Bienvenue à Sott.net
sam., 01 oct. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Chess

Alexandre Douguine : l'analyse du putsch en Turquie

Pièce importante et intéressante pour le dossier qui ne cesse de s'épaissir et de prendre lui-même de l'importance, du putsch avorté en Turquie : le philosophe russe Alexandre Douguine, chef de file de l'école de l'eurasisme en Russie, se trouvait à Ankara le 15 juillet. Il se trouvait à l'aéroport d'Ankara, en partance pour la Russie, lorsque le putsch a été lancé. Son départ a été retardé mais a finalement eu lieu.

Les entretiens qu'a eus Douguine à Ankara, notamment avec le maire de la ville, sont tous marqués par la tension générale qui régnait en Turquie, avant même que le putsch n'éclate. Cela confirme l'impression générale que divers services et organisations étaient avertis des préparatifs de ce coup, et peut-être même la thèse selon laquelle le coup a été précipité (ce qui expliquerait sa piètre exécution) pour ne pas être dévoilé et empêché.

Douguine confirme à 100% la thèse du complot réalisé par les réseaux Gülen, - ce qu'on nomme en Turquie "l'État parallèle", tant leur infiltration est forte et bien implantée. (Bien entendu, l'intervention de Gülen impliquerait le soutien actif de la CIA, tout comme l'action de Gülen ne peut avoir eu lieu sans l'accord de la CIA.) Douguine restitue bien ce qui semble être les réalités de cette implication, allant jusqu'à rapporter que le maire d'Ankara lui a précisé, - idée que l'on retrouve dans divers médias et selon diverses sources, - que le pilote turc qui a abattu le Su-24 faisait partie des réseaux Gülen et US. (Il est assuré, cela sans le moindre doute, que la force aérienne turque est depuis des décennies une partenaire très attentive des USA. Elle est exclusivement équipée de matériels US, elle a passé dans les années 1980 d'énormes contrats assortis de considérables commissions de la part de General Dynamics pour le F-16, et elle s'est fermement inscrite pour une commande de F-35/JSF. Elle est la branche des forces armées turques qui est la plus totalement pénétrée par les USA, - l'USAF, Lockheed-Martin [qui avait acheté la division avion/F-16 de General Dynamics], la CIA, etc.)

Commentaire: Une analyse qui semble parfaitement correcte. Voir aussi : Derrière la tentative désespérée de coup d'état de la CIA en Turquie


USA

Derrière la tentative désespérée de coup d'état de la CIA en Turquie

Traduction Alexandre MOUMBARIS relu Marie-José MOUMBARIS pour le Comité Valmy

Dans la soirée du 15 juillet un groupe d'officiers de l'armée turque annonçait avoir accompli un coup d'Etat et pris le contrôle du pays. Ils prétendaient qu'Erdoğan était en fuite pour sauver sa vie et qu'ils étaient maintenant en train de rétablir l'ordre. Le seul problème de ces officiers et de leurs commanditaires, loin, à Langley [Siège de la CIA - NdT] en Virginie, et à Saylorsburg en Pennsylvanie où l'opérateur politique turc Fetullah Gülen est réfugié protégé par la CIA, est qu'ils n'ont pas réussi. Derrière la tentative de coup, ourdit une histoire beaucoup plus significative, une dramatique évolution géopolitique que l'imprévisible survivant politique qu'est le Président (encore) Recep Erdoğan était en train de fomenter lorsque des loyalistes de Gülen ont amorcés leur tentative de coup d'état désespérée, qui en toute apparence fut raté. Ce qui suit est une série de questions et de réponses sur l'arrière-scène des événements dramatiques qui se déroulent dans ce pays pivot dans l'ordre géopolitique.

Q : Quel commentaire feriez-vous sur les événements de vendredi à samedi, quand l'armée a mené une tentative de coup d'État ? Ces événements étaient-ils prévisibles ?

