Bienvenue à Sott.net
ven., 21 jan. 2022
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Histoire Secrète
Carte


Footprints

Quand les cieux s'assombrirent — Des historiens ont identifié la « pire année » de l'histoire de l'humanité

La prochaine fois que vous pensez que votre vie est rude, imaginez ce qu'elle pouvait être quand une partie de la Terre a été plongée dans un cataclysme. Même une fois la catastrophe terminée, il s'en est suivi une décennie de douleur et de souffrance.
Ciel assombri
© Shutterstock
Vous vous réveillez un lundi matin sous un ciel sombre, lugubre et morose. Pour le 547e jour consécutif.

Dix-huit mois plus tôt, vous étiez un agriculteur laborieux prêt pour une nouvelle saison de récolte abondante.

Mais c'est alors que les cieux s'assombrirent.

Et ils sont restés sombres — jour après jour, mois après mois — du début de l'année 536 à 537 [après J.-C. - NdT]. Dans une grande partie de l'Europe de l'Est et dans toute l'Asie, le printemps a précédé l'été et l'automne a laissé place à l'hiver sans un seul jour d'ensoleillement. Le Soleil était masqué par un voile obscur et des millions de personnes dans les pays les plus peuplés du monde ont dû plisser les yeux, respirer un air étouffant et perdre presque toutes les récoltes sur lesquelles elles comptaient.

Il ne s'agit pas de l'intrigue d'une série télévisée dystopique ou d'une production fantastique de type « docufiction ».

Commentaire: Voir aussi : Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Gear

Comment je me suis trompé à propos de Julian Assange (Consortium News)

J'ai écrit un article pour l'éditeur en ligne australien Crikey juste avant la reprise des audiences d'extradition de Julian Assange en septembre 2020, dans lequel je régurgitais une calomnie qui a fait un tort énorme à sa réputation.
juikl
© AFP
J'avais écrit que les journalistes australiens devraient cesser d'utiliser les publications de WikiLeaks dans leurs articles s'ils ne prenaient pas la défense d'Assange. Les journalistes aiment à penser qu'ils iraient en prison pour protéger une source. J'ai écrit que leur source souffrait dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, à Londres.

Commentaire:

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Candy Cane

Trêve de Noël de la Première Guerre mondiale - Joyeux Noël

L'histoire de la trêve de Noël 1914 et des fraternisations qui ont eu lieu sur le champ de bataille entre soldats britanniques, allemands et français. Joyeux Noël est inspiré d'une histoire vraie qui s'est déroulée durant la Première Guerre mondiale à plusieurs endroits du front durant Noël 1914
kuyhgt
1914, la déclaration de guerre jette des millions d'hommes dans la bataille. Nikolaus Sprink, un célèbre ténor de l'Opéra de Berlin, est mobilisé du côté allemand. Il laisse derrière lui sa maîtresse, la soprano danoise Anna Sörensen. En Écosse, Jonathan et son frère William quittent leur village natal en compagnie du prêtre anglican de leur paroisse.

Commentaire:

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Star of David

Affaire Maxwell-Epstein — Rencontrez Ghislaine, la fille à son papa

Le discours dominant sur le procès en cours de Ghislaine Maxwell ne mentionne pas les liens, non seulement pour elle-même, mais aussi pour sa famille, avec les services secrets israéliens. Ces liens, tissés par Robert Maxwell, le père de Ghislaine, sont essentiels pour comprendre l'histoire de Ghislaine et son rôle dans le réseau de chantage et de trafic sexuel de Jeffrey Epstein.
Robert et Ghislaine Maxwell
© Inconnu
Robert et Ghislaine Maxwell
Le procès de Ghislaine Maxwell, la maquerelle présumée du réseau de chantage sexuel et de trafic sexuel de Jeffrey Epstein, a attiré une attention considérable de la part des médias grand public et indépendants, bien que pas autant qu'on pourrait s'y attendre étant donné le niveau d'attention médiatique qui a entouré l'arrestation et la mort d'Epstein en 2019 ou étant donné l'intérêt du public pour le scandale Epstein/Maxwell et ses implications plus larges.

