Bienvenue à Sott.net
sam., 15 juin 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte


Books

La bibliomanie ou la syllogomanie des livres

La bibliomanie est un trouble obsessionnel compulsif qui consiste à accumuler des livres jusqu'à en altérer ses relations sociales et sa santé, une passion qui se transforme en addiction. Le terme en lui-même apparaît au cours du XVIIIe siècle et sera popularisé notamment grâce à Giacomo, le héros d'une nouvelle de Gustave Flaubert publiée en 1837.
livres
© Inconnu
Êtes-vous un bibliomane ?
Il faut savoir que cette accumulation n'est pas liée au plaisir de la lecture comme pour un bibliophile, ni pour l'amour du livre en tant qu'objet porteur d'un sens particulier. Le bibliomane ne va pas lire les ouvrages qu'il accumule, il ne le fait pas dans le sens de l'utilisation première d'un livre. Il ne va pas non plus les archiver, les classer dans des bibliothèques. Son seul but est d'acheter, de conserver, de posséder toujours plus de livres. Il peut aller jusqu'à se procurer le même manuscrit ou la même collection / édition d'un ouvrage une multitude de fois. Dans la bibliomanie seule l'accumulation compte.

2 + 2 = 4

L'intelligence du ventre

Digérer une émotion qui nous est restée sur l'estomac, écouter son instinct viscéral et faire confiance à ses tripes... tant d'expressions populaires qui pourraient s'avérer ne pas être que des métaphores. Enquête au cœur de notre ventre où un deuxième cerveau serait doté de capacités véritablement surprenantes.

belly
Tout le monde le sait, nous avons un cerveau dans la tête - bien que parfois c'est à se demander s'il est bien là. Logé à l'abri de la boîte crânienne, il est souvent considéré comme étant l'organe le plus précieux que nous ayons. Son rôle serait alors de centraliser, par le biais d'un large réseau neuronal, les informations majeures de l'organisme pour en gérer toutes les fonctions vitales. Mais ce système nerveux central est-il réellement tout-puissant ?

La science a récemment découvert que nous avons d'autres cerveaux dans le corps. Voilà qui est plutôt inattendu. Déjà, une nébuleuse neuronale incroyablement performante, composée de plus de 40 000 neurones, est localisée au niveau de notre cœur, comme nous le décrit l'article « Le cœur, notre maître émotionnel » (Inexploré n°21). Mais de surcroît, un autre complexe, riche au grand minimum de 100 millions de neurones, fait office au creux de nos intestins. Nous avons donc aussi un cerveau dans le ventre, et pas des moindres. C'est étonnant. A quoi sert-il ? Cela veut-il dire que nous avons d'autres sortes d'intelligences ? L'heure semble être en tout cas à la délocalisation car il ne serait même pas évident, dans certains cas, de savoir quel cerveau possède un ascendant sur quel autre.

Pills

Le laboratoire Pfizer aurait un puissant remède contre Alzheimer... mais a préféré le garder secret

Le géant de l'industrie pharmaceutique, le laboratoire Pfizer, a développé depuis longtemps déjà un puissant anti-inflammatoire, l'Enbrel. Des chercheurs du laboratoire ont découvert que ce produit réduirait de 64 % le développement de la maladie d'Alzheimer. Un chiffre considérable qui pourrait guérir des millions de malades dans le monde.
Pfizer
Or Pfizer a abandonné les recherches sur ce médicament et conserve secrètes toutes les données des études qui ont été menées sur ses effets. Le Washington Post révèle que cette décision de Pfizer serait fondée sur des motifs financiers : l'Enbrel est en fin de vie et passera dans la gamme des génériques prochainement. Un médicament qui ne représenterait donc pour le laboratoire aucun intérêt économique. Les médecins et les malades d'Alzheimer voient cela d'un autre œil.

Dans son édition du 5 juin, le Washington Post révèle cette affaire qui semble bien symptomatique du fossé qui existe entre intérêt financier et intérêt général dans le monde des géants de l'industrie pharmaceutique. Une équipe de chercheurs de Pfizer aurait, en 2015, fait une découverte surprenante : Enbrel, un puissant anti-inflammatoire mis sur le marché par le laboratoire américain depuis une vingtaine d'années aurait des effets insoupçonnés sur la maladie d'Alzheimer. Il réduirait de 64 % le risque de développer cette maladie terrible. Un résultat sans commune mesure avec ceux habituellement enregistrés par tous les traitements recherchés pour combattre cette pathologie dégénérative.

Pills

Les rivières de la planète se noient sous les antibiotiques

Tamise

La Tamise
D'après une étude britannique de grande ampleur, c'est plus de 14 antibiotiques qui ont été retrouvés dans les rivières de 72 pays différents. À certains endroits, la concentration de ces derniers dépasse plus de 300 fois le taux de « sécurité » approuvé. Explications.

Une étude de grande ampleur

Au total, ce ne sont pas moins de 711 sites, à travers 72 pays et six continents qui ont été analysés par les chercheurs. L'étude a été menée par les scientifiques de l'Université de York, au Royaume-Uni. Ils se sont intéressés à la concentration des antibiotiques dans certaines rivières du monde, qui serait susceptible de grandement dépasser le taux acceptable. À l'occasion d'un congrès qui se tenait à Helsinki, en Finlande, ils ont exposé leurs résultats accablants.

Hearts

Un chemin vers la connaissance de la maladie et des symptômes

La santé est notre bien le plus précieux. Toutefois, il semble erroné aujourd'hui de ne s'en remettre qu'à la grande majorité des professionnels de la médecine dite allopathique qui sont en partie financés depuis leurs études mêmes par Big Pharma pour nous vendre les réponses/solutions chimiques propres à nous rendre malades si toutefois nous étions en bonne santé. Parmi ces professionnels de la santé, ceux qui disent non à cette manne financière - inhérente à la corruption qui règne en maître dans nos sociétés - ne représentent qu'une infime partie de l'ensemble des acteurs de ce secteur économique. Car c'est de cela dont il s'agit, une médecine dogmatique et toute puissante faite d'économie, de finance, de rendement et de contrôle. L'approche allopathique de la médecine a toutefois l'avantage d'être capable de mesurer une « réaction physique » - que ce soit dans une prise de sang, une échographie ou une IRM - mais parce que cette approche reste très incomplète dans les explications et les solutions qui en découlent habituellement et qu'elle nous enferme dans un seul segment de réponses possibles - la chimie et/ou la chirurgie -, un nombre sans cesse croissant d'individus se tournent vers d'autres types de thérapies ; parfois en complément, parfois exclusivement.
A path to the health, illustration
© Organic Health Alliance
La médecine allopathique se fait au détriment de la compréhension du malade, de la maladie et de ses symptômes - et donc au détriment d'une compréhension holistique qui tient compte de la « globalité de l'être humain », de ses pensées, de ses émotions, voire de son mental et de sa spiritualité, ou encore de ses histoires transgénérationnelles.

La médecine holistique - à savoir l'ensemble des médecines dites « douces », « traditionnelles » ou encore « non conventionnelles » comme l'acupuncture, l'ostéopathie, la phytothérapie, la naturopathie, la phagothérapie, l'homéopathie, la chiropractie, la psychothérapie, l'orthothérapie, etc. - permet d'englober le malade, sa maladie (mal-a-dit) et ses maux (mots) dans une approche métaphysique qui a pour but de re-connaître ce qui l'anime consciemment ET inconsciemment. Cette ouverture à d'autres types de thérapie ouvre la voie à une réappropriation du soi à travers une recherche et une compréhension du « symbolisme » du ou des symptômes de la maladie. Qu'est-ce que le mal dit ? Quel sens cache ce symptôme ?

Le symbolisme est la clé de lecture de ce sens caché qui permet de décoder les symptômes de la maladie et des malaises. C'est tout un champ de compréhension entre l'incarné et le désincarné qui s'ouvre à nous, et le chemin vers la santé s'exerce souvent à travers la mise en œuvre simultanée de plusieurs « types de médecine ».

La médecine allopathique dite « officielle » est hautement technologique et fait l'objet de nombreuses critiques ; « on lui reproche, entre autres, son manque d'humanité, l'explosion des coûts mais surtout de produire des effets secondaires et de remplacer un symptôme par un autre.[1] ».

Puisque la médecine allopathique échoue à véritablement nous guérir, il nous faut acquérir par nous-mêmes - avec l'aide de professionnels de santé pratiquant une médecine « alternative » - la connaissance des différents aspects, sens et clés de lecture dans le but de comprendre les symptômes qui nous affectent à travers la maladie. Nous partageons avec vous quelques-unes de ces clés de lecture à travers une petite plongée dans l'introduction de l'ouvrage de Thorwald Dethlefsen et du Dr Rüdiger Dahlke, Un chemin vers la santé - Sens caché de la maladie et de ses différents symptômes.

Bonne lecture.

*************************
« Ce livre risque de déranger car il démontre que la maladie est pour les êtres humains un alibi leur permettant de fuir les problèmes qu'ils ne parviennent pas à résoudre. »*

« Nous vivons à une époque où la médecine présente continuellement aux yeux étonnés du profane des moyens et des techniques nouveaux qui font reculer les frontières du possible. Parallèlement, s'élèvent de plus en plus de voix formulant une méfiance à l'égard de cette médecine contemporaine quasi toute puissante. [...]

Rose

Huiles essentielles : pour la maison aussi !

Les huiles essentielles cumulent de nombreux avantages, faisant se joindre l'utile et l'agréable. En effet, si elles sont très efficaces dans le domaine de l'asepsie, elles embaument littéralement l'atmosphère. Vous allez pouvoir vérifier que leur bonne odeur se démarque vraiment d'un parfum de synthèse.
huile
© Inconnu
Quel produit d'entretien classique pourrait rivaliser ? Une fragrance naturelle est facilement reconnaissable pour sa délicatesse, sa profondeur et son harmonie complexe. Exactement comme en pâtisserie, où les connaisseurs voient tout de suite la différence de goût lorsqu'on intègre des ingrédients de base de haute qualité dans les recettes.

Blackbox

Très étrange : intoxication des collégiens à Hasparren : « un syndrome collectif inexpliqué » selon la préfecture

Les analyses n'ont rien donné et aucun dénominateur commun n'a, pour l'heure, été identifié entre les collégiens victimes de malaises vendredi 17 mai au trinquet Darmendrail.
intox
© E. ST. G.
L'origine des malaises qui ont frappé une cinquantaine de collégiens, vendredi 17 mai dans l'après-midi à Hasparren, reste inexpliquée. Aucun nouveau cas n'a été signalé depuis vendredi, alors que les 13 adolescents qui avaient été évacués vers le centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne, en sont ressortis dès vendredi soir. Tous étaient de retour dans leur collège respectif, lundi matin, selon le communiqué de la préfecture reçu lundi 20 mai à 20 heures.

Durant le week-end, les gendarmes ont effectué de nouveaux prélèvements et d'autres tests au trinquet Darmendrail, mais le bâtiment semble hors de cause. L'hypothèse du monoxyde de carbone avait été écartée, dès vendredi, par les premiers relevés effectués par les sapeurs-pompiers.

Commentaire: Lire aussi :


Bullseye

Quand les agences INCa et Santé Publique France rédigent une brochure publicitaire trompeuse sur Gardasil

Appliquons le principe de précaution. C'est maintenant qu'il faut considérer les chiffres inquiétants publiés ( des faits avérés et vérifiables par chacun sur les registres officiels disponibles sur internet ) pour modifier les recommandations actuelles et conduire des études indépendantes de l'industrie pour élucider ce résultat paradoxal. Tout au long de leur plaidoyer pour le vaccin, les auteurs de la brochure accusent, à juste titre, les vaccinations tardives d'être responsables d'une augmentation du risque de cancer.
garda
© Inconnu
Curieusement ils évitent de mettre en garde contre ces vaccinations de rattrapage et au contraire continuent de conseiller l'élargissement de la vaccination ( vaccination de rattrapage autorisée jusqu'à 45 ans ! par la FDA ).

Commentaire: Lire aussi :


Bandaid

Une femme reprend conscience après 27 ans de coma

Après 27 ans de coma, une habitante des Émirats qui avait subi une lésion cérébrale traumatique en 1991 lors d'un accident de la route, a complètement repris conscience dans un hôpital en Allemagne, a indiqué The National (Abou Dhabi). De retour dans sa patrie, elle devra suivre un traitement pour rétablir ses capacités musculaires.
coma
© Khushnum Bhandari for The National
Munira Abdulla
Munira Abdulla, avait été victime d'une lésion cérébrale lors d'un accident de la route. Sa voiture avait été percutée par un bus scolaire à proximité de la ville d'Al-Aïn en 1991. Elle avait sauvé son fils Omar en faisant rempart de son corps. Le garçon n'avait été que légèrement blessé.

Health

Un médecin de Montréal réussit à faire repousser 7 cm d'os

Réjean Desjardins
Un homme de Brossard dont la jambe a éclaté lors d'un accident de chasse a été sauvé de l'amputation par un médecin de Montréal qui a réussi à faire repousser sept centimètres d'os.

Jamais Réjean Desjardins n'aurait cru que l'os de sa jambe blessée repousserait douloureusement d'un millimètre par jour pendant trois mois. Sauvé in extremis de l'amputation, l'homme de 73 ans se considère comme un miraculé grâce à l'expertise de son chirurgien maîtrisant une rare technique appelée Ilizarov.

Accident bête

« Quand je suis tombé et que je voyais la blessure, le sang qui coulait... J'étais sûr que je n'allais pas m'en sortir », confie-t-il au Journal. Marié depuis 45 ans, M. Desjardins est père de quatre enfants et grand-père de six petit-enfants. Il a les larmes aux yeux quand il repense à ce qu'il a traversé.

Le septuagénaire chassait l'orignal en Abitibi en octobre 2017 avec son frère. Quand celui-ci s'est penché pour dégager un sentier en forêt, la carabine qu'il portait en bandoulière s'est vraisemblablement accrochée dans une branche, tirant une balle sur la cheville de Réjean Desjardins.