Bienvenue à Sott.net
mer., 11 déc. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Pestes


Biohazard

Los Angeles : peste bubonique et déliquescence d'une ville où les rats pullulent

La ville de Los Angeles s'enfonce rapidement dans un cloaque de décomposition et de maladie. Avec la peste bubonique maintenant probablement présente parmi les habitants, la ville et l'État de Californie sont sur le point de devenir un paysage infernal à peine digne du tiers-monde. Certains disent que c'est déjà arrivé...
Invasion de rats
© Inconnu
Tucker Carlson recevait l'historien Victor Davis Hanson dans son émission la semaine dernière, où ce dernier a déclaré que la Californie est sur le point de devenir le premier État du Tiers Monde du pays. Depuis l'hôtel de ville de Los Angeles transformé en cloaque infestée de rats jusqu'aux ordures jetées illégalement qui jonchent les rues, tout indique l'état de décrépitude que les démocrates ont laissé derrière eux après avoir été au pouvoir. Même les postes de police de la ville sont remplis de rats et, selon le journal Townhall, l'un d'eux s'est même vu condamné à 5 000 dollars d'amende pour les déplorables conditions sanitaires qui y règnent ayant entraîné une fièvre typhoïde chez un agent. La décadence californienne a atteint un point tel qu'il est possible que la peste bubonique (une des trois formes de la peste noire) soit maintenant présente dans la ville.

Commentaire: Si le lien existe entre la maladie/les symptômes et les déséquilibres de la psyché (voir Gabor Maté, Peter A. Levine, Thorwald Dethlefsen), et s'il existe un lien entre les changements terrestres et la connexion anthropocosmique, que nous disent les épidémies/pandémies sur l'état psychique du monde et de l'humanité ?

Pour aller plus loin :
La peste noire qui a décimé l'Europe au milieu du 14e siècle n'aurait pas été le meurtrier aveugle qui tuait sans discernement, comme on le pensait jusqu'à présent.

L'analyse de 490 squelettes de victimes de la peste noire montre que l'infection n'affectait pas tout le monde de façon égale, ont annoncé des scientifiques.

Les anthropologues Sharon DeWitte, de l'Université d'Albany à New York et James Wood de l'Université de Pennsylnanie ont déclaré que si beaucoup de personnes parfaitement saines ont été tuées par le fléau, ce sont les personnes à la santé fragile qui étaient touchées en priorité. [...] Et la cause de la mort des victimes était tout autant la sous-alimentation qui a affaibli leurs défenses immunitaires.

~ Source : La peste noire ne tuait pas sans discernement
« Il y a réellement des données suffisantes présentées dans le livre de Baillie pour soutenir la théorie que la Peste Noire était due à un impact par des débris de comète - similaires aux impacts sur Jupiter par les fragments de la comète Shoemaker-Levy en 1994. Quant à savoir comment ces morts sont survenues exactement, il y a nombre de possibilités : tremblements de terre, inondations (tsunamis), pluies de feu, produits chimiques libérés par les explosions à haute énergie dans l'atmosphère, y compris cyanure d'ammonium et d'hydrogène, et peut-être même des agents pathogènes nés de la comète. Si cela est arrivé aussi souvent que Baillie le suggère, cela peut arriver à nouveau. Et si, comme nous le suspectons, la Terre est inscrite pour un bombardement dans un avenir pas trop éloigné, il semble qu'il y a plus de façons de mourir dans un tel événement que d'être seulement frappé par un fragment de comète. »

~ Source : Nouvelle lumière sur la Peste Noire : la connexion cosmique
« Il existe aussi une preuve scientifique plausible que quelques-unes parmi les nombreuses catastrophes et épidémies (y compris les relativement récentes) infligées à notre planète et à ses habitants furent le résultat du passage de comètes porteuses de maladies, qui se sont approchées et/ou ont impacté la Terre. »

