Bienvenue à Sott.net
ven., 09 déc. 2016
Le Monde pour les Gens qui Pensent

Snowflake Cold

La presse anglaise alerte sur un refroidissement climatique imminent

Je ne suis pas du tout un fanatique du Daily Star, un quotidien tabloïd anglais spécialisé dans le sensationnel outrepassant parfois les limites du supportable, mais cette fois (le 13 août 2016) en pleine période estivale, le Daily Star a alerté ses lecteurs sur le refroidissement du climat qui se profile.
© Getty
Un refroidissement substantiel est prédit pour les années qui arrivent
La NOAA a qualifié la saison présente des ouragans de l'Atlantique Nord comme insignifiante. Il n'y aura tout simplement pas de grosses dépressions cette année, et pour cause, l'océan se refroidit sensiblement depuis la fin brutale de l'épisode El Nino de l'année dernière (2015) qui a pourtant conduit la NASA, reprise par l'IPCC à déclarer les années 2015 et 2016 les plus chaudes que l'Humanité ait jamais connues.

Bref, le Daily Star a donc titré en exclusivité le « Big Chill » à venir, un minimum de Maunder contemporain résultant de la combinaison de trois facteurs : Une « Nina » très prononcée avec un refroidissement des eaux du Pacifique pouvant atteindre une moyenne de 2,5 degrés - ce qui est énorme - un refroidissement de l'Atlantique Nord et une activité solaire effondrée.

Commentaire: Visiblement le Daily Star à eu la permission de traiter ce sujet. Vu qu'il s'agit d'un journal "à sensations" l'article pourra de toute façon être tourné en ridicule au besoin.


Eye 1

Trexit ou transhumanisme totalitaire ?


Comment: Quel que soit le chemin emprunté, celui-ci semble décidément devoir nous conduire à notre perte. Si la guerre ne nous annihile pas, si la pollution ne nous brise pas, si les changements terrestres ne nous balayent pas, qui sait si l'avenir biotechnologique imaginé par certains ne parviendra pas, lui, à signer la fin de notre espèce. Les progrès de la science ne sont pas mauvais en eux-mêmes. Qui, après en avoir été privé, n'aimerait pas recouvrer la vue, l'ouïe ou l'usage de ses deux jambes, si l'occasion lui en était donnée ? Nous constatons pourtant que quel que soit le domaine concerné, une pensée infectée semble pervertir l'ensemble des réalisations humaines. Le domaine scientifique ne fait pas exception. Prisées par les psychopathes ou les psychologies ponérisées en charge d'un quelconque pouvoir, la science et la technologie offrent une voie royale à la domination, facilitant l'application des contraintes, des lois et des obligations créées par ces êtres à la mentalité dérangée. Le progrès devenant coercitif, obligatoire ; le plaisir et la joie devenant dépendance et inassouvissement.

Ainsi donc, voilà que l'on tente d'insinuer en nous l'idée enthousiasmante de l'homme améliorable. Mais cette idée, ne savons-nous pas à présent d'où elle provient, ce qui la nourrit et dans quelle direction elle nous conduit ? Les belles promesses d'un avenir radieux ne sont-elles pas celles d'une servitude accrue, où chaque « amélioration » nous éloigne plutôt de la réalité, affaiblissant les liens reliant notre conscience à la création, à l'univers ? Pour aller plus loin :


Traduction Iatranshumanisme, corrections SOTT

© Inconnu
Seriez-vous prêt à céder votre corps à un organisme mondial à la technologie transhumaniste sous le contrôle de transnationalistes ? Où bien choisirez-vous le Trexit[1] ?

Le Secrétaire d'État américain John Kerry a récemment invité un groupe d'élèves de la Northeastern University à se pencher sur l'avenir avec lui. Comme s'ils regardaient dans une boule de cristal, Kerry a exhorté son auditoire à concevoir un monde sans nations ni frontières[2]. Imaginez. Un seul monde. Pas de frontières. Cela semble merveilleux, futuriste, plein d'espoir.

Il s'agit de la vision du monde transcendant des trans-nationalistes. Le Trans-nationalisme est un nouveau type de conscience. Aussi appelé mondialisme, c'est un agenda social, ou révolution, développé à partir de l'accélération de l'inter-connectivité et l'interdépendance axée sur la technologie entre les personnes et l'importance économique et sociale du recul des frontières entre les États-nations.