W.E. : Le coup d'État était une réaction à la récente évolution géopolitique dramatique d'Erdoğan. Il a été instigué par des réseaux turcs fidèles à la CIA. C'était clairement un geste désespéré, mal préparé.

Q : Qu'elles sont les véritables raisons de cette tentative de l'armée ? Qu'en pensez-vous ?

W.E. : Il s'agissait d'un réseau d'officiers dans l'armée fidèles au mouvement de Fetullah Gülen. Celui-ci est un instrument que la CIA contrôle à 100%. D'ailleurs il vit depuis des années en exil à Saylorsburg en Pennsylvanie, après avoir obtenu une carte verte [carte d'immigration aux é-u - NdT] grâce à d'anciens pontes de la CIA et à l'ancien ambassadeur étasunien à Ankara.

Gülen a été depuis des décennies un projet fou de la CIA d'armer l'Islam politique comme instrument de changement de régime. Rappelons qu'en 2013, il y avait des protestations de masse contre Erdoğan à Istanbul et ailleurs. C'est alors que Gülen, qui auparavant avait conclu une entente avec le Parti de la Justice et du développement [AKP] d'Erdoğan, rompait avec lui et le critiquait dans les médias qu'il contrôlait comme Zaman, le taxant de tyran. Depuis lors, Erdoğan s'est efforcé à déraciner son plus dangereux adversaire interne et ses amis, y compris avec des descentes sur Zaman et d'autres médias contrôlés par lui. Il ne s'agit pas d'une lutte entre le bon et le méchant chevalier. Cela concerne le pouvoir dans la vie politique turque. Si les lecteurs sont intéressés par les détails du projet Gülen et de la CIA je les invite de consulter mon livre, The Lost hegemon.

Alarm Clock

Attentat de Nice - Réveillez-Vous !

© Vantagenews.com
Le but de l'horrible attentat commis hier à Nice est de diviser la société française. Le peuple français va-t-il succomber à cette manipulation ? Qui est vraiment responsable de ce nouvel assassinat de masse commis sur des citoyens français ordinaires ? Ce citoyen français, au moins, semble comprendre la vérité :

Bulb

Alice Miller - D'où vient le mal dans le monde et comment se génère-t-il ?

Il n'est plus possible de mettre en doute, aujourd'hui, que le Mal existe et que certains individus sont capables d'une extrême destructivité. Chacun peut s'en faire une idée grâce à la télévision. Mais ce constat n'entérine nullement l'idée fort répandue que certains êtres humains naissent « mauvais ». Tout dépend, bien au contraire, de la façon dont ces personnes ont été accueillies à leur naissance et traitées par la suite.
© Inconnu
« Nous avons la possibilité de regarder notre histoire en face, de reconnaître que frapper des enfants est inutile et même dangereux - parce que l'emploi de tels procédés engendre la haine et des désirs de revanche qui se retourneront contre nous et contre la société tout entière, inévitablement, si nous persistons dans l'ignorance et le refus de savoir. »
~ Alice Miller

Commentaire : Alice Miller s'attache au sein de son oeuvre - dont le notable Le drame de l'enfant doué - à mettre en exergue le Mal présent chez certains individus. Andrew M. Lobaczewski, lui, démontre par ses travaux - choquants dans la sobriété clinique de ses descriptions - que le Mal existe à un niveau global. Dans son oeuvre majeure, La ponérologie politique, Étude du Mal appliqué des fins politiques, l'auteur révèle les souffrances vécues par les chercheurs qui ont été contaminés ou anéantis par la maladie qu'ils étudiaient.

