Bienvenue à Sott.net
sam., 05 déc. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte


Black Cat 2

Canada - Les résidents de l'Ontario qui refusent de se faire vacciner contre le COVID-19 peuvent faire face à certaines limites, dit le Dr David Williams

Le médecin-hygiéniste en chef de l'Ontario, au Canada, déclare que le vaccin COVID-19 sera traité de la même manière que les autres vaccins: pas obligatoire, mais requis pour un certain accès. Le Dr David Williams a déclaré que le gouvernement ne pouvait forcer personne à l'accepter.
frth

Dr. David Williams
Les résidents de l'Ontario qui refusent de se faire vacciner contre le COVID-19 peuvent faire face à certaines limites, dit le médecin hygiéniste en chef, le Dr David Williams. Quelqu'un peut devoir présenter une preuve de vaccination, par exemple, pour entrer dans une maison de retraite ou un hôpital sans équipement de protection individuelle, a-t-il déclaré le 3 décembre dernier.

Commentaire: Et si c'était la majorité qui décidait de vivre cette vie de facto ? Que se passerait-il ?


Bell

Le pouvoir des élites est une illusion et leur contrôle n'est qu'une façade

Les populations d'un grand nombre de pays auront cette année été soumises à un véritable déluge de leçons oubliées depuis des générations sur la manière dont s'exerce sur eux le pouvoir et le contrôle. Je pense que la majorité des Occidentaux, en particulier, se croient depuis longtemps « à l'abri » des gouvernements totalitaires, de la micro-gestion collectiviste et de la culture communiste. Ils étaient convaincus que nous avions dépassé les cauchemars du XXe siècle. Ils imaginaient que le « nouveau monde » serait plus utopique, et que les progrès technologiques nous feraient la grâce d'une liberté accrue.
Prenez votre place dans le rang
© Wikimedia
« PRENEZ VOTRE PLACE DANS LE RANG »
Poster de propagande créé par la Grande-Bretagne en 1915
Bien sûr, dans le subconscient de chacun, la crainte que les bons moments soient une illusion et que la dystopie ne soit qu'un mince vernis de stabilité économique et de faux optimisme existe, mais la plupart ne pensent pas vraiment que de telles catastrophes se produiront au cours de leur vie. Nous sommes aujourd'hui au milieu d'une pandémie délibérément sur-médiatisée, d'un confinement national strict, de troubles civils, d'émeutes, d'une censure technologique agressive, d'une censure gouvernementale intrusive, d'un endettement sans précédent des entreprises et du Trésor, d'une relance des banques centrales stagflationniste [mot valise pour définir une croissance économique lente associée à un taux d'inflation et de chômage élevé - NdT] et de l'effondrement de bulles financières massives. Pourtant, je n'ai toujours pas l'impression que de nombreux citoyens saisissent réellement l'ampleur du danger ; ils croient toujours que la situation va se résoudre d'elle-même sans aucun effort ni aucun sacrifice de leur part.

C'est la première leçon du pouvoir : des sociétés entières peuvent être facilement influencées lorsqu'elles souffrent de l'illusion que les mauvais moments seront éphémères et que les gouvernements les garderont en sécurité quoi qu'il arrive.

Biohazard

« Vaccin » contre le Covid : la mise en garde du Pr Perronne

L'agenda mercantile avance à marche forcée : quelques mois seulement après l'apparition « officielle » du Sras-CoV-2 (on en repère désormais des traces dès l'été 2019... fort loin de la Chine !), voici que les pharmas, à grand coups d'effets d'annonce et sous les acclamations diligentes de la presse qui semble avoir définitivement avoir perdu tout recul, prétendent nous vacciner à tour de bras dans les semaines et les mois à venir.
sdfgg
Euuuuhhh... Ceci pose tout de même un certain nombre de problèmes. D'abord parce qu'il ne s'agit en réalité non pas d'un vaccin mais d'une thérapie génique encore jamais expérimentée sur l'être humain. Qui aurait requis de cinq à dix ans pour être développée d'une manière qui respecte les protocoles de sécurité normaux. Et dont on ne comprend pas l'urgence au regard du taux de létalité du nouveau coronavirus, équivalent bel et bien à celui d'une grippe moyenne !

