Bienvenue à Sott.net
sam., 29 avr. 2017
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Star of David

L'aide aux Nazis apportée par George Soros durant la Shoah

Quand les nazis ont occupé Budapest en 1944, le père de George Soros était un avocat qui avait réussi. Il vivait sur une île sur le Danube et aimait se rendre au travail en bateau à rames. Mais sachant que les juifs étaient en péril, il a décidé de diviser sa famille. Il a acheté des faux papiers et a soudoyé un fonctionnaire du gouvernement pour laisser entrer George Soros qui avait 14 ans, ayant juré qu'il était son filleul chrétien. Mais la survie portait un lourd prix. Alors que des centaines de milliers de Juifs hongrois étaient transportés dans les camps de la mort, George Soros a accompagné son parrain supposé pendant les confiscations des biens des Juifs.
© Now The End Begins

Commentaire : Voir ci-dessous pour plus d'informations révélées par George Soros lui-même :
En 1998, George Soros répondait aux questions de Steve Kroft dans l'émission « 60 minutes » aux USA, où il réagissait à certaines accusations le concernant vis-à-vis de la crise financière asiatique tout en laissant les images de ses « œuvres philanthropes » être diffusées.

Tout en reconnaissant sa responsabilité par rapport à la crise financière asiatique qu'il avait déclenchée en attaquant la monnaie thaïlandaise sur les marchés puis qui avait dégénéré, il se pose en « acteur des rouages du marché » qui agit selon les opportunités du moment. Sans égards pour les conséquences sociales de ses actes à portée pourtant immense, il se défausse de toute culpabilité car « ce sont les règles du marché » - c'est-à-dire, c'est « la loi de la jungle ».

George Soros est né en Hongrie. Revenant sur son passé durant la Deuxième Guerre mondiale à Budapest, où son père l'avait caché auprès d'un fonctionnaire Nazi dont le travail consistait à confisquer les biens personnels des Hongrois juifs persécutés et emmenés en camps de concentration, George Soros explique ne ressentir « aucune culpabilité » par rapport au sort réservé à ces gens ou au fait qu'ils partaient vers une mort probable. En dépit du fait d'y avoir participé, et d'en avoir échappé par la duperie.

Comme pour les victimes de ses attaques financières - et ces dernières années, de ses « révolutions de couleur » à travers le monde - George Soros plaide que « s'il n'avait pas été là, un autre s'en serait chargé »... Bien qu'il affirme n'avoir été que spectateur il n'en était pas moins complice, et il a appliqué les mêmes méthodes depuis, mais dans d'autres registres.



Fragment de l'interview avec Georges Soros réalisé par Steve Kroft pour le programme 60 minutes :

Commentaire: George Soros assure le financement et le déploiement médiatique des Femen et admet avoir financé la crise ukrainienne. George Soros est aussi à la manœuvre dans sa volonté de dissoudre de l'Europe en l'inondant de réfugiés. Le ministre Hongrois l'a d'ailleurs accusé d'alimenter la crise des migrants en Europe. Ou encore, Soros derrière les Panama Papers et les Pussy Riot. La liste n'en fini pas car on le trouve également - et avec 100 millions de dollars investis depuis 2010 - derrière Human Rights Watch.

Derrière le paravent de philanthropie des fondations de Soros se cache les machinations d'un psychopathe qui a joué un rôle clef dans le coup néo-nazi en Ukraine ainsi que dans le revirement néolibéral des anciennes républiques de l'URSS.


Voir aussi :


Vader

Obama autorise la livraison d'armes aux jihadistes en Syrie... Pour la reprise de Palmyre ?

MEMORANDUM POUR LE SECRÉTAIRE D'ÉTAT
LE SECRÉTAIRE DE LA DÉFENSE

OBJET : Détermination présidentielle et renonciation en vertu de l'article 2249a du titre 10 du Code des États-Unis et des articles 40 et 40A de la Loi sur le contrôle des exportations d'armes à l'appui des opérations spéciales américaines de lutte contre le terrorisme en Syrie.


Commentaire : On se demande d'où viennent ces milliers de terroristes qui ont repris Palmyre en Syrie, une zone dûment surveillée de façon aérienne par l'arsenal étasunien - comment ont-ils pu passer sans être remarqués et arrêtés ? Et tout cela pendant que les forces syriennes étaient centrées sur la libération d'Alep Ouest, quartier de la ville aujourd'hui sous leur contrôle...