La libre circulation des capitaux et des personnes (légaux et illégaux) sur la sphère terrestre est l'un des objectifs du transnationalisme. Comme Kerry l'a fait remarquer, se cacher derrière les murs de ce « nouveau » monde sans frontières ne sera pas possible. Une allusion qui claque comme un coup de feu au mur que Donald Trump veut construire entre les États-Unis et le Mexique.
Ce que Kerry n'a pas dit, c'est que ce monde sans frontières verra le jour grâce à la technologie... qui tôt ou tard, sera implanté dans notre corps. Les technologies dont nous dépendons désormais pour nos vies connectées feront bientôt partie de notre corps, rendant notre chair et notre sang semblable à un livre ouvert et transparent. Aucun mur physique ne sera nécessaire.

Gear

Jeu de l'esprit - Comment naît une norme sociale et sommes-nous si influençables ?

Voici une vidéo particulièrement étonnante qui est en train de refaire surface sur Facebook. Celle-ci présente une expérience sociale réalisée en caméra cachée dans le cadre de l'émission Brain Games sur le National Geographic Channel.
© Inconnu
Pour cette expérience, un groupe de complices est installé dans une salle d'attente. À chaque retentissement d'un « bip », le groupe se lève et se rassoit. Rapidement, ils sont rejoints par une femme qui s'apprête à être piégée.


Commentaire : « Les civilisations ont été crées et guidées jusqu'ici par une petite aristocratie intellectuelle, jamais par les foules. Ces dernières n'ont de puissance que pour détruire. Leur domination représente toujours une phase de désordre. Une civilisation implique des règles fixes, une discipline, le passage de l'instinctif au rationnel, la prévoyance de l'avenir, un degré élevé de culture, conditions totalement inaccessibles aux foules, abandonnées à elles-même. Quand l'édifice d'une civilisation est vermoulu, les foules en amènent l'écroulement. C'est alors qu'apparaît leur rôle. Pour un instant, la force aveugle du nombre devient la seule philosophie de l'histoire. »

~ Gustave Le Bon, Psychologie des foules

Voir aussi :

Tout d'abord perplexe, la jeune femme va rapidement se conformer aux actions du groupe... et ce n'est pas tout. Regardez (la vidéo est en anglais, les explications sont juste en dessous).


Au bout de 3 sonneries, alors qu'elle ne sait absolument pas pourquoi elle le fait, la jeune femme se met à se lever avec le reste du groupe. Cela ne vous arriverait sans doute jamais, non ? Et pourtant...

La vidéo prend alors une tournure encore plus hallucinante. Au fur et à mesure, les complices sont appelés un par un et quittent la salle. Ceux qui restent continuent leur manège... jusqu'à ce que la femme se retrouve seule (vers 1:00), toujours filmée. Une nouvelle sonnerie retentit et la femme continue de se lever et se rasseoir !

Health

Autophagie : détoxifions notre corps et réparons-le nous-mêmes


Comment: La médecine officielle semble avoir creusé un fossé entre les gens et leur propre corps. Désinformés, infantilisés, déresponsabilisés, nous sommes habitués à penser que la maladie est une fatalité, que la dégradation de la santé est un phénomène inéluctable, naturel et tout à fait normal, que les médecins et l'administration sanitaire sont des autorités forcément compétentes, forcément bienveillantes. Que les fabricants de médicaments proposent à la population des molécules qui soignent et guérissent obligatoirement, automatiquement. Hélas pour nous, ce n'est pas souvent le cas. Et nous voilà devenus presque ignorants de la façon dont notre organisme fonctionne, comme étrangers aux capacités de réparation et de guérison que la Nature nous a donné.

Fort heureusement, il existe encore des scientifiques possédant suffisamment de conscience pour nous informer d'une autre réalité. Une réalité nous permettant de récupérer une capacité certaine de jugement et d'action et nous donnant la possibilité de nous « réapproprier nous-même ». Une réalité portée par la connaissance, de celle qui nous fait comprendre que nous sommes les principaux influents et artisans du bon fonctionnement de cet organisme dont on voudrait nous déposséder. À une époque où les États contraignent les citoyens jusque dans leur chair par toutes sortes de prophylaxies nuisibles - vaccination et médication délétères, nourriture et nutrition inappropriées - n'est-il pas possible d'affirmer qu'en regagnant la liberté de notre corps, c'est aussi celle de notre esprit et de notre âme que nous fortifions ?

