Bienvenue à Sott.net
mer., 20 mar. 2019
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Arrow Down

Une question de pétrole et beaucoup plus : la guerre franco-italienne par procuration en Libye

Derrière les vives tensions entre la France et l'Italie se cachent des intérêts matériels concrets, qui ont conduit la France à rappeler son ambassadeur à Rome en février. En Libye, où, depuis la guerre de l'OTAN de 2011, des dizaines de milices rivales se battent pour la suprématie, les deux membres de l'Union européenne (UE) mènent une guerre par procuration pour le contrôle des plus grandes ressources pétrolières et gazières d'Afrique.
petrole
© Inconnu
Alors que l'Italie soutient le Gouvernement de l'accord national (GAN) de Fayez al-Sarraj à Tripoli, également soutenu par l'Allemagne et l'ONU, la France a pris le parti de l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar, qui dirige un gouvernement concurent à Tobrouk. L'Égypte et la Russie soutiennent également Haftar.

Camcorder

Des Gilets jaunes filment l'arrivé des Maîtres du Monde au dîner du Siècle

dîner du Siècle 2019

Le dîner du Siècle
Le Siècle est un club d'influence fondé en 1944 par Georges Bérard-Quélin. Cette association regroupe des dirigeants politiques, économiques, culturels et médiatiques français.

Une partie des membres :

Quelques invités, membres ou anciens membres du Siècle Journalistes, éditeurs, presse Membres des organisations patronales et syndicales

USA

Selon Moscou Washington dépêcherait des forces à Porto Rico et en Colombie pour renverser Maduro

Le secrétaire général du Conseil de sécurité russe affirme que l'armée américaine aurait déployé des unités spéciales à Porto Rico et en Colombie, avec pour but de renverser le président vénézuélien Nicolas Maduro. Washington n'a pas commenté.
Vene
© Lillian Suwanrumpha
Nikolaï Patrouchev, secrétaire général du Conseil de sécurité de la Russie ( organe consultatif du président russe, spécialisé dans les questions de sécurité nationale), a déclaré dans un entretien publié ce 26 février sur le site de l'hebdomadaire russe Argoumenty i Fakty, que les Etats-Unis avaient envoyé des unités spéciales au Porto Rico et en Colombie, pour mener une opération visant à renverser le président vénézuélien, Nicolas Maduro.

Commentaire: Lire aussi :


Snakes in Suits

Benalla et Crase ont pu se parler plus d'une heure, malgré leur contrôle judiciaire

Le mail transmettant les consignes des magistrats n'a pas été envoyé, laissant les deux hommes dans le même box pendant plus d'une heure au palais de justice le 19 février dernier.

Benalla, Crase
© Bertrand GUAY, Alain JOCARD / AFP | Crédit Média : Thomas Prouteau
Un cafouillage au sein du palais de justice de Paris a conduit à laisser Alexandre Benalla et Vincent Crase dans un box commun, pendant une heure, sans interdiction de communiquer, et cela le jour de leur placement en détention, le 19 février, d'après les informations recueillies par RTL.

Une source proche du dossier qualifie la situation d'"ubuesque" car les deux hommes, interdits de se voir par la justice, étaient justement convoqués pour avoir violé leur contrôle judiciaire en juillet dernier, d'après les enregistrements d'une conversation clandestine diffusée par Mediapart. La présidence du tribunal a opposé un "pas de commentaire" aux questions de RTL.

Commentaire: Remarquons que ces deux personnes avaient justement été mises en examen pour qu'elles ne puissent pas communiquer et que toute la France est au courant.


Che Guevara

La guerre contre le Venezuela est construite sur le mensonge

Si le larbin de la CIA Guaido et ses suprémacistes blancs s'emparent du pouvoir, ce sera le 68e renversement d'un gouvernement souverain par les États-Unis, pour la plupart des démocraties.
chavez
© AVN
En voyageant avec Hugo Chavez, j'ai vite compris la menace du Venezuela. Dans une coopérative agricole de l'état de Lara, les gens attendaient patiemment et avec bonne humeur dans la chaleur. Des cruches d'eau et de jus de melon étaient distribuées. On jouait de la guitare ; une femme, Katarina, se tenait debout et chantait avec une voix de contralto.