~ Source : Comètes, épidémies, tabac et origine de la vie sur Terre
« Dans un rapport commissionné par l'US Air Force, l'astronome britannique Victor Clube, auteur de The Cosmic Serpent et d'Hiver Cosmique, a succinctement résumé la doctrine fondamentale de la géopolitique :
« Nous n'avons pas besoin de la menace céleste pour dissimuler les intentions de la Guerre Froide, nous avons plutôt besoin de la Guerre Froide pour dissimuler les intentions célestes ! »
Non, Clube ne faisait pas référence à des extraterrestres ou à des vaisseaux spatiaux ; la « menace céleste » à laquelle il fait référence apparaît dans les cieux de la Terre lors des époques de tumultes et de bouleversement social qui sont liées à un sérieux déséquilibre dans l'évolution humaine. Elle induit aussi toutes sortes d'effets environnementaux bizarres, dont les moindres sont ces étranges sons du ciel et autres phénomènes électromagnétiques qui gagnent aussi en fréquence et en intensité. Inonder internet de désinformation à propos des chemtrails en a convaincu certains que les gouvernements peuvent maîtriser les forces les plus puissantes de la Nature. Pour les autres, il y a toujours le croquemitaine « terroriste » et le réchauffement planétaire dû à l'homme pour leur rappeler pourquoi ils ont besoin de Big Brother. »

~ Source : Le Règne du feu : météorites, feux de forêt, chaos planétaire et sixième extinction
Voir aussi les articles suivants :


Whistle

Ebola : la psychose gagne l'Est de la RDC, en proie au virus

Dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), où l'épidémie Ebola a déjà franchi le cap des 1.818 cas confirmés pour 1.277 décès, un climat d'insécurité et de méfiance de la population à l'égard du personnel soignant s'est installé. Dernier incident en date, un agent de l'équipe de riposte contre l'épidémie d'Ebola a été tué dans le soulèvement samedi 25 mai d'une partie des habitants d'un village de l'Est de la RDC, où un centre de santé a aussi été pillé, selon un bulletin du ministère de la Santé, dont Sputnik a obtenu une copie.
Ebola
© SPUTNIK . IGOR ZAREMBO
« Une partie de la population du village de Vusahiro, dans la zone de santé de Mabalako ( Nord-Kivu, Est ), s'est soulevée et a attaqué l'équipe locale de la riposte contre Ebola », renseigne le bulletin du ministère congolais de la Santé.

Cloud Lightning

Résumé SOTT des changements terrestres - Mai 2017 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et météorites

résumé sott mai 2017
Au cas où vous ne l'auriez pas encore remarqué, l'environnement de notre planète semble refléter les niveaux extrêmes de chaos et de violence qui se jouent au niveau humain. En mai, des inondations massives (et souvent sans précédent) ont encore une fois causé des dévastations partout sur la planète.

Des chutes de neige extrêmement tardives tant aux États-Unis qu'en Europe ou en Chine ont causé de sérieux problèmes pour les gens et la nourriture sur laquelle ils comptent, tout comme des tempêtes de grêlons lourdes et nuisibles.

Tornades, feux de forêt, trombes marines, tourbillons, tempêtes de poussière, éruptions volcaniques, activité animale étrange, et bien plus encore, ont fait de ce mois de mai un mois extrêmement alarmant sur la planète Terre.

Cloud Precipitation

Résumé SOTT - Septembre 2015 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et météorites


Commentaire : Veuillez noter qu'en raison du chaos climatique et planétaire qui augmente au fil des mois, nous ne pouvons montrer qu'une sélection limitée de la totalité de ces événements. N'oubliez pas de prendre en compte le fait que ces phénomènes
« localisés » se produisent simultanément sur toute la planète de multiples fois. L'ampleur de la destruction et l'impact sur la vie des gens en devient alors à peu près inimaginable.


Image
Peu importe la saison ou le climat « normal », actuellement, les véhicules, les maisons et les gens sont régulièrement emportés par des déluges, dans le monde entier. Oubliez « la pluviométrie moyenne d'un mois tombée en quelques heures » - le mois dernier, la pluviométrie moyenne de DEUX MOIS est tombée en un jour et transforma des parties du sud du Japon en mers intérieures. Aux États-Unis, l'état de l'Utah a connu sa pire crue soudaine jamais enregistrée, et toute la côte Est a été trempée jusque sous 30 cm de pluie. Ce mois-ci, nous avons aussi des extraits vidéos de déluges en Espagne, France, Italie, Grèce, Turquie, Norvège, Thaïlande, Taïwan, Chine, Sierra Leone et Nouvelle-Zélande.