Les travaux de ces deux auteurs (traduits en français) nous permettent donc de voir la dynamique du Mal à l'oeuvre à la fois au niveau individuel et au niveau sociétal. Un autre ouvrage majeur traduit en français également est le fameux Neuro-Esclaves - Techniques et psychopathologies de la manipulation politique, économique et religieuse, qui « décrit les mécanismes du conditionnement utilisés au cours de l'histoire. Dans le souci de comprendre et contrecarrer ces mécanismes, le point de vue psychologique a été intégré dans l'étude neurophysiologique et sociologique. » :
[...] Les gens sont en train d'accepter passivement (ou de déléguer à d'autres sujets inertes) l'illégalité, la dégradation, le crime, l'insécurité du territoire, la tyrannie de bandes de voyous, l'immigration sauvage, comme étant toutes des choses inévitables. La population doit quotidiennement constater et subir un scénario à sens unique : des criminels arrêtés puis systématiquement libérés peu après ; des détenus en autorisation de sortie, des remises de peine et des amnisties ; des psychopathes connus pour leur dangerosité en liberté. C'est une criminalité qu'on laisse agir à la lumière du soleil, qui est présentée comme l'expression d'une faiblesse sociale plutôt que comme un fait qui afflige les gens, surtout les classes les plus faibles qui n'ont pas d'escortes armées, de voitures blindées, de maisons placées sous surveillance, ni la possibilité de déménager. Tout ceci façonne une éducation, un conditionnement à la résignation, à la passivité en général, et envers les injustices de la caste politique en particulier. [...]
Voir aussi la Conférence Neuro-Pirates, Neuro-Esclaves en vidéo et en français et les retranscriptions de ces vidéos :

Les enfants qui font dès le début de leur vie l'expérience de l'amour, du respect, de la compréhension, de la gentillesse et d'un soutien affectueux, développent évidemment d'autres traits de caractère qu'un enfant qui se heurte dès le départ à l'abandon, la négligence, la violence ou la maltraitance, sans avoir près de lui une personne bienveillante qui lui permette de croire à l'amour. Quand manque cet élément - ce qui est le cas dans l'enfance de tous les dictateurs que j'ai étudiés - l'enfant aura tendance à glorifier la violence qu'il a subie et à l'exercer lui-même plus tard, sans limite, chaque fois qu'il le pourra. Car chaque enfant se forme par l'imitation. Son corps n'apprend pas ce que nous voulons lui inculquer par des mots, mais ce qu'il vit par lui-même. De ce fait, un enfant battu et maltraité apprend à battre et à maltraiter, alors qu'un enfant protégé et respecté apprend à respecter et à protéger les plus faibles que lui. Parce qu'ils ne connaissent l'un et l'autre que cette expérience.

Le nouveau-né est innocent

Le Dr Brazelton, pédiatre américain bien connu, a filmé un groupe de mères en train de tenir et de nourrir leur bébé, chacune d'une façon qui lui était propre. Plus de 20 ans après, il a reproduit cette expérience avec les femmes issues de ces bébés, qui étaient devenues mères à leur tour. Il
© ColimacieStudio
était stupéfiant de constater qu'elles se comportaient avec leur enfant d'une manière absolument identique à celle que leur mère avait eue avec elles, bien qu'elles n'aient évidemment gardé aucun souvenir conscient de cette toute première époque de leur vie. Ce que Brazelton a prouvé par là, entre autres choses, c'est que nous sommes guidés dans notre comportement par des souvenirs inconscients qui peuvent être soit positifs et agréables, soit traumatiques et destructeurs.

Snakes in Suits

La folie collective du Département d'État des Etats-Unis


Comment: Nous commettons l'erreur de penser que les politiciens haut placés, et les hommes de pouvoir en général, sont des gens ordinaires ; qu'ils sont pour ainsi dire comme nous. On les imagine parfois pétris de doutes, d'hésitations, emplis de luttes intérieures, de conflits et de dilemmes moraux pour savoir comment toujours agir au mieux, dans l'intérêt de tous... Mais rien de tout cela n'existe vraiment. En adéquation parfaite avec un Système qui favorise la loi du plus fort, la lutte et la compétitivité, l'homme sans conscience est attiré et porté par celui-ci. Il trouve sa juste place dans une structure qui lui permet d'exprimer sa vraie nature. Est-il surprenant alors de trouver aux postes-clés du pouvoir des personnes qui se soucient si peu de justice, de compassion et d'égalité ? De trouver des personnes dont les décisions, froides et calculées, en font périr des millions d'autres ? C'est bien une "folie collective" dont il s'agit, intrinsèque à toutes les institutions, les administrations et les pays du monde entier ; une folie initiant ce que l'on peut appeler "l'avènement du psychopathe", qu'il soit politique, militaire ou scientifique. Un facteur pathologique à prendre en compte, incontournable, qui permet d'éclairer d'une toute nouvelle façon des évènements et des bouleversements mondiaux que nous n'aurions peut-être plus alors à subir, qui sait.