© Reuters/Jonathan Ernst
Conformément à l'article 2249a du titre 10 du Code des États-Unis, les articles 40 et 40A de la Loi sur le contrôle des exportations d'armes (AECA) (22 USC 2780 et 2781), et l'article 301 du titre 3 du Code des États-Unis, je déclare par la présente :
  • déterminer que l'opération, englobant la fourniture d'articles et de services de défense aux forces étrangères, aux forces irrégulières, aux groupes ou aux individus engagés dans le soutien ou la facilitation des opérations militaires américaines en cours pour combattre le terrorisme en Syrie, est essentielle aux intérêts de sécurité nationale des États-Unis ;
  • renoncer aux interdictions prévues aux articles 40 et 40A de la (AECA) relatives à une telle opération ;
  • déléguer au secrétaire d'État la responsabilité en vertu de l'article 40 (g) (2) de l'AECA de consulter et de soumettre au Congrès des rapports sur les exportations proposées, 15 jours avant l'autorisation de procéder, nécessaires pour la portée de la présente dérogation et la transaction visée aux présentes ;

Play

Le témoignage d'un français parti aider les Syriens à Alep

Au travers de cette vidéo et d'un Français humanitaire présent à Alep, Pierre Lecorf (un héros !), nous allons comparer la retranscription de son témoignage par le prisme du JT de France 2 pour ensuite comparer à son témoignage direct et sans filtres la situation sur place ; à vous de juger mais pour ma part il ne fait aucun doute que nos médias et nos politiques ont du sang sur les mains en continuant ce jeu atlantiste nauséabond autour du régime Syrien et de la Russie...

© Pierre Le Corf
Depuis mars 2016, Pierre Le Corf, 27 ans, partage le quotidien des Syriens, avec lesquels il vit les moments les plus effroyables. Il a choisi de s’installer à Alep, ville martyrisée de part en part, pour y relayer les témoignages de ses habitants et tenter de leur redonner un peu d’espoir.

Commentaire : « Citoyen français à Alep et fondateur de l'ONG humanitaire WeAreSuperHeroes, créée pour aider les civils lors des conflits armés, Pierre Le Corf subit l'ire des médias occidentaux, en plus des bombardements. »

Cette vidéo est devenue virale sur Facebook :





« Il semblerait que ma présence en Syrie dérange certaines personnes qui veulent essayer de me faire taire. (...) L'objectif est de marginaliser mon travail, en disant que je ne suis pas un humanitaire neutre, que je suis de la propagande d'el-Assad. (...) Et que les témoignages que je publie sont modifiés, et les photos que je publie d'ici sont des photomontages », a déploré le chef de la mission humanitaire, soulignant encore une fois pour toutes sa neutralité.

Source

Evil Rays

Les informations au niveau mondial dépendent de seulement 4 agences de presse

« Les agences de presse sont rarement le point de mire du public. Pourtant, elles sont parmi les catégories de médias les plus influentes et en même temps parmi les moins connues. Ce sont des institutions clé avec une importance substantielle pour chaque système de médias. Elles sont le centre nerveux invisible qui relie toutes les parties de ce système. » (Wolfang Vyslozil, ancien gérant d'APA).


Le multiplicateur de propagande
C'est l'un des aspects les plus importants de notre système médiatique - et, pourtant, presque inconnu du public ; la plus grande partie des nouvelles internationales dans tous les médias principaux provient de quatre agences de presse seulement : New York, Londres, Paris et Berlin. La position de monopole de ces agences a plusieurs conséquences : elles déterminent le choix des reportages, elles décident de quoi on parle et de quoi on ne parle pas, et il est évident que les reportages sont très uniformes et ils sont souvent simplement copiés.

Dollar Gold

Le peuple français a versé 541 millions de dollars à la Fondation Clinton, l'argent a-t-il servi à financer la campagne d'Hillary ?

Le New York Post rapporte que l'administration Trump demandera aux gouvernements étrangers d'enquêter sur les fonds de gouvernements étrangers qui se sont retrouvés dans la Fondation Clinton.
© REUTERS/ Brian Snyder
La France est concernée et la Cour des Comptes s'était déjà alarmée de ce gaspillage. Mais jugera-t-on les coupables ?

Selon le New York Post :
Les gouvernements étrangers seront encouragés à enquêter sur les finances de la Fondation Clinton : beaucoup d'entre eux ont d'ors et déjà coupé les vivres de ce groupe touché par des scandales (...)

Une source proche de l'équipe de transition du Président élu Donald Trump a dit au Post que la nouvelle administration prévoyait de faire pression sur les ambassadeurs américains pour qu'ils abordent le sujet de la Fondation avec les gouvernements étrangers — et suggèrent d'enquêter sur les transactions financières. (...)

Quelques jours après la défaite d'Hillary Clinton à l'élection, les contrôleurs financiers du gouvernement français ont commencé à suivre les traces de dizaines de millions d'argent public qui a terminé dans les coffres de la Fondation Clinton, selon un document consulté par le Post.

Commentaire: Et dans le même temps : Visiblement les Allemands ont aussi dû donner leur dime : Des enquêteurs du FBI se sont aperçu de tout ça mais ont leur a demandé de regarder ailleurs. On verra quand Trump sera réellement au pouvoir si les choses évoluent :


SOTT Logo Media

L'OTAN, le cheval de Troie de Washington ou principal instrument de contrôle US sur l'Europe

Le présent article n'a qu'un objectif : celui de laisser parler un documentaire fort bien fait sur cette histoire de l'OTAN. Elle commence, suite à la création de l'URSS, vite devenue pour l'Occident une [soi-disant] menace à sa sécurité. C'est alors que Washington prend l'initiative de créer une organisation qui aurait pour « mission » d'assurer la sécurité de l'Europe et du monde [dit] « libre ».
© Ria Novosti

Commentaire : L'Europe, ce n'est pas la paix, c'est la guerre : « Yougoslavie, Afghanistan, Ukraine, Syrie, Libye, Centrafrique, Soudan, Irak, attentats terroristes partout pour instaurer le chaos, vagues migratoires pour déstabiliser les Etats Nations et plus si affinités... Et coller les armées de l'OTAN aux frontières de la Russie. »

Par ailleurs et en parallèle de l'OTAN dûment visible, une organisation secrète « Stay behind», rebaptisée plus tard Gladio, le « glaive », a vu le jour en 1948 à l'initiative des États-Unis. Ses agents devaient être prêts à effectuer des missions d'espionnage et à commettre des actes de sabotage en cas d'offensive soviétique. Celle-ci n'ayant finalement pas lieu, ce sont les intérêts politiques des gouvernements de droite voire de groupes d'extrême droite que Gladio s'attache à défendre. Des contacts existent avec les différents services secrets nationaux, à l'abri de tout contrôle parlementaire. C'est le Shape (commandement militaire de l'OTAN en Europe) qui assure la coordination.

À la suite de la destruction du mur de Berlin et de l'effondrement de l'URSS, Washington, en dépit des engagements pris, s'est approprié, en douceur, l'ensemble des pays européens. Ces derniers n'en continuent pas moins de contribuer, en ressources financières et humaines, à la défense des intérêts de Washington. Le documentaire, d'une durée de 17.04 minutes, nous explique les avenants et aboutissants de cette organisation.

Je remercie « Cap 360 », nom de couverture de l'internaute qui a mis à notre disposition ce documentaire.

Commentaire: Voir aussi :




Eye 1

« Médiocratie psychopatique » ou tolérer l'intolérable au nom de la tolérance

Jusqu'au milieu des années quatre-vingt-dix, l'imaginaire collectif se représentait l'an deux-mille comme un triomphe de modernité. Un paradis technologique où la machine aurait réglé l'ensemble des maux de la Terre, et où l'Homme libéré de toute contingence matérielle saurait se destiner à de plus hautes vocations. La science-fiction d'Hollywood annonçait des capsules individuelles sillonnant les airs entre les gratte-ciels, des cybers-programmes stimulant les capacités cérébrales et des véhicules à remonter le temps. La propagande était si bonne que le public en redemandait... Bientôt dix-sept ans après les douze coups de l'heure fatidique, l'humanité ne semble pas encore tout à fait remise de sa gueule de bois.
© Inconnu
Le mot « Vérité » écrit avec de minuscules « mensonges »
Car si effectivement, de nombreux fantasmes d'alors se concrétisent, on constate que leur développement sert quasi-exclusivement au renforcement des moyens de contrôle des populations de la part des pouvoirs en place. En parallèle, toutes les infrastructures sociales subissent en continu des assauts de démolition contrôlée, qu'il s'agisse de santé, d'éducation, de système législatif ou de sécurité. Chaque institution se voit détournée de ses fonctions régaliennes, et nul ne semble comprendre ce qui se passe... Plus de deux-cent cinquante mille décès chaque année font des erreurs médicales la troisième cause de mortalité aux États-Unis, où l'illettrisme concerne par ailleurs environ un quart de la population. En France, deux millions de téléspectateurs regardent quotidiennement un joueur de bonneteau encocaïné leur souiller la tronche avec ses débilités. Les nouvelles icônes sont des porte-maillots du Qatar et autres mouflettes en silicone incapables de s'exprimer. De part et d'autre de l'Atlantique, les candidats à la pestilentielle offrent le spectacle d'enfants qui gesticulent, se chamaillent et se coupent sans arrêt la parole pour ne rien dire. Des gens meurent tombés d'une falaise en voulant se prendre en « selfie », d'autres en chassant le pokémon au milieu d'une voie d'autoroute... Tout est normal. La sécu remboursera jusqu'à trente mille euros votre opération de changement de sexe, et la mairie de Paris subventionnera votre film de promotion du fist-fucking.
« Là où il n'y a pas d'esprit [Geist], pas de force intérieure, il y a une force externe, une régimentation, l'État. Là où il y a un esprit, il y a la société. Le non-esprit engendre l'État. L'État est une substitution à l'esprit. »
~ Gustav Landauer, 1919 ~
« Le monde est à nous ! Prenons-le, multiplions les territoires libérés de l'entreprise marchande ! »
« La fin de la démocratie parlementaire ne signifie pas le retour aux dictatures archaïques, à la mentalité agraire, à l'occlusion mentale et à la peste démagogique. Elle ouvre la voie à une démocratie directe, fondée sur l'intelligence sensible et le progrès humain, le seul qui nous intéresse. »
~ Raoul Vaneigem, 2002 ~
« La société est une société des sociétés des sociétés, une ligue des ligues de ligues... Seulement là, y a t'il liberté et ordre ; seulement là, y a t'il esprit [Geist], un esprit qui veut dire auto-suffisance, communauté, unité et indépendance...
Toute propriété de choses, toute propriété de terre est en réalité propriété des Hommes. Quiconque retient la terre des autres, des masses, force par essence les autres à travailler pour lui. La propriété privée est vol et esclavagisme... Nous devons reposséder la terre. Les communautés du socialisme doivent redistribuer la terre. La terre n'est jamais la propriété de quelqu'un. Laissons la terre sans maître alors nous, les Hommes, seront libres. »
~ Gustav Landauer, 1919 ~
Si l'on étudie l'Histoire et l'évolution humaines, on remarque que chaque découverte ou acquis technologique a permis un élargissement des consciences. Depuis le paléolithique à la plus récente époque et au point crucial où nous nous trouvons, sciences et technique ont dans l'inconscient populaire toujours été synonymes de progrès et de prospérité. Il s'est bien trouvé quelques esprits chagrins pour dénoncer l'utilisation des pesticides ou de l'arme atomique, mais tout avançait globalement au mieux...

Map

Les vues d'un journaliste palestinien sur l'avenir du Moyen-Orient sous l'ère Trump

Traduit de l'anglais pour Chronique de Palestine

Depuis que Donald Trump a largement contredit les sondages, les experts et l'ensemble de l'establishment politique et médiatique en emportant l'élection en tant que nouveau président américain, les commentateurs et analystes arabes se sont efforcés d'en évaluer les implications pour le Moyen-Orient et le reste du monde.
© Capture YouTube
Donald Trump : « Le monde serait meilleur avec Khadafi et Saddam Hussein »
Il est un peu prématuré de prédire avec une certaine confiance les politiques étrangères qu'une administration Trump est susceptible de suivre. D'une part, il y avait beaucoup de contradictions et d'incohérences dans les déclarations de politique étrangère faites par Trump lors de sa campagne électorale, et ses positions déclarées devraient être modifiées à une plus ou moins grande échelle une fois qu'il entrera en fonction. Les politiques suivies par son administration dépendront également de façon non négligeable de ses aides et conseillers et des hauts fonctionnaires qu'il nommera, et le processus de sélection vient tout juste de commencer.