Et puisqu'il est toujours utile de perdre ses illusions et de gagner en connaissance objective :

Bien qu'il existe de nombreuses façons de débarrasser votre organisme des toxines accumulées, au moyen d'aliments et substances chimiques détoxifiants et/ou d'agents détoxifiants naturels, ou encore de saunas, l'autophagie, qui est un processus biologique, joue un rôle clé.
© Nicolle Rager Fuller
Le fonctionnement interne des cellules
Le terme autophagie signifie « se manger soi-même », et fait référence au processus par lequel votre corps se débarrasse de nombreux déchets, notamment de toxines, et recycle les composants des cellules endommagées. Voici ce qu'explique Greatist en termes simples :
« Vos cellules fabriquent des membranes qui localisent les restes de cellules mortes, malades ou usées ; elles les avalent, les démontent pour récupérer les pièces, et elles utilisent les molécules qui restent comme source d'énergie ou comme pièces pour faire de nouvelles cellules. »
Le Dr. Colin Champ, radio-oncologue et professeur adjoint au centre médical de l'université de Pittsburgh, l'explique ainsi :
« Voyez cela comme le programme de recyclage naturel de notre corps. L'autophagie nous transforme en machines capables de se débarrasser des pièces défectueuses, de stopper la croissance cancéreuse, et certains troubles métaboliques tels que l'obésité et le diabète. »
En stimulant le processus d'autophagie de votre corps, vous freinez l'inflammation, ralentissez le processus de vieillissement et optimisez les fonctions biologiques.


Comment: L'autophagie est l'un des processus clé mis en route par notre corps quand celui-ci jeûne :

Propaganda

Réchauffement climatique : aux portes de la plus grande escroquerie du siècle ?


Comment: On pourrait évoquer l'escroquerie du paradigme médical actuel, à propos des vaccins, du Sida, de l'alimentation et de la santé de façon plus générale ; l'escroquerie des pratiques agricoles modernes, celles qui détruisent la terre, appauvrissent la biodiversité et nous réduisent en esclavage ; l'escroquerie de notre organisation humaine, sociale, celle qui promeut les comportements pathologiques, qui propulse au sommet les moins scrupuleux, les plus fous, les plus dangereux ; l'escroquerie de l'Histoire telle qu'elle nous est enseignée et tant d'autres choses encore. Mais ne boudons pas notre plaisir et répondons à la question du titre de l'article : oui ! C'est que cette histoire de réchauffement climatique, c'est un peu la dernière-née des grandes arnaques de notre temps. Vaccination, nourriture, Histoire, et psychologie frelatées, tout ça, ça date d'avant notre naissance, alors que l'effet de serre d'origine anthropique, on l'a vu prendre vie sous notre nez et celui, qui ne cesse jamais de s'allonger, des politiciens et des pseudo-scientifiques. Profitons-en donc, tant que les mensonges réchauffistes ne sont pas trop enracinés dans nos consciences, pour mettre en lumière les tenants et les aboutissants de cette grosse magouille qui, il faut quand même l'avouer, nous fait tant et si bien transpirer :

Fin décembre, les lampions se sont éteints au Bourget, les délégations politiques sont parties ; restent les résolutions écrites, peut-être signées en 2016. Nous sommes encore abasourdis par le matraquage médiatique qui a précédé et laissé quelques victimes dans le PAF, ceux qui mettaient en doute l'effet anthropique du réchauffement climatique. Mais quelques mois après, si en France c'est encore calme, aux États-Unis, de plus en plus de scientifiques, y compris parmi les anciens rédacteurs des groupes de travail du GIEC, publient en se basant sur des données et mesures incontestables, des critiques violentes sur les extrapolations alarmistes et exagérées des rapports.