Commentaire: Lire aussi :


Eye 1

Comment le Conseil de l'Europe est financé par l'Open Society de George Soros et Microsoft de Bill Gates

Dans un article, Valeurs Actuelles indique que le président de l'European Center for Law and Justice, le docteur en droit Grégor Puppinck, dénonce la perméabilité du Conseil de l'Europe aux financements privés. Le magazine, se faisant le porte-voix de l'expert juridique, nous met en garde sur l'indépendance politique de cette organisation mais aussi sur d'autres instances internationales dont celle qui ordonne aux gens comment vivre, respirer, voir leurs parents.
George Soros et Bill Gates
© inconnu
On apprend que Grégor Puppinck a révélé, il y a six mois le scandale George Soros à la Cour européenne des droits de l'homme et qu'il dénonce maintenant le rôle du financier au Conseil de l'Europe dont dépend la Cour européenne des droits de l'homme car, comme l'indique le magazine, ce dernier « a lui-même été financé par l'Open Society et Microsoft ». Grégor Puppinck explique qu'« à la lecture des rapports financiers annuels du Conseil de l'Europe, il apparaît que l'Open Society de George Soros et Microsoft de Bill Gates sont les deux plus gros donateurs privés de l'organisation » et que ces deux groupes « ont donné respectivement au Conseil de l'Europe près de 1 400 000 euros entre 2004 et 2013 et près de 690 000 euros entre 2006 et 2014 ».

On apprend que « l'Open Society soutient par ailleurs des initiatives du Conseil de l'Europe, notamment l'Institut européen des arts et de la culture roms » et que pour masquer ces financements, « depuis 2015, il n'y a plus trace de ces financements directs », mais qu'« en revanche, le Conseil de l'Europe a institué un fond spécial pour recevoir de telles contributions volontaires extra-budgétaires ». L'expert en droit souligne la gravité de l'affaire car « il est étonnant qu'une organisation politique intergouvernementale soit ainsi perméable aux financements privés ». Toujours selon le juriste, « un député du Conseil de l'Europe a saisi le comité des ministres à ce sujet pour demander aux 48 ambassadeurs qui le composent que soient rendus publics tous les documents relatifs à ces financements ».

Chess

Les élections US, le général Flynn et QAnon

La grâce octroyée par le président Trump à son ancien conseiller national de sécurité, le général Michael Flynn, parait être un soutien à QAnon ; un groupe qui lui paraît lié. De même que le renvoi de leaders du Pentagone semble suivre les objectifs du général Flynn.
Donald Trump et le Général Flynn
© Inconnu
En accordant avec éclat sa grâce présidentielle au général Michael Flynn, Donald Trump a jeté le trouble.

Certes, ce grand militaire est poursuivi pour avoir menti aux enquêteurs du Russiagate (et non pas pour d'autres crimes qu'il aurait lui-même commis). Il cherchait à protéger son patron des intrusions de la Justice ; ce dont celui-ci le remercie aujourd'hui.

Trump gracie le Général Flynn
Mais surtout parce que cet homme a un curriculum vitæ remarquable. Directeur du Renseignement militaire, il remit en cause le soutien de l'administration Obama à Al-Qaïda, à Daesh et à leur maison-mère, les Frères musulmans. Il batailla pour stopper la guerre contre la Syrie et maintenir le président Bachar el-Assad à son poste. À l'issue d'un mémorable conflit, au cours duquel il fut soutenu par les généraux Mattis et Kelly, il fut contraint de démissionner.

Il commença alors une carrière dans le privé en travaillant pour Cambridge Analytica, la firme qui analysa de méga-données du trafic internet pour aider les campagnes électorales de nombreux dirigeants actuels, dont Ted Cruz [1] puis Donald Trump aux USA. Puis, il créa avec son fils, Michael Jr, une société de lobbying, dont la Turquie fut un client. Il plaida pour elle en faveur de l'extradition de Fetuhllah Gülen, accusé d'avoir fomenté le coup d'État de 2016. À l'époque le président Recep Tayyip Erdogan n'était pas encore le protecteur des Frères musulmans et hésitait à devenir le leader du nationalisme turc. Il était donc souhaitable d'extrader le leader islamiste qui avait mis en œuvre le coup d'État sur les ordres de la CIA.

Commentaire: Voir nos articles sur les sujets abordés dans cet article :


Crusader

Répression, phase 2 — L'institut Pasteur a déposé plainte en diffamation contre les réalisateurs du documentaire « Hold-up »

Tenu responsable de l'épidémie de coronavirus par des thèses dites complotistes depuis plusieurs semaines, l'Institut Pasteur passe à l'offensive. Le laboratoire français a — selon des informations de Checknews et LCI — déposé lundi dernier une plainte en diffamation contre Pierre Barnérias, le réalisateur du documentaire controversé Hold-Up.
Hold-Up le film censuré
Nul doute que l'Institut Pasteur ne laissera pas les « théories complotistes » ternir son image. Ce film controversé, dont des personnalités avaient fait la promotion sur les réseaux sociaux, défend la thèse selon laquelle le Covid-19 est une manipulation des gouvernants. Il existe pourtant un certain nombre de faisceaux de preuves qui permettent de croire pourtant que c'est le cas. Le documentaire accuse l'Institut d'avoir fabriqué le coronavirus « en insérant une séquence d'ADN de la malaria dans un virus peu dangereux ». Aurait-il tort ou raison ?

Rappelons néanmoins que dans une étude que nous avons traduit et publié à partir de l'article source publié lui dans bioRxiv le 31 janvier 2020, des scientifiques indiens ont trouvé dans 2019nCov des insertions semblables au SIDA qui ne sont pas présentes dans les autres coronavirus. Cela laisse penser que le virus pourrait être le résultat de manipulations génétiques.

Il n'empêche que l'Institut Pasteur a indiqué à LCI que
« L'extrait vidéo que l'on voit à partir de 1h 49 dans le documentaire Hold-Up et qui cite l'Institut Pasteur a été versé à un dossier plus large remis à la justice. »
Dans cette séquence, l'ancien pharmacien Jean-Bernard Fourtillan — qui a osé tester des patchs qu'il avait lui même conçus sur des malades atteints de Parkinson et Alzheimer sans autorisation de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament — affirme que le Covid-19 « a été fabriqué par l'Institut Pasteur ». Il appuie ses dires sur le dépôt en 2004 d'un brevet par l'Institut pour la recherche d'un vaccin contre le Sras, une autre forme de coronavirus qui a tué, selon Santé Publique France, 774 personnes entre 2002 et 2003 dans le monde.

Syringe

La Hongrie est le premier pays européen à choisir le vaccin russe Spoutnik V — L'Union européenne grince des dents

Alors que l'Union européenne accumule les contrats avec des laboratoires pharmaceutiques occidentaux — Moderna, AstraZeneca, Johnson & Johnson, Sanofi-GSK, Pfizer-BioNTech et CureVac — la Hongrie, par ailleurs engagée dans un bras de fer sur le budget avec Bruxelles, a donc décidé de se démarquer de cette tendance qui prédomine au sein de l'UE.
Vaccin Spoutnik V
© Inconnu
Peter Szijjarto, le ministre des Affaires étrangères hongrois, s'est par ailleurs félicitée le 27 novembre dernier d'avoir reçu des échantillons du vaccin russe Spoutnik V pour lutter contre le Covid-19 : « Nous sommes le premier pays de l'Union européenne à recevoir un tel échantillon. »

Si dans les faits, l'approche pragmatique de Budapest consiste à garder sous la main plusieurs options pour sa campagne de vaccination, elle est loin d'être en phase avec Bruxelles. Il semble pourtant que les États devraient pouvoir choisir pour leurs populations, sans que cet aspect soit politique. Kirill Dmitriev, responsable du fonds souverain russe qui a permis le développement de Spoutnik V a déclaré :
« Les vaccins devraient rester en dehors de la politique et les pays devraient avoir le choix dans la manière de protéger leurs citoyens. »
Il a ajouté que la Russie était prête à partager les données avec l'Agence européenne des médicaments et qu'elle avait l'intention de rendre possible la production du vaccin en Hongrie et dans les autres pays de l'Union européenne qui le souhaitent. Une filiale du fonds souverain russe a également demandé un avis scientifique à l'Agence européenne des médicaments fin octobre, mais n'a reçu aucune réponse jusqu'à présent.

