Bienvenue à Sott.net
mar., 28 mar. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Whistle

Scandaleux : La justice européenne donne le droit aux pays de l'UE de refuser l'octroi de visas humanitaires

Dans un arrêt du 7 mars, la Cour de justice de l'UE donne raison à la Belgique, qui avait refusé d'accorder un visa humanitaire à des demandeurs d'asile syriens. Une décision qui devrait faire jurisprudence. Les pays de l'Union européenne (UE) ont le droit de refuser un visa humanitaire à ceux qui espèrent obtenir un asile par ce biais. C'est ce qu'a décidé, le 7 mars, la justice européenne dans l'affaire d'une famille d'Alep éconduite par la Belgique.

© Inconnu
L'Europe aura le droit de refuser des visas humanitaires
L'arrêt de la Cour de justice de l'UE (CJUE) était très attendu. Treize Etats membres, dont la France et l'Allemagne, ainsi que la Commission européenne, s'étaient joints à la procédure qui risquait, selon le secrétaire d'Etat belge à l'Immigration, Theo Francken, de « réduire à néant la politique migratoire européenne ».

Commentaire: Quel désastre, cette décision, pour l'humanité entière.

Lire aussi :


X

Les USA déploient les systèmes antimissiles THAAD en Corée du Sud

Quelques heures après l'annonce de nouveaux tirs de missiles balistiques nord-coréens, les États-Unis ont livré en Corée du Sud les premiers éléments du bouclier antimissiles THAAD.
Selon l'agence Yonhap, les premiers composants de batteries THAAD sont arrivés mardi à la base militaire d'Osan, à bord d'un transporteur C-17. Le ministère sud-coréen de la Défense a confirmé que le bouclier THAAD serait déployé dans le district de Seongju à la place d'un ancien terrain de golf du groupe Lotte.

© AFP/ Ben Listerman
Le système antimissiles THAAD
Le système sera opérationnel dans un mois ou deux. Il avait été annoncé précédemment que le déploiement des systèmes THAAD était prévu pour juin ou juillet prochain, mais les États-Unis et la Corée du Sud ont accéléré le processus suite aux tests de missiles nord-coréens.

Commentaire: Ce déploiement du bouclier antimissiles en Corée du Sud fait partie de la propagande contre la Corée du Nord. Et les marchands de guerre se frottent les mains et font de bonnes affaires.

Lire aussi :


Jet2

Au service de l'OTAN : les avions de guerre du Canada en Syrie

Après avoir annoncé le retrait de ses avions de combat du Moyen-Orient au moment de prendre le pouvoir en 2015 le gouvernement de Justin Trudeau, bien encadré par la Grande Alliance occidentale que constitue l'OTAN, vient de décider un retour affirmé et offensif en Syrie afin de combattre les tenants de l'État islamique avec ses partenaires européens qui se considèrent comme étant, comme lui, pacifiques sous toutes les latitudes. Les actes de guerre du Canada se multiplient sous la férule de l'USA-OTAN.

© Inconnu
Un avion de guerre du Canada
À l'instar de son voisin du Sud le pays applique une politique étrangère « agressive » au Moyen-Orient et en Europe orientale. Il intervient dans le continent africain sous la bannière des Nations Unies en se donnant les qualités d'un pays inspiré par les concepts du maintien de la paix. Le tout se fait sous la marque d'un discours fallacieux qui amène l'opinion publique à penser que ces interventions sont non seulement nécessaires mais s'avèrent comme étant une mission dans le contexte de la guerre mondiale contre le terrorisme. Encore une fois le syndrome de l'ennemi vient hanter les esprits en apportant des éléments qui justifient les données du discours officiel.

Commentaire: Lire aussi :


Pistol

La Suède rétablit le service militaire, l'Europe s'agite face à la « menace Russe »


Commentaire : Pour les États-Unis fous aux commandes de l'OTAN, une confrontation avec la Russie serait une bonne chose. Depuis 2 ans, la propagande bat donc son plein, en ce sens. Le vilain ruskoff a même resurgi au cinéma et dans les séries télé ou il va jusqu'à envahir, par exemple, la vertueuse Norvège. En faut-il plus, en ces temps de distractions médiatiques irrésistibles, pour persuader la populace que la « menace Russe » est réelle ? Oui, quand même. Mais à peine plus. Il faut aussi le dire aux infos. Comme savent si bien le faire les hommes politiques, le discours alarmiste et le ton convaincu. Ce qui permet de justifier, au yeux de tous, les budgets Défense faramineux, les manœuvres militaires belliqueuses, le déplacement stratégique des armements... ou le retour du service militaire obligatoire. Pour pouvoir faire face aux menaces que l'on fabrique soi-même. Phénomène étendu à toute l'Europe, évidemment : Histoire de nous aider à mieux comprendre :


© Inconnu
Jeudi, le gouvernement suédois a annoncé le rétablissement de la conscription. Ce pays scandinave avec une population de 10 millions d'habitants, qui n'a pas été directement impliqué dans un conflit militaire depuis deux siècles, est en train de se préparer à la guerre contre la Russie. Les responsables suédois étaient explicites sur le fait que les recrues soient préparées à combattre la Russie. « L'annexion illégale de la Crimée par la Russie [en 2014], le conflit en Ukraine et l'accroissement de l'activité militaire chez nos voisins sont quelques-unes des raisons » du rétablissement du service militaire obligatoire pour la première fois depuis 2010, a déclaré à la BBC un porte-parole du Ministère de la Défense.

Tous les citoyens nés en 1999 et 2000 seront enrôlés dans l'armée l'année prochaine. Sur les 100 000 Suédois qui font partie de cette catégorie, 13 000 devront passer un examen physique et 4000 jeunes hommes et femmes devront alors débuter un service militaire de onze mois dès 1ᵉʳ juillet. Partout en Europe, les travailleurs et les jeunes devraient considérer cette annonce comme un avertissement, cette décision est soutenue par tous les partis en Suède, y compris le Parti de Gauche suédois. Après deux guerres mondiales dévastatrices au 20ᵉ siècle, même la classe dirigeante de la Suède, ce pays soi-disant épris de paix, recrute de nouveau de la chair à canon pour une nouvelle grande guerre.

Commentaire: On sera un peu plus circonspect concernant les solutions possiblement apportées par la « classe ouvrière » et sa « force révolutionnaire »... L'Histoire nous prouve que les fous qui sévissent au pouvoir sont remplacés par les fous suivants, d'où qu'ils viennent et quelles que soient leurs nouvelles grandes idées. Et comme le précise Alain de Benoist dans son livre paru récemment :
« [...] un nombre croissant d'électeurs ont le sentiment que le système politique est codé par avance pour que seuls puissent y triompher ceux dont on certain qu'ils ne changeront rien au système. »

~ Le moment populiste - Droite-Gauche c'est fini, Éditions Pierre Guillaume de Roux



Chess

Les trois administrations de Trump

Les ministères de la Défense nationale et des Affaires étrangères, ainsi que les ambassades à Washington D.C., se battent pour savoir qui est effectivement en charge du gouvernement américain un mois après que Donald Trump a été assermenté en tant que président des États-Unis. C'est une bonne question, compte tenu des déclarations contradictoires émanant de la Maison Blanche, du Département d'État et du Pentagone.

© AP Photo/Alexander Zemlianichenko
Il est inutile de préciser qu'il y a essentiellement trois administrations Trump, toutes à des degrés divers de pouvoir.

La première administration, la plus visible et puissante est le cercle intime de Trump. À l'heure actuelle, ce sont Trump lui-même, le stratège en chef Stephen Bannon, la fille de Trump, Ivanka Trump, et son mari Jared Kushner, l'assistant spécial du président Stephen Miller et le procureur général Jeff Sessions. Bien que Bannon ait rejoint Trump en venant de la campagne présidentielle du sénateur Ted Cruz, l'ancien éditeur de Breitbart News est devenu un « Raspoutine » virtuel, influençant Trump sur les politiques étrangère et intérieure.

La deuxième administration représente l'establishment républicain qui a adoubé Trump après qu'il a obtenu la nomination présidentielle républicaine. Ce cercle comprend le chef de cabinet de la Maison Blanche Reince Priebus, ancien président du Comité national républicain, et Sean Spicer, le secrétaire de presse de Trump qui avait le même travail au Comité national républicain sous Priebus. La conseillère de Trump et l'ancienne directrice de la campagne présidentielle Kellyanne Conway, qui, comme Bannon, venait de la campagne de Cruz, se finance souvent à l'extérieur du cercle intime de Trump et surtout en compagnie des républicains Priebus et Spicer. Priebus, Conway, et, dans une moindre mesure, Spicer, sont les yeux et les oreilles des républicains du Congrès, tels que le leader de la majorité au Sénat Mitch McConnell et le président de la Chambre des représentants Paul Ryan, à la Maison Blanche.

