Bienvenue à Sott.net
lun., 06 avr. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Histoire Secrète
Carte


Binoculars

Pas si lointain que ça le Crash de 1929 : causes et conséquences d'une crise internationale

cccc
© Wikipedia
Née d'un krach boursier à Wall Street le jeudi 24 octobre 1929, la crise de 1929 va se propager dans le monde entier et avoir des conséquences dramatiques jusqu'au
déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les Etats-Unis ont connu une formidable croissance économique. Personne ne s'imagine alors qu'en une simple journée à Wall Street le pays s'apprête à provoquer l'une des plus graves crises économiques de l'Histoire : la Grande Dépression. De ce fameux "jeudi noir" de 1929 à la Seconde Guerre mondiale, la débâcle s'est propagée dans le monde entier. Au cours d'une récession de dix longues années, les pays les plus concernés connaîtront d'importants bouleversements sociaux et politiques, jusqu'à favoriser l'ascension d'un certain Adolf Hitler en Allemagne.

Black Cat

Quand la Corée du Nord se mobilisait contre la guerre biologique US

À défaut de bombes atomiques, réclamés par le général Douglas MacArthur et dont l'usage aurait pu entraîner une guerre nucléaire entre les États-Unis et l'Union Soviétique, les forces américaines ont eu recours aux armes bactériologiques et biologiques contre les troupes nord-coréennes et l'armée de volontaires chinois venus à leur rescousse.
cccc

On l’oublie souvent mais la Corée du Nord fut l’un des premiers pays à subir les affres de la guerre biologique durant la guerre de Corée (25 juin 1950-27 juillet 1953).
L'une des premières attaques biologiques US contre la Corée du Nord consista à déverser par voie aérienne des containers remplis d'insectes (mouches, araignées, cafards, etc.) imprégnés ou porteurs d'anthrax derrière les lignes nord-coréennes et chinoises. Une autre méthode fut d'employer des rats porteurs de peste et la contamination des points d'eau avec des bactéries pathogènes comme le bacille du choléra (Vibrio Cholerae).

Caesar

Covid-19 - Et si la voie était le stoïcisme ?

En début de semaine, une délégation de médecins chinois est arrivée à l'aéroport de Malpensa près de Milan en provenance de Shanghai sur un vol spécial Chine Eastern Airlines transportant 400 000 masques et 17 tonnes de matériel. La banderole de salutation que les visiteurs ont déployée sur le tarmac, en rouge et blanc, disait : « Nous sommes les vagues de la même mer, les feuilles du même arbre, les fleurs du même jardin ».
ssss
© Inconnu
Le philosophe stoïcien Épictète
Dans une stature d'élégance transculturelle suprême, elle s'inspirait de la poétique de Sénèque, un Stoïcien. L'impact, dans toute l'Italie, où les gens étudient encore les classiques, a été immense.

Star

Où êtes-vous, général Smedley Butler ?

Il était une fois un étrange petit homme - haut de 1 m 75 et d'à peine 65 kilos tout mouillé - qui a bousculé le circuit des conférences et la nation elle-même. Pour tous, à l'exception de quelques initiés et érudits activistes, le major-général Smedley Darlington Butler du Corps des Marines des États-Unis est maintenant perdu dans l'histoire.
guerre
© Inconnu
Général Smedley Butler
Pourtant, il y a plus d'un siècle, cette homme étrangement contradictoire devenait un héros militaire national, célébré dans des romans d'aventure à sensation, puis, 30 ans plus tard, comme l'un des dissidents anti-guerres et anti-impérialistes les plus en vue de ce pays.

Binoculars

Le journaliste néo-zélandais Bernard Diederich témoin de l'épopée haïtienne

En décembre 1949, un jeune Néo-Zélandais du nom de Bernard Diederich, venant fraîchement de participer à la Seconde Guerre Mondiale dans le Pacifique, débarque dans la rade de Port-au-Prince. Le gouvernement haïtien ayant à sa tête le président Dumarsais Estimé, commémore à l'époque les deux cents ans de fondation de la ville. Une exposition internationale s'organise au Bicentenaire, à proximité de la baie de la capitale.
haiti

Bernard Diederich
Parades militaires, cérémonies religieuses, performances artistiques, une ambiance festive et chaleureuse bat son plein au bas de la ville. Bernard Diederich tombe sous le charme et décide de ne pas repartir dans son pays natal. C'est ainsi que ce jeune homme de 23 ans seulement à l'époque, va s'installer en Haïti et se construire une solide carrière de journaliste.

