Bienvenue à Sott.net
mer., 28 juin 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Changements Terrestres
Carte

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Février 2017 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et météorites

Ce qui a démarré en janvier s'est poursuivi en février. Aux États-Unis, des inondations massives se sont produites en Californie en raison des « rivières atmosphériques » qui ont déversé de grandes quantités de pluie sur les zones côtières ainsi que de grandes quantités de neige sur la Sierra Nevada. La fonte de cette neige a provoqué de nouvelles inondations dans l'État du Nevada. L'Est du Canada a également connu des chutes de neige record, tout comme l'Iran, le Kazakhstan, l'Afghanistan et le Japon.
© Sott.net
Les régions généralement sèches du nord-ouest de l'Australie ont connu des précipitations et des inondations sans précédent.
Des incendies de forêt ont éclaté dans l'est de l'Australie et en Nouvelle-Zélande alors que des précipitations record ont inondé l'Australie occidentale. D'importantes inondations ont également touché plusieurs pays d'Amérique du Sud, dont le Chili, le Pérou et la Colombie.
© Sott.net
Des centaines de baleines pilotes sont mortes dans un échouage massif en Nouvelle-Zélande, le plus grand jamais vu là-bas. Malgré les efforts de la population locale, la plupart des baleines sont mortes.
Il y a au moins 30 volcans actifs dans le monde en ce moment, dont un vraiment impressionnant au Guatemala. D'énormes crevasses de terre se sont ouvertes au Pakistan et en Italie.
© Sott.net
De sévères précipitations ont frappé l'Arabie Saoudite, inondant les zones urbaines et provoquant des glissements de terrain, chutes de pierres et crues soudaines qui ont emporté les véhicules.

Windsock

Debbie : le cyclone qui arrive en Australie


Commentaire : À l'heure où nous publions cet article, Debbie est déjà sur les côtes nord-est australiennes dans le Queensland. Elle a fait une arrivée fracassante en touchant les terres à 260 km/h.


Des milliers de personnes, dont des touristes, ont été évacuées lundi du nord-est de l'Australie en prévision de l'arrivée du puissant cyclone Debbie, le plus violent depuis plusieurs années dans la région. Le cyclone se forme depuis plusieurs jours au large de l'Etat du Queensland et devrait toucher terre mardi peu après l'aube, a expliqué le Bureau de la météorologie.
© AFP | PETER PARKS
Une affiche de campagne sur les mesures à prendre en cas de cyclone près de la ville de Townsville, dans le nord du Queensland, où des milliers de personnes ont été évacuées à l'approche du cyclone Debbie, le 27 mars 2017 en Australie
Lundi soir, il était classé en catégorie quatre sur une échelle de cinq. Les habitants ont été mis en garde contre les risques associés à cette tempête, la plus violente depuis le cyclone Yasi en 2011, qui avait détruit des maisons du nord du Queensland et des récoltes.

Commentaire:





Better Earth

Un refroidissement rapide en Atlantique nord ?

Vous vous en êtes peut-être aperçus mais depuis peu de temps, une tache dans l'Atlantique nord apparaît sur les cartes d'anomalies de température des eaux océaniques. Il s'agit là d'une zone où la température de l'eau demeure plus froide qu'en temps normal et ce depuis maintenant presque 5 années. Alors, comment devons-nous interpréter ces observations ? Qu'elle sera l'évolution future de ce phénomène encore mal compris par la communauté scientifique ?

Nous assistons à un phénomène climatique encore trop jeune pour être compris dans son intégralité. C'est un peu la même chose avec l'hypothèse d'une amplification des phénomènes extrêmes, comme les cyclones par exemple, en lien avec le réchauffement planétaire qui, rappelons-le, n'est apparu qu'assez récemment (environ une trentaine d'années). Cette ''cold blob'' ou ''tache froide'' observée sur l'Atlantique nord est depuis peu de temps sous surveillance et des projections sont actuellement en cours pour tenter d'en savoir plus sur son évolution future.

Health

Kit de survie à une tempête de neige si on est coincé dans sa voiture

Pour la plupart des gens, les tempêtes de neige et les blizzards ne sont pas un problème, car ces évènements météorologiques se produisent quand ils sont chez eux, devant la cheminée, avec une boisson chaude et de la compagnie. Par contre, s'ils se retrouvent piégés dans leur voiture, dans un endroit relativement éloigné de toute habitation ou totalement isolé, un tel évènement peut devenir un véritable cauchemar où la faim et la soif deviennent des menaces réelles.
© Inconnu
Sachez comment survivre si vous êtes ici
Pour survivre à une tempête de neige lorsqu'on est coincé dans sa voiture, il faut garder son calme afin d'utiliser correctement son véhicule. Il faut l'utiliser comme un abri pour rester au chaud et gérer ses réserves d'eau et de nourriture. En préparant du matériel supplémentaire, vous pourrez rester au sec et vous extraire du piège dès que la tempête est passée.

Se préparer pour une tempête de neige

Entretenez correctement votre voiture.

