Bienvenue à Sott.net
mar., 09 mar. 2021
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte


Wall Street

La promesse d'un « Great Reset » révèle la peur de la révolte populaire

Les dernières années de turbulences politiques ont troublé la classe dirigeante. Elle est confrontée à des vagues de protestations et d'instabilité sans précédent. Elle tente maintenant de plus en plus désespérément de stabiliser la situation en utilisant les dépenses de l'État et d'autres concessions sociales temporaires. C'est ce que l'on a pu constater lors du Forum économique mondial de Davos.
rtyhuj
Les collines enneigées de Davos sont visitées par les riches et les puissants du monde entier une fois par an à l'occasion du Forum économique mondial. Cette année, la pandémie les a contraints à se connecter. Cet événement en ligne n'était évidemment pas le cirque à 19 000 dollars le ticket qui débarque habituellement dans les Alpes suisses. Il s'agissait d'un événement public à échelle réduite, sans apartés ni réseaux « officieux ».

Eye 1

Israël : une loi permet aux autorités de connaître les noms des personnes non vaccinées

JERUSALEM : Le Parlement israélien a autorisé mercredi le ministère de la Santé à communiquer à d'autres autorités du pays les identités des personnes non vaccinées contre le coronavirus, soulevant des inquiétudes quant au respect de la vie privée des citoyens qui refusent un vaccin.

vaccination covid israël
Une loi adoptée avec 30 voix pour et 13 contre donne aux autorités locales, au directeur général du ministère de l'Education et à certains membres du ministère des Affaires sociales la possibilité de se faire communiquer les noms, adresses et numéros de téléphone des personnes non vaccinées.

Le but de ce texte, valable trois mois ou jusqu'à ce que la pandémie soit déclarée terminée, est de « permettre à ces organismes d'encourager les gens à se faire vacciner en s'adressant personnellement à eux », selon un communiqué du Parlement.

Israël a administré les deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech à trois millions de personnes, soit environ un tiers des quelque neuf millions d'habitants.

L'Etat hébreu a rouvert dimanche les centres commerciaux et les commerces de rue pour l'ensemble de la population dans le cadre de son troisième déconfinement depuis le début de l'épidémie de Covid-19.

Si des lieux sont ouverts à tous, d'autres sont accessibles seulement aux personnes munies d'un « badge vert », signifiant qu'elles ont reçu la seconde dose de vaccin depuis au moins une semaine ou qu'elles ont récupéré de la maladie.

Mais ce précieux sésame est critiqué par une partie de la population qui y voit une forme de discrimination contre les non vaccinés.

Commentaire: Vaccination en Israël : des chiffres de mortalité qui interpellent ?


Bad Guys

La périlleuse stratégie des USA et de l'OTAN en Europe

otan russie
L'Otan et l'Union européenne sont deux enfants du Plan Marshall. Ils sont intrinsèquement liés l'une à l'autre formant les deux faces d'une même pièce : un côté militaire et un autre civil. Cependant l'Otan est au-dessus de l'Union européenne dont —selon les Traités— elle garantit la sécurité.

Du 22 février au 5 mars se déroule en mer Ionienne l'exercice Otan Dynamic Manta de guerre anti-sous-marin. Y participent des navires, sous-marins et avions des États-Unis, Italie, France, Allemagne, Grèce, Espagne, Belgique et Turquie. Les deux principales unités engagées dans cet exercice sont un sous-marin nucléaire US d'attaque de la classe Los Angeles et le porte-avions français Charles de Gaulle à propulsion nucléaire avec son groupe de bataille, comprenant aussi un sous-marin nucléaire d'attaque. Le Charles de Gaulle, immédiatement après, ira dans le Golfe Persique. L'Italie, qui participe au Dynamic Manta avec des navires et sous-marins, est la « nation hôte » de tout l'exercice : elle a mis à disposition des forces participantes le port de Catane et la station d'hélicoptères de la Marine toujours à Catane, la station aéronavale de Sigonella (la plus grande base USA/Otan en Méditerranée) et la base logistique d'Augusta pour les approvisionnements. Objectif de l'exercice : la chasse aux sous-marins russes en Méditerranée qui, selon l'Otan, menaceraient l'Europe.

Evil Rays

Passeport sanitaire : vous allez adorer la Dystopie Du Monde d'Après

Au courant de l'année 2020, certains hardis chroniqueurs s'étaient piqués au jeu des prédictions, avec (niveau facile) des propositions sur la façon dont l'épidémie serait gérée, sur le niveau général de dégâts que les mesures provoqueraient sur l'économie et le tissu social (niveau moyen) et sur les démarches que le gouvernement allait entreprendre pour nous plonger dans une dystopie orwellienne (niveau difficile).
cfvgb
© Remo Cassella / Flickr, CC BY
Rapidement classés comme affreusement complotistes voire (horreur) directement issus de la fachosphère, les éléments qu'ils proposaient furent heureusement bien vite démentis par les autorités, réfutés par les journalistes, démontés par les chroniqueurs et analystes chevronnés de toute l'intelligentsia parisienne et aussi vite oubliés par tout un peuple-pâte-à-modeler propagandisé jusqu'au trognon.