Sommes-nous aux portes de la plus grande escroquerie politico-scientifique du siècle ? Le contexte L'ONU, par le CCNUCC (Convention - cadre des Nations unies sur le changement climatique) créé en 1992, organise les conférences sur le climat dont celle de Paris en 2015. Ses dirigeants et représentants onusiens n'ont aucune compétence en climatologie mais s'appuient sur les rapports du GIEC ; le cinquième comporte 4 700 pages rédigées à partir de contributions de physiciens, géologues, météorologistes, géographes, chimistes, mathématiciens... bienpensants. Il n'est jamais lu en entier et donc un résumé de 100 pages est publié par des rédacteurs délégués et un pavé de 35 pages est largement diffusé aux médias et responsables de gouvernements. Ce dernier est fabriqué p r un bureau exécutif composé d'administratifs compétents intergouvernementaux, non scientifiques. En regardant les listes des contributeurs, rédacteurs et représentants des gouvernements, on s'aperçoit assez vite que les lobbies du WWF, de Greenpeace, des « verts », des grandes institutions, des États, ont assez bien réussi à orienter les conclusions suivant une nouvelle religion, celle du « réchauffisme », qui suppose des oublis opportuns, des données gênantes masquées ou manipulées, des auteurs hors ligne exclus. Le catastrophisme a toujours bonne presse. Écrire que l'augmentation des températures va faire griller la planète, que les ours blancs vont périr noyés, que Londres, New York, La Rochelle vont bientôt être sous l'eau, que les tempêtes, canicules et sécheresses vont s'intensifier, cela fait vendre du papier et la fortune des producteurs télé et radio. Qu'en est-il exactement ? Quels sont les sujets de polémiques qui font que des scientifiques s'élèvent maintenant contre ces excès ?

Chess

Alexandre Douguine : l'analyse du putsch en Turquie

Pièce importante et intéressante pour le dossier qui ne cesse de s'épaissir et de prendre lui-même de l'importance, du putsch avorté en Turquie : le philosophe russe Alexandre Douguine, chef de file de l'école de l'eurasisme en Russie, se trouvait à Ankara le 15 juillet. Il se trouvait à l'aéroport d'Ankara, en partance pour la Russie, lorsque le putsch a été lancé. Son départ a été retardé mais a finalement eu lieu.

Les entretiens qu'a eus Douguine à Ankara, notamment avec le maire de la ville, sont tous marqués par la tension générale qui régnait en Turquie, avant même que le putsch n'éclate. Cela confirme l'impression générale que divers services et organisations étaient avertis des préparatifs de ce coup, et peut-être même la thèse selon laquelle le coup a été précipité (ce qui expliquerait sa piètre exécution) pour ne pas être dévoilé et empêché.

Douguine confirme à 100% la thèse du complot réalisé par les réseaux Gülen, - ce qu'on nomme en Turquie "l'État parallèle", tant leur infiltration est forte et bien implantée. (Bien entendu, l'intervention de Gülen impliquerait le soutien actif de la CIA, tout comme l'action de Gülen ne peut avoir eu lieu sans l'accord de la CIA.) Douguine restitue bien ce qui semble être les réalités de cette implication, allant jusqu'à rapporter que le maire d'Ankara lui a précisé, - idée que l'on retrouve dans divers médias et selon diverses sources, - que le pilote turc qui a abattu le Su-24 faisait partie des réseaux Gülen et US. (Il est assuré, cela sans le moindre doute, que la force aérienne turque est depuis des décennies une partenaire très attentive des USA. Elle est exclusivement équipée de matériels US, elle a passé dans les années 1980 d'énormes contrats assortis de considérables commissions de la part de General Dynamics pour le F-16, et elle s'est fermement inscrite pour une commande de F-35/JSF. Elle est la branche des forces armées turques qui est la plus totalement pénétrée par les USA, - l'USAF, Lockheed-Martin [qui avait acheté la division avion/F-16 de General Dynamics], la CIA, etc.)

