Bienvenue à Sott.net
lun., 06 avr. 2020
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Feu dans le Ciel
Carte


Fireball 5

Atlas pourrait bien être la comète la plus brillante depuis deux décennies et être observable à l'œil nu dès ce mois-ci

Venue des confins du Système solaire, la comète C/2019 Y4 — Atlas — découverte le 28 décembre 2019, voit sa luminosité augmenter rapidement, à mesure qu'elle se rapproche du Soleil. À ce rythme-là, celle-ci pourrait être visible à l'œil nu dès ce mois-ci.
Comète
© solarseven/Shutterstock.com
Une chevelure de gaz de 720 000 kilomètres de diamètre

Lors de sa découverte, réalisée à l'aide du système de surveillance astronomique robotisé ATLAS installé à Hawaï, duquel elle tire son nom, la comète C/2019 Y4 se trouvait à environ 439 millions de kilomètres du Soleil, et sa luminosité se révélait environ 398 000 fois plus faible que celle des astres susceptibles d'être visibles à l'œil nu. Mais au fil des semaines, les scientifiques ont observé que celle-ci augmentait beaucoup plus rapidement que prévu, passant d'une magnitude 17 en février à une magnitude 8 courant mars, soit une luminosité 4 000 fois supérieure.


Commentaire : Voir aussi Planète X, comètes et changements terrestres par James M. McCanney - Ce qui se profile à l'horizon :
« Le simple fait qu'une comète décharge le condensateur solaire est suffisant pour que nous en ressentions les effets sans qu'aucune collision avec la Terre se produise. Les grandes éruptions solaires déclenchées par les interactions électriques avec les comètes, les courants électriques qui s'écoulent vers la Terre et les raz-de-marée gravitationnels possèdent tous un potentiel de conséquences néfastes. Ce phénomène « d'action à distance » entre la Terre et le passage à sa proximité d'une grande comète peut provoquer des conditions météorologiques extrêmes, des tempêtes, des volcans, des tremblements de terre, des inondations, des événements de pollution (par exemple des pandémies, des fléaux, la « peste noire », des tempêtes de feu, etc.), le déplacement des pôles, des extinctions de masse, des pluies de météorites, des formations montagneuses et de fortes décharges électriques. »
Et : L'effervescence volcanique et sismique associée au cycle cométaire de 3 600 ans :
« Pour conclure, les preuves indiquent une interaction cyclique tous les 3 600 ans entre une comète ou un essaim cométaire et notre planète Terre — il y a 14 400 ans, 10 800 ans, 7 200 ans et 3 600 ans. Puisque le dernier cycle s'est produit il y a 3 600 ans, nous pouvons avancer que le cycle suivant se déroule en ce moment même. D'ailleurs, l'American Meteor Society recense les boules de feu observées dans le monde entier, et les données collectées au cours des treize dernières années suggèrent que le « spectacle » pourrait bien avoir déjà commencé. »
Ces « possibles » en devenir, effraieraient-ils les Pouvoirs qui ne devraient pas être en place au point de masquer les événements célestes par une « fausse » pandémie ? Victor Clube avait sûrement raison, les activités humaines — une guerre froide ou une pandémie — doivent dissimuler les intentions célestes !

Les changements terrestres et la connexion anthropocosmique, Pierre Lescaudron :
« Errements du Jet Stream, ralentissements du Gulf Stream, ouragans, tremblements de terre, éruptions volcaniques, bolides météoriques, tornades, déluges, dolines et nuages noctulescents sont en augmentation depuis le passage au XXIe siècle. La vision des partisans du réchauffement planétaire anthropique s'avère-t-elle juste ou est-ce que quelque chose d'autre, quelque chose de bien plus important, se déroule sur notre planète ? Alors que pour la science conventionnelle ces changements terrestres n'ont aucun rapport entre eux, Pierre Lescaudron applique les conclusions du paradigme de l'Univers électrique et les découvertes de la physique des plasmas pour suggérer qu'ils pourraient en réalité être intimement liés et dériver d'une seule cause commune : le rapprochement du « jumeau » de notre Soleil et de l'essaim cométaire qui l'accompagne. Grâce aux archives historiques, l'auteur dévoile une forte corrélation entre périodes d'oppression autoritariste et désastres naturels catastrophiques d'origine cosmique. »



Comme d'autres comètes, Atlas devient plus brillante à mesure qu'elle se rapproche du Soleil, ce qui se traduit par une gigantesque chevelure de gaz ionisé, mesurant à l'heure actuelle quelque 720 000 kilomètres de diamètre, ainsi qu'une queue de gaz et de poussière particulièrement étendue.