Commentaire: Quelques romans d'anticipation pour se faire une idée de ce qui nous attend (là tout de suite) :


Snakes in Suits

Les Relations internationales selon Antony Blinken

blinken relations
Washington n'a guère le choix : ses intérêts n'ont pas changé, mais ceux de sa classe dirigeante oui. Antony Blinken entend donc poursuivre la ligne adoptée depuis que le président Reagan a engagé des trotskistes pour créer la NED : faire des droits de l'homme une arme impériale, sans jamais les respecter soi-même. Pour le reste, on évitera de se fâcher avec les Chinois et on tentera d'exclure la Russie du Moyen-Orient élargi afin de pouvoir continuer la guerre sans fin.

Eye 1

Dictature sanitaire en marche : Macron songerait à rendre obligatoire la vaccination du personnel hospitalier

vaccin covid
Lors du Conseil de défense, Emmanuel Macron a demandé à ce que tous les soignants des hôpitaux et Ehpad soient vaccinés. Une piste d'obligation vaccinale est à l'étude, selon les informations des Échos.

Le Président a mis un « bon coup de pression » sur la vaccination du personnel hospitalier lors du dernier Conseil de défense qui s'est tenu mercredi 3 mars, selon un participant. Il a demandé de faire en sorte que les soignants soient tous vaccinés contre le Covid-19.
« Dans les services Covid, on a 80% de vaccinés, mais ailleurs beaucoup moins. Ce n'est pas possible. C'est inacceptable. Le Covid-19 est devenu la première maladie nosocomiale à l'hôpital », confie aux Échos la source.
« Vous êtes gentils, mais tant que vous avez des vaccins dans les frigos, je ne reconfinerai pas les gens. Soyez bons avec la vaccination », aurait assuré le Président lors du Conseil de défense.

À ce stade, l'obligation vaccinale n'a pas été arbitrée, mais elle est à l'étude. « C'est une piste de travail parmi d'autres », nuance l'entourage du Président.

War Whore

La réponse des généraux de Washington au discours de Sergueï Lavrov du 19 février 2021

Cet article d'un spécialiste des armes et des armées est de la plus haute importance. Il confirme les motifs pour lesquels une grande partie de la classe politique américaine (démocrate et républicaine), avec le soutien des officiers de l'armée ont expulsé Donald Trump pas assez docile pour le remplacer par l'obéissant sleepy Joe qui ne leur mettra pas de bâtons dans les roues dans leurs préparatifs de guerre nucléaire.
Carte monde armes nucléaires
© Inconnu
Nous l'écrivons depuis des années, les deux alliances impériales (Alliance Atlantique contre Alliance chino-russe) se préparent à la guerre pour déterminer quelle puissance imposera son hégémonie : La riposte de l'Empire chinois à la guerre sanitaire occidentale - les 7 du Québec. Après la mise en scène d'une guerre commerciale (droits tarifaires), puis d'une guerre sanitaire-virologique (Covid-19), voici que les généraux américains jettent le masque et brandissent la menace suprême de la guerre nucléaire. Les peuples du monde ne devraient pas prendre à la légère les menaces de ces généraux « Fols amours ».
Note de Sott : Si vous ne l'avez pas lu, retrouvez le discours de Sergueï Lavrov ici : Interview du 19 février 2021 de Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie
* * * * * * * * * * * * * * * *

Certains hauts généraux et amiraux de Washington et des environs sont très occupés ces derniers temps, et leurs activités, bien qu'agressives, n'a rien à voir avec les opérations de combat en cours. Ils tentent plutôt d'influencer l'administration du président Joe Biden afin de restructurer les forces militaires, d'agrandir l'arsenal nucléaire et d'accroître les capacités de combat spécifiques. Tout cela est ce que l'on peut attendre de ceux dont les activités et les dispositions visent à organiser la destruction et la mort, mais la manière dont leurs aspirations sont exprimées n'est pas conforme à ce que l'on pourrait attendre du personnel militaire dans une démocratie.

Le ministère américain de la défense est désormais dirigé par un général à la retraite nommé par M. Biden qui a oublié la directive concernant les « activités politiques des membres des forces armées » qui stipule que « les membres en service actif ne doivent pas se livrer à des activités politiques partisanes ».

Cette instruction de longue date a été réitérée pour la dernière fois en 2008, mais on ne peut pas dire que les généraux et amiraux en aient suivi la lettre ou l'esprit, et les échelons actuels des officiers supérieurs semblent déterminés à la bafouer en publiant largement leurs points de vue personnels concernant la posture militaire de leur pays. Il s'agit là, selon toute interprétation, d'une « activité politique partisane ». Aucun gouvernement ne devrait tolérer l'ingérence des militaires.