Traduction : VD

© Inconnu
Victoria Nuland, Secrétaire d’État adjoint aux Affaires européennes
Plus de 50 « diplomates » du Département d'État des États-Unis [Ministère des Affaires Étrangères - NdT] ont envoyé un rapport « dissident » exhortant le président Obama à lancer des frappes militaires contre l'armée syrienne, un signe de plus que ce Ministère a disjoncté de façon collective.

Au cours des dernières décennies, le département d'État des États-Unis qui était jadis une maison raisonnablement professionnelle et réaliste en matière de diplomatie est devenu un repaire de bureaucrates guerriers possédés par des obsessions impériales, un phénomène dangereux souligné par la récente « dissidence » de masse en faveur de nouvelles tueries en Syrie.

51 « diplomates » du Département d'État ont signé une note de service distribuée par un « canal de la dissidence » officiel, demandant des frappes militaires contre le gouvernement syrien de Bachar al-Assad dont les forces ont mené la contre-offensive contre les extrémistes islamistes qui cherchent à contrôler cette importante nation du Moyen-Orient .
Le fait qu'un si grand nombre de fonctionnaires du Département d'État plaident en faveur d'un élargissement de la guerre d'agression en accord avec l'agenda néoconservateur, qui a placé la Syrie sur une liste noire il y a vingt ans, est révélateur du degré de folie qui s'est emparé du Département d'État.
Le Département d'État semble être devenu un mélange de néoconservateurs pur jus, de libéraux interventionnistes et de quelques arrivistes qui ont compris qu'il était dans leur intérêt de se comporter comme des proconsuls globaux qui imposent leurs solutions ou recherchent un « changement de régime » plutôt que de se comporter en diplomates respectueux à la recherche de véritables compromis.

Même certains fonctionnaires du Département d'État, que je connais personnellement et qui ne sont pas vraiment néoconservateurs ou libéraux-faucons, agissent comme s'ils avaient avalé la pilule et toute la boîte avec. Ils parlent comme des durs et se comportent avec arrogance envers les populations des pays sous leur contrôle. Les étrangers sont traités comme des objets stupides tout juste bons à être soumis ou soudoyés.

Il n'est donc pas tout à fait surprenant que plusieurs dizaines de « diplomates » étasuniens s'en prennent à la position plus modérée du président Barack Obama sur la Syrie tout en se positionnant en prévision de l'élection d'Hillary Clinton, qui devrait autoriser une invasion illégale de la Syrie - sous couvert d'établir des « zones d'exclusion aérienne » et des « zones de sécurité » - ce qui signifie en clair, tuer d'avantage de jeunes soldats syriens. Les « diplomates » demandent l'utilisation d' « armes à longue portée et aériennes ».

Ces faucons sont si avides guerres que le risque d'un conflit direct avec la Russie ne les dérange pas. D'un léger revers de la main, ils balaient la possibilité d'un conflit avec une puissance nucléaire en affirmant qu'ils ne préconisent pas « d'emprunter une pente glissante qui se terminerait dans une confrontation militaire avec Russie. » Dis comme-ça, ça rassure.