Commentaire: Pour en savoir plus sur les comètes : Et les articles de Laura Knight-Jadczyk : Comètes & Catastrophes Série


Fireball 4

Une autre grosse boule de feu verte illumine le ciel nocturne de Floride

Meteor fireball over Florida
© YouTube/AMS American Meteor Society (screen capture)
L'American Meteor Society (AMS) a reçu 16 rapports (1532-2020) concernant une boule de feu (un météore) vue au-dessus de la Floride le mercredi 1er avril. Une vidéo a été mise en ligne sur le site de l'AMS. Crédit : Joseph G.

Meteor

Impact de météore au Nigeria le samedi 28 mars ? C'est la conclusion d'un expert

The crater left by the blast in Akure believed to be a meteorite

Le cratère formé par l'explosion à Akure serait dû à une météorite
Le samedi 28 mars, une explosion s'est produite au petit matin à Ilu-Abo, dans l'arrondissement de la ville d'Akure (État d'Ondo), au Nigeria. Une centaine de maisons ont été détruites, et plusieurs personnes ont été blessées.

L'explosion qui a secoué Akure, la capitale de l'État d'Ondo, samedi, a été causée par un météore géant, a conclu une équipe d'experts.

Un météore, c'est ce qui se produit lorsqu'une météorite - un petit morceau d'astéroïde - se consume en entrant dans l'atmosphère terrestre, laissant une traînée lumineuse dans le ciel.

L'équipe d'experts dirigée par Adepelumi Adekunle, professeur de géophysique et d'ingénierie sismique à l'université Obafemi Awolowo, a déclaré que le météore avait impacté le site « à un angle de 43 degrés ».

Dimanche, TheCable a obtenu une copie des conclusions de leur rapport sur l'explosion.

TheCable avait rapporté que l'explosion, qui s'est produite samedi matin, avait blessé plusieurs résidents et détruit de nombreuses maisons dans la région.

L'explosion a également créé un profond cratère sur le site d'impact, coupant la route et entravant la circulation des véhicules.

Rotimi Akeredolu, gouverneur de l'État, avait déclaré aux journalistes que l'explosion s'était produite après qu'un camion transportant des explosifs vers une carrière avait explosé.

Fireball 4

Un météore a illuminé le ciel nocturne au-dessus de plusieurs états américains

fireball
Le 25 mars, vers 22h40 EDT, un trait de fumée a pu être aperçu dans le ciel nocturne de plusieurs états américains. Des habitants de Pennsylvanie, du Massachusetts et de New York ont déclaré avoir vu une boule de feu aux couleurs changeantes traverser le ciel.

L'American Meteor Society a reçu sept rapports différents sur cet événement. La supposition la plus répandue : il doit s'agir d'une météore entrant dans l'atmosphère.

L'interférence avec l'atmosphère provoque l'éclatement de l'objet en une météorite. La friction, la pression et les interactions chimiques avec les gaz atmosphériques sont celles qui illuminent le morceau de débris et le font ressembler à une étoile filante ou à une étoile filante.

Dans certains États, comme la Pennsylvanie, la visibilité était réduite en raison des nuages dans le ciel. Dan D., un résident de Pennsylvanie, a déclaré "J'ai déjà vu des étoiles filantes et ce n'était absolument pas la même chose", a-t-il noté dans son rapport.

Fireball 2

Un météore vue au-dessus de Séville en Andalousie, Espagne

fireball
Samedi soir, vers 20h33, heure locale, une boule de feu a été aperçue dans le ciel nocturne andalou. Elle a pu être observée à Séville, Grenade et Almería.

L'Institut d'Astrophysique d'Andalousie et son directeur de recherche José María Madiedo ont analysé le météore et ont conclu qu'il s'agissait d'une roche qui s'était détachée d'un astéroïde plus gros et qui avait pénétré dans notre atmosphère à une vitesse de 54 000 kilomètres à l'heure.