Extinguisher

« Neige » de mousse toxique dans les rues de Bangalore, en Inde

Des petits rigolos se sont amusés à vider le contenu de leur extincteur dans les rues de Bangalore ? Ça y ressemble, mais la réalité est malheureusement bien différente. Cette ville du sud de l'Inde est régulièrement recouverte depuis quelques mois par une mousse toxique, venue d'un lac voisin, rapporte la BBC, qui en publie plusieurs images. En mai dernier, le lac de Bellandur avait même pris feu, une combustion due à la présence de phosphore et de pétrole dans les eaux.
Bangalore Pollution_1
© Debasish Ghosh
La mousse s'élève tellement qu'elle envahit les quartiers au tour du lac.

Commentaire : S'agit-il vraiment d'un problème de pollution, ou de la libération de certaines substances toxiques émises par la Terre, comme pour beaucoup d'autres changements terrestres récents ? La quantité de mousse, et le fait que les autorités ne soient pas en mesure de décrire en détail le contenu de cette substance, pourrait indiquer une cause naturelle. Dans une version plus complète de cet article (en anglais), nous retrouvons des images assez impressionnantes :


Commentaire: Apparemment, ce lac émet cette "mousse" depuis longtemps, mais cette année, elle a pris une tournure "surnaturelle" : elle est plus dense, et plus malodorante. Elle a même pris feu !

Voici l'aspect qu'elle avait en avril dernier :


Et la voici en mai :


La plupart des gens supposent qu'il s'agit d'eaux usées non traitées et versées dans le lac, faute d'une gestion appropriée dans cette ville en pleine croissance. En 2011, nous voyions une mort massive de poissons dans un lac à proximité. Un autre rapport publié sur The Hindu attribue l'odeur sulfurique d'"œufs pourris" à une libération de méthane.

Bien que le méthane soit en effet un sous-produit des eaux usées, d'habitude, les eaux usées non traitées ne libèrent pas de telles quantités de "mousse ardente". Étant donné le grand nombre de libérations de méthane répertoriées à travers le monde ces dix dernières années, on se pose naturellement la question de savoir si ce phénomène n'est pas le résultat de —ou bien n'est pas amplifié par— une libération de méthane jaillissant d'en bas, en rapport direct ou indirect avec l'activité sismique.

Après tout, si des fuites de méthane peuvent surgir sur un terrain de golf dans l'Ontario, et si des poches de méthane sont capables de sortir à la surface et d'exploser, en laissant des cratères/trous incroyables en Sibérie, tout est possible sur cette planète en plein bouleversement.


Ambulance

Le modèle de la guerre contre le terrorisme sera-t-il le modèle de gestion de la crise de l'Ebola ?

Traduction SLT

Image
Karen J. Greenberg revient dans cet article publié dans TomDispatch.com sur les tentations du gouvernement étatsunien de gérer la crise de l'Ebola à la manière d'une guerre contre le terrorisme avec le risque d'atteinte aux libertés publiques et d'aggravation de la situation sanitaire. Selon elle quatre principes devraient être pris en compte pour ne pas reproduire les erreurs antérieures de la lutte contre le terrorisme qui pourraient être transposées par le gouvernement US à la lutte contre l'Ebola :

- refuser la militarisation de la lutte contre l'Ebola

- laisser les professionnels de santé publique et médicaux gérer la crise

- avoir une gestion transparente de la crise

- refuser les centres de quarantaine

--------
"C'est seulement en faisant confiance à nos professionnels de la santé que nous pourrons éviter que la campagne contre le virus Ebola se retourne contre la sécurité nationale."
Ces jours-ci, deux "guerres" font les titres : celle contre l'Etat islamique et son nouveau califat de terreur s'étant accaparé des régions de l'Irak et de la Syrie, et celle contre la maladie et éventuelle pandémie, du virus Ebola, se propageant au travers de l'Afrique de l'Ouest, avec déjà l'apparition des premiers cas qui ont atteint les Etats-Unis et l'Europe. Les deux guerres semblent tomber du ciel ; elles ont toutes deux été imprévues par notre vaste appareil de sécurité nationale ; elles ont induit des craintes proche de l'hystérie et, dans les deux cas, ces craintes ont été rapidement instrumentalisées par les politiques dans la perspectives des élections étatsuniennes.

Ambulance

L'épidémie d'Ebola dépasse les 10.000 cas

La fièvre hémorragique Ebola a dépassé la barre des 10.000 cas, avec 4.922 morts, selon le dernier bilan publié samedi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon le bilan établi au 23 octobre, 10.141 cas ont été déclarés dans huit pays depuis le début de l'épidémie, faisant 4.922 morts.

Un précédent bilan arrêté au 19 octobre faisait état de 4.877 morts sur 9.936 cas enregistrés dans sept pays.