De plus, Trump s'est concentré principalement sur les questions intérieures, principalement l'emploi et l'immigration, et c'est le programme national qui va orienter la nouvelle administration sur les questions internationales. Il considère que la reconstruction de l'économie américaine - plutôt que des mesures spécifiques de politique étrangère en tant que telles - est la clé de la restauration du pouvoir américain et de sa « grandeur » à l'étranger.

Néanmoins, il est possible, sur la base des éléments aujourd'hui disponibles, de faire provisoirement quelques prévisions sur les possibles ruptures d'une « administration Trump » avec la politique d'Obama au Moyen-Orient, et sur qui pourraient être les principaux gagnants et perdants dans la région.

Le président syrien Bashar al-Assad est en tête de liste des gagnants potentiels, en raison de l'admiration et du respect déclarés par Trump envers le président russe Vladimir Poutine et de son souhait déclaré de travailler avec lui et d'améliorer les relations avec la Russie. Trump considère Poutine comme un adversaire déclaré des « djihadistes » en Syrie et il est prêt à les combattre à ses côtés plutôt que d'essayer de renverser le régime syrien. Il s'est abstenu de rejoindre le chœur des dénonciations américaines des actions militaires russes en appui au régime syrien, à Alep et dans d'autres secteurs.

Commentaire: « Interviewé par CNN, le milliardaire Donald Trump, candidat à la Maison Blanche en 2016 et opposant à la guerre en Irak, affirme sans hésiter : le monde serait meilleur avec Khadafi et Saddam Hussein. Selon lui, la politique menée par ses prédécesseurs au Moyen-Orient a été catastrophique alors que les infrastructures tombent en ruine aux Etats-Unis. Un discours complètement décalé par rapport aux différents candidats et qui lui vaut d'être particulièrement critiqué dans les médias. »




Snow Globe

Le grand gel planétaire - Prédiction que dans 4 ans surviendra un âge de glace de 15 ans, le soleil se préparant à « hiberner »


Le monde pourrait connaître un âge de glace de 15 ans
Traduction Sott

Une mini-glaciation de 15 ans pourrait se produire dans l'hémisphère nord dans seulement quatre ans, alors que le soleil se prépare à hiberner, déclenchant un déferlement d'événements cataclysmiques.

Après que des changements inquiétants à la surface du Soleil aient été observés, une équipe d'experts avertit que de grands événements sismiques, y compris des éruptions volcaniques, les températures mondiales qui plongent et la déstabilisation de la croûte terrestre deviendront plus courants.

Le retour à la normale de l''activité solaire pourrait prendre jusqu'à 15 ans. Les conditions météorologiques extrêmes et les températures glaciales persévérant jusqu'en 2035.

Cet avertissement va rendre furieux les militants environnementaux qui font valoir, que d'ici 2030, le monde va être confronté à une augmentation du niveau de la mer et des inondations dues à la fonte des glaces aux pôles.

Il est apparu que l'activité solaire, mesurée par l'apparition de taches à la surface du soleil, a diminué à un rythme plus élevé qu'à tout autre moment de l'histoire.

Le Soleil est maintenant resté sans l'apparition de taches pour la première fois en cinq ans, après que 21 jours d'activité minimale ont été observés au cours de 2016.

Commentaire: Et il semblerait bien que nous soyons déjà dans ce processus selon ce blog scientifique sur le climat :
Enregistrements sur le refroidissement global au cours des huit derniers mois

Au cours des huit derniers mois, les températures mondiales sur la terre ont refroidi avec un record de 1,2 C. Novembre voit des records de froid en Russie et en Australie du Sud, donc nous devrions voir la tendance record au refroidissement se poursuivre.

www.woodfortrees.org/data/rss-land/

Pendant que les températures se refroidissent à un rythme record, les experts estiment que le réchauffement climatique ne peut maintenant plus être arrêté :

Le changement climatique pourrait tellement accélérer que cela pourrait marquer « la fin de la partie », avertissent les scientifiques ( The Independant)

Les gens qui vivent en Russie pourraient bien ne pas être d'accord avec cette affirmation...

