Bienvenue à Sott.net
dim., 05 avr. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte


Bizarro Earth

Tour de contrôle à la planète en confinement : Ce n'est qu'un test

Autant le Covid-19 est un disjoncteur, une bombe à retardement et une véritable arme de destruction massive (ADM), un débat acharné fait rage dans le monde entier sur le bien-fondé d'une quarantaine de masse appliquée à des villes, des États et des nations entières.
escolabar
Ceux qui s'y opposent affirment que le confinement de la planète non seulement n'arrête pas la propagation du Covid-19, mais qu'il a également fait basculer l'économie mondiale dans un état de cryogénie - avec des conséquences imprévues et désastreuses. Ainsi, la quarantaine devrait s'appliquer essentiellement à la population présentant le plus grand risque de décès : les personnes âgées.

Commentaire: Lire aussi :


Bad Guys

Coronavirus - À qui profite le crime ?


Commentaire : En moins de 10 minutes, presque tout ce que vous avez à savoir sur Cui Bono est dit...


Qui est derrière cette apocalypse mondiale du Coronavirus ? Une révélation choc qui va vous faire flipper. C'est presque irréel et gravissime. C'est sidérant. Tout le monde devrait savoir ça...
Macron finance hopitaux coronavirus
© artistepro-Youtube

2 + 2 = 4

Leçon du jour - Comment créer une fausse pandémie

Salutations, collègues manipulateurs et trompeurs, et bienvenue dans notre formation pour apprendre comment créer une fausse pandémie ! Comme vous l'avez appris lors de nos précédentes sessions, la première chose dont vous avez besoin pour une mission de ce type est de posséder quelques médias grand public. En tant qu'experts es manipulation de masse, nous sommes sûrs que vous possédez un ou deux médias, alors allons-y !
Corona
© Inconnu
Fabriquer une pandémie quand il n'y en a pas est bien plus facile que ce que l'on croit. Comme d'habitude, nous aurons besoin d'une bonne mise en lumière, de l'usage des répétitions, de quelques détournements d'attention, de chiffres à moitié inventés et de nos astuces psychologiques habituelles.

Pour déclencher une fausse pandémie, nous avons besoin d'un virus approprié. Il faudrait qu'il soit nouveau de façon à ce que les gens ne le connaisse pas ou peu — de cette façon, vous pouvez leur dire à peu près n'importe quoi, et, compte tenu de leur ignorance, ils ne pourront rien dire qui puisse contredire vos affirmations Le mieux est de choisir un nom qui fasse peur ou qui sonne bien. Les médias adoreront en parler.

Que ce nouveau virus soit étroitement lié à d'autres virus qui ne sont ni nouveaux ni rares peut s'avérer très utile. Vous pourrez ainsi les ajouter au cocktail chaque fois que vous avez besoin de gonfler les chiffres. Le monde viral est extraordinairement diversifié, mais les gens n'en savent rien, alors le choix est très large ; en outre, la plupart des gens ne peuvent pas différencier un virus d'une bactérie, ou même d'une très petite araignée.

Attention

Coronavirus - Ce que vous NE pouvez PAS dire à son sujet

Pssst. Vous.

Oui, vous.

Êtes-vous intéressé par une discussion de... choses ? Vous savez, le genre de choses dont on n'a plus le droit de parler ? Vous savez, depuis le... euhhh... « L'événement » ?
Coronavirus
© The Corbett Report
Vous l'êtes ? Super. Je veux dire, vous avez peut-être remarqué que les choses deviennent un peu houleuses dans le monde. Vous risquez par exemple d'être vilipendé pour avoir osé suggérer qu'un certain nombre de choses au sein de la « nouvelle normalité » pourraient bien être inacceptables.

Toutes ces nouvelles normes sociales et tabous culturels apparus ces dernières semaines semblent avoir également créé une série de nouveaux crimes de pensée : des choses qui ne doivent pas être exprimées de peur de se voir expulsé de la société civilisée... voire pire.

C'est la raison pour laquelle il est crucial que nous parlions de nos préoccupations avant que ces crimes de pensée socialement contrôlés ne deviennent littéralement des crimes. Comme vous le savez certainement, si nous ne réalisons pas aujourd'hui que ces nouvelles normes sociales existent, il sera bientôt impossible d'exprimer des opinions dissidentes.

Permettez-moi donc d'exprimer quelques réflexions personnelles. Mais soyez prévenu : je vous garantis que certaines — a minima — de mes idées vous sembleront offensantes. Vous serez en profond désaccord avec elles. Vous vous mettrez en colère.

La vraie question est : que ferez-vous à ceux qui expriment des opinions avec lesquelles vous n'êtes pas d'accord ? Engager un dialogue avec eux ? Ou exiger que les agents de l'État suppriment leur discours sur Internet et les enferment dans une cage pour crime d'opinion ?