Chess

La France au centre de la crise européenne - Le discrédit de l'UE et le manifeste du 28 mai passé inaperçu

Traduit de l'espagnol par Estelle et Carlos Debiasi pour El Correo de la diaspora

L'atmosphère à Paris, la ville où bat le cœur de la France, devient plus rebelle. Depuis que le 19 février a été mis sur le réseau l'appel contre la loi sur le travail qui a été immédiatement signé par plus d'un million de personnes, se sont succédé neuf journées de protestation et de grève syndicale, et une multitude de manifestations.
© Kenzo Tribouillard/AFP
Paris, manifestations contre la Loi Travail, le 19 mai 2016
Dans ce bouillon, est née l'occupation des places [de la République] le 31 mars, et les étudiants se sont levés. Depuis ce moment, chaque jour il se passe quelque chose. Un défi, une protestation. Parait loin l'atmosphère de l'automne passé, quand le Front national déterminait les sujets du débat public et les politiques xénophobes, identitaires et de sécurité face au terrorisme. Aujourd'hui c'est le social qui prime. Et comme toile de fond, de plus en plus présente, le discrédit de l'Union européenne.

L'épicentre du problème n'est pas le Brexit. Une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'UE est économiquement insignifiante (il y a beaucoup d'exagération sur ce sujet), mais cela affaiblirait politiquement l'influence des États-Unis, dont le Royaume-Uni a été le serviteur le plus empressé, sur le continent. Ne serait ce que pour cela, ils feront n'importe quoi pour l'éviter, mais le vrai problème est en France. C'était la France, pas l'Angleterre, la fondatrice de ce qui s'écroule depuis 2007. Et c'est ici que se décidera le vrai jeu.


Commentaire : Le Brexit pourrait sévèrement mettre à mal la domination étasunienne sur l'Europe. Mais surtout, cela montrerait aux autres pays de l'UE qu'il y a une alternative à la dictature bruxelloise : en cas de Brexit, la Suède, les Pays-Bas, le Danemark et même la Tchéquie pourraient emprunter la même voie de sortie.

© Inconnu
Voir nos articles suivants :

Après la Grèce (71 %), la France est le leader européen quant à l'opinion défavorable sur l'UE : 61 %. Cette dernière année, ce discrédit a augmenté ici de 15 points. En Espagne (49 %), 16 points, selon le dernier sondage. Le projet de réforme du travail a dominé trois décennies de frustration française par le vol de souveraineté et la détérioration du niveau de vie à travers la réduction des revenus, l'augmentation de l'inégalité et le recul des services publics. C'est la maladie française.

Nebula

Le plasma, l'état fondamental de la matière

Traduit de l'anglais par Pétrus Lombard pour Alter Info

Définitions

Quand il manque à un atome un ou plusieurs électrons externes, nous disons que l'atome est devenu « ionisé ». Manifestant alors une charge électrique nettement positive, il est appelé « ion positif ». D'autre part, si un électron supplémentaire est rajouté à un atome neutre, portant alors une charge nettement négative, la combinaison est désignée sous le nom de « ion négatif ». Les forces électriques entre ions opposés sont des ordres de grandeur plus puissantes que toutes les forces mécaniques, par exemple, celle de la gravité.
© philippic
Vue d'artiste du plasma cosmique
Tout plasma sous tension électrique est un nuage d'ions et d'électrons qui, sous l'excitation des champs électriques et magnétiques appliqués, peut parfois s'illuminer et se comporter d'une façon insolite. Exemples les plus connus de plasmas sous tension : enseignes au néon ; foudre ; soudeuse à arc électrique. La ionosphère de la Terre est un exemple de plasma n'émettant pas de lumière visible. Notre Système solaire baigne dans un espace imprégné de plasma. Le nuage de particules formant le « vent » solaire est un plasma. Toute la Voie lactée, notre galaxie, est faite essentiellement de plasma. En fait, 99 % de l'Univers entier est du plasma !

