Bienvenue à Sott.net
sam., 05 déc. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent


Eye 1

Comment le Conseil de l'Europe est financé par l'Open Society de George Soros et Microsoft de Bill Gates

Dans un article, Valeurs Actuelles indique que le président de l'European Center for Law and Justice, le docteur en droit Grégor Puppinck, dénonce la perméabilité du Conseil de l'Europe aux financements privés. Le magazine, se faisant le porte-voix de l'expert juridique, nous met en garde sur l'indépendance politique de cette organisation mais aussi sur d'autres instances internationales dont celle qui ordonne aux gens comment vivre, respirer, voir leurs parents.
George Soros et Bill Gates
© inconnu
On apprend que Grégor Puppinck a révélé, il y a six mois le scandale George Soros à la Cour européenne des droits de l'homme et qu'il dénonce maintenant le rôle du financier au Conseil de l'Europe dont dépend la Cour européenne des droits de l'homme car, comme l'indique le magazine, ce dernier « a lui-même été financé par l'Open Society et Microsoft ». Grégor Puppinck explique qu'« à la lecture des rapports financiers annuels du Conseil de l'Europe, il apparaît que l'Open Society de George Soros et Microsoft de Bill Gates sont les deux plus gros donateurs privés de l'organisation » et que ces deux groupes « ont donné respectivement au Conseil de l'Europe près de 1 400 000 euros entre 2004 et 2013 et près de 690 000 euros entre 2006 et 2014 ».

On apprend que « l'Open Society soutient par ailleurs des initiatives du Conseil de l'Europe, notamment l'Institut européen des arts et de la culture roms » et que pour masquer ces financements, « depuis 2015, il n'y a plus trace de ces financements directs », mais qu'« en revanche, le Conseil de l'Europe a institué un fond spécial pour recevoir de telles contributions volontaires extra-budgétaires ». L'expert en droit souligne la gravité de l'affaire car « il est étonnant qu'une organisation politique intergouvernementale soit ainsi perméable aux financements privés ». Toujours selon le juriste, « un député du Conseil de l'Europe a saisi le comité des ministres à ce sujet pour demander aux 48 ambassadeurs qui le composent que soient rendus publics tous les documents relatifs à ces financements ».

Bad Guys

Incroyable censure de l'État belge filmée en direct lors d'une conférence de presse du gouvernement — Vidéo

Le Nouveau Monde exige le « consensus ». Toute dissonance est soumise à censure. D'une manière ou d'une autre. Et celle-ci prend différentes formes en 2020. On a largement assisté à la décrédibilisation de personnes de premier plan, étiquetées complotistes. Une stratégie redoutable, bien rodée, qui fait mouche encore — de moins en moins — auprès des personnes qui ne s'informent qu'auprès des médias sous contrôle de la haute finance.
censure
© Inconnu
Nous vivons au quotidien les suppressions brutales de vidéos de la plateforme YouTube. Facebook est pas mal dans son genre aussi. Toutefois, dans cette vidéo, nous découvrons une forme surprenante de censure. Cette fois-ci, elle est directe, et empêche un représentant de la presse de formuler sa question normalement lors d'une conférence de... presse de son gouvernement. Assez troublant. En cas de censure de cette vidéo, vous pouvez allez directement sur la page de KAIROS - journal antiproductiviste pour une société décente.

Après plus de 7 mois d'interdiction, le gouvernement belge a tout fait pour que le journaliste de Kairos ne puisse pas accéder à la conférence de presse du 27 novembre.

Une fois dans le « bunker », grâce à sa persévérance et à son avocate, Alexander De Croo a vraisemblablement évité qu'il pose sa question. Alors qu'il insistait et demandait cinq fois la parole, Alexander De Croo l'a volontairement désigné en dernier : ainsi, la régie pouvait sciemment couper le micro et l'image, et donc le censurer.

La question interdite
« Des dizaines de milliers de chômeurs, une augmentation massive de suicides, des violences familiales exacerbées, des personnes mises à la rue, un décrochage scolaire massif ; divorces, alcoolisme, violences sociales, croissance des cas psychiatriques, perte de repère, chez les jeunes notamment, totalement incapables de se projeter dans l'avenir, étudiants du supérieur rivés devant des écrans toute la journée, en dépression, paupérisés par l'absence de jobs, des sans domiciles qui meurent encore plus nombreux... Afin d'évaluer le rapport coût/bénéfice des mesures politiques prises contre le Covid, quand comptabiliserez-vous les conséquences sociales, économiques, sanitaires de ces mesures ? Ne pensez-vous pas que les supposés effets bénéfiques de ces mesures sont contrebalancés par leurs conséquences dramatiques ? »
La vidéo :