Commentaire: Une analyse qui semble parfaitement correcte. Voir aussi : Derrière la tentative désespérée de coup d'état de la CIA en Turquie


USA

Derrière la tentative désespérée de coup d'état de la CIA en Turquie

Traduction Alexandre MOUMBARIS relu Marie-José MOUMBARIS pour le Comité Valmy

Dans la soirée du 15 juillet un groupe d'officiers de l'armée turque annonçait avoir accompli un coup d'Etat et pris le contrôle du pays. Ils prétendaient qu'Erdoğan était en fuite pour sauver sa vie et qu'ils étaient maintenant en train de rétablir l'ordre. Le seul problème de ces officiers et de leurs commanditaires, loin, à Langley [Siège de la CIA - NdT] en Virginie, et à Saylorsburg en Pennsylvanie où l'opérateur politique turc Fetullah Gülen est réfugié protégé par la CIA, est qu'ils n'ont pas réussi. Derrière la tentative de coup, ourdit une histoire beaucoup plus significative, une dramatique évolution géopolitique que l'imprévisible survivant politique qu'est le Président (encore) Recep Erdoğan était en train de fomenter lorsque des loyalistes de Gülen ont amorcés leur tentative de coup d'état désespérée, qui en toute apparence fut raté. Ce qui suit est une série de questions et de réponses sur l'arrière-scène des événements dramatiques qui se déroulent dans ce pays pivot dans l'ordre géopolitique.

Q : Quel commentaire feriez-vous sur les événements de vendredi à samedi, quand l'armée a mené une tentative de coup d'État ? Ces événements étaient-ils prévisibles ?

W.E. : Le coup d'État était une réaction à la récente évolution géopolitique dramatique d'Erdoğan. Il a été instigué par des réseaux turcs fidèles à la CIA. C'était clairement un geste désespéré, mal préparé.

Q : Qu'elles sont les véritables raisons de cette tentative de l'armée ? Qu'en pensez-vous ?

W.E. : Il s'agissait d'un réseau d'officiers dans l'armée fidèles au mouvement de Fetullah Gülen. Celui-ci est un instrument que la CIA contrôle à 100%. D'ailleurs il vit depuis des années en exil à Saylorsburg en Pennsylvanie, après avoir obtenu une carte verte [carte d'immigration aux é-u - NdT] grâce à d'anciens pontes de la CIA et à l'ancien ambassadeur étasunien à Ankara.

Gülen a été depuis des décennies un projet fou de la CIA d'armer l'Islam politique comme instrument de changement de régime. Rappelons qu'en 2013, il y avait des protestations de masse contre Erdoğan à Istanbul et ailleurs. C'est alors que Gülen, qui auparavant avait conclu une entente avec le Parti de la Justice et du développement [AKP] d'Erdoğan, rompait avec lui et le critiquait dans les médias qu'il contrôlait comme Zaman, le taxant de tyran. Depuis lors, Erdoğan s'est efforcé à déraciner son plus dangereux adversaire interne et ses amis, y compris avec des descentes sur Zaman et d'autres médias contrôlés par lui. Il ne s'agit pas d'une lutte entre le bon et le méchant chevalier. Cela concerne le pouvoir dans la vie politique turque. Si les lecteurs sont intéressés par les détails du projet Gülen et de la CIA je les invite de consulter mon livre, The Lost hegemon.

Alarm Clock

Attentat de Nice - Réveillez-Vous !

© Vantagenews.com
Le but de l'horrible attentat commis hier à Nice est de diviser la société française. Le peuple français va-t-il succomber à cette manipulation ? Qui est vraiment responsable de ce nouvel assassinat de masse commis sur des citoyens français ordinaires ? Ce citoyen français, au moins, semble comprendre la vérité :

Bulb

Alice Miller - D'où vient le mal dans le monde et comment se génère-t-il ?

Il n'est plus possible de mettre en doute, aujourd'hui, que le Mal existe et que certains individus sont capables d'une extrême destructivité. Chacun peut s'en faire une idée grâce à la télévision. Mais ce constat n'entérine nullement l'idée fort répandue que certains êtres humains naissent « mauvais ». Tout dépend, bien au contraire, de la façon dont ces personnes ont été accueillies à leur naissance et traitées par la suite.
© Inconnu
« Nous avons la possibilité de regarder notre histoire en face, de reconnaître que frapper des enfants est inutile et même dangereux - parce que l'emploi de tels procédés engendre la haine et des désirs de revanche qui se retourneront contre nous et contre la société tout entière, inévitablement, si nous persistons dans l'ignorance et le refus de savoir. »
~ Alice Miller

Commentaire : Alice Miller s'attache au sein de son oeuvre - dont le notable Le drame de l'enfant doué - à mettre en exergue le Mal présent chez certains individus. Andrew M. Lobaczewski, lui, démontre par ses travaux - choquants dans la sobriété clinique de ses descriptions - que le Mal existe à un niveau global. Dans son oeuvre majeure, La ponérologie politique, Étude du Mal appliqué des fins politiques, l'auteur révèle les souffrances vécues par les chercheurs qui ont été contaminés ou anéantis par la maladie qu'ils étudiaient.