L'OMS divise en deux groupes les pays touchés, distinguant les pays les plus gravement atteints (Guinée, Liberia, Sierra Leone) et ceux ayant dénombré un ou quelques cas (Mali, Nigeria, Sénégal, Espagne et États-Unis).

Parmi ces derniers, le Nigeria et le Sénégal ne sont plus considérés comme affectés par l'épidémie.

Propaganda

Les cinq plus gros mensonges sur le virus Ebola

Traduit par Esprit Science Métaphysique

Image
Les cinq plus gros mensonges sur le virus Ebola répandus par le gouvernement et les médias

Malheureusement, toute la désinformation que le gouvernement et les médias complices propagent sur Ebola rendra la pandémie du virus Ebola bien pire. C'est parce qu'on ne dit pas la vérité aux gens sur la façon dont le virus Ebola se propage et comment ils peuvent aider à empêcher la transmission de la maladie.

Les médias et le gouvernement protègent les intérêts financiers des compagnies pharmaceutiques qui semblent être beaucoup plus importants que la santé.publique. Les gens sont tellement nombreux à ignorer la façon dont le virus Ebola se propage et de quelle façon ils peuvent améliorer leur capacité à survivre à une pandémie mondiale.

Voici cinq des plus gros mensonges répandus sur Ebola en ce moment.

Mensonge n ° 1- Ebola ne pourra jamais arriver chez nous

Ce mensonge a été brisé quand on a enregistré des cas en Europe et aux Etats-Unis. Non seulement le virus Ebola s'est déjà répandu, mais des scientifiques de haut niveau disent que ce n'est que le début et que Ebola va se propager encore plus.

Ambulance

Ebola gagne New York et le Mali

Un médecin new-yorkais contaminé par le virus Ebola en Guinée a été hospitalisé tandis que le Mali a enregistré son premier cas jeudi soir.

Après Dallas, New York. Un médecin récemment revenu d'Afrique de l'Ouest a contracté le virus Ebola, premier cas avéré de la maladie dans la plus grande ville américaine.

Quand au Mali, il a enregistré son premier cas confirmé, une fillette de 2 ans venue de Guinée voisine avec sa grand-mère, qui a été placée en quarantaine à Kayes (ouest), a annoncé jeudi soir le ministère de la Santé. Toutes les personnes ayant été en contact avec l'enfant ont été placées sous surveillance, selon les autorités sanitaires.

4e cas d'Ebola aux Etats-Unis

Craig Spencer, 33 ans, a travaillé en Guinée pour Médecins sans Frontières (MSF) avec des malades d'Ebola. Il avait quitté ce pays le 14 octobre pour revenir, via l'Europe, à New York, ont indiqué jeudi soir les autorités, annonçant le résultat des examens médicaux menés dans la journée, après qu'il a développé une forte fièvre. C'est le quatrième cas d'Ebola aux Etats-Unis.

Ambulance

Le virus Ebola mute

Image
Le virus provoquant la fièvre Ebola a commencé à muter. Il a déjà plus de 300 variétés. Les chercheurs estiment que ces mutations contribuent à la propagation rapide de la maladie et empêchent le développement d'un vaccin universel. Le chef de la mission d'urgence des Nations Unies pour la lutte contre l'épidémie de la fièvre Ebola Anthony Banbury a avoué que dans la bataille menée par l'humanité contre Ebola le virus prenait en attendant le dessus.

Le virus évolue rapidement. A l'heure actuelle ses six espèces sont connues dont chacune engendre ses propres variétés. Il est difficile de dire exactement combien elles sont à l'heure actuelle, signale le professeur de l'Institut de virologie Ivanovski Alexandre Boutenko :

« Outre le virus Ebola proprement dit identifié pour la première fois au Zaïre (actuellement République démocratique du Congo) en 1976 il existe ses sous-types. Il y a notamment le virus Soudan, le virus Côte d'Ivoire ou le virus Ouganda. Il existe en plus le virus Reston identifié aux Etats-Unis et en Italie. Plus tard on a appris qu'un virus circulait activement dans la nature des Philippines et de l'Indonésie, mais il n'était pas pathogène. Le dernier sous-type d'Ebola a été identifié en Espagne. Ainsi nous avons un groupe de virus hétérogènes qui diffèrent du prototype. Cette diversité démontre que l'évolution est en cours. Cela signifie que les mutations auront lieu obligatoirement ».