Bienvenue à Sott.net
jeu., 26 avr. 2018
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Les Maîtres du Monde
Carte

Binoculars

Comment le monde réagit-il aux frappes occidentales sur la Syrie ?

Trois nations occidentales, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, ont frappé la Syrie ce 14 avril, afin de punir une supposée attaque chimique. Si Israël et Turquie ont salué cette opération, Russie, Iran et Bolivie l'ont vivement condamnée.
syrie
© RT

Commentaire: Toujours de beaux mots de la part des onusiens, incapables d'agir avec main ferme. Et de beaux mots aussi de la part du reste. Du bla bla bla compulsif. Mais l'important c'est de frapper, frapper, frapper.

Lire aussi :





MIB

Les experts suisses identifient le poison des Skripal : du BZ, un innervant de l'OTAN !

analyses
Selon l'Institut suisse pour la protection des armes nucléaires, biologiques et chimiques (Schweizerisches Institut für ABC-Schutz), le poison prélevé à Salisbury par les enquêteurs de l'OIAC, dans l'« affaire Skripal », est du « BZ ».

L'appellation « Novichok » désigne un programme de recherche soviétique et non pas une substance issue de ce programme.

Le « BZ » est un innervant de l'Otan, agissant dans les 30 à 60 minutes et pour une durée de 2 à 4 jours. L'URSS, puis la Russie, n'ont jamais travaillé sur ce type de substance.

L'Institut suisse pour la protection des armes nucléaires, biologiques et chimiques est une référence mondiale en la matière. Il a procédé à cette analyse à la demande de l'OIAC.

MIB

Moscou : Londres impliqué dans la mise en scène de l'attaque chimique présumée en Syrie

attaque chimique

Des médecins syriens de l'hôpital de Douma, présents lors de l'attaque chimique présumée du 7 avril 2018, capture d'écran RT France
Au cours d'un briefing, le ministère russe de la Défense a affirmé avoir des preuves de l'implication du Royaume-Uni dans l'attaque chimique présumée en Syrie du 7 avril 2018, évoquant une « provocation - mise en scène »

Face aux accusations occidentales contre Damas, et son allié russe, d'avoir commis une attaque chimique à Douma (est de Damas) le 7 avril, le ministère de la Défense russe a affirmé, lors d'un briefing ce 13 avril, avoir des preuves de l'implication du Royaume-Uni, ainsi que de plusieurs pays occidentaux, évoquant une « provocation - mise en scène ». « On sait que des pressions ont été exercées le 6 avril sur les fameux Casques blancs [...] avec pour prétexte une attaque chimique », a déclaré Igor Konachenkov, porte-parole du ministère.

« Ces Syriens ont montré qu'ils figuraient eux-mêmes sur ces vidéos. »

Attention

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni frappent la Syrie

Washington, Paris et Londres ont mené ce 14 avril des frappes ciblées contre le gouvernement syrien, accusé par Donald Trump d'avoir mené des attaques chimiques « monstrueuses ». Dans la nuit du 13 au 14 avril, Washington, Paris et Londres ont mis leurs menaces à exécution et ont mené des frappes contre les autorités syriennes, en représailles à l'attaque chimique présumée dans la Ghouta, que ces pays attribuent à Damas.
siria
© Reuters
Trump déclenche une opération militaire en Syrie avec Paris et Londres
« J'ai ordonné aux forces armées des États-Unis de lancer des frappes de précision sur des cibles associées aux capacités du dictateur syrien Bachar al-Assad en matière d'armes chimiques », a déclaré le président américain Donald Trump. « Une opération combinée est désormais en cours avec la France et le Royaume-Uni, nous les remercions tous les deux », a-t-il ajouté. L'état-major français a confié la mission de bombardement à plusieurs chasseurs Rafale, selon une vidéo diffusée par l'Élysée et la ministre des Armées Florence Parly.

Commentaire:




Bizarro Earth

Alain Corvez : en Syrie, « les faucons américains ne voient qu'une issue, la guerre »

L'ex-conseiller en relations internationales au ministère français des Affaires étrangères estime que les Occidentaux, en échec, optent pour la politique du pire en Syrie. Mais pour cela, ils doivent, selon lui, manipuler leur opinion publique.
syrie
© Inconnu
Guerre ou pas guerre mondiale ?
Ancien conseiller du général commandant la Force des Nations unies déployée au Sud-Liban (FINUL) et ancien conseiller en relations internationales au ministère français des Affaires étrangères, Alain Corvez se montre très inquiet face aux risques d'embrasement et d'extension international du conflit en Syrie.

Eye 1

Quand le président de Facebook dévoile pour qui il travaille...

Facebook logo
Cela fait des années que d'aucuns avertissent du danger de Facebook. Les gens avisés savaient déjà pas mal de choses sur ce que cachait Facebook, mais une interview, certes un peu ancienne à l'heure où tout va si vite, mais trop méconnue, de Mark Zuckerberg, le président de cette organe gestapiste au service du Nouvel Ordre Mondial, vaut son pesant de démonstration.

