Bienvenue à Sott.net
sam., 21 avr. 2018
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Gold Seal

Les libéraux critiques de Trump sont de plus en plus autoritaires et dérangés

liberal snowflake protester screaming trump inaguration
La semaine dernière, l'anniversaire des élections de Trump a déclenché un tollé généralisé chez les commentateurs du pays. Trump est censé être la plus grave menace pour la démocratie américaine depuis la sécession de la Confédération. Sa présidence, probablement, continue à être une aubaine pour les ventes d'antidépresseurs à travers le pays.

La chroniqueuse du New York Times Michelle Goldberg, dans une rubrique de la semaine dernière intitulée "Anniversaire de l'Apocalypse", a déploré les "jours de terreur et de vertige" après la victoire de Trump et le coup de grâce métaphysique et l'interrègne hideux de Trump, qui la laisse "en proie au deuil à la destruction de notre héritage civique". Le professeur Henry Giroux, de l'Université McMaster, a déploré que l'ascension de Trump dans la politique américaine ait rendu visible une culture de cruauté, un mépris pour l'instruction civique, un mode de gouvernance corrompu et un mépris pour le jugement éclairé qui a été en cours pendant des décennies.

Il est compréhensible que les gens puissent être fâchés par les fanfaronnades de Trump à propos de la révocation des licences de diffusion de ses critiques ou de l'appel au licenciement des joueurs de football protestataires. La rhétorique de son gouvernement sur le commerce et la guerre de la drogue menace de relancer des politiques débiles qui auraient dû être bannies à jamais par des échecs permanents. Mais si Trump présente de nombreux périls constitutionnels, nombre de ses opposants sont encore plus autoritaires.

Pistol

L'armée syrienne trouve des entrepôts d'ISIS remplis d'armes létales américaines

Daesh lethal weapon
© Sputnik/ MORAD SAEED
Armes de Daesh
Selon une source militaire syrienne, il y avait beaucoup d'armes fabriquées par les Etats-Unis et d'équipements militaires fabriqués en Europe occidentale et en Israël. Outre les fusils automatiques M-16, il y avait des systèmes de missiles antichars TOW et des canons de 155 mm américains.

"Il y avait aussi des Hummers, qui étaient soit utilisés pour transporter des gens, soit remplis de bombes à l'intérieur prêtes à exploser. Des avions de reconnaissance israéliens et une combinaison de protection israélienne moderne pour le travail des sapeurs ont également été retrouvés", a déclaré la source à Spoutnik Arabic.

La source a également indiqué que des technologies de reconnaissance aérienne et terrestre, des communications par satellite et des sacs contenant des explosifs C-4 ont également été découverts à l'intérieur de ces entrepôts.

Il y avait aussi des boîtes avec des munitions et des armes entreposées dans les abris souterrains, tandis que les chars et les voitures étaient couverts d'un filet de camouflage pour se protéger contre les attaques aériennes russes et syriennes.


Commentaire: Le gouvernement américain et ses services de renseignements et agences de renseignements militaires soutiennent ISIS. Ils le font depuis beaucoup d'années.

Voir aussi :


Cult

Démence saoudienne, belligérance américaine et propagande ridicule dans les médias grand public : la situation globale s'aggrave sous nos yeux

lies and fabrication

Des mensonges et leur fabrication.
Je n'ai pas passé toute la semaine à écrire sur les gigantesques secousses qui se produisaient au Moyen-Orient parce que cela me paraissait amusant. Si mon analyse n'est même que quelque peu exacte, le monde entier sera affecté et façonné pendant des décennies par ce qui va se passer dans la région. Plutôt que de répéter ce que j'ai déjà écrit, je vous suggère de lire ce qui suit si vous avez manqué ces points la première fois.

Les États-Unis et l'Arabie saoudite sont sur le point de commettre plus d'erreurs désastreuses et idiotes - Partie 1 (en anglais)

Les États-Unis et l'Arabie saoudite sont sur le point de commettre plus d'erreurs désastreuses et idiotes - Partie 2 (en anglais)

Il y a eu une actualisation majeure depuis la publication de ces articles. Il semble que le gouvernement libanais en a assez vu et donne sa version des faits. Comme je l'ai indiqué dans la première partie, les Saoudiens ont immédiatement déclaré la guerre au Liban après la démission forcée et évidemment mise en scène de Hariri via l'Arabie Saoudite ce week-end. Il s'agit d'un cas de projection psychologique classique, car en réalité, l'Arabie saoudite semble avoir déclaré la guerre au Liban. Ils ont tout simplement kidnappé leur Premier ministre.