Yellow Vest

Ligue pour le Droit au Travail et le Progrès Social

journal 1936
© inconnu
Journal Le peuple, du 10 juin 1936

Commentaire : Ce manifeste, qui date de 1935, est toujours d'actualité. Le manifeste des GJ s'en rapproche. C'est comme si passé, présent et futur sont toujours là en concomitance.


Publié en 1935 notamment en fin du livre "En route vers l'abondance" de Jacques DUBOIN.

La « Ligue pour le Droit au Travail et le Progrès Social »

ESTIME que tous les Français sombreront dans la misère si l'on continue à fermer les yeux sur la cause réelle de « ce qu'on appelle la crise ».

Cette cause c'est le chômage.
Les chômeurs sont de plus en plus nombreux, leur nombre atteint près de trente-cinq millions dans le monde. Or ils ont femme, enfants, vieux parents à leur charge. Cela fait une population de plus de cent millions d'être humains que la société a rejetés de son sein sous prétexte qu'elle n'a plus besoin de leur travail.

Demain, tout travailleur peut être frappé sans qu'il y ait de sa faute. Sur l'heure, il risque, à son tour, d'être plongé dans la plus affreuse détresse.

Le travail des chômeurs est inutile, parce que, grâce au génie de l'homme, qui est le patrimoine de tous, les machines, mues par des forces extra-humaines, font aujourd'hui ce qui, autrefois, exigeait le labeur des hommes.

Or le monde regorge de richesses que l'on anéantit un peu partout : on dénature ou l'on brûle le blé, on jette le café à la mer, on raréfie la culture de la vigne, de la canne à sucre, on stérilise des millions d'hectares consacrés au coton, on lance par-dessus bord le poisson que l'on vient de pêcher, etc.

chomage bande dessinée
© placide
Il faudrait être aveugle pour nier que le développement extraordinairement rapide des progrès techniques (machines et chimie), au cours des dernières années, n'a pas eu pour conséquence immédiate de jeter à la rue, pêle-mêle, ouvriers, contremaîtres, employés, ingénieurs, artisans, petits patrons, etc.

Va-t-on laisser la situation empirer chaque jour et verrons-nous encore longtemps ce défi au bon sens : la misère sortir de l'abondance ?

Commentaire: On ne peut s'empêcher de penser aux violences policières envers des citoyens qui ne demandent qu'à faire valoir leurs droits et leurs acquis sociaux obtenus au prix de leur lutte durant des siècles.


Bulb

Rwanda : « On nous a menti pendant 25 ans »

C'est parce qu'il a pu accéder aux archives des Nations unies, « jamais exploitées auparavant », insiste-t-il, que Charles Onana a réussi à produire un narratif très différent de la version officielle sur le génocide rwandais.

rwanda
Sur 650 pages, il démontre preuve à l'appui dans «Rwanda, la vérité sur l'opération turquoise» que la doxa voulant que les autorités rwandaises de l'époque aient planifié le génocide des Tutsis et que la France y ait été impliquée en armant les Hutus est fausse du début jusqu'à la fin. Thèse révisionniste ? « Absolument pas » se défend son auteur au micro de Sputnik France, arguant que le président Paul Kagamé qui l'avait attaqué en justice a retiré sa plainte au dernier moment.

L'entrevue présentée par Christine H. Gueye :

Yoda

Louise de Bettignies, la Résistance de 1914

Louise de Bettignies

Louise de Bettignies
On l'oublie souvent, mais durant la Première Guerre mondiale, il y a aussi eu des territoires occupés avec leurs réseaux de résistance ! Et dans ceux-ci se trouvait une jeune femme avec un tel talent pour l'espionnage que le secteur où elle se trouvait était réputé "maudit" par les Allemands. Et même capturée... vous avez déjà essayé de mettre des Français au travail forcé ?