De par son propre fondateur, nous connaissons enfin la mission de Facebook et qui se cache derrière cette entreprise devenue multinationale grâce aux royaux services rendus au programme du NOM.

Display

Facebook, instrument de l'impérialisme 2.0

Facebook
Promu comme l'instrument de la « révolution » par les régimes occidentaux, la réalité du site communautaire Facebook est toute autre pour ceux qui sont du mauvais côté de la « démocratie ».

En effet, la plateforme relaie depuis plusieurs semaines des pages appelant au lynchage et à l'assassinat de citoyens et des fonctionnaire syriens, accusés d'être favorables à leur gouvernement qualifié de « sanguinaire ».

Ainsi la page anti shabiha invite à envoyer les coordonnées et les descriptions complètes de ces personnes, considérées par les auteurs de la page comme des « ennemis de Dieu ».

USA

L'empire américain d'Occident en crise

La guerre des droits de douane déclenchée par les États-Unis contre la Chine et les nouvelles sanctions contre la Russie sont des signaux d'une tendance qui va au-delà des événements actuels. Pour comprendre ce qu'elle est il faut remonter une trentaine d'années en arrière.
usaa
© Inconnu
En 1991 les États-Unis, sortis vainqueurs de la guerre froide et de la première guerre de l'après-guerre froide, celle du Golfe, déclarent être restés "le seul État avec une force, une portée et une influence en toutes dimensions -politique, économique et militaire- réellement mondiales" et que dans le monde "il n'existe aucun substitut au leadership américain".

Commentaire: Lire aussi :


Bomb

L'armée russe prévient qu'une guerre majeure en Syrie est imminente

Le 17 mars, l'état-major russe a mis en garde contre une attaque imminente contre la Syrie. La déclaration n'a pas élaboré. Bien sûr, certaines informations sont classées, mais une analyse indépendante et impartiale des informations accessibles au public mène à la même conclusion. Regardons les faits.

Il y a des navires de guerre déployés par la marine américaine dans la mer Rouge, la Méditerranée et le golfe Persique. Ils sont prêts à lancer, n'importe quel jour, environ 400 Tomahawks à longue portée contre une cible au Moyen-Orient. Des missiles de croisière lancés en mer ont été utilisés pour frapper la Syrie en avril. Tout ce qui est en rapport avec les opérations militaires sur l'île de Diego Garcia dans l'océan Indien est une information secrète, mais on sait que les bombardiers stratégiques basés à cet endroit peuvent lancer au moins une centaine de missiles de croisière et utiliser d'autres munitions de précision dans une attaque de suivi. En moyenne, un bombardier transporte 20 AGM-86 ALCM. Cinq bombardiers seraient normalement stationnés sur cette île inaccessible aux étrangers curieux. Cela signifie qu'au moins 500 missiles de croisière peuvent être tirés dans un court délai.

FRN Boats

Face à face en Méditerranée orientale entre la flotte russe et les navires de l’OTAN.

Eye 2

Craig Murray : Yulia Skripal est clairement retenue contre son gré

yulia skripal
© Reuters
Seuls les Russes nous ont permis d'entendre la voix de Yulia Skripal, dans cette conversation enregistrée avec sa cousine. Ce dont nous sommes certains, c'est qu'à la toute première occasion qu'elle a eue, elle a appelé sa cousine en Russie pour lui dire ce qui se passe. Si vous vous souvenez, jusqu'à ce que les Russes rendent public cet appel, les autorités britanniques mentaient encore en disant que Sergei était dans le coma et que Yulia elle-même était dans un état grave.

Nous ne savons pas comment Yulia a pu passer l'appel. Ayant moi-même été hospitalisé inconscient à plusieurs reprises, chaque fois que je suis venu à l'hôpital, j'ai trouvé mon téléphone portable dans ma table de chevet. Le téléphone portable de Yulia lui avait été retiré et n'avait pas été rendu. Elle n'avait pas non plus reçu un numéro officiel - elle a spécifiquement dit à sa cousine qu'elle ne pouvait pas la rappeler sur ce téléphone car elle l'avait temporairement. Le gouvernement britannique aurait pu lui en donner un à garder sur lequel elle pourrait être rappelée, s'ils avaient voulu l'aider.

L'explication la plus probable est que Yulia a persuadé quelqu'un d'autre à l'hôpital de lui prêter un téléphone, sans que les autorités britanniques s'en rendent compte. Cela expliquerait pourquoi le premier réflexe de l'État britannique et de ses médias laquais a été de douter de l'authenticité de l'appel. Cela expliquerait pourquoi elle a été capable de contredire le récit officiel sur leur santé, et pourquoi elle n'a pas pu être rappelée. Cela expliquerait surtout pourquoi sa famille n'a pas été en mesure d'entendre sa voix depuis. Personne d'autre d'ailleurs non plus.