Bienvenue à Sott.net
mar., 11 mai 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Santé et Bien-être
Carte


Syringe

Effets Indésirables en Europe sur les Vaccins Covid-19 Pfizer, Moderna et AstraZeneca

Analyse des effets indésirables des vaccins Covid-19 réalisée entre le 1 janvier et le 6 avril 2021 à partir du site officiel lié à la commission Européenne ADReports.eu. Il en ressort :
  • une proportion d'effets graves très élevés liés aux vaccins Covid-19 comparé au vaccin classique de la grippe (virus inactivé) sur l'année 2020
  • une proportion de morts soudaines très inquiétante par sa valeur et par le fait que ces morts soudaines en moins de 24h post-vaccination touchent l'ensemble des classes d'âge.
vaxx

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Rose

Entretenir son corps et son esprit pour garder un équilibre entre les deux

Redevenir maître de son temps et le consacrer à des activités bien-être
lire lecture livre
« Mens sana in corpore sano » l'expression fait son grand retour tant la santé psychique va de pair avec l'entretien de la forme physique.

Les vicissitudes de la vie quotidienne nous font parfois oublier notre bien-être. Le mode de vie contemporain, les tentations et ce que l'on fait machinalement nous font négliger des activités génératrices d'un meilleur équilibre tant physique que mental.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Heart - Black

Covid et obésité : on en parle ?

On n'est plus obèse, aujourd'hui, mais « en situation d'obésité ». La périphrase est moins lourde à porter que le mot, sans doute. Il ne faut pas stigmatiser, pas ajouter la douleur morale à la douleur physique.
obésité
Dans l'air du temps, le surpoids et l'obésité semblent devenus des maladies qui s'attrapent. Pas contagieuses, pourtant, quoique... Cela touche, aujourd'hui, des familles entières.

Il aura ainsi fallu que le gouvernement décide d'ouvrir la vaccination aux personnes « en situation d'obésité » de 18 à 49 ans pour qu'on se décide enfin à énoncer cette vérité que certains, jusqu'ici, susurraient à peine : quand ils ne sont pas très âgés, les morts du Covid-19 sont très majoritairement obèses.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Clipboard

18 raisons pour lesquelles je ne me ferai pas vacciner contre le Covid

Quelques amis m'ont demandé mon avis sur le(s) « vaccin(s) » anti-Covid, alors j'ai pensé qu'il était temps d'écrire un article sur le sujet. Ils n'avaient pas tous pris connaissance de la plupart des détails que j'ai déjà partagés, j'ai donc pensé que vous pourriez apprécier de lire une partie de ce que je leur ai dit. Sachant à quel point ce sujet est controversé, une partie de moi préférerait écrire sur autre chose, mais j'ai l'impression que la discussion/les nouvelles sont tellement unilatérales que je dois m'exprimer. Comme je m'efforce toujours de le faire, je promets de faire de mon mieux pour être raisonnable et en aucun cas hystérique.
vaccin Covid
© Inconnu
Je ne suis pas ici pour me battre avec qui que ce soit, mais simplement pour vous faire part de ce que j'ai lu, de mes questions persistantes et vous expliquer pourquoi je n'arrive pas à donner un sens à ces « vaccins » anti-Covid.

Trois règles de base pour la discussion


Si vous souhaitez vous engager sur ce sujet avec moi, excellent. Voici les règles...

Je suis plus qu'heureux de correspondre avec vous si...
  1. vous êtes respectueux et me traitez de la manière dont vous souhaiteriez être traité ;
  2. vous posez des questions sincères et réfléchies sur ce qui a du sens pour vous ;
  3. vous faites valoir vos arguments en utilisant une logique solide et ne vous cachez pas derrière des liens ou le mot « science ».
Si vous répondez et que vous enfreignez l'une de ces règles, vos commentaires seront ignorés/supprimés.

Ceci étant dit, laissez-moi vous dire une chose... Je ne sais pas tout, mais jusqu'à présent, personne n'a été en mesure de répondre aux objections ci-dessous.

Voici donc les raisons pour lesquelles je choisis de ne pas recevoir un de ces « vaccins » anti-Covid.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Attention

Professeur Didier Raoult : « Il y a 70% d'effets secondaires avec le vaccin Pfizer. On avait jamais vu ça avec un vaccin »

Le Professeur Didier Raoult, Directeur de l'IHU Méditerranée Infection, analyse les dernières études portant sur la vaccination contre le Covid. Selon lui, le vaccin est loin d'avoir fait ses preuves pour empêcher la circulation du virus.

raoult
Quelles sont les dernières données que l'on peut observer concernant la vaccination ?

Nous commençons à avoir des données. Il y a un travail très intéressant qui est paru et qui analyse d'une manière très honnête, en Angleterre, l'efficacité du vaccin AstraZeneca contre le mutant anglais, qui est celui qui circule le plus et qui représente chez nous 85 à 90 % des cas. Cette étude montre que le vaccin AstraZeneca fonctionne moins bien que ce que l'on pouvait imaginer.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Attention

Alerte ! Les vaccins à adénovirus vivants autres que l'AstraZeneca sont également dangereux !

Les jours passent et nos doutes et soupçons concernant les vaccins contenant les adénovirus vivants bricolés (humains ou de singe) se confirment : ils sont dangereux.
vaccin covid19
Nos soupçons ont été confirmés à propos du vaccin AstraZeneca bien que tout soit fait pour dissimuler la réalité des choses.

Nous ne voyons [on nous laisse voir] que le sommet de l'iceberg, c'est-à-dire les complications thrombotiques les plus tragiques (cérébrales et/ou mortelles).