Avant l'arrivée de l'hiver ou si vous envisagez de conduire dans des conditions neigeuses, assurez-vous que les réservoirs d'antigel et de liquide lave-glace sont remplis, que vos essuie-glaces fonctionnent correctement, que vos pneus sont bien gonflés et ont une bande de roulement suffisante, que vos freins sont en bon état et que votre batterie est remplie. Assurez-vous également que vos phares fonctionnent et que votre huile moteur a été changée. Les températures glaciales et les mauvaises conditions routières affecteront négativement le fonctionnement mécanique de votre voiture et sa tenue de route [1].

Ne conduisez pas sans avoir fait le plein.

Commentaire: Partagez l'information de ce kit de survie avec vos enfants, comme si c'était un jeu, une aventure, qu'ils participent et s'impliquent et qu'ils acquièrent l'information qui pourrait leur être utile. Donnez l'information à des amis, à votre famille, à des compagnons de travail. Vu les changements climatiques que la planète vit depuis quelque temps il est important d'être prêt à toute éventualité. Soyez un survivant.




Cloud Precipitation

Pluies diluviennes et inondations au Pérou : 75 morts

Les pluies diluviennes causées par El Niño qui s'abattent depuis plusieurs jours sur le Pérou ont continué dimanche et provoqué inondations, avalanches et coulées de boue, dont le bilan s'établissait à 75 morts. Selon l'Institut national de défense civile du Pérou (INDECI), 75 personnes ont été tuées et plus de 625.000 autres affectées par ces intempéries, dont 70.000 qui ont perdu leur domicile.

© Inconnu
Graves inondations au Pérou
La Croix-Rouge du Pérou a déployé des équipes de secours d'urgence dans les zones les plus touchées pour fournir des abris, de l'eau, des équipements sanitaires et de la nourriture, a indiqué la Croix-Rouge internationale dans un communiqué.

Bizarro Earth

Batagaika : la « porte de l'enfer » qui ne cesse de grandir en Sibérie


Commentaire : La nature a peut-être aussi le sens de l'humour, avec cette « porte de l'enfer » en forme de « Suivez le guide » séminal. On notera que c'est la déforestation qui a initié le phénomène.


© Inconnu
En Sibérie, se trouve un cratère géant connu sous le nom de cratère de Batagaika. Selon une nouvelle étude, cette dépression ne cesse de grandir à une vitesse importante, exposant des parcelles de forêt et de sol qui ne l'ont pas été depuis des millénaires. Les habitants le surnomment "la porte de l'Enfer" et il suffit de voir les images pour comprendre pourquoi. A l'Est de la Sibérie en Russie, à proximité du bassin de la rivière Yana, la terre semble s'est ouverte en deux, formant un gigantesque cratère au milieu de la forêt : le cratère de Batagaika. Cette dépression est lié à un phénomène appelé thermokrast. Il est causé par la fonte de la glace du pergélisol. Une fonte qui provoque un tassement du sol et donc des effondrements. D'après les spécialistes, le cratère de Batagaika a commencé à se former dans les années 1960 à cause de la déforestation qui a éliminé les arbres qui protégeaient normalement le sol gelé de la chaleur au cours des mois d'été. A l'heure actuelle, le cratère géant mesure près d'un kilomètre de long pour 86 mètres de profondeur, faisant de lui l'un des plus grands au monde. Néanmoins, la surveillance constante du cratère réalisée notamment grâce à des images satellite a révélé qu'il ne cesse de grandir à une vitesse préoccupante.

Un cratère qui grandit un peu plus chaque année

En décembre 2016, des chercheurs allemands ont expliqué lors de la réunion de l'American Geophysical Union que le mur principal du cratère avait grandi de 10 mètres par an, au cours de la dernière décennie. Les années les plus chaudes, la hausse est montée jusqu'à 30 mètres par an. L'équipe pense également qu'un mur latéral du cratère pourrait bientôt atteindre une vallée voisine déjà victime d'érosion. "En moyenne sur plusieurs années, nous avons constaté qu'il y a peu d'augmentation ou de diminution de ces taux, c'est en croissance constante", a commenté pour la BBC, Frank Günther de l'Institute Alfred Wegener à Potsdam. "Et une croissance continue signifie que le cratère devient de plus en plus profond chaque année". Pour les scientifiques, la fonte du pergélisol favorisée par le changement climatique est une cause de préoccupation majeure. D'ailleurs, elle n'est pas observée que dans cette région de la Sibérie. D'autres dépressions bien que plus petites sont également apparues à d'autres endroits.

Or, la fonte du pergélisol pourrait avoir de sérieuses conséquences comme la libération de gaz à effet de serre, notamment de dioxyde de carbone, piégé depuis des millénaires dans les glaces. Des gaz qui pourraient à leur tour favoriser le réchauffement. Toutefois, le cratère de Batagaika présente aussi un grand intérêt pour les scientifiques.

Une fenêtre sur un monde inconnu

Commentaire: Ou, bien sûr, s'il se refroidit...


Snowflake Cold

L'alerte au blizzard décrétée à New York

Une vague de froid, qui pourrait constituer la pire tempête de l'hiver sur la côte Est des États-Unis, s'est abattue lundi sur près de la moitié du pays, provoquant l'annulation de centaines de vols. Une alerte au blizzard a été décrétée à New York.

Après un hiver inhabituellement doux et malgré la proximité du printemps, une forte tempête, Stella, a recouvert de neige une vaste région allant du centre de la chaîne des Appalaches jusqu'à la Nouvelle Angleterre.

Les services météo ont averti que la tempête Stella pourrait provoquer des chutes record de température lundi soir et mardi, ainsi qu'un blizzard qui pourrait perturber les voyages et provoquer des coupures de courant.

New York en alerte

Une alerte au blizzard a été décrétée à New York, et le brouillard devrait rendre les voyages par la route « extrêmement dangereux », selon les services météo. La tempête devrait également atteindre Washington.« D'importantes quantités de neige sont prévues, qui rendront les voyages dangereux. Ne voyagez qu'en cas d'urgence, et gardez avec vous une torche électrique, des vivres et de l'eau dans votre voiture », ont averti les services météo.

SOTT Logo Media

Résumé SOTT des changements terrestres - Janvier 2017 - Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et météorites

À ce stade de nos chroniques météorologiques, nous commençons à ressembler à un disque rayé. Mais ce n'est pas notre faute ! Le climat ne cesse de se balancer d'un extrême à l'autre...
© Sott.net
Auparavant un événement rare, le Danube en Autriche et en Hongrie a gelé 3 fois au cours de la dernière décennie.
Les faits marquants du mois dernier comprennent :
  • Des incendies de forêt record au Chili et en Argentine (où il y aussi eu des précipitations record)
  • Un record de pluviosité clôturant la sécheresse record en Californie
  • Des records journaliers et mensuels des chutes de neige au Japon et dans l'ouest étasunien
  • Un record d'essaim de tornades dans le sud des États-Unis
  • Un record journalier de chutes de pluie dans le sud des États-Unis
  • Des records de froid et de chutes de neige en Europe de l'Est et du Sud
  • Un record de chute de neige dans le Sahara
  • Un record de chaleur en Australie et un record de froid en Nouvelle-Zélande
© Sott.net
Une massive doline s'est ouverte à Cheltenham, en Pennsylvanie, États-Unis.

Snowflake Cold

Un refroidissement local de l'Atlantique Nord qui inquiète les scientifiques

© Inconnu
Le refroidissement local de l'Atlantique nord particulièrement dans la mer du labrador inquiété les scientifiques. En effet ce phénomène relativement complexe est le résultat de la cessation du mélange d'eaux de l'océan.

Atlantico : Une équipe de chercheur, dont vous faite partie, a récemment découvert le risque d'un refroidissement rapide de l'Atlantique nord. Comment expliquer ce phénomène ? Quels sont les risques concrets auxquels nous devons faire face ?

Giovanni Sgubin : Notre équipe n'a pas découvert ce risque, il était déjà bien connu, notamment comme conséquence d'une possible interruption de la circulation thermohaline, c'est-à-dire le système de courant à grande échelle responsable du transport de la chaleur dans l'Atlantique du Nord. Un tel événement pourrait causer un refroidissement drastique de tout l'Atlantique du Nord. Cependant, cette possibilité reste pour nous relativement faible au cours du XXIème siècle. Les résultats d'une quarantaine de modèles climatiques montrent que même s'il y a un ralentissement de cette circulation à grande échelle, celui-ci sera très progressif et il y a de très faible chance d'un arrêt total.

Commentaire: La théorie du « gaz à effet de serre » ne surchauffe que les cerveaux dont elle est issue : Pour expliquer l'importance des changements climatiques auxquels nous assistons, on pourra porter son attention, par exemple, sur les rayonnements cosmiques et sur notre incroyable Soleil. Puis admettre, si l'on a envie, qu'il y a peu « à faire » et rien à contrôler. On pourra encore, éventuellement, accepter les cycles de la nature pour ce qu'ils sont : des mouvements indispensables à la vie elle-même, pour que celle-ci puisse perdurer.


Attention

Séisme au large de Fukushima de 5,6 également ressenti à Tokyo

Un séisme de magnitude 5,6 a eu lieu mardi dans le nord-est de Tokyo, a annoncé l'Agence météorologique du Japon. L'épicentre a été situé au large de la côte de la préfecture de Fukushima, où en 2011 un accident majeur a eu lieu en raison d'un tsunami. Les secousses ont été ressenties jusqu'à Tokyo. Les secousses ont duré plus de 30 secondes, selon des habitants de la zone où elles ont été le plus fortement ressenties, cités par la chaîne NHK.

© Sputnik
Tremblement de terre au large de Fukushima
Le tremblement de terre se trouve à une profondeur de 50 kilomètres. Aucune menace d'un tsunami n'a été annoncée, ni aucune donnée sur les dommages occasionnés. La magnitude indique la puissance de l'énergie libérée lors d'un séisme et représente l'amplitude maximale des ondes sismiques. Cependant, elle ne permet pas de juger la force de l'influence des tremblements de terre sur les objets situés à la surface de la Terre.

Commentaire: