Bienvenue à Sott.net
ven., 24 nov. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Changements Terrestres
Carte


Info

Deux géologues annoncent que le ralentissement de la rotation terrestre entraînera une vague de grands séismes en 2018

Selon les géologues de l'étude ci-dessous, le nombre de tremblements de terre dévastateurs devrait fortement augmenter l'an prochain en raison d'un ralentissement périodique de la rotation de la Terre.


Commentaire : En effet, tous les trente-deux ans environ, le nombre de séismes majeurs connaît un pic dû au ralentissement de la rotation terrestre. Ce ralentissement oblige par ailleurs à corriger d'une seconde par an l'horloge atomique qui définit le temps universel.

Existe-il un lien avec le fait que Vénus a aussi ralenti sa rotation ? Ce lien serait-il d'origine « cosmique » ?

Ce ralentissement de la rotation terrestre pourrait aussi être connecté avec l'augmentation constante du nombre de dolines (ou sinkholes en anglais) qui s'ouvrent un peu partout dans le monde. Serait-il aussi en lien avec les hécatombes massives d'animaux et autres signes des temps ?


© Anadolu Agency/Getty Images
Un enfant sur un bâtiment effondré à Darbandikhan, Sulaymaniyah, en Irak, le 12 novembre 2017, après que le nord du pays et le nord de l'Iran ont été frappés par un tremblement de terre de magnitude 7,3.
Ces géologues ont prévenu qu'il pourrait y avoir une forte augmentation du nombre de tremblements de terre destructeurs dans le monde l'année prochaine. Ils pensent que les variations de la vitesse de rotation de la Terre pourraient déclencher une intense activité sismique, en particulier dans les régions tropicales très peuplées.

Bien que ces fluctuations de la rotation soient minimes - changeant la durée de la journée d'une milli-seconde - les scientifiques supposent qu'elles pourraient aussi être impliquées dans la libération de grandes quantités d'énergie souterraine.

Le lien entre la rotation de la Terre et l'activité sismique a été souligné le mois dernier dans une étude publiée dans Geophysical Research Letters par Roger Bilham de l'université du Colorado à Boulder et Rebecca Bendick de l'université du Montana à Missoula, étude présenté à la réunion annuelle de la Geological Society of America.

Snowflake

Canada : Un hiver plus froid avec plus de neige

A quelques semaines du début de l'hiver, les Services météorologiques au Canada, aux États-Unis et en Europe interrogent les superordinateurs pour avoir une idée de la saison froide qui approche. Aurons-nous beaucoup de neige et de tempêtes ? Le météorologue Gilles Brien fait le bilan des prédictions et des dernières tendances avec un aperçu exclusif sur l'hiver 2017-2018.

Après un début d'automne marqué par du temps exceptionnellement chaud, les Québécois feraient bien de se munir de pelles, de tuques et de mitaines. Selon les dernières prévisions du Centre météorologique canadien, qui seront rendues publiques le 30 novembre, l'hiver 2017-2018 devrait être plus neigeux et plus froid que l'an dernier.

L'hiver ne sera pas glacial pour autant, car le degré de confiance est élevé que les températures soient au-dessus des normales, confirmant une tendance vers des hivers plus chauds.

Ce retour à un hiver plus traditionnel, après deux hivers très doux, est dû à un refroidissement des eaux à l'équateur, un phénomène météorologique appelé La Nina.


Cloud Precipitation

Trois jours de deuil national en Grèce après des inondations meurtrières

Des pluies diluviennes se sont abattues à l'ouest d'Athènes, mercredi 15 novembre, provoquant d'énormes inondations et des coulées de boue. Seize personnes sont mortes et des dizaines d'autres ont été blessées.

© Inconnu
Inondations en Grèce
Un deuil national de trois jours a été décrété jeudi 16 novembre en Grèce après les inondations qui ont fait mercredi seize morts, plusieurs disparus et des dizaines de blessés dans trois localités situées à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest d'Athènes.

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Octobre 2017 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et météorites

Ce mois d'octobre a vu la poursuite de la tendance des feux de forêt meurtriers battant tous les records, des pluies diluviennes, des tempêtes de grêle et des inondations, ainsi que des rafales soudaines et puissantes qui ont dévasté la planète.
© Sott.net
Tempête de grêle à Cordoue en Argentine
Une neige précoce tombée au début du mois d'octobre a aussi surpris les populations allant des États-Unis à la Chine, tandis que quantité d'autres ont aperçu des météorites et des boules de feu dans le ciel, l'un de ces cailloux cosmiques ayant probablement déclenché un incendie de forêt ! Le chaos a frôlé la maison de personnes qui ont eu des rencontres très, très rapprochées avec la foudre !
© Sott.net

Camera

Le sud de l'Arizona a bénéficié d'une auréole autour du soleil

Certains spectateurs très observateurs de KVOA ont immortalisé l'atmosphère impressionnante de dimanche.