En fait, c'est classique en médecine, il y a sans doute d'autres complications thrombotiques (infarctus, AVC, phlébite, et embolie pulmonaire) moins sévères qui sont attribuées à d'autres causes ou enregistrées comme des coïncidences par rapport à la vaccination anti-COVID.

Car s'il y a un mécanisme thrombotique en jeu, il y a obligatoirement une gradation avec des formes très sévères (celles qui ont donné l'alerte) mais aussi des formes moins sévères ou plus banales et enfin celles qui seront visibles cliniquement avec un certain retard.

En effet, un thrombus peut obstruer brutalement et totalement une artère ; mais il peut aussi s'incruster dans la paroi de l'artère et donner naissance à une plaque d'athérosclérose qui ensuite vivra sa vie de façon autonome.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Pills

Vers un traitement de la maladie de Huntington ?

Des chercheurs français ont trouvé une molécule capable de protéger les neurones contre la maladie de Huntington et de diminuer les symptômes chez des souris malades... D'où l'espoir d'un médicament contre cette maladie neurodégénérative héréditaire chez l'homme.

maladie de huntington
© Frédéric Saudou
Dans un neurone du striatum, la protéine huntingtine mutante (en rouge), qui provoque la maladie de Huntington, s’accumule dans le noyau (en bleu) pour former un agrégat composé de huntingtine et d’autres protéines (en jaune).
La maladie de Huntington était autrefois appelée « chorée de Huntington », car les premières descriptions des symptômes des patients correspondaient à des mouvements incontrôlés ressemblant à une danse (khoreia, en grec, que l'on retrouve dans « chorégraphie »). Mais les sujets, chez qui les premiers signes de la maladie apparaissent entre 30 et 50 ans, souffrent aussi de troubles psychiatriques et cognitifs, notamment de symptômes anxiodépressifs, le tout s'aggravant avec le temps et aboutissant au décès en moins de vingt ans... Or aucun traitement curatif n'existe. Pour l'instant en tout cas ! Car des chercheurs de l'université Grenoble-Alpes, du CHU Grenoble-Alpes et de l'Inserm viennent peut-être de mettre le doigt sur un médicament potentiel, la molécule ML384, avec laquelle ils lancent aujourd'hui des essais précliniques chez l'animal afin d'évaluer sa sécurité et sa dose efficace.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Syringe

Les décès après avoir reçu le vaccin Pfizer sont-ils plus nombreux que ceux après avoir reçu le vaccin AstraZeneca ?

Une étude de l'Institut Tony Blair, évoque un taux de mortalité plus élevé au Royaume-Uni après l'injection du produit de Pfizer que celui d'AstraZeneca selon les concepteurs du vaccin russe Spoutnik V contre la Covid. Dans cette étude du Tony Blair Institute for Global Challenge, il est constaté : "qu'au Royaume-Uni, Pfizer a plus que doublé le nombre de décès et d'infections par la COVID-19 signalés pour 100 000 doses de vaccin par rapport à AstraZeneca. 0,26 contre 0,1 pour les décès, 4,07 contre 1,49 pour les infections à la COVID-19".

pfizer
Si on en croit les dernières données de l'ANSM en date du 16 avril (celles du 23 avril concernant le vaccin AstraZeneca n'ont pas encore été mises en ligne contrairement aux rapports pour les 2 autres vaccins: Pfizer et Moderna), il y a eu au total depuis le début de la vaccination en France depuis le 27.12.20 (données de l'ANSM du 16.04.21) :
  • 9 889 000 injections Pfizer avec 408 décès ;
  • 994 000 injections Moderna avec 7 décès ;
  • 2 725 089 injections AstraZeneca avec 65 décès.
Soit un total de 480 décès rapportés en post-vaccination (respectivement 408 décès "toutes causes" après vaccin Pfizer ; 7 "morts subites" après vaccin Moderna et 65 "décès" après vaccin AstraZeneca) selon le rapport de synthèse du 16.04.21 de l'ANSM portant sur la semaine du 2.04 au 8.04.21.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Syringe

Bientôt 10 000 morts et 2 millions d'effets secondaires susceptibles d'être liés aux « vaccins » contre la Covid-19

Le premier tableau ci-dessous recense le nombre « d'effets indésirables susceptibles d'être liés à l'utilisation » des « vaccins » Moderna, Pfizer et Astra Zeneca dans l'Union européenne, mis à jour le 24 avril 2021 (www.adrreports.eu/fr/search_subst.html#).
vaccin
© Wilfried Ponheky de Pixabay
Les critères de classement sont ceux du site officiel européen European Medicines Agency / EudraVigilance. Tout ce qui suit peut être vérifié en suivant les indications détaillées données dans mon précédent article : https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/les-vaccins-contre-la-covid-19-232177.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


2 + 2 = 4

Une étude d'un médecin de Stanford confirme l'inutilité et la nocivité du port du masque...mais les gouvernements ne sont pas prêts de l'abandonner

Dans le grand cortège halluciné et macabre des décisions qui nous ont été imposées, on trouve donc un singulier inventaire à la Prévert de mesures parfaitement inutiles, nocives et sans la moindre validité scientifique.

masque
© Pixabay
Avec cette pointe évidemment : comment les autorités politiques et sanitaires, avec le concours et même la complicité active des médias de grand chemin, sont-elles parvenues à faire gober à la population que ces mesures étaient nécessaires, efficaces et protectrices alors qu'elles sont l'inverse de tout cela ?!

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :