
L'est de l'Asie semble avoir connu le pire, avec des pluies de mousson extrêmes et les inondations subséquentes qui ont provoqué la mort de centaines de personnes en Chine, au Japon, en Corée du Sud, au Népal, au Bangladesh et en Inde.

La Chine continue de lutter contre les pires inondations depuis des décennies. Le niveau d'eau de 433 rivières est supérieur à la ligne de démarcation des inondations, et 33 d'entre elles ont atteint des niveaux records. Des pluies diluviennes ont frappé 27 des 31 provinces du pays, et ont affecté plus de 37 millions de personnes et entraîné jusqu'à présent la mort ou la disparition de 141 personnes.
east asia
La Corée du Sud continue de subir la mousson la plus humide de son histoire récente, au moins 15 personnes sont mortes et plus de 1 500 autres ont été évacuées. Environ 1 300 maisons auraient été submergées ou enterrées lors de glissements de terrain dans tout le pays, et 1 000 routes et ponts ont été détruits ou endommagés.

Des pluies torrentielles et des inondations ont depuis le mois de mai continué de ravager l'Assam, en Inde, entraînant la mort de plus de 100 personnes, affectant 2 à 3 millions de personnes dans 27 districts et détruisant des récoltes. Plus de 2 400 villages ont été submergés.

Au Yémen, et après deux semaines de pluies abondantes, des inondations soudaines ont emporté des maisons, des fermes, des routes, des lignes électriques et des conduites d'eau. Au moins 14 personnes sont mortes et des milliers d'autres se sont retrouvées sans abri.

Megaphone

Le volcan, situé au nord de Sumatra, s'est réveillé, en recouvrant de cendres des villages entiers

Le mont Sinabung, culminant à 2 745 m, s'était endormi pendant 400 ans, avant de se réveiller régulièrement depuis 2010. Dont deux fois, rien que ces trois derniers jours.
bghyu

Le mont Sinabung
Comme le rapporte l'agence de presse AP, ce volcan indonésien, considéré comme l'un des 120 actifs à ce jour dans le pays et situé au nord de l'île de Sumatra, a craché ce lundi d'impressionnantes colonnes de fumée et de cendres atteignant jusqu'à 5000 m de hauteur.

Ces dernières ont recouvert presque intégralement d'une couche grisâtre les villages les plus proches, leur donnant des airs de théâtre de fin du monde. Aucune victime n'a été signalée.

Les autorités, qui ont protégé les alentours du mont Sinabung depuis samedi, ont demandé aux habitants les plus proches de ne pas approcher la zone du cratère à moins de deux kilomètres, en insistant sur les dangers que la lave pourrait bien provoquer, s'ils se trouvaient à proximité.

Fireball 5

Le Krakatoa et la Grande Comète de 1882 — Exploration dans le véritable mécanisme du « changement climatique »

En mai 1883, le capitaine à bord du navire allemand Elizabeth observa des cendres qui s'échappaient au-dessus de Krakatoa, une île du détroit de Sunda entre Java et Sumatra en Indonésie. Dans les semaines suivantes, d'autres navires rapportèrent avoir entendu le tonnerre et vu des nuages incandescents. Les habitants de l'île signalèrent également des tremblements de terre, alors que de petites éruptions volcaniques grondaient sur l'île.
Eruption of Perbuatan volcano on Krakatoa Island, 26 August 1883.
© Dea Picture Library/De Agostini/Getty Images
Éruption du Perbuatan, le volcan situé sur l'île de Krakatoa, le 26 août 1883
Ils ne savaient pas qu'il s'agissait des premiers signes de ce qui allait devenir l'une des plus grandes éruptions volcaniques de l'histoire. Le Krakatoa est entré en éruption le dimanche 26 août 1883, envoyant dans l'atmosphère des poussières volcaniques jusqu'à 24 kilomètres de hauteur. Le jour suivant, le 27 août, deux énormes explosions étaient entendues jusqu'en Australie, la dernière éruption ayant détruit les deux tiers de l'île et déclenché un puissant tsunami qui balaya des villages entiers et fut ressenti à travers l'océan Indien jusqu'en Afrique du Sud. On estime à trente six mille le nombre de morts dans cette catastrophe naturelle.

L'éruption eut également un impact marqué sur le climat mondial en projetant dans la stratosphère une très grande quantité de dioxyde de soufre (SO2), laquelle provoqua une augmentation globalisée de la concentration d'acide sulfurique. La couverture nuageuse s'en est trouvée accrue, entraînant une réduction du rayonnement solaire et une baisse des températures mondiales d'au moins 0,4 °C l'année suivante. Comme les câbles télégraphiques sous-marins étaient déjà en service, les nouvelles de l'éruption furent rapidement relayées à travers le monde et ont fait, dès le 28 août, la Une des journaux à New York, Londres et Paris.

Les événements climatiques majeurs impriment de façon caractéristique des signatures chimiques ou des signaux qui sont mémorisés notamment au sein des carottes de glace. Plus précisément, les éruptions volcaniques sont associées à des pics d'aérosols de sulfate. En examinant les données des carottes de glace au moment de l'éruption, il est possible de vérifier ces signatures laissées par le volcan. Le Krakatoa se trouve près de l'équateur, nous devrions donc nous attendre à des signaux forts dans les relevés effectués à la fois au Groenland et en Antarctique. En 2015, une étude menée par Michael Sigl a établi un lien — d'un degré très précis — entre les compositions ioniques des carottes de glace des deux pôles et les éruptions volcaniques historiques notables.