Sans surprise, les implications plus larges du procès de Ghislaine Maxwell dans le scandale Epstein/Maxwell ont été largement, voire entièrement, absentes de la couverture médiatique (et de certains médias indépendants), tout comme l'affaire elle-même. Par exemple, bien que l'accusation ait montré des preuves matérielles de chantage sexuel stockées dans les résidences d'Epstein (avec les noms des personnes incriminées notablement expurgés), en ce qui concerne son implication dans des activités de trafic sexuel aux côtés de Jeffrey Epstein, l'accusation a choisi de ne même pas mentionner le rôle potentiel du chantage dans les activités et les motivations de Ghislaine Maxwell. Non seulement cela, mais les noms des contacts proches de Ghislaine et même de certains de ses témoins de la défense, ainsi que des informations considérables sur son rôle dans le réseau d'Epstein, qui sont d'intérêt public, doivent être classés sous scellés et à jamais cachés au public, soit en raison des « accords » conclus entre l'accusation et la défense dans cette affaire, soit en raison des décisions du juge qui supervise l'affaire.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Telephone

« Le monde entier vit sous l'emprise d'un mensonge » : entretien avec Laurent Guyénot sur le 11 septembre 2001

Rivarol : Que représente pour vous le 11 septembre 2001 ? Laurent Guyénot : Pour moi personnellement, comme pour beaucoup de gens, la découverte de la véritable nature des événements du 11 Septembre a été ma « pilule rouge », c'est-à-dire essentiellement la révélation que les grands médias sont devenus le cœur d'un pouvoir mondial basé sur le mensonge et la manipulation mentale de masse.
jkui
Que l'on croit ou non à la version officielle, on est bien forcé de constater que le 11 Septembre nous a fait passer d'un monde à un autre. On peut dire que les attaques du 11 septembre 2001 marquent le début du XXIe siècle. Et si le XXe siècle a été, selon Yuri Slezkine, le « siècle juif » - tout en étant par ailleurs le siècle le plus meurtrier de l'Histoire - alors le XXIe siècle est bien parti pour être le « siècle israélien » : les attentats du 11 Septembre, mis sur le compte de l'islamisme et du monde arabe en général, ont justifié un renforcement de l'influence d'Israël sur la politique américaine, et conduit à la destruction des principaux ennemis d'Israël au Moyen-Orient.

Binoculars

Le 22 novembre 1963, John Kennedy était assassiné par Israël

Le 22 novembre 1963, John Kennedy était assassiné par Israël : telle est la thèse à laquelle adhérait Mouammar Kadhafi, et qu'il exposa sans ambages à son peuple en 2008.
jklñ

Robert Kennedy et Ben Gourion, 1961
« Kennedy avait décidé de faire inspecter l'installation nucléaire de Dimona. Il a insisté pour le faire, afin de déterminer si, oui ou non, on y produisait des armes nucléaires. Les Israéliens ont refusé, mais il a insisté. La crise a été résolue par la démission de Ben Gourion. Il démissionna pour ne pas avoir à donner son accord à une inspection de la centrale de Dimona, et il donna le feu vert au meurtre de Kennedy. Kennedy a été tué parce qu'il a insisté pour que l'usine de Dimona fasse l'objet d'une inspection. »

Commentaire: Voir aussi :

Qui a maudit les Kennedy ?, de Laurent Guyénot, en prévente sur Kontre Kulture

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Bad Guys

Un bref historique des expériences et opérations biologiques américaines sur les populations civiles américaines

« Le CDC n'est pas une agence indépendante. C'est une entreprise d'exploitations de vaccins. Le CDC détient plus de vingt brevets de vaccins. Il vend environ 4,6 milliards de dollars de vaccins chaque année. »

Robert F. Kennedy Jr.
bio warfare
Préambule

La guerre biologique, ou « guerre des germes », est « l'utilisation de toxines biologiques ou d'agents infectieux (bactéries, virus et champignons) dans l'intention de tuer ou de neutraliser des humains ». Historiquement, l'implication des États-Unis dans les armes bactériennes a été motivée par la concurrence et la paranoïa.

En 1918, vers la fin de la Première Guerre mondiale, le gouvernement a brièvement expérimenté sur la ricine - une protéine végétale naturelle mortelle - et le Chemical Warfare Service (CWS) a été formé pour superviser la recherche et le développement. Avec la signature du Protocole de Genève en 1925 (qui interdisait l'utilisation d'armes biologiques et chimiques dans les guerres internationales), l'intérêt du gouvernement américain s'est affaibli : jusqu'aux années 1940, les armes biologiques étaient largement considérées comme impraticables.
Peu de temps après Pearl Harbor, les États-Unis ont changé d'avis.