TV

Une journaliste dénonce le mépris des médias envers les gilets jaunes

On sent le jugement
« Sur toutes les chaînes qui ont invité des gilets jaunes, le journaliste ou l' « expert » soit-disant qui est là, rien qu'à la façon dont il le regarde, on sent le jugement. »
Voir la vidéo :

Binoculars

La secrétaire d'Etat à l'Ecologie... flashée à 150 km/h sur l'autoroute

Emmanuelle Wargon

Emmanuelle Wargon est secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique. AFP/JOEL SAGET
Emmanuelle Wargon, conduite par son chauffeur, rentrait d'un déplacement professionnel dans le Nord. Son cabinet plaide une « erreur » et assure qu'elle va personnellement payer l'amende.

Cela fait mauvais genre pour une secrétaire d'Etat en charge de l'Ecologie. Emmanuelle Wargon, placée au gouvernement auprès du ministre de la Transition écologique, a été contrôlée ce jeudi après-midi dans le Nord sur l'autoroute A1 en excès de vitesse de 40km/h. Sa voiture, conduite par son chauffeur, roulait en effet à 150 km/h, au lieu des 110 km/h maximum autorisés sur ce tronçon en plein pic de pollution, révèle Ouest-France.

La membre du gouvernement, chargée en ce moment de l'organisation du grand débat national avec son collègue ministre Sébastien Lecornu, rentrait d'un déplacement à Cambrai, où elle a notamment visité un centre GrDF.

Commentaire: Pas de démission ? Était-ce une voiture diesel ?


Magic Wand

Pour France 2 « ce qui semble totalement exclu c'est de pénaliser l'anti-sionisme »

France 2
Au journal de 13 heures la journaliste de France 2 annonce « En revanche, ce qui semble totalement exclu c'est de pénaliser l'anti-sionisme, Emmanuel Macron a dore et déjà dit qu'il n' y était pas favorable. »

Visiblement le vent à ensuite tourné assez rapidement : La France va adopter une définition de l'antisémitisme intégrant l'antisionisme, annonce Macron

Star of David

La France va adopter une définition de l'antisémitisme intégrant l'antisionisme, annonce Macron

Devant le Crif, le président de la République a dénoncé une « résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde guerre mondiale ». Il entend intégrer l'antisionisme à la définition de l'antisémitisme et continuer à combattre BDS.
macron
© Inconnu
Macron avec le président du Conseil des représentants des institutions juives françaises (Crif), Francis Kalifat
La veille, il s'était dit opposé à la pénalisation de l'antisionisme et pourtant, Emmanuel Macron, qui s'exprimait ce 20 février lors du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), a fait savoir que la France mettrait en oeuvre une « définition de l'antisémitisme intégrant l'antisionisme», selon les termes rapportés par l'AFP. L'agence de presse française précise que quelques minutes avant le discours du chef de l'Etat, le président du Crif Francis Kalifat en avait fait la demande devant l'assemblée.

Commentaire: Des lois de plus en plus dures pour empêcher les citoyens de s'exprimer soit avec le mouvement Gilets Jaunes, soit dans d'autres situations, comme celle de boycotter les produits venant d'Israel pour dénoncer la situation intenable en Palestine, avec cette nouvelle définition confondant et mettant dans le même sac anti-sionisme avec antisémitisme. En France la démocratie semble loin d'être une réalité.


X

Le traitement judiciaire du mouvement des Gilets jaunes : un droit d'exception ?

Gilets jaunes, palias de justice
Au quatrième mois de mobilisation du mouvement des Gilets Jaunes, les avocats intervenant aux côtés des manifestants, en garde à vue ou dans les prétoires, peuvent légitimement se poser la question.

En effet, parallèlement aux violences policières, qui discréditent définitivement la doctrine française du « maintien de l'ordre », s'ajoutent désormais les violences judiciaires, commises dans le cénacle moins « engazé » mais finalement tout aussi anxiogène des tribunaux.

Ainsi les parquets requièrent-il, sur ordre de la garde des Sceaux - dont la circulaire du 22 novembre 2018 constituait déjà un appel à la répression pénale la plus sévère - de lourdes peines de prison à l'encontre de tout prévenu assimilable, de près ou de loin, à un « Gilet Jaune » : prison sans sursis pour des « primo-délinquants », mandats de dépôt, lourdes amendes, interdictions de manifester et interdiction des droits civiques privant opportunément du droit de vote aux prochaines élections.

Trop souvent les tribunaux leur donnent satisfaction !

Pourtant, nous constatons chaque jour que les dossiers sont très souvent vides et/ou approximatifs :