Histoire

Fin des années 1800, en Norvège, le physicien Kristian Birkeland expliqua que, si les aurores polaires sont visibles, c'est parce que ce sont des plasmas. Birkeland découvrit aussi les trajectoires tortueuses, tire-bouchonnées, empruntées par le courant électrique dans les plasmas. Parfois, ces formes ondoyantes sont visibles, et parfois pas - cela dépend de l'intensité du courant qui traverse le plasma. De nos jours, ces flux d'ions et d'électrons sont appelés courants de Birkeland. Associés à des orages électriques sur Terre, les mystérieux farfadets, elfes, et jets bleus sont des exemples de courants de Birkeland dans le plasma de la haute atmosphère.

Au début du 20e siècle, Irving Langmuir, lauréat du prix Nobel, étudia les plasmas sous tension dans son laboratoire de la General Electric ; il étoffa en outre le corpus des connaissances inauguré par Kristian Birkeland. En fait, il fut le premier à utiliser le mot « plasma » pour décrire le comportement quasi-vivant, « auto-organisateur », de ces nuages de gaz ionisé en présence des courants électriques et des champs magnétiques.

Commentaire: Voir les articles suivants sur le même sujet : Deux ouvrages publiés en français abordent le sujet du plasma cosmique :


Bacon n Eggs

Le cholestérol n'est vraiment pas le méchant auquel nous pensions

Traduction : SOTT

Pendant des années, nous avons été endoctrinés à éviter le cholestérol : qu'en serait-il si cette affirmation était fausse ? En fait, le cholestérol est un matériau de construction indispensable à notre corps et il constitue une clé pour être en bonne santé. Tout se résume à savoir ce qu'il faut conserver et abandonner dans notre alimentation.

Commentaire : La consommation de graisses saturées n'explique en RIEN le nombre de maladies cardio-vasculaires ! La question qui se pose à nous aujourd'hui, c'est de comprendre pourquoi soixante ans ans après, nous en sommes toujours à croire un mythe. Parce que, et comme l'explique Gary Taubes dans ses ouvrages sur le sujet, « ces recommandations, qui vouent aux gémonies les graisses d'origine animale, ne sont pas fondées sur des études scientifiques sérieuses. ». Il suggère « qu'elles sont largement en cause dans l'épidémie d'obésité qui frappe les États-Unis (et les pays « occidentalisés »). Il montre « comment l'industrie agroalimentaire s'est emparée de cette aubaine, créant un énorme marché de produits pauvres en graisses. ». Et Big Agra était ravie, et l'est depuis plusieurs décennies, tout comme Big Pharma. Voir les deux articles ci-dessous pour comprendre en quoi les études utilisées pour vouer aux gémonies les graisses saturées ne sont pas sérieuses, comprendre pourquoi et comment le mythe a duré aussi longtemps et quelles en sont les conséquences aujourd'hui.

Le cholestérol est-il un AMI ou un ENNEMI ?

© Frédérique Koulikoff
Athérosclérose - Coupe schématique d'une artère saine et d'une artère athéroscléreuse
Nous avons besoin de cholestérol pour fonctionner correctement. Le cholestérol fait partie de la famille des lipides tout comme les acides gras saturés et les acides gras poly-insaturés, et il constitue un matériau de construction essentiel de notre corps. Le cholestérol n'est pas un nutriment dit « essentiel » (bonne nouvelle pour les végétariens/végétaliens), ce qui signifie que notre corps peut le fabriquer lui-même sans qu'il soit nécessaire d'en absorber via l'alimentation.

Le cholestérol a plusieurs fonctions dans notre organisme. Chaque cellule du corps l'inclue dans la constitution de sa membrane (parmi d'autres lipides), notre peau s'en sert pour synthétiser la vitamine D avec l'aide du Soleil, et certaines hormones sont constituées de cholestérol. Les hormones sexuelles, comme l'œstrogène, la progestérone et la testostérone, sont fabriquées à partir de cholestérol. Les glandes surrénales l'utilisent pour former des hormones intervenant dans les situations de stress comme le cortisol. Nous avons également besoin de cholestérol pour la formation de bile, un suc digestif utile dans la digestion des graisses de notre alimentation.