Crusader

Répression, phase 2 — L'institut Pasteur a déposé plainte en diffamation contre les réalisateurs du documentaire « Hold-up »

Tenu responsable de l'épidémie de coronavirus par des thèses dites complotistes depuis plusieurs semaines, l'Institut Pasteur passe à l'offensive. Le laboratoire français a — selon des informations de Checknews et LCI — déposé lundi dernier une plainte en diffamation contre Pierre Barnérias, le réalisateur du documentaire controversé Hold-Up.
Hold-Up le film censuré
Nul doute que l'Institut Pasteur ne laissera pas les « théories complotistes » ternir son image. Ce film controversé, dont des personnalités avaient fait la promotion sur les réseaux sociaux, défend la thèse selon laquelle le Covid-19 est une manipulation des gouvernants. Il existe pourtant un certain nombre de faisceaux de preuves qui permettent de croire pourtant que c'est le cas. Le documentaire accuse l'Institut d'avoir fabriqué le coronavirus « en insérant une séquence d'ADN de la malaria dans un virus peu dangereux ». Aurait-il tort ou raison ?

Rappelons néanmoins que dans une étude que nous avons traduit et publié à partir de l'article source publié lui dans bioRxiv le 31 janvier 2020, des scientifiques indiens ont trouvé dans 2019nCov des insertions semblables au SIDA qui ne sont pas présentes dans les autres coronavirus. Cela laisse penser que le virus pourrait être le résultat de manipulations génétiques.

Il n'empêche que l'Institut Pasteur a indiqué à LCI que
« L'extrait vidéo que l'on voit à partir de 1h 49 dans le documentaire Hold-Up et qui cite l'Institut Pasteur a été versé à un dossier plus large remis à la justice. »
Dans cette séquence, l'ancien pharmacien Jean-Bernard Fourtillan — qui a osé tester des patchs qu'il avait lui même conçus sur des malades atteints de Parkinson et Alzheimer sans autorisation de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament — affirme que le Covid-19 « a été fabriqué par l'Institut Pasteur ». Il appuie ses dires sur le dépôt en 2004 d'un brevet par l'Institut pour la recherche d'un vaccin contre le Sras, une autre forme de coronavirus qui a tué, selon Santé Publique France, 774 personnes entre 2002 et 2003 dans le monde.

Clock

« Lettre du passé » écrite à mon fils en 2020

Voici le cri du cœur sous forme de lettre écrite à son fils par Cyril Roche, auteur, metteur en scène et directeur artistique. Auteur de trente pièces de théâtre, Cyril Roche en a mis en scène quarante, et a interprété cinquante rôles, toujours au théâtre. Sa lettre nous propulse dans l'avenir et porte un regard critique sur la « mascarade », véritable « pagaille organisée », qui compose aujourd'hui les affres d'une nuit noire ou d'un hiver sans fin auxquels nous sommes soumis par une dictature qui ne dit pas son nom. Un témoignage tout en sensibilité pour ne pas oublier ce qu'était encore hier notre monde et pour que les mémoires de ce à quoi nous assistons aujourd'hui ne soient pas complètement perdues. Un cri du cœur pour témoigner des événements successifs présents qui pourraient, à terme, menacer l'humanité transformée dans le futur en « ombre vouée à ne servir que son maître, sans jamais plus avoir la possibilité de s'échapper. »
Horloge et Livre
© Inconnu
Ce texte reflète l'état d'une âme tombée dans un découragement profond, un accablement qui peut sembler s'opposer au texte plein d'espoir que nous avons publié il y a quelques semaines : « Ne perdez pas espoir, nous sommes faits pour affronter le défi de cette époque ». Pourtant, et bien qu'il puisse sembler désespéré quant à ce qui pourrait advenir, il offre aussi, et de façon paradoxale, un sentiment qui incline l'individu à espérer, parce qu'en dépit de tous leurs plans, les élites mondialistes ont tendance dans leur hubris à faire fi du fait que rien ne se passe jamais comme prévu, et qu'il s'agit de la seule chose que nous apprend le futur en devenant le passé.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Blackbox

Covid-19, gestion sanitaire, tests PCR, vaccins ARN, stress — Interview avec Alexandra Henrion-Caude

Que sait-on du covid-19 ? Quel est l'état de la situation en France ? Pourquoi les tests PCR ne sont-ils pas fiables ? Pourquoi ne peut-on affirmer que nous sommes dans une « deuxième vague » ? Quels sont les dangers des vaccins ARN ? Autant de questions majeures auxquelles Alexandra Henrion-Caude a répondu pour Nexus, dans une vidéo mise en ligne le 26 octobre dernier.
Alexandra Henrion-Caude
© Nexus
Généticienne, spécialiste de l'ARN et ancienne directrice de recherche à l'Inserm, elle nous apporte un éclairage édifiant sur la gestion de la crise sanitaire et une compréhension plus large de ce que l'on sait de ce coronavirus. Elle a également fondé l'institut Simplissima.
« Je préfère agir pour trouver une solution plutôt que d'attendre d'être en difficulté. Mais pour y répondre, il est indispensable de cerner les liens, actuels et futurs, qui unissent science et société. »
Sans surprise, l'Inserm s'est désolidarisé de son ex-chercheuse.

Dans les vidéos qu'elle a mises en ligne depuis le début de la « crise », Alexandra Henrion-Caude aborde une multitude de sujets relatifs au Covid-19. Réticente au port du masque et au confinement, qu'elle a notamment estimés difficiles à concilier avec l'entretien de notre système immunitaire, elle a aussi évoqué une « manipulation » humaine du virus.
Voir notre Focus « Les preuves irréfutables de l'origine humaine du Sras-Cov-2 »

Alexandra Henrion-Caude émet par ailleurs des doutes sur les vaccins en cours de développement. Et porte sur eux « un regard terrifié ».
Voir notre Focus « Les critères de référence des tests des vaccins anti-Covid sont truqués et les effets secondaires sont désastreux »

Elle s'est aussi étonnée de la longueur des écouvillons utilisés au sujet des tests PCR réalisés par voies nasales.
Voir notre Focus « Les tests PCR du Covid peuvent-ils être un moyen d'infecter ou d'implanter subrepticement des personnes ? »

Points majeurs de l'interview :
  • 23:40 Présentation des graphiques
  • 33:55 Test PCR naso-pharyngés et oraux-laryngés
  • 50:10 Masques
  • 1:00:00 Vaccins

Attention

Sous prétexte de santé publique, la détention sans l'accord ou l'avis préalable des autorités judiciaires compétentes deviendra la norme

Tout porte à croire que les différents gouvernements construisent ou prévoient de construire des camps Covid sous le couvert de la santé publique, et que la détention sans l'accord ou l'avis préalable des autorités judiciaires compétentes deviendra la norme en tous lieux.
Prison Covid
© Inconnu
Il semble que ce soit déjà le cas en Australie et en Nouvelle-Zélande. En effet, Ben Doherty rapportait ceci le 27 février dernier :
« Des stratégies de distanciation sociale, volontaires dans un premier temps mais appliquées si nécessaire, pourraient être mises en œuvre dans tout le pays. Cela pourrait inclure la mise en quarantaine dans des sites sécurisés désignés (comme le village de Manigurr-ma dans le Territoire du Nord) ; l'isolement à domicile ; l'exclusion, où l'on demande aux gens de s'exclure des jardins d'enfants, des garderies, des écoles, des établissements d'enseignement, des lieux de travail et autres activités ; ou encore la fermeture d'écoles et autres structures. » [1]
Bloomberg écrivait plus récemment :
« La hausse des cas infectés en Australie et au Japon montrent que le monde n'a pas appris de ce qui'il s'est produit ces derniers mois : pour arrêter la propagation, les personnes atteintes d'infections à coronavirus légères ou sans symptômes doivent être forcées à s'isoler, à la fois de leur communauté et de leur famille. » [...] « Les leçons de l'Italie, de la Corée du Sud et d'autres qui ont réussi à contenir des épidémies à grande échelle montrent qu'il existe une approche éprouvée pour stopper la transmission : les faire sortir de leurs maisons et les installer dans des installations centralisées le temps qu'ils guérissent de leurs infections, ce qui généralement ne nécessite pas plus de quelques semaines. » [2]
Confrontée à un nouveau cluster après 102 jours sans cas transmis localement, la Nouvelle-Zélande a rapidement mis en œuvre cette stratégie, plaçant environ 30 personnes — dont au moins deux enfants de moins de 10 ans — en quarantaine centralisée.

Eye 1

La liberté d'expression - phénomène du passé : Place à la censure

L'affaire de la censure du documentaire HOLD-UP, réalisé par Pierre Barnérias, sur presque toutes les plateformes de partage de vidéos, et de sa descente en règle généralisée dans tous les médifas « mainstream » doit nous interpeler : un tel unanimisme doit nous inquiéter, dans le vrai sens du terme (et selon son étymologie latine, inquietus) : troubler de [notre] repos, tourmenter. Certains dormaient encore ? (leur raison endormie par le ronron médiatique et gouvernemental (c'est pareil) incessant (#restezchezvous : #sauvezdesvies ! etc.) Qu'ils se réveillent, et vite ! Car le sommeil de la raison engendre des monstres (Goya)...
film hold-up
Cette censure en bonne et due forme (retrait de la plateforme Vimeo, où elle était très officiellement destinée à être partagée, de façon payante et en règle ; censures à répétition par YouTube et même par la plateforme pourtant très libérale Odysee) n'est que la partie émergée d'un iceberg maintenant très caractérisé et visible, pour qui s'est vraiment informé depuis 8 mois maintenant : la suppression systématique, par les entreprises de Big Tech californiennes, de tout ce qui s'oppose à la narration principale de la Terreur sanitaire. Personne n'y a échappé, n'y échappe, et n'y échappera (jusqu'à quand ? la fin de cette sorte de 4e Reich, celui de la Terreur sanitaire, dans Mille ans ?). Faisons une petite « revue de presse » de celles-ci, parmi les plus notables :