Telephone

Interview du 19 février 2021 de Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie

Interview de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, accordée au holding médiatique RBC, Moscou, 19 février 2021.
frtt

Sergueï Lavrov
Vaccins, politique, relations Russie/UE, sanctions anti-russes, le Nord Stream, la Otan, l'Ukraine, relations Russie/États-Unis, la question du désarmement... voilà entre autres les sujets que Sergueï Lavrov aborde dans cette entrevue.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Question : On a le sentiment que l'Occident est très irrité par l'apparition du vaccin russe Sputnik V. Au début, ils se sont vraiment comportés de manière très agressive et ne l'ont pas autorisé. Quand j'ai parlé au Ministre russe de l'Industrie et du Commerce, Dmitri Mantourov, il a déclaré que c'était une "guerre des vaccins". Cet avis a changé à présent. S'agit-il vraiment uniquement de la qualité du vaccin ou la politique est tout de même mêlée à ces décisions ?

Sergueï Lavrov : Ici s'applique certainement la logique du proverbe russe "je le veux mais ça gratte". L'Occident sait que le Sputnik V est effectivement le premier, si pas le meilleur, vaccin. Sinon il n'y aurait pas autant de demandes - et elle grandit de manière exponentielle.

D'un autre côté, ils ont conscience du fait que la propagation du Sputnik V et d'autres vaccins russes qui sortiront prochainement sur le marché international signifie une hausse de l'autorité et de la réputation de la Russie sur la scène internationale. Ils ne le veulent pas. Mais ils ont pris conscience du fait que la première réaction était complètement révoltante du point de vue des faits, du point de vue de la science médicale. Quand, en août 2020, le Président russe Vladimir Poutine a annoncé la création du vaccin, les attaques n'étaient pas du tout diplomatiques : elles laissaient transparaître l'irritation, vous avez absolument raison.

Che Guevara

Discours de Vladimir Poutine au Forum de Davos 2021 — « L'homme ne doit pas être un moyen, mais un but de l'économie »

Le Président russe Vladimir Poutine a participé à distance au Forum annuel de Davos, qui a lieu cette année du 25 au 29 janvier 2021. Cette année, le principal sujet de discussion est la nouvelle situation mondiale suite à la pandémie de coronavirus. Vladimir Poutine a réitéré ses déjà nombreux appels à la coopération internationale pour résoudre les problèmes les plus graves, mais aussi à résoudre le problème du creusement des inégalités sociales dans le monde, afin d'éviter que les tensions que créent ces inégalités ne finissent pas déboucher sur une instabilité et un conflit globaux. Il parle aussi des dangers que peut représenter le passage au tout robotique et informatique ainsi que le poids excessif de certaines sociétés numériques dans la vie politique des États.
Vladimir Poutine FEM janvier 2021
© Kremlin
* * * * * * * * * * * * * * * *

Cher M. Schwab, cher Klaus ! Chers collègues !

J'ai assisté à de nombreux événements organisés par M. Schwab dans les années 90. Klaus vient de se rappeler que nous nous sommes rencontrés en 1992. Au cours de mon travail à Saint-Pétersbourg, j'ai assisté à plusieurs reprises à ce forum consultatif. Je tiens à vous remercier pour l'occasion qui m'est donnée aujourd'hui d'apporter mon point de vue à la communauté des experts, qui se réunit sur cette plateforme mondialement reconnue grâce aux efforts de M. Schwab.

Tout d'abord, Mesdames et Messieurs, je tiens à vous souhaiter à tous la bienvenue au Forum économique mondial.

Il est agréable de constater que cette année, malgré la pandémie, malgré toutes les restrictions, le forum poursuit encore ses travaux. Bien qu'il soit en ligne, il fonctionne toujours et donne aux participants l'occasion de partager leurs évaluations et leurs prévisions dans le cadre d'une discussion ouverte et libre, ce qui compense en partie le manque de communication directe entre les dirigeants, les représentants des entreprises mondiales et le public, qui s'est accumulé au cours des derniers mois. Tout cela est important à un moment où nous avons tant de questions difficiles auxquelles il faut répondre.

Attention

La vaccination mondiale : le véritable objectif de l'opération COVID-19

Nous sommes-nous trompés ? La vaccination contre le SARS-CoV-2, le virus responsable de la maladie COVID-19, a été lancée dans le monde alors que les essais cliniques ne sont ni complets ni terminés.
gtrf
© Getty Images
Pour la première fois dans l'histoire de la médecine, des produits qui sont toujours en phase d'évaluation des effets secondaires et de l'efficacité sont injectés à des êtres humains sans que ceux-ci ne soient correctement informés et sans obtenir leur consentement éclairé, sous couvert d'urgence et de déclarations des autorités sanitaires influencées par des firmes pharmaceutiques comme en témoigne ce document de l'Agence Européenne du Médicament (EMA-AEM) [1].