Commentaire: Pour aller plus loin sur les graisses saturées en général : Et ne manquez pas la vidéo sous-titrée en français et réalisée par l'équipe de SOTT sur la controverse des graisses saturées.




Cult

Abus rituels et contrôle mental : l'impensable réalité


Commentaire : Il faut avoir le cœur bien accroché pour ne pas avoir la nausée à la lecture de ces abominations. On peut pourtant comprendre qu'il est important de diffuser ce genre d'informations : ne sont-ce pas notre incrédulité et notre scepticisme qui rendent aussi ces horreurs possibles ? L'expression du mal n'atteint-elle pas son apogée lorsque celui-ci, comme le dit l'expression galvaudée, parvient à nous faire croire qu'il n'existe pas ?

Dans le documentaire proposé dans l'article « Des voix dans la tête », il y a une citation saisissante de justesse : « La compassion est le courage de descendre dans la réalité de l'expérience humaine ». Manifestement, nous voyons que la réalité de l'expérience humaine, si terrible pour bien des gens, ne change pas en mieux à coup de « pensées d'amour », d'« ondes positives », de « torrent de lumière » se déversant sur l'humanité toute entière ; elle ne change pas en tournant la tête à notre droite quand l'injustice est à notre gauche ; elle ne semble pas du tout changer en utilisant les mêmes moyens et le même mode de pensée que les tyrans et les oppresseurs. Se pourrait-il alors qu'elle puisse changer quand nous sommes au plus près d'elle, quand nous la côtoyons au plus près de son « exactitude », pour toujours mieux la connaître ?

Peut-être est-il alors possible qu'une prise de conscience initiée par cette connaissance, aussi minime soit-elle pour commencer, nous mène sur le chemin d'un changement et d'une vraie compassion ? Celle qui ferait de nous de bons humains, aptes à regarder cette réalité pour ce qu'elle est ; une réalité pas uniquement faite de bonnes intentions, de bonnes volontés et d'évolution positive ; une réalité aussi faite d'enfants torturés et massacrés, de vies brisées, de consciences perverties ; une réalité manifestée par ceux qui semblent être possédés par une soif de néant inextinguible.


Introduction

Tout d'abord pour commencer cet article, j'aimerais rendre un hommage à Alain Gossens (co-fondateur du site Karmapolis) qui a quitté cette terre en juillet 2010 dans des circonstances troublantes. Il a été un des seuls journalistes francophones à s'intéresser et à débroussailler le sujet complexe des abus rituels sataniques et du contrôle mental basé sur les traumatismes.
© Inconnu
Lorsque l'on s'intéresse aux affaires pédocriminelles, à un moment ou à un autre, on découvre des témoignages de viols en réunion, de rituels occultes, de sacrifices humains ou la terreur et la souffrance des victimes est portée à son paroxysme. Une solution peut-être de tourner les talons, de rejeter ces témoignages car étant trop choquant et bousculant donc notre paradigme; ou bien alors de les prendre en considération et les accepter comme étant une réalité de ce monde dans lequel nous vivons. À partir de là, il est possible de creuser le sujet et de se rendre compte alors qu'il s'agit d'une sorte de boîte de Pandore. L'innocence de l'enfance, une fontaine de Jouvence pour certains ? La conscience immaculée de l'enfance, une page blanche dont certains s'octroient le droit d'y graver ce qu'ils veulent ?

Canaliser les consciences est une clé de domination ici-bas. Le contrôle mental prend différentes formes, de la plus simple à la plus complexe. Les méthodes d'apprentissage et les programmes scolaires et universitaires sont une forme de modelage du futur adulte, l'information et le divertissement médiatique tentent de formater votre conscience selon un certain modèle, la pression sociale est aussi une forme de contrôle, les diverses pollutions alimentaires et environnementales altèrent votre cerveau et par conséquence votre capacité de raisonnement et d'analyse.... à ce stade, la population conserve encore à peu près son libre arbitre, elle peut se ré-informer, se débarrasser de sa TV, changer son mode d'alimentation, s'alléger du monde matériel pour se tourner vers le monde spirituel,... etc... Nous pourrions citer également le subliminal et la psychotronique comme outils pouvant influencer et contrôler la conscience humaine.


