Bienvenue à Sott.net
ven., 26 mai 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Seismograph

63min après son élection, le Président de la République vit son premier grand moment de solitude...

« Là, si je passe en ce moment sur toutes les chaînes en disant ça, j'aurais l'air intelligent, faudrait peut-être pas ouvrir le canal ! » La réponse de l'équipe de Sky News en images...
© Sky News

Snakes in Suits

L'horreur Macron

Sécessions

Cette campagne électorale se termine. Elle fut révélatrice, dans le comportement d'une certaine presse, de ce que la société française a de plus hideux. Le résultat de l'élection présidentielle ne fait désormais guère de doutes. M. Emmanuel Macron sera, selon toutes probabilités, élu le 7 mai au soir. Mais, cette campagne va laisser des traces profondes. Le pays est profondément divisé et n'arrivera pas à s'unir sous ce nouveau Président. Des pans entiers de la population sont entrés, ou sont sur le point d'entrer, en sécession. Christophe Guilluy a d'ailleurs bien analysé le désastre de cette bien-pensance soi-disant antifasciste qui ne sert que de couverture aux intérêts des puissants [1].
© Inconnu
L'horreur Macron

Les deux candidats portent une responsabilité évidente dans cet état de fait. M. Emmanuel Macron, tout d'abord, qui par son arrogance combinée à son insignifiance, s'avère être un produit de ce que l'on appelle le « système », vendu aux électeurs comme l'on vend un paquet de lessive (selon Michel Onfray) ou une pâtisserie trop grasse et trop sucrée, aux consommateurs dans un supermarché. Il a porté très haut la barre de l'indécence en matière de récupération mémorielle, et durablement endommagé la mémoire historique qu'il convient de préserver. Son erreur sur le chômage de masse lors du débat du 3 mai à la télévision est en réalité exemplaire. En prétendant que la France est la seule touchée par le « chômage de masse », en oubliant la situation de la Grèce, de l'Espagne, de l'Italie, du Portugal, il dévoile en réalité sa pensée. Ces pays ne sont plus considérés comme frappés par le chômage, parce qu'ils ont mis en place, que ce soit volontairement ou contraints et forcés, des politiques de « réforme du marché du travail ». Que ces politiques aggravent en réalité la situation à laquelle elles étaient censées remédier constitue l'erreur de fond que recouvre cette erreur de forme.

Sur le fond donc, tout a été dit de ce que représente le projet d'Emmanuel Macron, sa soumission profonde au néo-libéralisme et au culte de l'Union européenne, ses aspects rétrogrades sous des masques faussement modernes. Cet homme est bien le produit, comme l'a rappelé Aude Lancelin, d'un putsch silencieux du CAC-40, même si Aude Lancelin ne décrit que très imparfaitement les mécanismes et les ressorts de ce putsch [2]. Autour de lui se rassemblent tous les politiciens qui ont échoué depuis ces vingt ou ces trente dernières années. Il a été incapable d'entendre ce que lui disaient les français qu'il a rencontrés. Muré dans ses certitudes, droit dans ses bottes comme le veut l'expression, ce Président par défaut qui s'annonce sera un profond facteur de division et une cause de sécessions parmi les français. Comme le dit et l'écrit François Ruffin il sera haï à peine que d'être élu et ne bénéficiera d'aucun état de grâce [3].

Eye 1

Emmanuel Macron président, oui mais...

Sans grande surprise, le candidat d'En Marche! l'a emporté face à Marine Le Pen avec près de 66% selon les premières estimations. Néanmoins, Emmanuel Macron sera confronté à des enjeux inédits dans un paysage politique en pleine recomposition.
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Le président Macron
Si l'on en croit ce que ressassent les instituts de sondage depuis des mois, face à Marine Le Pen, n'importe quel candidat était assuré de l'emporter. Ces données présentes dans la tête de tous, la campagne pour le premier tour de l'élection a ressemblé à une course de petits chevaux devant déterminer qui se retrouverait face à elle.

Commentaire: Lire aussi :


Blackbox

« Les zones de désescalade » en Syrie : qu'en sait-on ?

Le mémorandum sur la création des « zones de désescalade » en Syrie est entré en vigueur le 5 mai à 21h. RT France vous présente ce qu'on sait déjà de cet accord, dont le but est de faciliter la résolution du conflit en Syrie.