Quoi qu'il en soit, j'ai déjà commis de nombreux délits d'opinion ces dernières semaines, autant vous en faire part. Êtes-vous prêt ? Allons-y.

Syringe

Après le confinement : un programme mondial de vaccination contre le coronavirus

La tendance est à un verrouillage mondial mené par la peur et la désinformation des médias. Actuellement, des centaines de millions de personnes dans le monde entier sont en état de confinement.

Quelle est la prochaine étape dans l'évolution de la crise de la COVID-19 ?

Un programme de vaccination contre le coronavirus a été annoncé à Davos lors du Forum économique mondial (21-24 janvier), à peine deux semaines après que le coronavirus a été identifié par les autorités chinoises le 7 janvier.

L'entité responsable de l'initiative pour un nouveau vaccin contre le coronavirus est la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), une organisation parrainée et financée par le Forum économique mondial (WEF) et la Fondation Bill et Melinda Gates.

Notez la chronologie : le développement du vaccin nCoV 2019 a été annoncé au Forum économique mondial de Davos (WEF) une semaine avant le lancement officiel par l'OMS d'une urgence de santé publique mondiale (30 janvier), alors que le nombre de « cas confirmés » dans le monde (hors Chine) était de 150 (dont 6 aux États-Unis).

La CEPI cherche à obtenir un rôle de « monopole » dans le domaine de la vaccination, dont l'objectif est un « projet mondial de vaccins », en partenariat avec un grand nombre de « candidats ». Il a annoncé le financement de son partenariat existant avec Inovio et l'Université du Queensland (Australie). En outre, le CEPI a confirmé (le 23 janvier) son contrat avec Moderna, Inc. et l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) dirigé par le Dr Anthony Fauci, qui a joué un rôle déterminant dans la campagne de peur et de panique menée dans toute l'Amérique : « Dix fois pire que la grippe saisonnière ».

covid

Ronald bailey: Coronavirus COVID-19 Le taux de mortalité est « dix fois pire » que celui de la grippe saisonnière, selon le Dr Anthony Fauci

Les espoirs initiaux de voir les conséquences du nouveau coronavirus sur la santé publique s’estompent.

Commentaire: L'arbre qui cache la forêt : « pandémie » du Covid-19 et « Agenda ID2020 »


Bad Guys

Des putschistes à l'ombre du coronavirus

vvvv

Le 1er février, le secrétaire US à la Défense, Mark Esper, a donné instruction au général Terrence J. O’Shaughnessy de se tenir prêt. Le 13 février, celui-ci a déclaré devant la Commission sénatoriale des Forces armées se préparer au pire scénario. En cas de catastrophe sanitaire, le plan de « continuité du gouvernement » ferait de lui le prochain dictateur (au sens antique du terme) des États-Unis.
Alors que les populations ont les yeux rivés sur les chiffres de la progression du coronavirus, une profonde réorganisation des exécutifs a lieu accordant le primat aux hauts-fonctionnaires de Santé sur les politiques. Dans l'ombre, des banquiers et des militaires s'agitent espérant confisquer le Pouvoir à leur profit.

Health

Comment la France se prive de 150 000 à 300 000 tests par semaine

tests, réactifs
© Le Point
Les biologistes médicaux sont des gens polis. Lorsque Le Point les a contactés il y a 10 jours, ils ont hésité à parler. « Nous sommes en contact avec le gouvernement, la situation va forcément se débloquer... » Et puis ? Et puis rien. Silence radio. Un silence « incompréhensible », pour plusieurs des directeurs de laboratoires départementaux que Le Point a entendus. Les Français les connaissent mal, mais ils sont un rouage essentiel de notre système de santé.

Implantés sur tout le territoire, 75 laboratoires publics (et leurs 4 500 employés) dépendent des départements, et assument la lourde tâche d'effectuer les analyses de contrôle des eaux, d'hygiène alimentaire ou de santé animale. Contrairement aux laboratoires de santé humaine, qui ne traitent ordinairement qu'un faible nombre d'analyses, ils sont dimensionnés pour travailler « par troupeaux », à la chaîne : pendant les crises de la vache folle ou de la peste aviaire, ils ont réalisé des dizaines de milliers de tests... par jour ! Et justement : c'est cette spécificité qu'ils pensaient que le gouvernement prendrait en compte. « Les laboratoires de biologie humaine, qui réalisent les tests aujourd'hui, travaillent avec des machines très performantes, mais » fermées, « c'est-à-dire conçues pour ne travailler qu'avec un seul type de réactifs », décrypte Philippe Nicollet, directeur du laboratoire départemental de l'environnement et de l'alimentation de Vendée.