Commentaire : Concernant la psychotronique, on pourra lire les article suivants pour comprendre que la technologie peut beaucoup en matière de contrôle mental et d'influence du comportement :

Megaphone

Euro-2016 : la propagande silencieuse


Commentaire : On le sait depuis un moment, avec l'exemple du politicien-parasite : professionnaliser une activité qui n'a pas lieu de l'être est un bon moyen pour couvrir les incompétences, nourrir les pathologies comportementales, les justifier, les propager. Violences physiques et psychologiques, corruption, manipulation, tricherie, trucage, dopage : voilà la réalité sportive, concrète, celle qui fait la Une des journaux depuis des décennies. Et ce n'est certainement pas un hasard si le monde du sport et de la politique se côtoient si souvent. De quoi pourrait bien être le sport moderne si ce n'est le reflet parfait d'une époque malade ? « Imposer », « dominer », « écraser », « régner », pour « conquérir » et « couronner », c'est le langage sportif moderne. N'est-il pas assez parlant ? Rajoutons-en une couche avec Zlatan Ibrahimovic, grand promoteur des valeurs sportives qui épanouissent harmonieusement, on n'en doute plus, la puissance du corps et de l'esprit :
Quand on demande à Zlatan Ibrahimovic si, à 20 millions d'euros par an, il a le sentiment de gagner beaucoup d'argent, l'attaquant chevelu du Paris Saint-Germain prétend la jouer libéral plutôt que libéro :

« Si c'est beaucoup ou pas, ce n'est pas mon problème. Mon souci, c'est de voir ce que dit le marché.
Le marché dit : ça c'est votre prix, voici ce que dit le marché ».
Voici les héros de notre temps, ceux dont les valeurs frelatées qui servent d'exemples à nos gamins résonnent en harmonie avec le discours de la classe dirigeante, des hommes de pouvoir, des conquérants. Quelle surprise donc de constater que Présidents, Ministres et consorts saisissent une fois de plus l'opportunité d'endormir la populace avec des manifestations sportives absurdes mais qui savent entretenir l'illusion d'un accomplissement, d'une fraternité, d'une humanité.

Le Championnat d'Europe des Nations de football (dit Euro 2016) se dispute en France de 10 juin au 10 juillet. Une fois encore, le sport à travers l'une de ses compétitions importantes, reste un impensé. Les rares analyses économiques et sociologiques sont noyées dans le flot incessant des petites histoires et des faits divers (sextape de Valbuena par exemple) qui font diversion.

Bien sûr, quelques trouble-fête dénoncent l'argent fou du sport, le coût de la compétition pour la collectivité nationale en infrastructures et cadeaux fiscaux, s'alarment de l'imposant et coûteux déploiement policier, s'étonnent de voir le sport le plus populaire ne jamais être ou presque confronté à des affaires de dopage (l'omerta règne) et évoquent du bout des lèvres la corruption et les magouilles, la complicité régulière des hauts dirigeants du sport avec les régimes les moins fréquentables, les filières de l'exil qui touchent de nombreux jeunes sportifs souvent exploités, le racisme, le sexisme, l'homophobie.

Mais la plupart de ces rabat-joie qui parlent des « dévoiements » de l'idéal sportif, de ses « déviations » alimentent depuis un siècle le mythe d'un âge d'or et assurent finalement le déminage de l'institution en présentant une vision du sport humaniste, généreuse, soucieuse de justice. Dans leur grande majorité, ils font corps avec le sport dont ils diffusent l'idéologie qu'ils ont intériorisée. Leurs politiques antidopage, anti violence, anti corruption, leur désir d'éthique et de fair play - financier ou non - sont autant de bouées de sauvetage du système sportif.

Le monde des évidences