Le météore a été repéré pour la première fois à une altitude de 78 kilomètres au-dessus de Ciudad Real, en Castille de Manche. Il a suivi une trajectoire nord-est et s'est éteint à une altitude de 38 kilomètres au-dessus de la même province.

Une capture vidéo :

Fireball 2

Un météore traverse le ciel de l'Ohio

fireball, Ohio
Dimanche, un météore a traversé le ciel nocturne et les habitants de la vallée de Miami l'ont vue ! C'était un météore spécial considéré comme une boule de feu. Une boule de feu est juste un météore qui est aussi brillant que la planète Vénus. Elles ont souvent une traine brillante et peuvent parfois produire un bruit lorsqu'elles clignotent dans le ciel. L'American Meteor Society suit les observations de boules de feu à travers le pays et selon eux, elle est apparue vers 22h22 dimanche.

Seize personnes provenant de cinq États différents ont fait état de ces observations. La majorité des témoins oculaires venaient de l'Ohio. Trois d'entre eux se trouvaient dans le sud-ouest de l'Ohio. L'AMS a créé une carte basée sur les rapports des témoins et il semble que la boule de feu ait pu clignoter quelque part dans le centre-sud de l'Ohio, au sud et à l'est de Columbus.

Comet

Nord de la Russie : un météorite illumine le ciel avec une mystérieuse lumière bleue

russia
Des habitants de la République de Carélie dans le nord de la Russie ont pu observer, le 20 février, un phénomène insolite : un éclair et un objet céleste traversant le ciel. On ignore si le météorite est tombé ou s'est désagrégé dans l'atmosphère.

Fireball 2

Un météore filmé au-dessus d'Israël

Meteor fireball over highway

Météore au-dessus de l'autoroute.
La caméra de bord d'une voiture a capturé le moment ou le météore a traversé le ciel au-dessus de l'autoroute israélienne. La vidéo :

Moon

La première pleine lune de 2020 est aussi une éclipse lunaire

L'éclipse pénombrale de Lune du 10 janvier est la première d'une série de quatre éclipses pénombrales consécutives, toutes se produisant au cours de l'année 2020 (10 janvier, 5 juin, 5 juillet, et 30 novembre).
Lune pleine
© VladGans/iStock
Lors d'une éclipse pénombrale, l'astre lunaire devient un peu plus sombre, parce que la Lune passe dans la pénombre de la Terre et non dans le cône d'ombre comme cela se produit lors d'une éclipse dite totale.
L'éclipse pénombrale du 10 janvier, qui se produit deux semaines après l'éclipse annulaire de Soleil du 26 décembre 2019, est visible depuis l'Europe, l'Afrique, l'Asie, et l'Australie.

Le maximum de l'éclipse a lieu à 19h10 UTC. L'éclipse se produit au nœud ascendant de la Lune dans la constellation des Gémeaux (Gemini). Le diamètre apparent de la Lune est plus grand que la moyenne puisque l'éclipse survient trois jours avant le passage au périgée.

Pour cette éclipse, la trajectoire orbitale de la Lune l'amène dans la moitié nord de l'ombre de la Terre.
Eclipse lunaire 10 janvier 2020
© Inconnu

Fireball 5

L'effervescence volcanique et sismique associée au cycle cométaire de 3 600 ans

Pour expliquer les événements qui ont déclenché la période du Dryas récent, j'ai présenté dans deux articles précédents un certain nombre d'hypothèses.
Comet impact
© Shutterstock
« La Terre a-t-elle « volé » l'eau de Mars ? » décrit comment, il y a environ 12 500 ans, une décharge électrique a pu provoquer le transfert d'une partie de l'eau et de l'atmosphère de Mars sur Terre — voir flèche rose sur le diagramme ci-dessous.

« Mammouths gelés et catastrophes cosmiques » décrit comment, environ quatre siècles plus tôt, soit il y a environ 12 900 ans, plusieurs fragments cométaires ont pu frapper l'hémisphère nord de la Terre provoquant le refroidissement global subséquent — voir la flèche turquoise sur le diagramme ci-dessous.

Ces deux articles portaient en germe l'évidence grandissante qu'un troisième événement catastrophique, préludant aux deux suscités dans le déclenchement du Dryas récent, s'est produit il y a environ 14 400 ans — voir la ligne verticale verte sur le diagramme ci-dessous.