En 1942, le président Roosevelt a mis en œuvre le premier programme de guerre biologique ; soutenue par la National Academy of Sciences, l'initiative visait à développer des armes biologiques et à explorer la vulnérabilité des États-Unis à de telles attaques. Un organisme gouvernemental - le War Research Service (WRS) - a été créé pour superviser ces activités, et George W Merck (de la Merck Pharmaceutical Company) a été nommé à la direction. À la demande de son équipe, Fort Detrick, le « quartier général » de guerre biologique des États-Unis, a été construit dans la petite ville de Frederick, dans le Maryland.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement avait amassé un arsenal massif d'armes biologiques (utilisant l'anthrax et d'autres bactéries diverses) - le tout dans le « plus strict secret ». Bientôt, la justification de la poursuite de la recherche s'est déplacée vers le « besoin de défense nationale ».

Sous le commandement du professeur et bactériologiste de l'Université du Wisconsin, Ira Baldwin, un comité sur la guerre biologique a été créé en 1948. Lorsqu'un rapport ultérieur a déterminé que les États-Unis étaient « particulièrement sensibles » aux attaques, une série de « tests en plein air » a été ordonnée. . Le but de ces efforts ? Simuler les effets d'une attaque de guerre biologique réaliste.

Pour en savoir plus sur d'autres tests de guerre biologique aux États-Unis, reportez-vous au livre bien documenté de Leonard J. Cole, Clouds of Secrecy.

H. Genséric

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Handcuffs

Rare découverte à Pompéi : les archéologues ont mis au jour une « chambre d'esclaves »

pompéi chambre esclaves
© CRÉDITS: UFFICIO STAMPA DE POMPEI
La chambre récemment découverte à Pompéi, dans laquelle vivaient sans doute une famille d'esclaves.
Les archéologues à Pompéi ont annoncé samedi avoir mis au jour les vestiges d'une "chambre d'esclaves", une découverte exceptionnellement rare dans une villa romaine détruite par l'irruption du Vésuve, il y a près de 2.000 ans.

Les archéologues de Pompéi ont annoncé avoir fait une découverte exceptionnellement rare: ils ont mis au jour une "chambre d'esclaves". La petite chambre qui abrite trois lits dont l'un de la taille d'un enfant, huit amphores, un pot en céramique et un coffre en bois, a été découverte lors de fouilles dans une villa de Civita Giuliana, un quartier situé à quelques centaines de mètres au nord du parc archéologique de Pompéi, enseveli en 79 après JC.

Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Oil Well

Comment et pourquoi Big Oil a conquis le monde entier ? Réponses dans un documentaire en deux parties

La prodigieuse aventure du pétrole ou le temps des grands rapaces.
Derrick pétrole
© Inconnu
Voir aussi notre article intitulé : La face cachée du pétrole - Le partage du monde et les grandes manipulations, qui contient également un documentaire en deux parties en français.


Commentaire: Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :


Pumpkin 2

Halloween, la veillée des sorcières


Commentaire : Le texte ci-dessous est tiré du Tome quatre de L'Onde : Dans un miroir obscur


Image

Morgan le Fay, peinture de Frederick Sandys
Quand vous pensez à Halloween, quelle est la première image qui vous vient à l'esprit ? J'ai fait un petit sondage informel parmi mes amis, ma famille et mes collègues. Devinez quelle image est sortie en premier ? Les citrouilles ! Je parie que vous pensiez que j'allais dire « les sorcières ». Bon, je pensais vraiment que ce serait les sorcières, mais elles ne sont arrivées qu'en deuxième, au coude à coude !

Quand je pense à Halloween, je pense aux travaux manuels de l'école primaire, lorsque nous découpions des silhouettes de sorcières pour les coller sur de larges lunes jaunes en papier kraft. La sorcière était toujours à califourchon sur un balai, sa robe noire flottant au vent, accompagnée d'un chat noir assis sur l'arrière du balai. Déjà à l'époque, je me demandais comment le chat pouvait tenir sur le balai, et comment quiconque aurait pu imaginer qu'un balai pût faire office de siège un tant soit peu confortable.

Mais vous voyez où je veux en venir : de manière significative, Halloween est associé aux sorcières, femmes maléfiques qui fréquentent le diable et font des choses malveillantes - comme mettre les enfants perdus en cage pour les engraisser en vue de les manger, donner des pommes empoisonnées et se servir de rouets pour empoisonner des princesses abandonnées ou sans défense à la recherche du véritable amour.