Bienvenue à Sott.net
jeu., 28 juil. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte


Mail

La Russie aurait averti in extremis Erdogan du coup d'État

Traduit par Diane, vérifié par jj, relu par Catherine pour le Saker francophone

© Sputnik
Le Service de renseignement russe a dû avoir vent des projets de putsch contre le gouvernement turc et a peut-être prévenu le président Erdogan à la dernière seconde. De ce fait, le coup d'État aurait été avancé de quelques heures - et a échoué parce que Erdogan a pu alerter à temps les éléments de la direction de l'armée. Des sources arabes et iraniennes disent avoir des indices que le putsch est parti des États du Golfe.

L'agence de presse de l'État iranien Fars livre quelques informations intéressantes sur le coup d'État manqué en Turquie. Ces indications sont naturellement à prendre avec prudence, parce que l'Iran est le principal rival de l'Arabie saoudite dans la région du Golfe. Le rapport de Fars, cependant, est tout à fait factuel et contient tant de détails qu'il ne peut être balayé d'un simple revers de main.

Fars cite plusieurs sources diplomatiques d'Ankara. Celles-ci indiquent que le service de renseignement russe doit avoir prévenu le service secret turc MIT du coup d'État imminent. Les diplomates anonymes rapportent que l'armée russe dans la région doit avoir capté des messages radio alarmants selon lesquels l'armée turque voulait perpétrer un coup d'État. Les informations interceptées contenaient aussi le projet d'assassiner Erdogan dans son hôtel de vacances au bord de la mer de Marmara, rapporte Fars.

Il faut relever que les messages radio et les informations ont été captés par la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie. Les Russes y ont installé les dispositifs d'écoute les plus modernes. Cette base est pour Moscou d'une grande importance stratégique pour tout le Proche-Orient. C'est pourquoi les Russes se sont aussi impliqués dans la guerre en Syrie, lorsque la province de Lattaquié a été menacée par les mercenaires internationaux et islamistes.

Red Flag

Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es : La France, l'Arabie Saoudite et le MKO

Un commandant iranien a fermement critiqué la France et l'Arabie Saoudite pour leur coopération avec l'organisation des Moudjahidine du Peuple, prévenant que tout acte de terrorisme touchant le pays serait imputé à ces nations .« Notre doigt sera pointé vers Riyad et Paris en cas d'acte terroriste en Iran », a affirmé le vice-commandant des forces armes iraniennes, le brigadier-général Massoud Jazayeri le 24 juillet.

© Capture d'écran Twitter
Le brigadier-général iranien Massoud Jazayeri
La France a permis l'organisation le 9 juillet d'un meeting des Moudjahidines du Peuple (MKO), organisation militante armée d'opposition, qualifiée de terroriste par Téhéran. Le prince saoudien Turki al-Faisal, ancien responsable des services de renseignements du royaume, y a donné un discours de 30 minutes.

Pumpkin

L'attentat de Nice : une affaire d'État pour menteur d'État ?


Comment: Merci à Cazeneuve de nous montrer d'une façon aussi éclatante que la caste politique manie le mensonge, la manipulation et l'intimidation d'une façon si... naturelle. Merci à lui de nous prouver, si c'était encore nécessaire, que nous ne pouvons avoir confiance en nos élus et au système qui propulse ces mêmes élus au sommet. Un sommet où l'on navigue dans l'irréalité, où l'on a que mépris pour la population. Un sommet qu'il faut dévaler de force quand quelqu'un trouve un peu le courage de dire la vérité. Bien précieuse et efficace, celle-là, puisqu'à sa lumière, les choses et les personnes reprennent leur juste place.

© Inconnu
Après l'attentat de Nice, ça craint méchamment du boudin pour Bernard Cazeneuve, lampiste officiel de François Hollande et de Manuel Valls. Même les petits cire-pompes du régime comme Slate, le site de Jacques Attali, sont en train de le lâcher en plein vol et sans parachute. L'atterrissage risque d'être douloureux !

Mais que s'est-il passé après l'attentat de Nice ?