Voici certains des enseignements tirés de Reuters :

Briefcase

Le témoignage de Carter Page confirme que le dossier sur Trump a servi de base au Russiagate

Carter Page
© Anton Denisov / Sputnik
Carter Page

Commentaire : Cet article est à lire. Il montre que le but réel du « dossier Trump » était de lancer le sujet de la « collusion russe » à pleine vitesse. Les gens de la communauté du renseignement essayant même d'utiliser de la coercition sur Trump pour qu'il adhère à leurs intentions cachées. Ils ont été choqués quand il les a mis face à leur bluff. Cela ne doit pas arriver souvent et nous aurions aimé être là pour voir leur visage affichant suffisance et mensonge. C'est un autre clou dans le cercueil du Russiagate bien que ce ne soit pas encore la fin...

Les principaux protagonistes ou services cités dans l'article sont :
  • Carter Page : consultant de l'industrie du pétrole, spécialiste de la Russie et de l'Asie centrale et conseillé de Trump sur la politique étrangère durant la campagne présidentielle.
  • Christopher Steele : ex-espion britannique
  • James Clapper : actuel directeur de la CIA
  • John Brennan : ancien directeur de la CIA de mars 2013 à janvier 2017
  • James Comey : directeur du FBI
  • L'ODNI : bureau du directeur du renseignement national (Office of the Director of National Intelligence)
  • Le DNC : Le Comité National Démocrate (Democratic National Committee) est l'organisme politique américain chargé de diriger le Parti démocrate au niveau national.



En mars 2017, une série d'articles parus dans les médias prétendaient que le "canevas" de l'enquête sur le Russiagate était fourni par le Dossier Trump : une concoction sordide de calomnies et de ragots compilée par l'ex-espion britannique Christopher Steele.

Dans un article paru le 31 mars 2017, j'ai exprimé un certain scepticisme à ce sujet. Le scénario esquissé dans le dossier Trump me paraissait tout simplement trop absurde et ses affirmations invérifiables tout bonnement trop sensationnelles pour que je puisse croire que la soi-disant puissante communauté du renseignement américain pouvait le prendre au sérieux.

Cependant, en juin 2017, les médias américains commençaient à confirmer indirectement que non seulement la communauté du renseignement américaine prenait le dossier Trump au sérieux, mais qu'il était en fait le point de départ du scandale Russiagate.

Pills

Déclassifié : La CIA a empoisonné tout un village français avec du LSD lors d'une expérience massive de contrôle mental

Declassified: CIA poisoned entire town with LSD in massive mind-control experiment
La CIA a intentionnellement administré du LSD à un village français dans le cadre d'une expérience de contrôle mental très secrète, selon des documents publiés dans le cadre de la FOIA (la loi sur la liberté d'information).

Pendant des décennies, après qu'un village français ait été frappé par des hallucinations et une démence de masse en 1951, il était généralement admis que le problème venait de la farine d'une boulangerie locale qui aurait été contaminée par l'ergot, un champignon toxique présent naturellement sur le seigle et causant des hallucinations. Cependant, une découverte faite par un journaliste d'investigation faisant des recherches pour un livre sur cet incident, a révélé des preuves accablantes que la nourriture du village avait été intentionnellement contaminée par du LSD dans le cadre d'une expérience secrète de contrôle mental de la CIA.

Commentaire: Voir aussi :


Fire

Au tour de la Grande-Bretagne d'être confrontée à l'hystérie du Russiagate

Putin and Cameron
Au cours des dernières semaines, une campagne a été lancée en Grande-Bretagne sous la houlette du journal le Guardian pour "délégitimer" le résultat du référendum sur le Brexit en prétendant que c'est l' « ingérence russe » qui a été la cause de ce résultat.

Ainsi, nous avons vu une série de rapports sensationnalistes insinuants que Arron Banks - le millionnaire britannique qui a financé en partie la campagne Leave (Partir) - est financé par la Russie, et qui affirment que le professeur Joseph Mifsud - l'universitaire londonien mentionné dans l'acte d'accusation de George Papadopoulos (1) - pourrait avoir rencontré le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson lors d'un dîner organisé par un autre député (ce que nie Johnson) et que Papadopoulos lui-même, pendant qu'il était membre de la campagne de Trump, rencontrait un ministre britannique en marge de la session de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York en septembre 2016.

Il y a également eu des insinuations selon lesquelles la Russie a lancé une campagne dans les médias sociaux pour soutenir le Brexit, et même que les services de renseignements russes sont derrière le "livre noir" qui contient diverses allégations sexuelles qui circulent actuellement envers des ministres et des députés conservateurs. Ces allégations ayant conduit à la démission forcée du ministre britannique de la Défense Michael Fallon.