© Inconnu
Les zones
La Russie, l'Iran et la Turquie ont adopté le 4 mai à Astana un plan russe pour la Syrie, visant à créer des zones sécurisées pour instaurer une trêve durable dans plusieurs régions. Il a commencé à être appliqué le 5 mai à minuit (heure locale).

Commentaire: Lire aussi :


Dig

« Pas ça ! », ou l'art de la soumission à la guerre selon Emmanuel Macron

La campagne électorale présidentielle française s'est transformée en un exercice de propagande. Les électeurs sont bombardés de messages abscons qu'ils n'ont pas le temps d'analyser, mais qui les imprègnent.
© Inconnu
Non ingérence dans le processus électoral français, hein ?
Macron est d'accord avec tout le monde, il adopte même les gestuelles d'Obama et Sarkozy, en acteur de théâtre qu'il est...
À titre d'exemple, lors de son meeting d'Amiens, Emmanuel Macron a accusé Marine Le Pen de s'être réfugiée auprès des Prussiens lors du siège de Paris... en 1870, puis d'avoir partagé l'idéologie destructrice de l'Allemagne... en 1914. Sur ce, il s'est exclamé avec exaltation : « Pas ça !, Pas ça !, Pas ça ! ». Bien sûr, vous n'avez pas écouté ce message, mais vous l'avez entendu : Marine Le Pen ne serait pas l'incarnation de la Nation qu'elle prétend être, mais de la Trahison. Vous devriez lui faire barrage et donc voter Macron.


Le sociologue Jean-Claude Paye nous explique pourquoi personne n'a réagit à ce délire soigneusement préparé et retransmis sans broncher par toutes les chaînes de télévision.
Écoutez très attentivement cette vidéo : brandissant la médaille commémorative de la nécropole de Notre-Dame-de-Lorette où reposent 45 000 combattants de la Première Guerre mondiale, Emmanuel Macron y affirme que celle-ci avait été déclarée par des dirigeants qui pensaient : « Nous allons mieux que le voisin, alors allons le détruire ». Puis, il accuse Marine Le Pen et ses amis, « réfugiés au château de Montretout », de partager la même idéologie que l'agresseur et de vouloir précipiter la France dans une guerre identique. Avec véhémence, il s'exclame : « Pas ça !, Pas ça !, Pas ça ! ».

Le château de Montretout, où Marine Le Pen a été élevée, avait été pris par les Prussiens lors du siège de Paris, en... 1870. L'expression « réfugiés au château de Montretout » évoque donc un lien entre Marine Le Pen enfant et le roi de Prusse et empereur d'Allemagne Guillaume Ier.

Les héros de Notre-Dame-de Lorette sont tombés au champ d'honneur en... 1914-18. Et le but de guerre de l'empereur Guillaume II n'était certainement pas de détruire la France.

C'est la première fois que l'on invente un lien de causalité entre la guerre de 1870, la Première Guerre mondiale et le Front National. Marine Le Pen est née en 1968.

Padlock

France : cette loi Macron qui protège les entreprises contre les journalistes et les lanceurs d'alerte

Deux décisions favorables aux grandes entreprises viennent d'être prises coup sur coup par les députés socialistes. L'une introduit le « secret des affaires » dans le droit français. L'autre repousse l'adoption d'un « devoir de vigilance des sociétés-mères » qui aurait permis de poursuivre les entreprises dont les sous-traitants à l'étranger portent atteinte aux droits fondamentaux.
© Wikipedia/kimdokhac/CC
La loi, place du Palais Bourbon, Assemblée Nationale
Le projet de loi Macron n'en finit pas de révéler des mesures passées inaperçues. Au milieu du marathon parlementaire, un amendement du rapporteur socialiste du texte, Richard Ferrand, introduisant dans le droit français la notion de secret des affaires, a été adopté la semaine dernière en commission. Il permettrait de faire condamner les personnes divulguant des informations considérées comme secrètes. Il a toutes les chances d'être adopté cette semaine, alors que la loi Macron est discutée en séance plénière de l'Assemblée nationale.

Selon le texte, trois catégories d'information seraient protégées :

1) Celle qui «ne présente pas un caractère public», c'est-à-dire qui n'est pas «généralement connue ou aisément accessible à une personne agissant dans un secteur ou un domaine d'activité traitant habituellement de ce genre d'information».

2) Celle qui constitue «un élément à part entière du potentiel scientifique et technique, des positions stratégiques, des intérêts commerciaux et financiers ou de la capacité concurrentielle de son détenteur et revêt en conséquence une valeur économique».