Petit à petit, c'est un imbroglio officiel qui se dessine - un de plus diront les mauvaises langues! pour une majorité parlementaire dont la cacophonie est une marque de fabrique. Il devient d'ailleurs de plus en plus difficile de comprendre ce qui s'est passé dans les heures qui ont suivi l'attentat.

Ce qui est acquis, à ce stade, est que les caméras de vidéosurveillance ont bien fonctionné à Nice, et qu'elles regorgent d'images de l'attentat. Le spectacle est si convainquant que François Hollande s'en est fait personnellement envoyer une copie du best-of le samedi qui a suivi la tragédie. Dès le week-end suivant le drame, l'Elysée pouvait donc constater l'épaisse différence entre les propos soutenus par son ministre de l'Intérieur (qui a toute sa confiance) et la réalité.

Dans la foulée, la Sous-Direction de l'Anti-Terrorisme (SDAT) a envoyé deux policiers auprès de Sandra Bertin, chef du centre de supervision urbain de la ville de Nice, pour regarder les images. La SDAT, sous le contrôle du Parquet (donc de François Molins), a demandé à Sandra Bertin de rédiger un rapport sur le dispositif présent ce soir-là, puis a demandé la destruction des images.

Yoda

Vladimir Poutine, seul dirigeant valable de notre époque ?


Comment: Au vu de l'actualité, nous pouvons avoir l'impression de vivre dans un monde d'aliénés. On peut se demander alors ce que doit ressentir Poutine à côtoyer au plus près les malades haut-placés qui nous gouvernent, la bouche remplie de mensonges, l'esprit rempli de déni. Contraint de prendre part à la danse des fous, n'est-il pas obligé, tout en se faisant un devoir de dénoncer publiquement les affabulations étasuniennes et européennes, de se préparer au pire, devant tant de menaces et d'agressivité à l'encontre de son pays ? Et, comprenant qu'il n'est sans doute plus possible de raisonner les désaxés et de se protéger de toutes leurs provocations, accepter d'être celui qui devra donner le dernier ultimatum ?


Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Catherine pour le Saker francophone

Un article d'information de Reuters signé des noms des presstitués Robin Emmott et Sabine Siebold montre comment l'Occident manque de journalistes et de responsables gouvernementaux honnêtes, intelligents et responsables.
© Inconnu
Commençons par examiner la malhonnêteté ou l'incompétence des reporters puis nous passerons à celle des responsables gouvernementaux occidentaux.

Emmott et Siebold décrivent l'OTAN comme une alliance de défense occidentale. Depuis le régime Clinton, l'OTAN a été une alliance pour mener une guerre offensive, un crime de guerre selon les règles de Nuremberg établies par les États-Unis. Sous la bannière de l'OTAN, un grand nombre de pays ont été bombardés, envahis, leurs gouvernements ont été renversés par Washington agissant sous le couvert de l'OTAN.

Ces pays détruits ne constituaient aucune menace d'aucune sorte pour l'alliance de l'OTAN et n'entreprenaient pas d'actions agressives contre ses pays membres. Comment est-il possible que les journalistes et les rédacteurs en chef de Reuters ne soient pas au courant ? Pourquoi nomment-ils alliance de défense un instrument d'agression de Washington ?

Red Flag

En Afghanistan c'est tous les jours, la mort : 23.000 morts depuis 2009

L'Afghanistan a enregistré au premier semestre 2016 « un nombre record de victimes civiles » depuis le début des comptages en 2009, avec 5.166 morts et blessés, selon la Mission d'assistance des Nations unies à ce pays (Unama). Ce bilan est "conservatoire" et "sans doute sous-estimé" compte tenu de la méthode de comptage retenue, a précisé l'ONU.

© Google
Victimes record en 2016 en Afghanistan
Un tiers d'enfants. Dans un rapport publié lundi, la Mission précise que sur ce total de 1.601 morts et 3.565 blessés, en hausse de 4% par rapport à la même période 2015, "un tiers des victimes sont des enfants", dont 388 ont trouvé la mort. "Le nombre total de victimes civiles enregistré par l'ONU entre le 1er janvier 2009 et le 30 juin 2016 atteint 63.934" dont près de 23.000 morts et 41.000 blessés.