Les travaux de ces deux auteurs (traduits en français) nous permettent donc de voir la dynamique du Mal à l'oeuvre à la fois au niveau individuel et au niveau sociétal. Un autre ouvrage majeur traduit en français également est le fameux Neuro-Esclaves - Techniques et psychopathologies de la manipulation politique, économique et religieuse, qui « décrit les mécanismes du conditionnement utilisés au cours de l'histoire. Dans le souci de comprendre et contrecarrer ces mécanismes, le point de vue psychologique a été intégré dans l'étude neurophysiologique et sociologique. » :
[...] Les gens sont en train d'accepter passivement (ou de déléguer à d'autres sujets inertes) l'illégalité, la dégradation, le crime, l'insécurité du territoire, la tyrannie de bandes de voyous, l'immigration sauvage, comme étant toutes des choses inévitables. La population doit quotidiennement constater et subir un scénario à sens unique : des criminels arrêtés puis systématiquement libérés peu après ; des détenus en autorisation de sortie, des remises de peine et des amnisties ; des psychopathes connus pour leur dangerosité en liberté. C'est une criminalité qu'on laisse agir à la lumière du soleil, qui est présentée comme l'expression d'une faiblesse sociale plutôt que comme un fait qui afflige les gens, surtout les classes les plus faibles qui n'ont pas d'escortes armées, de voitures blindées, de maisons placées sous surveillance, ni la possibilité de déménager. Tout ceci façonne une éducation, un conditionnement à la résignation, à la passivité en général, et envers les injustices de la caste politique en particulier. [...]
Voir aussi la Conférence Neuro-Pirates, Neuro-Esclaves en vidéo et en français et les retranscriptions de ces vidéos :

Les enfants qui font dès le début de leur vie l'expérience de l'amour, du respect, de la compréhension, de la gentillesse et d'un soutien affectueux, développent évidemment d'autres traits de caractère qu'un enfant qui se heurte dès le départ à l'abandon, la négligence, la violence ou la maltraitance, sans avoir près de lui une personne bienveillante qui lui permette de croire à l'amour. Quand manque cet élément - ce qui est le cas dans l'enfance de tous les dictateurs que j'ai étudiés - l'enfant aura tendance à glorifier la violence qu'il a subie et à l'exercer lui-même plus tard, sans limite, chaque fois qu'il le pourra. Car chaque enfant se forme par l'imitation. Son corps n'apprend pas ce que nous voulons lui inculquer par des mots, mais ce qu'il vit par lui-même. De ce fait, un enfant battu et maltraité apprend à battre et à maltraiter, alors qu'un enfant protégé et respecté apprend à respecter et à protéger les plus faibles que lui. Parce qu'ils ne connaissent l'un et l'autre que cette expérience.

Le nouveau-né est innocent

Le Dr Brazelton, pédiatre américain bien connu, a filmé un groupe de mères en train de tenir et de nourrir leur bébé, chacune d'une façon qui lui était propre. Plus de 20 ans après, il a reproduit cette expérience avec les femmes issues de ces bébés, qui étaient devenues mères à leur tour. Il
© ColimacieStudio
était stupéfiant de constater qu'elles se comportaient avec leur enfant d'une manière absolument identique à celle que leur mère avait eue avec elles, bien qu'elles n'aient évidemment gardé aucun souvenir conscient de cette toute première époque de leur vie. Ce que Brazelton a prouvé par là, entre autres choses, c'est que nous sommes guidés dans notre comportement par des souvenirs inconscients qui peuvent être soit positifs et agréables, soit traumatiques et destructeurs.

