Bienvenue à Sott.net
mar., 19 fév. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte


Megaphone

Le Venezuela et ses voisins peuvent-ils survivre à la guerre qui s'annonce ?

La crise qui déstabilise le Venezuela, comme celles qui commencent au Nicaragua et à Haïti, doit être analysée pour y faire face. Thierry Meyssan revient sur les trois hypothèses interprétatives et argumente en faveur de l'une d'entre elles. Il évoque alors la stratégie des États-Unis et la manière de l'affronter.
Vene
© Inconnu

War Whore

Le ministère de l'Intérieur commande de nouveaux LBD pour renforcer ses capacités de répression

LBD, police

Plusieurs centaines de lanceurs de balles de défense (LBD) ont été commandés. archives Dequier Loïc
L'usage de ces armes est remis en cause par différentes personnalités suite aux blessures infligées à des manifestants.

Le ministère de l'Intérieur vient de lancer un appel d'offres pour l'acquisition de nouveaux lanceurs de balles de défense (LBD). Selon le Bulletin officiel des annonces des marchés publics en ligne, le ministère de l'Intérieur a passé commande le 23 décembre de trois lots de LBD40 : un lot de 180 lanceurs multicoups à six coups, un lot de 270 lanceurs multicoups à quatre coups, enfin, un lot de 1280 lanceurs mono-coup.

La durée du marché est de 48 mois, non renouvelable. L'acquisition de ces lanceurs, ainsi que des matériels associés (kits armuriers), est destinée à la police et à la gendarmerie nationales. Dans son édition du 26 décembre, Le Canard enchaîné précise que ces LBD ont commencé à entrer en service dans la police et la gendarmerie en 2016.

Plusieurs blessures graves

Handcuffs

L'État policier se déchaîne contre les « gilets jaunes »

L'estimatif donné mi-janvier par les « gilets jaunes » de la répression qu'ils ont subie - entre 2000 et 3000 blessés, 6000 interpellations sans compter les peines d'emprisonnement - souligne le déchaînement de l'arbitraire et des violences policière.
Gilets
© Inconnu
L'état d'urgence mis en place par le PS et continué sous Macron a servi à ériger un État policier qui tente de saborder les droits démocratiques afin de réprimer l'opposition des travailleurs.

Commentaire: Lire aussi :


Megaphone

Loi anticasseurs : « On se croit revenu sous le régime de Vichy » dénonce le député de Courson

Charles de Courson
© Le Parisien
L'Assemblée nationale a donné mercredi soir son feu vert à la possibilité pour les préfets de prononcer des interdictions de manifester, disposition clé de la proposition de loi « anticasseurs », malgré des critiques jusqu'au sein de la majorité. Député centriste de la Marne, Charles de Courson a comparé cette mesure au régime de Vichy.

La référence à la deuxième guerre mondiale n'est pas anodine pour Charles de Courson, Il est le fils d'Aymard de Courson, résistant et homme politique. Il est également le petit-fils de Léonel de Moustier, l'un des 80 parlementaires a avoir refusé les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940.

Extraits de son intervention du 30 janvier 2019 :

Commentaire: Son intervention intégrale :


Son passage sur RTL :


« Reste le problème des black blocks. Les black blocks le problème c'est de mettre la main dessus et pour ça il faut avoir des équipes de policiers ou de gendarmes qui court plus vite qu'eux, voilà et sinon vous prêcher dans le désert vous n'arriverez pas à maîtriser cela. »
A ce propos : SGP Police dénonce une absence d'ordre d'arrêter les Black Blocs : « Il suffirait de prendre des décisions et ça éviterait que nos collègues CRS servent de torche humaine »
« C'est la dérive de tous les gouvernements en difficulté qui consiste à dire que s'ils n'arrivent pas à maintenir l'ordre, c'est que je n'ai pas les outils juridiques suffisants. Mais ce n'est pas du tout pour cela. Il faudrait peut-être s'intéresser à l'origine de pourquoi il y a eu le mouvement des Gilets jaunes, quel est l'origine de cela et de ne pas aller faire croire que l'infime minorité, et parfois qui n'était pas des Gilets jaunes, qui ont pénétré dans ces manifestations et qui ont cassé, qui ont dégradé l'Arc de Triomphe, ce n'était pas forcément des Gilets jaunes. »



Question

De nouveaux gaz lacrymogènes utilisés par les forces de l'ordre ?

Nadège Abderrazak
Nausées, vomissements, migraine, malaise... Yeux, nez et gorge qui brûlent... Respiration coupée... Le gaz lacrymogène de ces dernières semaines a de sacrés effets ! Je le trouve plus puissant que celui utilisé en novembre, lors des toutes premières manifestations...
Son tweet :

Stormtrooper

Acte XIV : Le « nettoyage » des Champs par les CRS

CRS, Champs Elysées
« Allez, dégagez de là ». Le Tweet :

War Whore

Sur les Champs Élysées, la police sort un bulldozer pour l'#Acte14

bulldozer police
© MichaelVllt @LEDOUAISIEN
Un bulldozer estampillé "police" sur les champs ce samedi 16 février.

Hardhat

Gilets jaunes : témoignages d'une justice expéditive, répressive et instrumentalisée

Des témoignages d'avocats de Gilets jaunes qui semblent concorder sur une description inquiétante de la justice sous l'ère Macron : répressive, expéditive et instrumentalisée...
julia
Gilets jaunes : une avocate témoigne de la répression judiciaire

Wolf

Luc Ferry se fait interpeller sur ses propos invitant la police à tirer et déclare que c'est une « Fake News »

Luc Ferry
LUC FERRY / Hier, une personne l'a interpellé concernant ses propos sur #RadioClassique, le 7 Janvier, invitant à ce que les forces de l'ordre « se servent de leurs armes », pour mettre fin aux violences lors des manifestations des #GiletsJaunes

Commentaire: Pour Luc Ferry, il faut que les forces de l'ordre « se servent de leurs armes »


Vader

Le Canard Enchainé révèle comment comment les ordres venus d'en haut ont refusé l'appréhension du casseur du véhicule Sentinelle

Canard Enchainé, février 2019
Laisser faire un casseur pour avoir des images à vendre à l'opinion publique : bravo Macron ! Le Canard révèle comment des policiers voulaient rapidement intervenir pour appréhender le casseur et comment les ordres venus d'en haut leur ont indiqué le contraire...Effarant.

Commentaire: Lire aussi : Pendant l'acte XIII la police suit un casseur mais ne fait rien