Commentaire: Lire aussi :


Gear

Attentat de Nice : cui bono ?


Comment: Avec cet "attentat" de Nice, nous avons la preuve irréfutable que l'"État d'Urgence" ne sert pas à protéger la population du "terrorisme". C'est avec les matraques, les interdictions, la surveillance et l'oppression qui s'abattent sur le crâne des français depuis des mois que l'on comprend un peu mieux l'utilité du dispositif national pré-cité. Quelle aubaine pour la clique politicienne que les meurtres, les massacres, les assassinats : celle-ci tente de nous imposer des mesures sécuritaires liberticides qui ne servent en réalité qu'à les protéger d'une vindicte et d'une colère populaire toujours plus grande. De quel aveuglement pathologique faut-il donc souffrir pour faire insulte de la sorte à notre simple bon sens et à notre intelligence de citoyen ordinaire ? Pour les caciques qui officient aux postes de pouvoir, ce que nos yeux voient, notre raison comprend et notre cœur ressent ne compte pas. Seule compte leur version mensongère de la réalité qu'ils tentent de nous imposer par tous les moyens.

© Inconnu
La fin de l'état d'urgence était prévue pour le mardi 26 juillet, sauf « évènement exceptionnel ». Instauré après les attentats du 13 novembre et prolongé à deux reprises (dont la dernière en mai dernier pour assurer la sécurité de L'Euro de football et du Tour de France), ce régime d'exception en matière de sécurité donnait une plus grande latitude au procureur et à la police juridique pour, notamment, prononcer des assignations à résidence ou des interdictions de manifester, fermer certains lieux et mener des perquisitions de jour et de nuit. Hasard de calendrier, ce que les médias appellent « l'attentat de Nice » fournit un énième prétexte à l'exécutif pour reconduire une nouvelle fois pendant 3 mois ces dispositifs liberticides totalement inefficaces face au risque terroriste (la preuve vient d'en être faite) mais très efficients pour mater la contestation sociale. L'opération sentinelle, tout aussi inadaptée à un risque imprévisible et multiforme, est également reconduite. Déclenchée en janvier 2015 après les attaques de Paris, elle permet de mobiliser 10.000 militaires en plus des gendarmes et des policiers.

USA

Washington politise de nouveau les Jeux olympiques

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Catherine pour le Saker francophone

Washington et son vassal canadien tentent d'utiliser un scandale de dopage sportif russe créé par les médias occidentaux pour interdire aux Russes de participer aux Jeux olympiques au Brésil. Washington et le Canada font pression sur d'autres pays pour les inciter à participer à la vendetta de Washington contre la Russie. Cette vendetta est menée sous le prétexte de « préserver un athlétisme propre ».

Vous pouvez parier votre vie que Washington n'est pas motivé par le respect de la justice dans le sport. Washington est occupé à l'intérieur du pays à détruire la justice pour les pauvres, et Washington, qui ne tient pas compte de la souveraineté des pays ni du droit international contre l'agression nue, est occupé à l'étranger à détruire des millions de vies à des fins hégémoniques.

Nous pourrions conclure que Washington veut l'hégémonie dans le sport exactement comme il le fait dans les affaires étrangères et veut que les athlètes russes dégagent de son chemin pour que les Américains puissent gagner davantage de médailles. Mais cela manquerait le point véritable de la campagne de Washington contre la Russie. Le scandale du dopage fait partie de l'effort en cours de Washington pour isoler la Russie et construire une opposition à Poutine en Russie même.

Bomb

La responsable de la vidéosurveillance de Nice se dit victime de pressions pour son rapport

© Keystone
La question de la présence de la police le soir du 14 juillet est au centre de l'affaire.
La policière responsable de la vidéosurveillance à Nice affirme avoir subi des pressions du ministère de l'Intérieur lors de la rédaction d'un rapport sur le 14-juillet. On lui aurait demandé de mentionner la présence de policiers nationaux sur les lieux de l'attaque.