Document

Le Général français Dominique Delawarde s'exprime sur les élections américaines, leur contexte et la possibilité d'une fraude

Ancien chef « Situation-Renseignement-Guerre électronique » à l'État-major interarmées de planification opérationnelle, officier de l'Armée de Terre et ancien élève de l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, le général Delawarde a porté l'uniforme de septembre 1959 à mars 2005.
Elections américaines 2020
© Inconnu
Le général Delawarde a fait l'essentiel de sa carrière dans les chasseurs alpins et la Légion étrangère. C'est aussi un spécialiste de la gestion et de la formation des personnels, qui a tenu un poste important de responsable des officiers de liaison français aux États-Unis, pays dans lequel il vit une partie de l'année depuis son départ du service actif.

Le général Delawarde était à Sarajevo, au plus fort de la crise balkanique, durant l'hiver 1994-1995, alors qu'à la tête du 7e bataillon de chasseurs alpins il devait garantir un cordon ombilical vital à la ville assiégée en tenant le mont Igman.

Voici sa lettre écrite le 14 novembre dernier à propos des élections américaines, toujours en cours...

Commentaire: Voir aussi les articles liés :


Gear

Les graves conséquences neurologiques à vivre dans une peur perpétuelle

Je dis depuis longtemps que la peur rend les humains stupides, et même qu'elle constitue pour le cerveau une agression et un poison. Mais, à certains moments, je me suis aussi demandé s'ils ne pourraient pas finir par être lassés de la peur... ce point où ils décident qu'elle doit cesser et qu'il est temps de l'évacuer.
Les yeux de la peur
© Inconnu
Il s'avère cependant que j'ai fait preuve d'un optimiste certain en matière de lassitude face à la peur. J'ai lu le dernier livre de Robert Sapolsky, Behave : The Biology of Humans at Our Best And Worst [« La biologie humaine qui dirige nos pires et plus belles actions. », ouvrage non traduit en français - NdT], et j'ai été déçu par les résultats des études les plus récentes sur les conséquences à long terme de la peur — que l'on nomme en terminologie académique, le stress chronique.

Ma déception a toutefois rapidement été tempérée par deux choses :
  • J'ai obtenu des informations sur les mécanismes toxiques de la peur ;
  • J'ai appris que la neurologie humaine est extrêmement variable, qu'il y a des exceptions à tout, et que si le tableau d'ensemble était aussi sombre que le laissent penser les troublantes conclusions, nous aurions depuis longtemps régressé à l'état de singes meurtriers.
Il est presque inutile de le préciser, mais 2020 aura été l'Année de la peur. Je suis un peu abasourdi par son ampleur. En temps normal, il existe un certain attrait à s'imprégner d'histoires effrayantes — notre capacité à regarder le mal dans les yeux nous donne l'impression d'être vivants — mais 2020 a de loin dépassé ce stade. Ce à quoi nous assistons est bien plus qu'une simple débauche de peur, et il existe certains moyens de communication (y compris des sites web) que je ne peux que qualifier d'obscènes.

Cette profusion de peur est bien plus destructrice qu'on ne le pense.

Red Pill

Élection présidentielle US : ouvrez les yeux !

Le résultat de l'élection présidentielle états-unienne marque le triomphe, non pas des Démocrates et d'un sénateur sénile, mais du courant puritain face aux Jacksoniens. Il ne reflète en rien les opinions politiques des citoyens états-uniens et masque la crise de civilisation dans laquelle s'enfonce leur pays.
Joe Biden
© Jim Watson - AFP
L'élection présidentielle US de 2020 confirme la tendance générale depuis la dissolution de l'Union soviétique : la population états-unienne traverse une crise de civilisation et se dirige inexorablement vers une nouvelle guerre civile qui devrait déboucher logiquement vers une partition du pays. Cette instabilité devrait se solder par la fin de l'Occident en tant qu'hyper-puissance.

Pour comprendre ce qui se passe, il convient de dépasser l'effroi des élites européennes face à la disparition prochaine de la puissance qui les protège depuis trois-quarts de siècle ; et de regarder honnêtement l'histoire mondiale des trente dernières années. Il faut se replonger dans l'histoire US et relire sa Constitution.