© Shane Gillies
De temps en temps, le sud de l'Arizona est entouré d'un énorme anneau entourant le soleil ou la lune. Quelle en est la cause ? Explorons le monde de l'optique. (Je promets de rester simple.)
© University of Illinois
Les cristaux de glace hexagonaux se trouvent habituellement dans les nuages de haute altitude comme les cirrus. Ces cristaux de glace réfractent deux fois la lumière du soleil ou du clair de lune, ce qui fait un décalage de 22° par rapport à leur trajectoire initiale. Le résultat final est l'auréole brillante à 22° qui attire le regard.
© Jordan Pegram

Alarm Clock

Mise à jour du séisme: un nouveau bilan fait état de 328 morts et 2.500 blessés en Iran

Le bilan du violent séisme de magnitude 7,3 enregistré en Irak et en Iran s'est alourdi à au moins 328 morts et plus de 2.500 blessés dans la province iranienne de Kermanshah, rapporte lundi l'agence de presse iranienne Isna, citée par Reuters.

© Press TV
Au lendemain du séisme dévastateur qui a ébranlé dimanche soir le nord-est de l'Irak ainsi que l'Iran, causant de nombreux dégâts, le bilan humain ne cesse de s'alourdir ...
Le bilan risque de s'alourdir encore à mesure que les secours atteindront des zones reculées de la province, indique un médecin à Isna. Le Croissant rouge de l'Irak a pour sa part indiqué que huit personnes avaient été tuées en Irak et au moins 400 autres blessées.

Seismograph

Séisme de magnitude 7,2 en Irak près de la frontière iranienne

Souleimaniyeh | Un séisme de magnitude 7,2 a frappé dimanche soir le nord-est de l'Irak, a annoncé l'institut géologique américain ( USGS ), sans qu'aucune victime ni dégât majeur n'aient été rapportés.
© Capture Twitter
Le séisme a également été ressenti dans des zones frontalières de l'Irak, en Iran et en Turquie. Aucune victime ou dégât n'a été signalé dans l'immédiat en Iran.

Arrow Up

La Nasa pense avoir découvert une source de chaleur qui fait fondre l'Antarctique par en-dessous

© MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]
Selon la Nasa, cette source de chaleur se serait formée il y a 50 ou 110 millions d'années.
Une mystérieuse source de chaleur, cachée sous la surface de l'Antarctique, semble être à l'origine de sa fonte. La Nasa pense avoir découvert d'où elle provenait.

D'après un article publié ce mardi 7 novembre par l'agence spatiale, un panache serait en cause. Ce phénomène géologique consiste en une remontée de roches venant du manteau terrestre, dont la chaleur extrême pourrait expliquer la fonte et la fente des glaces.

Cette hypothèse avait déjà été envisagée il y a trente ans par des scientifiques de l'Université du Colorado qui tentaient d'expliquer l'étrange structure en forme de dôme de la Terre Marie Byrd, une région de la partie occidentale de l'Antarctique.

Malgré le scepticisme de nombreux scientifiques, ceux de la Nasa ont décidé de vérifier si l'hypothèse était plausible. Pour ce faire, une maquette numérique en trois dimensions a été créée, dans le but de déterminer la quantité de chaleur nécessaire afin de provoquer les phénomènes observés en Terre Marie Byrd.

En comparant leurs résultats et les données rapportées par des membres de la Nasa en mission dans le pôle Sud, les chercheurs ont conclu que le panache contenait une quantité de chaleur et de pression colossale sous la surface du continent.

Il se serait formé il y a 50 ou 110 millions d'années, bien avant la formation de la couche de glace, et la chauffe donc depuis toujours. Le réchauffement climatique ne fait qu'accélérer cette fonte.


Commentaire : Difficile pour le journaliste de ne pas quand même citer l'inévitable réchauffement climatique en fin d'article.


Cloud Precipitation

Pluies torrentielles en Inde: 12 morts, 10.000 évacuations

La région du Tamil Nadu, à l'extrême sud-est de l'Inde, fait face depuis le 27 octobre à de fortes précipitations. Des inondations provoquées par des pluies ont provoqué la mort de 12 personnes et l'évacuation de 10.000 habitants, paralysant la capitale provinciale de Chennai.
© Times of India

Better Earth

Une étrange bulle bleue dans le ciel de Sibérie

Dans la nuit du 26 octobre, en Sibérie, plusieurs personnes ont pu voir une sphère lumineuse bleutée grandir dans le ciel, à côté des aurores boréales qui dansaient à ce moment-là. S'agissait-il d'un phénomène naturel ou artificiel ?

Un étrange phénomène céleste a été observé dans la nuit du 26 octobre, en Sibérie et même jusqu'en Suède. Grand habitué des aurores boréales, le guide Oliver Wright, qui était alors à Abisko, en Suède, raconte qu'il n'avait jamais vu cela auparavant : « Le ciel était totalement bleu ». Il y avait bien des aurores ce soir-là, qui dansaient à côté, comme cela arrive souvent, mais une aurore d'un bleu glacial comme celle-ci, c'est vraiment très rare...

Surtout que le 26 octobre dernier, l'activité géomagnétique était relativement calme et faible. Autrement dit, cette lueur bleue ne pouvait pas être causée par une intense tempête solaire - les aurores bleues se produisent lorsque des particules très énergétiques interagissent avec l'azote moléculaire ionisé à très haute altitude.


Sur cette vidéo amateur, on peut voir le phénomène évoluer. © The Siberian Times