Sandra Bertin, qui s'exprime dans le Journal du Dimanche, était en poste le soir de l'attaque qui a fait 84 morts sur la promenade des Anglais. Selon elle, un représentant de la place Beauvau lui a donné cette instruction.

«J'ai (...) eu affaire à une personne pressée qui m'a demandé un compte-rendu signalant les points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l'on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité», déclare-t-elle au JDD.

Pas sur les vidéos

«Or, la police nationale était peut-être là, mais elle ne m'est pas apparue sur les vidéos. Cette personne m'a alors demandé d'envoyer par courriel une version modifiable du rapport», ajoute la cheffe du Centre de supervision urbain (CSU) de la municipalité.

Commentaire: Nice ville de héros ?


Vader

Bellicisme et falsification historique pour le 75e anniversaire de l'invasion allemande de l'Union soviétique

© RIA Novosti
Le 22 juin 1941, la Wehrmacht allemande envahissait l'Union soviétique sans avertissement préalable et initiait une guerre d'anéantissement [lien en anglais] qui a coûté la vie à 27 millions de citoyens soviétiques. En Allemagne, le 75e anniversaire de ce crime historique a lieu dans le contexte de nouvelles préparations de guerre par l'OTAN contre la Russie. Dans le cadre des manœuvres en cours, des chars allemands s'acheminent vers la frontière russe. Parallèlement, le caractère criminel de l'attaque de 1941 contre l'Union soviétique, nommée « opération Barbarossa » par le régime nazi, est banalisé.

Le gouvernement allemand refuse d'organiser sous quelque forme que ce soit une commémoration officielle de l'un des plus grands crimes de l'histoire de l'humanité. Le président Joachim Gauck n'a pas jugé que l'anniversaire de cette attaque était une raison suffisante de se rendre en Russie. Il a préféré se rendre en Roumanie et en Bulgarie.

Lors du débat au Bundestag (parlement) pour marquer l'anniversaire, qui a duré une heure, les professions de culpabilité superficielles et creuses pour les horreurs commises sur le Front de l'Est furent éclipsées par une rhétorique agressive à l'encontre de la Russie. Le ministre allemand des affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a accusé la Russie d'avoir violé l'Acte final de la conférence d'Helsinki en annexant la Crimée. Il a réclamé une forte « préparation à la défense » en exigeant que les « capacités militaires » soient adaptées à la nouvelle donne militaire.

MIB

Rebondissement dans l'affaire de Margerie, ouverture d'un procès pour meurtre à Moscou

L'ouverture d'un procès pour meurtre à Moscou confirme la thèse d'un attentat contre l'ancien président de TOTAL

La nouvelle de l'ouverture d'un procès pour meurtre jeudi dernier à Moscou dans l'affaire de l'écrasement en octobre 2014 du Falcon 50 nolisé par l'ancien PDG de la pétrolière TOTAL, Christophe de Margerie, a été totalement escamotée par l'attentat de Nice, survenu quelques heures plus tard.

Les lecteurs de Vigile se souviendront de la série d'articles que j'avais consacrés à cette affaire, Un accident bizarre qui en rappelle un autre, Un embarras TOTAL, Un message des États-Unis à la France, à la manière du Parrain, qui illustrait de façon spectaculaire l'ascension de l'Empire Desmarais et de ses associés belges du groupe Albert Frère aux niveaux les plus élevés où leurs intérêts croisaient désormais ceux des grandes puissances mondiales dans leurs affrontements, avec tous les risques financiers et politiques que cela comporte.

Deux ans plus tard, la justice russe est prête à porter des accusations. Mais il faut bien comprendre que le procès qui s'ouvre maintenant déborde très largement du cadre de la justice pénale pour tomber dans celui des intérêts stratégiques de la Russie.

Commentaire: Visiblement la Russie ne veut pas passer le procès sous silence. Mais aura-t-il un écho en France ?