Commentaire: Raoult avait donc raison. Il parle dans une de ses premières vidéos de la possibilité de faire des tests rapidement sur tout le territoire par les laboratoires, les Chinois nous ayant donné depuis longtemps la séquence d'identification du virus.

Mais la vrai raison du blocage est sûrement dans cet autre titre du Point :

tests, coronavirus
Ce que ne veut visiblement le gouvernement mondial.

Voir aussi :


Cult

Confinement, mesure sanitaire ou politique ?

Le confinement total, une catastrophe économique mais aussi sociale.

Ce confinement total qui n'en est pas un (les travailleurs doivent aller bosser sans protection avant de se confiner le soir !) est toxique pour la santé des confinés et ses effets pervers sont bien connus.

Ce confinement de la population est catastrophique pour le pays conduit tout droit vers la récession [1]. Sans preuve d'efficacité médicale réelle, Il ruine l'économie. Il menace à court terme l'existence même des artisans, professions libérales, petits commerçants soumis à de nombreuses charges fixes (loyers, salaires, charges sociales) qu'ils ne pourront plus honorer faute d'activité et de leurs nombreux salariés jetés au chômage [2].

De plus ses complications sanitaires ne sont pas négligeables.

Macron, infirmiers

Commentaire: L'interview des Delépine : Le confinement : « Une décision purement politique pour habituer la population à la dictature »


Syringe

Covid-19 : menaces euthanasiques ? (décret du 28 mars 2020)

euthanasie covid
Le gouvernement a signé le 28 mars le décret n° 2020-360 "complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire". Jusqu'ici, rien que de très normal. Cependant, une disposition inquiète :

Commentaire: RIVOTRIL (clonazépam) et paracétamol injectables : utilisation dérogatoire dans le cadre de la COVID-19

Que se passe-t-il dans les EHPAD ?

Après la mort de nombreux résidents dans une maison de retraite à Mougins, le petit-fils d'une des victimes annonce son intention de porter plainte pour mise en danger de la vie d'autrui. :
L'Ehpad de Korian Riviera, situé à Mougins dans les Alpes-Maritimes, a été confronté ces derniers jours à des décès de résidents âgés, testés positifs aux Covid-19», a indiqué l'Agence régionale de santé (ARS) dans un communiqué. Depuis le 20 mars 2020, 24 personnes âgées, residents dans cet établissement sont décédés (chiffre communiqué jeudi). Au moment même où la directrice rassurait Arnaud par téléphone, un article sortait dans le quotidien local Nice-Matin, faisant état de 12 morts en deux semaines dans la maison de retraite.

«Je suis très en colère, dit Arnaud. Non seulement ma grand-mère est morte seule avec un sentiment d'abandon : on n'a pas pu l'accompagner dans ses derniers moments, mais en plus, on nous a dit que tout allait bien. C'est un mensonge



Snakes in Suits

« On a menti sciemment » sur l'utilité des masques, avoue la médecin et journaliste Marina Carrère d'Encausse

Marina Carrère d'Encausse
© Jacques BENAROCH/SIP
Marina Carrère d'Encausse.
Pour elle, ce "mensonge" était "pour une bonne cause puisque c'était pour le personnel soignant".

Depuis l'arrivée de l'épidémie de coronavirus, un reproche est adressé quotidiennement au gouvernement : la pénurie de masques. Une pénurie que l'Etat a d'abord essayé de cacher en expliquant que le port de cet équipement n'était pas nécessaire pour toute la population, mais seulement pour les malades du Covid-19. Sur Europe 1, la médecin et journaliste Marine Carrère d'Encausse a justifié ce « mensonge » en expliquant qu'il était pour « une bonne cause ».

Un mensonge pour que « la population ne se rue pas dans les pharmacies »

La présentatrice des émissions Le magazine de la santé et Allô Docteurs, sur France 5, a avoué que ce « mensonge » émanait notamment des autorités sanitaires. Mais pour elle, il a été dit « sciemment, parce qu'il n'y avait pas tellement d'autres solutions ». « Et c'était pour une bonne cause puisque c'était pour le personnel soignant, pour protéger la population et le personnel soignant », a-t-elle fait valoir à la radio. « A l'époque, on a priorisé », a-t-elle avoué. « Comme effectivement on n'avait pas assez de masques, là-dessus on ne peut pas dire le contraire, on a tout fait pour les réserver à ceux qui en avaient le plus besoin, c'est-à-dire le personnel soignant », a-t-elle ajouté. Pour la présentatrice, ce discours a tout simplement été tenu pour que « la population ne se rue pas dans les pharmacies pour acheter des masques ».

Commentaire: Voir aussi : Sibeth Ndiaye : « J'assume pleinement de mentir pour protéger le président »