Le motif de cette campagne a été exposé il y a deux jours dans un article de Mark Galeotti dans le Guardian : délégitimer le résultat du référendum sur le Brexit :

Sherlock

Terroriste ou bouc-émissaire ? L'agresseur de Manhattan, Sayfullo Saipov et le dossier du gouvernement US en matière de fabrication du terrorisme

Sayfullo Saipov
Plusieurs questions restent sans réponse au sujet de l'attentat terroriste perpétré à Manhattan le 31 octobre, qui aurait été commis par Sayfullo Saipov, un immigrant ouzbek. La plus importante est un rapport d'un voisin de Patterson, dans le New Jersey, qui a déclaré avoir vu Saipov en compagnie de deux hommes qu'il a repérés.

"Ils ne ressemblaient pas à des ouvriers du bâtiment. Ils n'étaient pas habillés comme s'ils allaient travailler", a déclaré Carlos Batista à Fox News. "Je le voyais avec eux plus souvent qu'avec ses propres enfants."

Tout comme la mystérieuse femme que l'on aurait vue avec Stephen Paddock, le tireur de Las Vegas qui a été désigné coupable, les deux individus repérés avec Saipov ne seront jamais identifiés et les médias institutionnels rejetteront l'histoire de Carlos Batista comme non pertinente, si jamais ils venaient à tout simplement la considérer. Le loup solitaire, inspiré et radicalisé par les vidéos d'État islamiques, est maintenant le récit officiel.

"A bien des égards, il s'agit maintenant d'un cas classique de radicalisation d'un djihadiste national qui s'est associé à ISIS, c'est leur nouveau modèle de développement", a déclaré Andrew Cuomo, gouverneur de New York, à CBS News. "C'est très simple. Vous utilisez un véhicule pour nuire. C'est à New York. C'est à Londres. C'est en Allemagne. C'est en France. C'est dans l'Ohio. Alors c'est plus que ce que nous en avons vu."

Est-il possible que les deux hommes aient été les manipulateurs de Saipov ?

Par exemple, nous savons que le service de police de New York a infiltré et surveillé la communauté musulmane non seulement à New York, mais dans tout le pays. En 2012, il est apparu que la police de New York n'avait pas seulement espionné les musulmans, mais qu'elle avait également inséré des agents provocateurs dans cette communauté. Ceci a été révélé lors du procès d'Ahmed Ferhani, un malade mental accusé d'avoir comploté pour bombarder une synagogue à Manhattan.

Commentaire: Pour en savoir plus sur le Gladio : Lire aussi :


Cult

« L'État profond » le mensonge profond, le terrorisme profond !

Pour ceux qui se sont sérieusement penchés sur les éléments d'information à notre disposition, mais qu'il faut certes aller chercher à la manière des orpailleurs, il n'est plus nécessaire de démontrer que ce sont les experts de la CIA et des élites de « l'Etat Profond » américain qui ont organisé, planifié, formé, équipé, financé, protégé, ravitaillé les djihadistes en Syrie et Irak, comme c'est aussi le cas pour les néo nazis en Ukraine.
liberty war
Nous savons tous objectivement, aujourd'hui - même si certains médias et inconditionnels du système continuent obsessionnellement d'invoquer le recours malhonnête à la raillerie facile du « complotisme », sans jamais pouvoir avancer la moindre réelle preuve rationnelle confirmant ce que ce comportement compulsif « officiel » prétend - que les forces présentes en Syrie et en Irak, luttant contre DAECH - ISIS - EIIL, et dirigées par les USA, ont tout fait pour protéger leurs mercenaires djihadistes, avec l'aide inconditionnelle d'Israël, en tâchant également de les redéployer sur d'autres théâtres d'opérations de déstabilisation à travers le monde (Les djihadistes pour les pays à dominance musulmane : Philippines, Myanmar, Yémen, Somalie... Les néo nazis pour les pays à dominance chrétienne: Ukraine et bientôt Venezuela...).

Pour confirmer cette réalité incontestable, nous venons d'apprendre plusieurs choses importantes sur le comportement de « l'Etat profond » des Etats-Unis et qu'une basique objectivité ne peut pas rejeter d'un revers de la main.