A noter qu'il y a bien d'autres Cassandres qui prédisent aussi un refroidissement climatique :


Binoculars

L'influence de George Soros sur les médias mainstreams étasuniens et leurs pairs occidentaux

De plus en plus documenté par les révélations récentes de sites tels que Wikileaks ou Dcleaks, le soutien financier de George Soros à tout ce qui affaiblit les notions d'État et de souveraineté est régulièrement dénoncé par les médias conservateurs étasuniens. Dans son activisme protéiforme, le multi-milliardaire a investi massivement le champ des médias depuis longtemps, injectant dans ce seul secteur plus de 103 millions de dollars depuis les années 2000 afin de promouvoir son agenda et sa vision du monde. Cela n'a cependant pas empêché la victoire de Donald Trump. L'ennemi des médias.
© Inconnu
Les millions de Soros : manne infinie des médias globalistes
Le journalisme comme levier métapolitique

Georges Soros se considérant lui-même comme un « chef d'État sans État », son intérêt pour les médias comme outil métapolitique n'est pas nouveau, il remonte même à sa prime jeunesse. Selon l'un de ses biographes, le journaliste du New York Times Michael T. Kaufman, auteur de Soros: The Life and Times of a Messianic Billionaire, Georges Soros a toujours été fasciné par le journalisme et les médias. Jeune homme, ses centres d'intérêts principaux étaient principalement « l'histoire, le journalisme et certaines formes d'écriture ». Encore étudiant, il a ainsi été le rédacteur en chef, l'éditeur et le vendeur de son propre journal le Lupa News dans sa Hongrie natale.

Jamais il ne se départira de cet intérêt pour le journalisme et sa capacité d'influence sur les sociétés. Dans les années 80, il appuiera ainsi les libéraux d'Europe de l'Est en faisant parvenir des photocopieuses aux cercles d'étudiants dissidents grâce à son Open Society Foundations (à l'époque Open Society Institute). Matériel leur permettant la publication de journaux clandestins et de samizdats grâce auxquels ils purent influer sur l'opinion publique des régimes communistes finissants. Il financera ainsi des fondations et des associations dans toute l'Europe centrale dans le but de former des étudiants et de leur permettre de faire de l'agitation idéologique dans les universités comme dans la société civile afin de diffuser une autre information que celle de l'État et du parti communiste. En leur distribuant des bourses pour leur formation il s'assurera une influence majeure auprès des élites libérales une fois ces étudiants en poste après la chute du communisme.

À l'heure du numérique et de l'information en temps réel, sa méthodologie est restée la même mais adaptée aux outils de communication contemporains. Cela à une échelle bien plus vaste qu'au temps des régimes communistes. Régimes qui étaient devenus après 1945 des régimes nationaux-communistes et donc des adversaires de l'idéal politique de George Soros : une société planétaire intégrée, régie par la finance et par une société civile mondiale sans États.


Commentaire : En France, George Soros a, notamment et entre autres, participé au financement d'une campagne de propagande du CCIF, Collectif Contre l'Islamophobie en France, dont le président en 2011, Marwan Muhamad avait déclaré : « Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n'a le droit de nous enlever ça. Personne n'a le droit de nous nier cet espoir-là ».


George Soros assure aussi le financement et le déploiement médiatique des Femen et admet avoir financé la crise ukrainienne. George Soros est aussi à la manœuvre dans sa volonté de dissoudre de l'Europe en l'inondant de réfugiés. Le ministre Hongrois l'a d'ailleurs accusé d'alimenter la crise des migrants en Europe. Ou encore, Soros derrière les Panama Papers et les Pussy Riot. La liste n'en fini pas car on le trouve également - et avec 100 millions de dollars investis depuis 2010 - derrière Human Rights Watch.

Derrière le paravent de philanthropie des fondations de Soros se cache les machinations d'un psychopathe qui a joué un rôle clef dans le coup néo-nazi en Ukraine ainsi que dans le revirement néolibéral des anciennes républiques de l'URSS. La Russie l'a bien compris, dont le Parquet général a statué que l'activité des deux fondations caritatives Open Society Foundations et OSI Assistance Foundation appartenant au milliardaire George Soros représente une menace pour l'ordre constitutionnel russe. L'inscription sur cette liste entraîne l'interdiction de toute activité de l'organisation sur le sol russe, notamment la diffusion d'informations dans la presse et sur Internet ainsi que les opérations financières ou immobilières.


Commentaire: Il n'empêche que les dollars continuent de pleuvoir, que des appels à l'assassinat de Trump sont lancés, et que de nombreuses pancartes distribuées lors des manifestations se déroulant à travers le pays sont en tout point identiques, ce qui indique qu'elles ont été imprimées et distribuées par un groupe organisé.
Voir aussi :