Bad Guys

L'Arabie saoudite volerait-elle le pétrole du Yémen avec la complicité des Etats-Unis et de Total ?

Un expert économique yéménite a révélé que Riyad dérobait les réserves de pétrole yéménites, avec le soutien du géant français de l'énergie. Le royaume aurait également passé un accord avec Washington pour empêcher le Yémen d'exploiter son pétrole.

© Inconnu
Le Yémen est donc un des pays les plus riches en pétrole
« L'Arabie saoudite a ouvert un site pétrolier en collaboration avec la société française Total dans la partie sud de la région de Kharkhir, près de la frontière saoudienne de Najran et exploite du pétrole dans les puits de la région », a déclaré l'expert économique yéménite Mohammad Abdolrahman Sharafeddin à l'agence iranienne Fars News.

Commentaire: Lire aussi :


USA

Surprise ! Le Pentagone veut muscler sa présence en Syrie en envoyant des forces spéciales pour appuyer l'opposition syrienne

Le plan de prise de Raqqa préparé par le Pentagone prévoit un accroissement sensible des forces américaines en Syrie, plus particulièrement des forces spéciales. Le Pentagone a proposé un nouveau plan d'offensive sur Raqqa, bastion de Daech en Syrie, annonce le Washington Post se référant à des sources au sein de l'administration américaine. Il prévoit une participation accrue des États-Unis.

© AP PHOTO/ LEE JIN-MAN
Des forces spéciales en Syrie
l s'agit notamment d'alléger un certain nombre de restrictions imposées par l'administration Obama portant sur le nombre d'instructeurs et de conseillers militaires américains. A l'heure actuelle, environ 500 Américains épaulent les Forces démocratiques syriennes. Le Pentagone voudrait qu'ils travaillent plus près de la ligne de front, bien qu'ils ne doivent pas participer aux combats.

Commentaire: Les seules forces démocratiques en Syrie ce sont les forces armées syriennes sous les ordres d'un gouvernement élu démocratiquement.

Lire aussi :


Eye 1

Guerre au cash, guerre à notre liberté


Comment: Observons sur une mappemonde les pays qui ont entamé leur propre guerre contre le cash : les États-Unis, l'Inde, la France, la Corée du sud, la Chine, le Canada, le Danemark, l'Italie, la Suisse, l'Espagne, le Mexique, l'Uruguay, la Suède. Petite liste non-exhaustive tirée des articles publiés sur Sott depuis les deux ou trois dernières années. Il ne s'agit pas d'un état oniroïde ponctuel ou d'une crise suraiguë de paranoïa conspirationniste qui nous ferait voire croire imaginer désirer des choses qui n'existent pas, non, non. Les faits se constatent : par accumulation, par répétition, ils sont l'expression d'une tendance. La nature nous ayant doté d'un système nerveux pourvu d'une capacité d'analyse importante, nous pouvons tirer quelques conclusions desdites tendances, au grand dam, certes, des médias traditionnels et des hommes de pouvoir qui voudraient que de cerveau et de bon-sens nous n'ayons point. Et qu'est ce qu'ils nous disent ces deux-là ? Qu'en économie, tout est calcul et planification, qu'en politique, rien n'arrive par hasard ; que les propositions qui viennent d'être énumérées sont interchangeables. Que, dans la vie quotidienne des milliards de personnes qui vivent sur terre, il n'y a strictement aucun avantage à se passer d'espèces, bien au contraire ; l'expérience Indienne est là pour nous le prouver. Que les seules personnes qui retirent un bénéfice dans la promotion de la suppression du cash sont les psychopathes qui sévissent dans la haute finance et la politique. Leurs intérêts ont-ils jamais coïncidé avec ceux du peuple ?