1 - « l'Etat profond » US vient de refuser explicitement et catégoriquement que les experts serbes du déminage puissent se déployer en Syrie, coordonnés avec les forces russes, afin de permettre aux civiles Syriens de rentrer chez eux ! Le porte-parole de l'ambassade américaine, Eric Heyden, a rappelé aux Serbes, il y a huit jours, que :
« ...le gouvernement américain a fourni des dons importants en argent, en équipement et en formation pour aider l'armée serbe à se débarrasser des mines laissées par la guerre, et ainsi faire de la Serbie un endroit plus sûr. C'est pourquoi, au cours des 15 dernières années, les Etats-Unis ont fourni plus de 20 millions de dollars d'aide aux opérations de déminage en Serbie. Lors de notre dernier grand exercice conjoint, en avril 2017, le Gouvernement américain a fait don à l'armée serbe de quelque 450 000 dollars de matériel médical et de déminage pour améliorer ses capacités... »
Ce qui veut dire clairement qu'ayant financé les opérations de déminage en Serbie, les USA se considèrent en droit d'imposer à la Serbie une interdiction de déminage en Syrie, alors même que les Serbes veulent mettre leur compétence au service des pauvres gens menacés de mort par les mercenaires djihadistes des USA qui ont piégé les habitations aux mines anti personnelles, interdites par les accords internationaux, mais non signés par les USA qui les utilisent donc largement via leurs mercenaires terroristes.

Chess

Comment les élites dominent le monde - Première partie : L'endettement comme outil d'asservissement

World in debt
Au cours de l'histoire de l'humanité, la classe dominante n'a eu de cesse de trouver de nouveaux moyens de faire travailler à son profit économique ceux qui sont situés plus bas qu'elle sur l'échelle sociale. Mais de nos jours, nous sommes les propres acteurs de notre asservissement. Le débiteur travaille pour le compte du créditeur, et il n'y a jamais eu autant d'endettement qu'aujourd'hui dans toute notre histoire. Selon l'Institut de Finance internationale, l'endettement mondial est estimé à 217 000 milliards de dollars, bien que d'autres estimations l'évaluent beaucoup plus haut. C'est une évidence pour tous que notre planète est en train de sombrer dans un océan de dettes, mais la plupart des gens se demandent qui détient toute cette dette. Cette bulle d'endettement sans précédent représente le plus grand transfert de richesse dans l'histoire de l'humanité, et ceux qui s'enrichissent de la sorte sont les membres d'une élite fabuleusement riche au sommet de la pyramide.

Saviez-vous que huit hommes au sommet de la pyramide possèdent autant de richesses que les 3,6 milliards hommes les plus pauvres au bas de cette pyramide ?

Chaque année, l'écart entre les super-riches et les pauvres ne fait que croître. C'est un sujet sur lequel j'ai beaucoup écrit, et la « financiarisation » de l'économie mondiale joue un rôle majeur dans l'accentuation de cette tendance.

Le système financier mondial dans son intégralité est basé sur l'endettement, et ce système basé sur la dette détourne sans relâche la richesse du monde vers le haut de la pyramide.

On attribue à Albert Einstein la citation suivante :
« Le principe des intérêts composés 1 est la huitième merveille du monde. Celui qui comprend son mécanisme s'enrichit grâce à lui... tandis que celui qui ne le comprend pas, le paye. »
Peu importe qu'il ait ou non réellement prononcé cette phrase, il est un fait que cette affirmation est exacte. En assujettissant chacun de nous à la dette, l'élite peut s'asseoir et contempler sa fortune croître lentement mais sûrement. Alors que le reste de l'humanité travaille d'arrache-pied pour « payer ses factures », la vérité est que nous passons les années les plus productives de notre vie à travailler pour enrichir quelqu'un d'autre.

House

Taxation par Macron de l'immobilier : un choix idéologique de destruction des classes moyennes

taxes
Les députés ont adopté jeudi en commission la mesure la plus controversée du projet de budget 2018, la transformation de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en impôt sur le seul patrimoine immobilier. L'ISF, que paient aujourd'hui 351.000 foyers dont le patrimoine dépasse 1,3 million d'euros, sera remplacé par un « impôt sur la fortune immobilière » (IFI), de façon à exempter de taxes les valeurs mobilières et les placements (actions, assurance-vie...).

Cette réforme, qui devra être revotée dans l'hémicycle, devrait entraîner un manque à gagner de près de 3,2 milliards d'euros pour l'État, alors qu'en 2016 l'ISF a rapporté près de 5 milliards. On se demande si ces maheureux indigents du cerveau ont regardé les chiffress, le financement des entreprises ne pose aucun problème dans le système actuel puisque les enrterpsie ont recours au leverage pour se financer. Le crédit et les dettes créées à partir de la prodction monétaire ont supplanté l'épargne.

La majorité a défendu cette mesure destinée « à orienter l'épargne des gros patrimoines vers le financement des entreprises », a résumé le rapporteur général Joël Giraud (LREM).

La réforme a été vivement critiquée à gauche comme « un cadeau aux plus grosses fortunes de France », selon le communiste Fabien Roussel.

« Vous oubliez qu'il y avait le mot solidarité dans ISF », a dénoncé ce député du Nord.

« Plus le patrimoine d'une personne augmente, plus sa composante financière s'accroît », a rappelé la socialiste Valérie Rabault.