Binoculars

Le dragon vole, l'aigle s'écrase lors des sommets géoéconomiques

Quatre sommets géoéconomiques en une semaine racontent l'histoire de notre situation en ces temps de dystopie suprême. La signature (virtuelle) du RCEP au Vietnam a été suivie par la réunion tout aussi virtuelle du BRICS à Moscou, la réunion de l'APEC en Malaisie et le G20 le week-end dernier en Arabie Saoudite.

usaa
Les cyniques n'ont pas manqué de remarquer le théâtre spectaculaire de l'absurde d'avoir les 20 premières économies - du moins en théorie - discutant de ce qui est sans doute le tournant du système mondial, reliées à une hacienda pétrolière du désert favorable à la décapitation avec une mentalité du 7ème siècle.

Gear

L'ère du Covid — Décryptage des « techniques de manipulation mentale dignes des régimes totalitaires » servies par une technologie diaboliquement efficace

Covidinfos.net a en septembre dernier partagé une tribune soumise par le Docteur Frédéric Badel, psychiatre, qui explore les différentes techniques de manipulation mises en œuvre depuis le début de la crise en cours dans un article intitulé : « Culpabilisation, conditionnement, mensonge... » Le Dr Badel dénonce des « techniques de manipulation mentale dignes des régimes totalitaires ». Le fait qu'il ait écrit cette tribune en septembre, avant le deuxième confinement (et avant qu'un troisième ne nous tombe dessus dans les prochaines semaines) rend très pertinents certains des aspects de manipulation mentale qu'il décrit et annonce, à l'avance.

Même si l'utilisation de la culpabilisation, du conditionnement et du mensonge, notamment dans le cadre du Covid, a déjà été traitée sur Sott (voir la série d'articles plus bas), avoir le point de vue d'un psychiatre reste néanmoins utile, d'autant que la parole discordante est rare. Cette tribune pourrait permettre à certains de nos lecteurs — potentiellement en proie à des difficultés pour expliquer autour d'eux comment les techniques de manipulation fonctionnent — de recourir au témoignage d'un professionnel en psychiatrie.
Peur par manipulation
Laissons dans un premier temps la parole au Dr Frédéric Badel, puis nous poursuivrons l'article avec plus de données sur le sujet.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Bizarro Earth

La « pandémie » Covid-19 : Détruire la vie des peuples. Dépression économique provoquée. Coup d'État « mondial » ?

Les zones rouges, le masque facial, la distanciation sociale, la fermeture des écoles, collèges et universités, plus de réunions familiales, plus de fêtes d'anniversaire, la musique, les arts : plus d'événements culturels, les manifestations sportives sont suspendues, plus de mariages, « l'amour et la vie » est carrément interdit. Et dans plusieurs pays, les fêtes de Noël sont annulées... C'est la destruction de la vie des gens. C'est la déstabilisation de la société civile. Et pour quoi ?
45678
Les mensonges sont soutenus par une campagne massive de désinformation des médias. 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, des « alertes Covid » incessantes et répétitives depuis dix mois... C'est un processus d'ingénierie sociale.

Manipulation des estimations, les tests RT-PCR sont trompeurs

Ce qu'ils veulent, c'est augmenter les chiffres afin de justifier le verrouillage.

Des millions de tests covidés positifs.

Selon le Dr Pascal Sacré dans un article intitulé : Le COVID-19: RT-PCR ou comment enfumer toute l'humanité.

COVID-19: RT-PCR ou comment enfumer toute l'humanité :
Cette utilisation abusive de la technique RT-PCR est employée comme une stratégie implacable et intentionnelle par certains gouvernements, appuyés par des conseils scientifiques de sécurité et par les médias dominants, pour justifier des mesures excessives comme la violation d'un grand nombre de droits constitutionnels, la destruction de l'économie avec la mise en faillite de pans entiers des secteurs actifs de la société, la dégradation des conditions de vie pour un grand nombre de citoyens ordinaires, sous prétexte d'une pandémie qui se base sur un nombre de tests RT-PCR positifs, et non sur un nombre de malades réels.