3) Enfin celle qui «fait l'objet de mesures de protection raisonnables, compte tenu de sa valeur économique et des circonstances».

Bomb

Wikileaks publie des milliers de documents sur Emmanuel Macron

Le compte Twitter de WikiLeaks a relayé un lien donnant accès à des informations « internes » du parti En Marche !, comme des courriels ou des « documents comptables ».

© AFP
L'équipe de campagne du candidat centriste à la présidentielle française, Emmanuel Macron, a dénoncé vendredi une « action de piratage massive et coordonnée » après la diffusion «sur les réseaux sociaux» d'informations « internes » comme des courriels ou des « documents comptables ».

Ces documents divers, «des dizaines de milliers d'emails, de photos et de pièces jointes datant du 24 avril au plus tard» (NDLR: soit le lendemain du premier tour de la présidentielle) selon Wikileaks, sont accessibles via un lien hypertexte diffusé par le site sur son compte Twitter.

Wikileaks assure au passage ne pas être à l'origine de cette opération de piratage qu'il baptise « MacronLeaks ».

« Les fichiers qui circulent ont été obtenus il y a plusieurs semaines grâce au hacking de boîtes mail personnelles et professionnelles de plusieurs responsables du mouvement », précise En Marche! dans un communiqué, ajoutant que ces documents sont tous « légaux ».

« Le mouvement En Marche! a été victime d'une action de piratage massive et coordonnée donnant lieu ce soir à la diffusion sur les réseaux sociaux d'informations internes de nature diverse (mails, documents comptables, contrats...) », indique le mouvement du finaliste de l'élection présidentielle, opposé au second tour dimanche à la candidate d'extrême droite Marine Le Pen.

USA

Ingérence des USA aux élections françaises ?

Le soutien exprimé par l'ex-président américain à Emmanuel Macron ne passe pas au Front national. Pour la nièce de Marine Le Pen, la démarche de Barack Obama est le signe d'une soumission future de la France à l'OTAN et aux Etats-Unis.

© Inconnu
Ingérence des USA aux élections françaises ?
« Il est parfaitement incroyable aujourd'hui qu'un ancien président américain puisse venir s'ingérer de manière aussi directe dans la politique française », a lancé Marion Maréchal-Le Pen sur LCI ce 5 mai, un jour après que Barack Barack a apporté son soutien à Emmanuel Macron dans une vidéo.

Commentaire: Lire aussi :


Book

Dans son livre « Un président ne devrait pas dire ça » Hollande explique nettement qu'il a fondé « en Marche » le mouvement d'Emmanuel Macron.


François Hollande, Emmanuel Macron
Cet extrait provient du livre "Un président ne devrait pas dire ça...", sorti le 2 mars 2017. Les médias se moquent très souvent des réseaux sociaux et pourtant, c'est un internaute lambda qui a publié cette page le 29 avril dernier sur Twitter. Personnellement, je n'ai pas lu ce livre mais un autre internaute confirme que cet extrait est authentique. Je vous laisse le découvrir :
« Tant qu'il y avait des partis de gauche, les communistes, les Verts, qui acceptaient de faire alliance avec le PS et qui représentaient quelque chose, on n'avait aucun intérêt à refonder le PS, commence-t-il. Mais dès lors que ces alliés se sont rigidifiés, sectarisés, il faut faire sans ces partis-là.

Comment ?

Avec le parti le plus important, on en fait un nouveau qui permet de s'adresser aux électeurs ou aux cadres des autres partis. Ce que vous ne faites plus par les alliances, vous le faites par la sociologie. Par l'élargissement. C'est une œuvre plus longue, plus durable, moins tributaire d'alliances. Vous pouvez imaginer que viennent aussi des gens qui n'ont jamais fait de politique partisane, des gens du centre... »

Ca ne peut pas être un jeu d'appareil, insiste Hollande, parce que ce n'est pas en additionnant les socialistes, un bout de Radicaux, quelques communistes et quelques écologistes, c'est en disant : voilà, on fait une grande formation politique... »

Ce nouveau mouvement, susceptible de réunir toute la gauche dite de gouvernement, Hollande imaginait alors le lancer dès le « début de l'année 2016 ». Il a pris du retard, manifestement. On n'a pas osé franchir le pas. « Il y a intérêt à le faire dans la perspective d'une élection présidentielle plutôt qu'au lendemain », justifie-t-il.

Attention

« La France en Marche » - Le slogan de Vichy