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Mai 2020 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Alors que le Soleil entre dans une période de « confinement », la Terre se recharge et réagit en conséquence. Cette fois, même la science dominante a déclaré que ce minimum solaire pourrait provoquer un temps glacial, la famine, une augmentation des tremblements de terre et des éruptions volcaniques catastrophiques... et les derniers changements terrestres le montrent.
Résumé SOTT Mai 2020
© Sott.net
Mais la diminution de l'activité solaire n'est pas le seul aspect à souligner, puisque le Soleil a déclenché le 29 mai la plus grande éruption depuis 2017. Un phénomène qui peut se révéler particulièrement dangereux pour les satellites et autres dispositifs technologiques si notre magnétosphère continue de s'affaiblir.

Curieusement, les protestations et les émeutes autour de George Floyd ont coïncidé avec cette éruption solaire... s'agit-il d'une connexion entre l'humain et le cosmique ?

Certaines parties de l'hémisphère nord ont renoué avec l'hiver... à un mois de l'été, tandis que les premiers records de neige et de froid ont été battus dans l'hémisphère sud alors que l'hiver n'a pas encore « officiellement » commencé.

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Avril 2020 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Avril 2020 nous a apporté quelques surprises glaciales liées aux changements climatiques, en passant par des chutes de neige en quantité record pour la saison dans certaines parties des États-Unis et de l'Europe, jusqu'à de la grêle en Asie et au Moyen-Orient.
Résumé Sott avril 2020
© Sott.net
Un système météorologique arctique a plongé le Canada, le Midwest, le Nord-Est et le Sud des États-Unis dans le froid, entraînant des pannes de courant au Manitoba et dans le Maine qui ont privé des centaines de milliers de personnes d'électricité. Des records de chute de neige ont été battus dans le Colorado avec 76 cm de cumul, dans le Dakota du Sud avec 38 cm et dans l'Iowa avec 28 cm.

La neige est également tombée à Douchanbé, au Tadjikistan, pour la première fois depuis 26 ans... et au printemps !

La production alimentaire mondiale n'a pas seulement été perturbée par la pandémie qui tue l'économie, un froid et un gel intenses ont également détruit des récoltes en Europe et aux États-Unis.

La grêle a également fait des ravages partout dans le monde ce mois-ci, et a entraîné la mort de cinq personnes, ravagé les récoltes et endommagé six mille maisons au Vietnam. Les tempêtes de grêle ont également laissé quatre mille personnes sans abri à Tripura en Inde, et ont recouvert d'un manteau épais les sols de certaines parties de l'Arabie Saoudite, de l'Iran et de la Chine... lequel en fondant a provoqué des inondations.

Ice Cube

Le soleil entre dans un minimum solaire : temps glacial, famines et tremblements de terre en prévision

clouds sun
© Getty Images
Le soleil est entré lui aussi dans une période de "confinement", qui pourrait provoquer un temps glacial et des famines.

Notre soleil s'est confiné, ce qui pourrait provoquer un temps glacial, des tremblements de terre et la famine, selon les scientifiques.

Le soleil est actuellement dans une période de "minimum solaire", ce qui signifie que l'activité à sa surface a chuté de façon spectaculaire.

Les experts pensent que nous sommes sur le point d'entrer dans la période de "déclin" solaire la plus profonde jamais enregistrée, car les taches solaires ont pratiquement disparu.

L'astronome Dr Tony Phillips a déclaré : "Le minimum solaire est en cours et il est important."

"Le nombre de taches solaires suggère que c'est l'un des plus importants du siècle dernier. Le champ magnétique du soleil est devenu faible, permettant à des rayons cosmiques additionnels de pénétrer dans le système solaire."

"L'excès de rayons cosmiques pose un risque pour la santé des astronautes et des voyageurs à bord des avions passants par les régions polaires, affecte l'électrochimie de la haute atmosphère terrestre et peut contribuer à déclencher la foudre."

Les scientifiques de la NASA craignent qu'il ne s'agisse d'une répétition du minimum Dalton, qui s'est produit entre 1790 et 1830 - entraînant des périodes de froid intense, de perte de récoltes, de famine et de puissantes éruptions volcaniques.

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Mars 2020 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et boules de feu

Alors que la « pandémie » de coronavirus attire toute l'attention, la Nature nous invite à nous pencher ce mois-ci sur plusieurs phénomènes météorologiques extrêmes préoccupants.
Résumé SOTT mars 2020
© Sott.net
Un cocktail de fortes précipitations pluvieuses, d'inondations et de glissements de terrain, de froid et de chutes de neige hors saison, a causé une dévastation généralisée dans le monde entier.

Le printemps ? Quel printemps ? Des chutes de neige hors saison ont recouvert certaines régions d'Europe, dont l'Italie et la Suède - un événement peu pratique pour notre chère Greta et ses précepteurs. Les États-Unis ont connu leur lot de températures froides et de neige dans l'Ouest et le Midwest, et même les sommets hawaïens ont été recouverts d'un manteau blanc.

Certaines régions du Moyen-Orient et de l'Asie du Sud ont également été touchées par des températures glaciales. Lahaul, en Inde, a été frappée par 80 centimètres de nouvelle neige !