Devons-nous à présent jouer le réquiem du peu de liberté qu'il nous reste ? On dirait bien :
La suppression du cash, avec l'encadrement légal des moyens de productions alimentaires, constitue sans doute la base la plus solide sur laquelle pourrait reposer tout système de contrôle vraiment efficace. Puisque l'argent détermine presque entièrement la qualité de notre vie sociale, il devient possible, en conditionnant de façon restrictive cet accès à l'argent, de contrôler la vie d'une personne dans sa quasi-totalité. C'est qu'il ne s'agit plus de savoir ce que fait, souhaite et pense le citoyen ordinaire : les autorités compétentes le savent depuis longtemps déjà, aidées en cela par les traces inévitables qu'il laisse en utilisant son ordinateur, son téléphone, sa voiture et en effectuant ses paiements par carte bancaire. Il s'agit plutôt, pour les pouvoirs en place, de disposer d'un instrument de punition sans équivalent, qui sanctionne, sans échappatoire possible. N'est-ce pas là une manière de remplacer la peine de mort physique par une peine de mort virtuelle tout aussi létale, mais politiquement correcte ?

© Inconnu
Le virus cancérigène et liberticide mondial que sont les interdictions d'utilisation d'espèces, au nom de la lutte contre le terrorisme, a atteint les côtes taïwanaises cette semaine. Selon un article du quotidien de Taipei, l'Economic Daily News, qui cite une source anonyme du Ministère de la Justice, Taïwan pourrait interdire, dans le cadre de la "lutte contre le blanchiment d'argent", toutes les transactions en espèces pour des achats immobiliers et de produits de luxe.

Comme nous l'avons déjà mentionné, la guerre déclarée aux espèces ne fait pas que continuer sur sa lancée, mais elle s'intensifie.

Snakes in Suits

La confiscation de l'élection présidentielle française par l'Etat Profond

Titre original : Plus de frein, pas d'airbag, accélérateur coincé, à fond vers le mur.

Comment donner raison à Marine Le Pen et lui abandonner la défense des libertés publiques.

Emmanuel Todd avait parlé de « flash totalitaire » au moment de l'organisation par le pouvoir socialiste des manifestations après les massacres de Charlie hebdo et de l'Hyper-casher en janvier 2015. Cette façon de qualifier fut accueillie par un violent concert de désapprobation. Cela aurait pourtant mérité discussion, surtout à la lumière des jours qui ont suivi. Cette expression fait aujourd'hui un retour fracassant, pour qualifier le comportement hallucinant d'un système aux abois. Une presse aux ordres, à la fois de ses patrons oligarques et du pouvoir d'État, fait la promotion d'un télévangéliste sorti de nulle part, et affublé de tous les attributs de ce que les Français ne supportent plus. Ayant connu toutes les élections présidentielles depuis 1965 je n'ai jamais vu un tel déferlement de propagande. Et je n'ai jamais assisté non plus à une telle instrumentalisation de la justice et de la police à des fins directement politiciennes.

Avec esprit de responsabilité les Français sont restés stoïques face à la catastrophe démocratique et politique de la présidence Hollande, s'en remettant pour s'en débarrasser à l'élection la plus importante des institutions de la Ve République. Ils constatent effarés toute une série de manipulations visant à confisquer ce scrutin, pour faire élire Emmanuel Macron à la faveur d'un deuxième tour contre Marine Le Pen. Manipulations qui utilisent sans vergogne les services de l'État dont beaucoup abandonnent une neutralité qui devrait pourtant leur être constitutive.

Whistle

Control total en Afrique ? L'UE envisage la création d'un centre de commandement conjoint pour les missions militaires

Les Etats membres de l'UE discuteront le 6 mars de la création d'un centre de commandement conjoint pour les missions de formation militaire de l'Union au Mali, en Somalie et en Centrafrique, a déclaré un responsable européen cité par Reuters. Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des 28 Etats membres de l'UE se réuniront le 6 mars à Bruxelles pour discuter de la création d'un centre de commandement conjoint qui sera nommé Capacité de planification et de conduite militaire (CPCM).

D'après les révélations d'un responsable européen, cité par Reuters, le but principal de ce nouveau centre serait de mener des missions militaires non-exécutives de l'UE, notamment des missions de formation militaire de l'Union au Mali, en Somalie et en Centrafrique. Dans l'avenir, ce centre pourrait aussi avoir pour objectifs de surveiller des missions militaires et s'occuper du retrait des armes.

Une armée pour l'Afrique ?

Commentaire: Le but ultime serait-il de contrôler totalement le Mali, la Somalie et Centreafrique ? Pour débuter, bien sûr ...

Lire aussi :