USA

Les puritains déchaînés, ou l'histoire secrète des Social Justice Warriors

Les petites fouines donneuses de leçon. Elles ont fait leur retour en force ces dernières années. C'est logique : elles font partie du paysage traditionnel américain, après tout. Bien qu'à notre époque, « théocratie totalitaire » soit une expression qu'on associe plus communément à l'Arabie saoudite ou à l'EI, elle peut s'appliquer à certaines des premières colonies qui s'établirent sur le territoire qui, au fil du temps, deviendrait les États-Unis. Et même si elles ont abandonné leur religion au fil des siècles, elles n'ont pas perdu leur penchant pour les postures moralisantes et l'autoritarisme coercitif. L'esprit des puritains de la Nouvelle-Angleterre n'est pas mort.
puritans sjws

Les puritains : « Vous ne pouvez pas dire cela, c'est blasphématoire ! » Les SJW : « Tu peux pas dire ça, c'est offensant ! » C'est toujours le même refrain…
Dans les années 1630, les puritains s'installèrent dans la baie du Massachusetts. Contrairement au mythe populaire, ces individus n'étaient pas des champions de la liberté de culte. Certes, ils fuyaient une forme d'oppression en Angleterre, mais ce qui les intéressait n'était pas tant la liberté de culte et de conscience en tant que telle que leur propre liberté - et au diable leurs congénères. En essence, les puritains voulaient être libérés de l'oppression afin d'exercer leur propre forme d'oppression contre le reste de humanité.

Certes, les puritains ne furent pas les seuls à contribuer à la culture américaine contemporaine. Comme le rappelle Colin Woodard dans son ouvrage American Nations, le Canada, les États-Unis et le nord du Mexique étaient principalement constitués de onze cultures aux racines distinctes auxquelles appartenaient les premiers colons. Dans chacune de ces régions bien définies, les mœurs de leur « pères fondateurs » respectifs perdurent encore aujourd'hui : on citera la culture espagnole mestizo (métisse) du nord du Mexique et des États du Sud (El Norte), les catholiques français féodalistes de la Nouvelle-France, les royalistes conservateurs et la néo-aristocratie de Virginie et des Carolines (Tidewater), les puritains utopistes de la Nouvelle-Angleterre (Yankeedom), les marchands corporatistes néerlandais de la Nouvelle-Amsterdam (future New York), la société esclavagiste barbadienne du Deep South (le Sud profond), les Quakers libertaires des Midlands, ou encore la culture guerrière et clanique des Appalaches, sans oublier les influences plus récentes (XIXe et XXe siècles) : la « Left coast » (Côte Ouest) influencée par la culture Yankee et constituée d'individualistes, d'activistes et d'entrepreneurs ; le « Far West » corporatiste et semi-indépendant ; et la « First nation » renaissante du nord du Canada, qui représente sans doute la culture la plus ancienne (et aujourd'hui la plus récente) d'Amérique du Nord. Toutes ces cultures ont beau avoir des frontières communes et les traverser parfois, elles sont nettement distinctes les une des autres. (Il faudrait aussi mentionner la culture polynésienne d'Hawaï et celle du sud de la Floride, teintée d'hispanisme caribéen).

Airplane

Le Canada oublie Air India 182 ( 1985 ), l'attentat terroriste le plus meurtrier au Canada

Le Canada est monté sur ses grands chevaux à la suite de la tragédie aérienne du Vol 752 qui a entraîné la mort de 176 personnes dont une majorité d'Iraniens ou d'Iran-canadiens. Or, un regard sur le passé et en particulier sur l'attentat contre le Vol 182 d'Air India en 1985, Le Canada devrait se montrer plus humble et offrir sa plus grande collaboration avec l'Iran. Voilà la conclusion de Jooneed Khan qui a suivi de près ces deux tragédies.
voll

Le vol Air India 182
Il rappelle notamment que l'attentat contre le vol d'Air India a été commis par des citoyens canadiens: les bombes ont été fabriquées par des Canadiens et elles ont été placées dans les avions (oui il y en avait deux, l'un qui a disparu et l'autre dont l'explosion a eu lieu à Tokyo).

Commentaire: Un livre essentiel, mais en anglais, sur cette tragédie oubliée :
voll