coronavirus spread
© AFP / Anthony Wallace
Conférence de presse à Hong Kong sur l'étendue de l'épidémie de coronavirus de Wuhan en Chine le 21 janvier 2020.
La pneumopathie mortelle qui a rendu malades des centaines de personnes et en a tué neuf à Wuhan et dans ses environs, en Chine, a fait son apparition aux États-Unis, malgré les précautions prises, alors que les voisins de la Chine intensifient leurs efforts de dépistage pour prévenir une pandémie mondiale.

Un homme du comté de Snohomish, dans l'État de Washington, est devenu le premier cas de nouveau coronavirus officiellement confirmé aux États-Unis. Les autorités locales n'ont pas nommé l'homme, qui serait très malade. Il a été hospitalisé pour une pneumonie la semaine dernière après son retour de la région de Wuhan, où la maladie a déjà fait neuf morts, selon les autorités chinoises.

On ne sait pas immédiatement combien d'autres Américains ont pu être exposés au virus, qui aurait son origine dans un marché de fruits de mer et de volaille de la ville de Wuhan, qui compte 11 millions d'habitants.

Plus de 440 cas avaient été confirmés mercredi en Chine, dans des villes comme Pékin, Shenzhen et Shanghai ; des cas ont également été signalés en Thaïlande, en Corée du Sud, au Japon, à Taïwan et - maintenant - aux États-Unis. Les experts en maladies infectieuses de l'Imperial College de Londres ont estimé que le bilan de la maladie était beaucoup plus lourd, mais ils ont laissé entendre samedi qu'au moins 1 723 personnes pourraient être infectées.

Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont mis en place des points de dépistage dans les aéroports de San Francisco, Los Angeles et New York vendredi dans l'espoir d'intercepter les porteurs du coronavirus avant qu'ils n'arrivent dans le pays, mais il était apparemment trop tard - ou trop loin au sud - pour le patient zéro américain. Si le CDC a affirmé que la menace pour les Américains est faible, il prétend également prendre des "précautions de préparation proactive".

Les aéroports russes de Moscou, Ekaterinbourg et Irkoutsk ont intensifié le contrôle des voyageurs arrivant de Chine pour tenter d'identifier les personnes infectées mardi, après qu'il soit devenu clair que le virus est capable de se transmettre d'homme à homme. L'Inde a également étendu le contrôle thermique des passagers arrivant de Chine, y compris de Hong Kong, à sept aéroports, parmi lesquels Chennai, Bengaluru, Hyderabad et Cochin, en plus de New Delhi, Mumbai et Kolkata.

« Premier cas suspecté de pneumonie nCov/Wuhan signalé à l'aéroport de Pulkovo de Saint-Pétersbourg en Russie. Un citoyen russe de 23 ans s'est rendu à Shanghai via Krasnoïarsk et Moscou. »
Le seul aéroport sud-coréen qui assure des vols directs vers Wuhan a mis en place des portes spéciales pour les passagers dès le 3 janvier, tandis que Singapour a également étendu les contrôles de température des voyageurs à l'aéroport Changi. La Malaisie a renforcé ses propres évaluations dans le grand aéroport de Kuala Lumpur, et le responsable de la surveillance de l'aviation au Bangladesh a également ordonné des contrôles pour les voyageurs en provenance de Chine afin de rechercher tout signe de la maladie. Les responsables australiens de la santé, quant à eux, distribuent des brochures et demandent à tous ceux qui viennent de Wuhan de s'identifier s'ils ressentent des symptômes.

On ne sait pas exactement avec quelle facilité le virus - qui provoque des symptômes semblables à ceux de la pneumonie, comme la fièvre, la toux, l'essoufflement et l'oppression thoracique - se transmet d'une personne à l'autre, ni ce qui prédispose une personne à le contracter (ou à en mourir), mais les autorités pensent qu'au départ, c'est à partir des animaux du marché de Wuhan qu'il est passé aux humains. L'Organisation mondiale de la santé doit se prononcer mercredi sur la question de savoir si l'épidémie sera déclarée urgence de santé publique internationale.

La Chine demande l'aide de l'OMS

On craint que le virus ne s'adapte trop vite pour que la Chine puisse y faire face. Elle a demandé l'aide de l'OMS. Le virus semble s'adapter et muter, selon le directeur du Centre de contrôle des maladies de Chine, Gao Fu, qui a cependant noté que, jusqu'à présent, tous ses mutations ont été conformes aux prévisions.

Il pourrait maintenant y avoir jusqu'à 2 197 cas de "contact étroit" avec des porteurs confirmés, bien qu'un autre fonctionnaire de la Commission de la santé ait déclaré qu'il n'avait pas encore vu de preuves de "super propagation" de la maladie, ou de patients très contagieux, ajoutant que des "mesures pertinentes" étaient prises au cas où de tels patients se présenteraient.

La brusque augmentation des cas confirmés s'accompagne d'une amélioration des méthodes de détection, a déclaré le vice-ministre, mais le gouvernement a néanmoins averti le public d'éviter les zones densément peuplées dans tout le pays. Entre-temps, les fonctionnaires de Wuhan et de la ville de Hubei ont été invités à prendre les "mesures les plus strictes possibles" pour réduire au minimum les rassemblements publics, tandis que les habitants des deux villes ont été priés de s'abstenir de voyager.

La Commission de la santé a déclaré qu'elle continuerait à faire connaître les nouveaux cas chaque jour pendant le Nouvel An lunaire chinois, alors que les chercheurs s'efforcent de remonter à la source de la maladie et de créer un vaccin, ajoutant qu'il est maintenant dans sa phase "la plus critique" pour la prévention et le contrôle.

Traduction Sott.net - Source : Global pandemic, here we come?