Snakes in Suits

La folie collective du Département d'État des Etats-Unis


Comment: Nous commettons l'erreur de penser que les politiciens haut placés, et les hommes de pouvoir en général, sont des gens ordinaires ; qu'ils sont pour ainsi dire comme nous. On les imagine parfois pétris de doutes, d'hésitations, emplis de luttes intérieures, de conflits et de dilemmes moraux pour savoir comment toujours agir au mieux, dans l'intérêt de tous... Mais rien de tout cela n'existe vraiment. En adéquation parfaite avec un Système qui favorise la loi du plus fort, la lutte et la compétitivité, l'homme sans conscience est attiré et porté par celui-ci. Il trouve sa juste place dans une structure qui lui permet d'exprimer sa vraie nature. Est-il surprenant alors de trouver aux postes-clés du pouvoir des personnes qui se soucient si peu de justice, de compassion et d'égalité ? De trouver des personnes dont les décisions, froides et calculées, en font périr des millions d'autres ? C'est bien une "folie collective" dont il s'agit, intrinsèque à toutes les institutions, les administrations et les pays du monde entier ; une folie initiant ce que l'on peut appeler "l'avènement du psychopathe", qu'il soit politique, militaire ou scientifique. Un facteur pathologique à prendre en compte, incontournable, qui permet d'éclairer d'une toute nouvelle façon des évènements et des bouleversements mondiaux que nous n'aurions peut-être plus alors à subir, qui sait.


Traduction : VD

© Inconnu
Victoria Nuland, Secrétaire d’État adjoint aux Affaires européennes
Plus de 50 « diplomates » du Département d'État des États-Unis [Ministère des Affaires Étrangères - NdT] ont envoyé un rapport « dissident » exhortant le président Obama à lancer des frappes militaires contre l'armée syrienne, un signe de plus que ce Ministère a disjoncté de façon collective.

Au cours des dernières décennies, le département d'État des États-Unis qui était jadis une maison raisonnablement professionnelle et réaliste en matière de diplomatie est devenu un repaire de bureaucrates guerriers possédés par des obsessions impériales, un phénomène dangereux souligné par la récente « dissidence » de masse en faveur de nouvelles tueries en Syrie.

51 « diplomates » du Département d'État ont signé une note de service distribuée par un « canal de la dissidence » officiel, demandant des frappes militaires contre le gouvernement syrien de Bachar al-Assad dont les forces ont mené la contre-offensive contre les extrémistes islamistes qui cherchent à contrôler cette importante nation du Moyen-Orient .
Le fait qu'un si grand nombre de fonctionnaires du Département d'État plaident en faveur d'un élargissement de la guerre d'agression en accord avec l'agenda néoconservateur, qui a placé la Syrie sur une liste noire il y a vingt ans, est révélateur du degré de folie qui s'est emparé du Département d'État.
Le Département d'État semble être devenu un mélange de néoconservateurs pur jus, de libéraux interventionnistes et de quelques arrivistes qui ont compris qu'il était dans leur intérêt de se comporter comme des proconsuls globaux qui imposent leurs solutions ou recherchent un « changement de régime » plutôt que de se comporter en diplomates respectueux à la recherche de véritables compromis.

Même certains fonctionnaires du Département d'État, que je connais personnellement et qui ne sont pas vraiment néoconservateurs ou libéraux-faucons, agissent comme s'ils avaient avalé la pilule et toute la boîte avec. Ils parlent comme des durs et se comportent avec arrogance envers les populations des pays sous leur contrôle. Les étrangers sont traités comme des objets stupides tout juste bons à être soumis ou soudoyés.

Il n'est donc pas tout à fait surprenant que plusieurs dizaines de « diplomates » étasuniens s'en prennent à la position plus modérée du président Barack Obama sur la Syrie tout en se positionnant en prévision de l'élection d'Hillary Clinton, qui devrait autoriser une invasion illégale de la Syrie - sous couvert d'établir des « zones d'exclusion aérienne » et des « zones de sécurité » - ce qui signifie en clair, tuer d'avantage de jeunes soldats syriens. Les « diplomates » demandent l'utilisation d' « armes à longue portée et aériennes ».

Ces faucons sont si avides guerres que le risque d'un conflit direct avec la Russie ne les dérange pas. D'un léger revers de la main, ils balaient la possibilité d'un conflit avec une puissance nucléaire en affirmant qu'ils ne préconisent pas « d'emprunter une pente glissante qui se terminerait dans une confrontation militaire avec Russie. » Dis comme-ça, ça rassure.